Mon clavier, 9 février

47UTCp28UTC02bTue, 09 Feb 2010 07:44:47 +0000UTC 9,2008

§ Le bide du débat sur l’identité nationale, comme il fallait s’y attendre. Sans compter l’hypothétique conversion à l’Islam d’Eric Besson, rapportée par de méchantes langues probablemet farfelues. Le Premier ministre, François Fillon, avait réuni hier à Matignon un séminaire gouvernemental pour formuler des propositions au regard du débat sur l’identité nationale lancé en octobre dernier par le ministre de l’Immigration Eric Besson. Un séminaire pour un enterrement de dernière classe : une campagne énorme et très coûteuse – on n’a pas demandé son avis à Xavier Bertrand pour dépenser plus – pour pondre quelques mesures sans portée pratique importante, sans doute oubliées dès demain. Il fallait s’y attendre ! fillon-enterre-l-identite-nationale-avec-des-mesurettes_847446.html

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Mon clavier, 8 février

43UTCp28UTC02bMon, 08 Feb 2010 17:00:43 +0000UTC 9,2008

Pour cause de festivités familiales, j’ai été un peu absent, cette semaine. Je reviens.

§ Principale information : les économies européennes chahutées par les fonds spéculatifs, en partie alimentés par les subventions massives destinées à remettre les économies sur les rails. Il y a lieu de réfléchir. crise-financiere-libe-commente%E2%80%A6

§ Affaire de Villiers le Bel. Selon France info, Jean-Pierre Mignard, l’avocat des familles de deux jeunes tués en novembre 2007 à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) après un choc avec une voiture de police a déposé plainte contre les policiers pour faux témoignage.

§ Le Premier ministre, François Fillon, réunit à 14h00 (13h00 GMT) à Matignon un séminaire gouvernemental pour formuler des propositions au regard du débat sur l’identité nationale lancé en octobre dernier par le ministre de l’Immigration Eric Besson. Un séminaire pour un enterrement de dernière classe : une campagne énorme pour pondre quelques mesures sans portée pratique importante. Il fallait s’y attendre ! fillon-enterre-l-identite-nationale-avec-des-mesurettes_847446.html

§ Régionales : selon Opinionway, pour le premier tour du scrutin des 14 et 21 mars l’addition des intentions de vote pour les différentes listes classées à gauche  atteint 44%, contre 33% pour la droite parlementaire.

§ Garde à vue, le feuilleton garde-a-vue-limpossible-quadrature-du-cercle

§ US, Santé : Obama tente de sortir de l’impasse usa-obama-tente-de-sortir-ddu-blocage-des-negociations-sur-le-plan-sante Et Saraj Palin met son graind de sel, avec l’aide de Dieu ! Sarah_Palin_couronn%C3%A9e_par_les_conservateurs

§ Hoax ? Bakchich révèle qu’Eric Besson aurait promis à la famille de sa fiancée tunisienne de se convertir à l’Islam ! Besson-trebuche-dans-le-tapis-de,09972.html

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Garde à vue : l’impossible quadrature du cercle

00UTCp28UTC02bMon, 08 Feb 2010 11:23:00 +0000UTC 9,2008

Marc Louboutin me transmet ces précisions importantes sur la question des gardes à vue. On constatera que la solution du problème s’approche de la quadrature du cercle : les GAV sont multipliées par mesure de précaution, et cette précaution augmente les risques de dérapages !

Première précision à propos du doigté anal, qui peut être tenu pour un viol

Le « doigté anal » n’existe pas dans ces opérations de sécurisation, et la mise à nu d’ailleurs, ne devrait pas être systématique.
Encore faudrait il pour cela que la circulaire de mai 2003 soit appliquée et la hiérarchie vraiment concernée (et responsabilisée comme c’est prévu dans ce texte) de manière à ce que cela ne soit pas les gardiens de la paix qui se retrouvent seuls responsables de ces actes. Et donc, légitimement, sachant qu’ils restent des « fusibles », opèrent au risque minima.
S’il y avait réellement des cadres responsables du bon déroulement de ces mesures, comme c’est prévu dans cette instruction ministérielle, responsabilisés à donner les instructions et les justifier, sans doute cela amoindriraient les problèmes et replacerait légitimement les choses là où elles devraient être.
La garde à vue devient une priorité polémique nationale, sans pour autant que le débat ne se fasse sur le terrain du concret.

Parlons par exemple de l’ «arrêt Micheline» de la cour de cassation de 2003, expliquant qu’une procédure peut être cassée si la personne mise en cause n’a pas été placée en GAV et n’a pas bénéficié des droits qui vont avec. D’où en partie  l’explication de la systématisation des GAV, en sus des consignes de « chiffre » à obtenir, le nombre de ces mesures étant devenu un « indice de performance » des services de police.
Enfin, symptomatique de cette suspicion de toutes les façons systématique, la tragique affaire de la vraisemblable absorption médicamenteuse de Madame Chantal Guéroult, mise en garde à vue dans le cadre de l’affaire « Bédier », décédée le 09 septembre 2003. (Je n’ai pas retrouvé le lien original).
http://leruisseau.iguane.org/spip.php?article248
Toujours est il, comme on le voit, qu’en faire trop ou pas assez, au delà des discours théoriques, est donc toujours, finalement, de la fautes des policiers…
A défaut de découvrir un système de lecture du fond de l’âme, des pensées et des intentions pour analyser l’état d’esprit et la dangerosité éventuelle pour eux-mêmes ou pour autrui des gardés à vue, je ne vois pas bien comment trouver la juste mesure dans ces opérations pourtant nécessaires de sécurisation.
Sauf peut être à supprimer totalement les gardes à vue et toutes mesures de possibilité de coercition et de rétention des forces de l’ordre.
Après tout, s’il faut en passer par là pour en tirer les conclusions sur les actes nécessaires aux aboutissement des enquêtes et leur déroulement, pourquoi pas ?
Au point où nous en sommes rendus dans le déplacement du débat de la réalité crue de la société à la sphère purement « idéologique », autant également tester l’absurdité un peu naïve de ceux qui viscéralement sont opposés à toutes formes de contrainte…

« Crise financière » : Libé commente…

35UTCp28UTC02bMon, 08 Feb 2010 07:42:35 +0000UTC 9,2008

Jour après jour, il apparaît de plus en plus clair que des banques et des fonds spéculatifs américains jouent l’éclatement de la zone euro : d’abord la Grèce avant le Portugal, l’Espagne, etc. Pas par idéologie, mais pour empocher un maximum de bénéfices, à l’image d’un Georges Soros qui, en 1992-93, a eu la peau de la lire italienne et de la livre britannique et a failli avoir celle du franc français… Devenu immensément riche, le banquier américain prêche désormais la moralisation du capitalisme.

Le problème est qu’il ne sert plus à rien d’expliquer que la faillite de la Grèce est totalement improbable. Les marchés sont entrés dans une zone où la rationalité n’est plus de mise. Les rumeurs les plus folles circulent, les banques calculent déjà leurs pertes en cas de défaut de la Grèce, la panique s’étend d’heure en heure, alimentée par des déclarations boute feu, telle celle du gérant obligataire américain, Pimco, qui recommande « de se tenir à l’écart de la zone euro »… Résultat : l’euro et les bourses plongent et la Grèce et ses citoyens payent le prix fort.

Preuve que l’on est dans l’irrationnel le plus total : l’écart de taux d’intérêt (« spread »)entre la Grèce et l’Allemagne, la signature la plus sûre de l’Union, sur les emprunts à deux ans, a atteint 550 points de base, et 370 sur les emprunts à dix ans, du jamais vu ! Les marchés exigent désormais d’Athènes des taux d’intérêt deux fois supérieurs à la moyenne des pays émergents…

Et vive le franc suisse ! franc-suisse-beneficiaire-de-la-crise

D’étranges images sur le sable

37UTCp28UTC02bSun, 07 Feb 2010 17:54:37 +0000UTC 9,2008

Un ami me transmet d’étranges images, fugitives, sur le sable. Un spectacle singulier

watch_popup?v=vOhf3OvRXKg#t=00

La gagnante de  « Ukraine’s Got  Talent », Kseniya  Simonova, agée de 24 ans, dessine une série  d’images sur une table de sable  illuminée, montrant comment les gens ordinaires ont été  affectés par l’invasion allemande durant la  seconde guerre mondiale.  Son talent est  étrange mais passionnant.  Kseniya est  arrivée en première place et a gagné le prix  d’environ 100,000  euros.
L’histoire commence par un  couple assis, se tenant la main sur un banc sous  un ciel étoilé, mais les avions arrivent et la  scène s’efface, pour être remplacée par un  visage de femme qui pleure; quand un bébé  arrive, la femme sourit de nouveau.   Mais la guerre continue, décrite par le  sable devenu chaos, et d’où sort le visage  d’une jeune femme, qui devient rapidement une  vieille veuve, le visage triste et ridé.   Puis l’image se transforme en monument au soldat  inconnu.
Cette  scène se transforme et l’on voit apparaître une  mère et son enfant à l’intérieur d’une maison, et  un homme les regardant de l’extérieur, leur  disant au  revoir.
La grande guerre  patriotique, comme on l’appelle en Ukraine, a  tué une personne sur quatre – environ 10-11  million de morts pour une population de 42  millions.  L’artiste nous dit qu’elle ne  sait pas s’exprimer avec du papier, des crayons,  des brosses ou de la peinture.  Vous verrez  certaines personnes très émues dans la  salle, et l’artiste pense qu’il ne lui a  jamais été donné de plus grand  compliment.

Garde à vue : nouvelles annulations

43UTCp28UTC02bSun, 07 Feb 2010 10:00:43 +0000UTC 9,2008

Actualisé au 7 février

Quand j’ai commencé à batailler contre le principe et le système des gardes à vue, il y a un an au moment du procès Colonna, j’étais bien seul, les confrères ne m’ont pas relayé car ils étaient convaincus que les dépositions obtenues en GAV par certaines personnes considérées comme proches du chevrier corse constituaient des preuves irréfutables, comme le soutenait le parquet. Après avoir entendu certains témoignages de gardés à vue, j’avais  pu soutenir que ce système, tel qu’il est pratiqué, pouvaient constituer des actes de torture. Tous les « aveux » et les dénonciations avaient été obtenus à la suite d’inadmissibles pressions, déshonorantes pour toute démocratie.

Les policiers répondent : il faut bien en passer par cette voie pour lutter contre le terrorisme. Les gardes à vue et les tabassages n’ont jamais empêché un seul « terroriste » d’agir, au contraire ils alimentent la rancoeur, ils amplifient la colère.

Maintenant, tous les confrères se précipitent pour crier haro sur les gardes à vue. Plus pragmatiques et soucieux de leur réputation plusieurs magistrats entendent appliquer les leçons de la Cour européenne de Justice. Ce n’est pas de la résistance à Sarkozy, mais bien un retour à la morale judiciaire.

Lire à ce propos aujourd’hui dans Le Post le billet de Roger Bruno-Petit qui enfourche à son tour ce cheval de bataille.

L’Express rapporte les faits, mais sans en tirer toutes les conséquences.

En pleine controverse sur les abus de cette procédure, le tribunal correctionnel de Paris a annulé cinq gardes à vue dans une affaire d’agression présumée contre des agents de police, au motif que les avocats des prévenus n’avaient pu exercer pleinement les droits prévus par la convention européenne des droits de l’Homme.

Selon ce jugement, rendu le 28 janvier dernier, les auditions des cinq prévenus à compter de la 24e heure de garde à vue et l’intégralité de l’audition de l’un d’entre eux sont irrégulières « dès lors qu’ils n’ont pu bénéficier de l’ensemble des interventions qu’un citoyen européen ou français sont en droit d’attendre ».

Il s’appuie notamment sur l’article 6-3 de la convention européenne, telle qu’interprétée récemment par la cour européenne des droits de l’Homme, qui exige la présence de l’avocat dès la première heure de garde à vue et doit comprendre la communication effective du dossier.

Dans cette affaire indique notamment le jugement,

les poursuites engagées par le procureur « l’ont été à l’issue des éléments recueillis lors de la prolongation de la garde à vue qu’il a autorisée (…) » et « aucune investigation n’a pu être demandée par les conseils des prévenus tenus dans l’ignorance du déroulement de l’enquête »,

Plusieurs juridictions de première instance, notamment à Bobigny, ont déjà annulé des gardes à vue dans lesquelles le mis en cause n’avait pas pu avoir accès à un avocat dès le début de la mesure de privation de liberté.

Je rappelle que certains policiers de PJ, notamment du 9.3 (Seine St-Denis, tribunal de Bobigny) renâclent devant cette évolution qui dérange leur système d’enquête fondé sur le principe de l’aveu, hérité de l’Inquisition. Au coeur du débat, au-delà de l’aspect émotionnel et anecdotique des événements, le problème de l’évolution des méthodes d’investigation qui impose aux policiers une véritable révolution copernicienne.

Il est étrange que les policiers et les gendarmes de petit niveau professionnel choisissent précisément ce moment pour multiplier les gardes à vue abusives.

Il faut également resituer cette discussion dans le débat encore plus général de la preuve en matière judiciaire. Et en particulier des jugements fondés sur l’intime conviction, c’est-à-dire sans preuve, qui domine le fonctionnemement de nombreux magistrats. Depuis quelques mois, on relève en effet de nombreuses relaxes motivées par l’absence de preuve. A commencer dans l’affaire Clearstream.

Les juges de la Cour de Cassation sauront-ils mettre en oeuvre cette nouvelle philosophie lorsqu’ils auront à débattre très bientôt du cas Colonna ? Dès cette époque, mais plus encore avec le recul, je persiste à affirmer que pas une seule preuve de qualité n’a été apportée pour étayer l’accusation contre Colonna. Pour l’avoir affirmé, le procureur Jean-Claude Kross s’est cru permis de m’insulter. Il eut été préférable qu’il se regarde dans un miroir, il y aurait vu son pire ennemi.

Mon clavier, 7 février

03UTCp28UTC02bSun, 07 Feb 2010 08:04:03 +0000UTC 9,2008

§ J’ai remis en ligne ce matin une version modifiée de mon billet sur les gardes à vue. Leur remise en cause est très importante garde-a-vue-nouvelles-annulations

§ A ne pas rater, en Ukraine, un spectacle étrange detranges-images-sur-le-sable

§ Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Mon clavier, 6 février

53UTCp28UTC02bSat, 06 Feb 2010 17:50:53 +0000UTC 9,2008

§ l’évolution nécessaire des méthodes de police garde-a-vue-nouvelles-annulations

§ Secret bancaire : l’Allemagne se sert en France L\’Allemagne acquerrait en France des données bancaires suisses

§ A lire de toute urgence : Moreas et sa plaque d’immatriculation  mon-identite-nationale

§ Au secours des étrangers persécutés 421403

§ Roger Bruno-Petit fustige les horribles chroniques de Zemmour sur RTL. Le meilleur moyen ne serait-il pas que de ne plus évoquer ce personnage ? Je me tiendrai désomrais à cette règle, bien que la seule mention de Zemmour provoque immédiatement une avalanche de clics. 1924987_zemmour-sur-rtl-la-loi-veil-etait-un-pis-aller-compassionnel.html#xtor=EPR-275-[NL_732]-20100206-[medias-web]

§ Une plaisanterie encore plus idiote qu’hier : dans sa grande jalousie compétitive envers Obama, notre président adoré aurait dit qu’il n’est pas encore noir, mais qu’il a déjà Bruni.

(C’est pas moi, je le jure !)

§ Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Corse, régionales : vers une défaite des Sarkozystes ?

07UTCp28UTC02bFri, 05 Feb 2010 11:15:07 +0000UTC 9,2008

[Nicolas Sarkozy]  a fait le constat, sévère, de l’échec patent de la politique de sa majorité en Corse, particulièrement lorsqu’il a évoqué le Padduc, le PEI et le développement durable. Au point même qu’il a fait en sorte de proposer un autre candidat à la présidence de l’exécutif.

bastia-paul-giacobbi-nicolas-sarkozy-a-reconnu-que-son-equipe-a-failli

Avec ce constat spectaculaire dans une longue interview publiée ce matin dans Corse-Matin, Paul Giacobbi se pose en leader de la gauche. Bien décidé à remporter la victoire. Contrairement aux impressions données lors du récent voyage entrepris par le Président en Corse, le leader du PRG ne paraît guère disposé à rejoindre la majorité présidentielle. Ceci malgré les divisions persistantes et récurrentes entre les divers groupes politiques qui se revendiquent de la gauche et/ou du nationalisme.

Pourtant, selon mes informations – tirées de source sûr à Ajaccio – Mon Président a multiplié les gestes et les efforts pour s’approcher d’un consensus qui permettrait à l’UMP et à ses alliés de remporter une nouvelle fois la victoire aux Régionales. Un interlocuteur de haut niveau m’a même précisé que tout le monde avait été frappé par le calme raisonnable qui caractérisait l’attitude du Président, contrairement à sa fébrilité habituelle. En vérité, il a même multiplié les gages en direction des Nationalistes modérés d’Inseme, sans pour autant évoquer des questions essentielles telles que l’identité et la langue.

L’impression qui prévaut aujourd’hui que malgré les divisions susmentionnées, l’actuelle majorité UMP du Conseil régional risque d’être balayée.

« Les Corses, me dit-on, sont assoiffés de changement. »

Malgré les réserves du maire de Bastia, Emile Zuccarelli, le grand gagnant de l’opération serait de toute façon Giaccobi : si la gauche et les nationalistes modérés réussissent à constituer une majorité, Giaccobi revendiquera la prsidence de l’Assemblée régionale. Si la droite gagne,  Nicolas Sarkozy lui proposera de toute façon un ministère. Qu’il a d’ailleurs refusé il y a quelques semaines, mais qu’il pourrait quand même accepter dans le futur. Ce serait un des plus beaux scalps de gauche pour la ceinture du Président.

Les plus absents du débat sont paradoxalement les tenants du FLNC et de ses avatars lointains, qui se plaignent des Nationalistes modérés, accusés d’avoir déserté le combat !

Précision utile

Je suis désolé de ne pouvoir citer ma source, mais je peux vous garantir que mon interlocuteur a assisté de près à toutes les étapes du voyage, me confirmant en particulier la mauvaise humeur du Président à l’encontre de sa propre majorité.

Mon clavier, 5 février

35UTCp28UTC02bFri, 05 Feb 2010 10:29:35 +0000UTC 9,2008

§ Les perspectives des Régionales en Corse corse-regionales-vers-une-defaite-des-sarkozystes

§ La dernière plaisanterie en vogue : Nicolas (Sarkozy) blanchit, Carla brunit. Aïe !

§ L a France enverra environ 80 soldats supplémentaires en Afghanistan, pas des combattants mais des formateurs pour aider  l’armée afghane, a déclaré vendredi Hervé Morin, à l’issue d’une réunion avec ses homologues de l’OTAN à Istanbul. Et l’OTAN cherche des sous pour financer ses opérations en Afghanistan

§ La cour d’appel d’Amiens (Somme) a condamné vendredi les six salariés de Continental à des amendes de 4.000 et 2.000 euros pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne (Oise) en avril 2009. Ils avaient été condamnés en première instance à des peines de trois à cinq mois de prison avec sursis, cette peine n’a pas été maintenue en appel.

§ Moindre progression du chômage aux USA. Pourquoi Wall Street n’aime pas ? usa-la-courbe-du-chomage-sinflechit-2

§ Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Sarkozy : réformer à tout va, mais le tout va ne va pas bien

43UTCp28UTC02bThu, 04 Feb 2010 13:43:43 +0000UTC 9,2008

La réformite aigüe du Président se heurte à de terribles obstacles. Sans parler des « habitués de la grève » comme à la SNCF, en matière judiciaire, face aux perspectives d’une profonde refonte de la procédure pénale, la grogne secrète des magistrats, et pas seulement de gauche. Pour les plus récalcitrants, comme à Paris, on les prive de travail intéressant. On les punit.Ce n’est pas forcément la bonne manière.

Pas plus que l’idéologue ultra libéral  Fillon n’avait besoin d’annoncer pour les fonc tionnaires des mesures suggérant que la fonction publique pourrait voir intégrer les mesures de licenciement. Rare maladresse à un mois des Régionales.

Les policiers viennent de manifester leur mauvaise humeur lors des élections professionnelles.

Haïti : pire qu’Hiroshima

44UTCp28UTC02bThu, 04 Feb 2010 12:49:44 +0000UTC 9,2008

Le bilan du tremblement de terre de Port au Prince est plus lourd que celui de l’explosion nucléaire qui a ravagé Hiroshima. « Plus de 200.000 » Haïtiens ont perdu la vie, a annoncé le Premier ministre Jean-Max Bellerive, révisant à la hausse un précédent bilan de 170.000 morts. Il a également parlé de 300.000 blessés et annoncé que 4.000 personnes avaient été amputées à la suite de la catastrophe.

« C’est un désastre au niveau planétaire », a-t-il jugé, affirmant cependant que « le gouvernement a toujours été en prise avec les événements et contrôle la situation ».

Polices municipales : manif

19UTCp28UTC02bThu, 04 Feb 2010 12:33:19 +0000UTC 9,2008

Les policiers municipaux veulent plus de sous. Ils ne se contentent pas de réclamer plus de pouvoir afin d’être alignés sur la police nationale.

La FNPM, syndicat majoritaire, réclame un alignement des grilles indiciaires sur celles de la police nationale.

Les policiers municipaux sont appelés à manifester jeudi 4 février en début d’après-midi dans 22 villes françaises. Des manifestations sont notamment prévues à Lyon, Nantes, Versailles, Bobigny, Nîmes et Tours à l’appel du Syndicat national des policiers municipaux (SNPM-CFTC, majoritaire).

« Les policiers municipaux sont au bout du rouleau, mais le ministère de l’Intérieur fait la sourde oreille à nos demandes et refuse de négocier », s’insurge Frédéric Foncel, vice-président du SNPM. « Nous espérons que 4.500 à 7.000 fonctionnaires descendront dans la rue ».

Mon clavier, 4 février

25UTCp28UTC02bThu, 04 Feb 2010 12:00:25 +0000UTC 9,2008

§ La réformite aigüe ne passe pas sarkozy-reformer-a-tout-va-mais-le-tout-va-ne-va-pas-bien

§ Régionales : forte poussée de la gauche prévue par les sondages. Et le voyage en Corse de Mon Président Sarkozy ne paraît pas avoir été très utile : il n’a pas obtenu le ralliement de Giacobbi et des radicaux de gauche. Face à quelques dizaines de manifestants hostiles les 1500 hommes de 15 compagnies de CRS et de gendarmes! Regarder cet excellent reportage vidéo de Corse Matin, dont le contenu ne correspond pas du tout au titre rencontre-politique-le-president-a-seduit-les-elus-avec-de-la-matiere-et-du-contenu

§ Encore de la colère, les policiers municipaux polices-municipales-manif

§ Grippe A : moins de 5% de la population a été vaccinée, des dizaines de millions de doses vaccinales vont partir à la poubelle. Les laboratoires peuvent remercier Roselyne Bachelot et ses « experts en catastrophe » ! vaccination-l-echec-a-mediter-par-gerard-bapt_1298460_3232.html

§ Banques suisses, les soucis des « épargnants » secrets allemands suisse-banques-inquietudes-allemandes

§ Haïti : pire qu’Hiroshima. haiti-pire-quhiroshima Et, après le cataclysme, la faim et la colère haiti-la-population-affamee-s-en-prend-aux-autorites_846453.html

§ Un terroriste bavard usa-un-terroriste-bavard-vient-au-secours-de-barack-obama

§ Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Sardaigne : un jour de colère

22UTCp28UTC02bThu, 04 Feb 2010 10:27:22 +0000UTC 9,2008

Notre amie Christina Bianca Troncia, ardente avocate des Sardes, nous rappelle dans une proclamation enflammée que demain…

… Vendredi 5 février 2010, la Sardaigne sera totalement paralysée : commerces fermés, écoles et lycées fermés dont les directeurs et professeurs seront également dans la rue, tous syndicats confondus, membres du diocèse dans la rue avec le peuple sarde suite à l’appel du Pape, services des trains et bus (sauf ceux réservés aux manifestants qui descendront sur Cagliari pour participer à la manifestation !), activités des aéoroports perturbées (des manifestants occuperont certainement les pistes pour empêcher les avions d’atterrir !), personnels hôteliers et restaurations, etc.

Le peuple sarde dans une unité solide et totale sera dans les rues et notamment à Cagliari (et dans d’autres grandes villes, où des cortèges seront organisés pour ceux qui ne pourront se déplacer jusque dans le Sud de l’île !) où les organisateurs attendent plus de 30 milles personnes, travailleurs accompagnés de leur famille mais aussi tous les représentants des partis politiques tous bords confondus, les représentants de l’institut d’éducation, les représentants du diocèse, les hauts représentants des associations des régions et des communes (ANCI et UPS) !

Le cortège partira à 10 heures du centre de Cagliari, la capitale de l’île, avec le slogan «  »Lavoro, sviluppo, autogoverno, dalla crisi alle opportunità » (Travail, développement, auto-gouvernance, de la crise à l’opportunité),
La plupart des journaux régionaux sardes dont leurs journalistes seront parmi les manifestants, annoncent également un piquet de grève en soutien total au peuple sarde !

La grève générale de 2002 n’ayant pas abouti à des résultats concrêts suite aux propositions déposées, il est à craindre que demain, la colère sourde du peuple sarde n’éclate au cours de cette journée !!!

GAV – toujours la polémique, et des contre vérités

44UTCp28UTC02bWed, 03 Feb 2010 15:08:44 +0000UTC 9,2008

Mise à jour à 16 h 30

Sur les questions des conditions dans lesquelles se déroulent les gardes à vue, Marc Louboutin entend remettre les choses au point. Ancien officier de police, Louboutin est aujourd’hui journaliste. Je reprends les termes de son communiqué, tout en exprimant quelques réserves quant au contenu, car les témoignages sont trop nombreux pour être tous fantaisistes.

Paris le 3 février 2010. Communiqué de presse du Blog de Police. (Communauté totalement indépendante de plusieurs milliers de policiers – et aussi de citoyens – pour un débat concret sur la sécurité publique et la réalité du métier des forces de l’ordre.)

Dignité des gardes à vue : Non, les policiers ne pratiquent pas de « fouilles anales » contrairement à ce qu’affirment certains avocats !

Les policiers lecteurs du Blog de Police ont suivis (en direct, en différé ou en podcast) avec attention l’émission « C dans l’air » sur France 5, animée par  Yves Calvi, le 2 février 2010 dont le thème était «  Police de gauche, PV à droite ».

Etaient invités à débattre sur les thèmes des quotas statistiques, de la politique du chiffre dans la police et de la problématique des gardes à vue : Maître Christian Charrière-Bournazel, Bâtonnier de l’Ordre des avocats du barreau de Paris, Maître Eric de Caumont, Avocat spécialisé en droit de l’automobile, Monsieur Christophe Soullez, Criminologue, Chef de division de l’Observatoire national de la délinquance et Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat Unité-SGP-FO.

Le présent communiqué n’a pas pour but de revenir sur l’ensemble de ce débat, notant tout de même que quelques absurdités ont été citées sans aucun rapport avec la réalité des faits ; Non, Monsieur Calvi, les automobilistes auteur d’un excès de vitesse à 52 km/h pour 50 autorisés ne sont pas mis en garde à vue !

Le débat sur le mode procédural du déroulement des gardes à vue en France, et de son adéquation avec les décisions européennes est évidemment légitime, et à ce titre, il est normal, en ces temps d’examen de la réforme de cette mesure que les avocats, garants des droits des droits des mis en cause, interviennent pour exprimer leurs points de vue.

Pour autant, des accusations graves et totalement diffamatoires ont été portées lors de cette émission à l’encontre des policiers chargés de la gestion des gardes à vue par Maître Eric de Caumont, et cela à deux reprises.

Non, les « fouilles anales » ne sont pas JAMAIS pratiquées lors des mesures de gardes à vue.

Qu’est-ce qu’une « fouille anale » si l’on s’en tient aux propos de Maître Charrière-Bournazel, intervenant à grands renforts médiatiques lors de la garde à vue de sa consoeur Maître Wassermann et dénonçant, avec force,  déjà, de telles pratiques, sur France Info, propos repris dans le journal le Monde daté du 16 novembre 2009 ?

Extrait(1) : « Christian Charrière-Bournazel, bâtonnier, a raconté sur France Info que Caroline Wassermann », … « avait été convoquée au commissariat de Meaux (Seine-et-Marne) sous le prétexte d’un problème personnel. « Elle a été menottée, elle a été mise nue, on lui a mis un doigt dans l’anus. On la traite comme la dernière des dernières des dernières au mépris du respect de la personne humaine le plus élémentaire », a-t-il déclaré. »

Accusation diffamatoire, mensongère et totalement dénuée de fondement.

Maître Wasserman avait d’ailleurs démenti ces propos lors de ses interviews à ce sujet. (Le Parisien du 17 novembre 2009 (2) : « Contrairement à ce que le bâtonnier de Paris affirmait hier, l’avocate reconnaît que «personne» ne lui a pratiqué d’examens approfondis »)

Maître Charrière-Bournazel, évidemment, à notre connaissance, ne s’est jamais pour autant exprimé publiquement sur le caractère mensonger des accusations graves de traitement inhumain qu’il avait prononcé à l’encontre des policiers dans cette affaire.

Prenant le relais de ces accusations diffamatoires pour les forces de l’ordre, approuvé par les hochements de tête du bâtonnier des avocats de Paris, Maître Eric de Caumont, réitérait hier de telles accusations en racontant la garde à vue d’un de ses clients dont il aurait été avisé le matin même de l’émission « C dans l’air »

(3)« Il a eu le droit également à la fouille anale. Est-ce que c’est indispensable à la sécurité tout court ou à la sécurité routière tout court de faire une fouille anale pour quelqu’un qui a pris un verre de trop ? »

Puis plus tard, répondant à Monsieur Soulez qui justifiait le retrait des ceintures et cravates pour des raisons de sécurité des personnes retenues.

(4)«Et la fouille anale, c’est pour sa sécurité aussi ? »

Les lecteurs du Blog de Police ont été nombreux à réagir à ces propos qui ne sont ni plus que moins de ces accusations de « viols »( au sens propre du terme) qui seraient pratiqués par les fonctionnaires de police de manière habituelle lors des mesures de sûreté des personnes gardées à vue, qui évidemment se verraient pratiquées de telles intrusion contre leur gré.

Non, contrairement à l’appel à la mémoire collective que souhaitent évoquer ces avocats, les cellules de gardes à vue en France ne sont pas comparables à des « annexes » de la prison d’Abu Ghraïb !

Les fonctionnaires de police, dans leur immense majorité, appliquent à la lettre les instruction de la circulaire ministérielle du 11 mars 2003 concernant le déroulement et la dignité des gardes à vue.

Et si les « mises à nu » sont encore trop nombreuses, contrairement à ces instructions, la question objective à se poser n’est pas la responsabilité des simples gardiens de la paix, mais l’abandon parfois de ces derniers par la chaîne hiérarchique face à des responsabilité de sécurisation dont ils ne doivent être que les exécutants et non les uniques responsables en tant que « fusibles ».

  • Les lecteurs du blog de police demandent donc :     Au deux avocats précités : de prouver leurs assertions et  à défaut et concernant particulièrement le bâtonnier des avocats de  Paris, au minima, de présenter ses excuses pour ses accusations graves et non fondées d’après sa cliente elle-même.
  • Au Ministre de l’Intérieur : conformément à son devoir de défense des fonctionnaires de police sous sa responsabilité en cas d’accusation injustifiée, de réagir fermement à ces accusations diffamatoires laissant penser que les policiers se livrent habituellement à des fouilles intimes forcées lors des mesures de gardes à vue, d’engager une politique déterminée de communication sur la réalité du métier des forces de l’ordre en se rapprochant des policiers et gendarmes exerçant au quotidien les missions de sécurité publique. Et également de rappeler, une fois de plus, mais de manière non dérogatoire et très formelle, l’application des instructions ministérielles du 11 mai 2003 en responsabilisant fermement l’ensemble de la chaîne hiérarchique et non seulement les simples exécutants.

Marc Louboutin est Administrateur-créateur du Blog de Police marclouboutin@gmail.com 06 10 86 29 08

Sources :

(1) http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/16/le-batonnier-de-paris-denonce-la-garde-a-vue-d-une-avocate_1268067_3224.html

(2) http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/polemique-apres-la-garde-a-vue-d-une-avocate-parisienne-a-meaux-17-11-2009-714864.php

(3) http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1360&info=invites (time code vidéo des propos : 42’03’’)

(4) http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1360&info=invites (Time code vidéo  des propos :45’17 ‘’)

Précisions

Marc Louboutin apporte quelques précisions, concernant e particulier les raisons pour lesquels le « doigté » ne doit pas être utilisé : il s’agit au sens strict d’un viol, susceptible de poursuites comme tel. Mais, dit Marc, les gardiens de la pais ne se lanceraient de toute façon pas dans cette pratique car elle est très préjudiciable à l’hygiène, et, en tout état de cause, mentionnée de façon espresse dans les PV d’interrogatoire. Il demande que des preuves soient apportées d’une telle pratique. D’une façon générale, il impute certains dérapages constatés dans les gardes à vue au manque de formation de très jeunes gardiens, et surtout aux lacunes surprenantes du contrôle hiérarchique. Or un gardien ou un gendarme APJ 20, et même OPJ, ne devrait pas pouvoir gérer une garde à vue hors du contrôle des supérieurs hiérarchiques immédiatement compétents.

People : pourquoi pas de Carla à San Remo

13UTCp28UTC02bWed, 03 Feb 2010 14:05:13 +0000UTC 9,2008

Version complétée à 15 h 30

Voici les paroles de Simone Cristicchi qui ont offusqué Carla Bruni :

« Elle dit quoi Carla Bruni?

Comment s’habille Carla Bruni?

Elle mange quoi Carla Bruni?

Il est sorti le nouveau disque de Carla Bruni?

Elle pense quoi Carla Bruni?

Comment marche Carla Bruni?

Comment se maquille Carla Bruni?

Nous sommes tous plus contents avec Carla Bruni.

Heureusement qu’il y a Carla Bruni »,

chante Simone Cristicchi, brocardant quelque peu la chanteuse « devenue une icône esthétique ». Mais le chanteur italien s’en prend également à Nicolas Sarkozy dans le refrain :

« Nous somme fait comme ça Sarko nò, Sarko si, si on parle de toi, il n’y a pas de problèmes ».

Pas de quoi fouetter un chat, n’est-ce pas ? Parce que, en plus, il faut éviter d’être irrespectueux à l’égard des artistes ?

Et une vision oblique de notre ami psychologue Jean-Pierre V.

Disons que ce texte est très bien écris puisqu’il est ambigü. Au sens premier des mots, on peut croire qu’il fait part des pensées d’un(e) fan de Carla Bruni avec ses questions (comme « Comment s’habille Carla Bruni? »). Du moins, c’est ce qu’on peut penser. Puis apparaissent deux vers qui ne sont plus des questions. Et c’est là que l’ambiguïté apparait dans sa toute splendeur :

<i>Nous sommes tous plus contents avec Carla Bruni. Heureusement qu’il y a Carla Bruni.</i>

C’est peut-être encore la pensée du fan, mais c’est peut-être aussi un renversemen, une ironie car les chances que cela soit réel sont faibles.

<i>Nous sommes tous plus contents avec Carla Bruni.</i>

heu? non, les socialistes ne diront pas ça, ainsi que tous ceux que la muse de notre président n’amuse pas. Donc la phrase est fausse, naturellement et évidemment fausse. Comme cela n’a pu échapper à l’auteur, le lecteur comprend que c’est ironique et que c’est la vanité ou l’orgueil du sujet qui est visé. Maintenant, allons plus loin ! Pourquoi cette ambiguïté sinon aussi pour pointer du doigt une autre ambivalence, visiblement internationalement connue ? En effet, à voir notre bon président et ses ministres annoncer de nouvelles lois qui existent déjà, nous avons l’image qu’ils veulent se donner : des sortes de supermen indispensables (alors,

« heureusement qu’ils sont là » et <i>Heureusement qu’il y a Carla Bruni</i>)

mais il y a aussi la réalité (qui tendrait à nous faire part de leur absence de jugement). Cette ambivalence entre cette volonté de se mettre en avant et le vide de leur décision (ou compétences), c’est la chanson que nous offre le gouvernement depuis un temps. Et finalement, le sujet visé par la chanson participe à ce mécanisme tout en en profitant. L’attaque est rude, mais intelligente. Il n’y a pas diffamation puisque c’est un fan qui parle ! Du moins, c’est sans doute la défense possible. Par contre, la réponse de la dame en question est moins intelligente car elle ne répond pas dans ce même mode de l’ambiguïté. Quant à savoir si c’est mérité, chacun répondra…

Obama et son avenir

07UTCp28UTC02bWed, 03 Feb 2010 12:36:07 +0000UTC 9,2008

Ce billet est une ébauche

Comment Bruce D., un analyste politique américain de mes amis voit le Président Obama.

Obama est un vrai centriste avant tout féru de consensus.

Dans le monde et dans la gauche américaine, on a cru qu’Obama mènerait une politique de gauche, c’était mal le connaître. Il écoute, mais on ne sait jamais quelle est son idée exacte.

Il est évident que la réforme du système de santé est son grand projet, qui conditionne tout le reste. Il espérait que les Républicains accepteraient un minimum de collaboration. Mais les Républicains ont décidé de s’opposer à tout, par système. Pour obtenir que son projet Santé soit finalement voté, le Président Obama a multiplié les concessions. Mais pour ses adversaires, ce n’est jamais assez. Ils sont même capables de voter contre leurs propres idées pour montrer leur opposition résolue.

Ainsi, de proche en proche, le projet Santé est vidé de son contenu. Outre la « minorité républicaine », trois adversaires majeurs : les compagnies d’assurances ; les groupes financiers propriétaires d’hôpitaux ( presque tous privés) et surtout le « Grand Pharma », le lobby des laboratoires. Obama leur a promis qu’ils ne perdraient pas un sou avec la réforme de santé, autant dire qu’il n’y a plus de réforme de santé.

 » Je rappelle que pour chaque parlementaire américain opère au moins cinq lobbyistes de toutes catégories. C’est une pression terrible. »

Les milieux de gauche américains sont évidemment déçus.

Dans ces conditions, quel est l’avenir du Président Obama ? Il sera particulièrement difficile de concilier le projet déjà adopté par la Chambre des Représentants entraînée par Nancy Pelosi, patron de la majorité démocrate. et le projet accepté par le Sénat. En outre Mrs Pelosi est l’objet de violentes attaques de la part des Républicains parce qu’elle est trop… libérale !

Mon clavier, 3 février

36UTCp28UTC02bWed, 03 Feb 2010 07:22:36 +0000UTC 9,2008

§ François Fillon insiste sur la possibilité de soumettre les fonctionnaires à la procédure de licenciement. Veut-il tellement perdre les élections régionales ? francois-fillon-introduit-l-idee-de-precarite-chez-les-fonctionnaires_226146.html#xtor=AL-189

§ Mon Président Sarkozy : six heures en Corse, pas une de plus 01002-20100203ARTFIG00053-sarkozy-se-bat-pour-garder-la-corse-a-droite-.php

§ Mon Président en Corse (bis) : un chef de parti qui se prend pour un président en-corse-m-sarkozy-appelle-a-l-unite-de-son-camp-et-multiplie-les-promesses_1300371_1293905.html Un voyage paisible ! lappel_dajaccio__sarkozy_se_projette_en_2012.html

§ gardes à vue « Je suis choqué du nombre des gardes à vue dans notre pays, qu’elles soient utilisées comme des moyens de pression pour obtenir des aveux ». C’est François Fillon qui le dit en promettant de s’attaquer à ce problème dans le cadre « d’une réforme de la justice qui sera bientôt soumise au conseil des ministres ». Il serait temps : rappelons que les « aveux » en garde à vue sont les seules « preuves » dans le dossier Colonna ! On relève aussi une réaction virulente de certains policiers gav-toujours-la-polemique

§ Je partage absolument le point de vue de Roger Bruno-Petit exprimé dans le billet joint. En rappelant que Xavier Bertrand a été défini par les Editions de l’Archipel : Faux gentil, vrai méchant, pour présenter le livre que Ian Hamel consacre au susdit 1919556_quand-xavier-bertrand-se-fait-interviewer-par-la-reincarnation-de-desproges.html#xtor=EPR-275-[NL_732]-20100203-[medias-web]

§ Politique américaine : esquisse pour une vision globale obama-et-son-avenir

§ Selon Le Temps, de Genève, la hausse du chômage rime avec hausse des profits ! Une_hausse_du_ch%C3%B4mage_se_traduit_par_un_rebond_des_profits

§ Et une belle carte, toujours du Temps, sur l’endetement de l’OCDE a79ab890-0a6b-11df-811c-d996489948b4

§ Le respect dû à la Première dame chanteuse… people-pourquoi-pas-de-carla-a-san-remo

§ Pour illustrer la St-Valentin, Google a appelé à sa rescousse le peintre américain Norman Rockwell, célèbre outre-Atlantique pour ses portraits d’enfants www.google.fr

A cette occasion, je signale qu’avec mon épouse nous venons de franchir le 30 janvier le cap des 50 ans de mariage. Eh oui !

§ Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Justice : vérité ici, non vérité là

32UTCp28UTC02bTue, 02 Feb 2010 14:43:32 +0000UTC 9,2008

Ma correspondante Marie-Ange ose un rapprochement entre les affaires Clearstream et Colonna. Evidemment !

Porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre est mécontent titre le Figaro! A propos du procès Clearstream, Lefebvre se déclare offusqué:  » ce ne sont que les exécutants qui paient »; il espère que le second procès « permettra de montrer qui a commandité cette manipulation et pourquoi ».

Je trouve surprenant que le gouvernement n’ait pas été aussi prompt à réagir lors de l’assassinat du préfet Erignac! En effet, à ce jour, seuls les exécutants ont été condamnés! Accusés d’être les commanditaires, Castela et Andriuzzi, condamnés en première instance à 30ans de réclusion criminelle (soit dit en passant, peine moins lourde pour les commanditaires que pour les exécutants!) ont été acquittés en appel, en raison notamment d’un procès verbal antidaté.

Cet acquittement selon Libé a sonné  » comme un désaveu des méthodes de l’ancien directeur de la DNAT » le commissaire (aujourd’hui inspecteur général) Roger Marion, et jette un doute  » sur la manière dont a été menée l’enquête ayant abouti à l’arrestation d’Yvan Colonna ». Peut-être est-ce la raison pour laquelle trouver les commanditaires de l’exécution du préfet Claude Erignac semble ne plus intéresser personne ?

Sarkozy : le cahier corse de doléances

01UTCp28UTC02bTue, 02 Feb 2010 09:46:01 +0000UTC 9,2008

Nicolas Sarkozy visite aujourd’hui la Corse. Comme par hasard à l’orée de la campagne pour les Régionales, qui ne se présentent pas dans de très bonnes conditions pour la mahorité. Alors que le Président a annoncé haut et fort qu’il n’interviendrait pas dans la campagne des Régionales. Ce qu’il dit ou non… Et il doit avant tout mettre de l’ordre dans ses propres troupes nicolas-sarkozy-en-corse-pour-remettre-de-l-ordre-dans-la-famille-ump_1299901_1293905.html

nicolas-sarkozy-en-corse-pour-parler-ecologie-et-politique.html

Les animateurs d’Inseme – Nationalistes modérés – ont concocté une lettre ouverte rédigée par Jean Christophe Angelini et Gilles Simeoni, candidats à l’élection territoriale de Mars 2010, résumant les positions du groupe et ses desiderata.

« Le courant d’idées auquel nous appartenons s’est battu depuis des décennies pour défendre le droit de la Corse au développement durable, s’opposant par exemple dans les années 60 à l’implantation prévue d’un site d’expérimentation nucléaire à l’Argentella, ou combattant pour la défense de la Méditerranée contre les Boues Rouges. Récemment, nous avons largement contribué à une mobilisation politique et citoyenne, qui a permis d’éviter l’implantation d’un incinérateur pour déchets ménagers dans l’île. Nous avons également participé pleinement aux combats contre les centrales au fioul lourd, ou le passage des pétroliers dans les Bouches de Bonifaziu. Enfin, de nombreuses forces de ce pays, dans leur diversité, se sont unies pour faire barrage au projet de PADDUC concocté par l’actuelle majorité territoriale. A chaque fois que notre île a eu à défendre son patrimoine collectif, elle l’a fait contre des projets inspirés ou soutenus par l’Etat, et un certain nombre de groupes financiers.

Au regard de ce passé conflictuel, ancien et récent, c’est avec une certaine réserve que nous attendons de prendre connaissance de votre vision du développement durable de la Corse. Nos choix fondamentaux, eux, sont parfaitement connus des corses. Nous tenons cependant, à l’occasion de votre visite, dans un esprit de dialogue, à les rappeler brièvement.

  • Le développement durable place l’homme au centre des choix politiques essentiels. L’histoire le démontre : le peuple corse est une réalité originale, vivante, ouverte et capable d’intégrer celles et ceux qui le souhaitent dans une communauté de destin. Il faut donner à ce peuple les moyens juridiques et financiers de garantir et renforcer les éléments constitutifs de son identité : la langue, la culture, la terre.
  • Le développement durable organise la prise en compte de l’intérêt général dans la gestion des secteurs stratégiques d’un pays. L’eau est, en Corse, une richesse naturelle abondante : elle ne peut être exploitée dans une logique de privatisation. Les transports sont, pour un territoire insulaire, la clé essentielle de l’ouverture : la notion de compétitivité doit toujours être conciliée avec des exigences fortes de service public, et de non-dépendance. Enfin, l’autonomie énergétique de l’île est une nécessité absolue. Elle doit être atteinte à travers le GALSI, mais aussi par le développement des énergies renouvelables dans leur diversité (photovoltaïque solaire, thermodynamie, hydroélectrique, éolien, biomasse).
  • Le développement durable crée de la richesse en préservant les équilibres territoriaux, naturels et humains. La Corse est aujourd’hui en proie à la spéculation, à la bétonisation du littoral et à la mise à mort de l’intérieur. Nous voulons rompre avec ce modèle archaïque et le remplacer par une stratégie économique ouverte sur notre environnement euro-méditerranéen reposant sur trois piliers : d’abord le rééquilibrage en faveur de l’intérieur, qui doit faire l’objet d’un véritable plan de relance. Ensuite, la préservation et la mise en valeur de la première de nos richesses : notre patrimoine environnemental, qui nous permettra de développer des activités entrepreneuriales, agricoles et touristiques créatrices d’emplois qualifiés et de valeur ajoutée. Enfin, il faut replacer la solidarité au cœur des politiques publiques : l’exclusion, le chômage, la précarité frappent durement les Corses. La question sociale est, ici comme ailleurs, une priorité absolue.
  • Le développement durable, c’est aussi vivre dans une société apaisée, construite sur les valeurs positives de travail, de tolérance, de justice. Nous avons pour notre part fait le choix exclusif de l’action publique. Mais nous savons aussi que la Corse vit depuis trop longtemps dans une situation de conflits, du fait notamment de l’absence de dialogue organisé et durable entre l’état et notre communauté. Nous souhaitons œuvrer résolument à la construction de ce dialogue, qui ne doit exclure personne, et à l’avènement de la paix. Oui, les conditions de l’affrontement doivent disparaître. Et elles ne disparaîtront que si tous les acteurs parviennent à s’entendre sur une solution politique raisonnable et transactionnelle.

C’est ce chemin que, pour notre part, nous vous demandons d’emprunter. C’est celui que nous continuerons inlassablement de proposer à notre peuple, à l’occasion notamment des échéances de mars 2010. »

Il faut onsidérer un arrière-plan à cette lettre : sous couleur d’environnement, le Président ne va-t-il pas vouloir remettre sur les rails le PADDUC cher à sa majorité, écarté depuis quelques mois ?

En préambule de cette visite présidentielle en Corse le FLNC a publié un communiqué revendiquant vingt-quatre attentats commis l’an passé dans l’île. Et plusieurs syndicats ont lancé un appel régional à la grève, rappelle Corse-Matin : La visite du président de la République est l’occasion, pour les organisations syndicales, de remettre sur le devant de la scène les difficultés sociales multiples que vit la Corse. Lors d’une conférence de presse conjointe, la CGT et la CFDT ont fait, hier, le bilan d’une situation peu réjouissante. Les représentants des deux syndicats ont rappelé que, bien que dénuée d’industrie, la Corse n’a pas été oubliée par la crise économique et sociale qui touche l’ensemble de l’Europe. Avec des chiffres qui parlent d’eux-mêmes : plus 26,5 % de chômeurs chez les jeunes depuis un an et plus 27,3 % chez les plus de 50 ans au cours de la même période.

Langage du Président : du respect pour les autres

52UTCp28UTC02bTue, 02 Feb 2010 08:54:52 +0000UTC 9,2008

Le blogueur Roger Bruno-Petit, sur Le Post, est revenu hier lundi sur le comportement fondamental de notre Président Sarkozy : il confond la République française avec une société plus financière qu’industrielle, et il se comporte en petit patron archaïque qui décide tout tout seul, souvent sous l’empire de la colère, en tout cas de l’urgence irréfléchie. En oubliant ce que nous apprend l’histoire : même les rois les plus absolutistes ont manifesté une grand mansuétude à l’égard de leurs sujets. Et surtout un grand respect, tant en actes qu’en paroles.

Or, souligne mon contributeur Jean-Pierre Vernet, le respect de l’autre semble être ce qui manque le plus à notre Président, comme en témoigne son langage pour le moins relâché.

Ce n’est pas être vieux schnoque que d’apprécier la belle diction. En effet, De Gaulle savait s’exprimer. La lenteur de sa locution lui permettait non seulement de peser chaque mot, mais aussi pour ses interlocuteurs de comprendre pleinement l’étendue de sa pensée.

Hélas, depuis que le charisme de « l’art de la communication et de l’image » a pris le pas sur le charisme politique, les compétences intellectuelles deviennent plus secondaires. Au niveau de l’image, il est devenu plus porteur de passer pour sympathique en parlant peuple que passer pour compétent, prétentieux et déconnecté en parlant avec des mots que souvent seule une minorité ne verra toute la profondeur. Par contre est-ce toujours de la politique ? Et pouvons-nous être sûr que derrière le charisme du communiquant « peuple », il reste quelques compétences intellectuelles un tant soient peu nécessaires ? Après tout, un abruti aussi parle « peuple ».

Parler comme le peuple (enfin, encore faut-il me démontrer que le peuple parle aussi mal) peut cependant poser problème quand on est un politique. Deux chercheurs a Dijon ont montré en 1993 qu’on n’interpelle pas de la même manière une personne qu’on respecte et une autre qu’on rejette. Bien que tous les participants à leur étude prétendaient ne pas être racistes, les deux chercheurs ont montré qu’en face d’un noir, les participants disaient plus « Monsieur » qu’en face d’un blanc. Pour le blanc, c’est « mon cher Monsieur » qui était le plus utilisé.

Maintenant qu’est-ce qui regroupe « les dames et les personnes issues de la Diversité » ? C’est la discrimination! Les unes sont victimes de sexisme et les autres de racisme ou de xénophobie.

Quand le président s’adresse à eux par leur prénom, est-ce par compassion envers la souffrance de la discrimination ? Si oui, n’est-ce pas déjà de la discrimination ? Ou bien est-ce plutôt comme tous les supérieurs (patron, directeur, enseignant etc.) qui se permettent d’appeler leurs subalternes par leur simple prénom ? Bien sûr, on ne connait pas la réponse scientifique à cette question mais à l’image des deux chercheurs dijonnais, je ferais bien l’hypothèse qu’une étude sur cela montre que c’est la seconde option qui soit la bonne : seuls ceux en position hiérarchiquement supérieur se permettent la familiarité d’appeler par leur prénom les gens qu’ils jugent subalternes.

En tout cas, on s’attend de la part d’un chef de l’état à ne pas voir ou entendre les travers qu’on entend au café du commerce. Plus qu’un problème d’image (à l’étranger au moins), c’est aussi et surtout, un problème de principe et d’image, mais d’image de la fonction cette fois-ci.

Nicolas Sarkozy peut bien se gausser du fait que les choix politiques d’Obama ne semblent pas unanimement appréciés par ses concitoyens. Avant de rire, Sarkozy devrait apprendre un minimum d’histoire politique américaine pour découvrir que la conduite des réformes a toujours été douloureuse outre Atlantique. Le Congrès en particulier est une assemblée très difficile à manoeuvrer, on est loin des godillots de l’UMP auxquels François Fillon « ordonne » d’obéir sans broncher.

Mais Vernet ajoute : ne nous réjouissons pas de voir le Président éventuellement couler, et dans la solitude la plus extrême. Car nous coulerons avec lui. Les élections régionales vont-elles être pour lui une leçon ? Saura-t-il suivre l’exemple de la sage gestion silencieuse de Ségolène Royal en Poitou- Charente ? Je crains que non.

Carla (Bruni Sarkozy) vue d’Italie

03UTCp28UTC02bTue, 02 Feb 2010 08:53:03 +0000UTC 9,2008

Surgie de sa Sardaigne en pleine effervescence, notre amie Christina Bianca Troncia nous a concocté un petit texte un peu vitriolé sur Carla (Bruni, épouse Sarkozy). Je vous l’offre en dégustation

Allez ! Je vais vous faire un peu sourire (je l’espère !!!) avec une nouvelle toute croustillante qui nous arrive tout droit d’Italie !

http://www.ilgiornale.it/esteri/sanremo_canzone_ironica_sarko_carla_bruni_forfait_niente_festival/01-02-2010/articolo-id=418286-

Je vous en traduit le titre et quelques extraits : « Sanremo, chanson ironique sarko/carla bruni, résultat aucun festival ! » Le célèbre chanteur qui avait gagné le concours au festival de Sanrémo en 2007, Simone Cristicchi, a écrit une chanson dont le titre « Meno male » laisse déjà prévoir du contenu « «Meno male che c’è Carla Bruni / Siamo fatti così sarko-no sarko-sì / Che bella Carla Bruni / Se si parla di te il problema non c’è» (Heureusement qu’il y a Carla Bruni/Nous sommes comme ça, sarko-non, sarko-oui/Qu’elle est belle Carla Bruni/Si on parle de toi, le problème ne se pose pas !). Craignant l’incident diplomatique, les organisateurs demandent à Cristicchi de changer quelque peu son texte mais celui-ci se refuse et menace de ne pas participer au festival ! Un nouvel extrait de l’article « Già negli anni scorsi ci sono state frizioni e il culmine si è raggiunto a giugno 2008 quando Carlà, che è nata a Torino, ha detto senza giri di parole: «Spesso sono molto felice di essere diventata francese». Un’uscita che lasciò molti senza parole. Fulminante la risposta di Francesco Cossiga: «Anche noi italiani siamo ben lieti che Carla Bruni non sia più italiana, anzi siamo addirittura felici». (Déjà que dans les années passées, ils se sont affrontés et le point culminant s’est ajouté en juin 2008 lorsque Carlà, qui est née à Turrin, a dit sans détours « Vraiment, je suis très heureuse d’être devenue française ! » Une sortie qui en a laissé plus d’un sans voix ! Furieux, Francesco Cossiga a répondu « Nous aussi, italiens, sommes bien ravis que Carla Bruni ne soit plus italienne, et même nous en sommes plus que certainement heureux ! ».

Le festival de Sanrémo, la soixandixième, se déroulera d’ici une quinzaine de jours : Qui sera présent ? C’est la devinette sur laquelle se penchent tous les italiens jusqu’au jour J !!!

Mon clavier, 2 février

53UTCp28UTC02bTue, 02 Feb 2010 07:58:53 +0000UTC 9,2008

§ Mon Président remet un pied en Corse sarkozy-le-cahier-corse-de-doleances

§ Le langage du Président : je republie ce billet arrivé tard dans la journée, hier langage-du-president-du-respect-pour-les-autres

§ Retraités : Brice Hortefeux veut à tout prix avoir raison contre Michèle Alliot-Marie : c’est lui qui fait la loi, et elle est « mal informée » (sic) tts-france-hortefeux-alliot-marie-ca02f96.html

§ USA – Un budget difficile usa-un-budget-pour-sortir-de-la-crise-2

§ Carla n’est pas bien vue en Italie carla-bruni-sarkozy-vue-ditalie

Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

SÉCURITÉ, et habitat individuel

49UTCp28UTC02bMon, 01 Feb 2010 16:33:49 +0000UTC 9,2008

L’habitat individuel est un facteur très aggravant de risques… Les commentaires sur lle meurtre à Pont-Sainte-Maxence dans l’Oise de deux retraités qui provoque une violente polémique entre le Ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux et Michèle Alliot-Marie, la Garde des Sceaux quant à l’opportunité d’alourdir les sanctions pour les crimes et délits commis à l’encontre des séniors laissent de côté le vrai problème : le facteur de risque élevé représenté par l’habitat individuel. tout beau, tout nouveau, dans les années 1960 on a poussé les braves gens à acheter de bien jolies maisons bien isolées pour jouir d’une tranquillité que ne leur procurerait par le séjour en ville. Chacun veut pouvoir posséder son petit château.

C’est oublier que les maisons individuelles sont à tous les égards pratiquement impossibles à protéger. Vous pouvez surajouter toutes les barrières que vous voulez, laisser circuler des chiens bien méchants, accumuler les textes de loi et même multiplier les programmes de prévention, vous n’empêcherez jamais les malfaisants décidés à s’attaquer aux propriétaires de maisons individuelles. On ne se souvient pas que l’urbanisation accélérée est en grande partie la conséquence de la lutte contre l’isolement toujours dangereux. Et que cette urbanisation a même été considérée comme un progrès très réel, le lien avec l’agriculture aujourd’hui dissous ne nécessitant plus d’être proche de son champ.

Je le répète depuis trente ans, je n’ai naturellement pas été écouté, tant ce facteur de risque a été effacé – volontairement ? – de la promotion de la maison individuelle. Et ce qui est vrai pour les jeunes couples en pleine force de l’âge l’est encore plus pour les séniors, les retraités, auxquels plus personne ne prête la moindre attention parce qu’ils sont loin du voisin. Il faut le répéter : une maison individuelle est dangereuse pour ses occupants, la loi n’ changera rien.

Pour les fanatiques de la campagne, j’ai toujours conseillé de s’installer au milieu des villages. Comme les ruraux se sont pour la plupart repliés sur la ville pour profiter de ses avantages et de sa sécurité, les maisons de village sont largement disponibles, et au demeurant peu coûteuses.

Et je le répète : la vraie maison individuelle est vraiment dangereuse pour tous ! Ce n’est pas une opinion, mais l’expression d’une réalité évidente.

Mon clavier, 1er février

53UTCp28UTC02bMon, 01 Feb 2010 08:50:53 +0000UTC 9,2008

§  Je sais, je n’étais guère en avance, aujourd’hui : mais nous avons vécu samedi soir un grand évènement, il a fallu avaler ça !

§ Notre Président ne nous donne pas le respect qu’il nous doit langage-du-president-du-respect-pour-les-autres

§ A propos d’un double meurtre : du danger de la maison individuelle securite-et-habitat-individuel

§ Toujours et encore les polices municipales polices-municipales-et-traitement-des-fichiers-de-contraventions-routieres

§ assurer sa sécurité informatique à l’étranger secrets%E2%80%A6-en-voyage

§ Les billets les plus lus sur mon blog en 2009 les-dix-billets-les-plus-consultes-sur-mon-blog

Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Secrets… en voyage

17UTCp28UTC02bMon, 01 Feb 2010 08:40:17 +0000UTC 9,2008

Je répercute volontiers cette information importante

Lancement d’un passeport de conseils aux voyageurs :

« Comment protéger ses informations lors de déplacements à l’étranger »

L’emploi de téléphones mobiles, d’ordinateurs portables et d’assistants personnels favorise le transport et l’échange de données. Parmi ces informations, certaines peuvent présenter une sensibilité importante, tant pour les entreprises que pour les administrations. Leur perte ou leur vol peut avoir des répercussions importantes sur l’activité des entités concernées. Il est donc nécessaire, dans ce contexte de nomadisme, de protéger ces informations, tout particulièrement lors de déplacements à l’étranger. C’est pourquoi l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) et le Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE) se sont associés pour lancer, le jeudi 28 janvier 2010, un guide de conseils aux voyageurs destiné à conseiller les voyageurs sur la protection des informations lors des déplacements à l’étranger.

gp_article712.html

spip.php?article460

Polices municipales et traitement des fichiers de contraventions routières

23UTCp28UTC02bMon, 01 Feb 2010 07:39:23 +0000UTC 9,2008

Mon contributeur Laurent Opsomer s’interroge sur la gestion de fichiers par les polices municipales

POLICES MUNICIPALES : LES FICHIERS MUNICIPAUX D’ANALYSE SÉRIELLE

Le 29 novembre dernier, Le Midi Libre rapportait, sous la plume de Yanick Philipponnat, la surprenante décision de justice obtenue par un avocat montpelliérain, Me Fernandez : arguant que les gardiens de police municipale ne sont pas habilités à rassembler des preuves en raison de leur statut d’APJA21 (1), l’avocat a obligé le tribunal correctionnel à reconnaître une nullité de procédure et, par la même, « épingle la vidéosurveillance de la ville, ou plus exactement la façon dont celle-ci a été utilisée de manière abusive par la police municipale » (2). Dès lors, on comprend l’émoi suscité par cette jurisprudence alors que le gouvernement fait une intense promotion (propagande ?) de la vidéosurveillance, pardon vidéoprotection auprès des collectivités locales, les caméras étant censées à la fois améliorer la sécurité de leurs concitoyens et compenser les baisses des effectifs programmées dans la police et la gendarmerie nationales.

Cette décision juridique va au-delà de la vidéosurveillance. En effet, un arrêté ministériel en date du 14 avril 2009 autorise la mise en œuvre de traitements automatisés dans les communes ayant pour objet la recherche et la constatation des infractions pénales par leurs fonctionnaires et agents habilités. Son article 5 spécifie que « Les traitement automatisés de données à caractère personnel autorisés par le présent arrêté peuvent être mis en œuvre aux fins suivantes :

  • La recherche et la constatation d’infractions, au moyen de la tenu du registre de « main courante » destiné à enregistrer les interventions des agents verbalisateurs ;
  • L’élaboration et le suivi des rapports et procès-verbaux d’infractions ;
  • Le suivi du paiement des amendes forfaitaires. »

Personne n’a, cependant, relevé la subtilité juridique, pas même la Cnil pourtant saisie pour avis (délibérations n°2008-304 et n°2008-305 du 17 juillet 2008). Recherche et constatation. Or, au vu de l’article 21 du Code de procédure pénale, mis en exergue par l’avocat et cité par les textes indiqués, n’yant pas la qualité d’Officiers de Police judiciaire, les agents de police municipale ne recherchent pas mais recueillent les informations visant des infractions pénales. Ne pas prendre en compte cet impératif revient à empiéter sur les prérogatives de la police judiciaire, donc à s’exposer à une nullité de procédure. Ces fichiers d’analyse sérielle sont ainsi entachés d’une irrégularité qu’exploitera avec intelligence le moindre avocat, fût-il débutant, pour obtenir la nullité de toute exploitation judiciaire desdits fichiers municipaux ou attaquer pour illégalité un quelconque arrêté à ce sujet.

Comment expliquer cette négligence des services juridiques de l’Etat ? Pourquoi cette obstination politique à maintenir le terme erroné de « recherche » en lieu et place de celui de « recueil » pourtant conforme à la législation en vigueur ? Les prochains débats dans le cadre du projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure apporteront vraisemblablement une réponse partielle à ces interrogations, notamment lorsque seront discutés les articles 10 et 11.

(1) Les gardiens de police municipale ont le statut d’agent de police judiciaire adjoint conféré par l’article 21 du Code de procédure pénale. En cette qualité, ils ont une triple mission :

  • seconder, dans l’exercice de leurs fonctions, les officiers de police judiciaire (OPJ) ;
  • rendre compte de tous crimes, délits ou contraventions dont ils ont connaissance par voie de rapports destinés au maire et au procureur de la République ;
  • constater les infractions à la loi pénale et recueillir les renseignements en vue d’en découvrir les auteurs.

(2) Début septembre 2009, les agents du CSU (Centre de surveillance urbain) repèrent ce qu’ils pensent être un trafic de haschich du côté du Petit-Bard (Montpellier), depuis plusieurs jours et entre plusieurs individus. Les agents sélectionnent alors quelques séquences de vidéo qu’ils remettent à la police nationale. Et cette dernière, preuve à l’appui, procède à l’arrestation de deux suspects, de la résine de cannabis et quelques centaines d’euros étant saisis.

Mon clavier, 31 janvier

57UTCp31UTC01bSun, 31 Jan 2010 13:33:57 +0000UTC 9,2008

Un peu de congé, aujourd’hui

§ Nicolas Sarkozy est-il un ignare ? un-clavier-mobilise-pour-le-francais langue-et-sarkozy-suite et comment nous considère-t-il ?langue-et-sarkozy-suite

Avant tout, toujours une pensée pour les Haïtiens, accablés par les conséquences cataclysmiques du tremblement de terre.

§ Haïti etats-unis-floride-difficultes-pour-la-prise-en-charge-de-blesses-haitiens

§ Golfe : barrage anti-missiles US us-barrage-anti-missiles-dans-le-golfe

§ Les billets les plus lus sur mon blog en 2009 les-dix-billets-les-plus-consultes-sur-mon-blog

Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Police : vote à gauche significatif

24UTCp31UTC01bSat, 30 Jan 2010 08:20:24 +0000UTC 9,2008

Avec Reuters

Les élections professionnelles dans la police française ont confirmé le poids des syndicats proches de la gauche et la persistance du malaise des forces de l’ordre face à la politique de sécurité du gouvernement. 

Environ 140.000 fonctionnaires de police étaient appelés à désigner leurs représentants syndicaux et la participation a été très forte, avec plus de 82%, rapporte vendredi le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Chez les gradés et gardiens de la paix, l’union entre Unité police, classée à gauche, et le SGP-FO a remporté près de la moitié des suffrages avec 47,8%, contre 37,6% au syndicat Alliance, réputé proche de la majorité.

Le syndicat Unsa Police a obtenu pour sa part 9,7% des voix.

Chez les officiers, le Snop, classé à gauche, a obtenu 54% des voix, devant le syndicat Synergie (44,5%), classé à droite.

Langue et Sarkozy, suite !

06UTCp31UTC01bSat, 30 Jan 2010 08:05:06 +0000UTC 9,2008

Mon correspondant Jean-Pierre V., psychologue de son état, appote sa contribution à la question du langage sarkozyste. Il avant plus en profondeur.

Quand j’étais lycéen, on m’a expliqué que le langage était l’autre face de la pensée.

De fait, aligner des fautes de français peut interroger sur la pensée de notre glorieux président.

Puis, quand j’étais étudiant à la fac, une prof de psychologie clinique  nous disait qu’il fallait obliger les enfants à ranger leur chambre. Pour elle, savoir ranger ses affaires permettait plus tard de savoir ranger ses idées dans sa tête et d’avoir donc les idées claires.

Ne pas parvenir à ranger les mots dans la phrase interroge alors encore sur la clarté de la pensée de notre bien aimé.

Est-ce méchant de penser cela ? Peut-être !

Il n’en reste pas moins que plus tard encore, j’ai appris que le mode de communication et la façon de communiquer reflétaient le rapport social à l’autre. On ne s’adresse pas de la même manière envers une personne qu’on respecte et une autre qu’on rejette. Faire des phrases correctes, c’est être soi-même correct envers l’autre, du moins c’est le respecter puisqu’on cherche à en être compris en respectant les règles de la communication. C’est sans doute pour cela que bien des gens déconsidèrent ceux qui s’adressent à eux par moult fautes d’orthographe, de grammaire ou de syntaxe. Notre président nous déconsidère-t-il ?

En conclusion : on peut donc se demander si notre glorieux président ne souffre pas de quelques troubles de la pensée. Sinon, on peut quand même s’interroger son respect à l’égard envers ses interlocuteurs.
Remarquons bien que l’un n’empêche, hélas, surtout pas l’autre. Bien au contraire ! Et cela expliquerait tant de choses…

Mon clavier, 30 janvier

17UTCp31UTC01bSat, 30 Jan 2010 07:40:17 +0000UTC 9,2008

§ Nicolas Sarkozy est-il un ignare ? un-clavier-mobilise-pour-le-francais langue-et-sarkozy-suite et comment nous considère-t-il ?langue-et-sarkozy-suite

Avant tout, toujours une pensée pour les Haïtiens, accablés par les conséquences cataclysmiques du tremblement de terre.

§ Le gouvernement désavoué par la police police-vote-a-gauche-significatif

§ Pas de procès du 11/09 à NY ny-le-proces-du-1109-hors-de-la-ville

§ Bio d’Henry Dunant livre-bio-du-fondateur-de-la-croix-rouge-une-vie-tumultueuse

§ Les billets les plus lus sur mon blog en 2009 les-dix-billets-les-plus-consultes-sur-mon-blog

Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

L’histoire la plus acide, un dialogue Sarkozy-DDV

45UTCp31UTC01bFri, 29 Jan 2010 17:54:45 +0000UTC 9,2008

Toujours de mon ami Dominique Many, qui n’en rate pas une dans le genre pince sans rire.

Le procureur Jean-Claude Marin n’a pas pu résister à l’appel de l’amer…

Quant à Notre Président, voici son dialogue avec DDV :

« Dominique, finissons-en. Puisque la Justice, elle fait pas son travail, eh ben moi je vous provoque en duel ! »

« C’est entendu, Monsieur le Président. Mais vous me laissez le choix des armes. »

« Si vous voulez. »

« Je choisis le Droit et la syntaxe. Vous êtes mort ! »

Un clavier mobilisé pour le français

28UTCp31UTC01bFri, 29 Jan 2010 11:12:28 +0000UTC 9,2008

Vous savez que je ne m’exprime en mon nom propre que par exception. Or, pour une fois, je mobilise mon blog et mon clavier pour exposer mon point de vue à propos des connaissances de Mon Président dans deux domaines précis, et fondamentaux : la langue française, partie inhérente de l’identité nationale française à laquelle Il tient tant, et le Droit, qu’il devrait parfaitement maîtriser en tant qu’avocat.

  • On doit le constater lors de chacune de ses interventions publiques, Mon Président Sarkozy n’a pas intégré les automatismes basiques de la langue. Le Canard Enchaîné prend un plaisir manifeste et malin à le souligner sans répit. Je ne choisirai qu’un exemple symptomatique. Dans le fil de ses propos lors de l’émission « La parole aux Français » sur TF 1 lundi 25 janvier, dans la même phrase il a asséné :

 » Ce sont nos principals concurrents, nos principals partenaires ».

Le correcteur automatique de mon ordinateur me signale dans l’instant la faute de grammaire grossière. N’importe quel élève de l’école primaire apprend que « principal » devient au masculin pluriel « principaux ». La répétition prouve que l’orateur ignore cette règle basique.

Les fautes du même acabit sont innombrables, les exemples peuvent être multipliés, à commencer par l’usage immodéré du « plein de… »

En tant qu’écrivain, je suis profondément choqué que Mon Président, qui devrait être notre modèle en matière de pratique linguistique, se laisse aller à de tels relâchements. La Constitution devrait-elle imposer un examen de grammaire à tous les candidats comme on contraint tous les postulants à la Nationalité française à démontrer leur bonne pratique de notre langue ?

  • Observation identique pour le droit. Mon Président manifeste une ignorance avérée des règles de droit les plus élémentaires. En matière de présomption d’innocence, pour commencer : dans deux affaires distinctes, à propos d’Yvan Colonna puis de Dominique de Villepin, le Président a déclaré les prévenus « coupables » bien avant le rendu des jugements. Si la motivation politique a peut-être inspiré ces positions, j’en suis beaucoup moins sûr à propos de l’Appel auquel a « renoncé » le Président après la relaxe de Villepin dans l’affaire Clearstream. Comme si l’avocat Sarkozy ignorait qu’une partie civile ne peut interjeter appel. Plus grave : ou bien il n’a pas écouté ses conseillers juridiques, ou bien il ne les a pas consultés. Qu’en pense son propre avocat, Maïtre Thierry Herzog, lui aussi si prompt à accuser ? Et le Procureur Marin, qui s’acharne dans les poursuites ?

Une question me turlupine : Nicolas Sarkozy a-t-il fréquenté l’école primaire (privée d’après sa biographie officielle) et la faculté de droit, comment a-t-il pu obtenir son CAPA (Certificat d’aptitude à la profession d’avocat) avec de telles lacunes ?

Mon clavier, 29 janvier

37UTCp31UTC01bFri, 29 Jan 2010 08:06:37 +0000UTC 9,2008

§ Nicolas Sarkozy est-il un ignare ? un-clavier-mobilise-pour-le-francais

§ Et son interprétation … lhistoire-la-plus-acide-un-dialogue-sarkozy-ddv

Avant tout, toujours une pensée pour les Haïtiens, accablés par les conséquences cataclysmiques du tremblement de terre.

Dernier bilan officieux : 170 000 morts identifiés pour la seule ville de Port au Prince, 190 000 blessés et 1 million de sans abris, pour lesquels il faudra trouver une solution avant la saison des pluies en mai ! Les autorités craignent que 200.000 autres cadavres ne soient encore enfouis sous les décombres.

§ Haïti, entr’aide international  haiti-la-france-propose-de-reconstruire-le-palais-presidentiel_1297736_3222.html

§ J’ai oublié de Lui souhaiter Son anniversaire : 55 ans et un petit fils, ça n’a pas l’air de trop lui plaire. Mais en guise de cadeau, le procureur Jean-Claude Marin interjette appel de la relaxe prononcée par la 11° correctionnelle en faveur de Dominique de Villepin : le croc de boucher est toujours là. Erreur : si je suis mon Président, je dis : la croque du bouchers (au pluriel) sont toujours las.

§ Après des années d’atermoiements le projet Loppsi 2 sera examiné au Parlement les 9 et 10 février loppsi-2-un-texte-durci

§ Zemmour a encore sévi zemmour-eric-le-kabyle-voue-aux-gemonies

§ Pour les amateurs d’histoire, vous devez vous intéresser à cette thèse de chartiste these-100-ans-de-paris-au-moyen-age

§ Les billets les plus lus sur mon blog en 2009 les-dix-billets-les-plus-consultes-sur-mon-blog

Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Zemmour ( Eric, le Kabyle) voué aux gémonies

22UTCp31UTC01bFri, 29 Jan 2010 07:53:22 +0000UTC 9,2008

A ma demande expresse, mon ami avocat Dominique Many a trempé son clavier d’ordinateur dans le fiel, pour vouer aux gémonies Eric Zemmour – mais oui, le Berbère exilé en France – .

J’apprends ce jeudi (source : Marianne2) qu’Eric Zemmour fait l’objet d’une plainte du syndicat de magistrats USM, auprès de Michele Alliot-Marie, pour ses propos tenus lors d’une chronique radiophonique sur RTL, le 26 janvier dernier.

Il se trouve que j’avais devancé l’indignation -justifiée- de l’USM par un billet d’humeur sur Facebook, intitulé « tes états d’âme, Eric » :

Mardi 26 janvier, 7 heures du matin. Une voix familière me tire de mes brumes ouatées. Non pas celle de ma chère et tendre épouse, encore dans les bras de Morphée à défaut des miens. Mais celle d’un animateur de la radio RTL qui m’annonce tout de go, dès le saut du lit : «restez avec nous, à 7 h 15, vous entendrez la chronique d’Eric Zemmour et il n’est pas content du tout !»

Eric Zemmour en colère ? Quel scoop ! C’est justement pour cela qu’il a été embauché par la Station numéro 1 en France (et qui ne se prive pas de le rappeler) : être en colère tous les matins. Un matin sur RTL sans son Zemmour donnant un grand coup de pied dans la fourmilière, ce serait aussi triste et plat que Rio sans son pain de sucre, Venise sans ses gondoles, ou Vire sans son andouille.

J’attends donc bien au chaud sous la couette, retenu par ce suspense insoutenable : mais qui donc sera aujourd’hui la cible du courroux Zemmourien ? Les profs gauchistes ? Les bobos bien-pensants ? Pour tout vous confesser, je m’en délecte à l’avance.

Après les incontournables publicités, enfin je touche au Graal de la pensée Zemmourienne. Et ne suis pas déçu de l’attente. Car le bel ( ?) Eric a décidé de parler immigration, plus précisément, de ces quelques dizaines de malheureux Kurdes qui se sont échoués il y a quelques jours, sur une plage corse.

J’assiste alors à un grand moment de radiophonie comme on en voudrait moins souvent : celui où un chroniqueur, un dispensateur de la pensée la plus réfléchie et la plus profonde, s’en prend, non pas aux passeurs qui profitent de ce trafic de chair humaine, non pas aux absurdités géopolitiques qui font de ces personnes des apatrides, non pas aux disparités économiques ou aux persécutions qui les poussent à venir se réfugier chez nous au prix de tous les périls. Non, pour Eric Zemmour, LE scandale, dans cette affaire, ce sont…les juges. Oui, ces juges gauchistes, droit-de l’hommistes, pourris par leur idéologie bien-pensante, qui ont osé les remettre en liberté, tous ces gueux qu’il fallait interner puis retourner à l’envoyeur !

Que la procédure de rétention n’ait pas été respectée ? Que les intéressés aient été placés en garde à vue sans notification de leurs droits ni possibilité de voir un avocat ? Pour Eric Zemmour, là n’est pas la raison de leur libération. Non, elle est fatalement dans l’esprit de ces juges, de ces magistrats rouges jusqu’à la moelle, «grands prêtres des droits de l’Homme», qui n’ont de cesse de remettre en liberté, ces délinquants de clandestins que ce brave Besson et la Maréchaussée peinent tant à traquer, nous assène Eric, chiffres à l’appui.

Sauf que. Les juges de la Liberté et de la Détention, je les connais (un peu). Je n’ai rien d’un rouge. Mais je suis Avocat, voyez-vous, Monsieur Zemmour. Et particulièrement bien placé pour vous dire que ces juges-là, sont tout sauf des tendres. Ainsi, pour que le JLD de Lyon accepte de libérer l’ensemble des Kurdes qui lui étaient présentés, de deux choses l’une : soit il entendait se refaire une virginité, après avoir récemment mis en détention provisoire sans avoir pris la peine de lire le dossier, deux français d’origine indienne , aux motifs qu’ils seraient Pakistanais. Soit les irrégularités de procédure qu’il a constatées étaient à ce point énormes qu’il n’a pu que faire ce pour quoi il est juge : appliquer le Droit. A tout prendre, je crois bien qu’il s’est agi de la seconde solution.

Car oui, Monsieur Zemmour le Droit protège certes l’honnête citoyen français qui n’aime pas qu’on vienne investir ses plages, fut-ce en plein hiver et hors saison touristique, ni qu‘on prenne son territoire pour une auberge espagnole. Mais ne vous déplaise, il protège également tout homme, toute femme, tout enfant, d’où qu’ils viennent, notamment contre la détention arbitraire, ou l’absence de traitement digne. Fussent-ils clandestins. C’est précisément ce qui différencie notre beau pays, des pires dictatures. En déplorant que des juges aient simplement appliqué le Droit, et protégé ces individus contre l’arbitraire, et en n’y voyant qu’un choix idéologique, vous nous avez montrés que vous étiez mûr pour la dictature. Ou qu’en tout cas, le placement en centre de rétention puis l’expulsion de ces malheureux Kurdes, vous aurait moins scandalisé que la violation de leurs Droits fondamentaux d’êtres humains.

Contrairement à ce que vous assénez en conclusion de votre chronique, ce ne sont pas les passeurs qui sortent vainqueurs de cette triste aventure, mais le Droit. Car retenir ces personnes hors de tout cadre légal, car ne pas leur garantir le minimum minimoris de droits procéduraux, c’eut été justement, les traiter comme des animaux, et conforter en ce sens ces exploiteurs de chair humaine dans leur sentiment d’être convoyeurs de bétail.

La brève de comptoir du chroniqueur radiophonique, me laisse sonné.

Je me souviens alors qu’Eric Zemmour remplace sur ce créneau horaire, Eugène Saccomano et sa «pensée d’Eugène». Pensée, bien grand mot pour celui qui venait nous démontrer chaque matin, avec une rare persévérance, combien la réflexion et le football pouvaient être antithétiques. A grands coups d’anathèmes aux relents populistes, qui l’avaient ainsi conduit notamment à qualifier les Békés de Martinique de «tontons macoutes», rien de moins.

Et en entendant la relève «brillamment» assurée par Eric Zemmour, je me dis que décidément,à RTL, on ne fait pas dans la dentelle.

Commentaire du blogueur Madelin

Heureusement que pour se rattraper RTL dispose de la voix de Jean-Michel Apathie !

LOPPSI 2 – Un texte durci

41UTCp31UTC01bFri, 29 Jan 2010 07:23:41 +0000UTC 9,2008

Après des années d’atermoiements, le nouveau projet de loi sur la Sécurité intérieure va enfin parvenir au Parlement. Ce ne sera que le vingtième et quelque texte destiné à gérer ce domaine, multipliant les mesures pour « juguler l’insécurité » qui ne sont vraiment efficaces que dans les discours du Président et de son ministre de l’Intérieur. Un cheminement « baroque », selon le socialiste Jean-Jacques Urvoas, qui n’a pas empêché les députés de durcir le texte discuté en séance à partir du 9 février. « L’objectif de parvenir à une version plus musclée de la Loppsi a été rempli », s’est félicité le rapporteur, Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes.

Revue de détail des grandes dispositions adoptées en Commission des lois

  • La visioconférence dans les centres de rétention La commission des lois propose de créer des salles d’audience dans les centres de rétention administratifs, réservés aux étrangers en situation irrégulière, pour contrer une jurisprudence de la Cour de cassation qui s’y était opposée en 2008. Le juge des libertés et de la détention, pourra, depuis son tribunal, statuer par visioconférence sur le sort d’un étranger, présent dans la salle d’audience du centre de rétention, elle-même ouverte au public.
  • Couvre-feu pour les mineurs. Les préfets, à la demande du gouvernement, pourront « restreindre la liberté d’aller et de venir des mineurs de 13 ans » non accompagnés sur la voie publique, entre 23 heures et 6 heures s’ils les jugent exposés « à un risque manifeste pour leur santé, leur sécurité, leur éducation ou leur moralité ». La mesure doit être motivée et d’une durée limitée. L’enfant, sous contrôle du procureur, sera remis à ses parents ou, à défaut, au service d’aide sociale à l’enfance. Les parents seront punis d’une amende maximale de 450 euros.
  • Contrat de responsabilité parentale. Créé par la loi du 31 mars 2006, ce contrat devrait dorénavant être proposé aux familles dont l’enfant a été interpellé pendant un couvre-feu. Le président du conseil général, comme le préfet, devra être informé des infractions commises par des mineurs dans son département. Il aura le pouvoir de passer outre l’opposition des parents au contrat, qui verront leurs prestations familiales suspendues, et de dicter des mesures d’action sociale. Le préfet pourra imposer un couvre-feu individuel au mineur considéré.
  • Police municipale. La qualité d’agent de police judiciaire (APJ) est conférée aux directeurs de police municipale de plus de 40 agents, afin de « seconder » les officiers de police judiciaire de la police nationale. Le directeur de service, mais non ses membres, serait autorisé à contrôler l’identité de toute personne ayant commis un crime ou une infraction ;  procéder à des dépistages d’alcoolémie, et fouiller les sacs lors de rassemblements de plus de 300 personnes.
  • Visioconférence. Pour économise du « temps police et gendarmerie » l’audition des détenus, sauf avis contraire de l’autorité judiciaire et hors confrontation, se fera par visioconférence.
  • Vidéoprotection ( on maintient la désignation erronée). Le préfet pourra autoriser l’installation de caméras, en cas de « manifestation ou de rassemblement de grande ampleur présentant des risques pour l’ordre public (rassemblements festifs, sportifs, rave parties) ». Mais les préfets n pourront se passer de l’accord des maires pour installer des caméras.
  • Fichiers et logiciels. Les services de police et de gendarmerie seront équipés de logiciels « de rapprochement judiciaire » afin de « faciliter le rassemblement de preuves des infractions et l’identification de leurs auteurs ». Ils pourront ainsi croiser les données contenues dans des fichiers.
  • Cambriolages. Le code pénal punit de cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende les cambriolages, définis aujourd’hui comme des vols « par ruse, effraction ou escalade ». Le gouvernement propose de supprimer la définition du moyen du cambriolage, qui sera puni de sept ans de prison et 100 000 euros d’amende. Les vols simples commis sur des personnes vulnérables sont portés de trois à sept ans d’emprisonnement, et l’amende de 45 000 à 100 000 euros, voire dix ans et 150 000 euros en cas de vol aggravé.
  • Vente de biens confisqués. L’autorité administrative aura la faculté de demander au parquet ou au juge de vendre aux enchères les biens saisis dans le cadre d’une procédure judiciaire, « sans attendre l’issue de l’enquête ou de l’instruction en cours ». En cas de non-lieu, de classement sans suite, de relaxe ou d’acquittement, le propriétaire touchera une indemnité équivalente « à la valeur d’usage » des biens confisqués.
  • Réserve civile. Outre des retraités de la police, des volontaires de nationalité française, âgés de 18 à 65 ans, sans casier judiciaire, pourront devenir des « collaborateurs occasionnels » de la police dans la limite de 90 jours par an. Ils souscriront un contrat d’un an, renouvelable tacitement cinq ans.
  • Délits routiers. Le procureur pourra proposer, dans le cadre de la procédure plaider-coupable, l’installation d’un « éthylotest antidémarrage ». Le délit de fuite en cas d’accident est porté de deux à trois ans d’emprisonnement et de 30 000 à 75 000 euros d’amende. En cas d’infraction grave (conduite sans permis, sous emprise de stupéfiants, récidive), le préfet pourra mettre en fourrière le véhicule du contrevenant.

Politique la cohérence en droite ligne de Mon Président

18UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 15:12:18 +0000UTC 9,2008

Sous prétexte d’analyse politique, Sophie Landrin, journaliste au Monde, met cruellement en valeur l’incohérence et les sinuosités de la politique voulue par le Président, qui change au gré des sondages et des mouvements d’humeur :

Il y a un an, M. Sarkozy avait conçu la réforme des collectivités territoriales comme l’arme décisive pour gagner ces élections et diviser la gauche aux commandes de vingt régions. Mais la réforme, couplée avec celle de la taxe professionnelle a, avant tout, divisé la majorité et suscité l’hostilité des élus locaux.

Le Président se heurte au même obstacle avec son dégagement sur la dette publique, qui devait lui permettre de mettre la gauche en accusation. Les élus de gauche ne s’y sont pas laissé prendre.

Le chef de l’Etat a ensuite privilégié le développement durable, jusqu’à l’échec de Copenhague et le camouflet de la censure de la taxe carbone par le Conseil constitutionnel. Puis il a encouragé le débat sur l’identité nationale, l’immigration et l’islam. L’Elysée, redoutant des triangulaires avec le FN, qui avaient fait chuter la droite en 2004, souhaitait avant tout s’adresser aux électeurs frontistes.

Déficit : quand le Président s’en prend aux autres

45UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 13:03:45 +0000UTC 9,2008

C’est son grand truc, au Président Sarkozy : c’est toujours la faute des autres, lui il est blanc comme l’oie qui vient de naître. La conférence chargée de réfléchir aux moyens de réduire les déficits publics de la France n’a pas échappé à ce qui semble une règle d’airain : alors que 79 % du déficit est imputable à l’Etat central, en hausse galopante de 257 milliards d’euros en deux ans ( + 21 %), Mon Président croit pouvoir accuser les collectivités locales d’être responsables de cet envol ! Autrement dit, suivez mon regard : le déficit, ce n’est pas moi avec mes cadeaux fiscaux aux riches, c’est la faute de la gauche qui gère 22 régions sur 24, et de nombreuses collectivités locales, départements, mairies importantes…

Conséquence, la grande majorité des représentants des collectivités locales ont tout simplement refusé de participer à ce qui leur paraît non sans raison comme une opération électorale avant les élections régionales. lutte-contre-les-deficits-l-etat-veut-enroler-les-elus_1297327_3234.html

Avec reuters

Le chef de l’Etat comptait mobiliser pour l’exercice tous les acteurs de la dépense publique – Etat, sécurité sociale et collectivités locales – mais sa quête de consensus s’est heurtée au boycottage des élus de gauche à l’approche des élections régionales de mars.

« Notre premier devoir est de faire un diagnostic partagé pour élaborer ensemble la stratégie de redressement », a-t-il dit dans son discours introductif.

Le président socialiste de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, Didier Migaud, était le seul représentant de l’opposition à la conférence organisée à l’Elysée en présence de plusieurs ministres et du chef du gouvernement, François Fillon.

L’Association des régions de France (ARF) et l’Association des départements de France (ADF), toutes deux présidées par des élus PS, ont boycotté les travaux en reprochant au gouvernement de vouloir faire porter aux collectivités locales la responsabilité de la dérive des déficits.

Seule association d’élus représentée, l’Association des maires de France l’était par son président, l’UMP Jacques Pélissard. Il avait indiqué par avance qu’il soulignerait que les communes ne sont pas responsables du déficit et ne peuvent pas « continuer à subir les décisions nationales en matière de normes ».

CONTRAT SOCIAL MENACÉ

Accusées d’augmenter les effectifs de leurs fonctionnaires au moment où l’Etat s’efforce de réduire les siens, les collectivités locales ont représenté en 2008 un peu plus de 20% des 1.027 milliards d’euros de dépenses publiques de la France, dont elles ont été le troisième poste derrière les régimes sociaux (45%) et l’Etat (28%).

Dans son intervention, Nicolas Sarkozy s’est contenté d’un constat global en soulignant que la France était entrée dans la crise « avec un déficit public hérité de trente ans de croissance constante de la dépense publique ».

Avec cette crise, l’écart entre dépenses et recettes s’est accru de 80 à 100 milliards d’euros et, même avec le retour de la croissance, « une partie de cet écart perdurera si nous n’agissons pas », a-t-il dit.

« Nous dépensons trop et nous dépensons mal », a-t-il encore déclaré, en soulignant une nouvelle fois que, représentant le niveau record de 55% du produit intérieur brut en 2009, le niveau des dépenses publiques de la France était le plus élevé de la zone euro.

Toujours pour le chef de l’Etat, qui a répété son opposition à toute hausse d’impôt, l’enjeu de la réduction des dépenses publiques va bien au-delà des engagements européens de la France, qui doit ramener ses déficits publics sous 3% du PIB à l’horizon 2013 alors qu’ils devraient culminer à 8,2% en 2010.

« Financer nos dépenses courantes par l’emprunt n’est pas raisonnable, handicape notre avenir au lieu de le préparer et menace notre contrat social », a-t-il indiqué.

Le ministre du Budget, Eric Woerth, a estimé que la croissance économique devrait contribuer pour moitié aux 100 milliards d’euros nécessaires pour ramener les déficits sous 3% du PIB, ce qui signifie que le reste de l’effort devra être réalisé en agissant sur les dépenses.

Mon clavier, 28 janvier

27UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 13:00:27 +0000UTC 9,2008

Attention : mon clavier est aujourd’hui très fourni. Tout se bouscule, d’Haïti au Président en passant par Obama et Villepin, etc.

Avant tout, toujours une pensée pour les Haïtiens, accablés par les conséquences cataclysmiques du tremblement de terre.

Dernier bilan officieux : 170 000 morts identifiés pour la seule ville de Port au Prince, 190 000 blessés et 1 million de sans abris, pour lesquels il faudra trouver une solution avant la saison des pluies en mai ! Les autorités craignent que 200.000 autres cadavres ne soient encore enfouis sous les décombres.

§ Clearstream : Villepin relaxé, Gergorin et Lahoud condamnés à de la prison ferme clearstream-dominique-de-villepin-relaxe_1297985_3224.html#ens_id=1290669

§ Chômage : un paysage contrasté chomage-un-paysage-contraste

§ Selon Mathieu Aron (France Info), le nombre de gardes à vue aurait atteint le chiffre faramineux de 830 000 pour 2009 ! les-statistiques-officielles-sous-estiment-le-nombre-reel-de-gardes-a-vue_1297232_3224.html Gérard Gachet, le porte-parole du Ministre de l’Intérieur, a reconnu 800 000 gardes à vue !

§ Sécurité encore : dans le cadre du débat sur la loi LOPPSI 2, une nouvelle poussée de Polices municipales, les « sherifs » des Maires securite-loi-lopsi-2-nouvelle-poussee-des-polices-municipales

§ Parlement : 2000 pages de lois en 2009 parlementaires-au-bord-de-la-crise-de-nerfs_1296859_823448.html
En outre la plupart de ces lois sont inapplicables faute de textes d’application ! Toujours le bonne gestion (bis).

§ Conférence sur les déficits publics : comment faire porter aux régions le chapeau d’une gestion irresponsable du budget de l’Etat lutte-contre-les-deficits-l-etat-veut-enroler-les-elus_1297327_3234.html Pire, tel est pris qui croyait prendre, le « tel » étant le Président qui ne cesse de prendre des positions incohérentes politique-la-coherence-en-droite-ligne-de-mon-president

§ Sur mon blog « Le Monde » : Obama : un discours sur l’Etat de l’Union très offensif obama-leconomie-au-coeur-de-son-discours-sur-letat-de-lunion;  Suisse et secret bancaire, évolutions suisse-et-secret-bancaire-limpasse-ubs et Davos davos-les-banquiers-refusent-toute-discipline

§ Dépenses inutiles ? gabegie-a-la-reunion

§ Le scandale de la campagne de vaccination contre la Grippe A grippe-a-fermeture-des-centres-de-vaccination.html

§ Un correspondant accablé à cause de Notre Président tf1-le-president-et-perte-seche

§ Le nouveau pseudo-télé réalité sur TF1 tf-1-sur-le-plateau-et-par-le-petit-bout-de-la-lorgnette%E2%80%A6

§ I-Pad, le suprême produit d’Apple. ?emc=na En attendant le suivant !  epilogue_du_mystère_sur_la_tablette_d_apple.html et la présentation par Apple de cet OVNI ?cid=CDM-US-DM-P0009044&Email_PageName=P0009044-&Email_OID=dfd5b430bc4db2c2836d0227ad9ac0c4&cp=em-P0009044-&sr=em ##     apple-peut-il-faire-decoller-le-marche-des-tablettes_225490.html#xtor=AL-189

§ Le fabricant de voitures de luxe néerlandais Spyker a conclu un accord avec General Motors pour racheter le constructeur suédois déficitaire Saab.industrie-saab-sauve-des-mains-chinoises

§ Les billets les plus lus sur mon blog en 2009 les-dix-billets-les-plus-consultes-sur-mon-blog

Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Gabegie, à la Réunion

40UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 09:04:40 +0000UTC 9,2008

Réflexion acide de mon correspondant Remi, à propos du voyage à la Réunion : environ 1,6 million d’Euros a été déplacé pour ce déplacement long de 24 heures du Président Sarkozy à la Réunion. Dont 50 000 euros pour la climatisation de la salle où il a prononcé son discours, selon « le Journla de la Réunion ». Mais on peut puiser aussi dans les crédits du Ministère du Drapeau et de la rafle ( identité nationale et immigration) et également sur l’identité nationale. Oh combien de capitainx, et pas de chômage !

TF 1, sur le plateau et par le petit bout de la lorgnette…

06UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 08:27:06 +0000UTC 9,2008

Mon très cher ami Dominique M., l’avocat lyonnais, commente avec un humour très… lyonnais (bien qu’il ne soit pa lyonnais, mais il doit être contaminé), c’est-à-dire à froid les prestations des marionnettes présentes l’autre soir sur le plateau de TF 1. Une télé réalité par le petit bout de la lorgnette, nous explique-t-il.

S’il y en a un qui aurait dû se sentir dans son élément sur TF1 lundi soir, c’est bien Jean-Pierre Pernault. Car celui qui depuis des années, à treize heures, nous bacle en 5 minutes une catastrophe naturelle ou la crise mondiale, pour mieux nous parler pendant 25 minutes du dernier savetier du haut-Poitou, était servi .

Pensez : sur son plateau, une productrice laitière, un jeune de banlieue, un syndicaliste CGT d’un sous-traitant automobile, un retraité, un jeune entrepreneur, une infirmiere… et même, très accessoirement, un Président !

Chacun conviendra que choisir Jean-Pierre Pernault pour animer une émission politique ne va pas naturellement de soi. Sauf qu’en l’espèce il s’agissait d’une émission de proximité voire de télé-réalité. Mon Président dans le loft, au plus près des Français. Et cela, Jean-Pierre, il sait faire !

Enfin, des français, le Président n’a vu que quelques échantillons peu représentatifs. Choisis parce qu’ils avaient déjà fait l’objet de reportages sur TF1 et que le recyclage, comme la proximité, c’est furieusement tendance.

Un panel de Français, fort différents mais avec un point commun : tous étaient venus avec leurs problèmes personnels et avaient oublié de les laisser au vestiaire. Même ceux qui semblaient s’en sortir (un chef d’entreprise, une auto-entrepreneuse) étaient présents non pas pour délivrer un message d’espoir et de dynamisme, mais pour se plaindre. La France représentée par ces 11 geignards était aussi noire que le perfecto du syndicaliste au look de Florent Pagny de la fin des eighties. En voilà un qui a le look de ses idées, témoin d’une période qu’on croyait à jamais révolue.

Dès lors, personne pour poser les questions qui fâchent du genre «quelle vision avez-vous pour nous sortir de la crise ?» ou «est-il bien raisonnable de laisser filer autant les déficits publics ?»

Non, pour Nicolas Sarkozy, lundi soir, il ne s’agissait que de trouver un emploi à la jeune bac + 5 au chômage, parler Clio avec le cégétiste, réconforter l’artisan retraité en faillite, rassurer la productrice de lait, promettre de passer à l’hôpital de l’infirmiere… Nous avons tout juste échappé aux troubles du voisinage, qui auraient pourtant permis au Président de rebondir sur le thème de la sécurité.
.
Mais comme le dit fort justement Eric Zemmour, pour une fois bien inspiré, dans sa chronique radiophonique de ce matin, à force de laisser tomber sa couronne à terre, le roi a du mal à la ramasser et à la remettre sur la tête.

Car aussi vrai que «de minimis non curat praetor», notre Président confronté à cette somme de cas particuliers, nous est apparu aussi peu à l’aise que pourrait l’être une poule devant un couteau. Et ses réponses ont surtout traduit son impuissance : « je veux La taxe carbone aux frontières, mais il faut que les autres pays européens soient d’accord,» «je ne peux pas empêcher les laitiers polonais de vouloir être auto suffisants ni de vendre leur production», «une voiture de marque française devrait être construite en France (mais je n’ai pas les moyens de l’imposer à Renault et encore moins à Peugeot), «oui, trouver du travail c’est difficile»…

Chaque fois que Nicolas Sarkozy tentait de s’extraire du cas particulier pour aborder une vision plus générale, c’était peine perdue.
Ainsi ce désespérant «tout ça c’est des chiffres» lancé par le cégétiste, entre deux regards haineux de bouffeur de patrons, à son Président qui tentait de lui expliquer la conjoncture économique.

Qu’en est-il ressorti ? Rien. Chacun de nos 11 « représentants » est reparti de son côté, se débattre seul avec ses problèmes exposés comme chez le psy, mais non résolus. Les téléspectateurs n’ont pas eu de réponse à leurs questions et ont toujours l’impression que ce gouvernement navigue à vue, en prenant des lois de pure circonstance.

Le Général de Gaulle s’est un jour exclamé: «comment voulez vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromages ?» Le Grand Homme avait tout compris.

Car le plateau de Pernault sur TF1, lundi soir, c’était bel et bien un plateau de fromages.

Sécurité, loi LOPPSI 2 – nouvelle poussée des polices municipales

47UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 08:17:47 +0000UTC 9,2008

La discussion en commission de la loi LOPSI 2 – qui attend depuis deux ans sa discussion au fond – est l’occasion d’une nouvelle poussée du logbby des polices municipales grâce à un amendement défendu par le député Éric Ciotti, le député UMP rapporteur du projet de loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure.

Cet amendement viserait  à conférer à un directeur de police municipale  la qualité d’agent de police judiciaire (APJ).

Selon Le Figaro, cette disposition, si elle devait être votée, ne toucherait que les seuls directeurs en titre, c’est-à-dire des fonctionnaires de catégorie A, qui assurent la direction fonctionnelle et opérationnelle de services d’au moins quarante agents. Autant dire les chefs des polices municipales des grandes villes telles que Nice, Lyon ou Mulhouse. Ce qui représente, pour l’heure, une centaine de personnes en France. La grande majorité des chefs de police municipale conserveraient donc leurs prérogatives de simples agents de police judiciaire adjoints (APJA). En clair : un fonctionnaire cantonné au devoir de rendre compte au maire, mais aussi à tout officier de police judiciaire (OPJ), des crimes, délits et contraventions dont il a connaissance. Sans pouvoir lui-même effectuer aucun acte d’enquête (et encore moins à procéder à des interpellations), en dehors du rapport qu’il doit adresser «sans délai» au procureur, via les OPJ.

Avec l’amendement Ciotti, les directeurs pourraient «seconder» les OPJ des services d’État, dresser des procès-verbaux, mais aussi enquêter, en auditionnant et en confrontant éventuellement des témoins, c’est-à-dire, «toutes personnes susceptibles de leur fournir des indices, preuves et renseignements sur les auteurs et complices» d’infractions. Ils auraient le droit d’effectuer des contrôles d’identité, sous la houlette des OPJ, et des contrôles d’alcoolémie à l’aide d’un éthylomètre, ce qui leur est interdit actuellement. Ils pourraient également auditionner des personnes dans le cadre d’une enquête sur un trouble de voisinage, par exemple.

Ainsi, observe mon contributeur Laurent Opsomer, le lobby des PM  avance à nouveau ses pions ! Accorder la qualité d’APJ aux directeurs de PM revient ni plus ni moins qu’à leur accorder des pouvoirs d’enquête ! A quoi cela leur servirait-il ? A pister les opposants du maire ? Ils n’ont pourtant nullement besoin de cette qualité d’APJ en l’état de leurs compétence, à moins de vouloir créer une police parallèle puisque l’on aurait ainsi une hiérarchie complète : maire et adjoints OPJ, directeur de PM APJ et APM APJA ?

Chômage : un paysage contrasté

50UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 08:02:50 +0000UTC 9,2008

Chômage : un paysage contrasté. Le nombre d’inscrits au chômage, sans aucune activité, a baissé en décembre en France métropolitaine de 18.700 sur un mois, pour s’établir à 2,61 millions fin 2009, mais a augmenté de 8.600 avec ceux en activité réduite, à 3,82 millions, a annoncé mercredi le ministère de l’Emploi.

Le nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé dans le mois, à la recherche de tout type de contrat (catégorie A), a baissé de 0,7% sur un mois, à 2.611.700 en métropole. Un repli qu’avait laissé augurer le secrétaire d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez, en parlant mardi d’une « bonne » tendance. Lundi soir, sur TF1, le président de la République Nicolas Sarkozy, avait assuré que les Français verraient « reculer le chômage » dans « les semaines et les mois qui viennent ».

Grippe A – Une campagne grippée et desaxée

50UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 08:01:50 +0000UTC 9,2008

Révélation la plus stupéfiante d’une campagne de vaccination grippée : j’ai reçu au courrier de ce matin 27 janvier le « bon de vaccination contre la grippe A », que j’attendais naturellement avec impatience. Avec indication, me concernant, de trois centres de vaccination spécialisés. Pour deux injections alors qu’une seule est considérée comme utile. Seul problème : la Préfecture de police a annoncé que 21 des 22 centres de vaccination de Paris avaient été fermés le 25 janvier. Tandis que la fin de l’épidémie a été annoncée très officiellement.

Reste donc la possibilité d’être vacciné par mon médecin généraliste. Qui doit s’approvisionner dans un seul centre à l’autre bout de Paris. Je vois tout à fait mon gentil généraliste prendre le temps d’aller cherher les doses, entre ses visites et ses consultations au cabinet, il n’a sûrement pas d’autre préoccupation urgente.

Mme Bachelot, êtes-vous au courant de ces impedimenta ? De qui se moque-t-on ? Un tel niveau d’incompétence me stupéfie.

Industrie : Saab sauvé des mains chinoises

13UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 07:50:13 +0000UTC 9,2008

Le fabricant de voitures de luxe néerlandais Spyker a conclu un accord avec General Motors pour racheter le constructeur suédois déficitaire Saab, pour un total de 400 millions de dollars (284 millions d’euros) dont 74 millions en numéraire et le solde en actions à paiement différé. Spyker doit encore obtenir un prêt de 400 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement (BEI) garanti par l’Etat suédois.

TF1, le Président et perte sèche

55UTCp31UTC01bWed, 27 Jan 2010 14:47:55 +0000UTC 9,2008

Mon correspondant Henry est atterré :

Je viens d’apprendre avec effarement et consternation que Télé Bouygues, le relais naturel de la propagande Elyséenne, venait d’enregistrer un manque à gagner de 900.000 € consécutivement au show de notre Bien Aimé Polyvalent Président sur TF1.
En effet, son sponsor, à ordonné à ses opérateurs de ne pas servir de réclame au bon peuple pendant toute la durée de la représentation organisée sur ses antennes par l’Illustrissime Gardien de la Sublime Porte et ses séides.
Pourtant des publicités relatives aux détartrants pour wc, aux couches culottes jetables, etc., n’auraient pas rompu l’homogénéité de la prestation du Grand Leader, Père Compatissant de tous les travailleurs.
Les responsables du marketing du Grand Couleur de Béton devront y penser lors d’une prochaine co-production Bouygues – Elysée.

Mon clavier, 27 janvier

52UTCp31UTC01bWed, 27 Jan 2010 08:32:52 +0000UTC 9,2008

Avant tout, toujours une pensée pour les Haïtiens, accablés par les conséquences cataclysmiques du tremblement de terre.

Dernier bilan officieux : 150 000 morts pour la seule ville de Port au Prince, 190 000 blessés et 55 000 familles sinistrées ! Les autorités craignent que 200.000 autres cadavres ne soient encore enfouis sous les décombres.

Et pourtant, la vie reprend ! Je vous incite à effectuer un don pour les Haïtiens, aussi modeste soit-il.

Espérons que mes confrères ne vont pas oublier ce cataclysme dès que surgira un nouvel événement ! Les télés multiplient les reportages larmoyants sur les orphelins, reléguant le récit de la vraie réalité en arrière plan.

§ Demain, verdict dans le procès Clearstream clearstream-la-these-de-lescroquerie-au-renseignement

§ « Meet the Frenchies » sur TF1 a rencontré un succès indéniable. Selon Reuters, Nicolas Sarkozy a réuni 8,8 millions de spectateurs, soit 33% de part de marché, lundi soir au journal de TF1 et 8,6 millions lors de l’émission spéciale « Paroles de Français » qui a suivi, selon TVMag.com.

§ Nicolas Sarkozy ne semble pas avoir abordé la question hospitalière. Il aurait dû, ce témoignage le prouve hopital-et-on-na-pas-encore-vire-les-medecins-en-trop

§ Mon Président annonce une « embellie de l’emploi ». chomage-l-optimisme-de-sarkozy-sur-tf1-ne-convainc-pas-les-experts-26-01-2010-755502.php Du moins des chiffres officiels, qui ne prennent pas en compte le million de chômeurs en fin de droit qui vont apparaître sur le marché dans les semaines à venir. Conséquence de la crise sur l’emploi : 27 millions de chômeurs ( répertoriés) dans le monde un-million-chomeurs-fin-droits.html

§ Parlement : 2000 pages de lois en 2009 parlementaires-au-bord-de-la-crise-de-nerfs_1296859_823448.html
En outre la plupart de ces lois sont inapplicables faute de textes d’application ! Toujours le bonne gestion.

§ Sur mon blog « le Monde » Finances publiques, Obama veut donner le bon exemple usa-obama-veut-lutter-contre-la-dette-massive-en-gelant-de-nombreux-programmes Version actualisée le 27 janvier à 9 h 30

§ Au Japon, pas encore de rigueur, mais de la dette… japon-une-situation-financiere-preoccupante

§ Télé, France 5 : avec les pirates de la Côte somalienne tele-reportage-la-saison-des-pirates

§ Télé-Arte : les anti-éoliens tele-les-anti-eoliens-sur-arte

§ Les billets les plus lus sur mon blog en 2009 les-dix-billets-les-plus-consultes-sur-mon-blog

Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

En fonction du résultat je compte suivre la même voie pour Nuits bleues.

Hôpital : et on n’a pas encore viré les médecins « en trop »

18UTCp31UTC01bWed, 27 Jan 2010 08:16:18 +0000UTC 9,2008

Laurent Opsomer est sorti de sa hantise sécuritaire pour nous proposer ce témoignage tout à fait personnel sur le service des urgences enfants de Valenciennes (Nord).

UNE SOIRÉE AUX URGENCES

Une soirée aux urgences rime avec patience. Arrivés à 18 heures, nous ne sommes pas sortis avant 23 heures ! Des urgences exceptionnellement débordées ? Pas du tout ! C’est, au contraire, un jour ordinaire. Pourtant des gens s’impatientent, s’agacent, s’énervent de cette interminable attente ponctuée de pleurs d’enfants ; exaspérés, certains partiront avant d’avoir rencontré un médecin. «Sommes-nous vraiment aux urgences ?», s’interroge l’un d’eux avec colère. «C’est digne d’Haïti !», renchérit un autre. «Mais que fait le personnel soignant ?», lance sa voisine. Il travaille ! Il ne cesse de travailler ! Durant tout le temps de ma présence (cinq longues heures), je l’ai observé s’activer continuellement en tous sens, gérant les arrivées, les priorités, les soins… Le dévouement du personnel soignant est tout aussi évident que leur nombre est insuffisant… Il paraît pourtant que les effectifs hospitaliers sont pléthoriques. Pas aux urgences en tout cas…

Fonds secrets en Suisse : Michelin pris la main dans le sac

35UTCp31UTC01bTue, 26 Jan 2010 10:14:35 +0000UTC 9,2008

Il faut souvent lire la presse d’ailleurs pour obtenir de bonnes vraies nouvelles françaises. Ainsi le quotidien Le Temps de Genève révèle aujourd’hui ( mardi 26 janvier) Michelin_le_plus_grand_contribuable_connu_pris_dans_les_mailles_du_fisc_fran%C3%A7ais que la famille Michelin a depuis longtemps planqué et Suisse et au Lichtenstein des fonds importants, en cours de rapatriement ! Venant de Suisse, l’information ne peut être soupçonnée d’être un outil de propagande.

Victime de l’informaticien [allemand] qui avait trahi la banque LGT, la famille du fabricant de pneus Michelin a fait régulariser 400 millions d’euros par la cellule de «dégrisement» de Bercy. La justice française enquête sur la nature «caritative» des fonds

Le plus gros poisson de l’opération de régularisation lancée par le fisc français est désormais connu. Il s’agit de la famille Michelin, fondatrice du leader mondial du pneu. La semaine dernière, elle avouait détenir une fondation au Liechtenstein, Copa, dont la fortune se monte à quelque 400 millions d’euros (environ 600 millions de francs suisses).

Olivier Metzner, avocat du groupe et de la famille Michelin, précise que l’argent a été «rapatrié récemment en France», à travers la cellule de «dégrisement» lancée par le ministre du Budget Eric Woerth. Fermée le 31 décembre, elle a vu passer 3500 contribuables et permis de régulariser 6 milliards d’euros d’actifs dissimulés à l’étranger.

La fortune liechtensteinoise des Michelin en représente le quinzième. «Nous avons fait une déclaration spontanée à l’administration fiscale», précise l’avocat.

Mais cette «spontanéité» est tout relative. La famille Michelin est l’un des 1400 clients de la banque liechtensteinoise LGT trahis par l’informaticien Heinrich Kieber, qui a livré leurs noms au fisc allemand. En 2008, ce dernier les a transmis en France, poussant les héritiers du fabricant de pneus à admettre l’existence de Copa.

//

Pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt? La famille ne donne pas d’explications sur ce point. Mais Olivier Metzner précise que la fondation avait un but «caritatif»: «C’est un capital dont les intérêts et les dividendes sont versés chaque année à des œuvres», notamment religieuses ou universitaires. L’origine des fonds demeure en revanche obscure.

«C’est tellement ancien qu’il est difficile de savoir d’où ça vient», estime l’avocat. La fondation aurait été créée en 1937, une époque où l’instabilité politique, les réformes sociales et la menace de guerre poussait de nombreux capitalistes français à expatrier leur argent en Suisse.

De la Sardaigne à la Corse, en passant par le Dauphiné

36UTCp30UTC06bWed, 12 Jun 2013 16:54:36 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Ensemble des échanges entre mes lecteurs à propos des problèmes d’identité.

De Felix Liber

profession libérale | 17H29 | 02/04/2009 |

Le 2 avril il exprimait son point de vue à propos de l’Affaire Colonna

On ne peut comprendre l’affaire Colonna hors de son contexte corse et de la manière dont la Corse est traitée par l’Etat français, les différents gouvernements, et l’opinion publique.

Colonna est « le berger corse » ! Donc lâche et manquant à tout sens de l’honneur en n’avouant pas et en prenant la fuite(il n’a pris que le maquis ! ) ! Dreyfus lui était juif et l’armée française antisémite, ceux qui avaient pris sa défense étaient traités de traitres à la France. A quand le « boucher auvergnat » ou le « plombier alsacien » prend la fuite en refusant de rendre son disque dur à cause de la loi Hadopi ? !

Tout ceci est une gigantesque mascarade organisée par un Etat qui s’est arrogé le monopole « légal » de la violence, sous toutes ses formes, comme manière de gouvernement . A -t-on jamais demandé des comptes à Jean-louis Debré pour avoir organisé la conférence de presse clandestine du FLNC de Tralonca quand il était ministre de l’intérieur, les armes avaient été livrées pour la photo de Paris-match et les gendarmes réglaient la circulation ! Non, Debré est président du Conseil Constitutionnel, génial ! A l’époque des gendarmes de l’Elysée, c’était le capitaine Barril lui même qui faisait les livraisons avec en prime des valises de pognon ! 
Après ça, on ne peut plus s’étonner de rien des que la Corse est en jeux ! Colonna a eu bien raison de s’enfuir, un « berger corse “ est forcément coupable !

Un rapport de l’ONU , publié le 3 mars 2008 , conclut que ‘ malgré l’existence d’une importante législation anti-discrimination , les membres des communautés minoritaires en France sont victimes d’une véritable discrimination raciale, ancrée dans les mentalités et les institutions. Le refus politique de reconnaître ce problème a entravé l’adoption de mesures propres à garantir l’application des dispositions législatives pertinentes et à corriger les inégalités complexes qui se sont installées ’.
Le rapport de l’ONU précise ‘ qu’en dépit des recommandations des organes anti-discrimination de l’Union européenne et des Nations Unies ,les gouvernements français successifs ont maintenu la position selon laquelle il ne doit pas y avoir de reconnaissance officielle des caractéristiques ethniques, religieuses ou culturelles des citoyens ’.

Précisant que la France n’a toujours pas ratifié ‘ la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales ’ du Conseil de l’Europe ni ‘ la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ’ , le rapport de l’ONU conclut que le gouvernement français devrait : 
‘ 1 – reconnaître l’existence de minorités nationales ou ethniques ,religieuses et linguistiques sur le territoire français et retirer sa réserve à l’article 27 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, concernant les droits des personnes appartenant à des minorités, et à l’article 30 de la Convention relative aux droits de l’enfant ; 
2 – ratifier les instruments européens relatifs aux droits de l’Homme concernant les droits des minorités, notamment le Protocole numéro 12 à la Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales et la Convention-cadre du conseil de l’Europe pour la protection des minorités nationales. ’

Ce que vous décrivez sent l’émotion, celle de perdre les images de son enfance. Certains appelleront cela dépit, je l’appellerais tristesse. C’est en tout cas une émotion bien légitime.

D’ailleurs, les faits que vous présentez sont probablement authentiques. Et puis, il ne m’appartient pas de les discuter. Je n’ai jamais mis les pieds en Sardaigne, ni en Corse et il serait donc malvenu de ma part de vous contredire.

Par contre, à la lecture de vos paroles, je me suis dit plusieurs fois que ce qu’il se passe en Sardaigne se passe aussi ailleurs. Je pourrais vous parler des terrains communaux du hameau où j’habite car ces terrains sont pris d’assaut par des étrangers au hameau en moto-cross et autres engins qui détruisent le paysage. Je pourrais aussi vous parler de la vie des bergers dans nos montagnes dauphinoises. Ce n’est pas d’ailleurs une vie, mais une survie et les conditions de vie sont d’un autre siècle. Quant aux conditions plus favorables aux étrangers, c’est un argument que j’entends régulièrement. Enfin, je n’évoquerais même pas que nos belles maisons et nos terrains sont rachetés aisément par les riches lyonnais qui y font leur résidence secondaire. Ce que je décris pour ma région, et vous pour la vôtre, survient probablement partout ailleurs. La cupidité ne vise pas spécialement nos régions. On la retrouve ailleurs. La grande différence réside peut-être dans le fait que ma région n’a pas de frontière difficilement franchissable. Le brassage humain se fait depuis longtemps réduisant à pratiquement néant toute identité régionale… ce qui n’est pas le cas d’une île, corse ou sarde.

La différence, chère Tita, bien que la problématique de vos régions du “Nord” est à prendre en considération également, se situe au niveau du climat et des littoraux ! Les îles possèdent encore des trésors de falaises, plages, bosquets, fontaines, sauvages non encore détruits par la race humaine et sont bien évidemment fort convoités par ceux qui veulent y cacher leur vie luxueuse et/ou tapageuse et qui, bien évidemment veulent se retirer au soleil, vue sur l’horizon au bord de mer, bien souvent, mais de plus en plus, au fin fond des campagnes et au creux des montagnes, pour atteindre l’âge centenaire dans des endroits qu’ils savent non encore pollués par l’industrie ! D’autres encore, n’ont qu’une idée, se faire un maximum d’argent en transformant ces lopins de terre en résidences de quelques villettes amassées les unes contre les autres, entourées de minuscules jardins (pas même l’espace suffisant pour y planter un arbre !)qu’ils revendent à des prix “étrangleurs” à des pauvres gens qui n’ont qu’une aspiration, celle de devenir propriétaires pour échapper à leur étouffement dans leur minuscule appartement pour lequel ils payent un faramineux loyer, au sein de hauts immeubles ! Ces dits immeubles que l’on continue également à construire aux abords des grandes villes et dans lesquels on entasse nos jeunes pour les éloigner de leur famille et de leurs petits patrimoines durement gagnés et conservés par leurs anciens ! Sans parler des grandes surfaces qui se multiplient à une vitesse grand V ! Il ne restera plus que quelques jardins publics dont les municipalités se gorgeront d’avoir “généreusement offert à leurs concitoyens” qui verront leurs impôts augmenter pour leur entretien ! Sur les littoraux, on verra des barrières se dresser pour avoir accès aux plages ! Il ne restera plus que quelques chemins communaux qui pourront être empruntés par la population filtrée par des interdits en tous genres (voir sur mon site, l’article où je mentionne la sale aventure que vivent 4 touristes, en Sardaigne, arrêtés avec leurs appareils photos sur une plage publique aux abords de la villa de Berlusconi ! ) ! En Sardaigne, des générations d’anciens avaient planté des arbres de gineprie (dont les baies servent maintenant aux “requins” qui s’en sont emparés, à en faire le commerce du gin, fameux alcool très connu !!! Les terrains comprenant ces centaines d’arbustes sont interdits d’accès ! Les bergers avaient pour habitude de confectionner leur bâton, leurs instruments de musique, leurs sculptures avec leurs branches, car le bois de gineprie devient aussi dur que l’ébène, une fois seché ! Serait arrêtée et condamnée, désormais, toute personne ramassant ne serait-ce qu’une branche morte à terre !) ! Le peuple grec l’a bien compris car il l’a constaté à ses dépends, suite aux terribles incendies de 2003 (il me semble, puis de 2007) ! En effet, des immeubles et autres batisses ont vu le jour sur des terrains dénudés qui étaient autrefois des terres préservées et pseudo-protégées de par leurs rares spécimens floreaux, dont les promoteurs et constructeurs ont obtenu des permis alors que la législation promettait un interdit sur de très longues années !!! Bien évidemment, la population aux revenus modestes, déjà entassée dans les grandes villes, ne comprennent pas notre dilemne et nos cris d’alerte, car on ne leur montre que le côté “touristique” (comme le dit si bien Philippe Madelin) des lieux et cette dite population ne connaissant les lieux que par ce qu’en disent les médias et publicitaires, pense que les résidents sont des “rupins” à l’abri de soucis !!! Je me suis même entendue dire que la Sardaigne était une île de milliardaires (?!!!) !Ces lieux et sa population sont à défendre parce qu’ils sont les gardiens de sites qu’ils entretiennent et préservent, pour faire en sorte qu’ils demeurent encore accessibles à ceux dont les salaires sont plus que modiques et qui ont besoin d’air pur et de détente durant quelques mois de leur dure année de labeur et qui ont surtout besoin d’espérer pouvoir un jour, trouver des lieux de retraite paisible à la portée de leur maigre pension ! Je ne sais comment faire comprendre tout ceci mais le problème est grave, aussi grave que peuvent l’être les problématiques des indiens d’Amazonie qui voient leur territoire s’amenuiser petit à petit, toujours à coups d’incendies volontaires, de déboisements sauvages à outrance, d’extermination sournoise de la population à coups de transmissions de virus et de pulvérisations d’insecticides et pesticides !!! Je comprends ce que pourraient être amenées à penser les associations qui défendent les SDF et qui réclament que l’on construise plus de logements sociaux pour ces personnes mais les permis qui seraient octroyées pour ces immeubles ne signifie pas qu’ils seraient utilisés de toute manière pour loger effectivement ces personnes sans toits ! Je ne crois pas que de penser que ces situations de sans logements sont prioritaires (et ils le sont effectivement !!! D’autant que personne n’est à l’abri de se retrouver dans ce cas, de nos jours !) doit amener à ignorer la problématique que je vous expose ! Je pense que tout a un début et que la source de cette recrudescence de sans abris est cette problématique ! Ce n’est pas en appauvrissant et en faisant en sorte que ceux qui ont encore un petit patrimoine se trouvent également démunis à coups d’incendies, à coups de pollutions, à coups d’entourloupes, que l’on résoudra le problème des sans logis ! Bien au contraire, je pense qu’on court tout droit vers une aggravation du problème !!! Je ne suis qu’une simple femme, simple citoyenne et simple mère de famille et je ne peux qu’exprimer mes craintes en témoignant, en écrivant mes ressentis ici et là, et je ne comprends pas que les syndicats et partis politiques de tous bords n’agissent pas en exigeant officiellement (et en contrôlant, bien évidemment !) le respect, en tout premier lieu, des législations établies notamment en matière d’interdit de construction suite à des incendies.

Tita, Jean-Pierre Vernet ( Dauphiné)

Il s’adresse à Christina Bianca Troncia, qui parle de la Sardaigne

Bien que votre message fut repris plus haut, je vais me permettre d’y répondre ici.

Les îles possèdent encore des trésors de falaises, plages, bosquets, fontaines, sauvages non encore détruits par la race humaine et sont bien évidemment fort convoités par ceux qui veulent y cacher leur vie luxueuse et/ou tapageuse et qui, bien évidemment veulent se retirer au soleil, vue sur l’horizon au bord de mer, bien souvent, mais de plus en plus, au fin fond des campagnes et au creux des montagnes, pour atteindre l’âge centenaire dans des endroits qu’ils savent non encore pollués par l’industrie !

Je vous concède que ma région du “Nord” n’a pas vu sur la mer, mais il y a aussi des coins et des trésors naturels magnifiques (comme des plages ou des falaises tombant dans le Rhône) que les riches en nantis venant d’autres régions cherchent à s’offrir pour profiter d’un panorama vivifiant. Je retrouve donc le même phénomène que ce que vous décrivez.

D’autres encore, n’ont qu’une idée, se faire un maximum d’argent en transformant ces lopins de terre en résidences de quelques villettes amassées les unes contre les autres, entourées de minuscules jardins (pas même l’espace suffisant pour y planter un arbre !)qu’ils revendent à des prix “étrangleurs” à des pauvres gens qui n’ont qu’une aspiration, celle de devenir propriétaires pour échapper à leur étouffement dans leur minuscule appartement pour lequel ils payent un faramineux loyer, au sein de hauts immeubles !

Tout pareil. J’ai derrière chez moi un petit lopin de terre qui fut vendu (pas par moi) pour y construire 40 maisons… avec des jardins de mouchoir de poche.

Ces dits immeubles que l’on continue également à construire aux abords des grandes villes et dans lesquels on entasse nos jeunes pour les éloigner de leur famille et de leurs petits patrimoines durement gagnés et conservés par leurs anciens !

Pareil. Il y a des banlieues partout, où les jeunes s’entassent pour se rapprocher de leur travail de centre ville… en abandonnant derrière eux des maisons qui tombent finalement en ruine, etc…

Sans parler des grandes surfaces qui se multiplient à une vitesse grand V ! Il ne restera plus que quelques jardins publics dont les municipalités se gorgeront d’avoir “généreusement offert à leurs concitoyens” qui verront leurs impôts augmenter pour leur entretien ! Sur les littoraux, on verra des barrières se dresser pour avoir accès aux plages !

Je vois ça souvent. hélas : chemin privé, plage privé, etc.

Il ne restera plus que quelques chemins communaux qui pourront être empruntés par la population filtrée par des interdits en tous genres (voir sur mon site, l’article où je mentionne la sale aventure que vivent 4 touristes, en Sardaigne, arrêtés avec leurs appareils photos sur une plage publique aux abords de la villa de Berlusconi ! ) !

Je l’avais lu.

En Sardaigne, des générations d’anciens avaient planté des arbres de gineprie (dont les baies servent maintenant aux “requins” qui s’en sont emparés, à en faire le commerce du gin, fameux alcool très connu !!! Les terrains comprenant ces centaines d’arbustes sont interdits d’accès ! Les bergers avaient pour habitude de confectionner leur bâton, leurs instruments de musique, leurs sculptures avec leurs branches, car le bois de gineprie devient aussi dur que l’ébène, une fois seché ! Serait arrêtée et condamnée, désormais, toute personne ramassant ne serait-ce qu’une branche morte à terre !)

Ici, ce sont les noyers que les anciens ont planté et que les damnés de l’avarice interdisent d’accès au quidam.

Le peuple grec l’a bien compris car il l’a constaté à ses dépends, suite aux terribles incendies de 2003 (il me semble, puis de 2007) ! En effet, des immeubles et autres batisses ont vu le jour sur des terrains dénudés qui étaient autrefois des terres préservées et pseudo-protégées de par leurs rares spécimens floreaux, dont les promoteurs et constructeurs ont obtenu des permis alors que la législation promettait un interdit sur de très longues années !!! Bien évidemment, la population aux revenus modestes, déjà entassée dans les grandes villes, ne comprennent pas notre dilemne et nos cris d’alerte, car on ne leur montre que le côté “touristique” (comme le dit si bien Philippe Madelin) des lieux et cette dite population ne connaissant les lieux que par ce qu’en disent les médias et publicitaires, pense que les résidents sont des “rupins” à l’abri de soucis !!! Je me suis même entendue dire que la Sardaigne était une île de milliardaires (?!!!) !

Je vous accorde que je ne me suis jamais entendu dire que le Dauphiné était un pays de milliardaires. En même temps, les images d’Épinal ont la vie dure. Une portugaise de mes amies en déplacement en Belgique avait dû montrer ses bras pour prouver qu’elle n’était pas plus poilue que les autres. Heureusement, stéréotypes ne sont pas vérités.

Ces lieux et sa population sont à défendre parce qu’ils sont les gardiens de sites qu’ils entretiennent et préservent, pour faire en sorte qu’ils demeurent encore accessibles à ceux dont les salaires sont plus que modiques et qui ont besoin d’air pur et de détente durant quelques mois de leur dure année de labeur et qui ont surtout besoin d’espérer pouvoir un jour, trouver des lieux de retraite paisible à la portée de leur maigre pension ! Je ne sais comment faire comprendre tout ceci mais le problème est grave, aussi grave que peuvent l’être les problématiques des indiens d’Amazonie qui voient leur territoire s’amenuiser petit à petit, toujours à coups d’incendies volontaires, de déboisements sauvages à outrance, d’extermination sournoise de la population à coups de transmissions de virus et de pulvérisations d’insecticides et pesticides !!!

Vous mettez le doigt sur ce qui me semble être le noeud gordien : l’identité. Les Sardes ont encore une forte identité propre. Ils sont d’abord Sardes avant d’être Italiens. Pour un Dauphinois, ce n’a pas de sens. Il a éventuellement un accent (je l’ai) mais le brassage culturel autant que le brassage des populations ramènent son identité à “être français”. Il ne vit alors pas l’invasion des autres français comme une menace à sa culture et à son identité.
Ce n’est visiblement ni le cas des corses, ni le cas des sardes qui, eux, ont une identité forte (probablement dû à leur insularité). Qu’un riche corse achète un bout de terre en corse ne pose pas de soucis particulier. Mais que ce riche soit un continentaux, et voilà qu’un sentiment de vole apparait et de menace…

En Bref, au niveau des faits, il est probable qu’on ait les mêmes choses en Sardaigne ou en Dauphiné, mais le sens donné à ces faits n’est pas le même dû à l’intensité de l’identité.

Je comprends ce que pourraient être amenées à penser les associations qui défendent les SDF et qui réclament que l’on construise plus de logements sociaux pour ces personnes mais les permis qui seraient octroyées pour ces immeubles ne signifie pas qu’ils seraient utilisés de toute manière pour loger effectivement ces personnes sans toits ! Je ne crois pas que de penser que ces situations de sans logements sont prioritaires (et ils le sont effectivement !!! D’autant que personne n’est à l’abri de se retrouver dans ce cas, de nos jours !) doit amener à ignorer la problématique que je vous expose ! Je pense que tout a un début et que la source de cette recrudescence de sans abris est cette problématique ! Ce n’est pas en appauvrissant et en faisant en sorte que ceux qui ont encore un petit patrimoine se trouvent également démunis à coups d’incendies, à coups de pollutions, à coups d’entourloupes, que l’on résoudra le problème des sans logis ! Bien au contraire, je pense qu’on court tout droit vers une aggravation du problème !!! Je ne suis qu’une simple femme, simple citoyenne et simple mère de famille et je ne peux qu’exprimer mes craintes en témoignant, en écrivant mes ressentis ici et là, et je ne comprends pas que les syndicats et partis politiques de tous bords n’agissent pas en exigeant officiellement (et en contrôlant, bien évidemment !) le respect, en tout premier lieu, des législations établies notamment en matière d’interdit de construction suite à des incendies.

Justement, n’y a -t-il pas des élus sardes ou corses pour défendre les intérêts des corses ou des sardes ? Ce que vous exposez relèvent directement de leur mission… enfin, je crois.

De Mme Troncia ( Sardaigne)

Cher Tita !
Je comprends pertinemment que dans votre belle région, la problématique existe également ! J’ai pu aussi le constater en Auvergne mais à moindre pourcentage…à cause du climat !

Je vais répondre à quelques-uns de vos paragraphes !

Je vous cite : “Vous mettez le doigt sur ce qui me semble être le noeud gordien : l’identité. Les Sardes ont encore une forte identité propre….Qu’un riche corse achète un bout de terre en corse ne pose pas de soucis particulier. Mais que ce riche soit un continentaux, et voilà qu’un sentiment de vole apparait et de menace…”

Le problème d’identité et le sentiment d’invasion, existent, bien évidemment, depuis des siècles, si l’on s’en réfère à l’histoire, puisque la population corse et sarde a été envahie moult fois (par les maures, les africains, les espagnols et les romains ! D’où cette tendance maintenant à mettre en exergue leur identité propre face aux italiens, pour ce qui concerne le peuple sarde surtout !)! Les peuples sardes et corses ne sont donc pas paranoïaques lorsqu’ils se récrient contre l’invasion des riches continentaux, de nos jours, en se référant à ce qu’ont vécu et ont dû combattre leurs ancêtres, mais ils ont acquis une “clairvoyance” et ont pu constater les permissivités octroyées à certains et non à d’autres ! Pas d’amalgames, certains “riches” continentaux ont été parfaitement intégrés sur les 2 îles, simplement parce qu’ils ont su acquérir leurs biens immobiliers avec respect ! Sans flouer les vendeurs de ces dits-biens et surtout, en ne convoitant pas des sites qui sont depuis des décennies préservés et protégés ! En évitant aussi, de débarquer en conquérants et en respectant la culture d’autrui ! Contrairement à ce que laissent entendre certains médias journalistiques et autres, les peuples corses et sardes sont très hospitaliers et très ouverts sur la culture des autres peuples, celà fait partie intégrante de leur éducation reçue ! Lorque vous vous rendrez en Corse et en Sardaigne, vous pourrez constater que beaucoup de résidents sont des “pinsutti” (surnom affectueux qu’emploient les corses pour désigner français, italiens, marocains, russes, etc.) aux moyens plus ou moins modestes ! Ce qu’ils apportent avec humilité comme expériences est accueilli comme un enrichissement culturel complémentaire et, en retour, ils savent ne pas imposer leurs cultures et leurs manières de vivre ! Un juste équilibre s’établit très rapidement, tout simplement, en toute intelligence de part et d’autre ! De plus, et ceci se vérifie aussi hélas en France et surtout dans le Sud, trop de corses et de sardes ont dû quitter leur île pour aller travailler sur le continent s’ils ne voulaient pas que leur famille périclite ! De nos jours, certains ne peuvent même plus retourner voir leur famille et n’ont même pas les moyens financiers de garder un lien ne serait-ce que téléphonique et sont donc isolés ! Ce que je perçois, moi, comme un préjudice moral, une anormalité affective, et un préjudice pécunier !!! On peut rentrer vers sa région depuis Paris très rapidement maintenant avec le TGV ou avec son propre véhicule et à un coup raisonnable, ce qui n’est pas le cas pour les retours en Corse et/ou en Sardaigne qui ne peuvent se faire qu’au moyen des navires dont nous sommes tributaires du planning des allers/retours, ou des avions et le tarif pour ces traversées est le double voire le triple, si l’on insère son véhicule et le trajet jusqu’aux ports et aéroports ! Et je ne vais pas vous parler ici des frais engagés et des déplacements et séjours obligatoires sur le Continent italien, par exemple, lorsqu’un sarde doit se faire visiter et passer des examens pour contrôle d’un cancer !!! Il y aurait tant à dire sur les organisations sanitaires déployées sur l’île !!! Et qu’on ne me dise pas que c’est un choix que font ceux qui viennent sur le continent ! Non ! C’est une obligation !!! Sur les îles, rien n’est fait ou peu, pour permettre aux familles de rester unies, d’y vivre normalement avec les comodités essentielles, puisque peu d’ouvertures d’entreprises et peu de possibilités de créations d’entreprises ! Les professeurs spécialistes sur le plan médical, par exemple, ne se trouvent pas en Sardaigne! Seuls quelques-uns se déplacent et maintiennent des permanences très espacées en temps (il faut prendre rendez-vous très longtemps à l’avance (?!!!) pour avoir le privilège d’être examiné sur place et encore ! Puisque les équipements nécessaires manquent sur l’île, le déplacement des malades reste de vigueur !) ! Les élus locaux font ce qu’ils peuvent (selon les bords politiques et les élections sont peu souvent gagnées par les élus du peuple ! Comprenne qui pourra !) mais, bien évidemment, les peuples corses et sardes sont très patriotes et font entendre leurs voix…à leur manière, qui, pacifiquement qui moins pacifiquement ! Il devrait être tout naturel qu’un véritable dialogue s’établisse lorsqu’il y a des décisions à prendre concernant leur avenir, leur devenir, leurs problèmes au quotidien, et les problèmes d’environnement notamment (je pense au Padduc, par exemple) et, mais je ne me prononcerai pas ici, il y a bien souvent une sorte de déséquilibre dans la balance lors de ces “tables rondes” que les peuples s’efforcent de rétablir en se faisant entendre ! Malheureusement, la liberté d’expression et donc, la prise en compte de leurs avis, est bien souvent bafouée avec des moyens sournois ! Chacun essaie de défendre cette liberté à sa manière …mais ! ce n’est pas ici le débat !

Ceci étant dit, chère Tita, je vous remercie de l’intérêt que vous portez à nos soucis et de votre intervention qui tend à confirmer que la problématique existe et qu’elle ne vient pas de l’imagination d’une “scribaillonne” qui, effectivement, ne peut qu’exprimer ses ressentis au moyen de ses interventions écrites deci-delà !

Mme Marin

D’accord avec toi Christina pour dire que la Démocratie surtout en Corse est bien souvent bafouée ! La population est le plus souven consultée ou simplement informée une fois les décisions prises..
Plus grave encore, lorsqu’un projet de société comme le Plan d’ Aménagement et de Développement Durable de la Corse, engageant la Corse et les Corses pour les 30 ans à venir est élaboré en l’absence totale de consultation;
Ce projet, contraire aux intérêts de l aCorse, a d’ailleurs été retiré grâce à une mobilisation d’une partie de la population qui a fait entendre sa voix et a eu l’intérêt de susciter des débats même a postériori.
A ce propos je rappelle:
Que ce document prône une économie basée sur le tout-tourisme, ce qui implique du travail saisonnier, précaire, sous-qualifié, et la bétonisation des côtes.
L’économie « présentielle » favorisera la spéculation et la vie chère.
Les terres agricoles ne sont pas protégées.
La culture de ce pays ne fait pas partie des domaines prioritaires.
Un autre PADDUC devra être élaboré en faisant le choix d’une croissance qualitative qui implique de facto une politique foncière économe et productive.
Une telle politique est un outil de réconciliation avec l’activité touristique : elle traduit le passage de l’ère de la spéculation à court terme à celle d’une économie durable où la spéculation foncière fait place à la maîtrise de l’espace et de la production.
Il faut pour la Corse un véritable projet de développement durable qui prenne en compte la lutte contre les inégalités et la pauvreté, qui favorise le développement de notre agriculture, de notre outil de production afin d’assurer notre développement économique; Un PADDUC qui vise à conserver nos valeurs et notre identité, qui assure la protection de notre environnement et élaboré de manière démocratique.
Ce document important qui engage l’avenir de la Corse s’est enrichi de développements et de précisions.
Très largement refusé par une large partie de la population ( en atteste une pétition signée par 15 000 citoyens) ce projet est porteur d’inégalités sociales et territoriales, de déséquilibres démocratiques et de régression culturelle.
Il conduit à accentuer la crise économique et sociale que rencontre la Corse. Il n’anticipe pas la crise écologique que connait la planète et à laquelle notre île commence à être soumise.

C’est bien ici un sentiment de menace de tout ce qui constitue nôtre identité, sentiment de survie et non de menace d’invasion. Permettre aux Corses de continuer à vivre chez eux “normalement” ; développer leur économie, préserver leur environnement ….; Alors oui, certains passent pour des agitateurs contestataires ! Mais, à l’instar d’autres insulaires, nous nous battons pour notre “identité”parceque la menace constante nous y oblige;

nous ne sommes pas à vendre.
Je suis d’accord avec toi Christina quand tu dis que ” les peuples sardes et corses ne sont donc pas paranoïaques lorsqu’ils se récrient contre l’invasion des riches continentaux en se référant à ce qu’ont vécu et ont dû combattre leurs ancêtres, mais ils ont acquis une “clairvoyance” et ont pu constater les permissivités octroyées à certains et non à d’autres !
Sans flouer les vendeurs de ces dits-biens et surtout, en ne convoitant pas des sites qui sont depuis des décennies préservés et protégés ! En évitant aussi, de débarquer en conquérants et en respectant la culture d’autrui !”

Je suis hors débat mais c’est pas trop grave..??..
Merci pour ce dialogue.

Tita – Jean-Pierre Vernet, Dauphiné

Au risque de paraitre un obtus, je continue de croire à un phénomène essentiellement identitaire.

Dans nos pays, si un père décide de marier sa fille avec Monsieur “Machin” (hommage à Verlaine), sa fille a de forte chance de prendre la chose très mal et même de flirter avec la dépression. Après tout, ce qu’elle subit, elle ne l’a pas choisi. Par contre, si un chinois décide de marier sa fille, cette dernière sera bien moins triste, simplement parce que l’identité se cristallise moins sur l’individu que la famille ; Et en tant que membre de cette famille, elle participe (même illusoirement) à la décision d’épouser Monsieur Machin.

Sur le continent, on peut sans aucun doute trouver des personnes fières de leur identité régionale. Cependant, la plupart des gens partagent l’identité nationale. Ils ne se perçoivent alors pas victime des décisions politiques prises par ceux qu’ils considèrent être leurs élus, fussent-ils ceux d’une capitale comme Paris (Paris étant parfois présenté comme une ville qui impose ses lois à tout un pays).

Quoi qu’il en soit, une identité forte n’est pas nécessaire pour percevoir des injustices. Les passe-droits des notables (ou pis encore : des parachutés) laisse un goût amer. Ce gout est amère d’injustice sur le continent, mais il est, à vous lire aussi, amère de préjudice et de menace pour les insulaires et ceux qui ont une forte identité régionale car il y a menace de leur culture propre par une exo-culture.

Maintenant, à vous lire aussi, je me rends compte qu’il y a un autre phénomène. Quand je faisais mes études, je restais coi devant la souffrance de mes camarades des contrées lointaines. Je pense par exemple à une étudiante venant de Guadeloupe. Le monopole d’Air-France permettait à cette compagnie d’imposer des prix plutôt énormes, ce qui, dans la pratique, interdisait à cette jeune fille de pouvoir simplement rentrer pour les fêtes.

Il est donc certain que la situation géographique de la corse et de la Sardaigne invite les ploutocrates à s’enrichir sur le dos des autochtones qui veulent voyager et des touristes qui y vont.

Ces deux points étant, dit, la question centrale est la suivante. Cette situation politico-économique, est-elle voulue ? En d’autres mots, dans le cas de la Corse ou de la Sardaigne, existe-t-il ou n’existe-t-il pas une intention de colonisation ou de réduction des pouvoirs locaux par une instance supérieure ?

Si oui, cela implique implicitement que l’instance supérieure (l’Etat ou ceux qui le servent) distingue bien les Italiens des Sardes comme deux entités différentes -ou les corses des Français… un peu comme on distinguait jadis les français des arabes quand l’Algérie était française…

Pour le cas de la Corse, la question se pose réellement étant donné que le “peuple” français fait déjà du racisme anti-corse. Cela démontre qu’il se différencie du peuple corse. Comme l’Etat français est composé de français (qui partagent donc probablement le même stéréotype), la question d’un néo-colonialisme ou d’un contrôle du peuple corse se pose. Mais qu’en est-il pour les Sardes ?

Notez au passage que si la réponse est oui, cela peut (dans une certaine mesure) légitimer certaines actions dites illégales (puisque l’illégalité n’est autre que le refus de se soumettre aux lois du pays colonisateur).

En fait, avoir une réponse objective à cette question n’est pas essentiel pour comprendre. Il suffit de savoir ce qu’en croit les uns et les autres. Si les Corses sont persuadés d’être sciemment les victimes d’un Etat qui cherche à les réduire à néant, cela suffit à comprendre leur actions et leurs émotions. Il n’est pas même nécessaire que l’Etat cherche réellement à les réduire.

A vous lire, je subodore que les Sardes se proposent aussi l’affirmative comme réponse à cette question. Est-ce que je me trompe ?

Christina

Le fait qu’il y ait endo-culture pour les français (les décisions les concernant venant de membres partageant leur identité) et exo-culture pour les corses et les sardes explique aussi le sentiment de paranoïa. Les continentaux ne comprennent pas “la réticence” des insulaires et les insulaires ne comprennent pas l’indifférence des continentaux. C’est pour cela que je pense que le phénomène est essentiellement identitaire dans sa gestion même si la gestion porte sur des faits de spoliations par les ploutocrates, (spoliation que l’on retrouvent de partout).

Christina 0909

La terre et l’identité : poursuite du dialogue entre Tita et Christina

10 #Je voudrais juste, pour étoffer ma thèse sur le racisme des continentaux vis-à-vis des insulaires que je mentionne sur mon dernier commentaire, ajouter cet extrait tiré d’un commentaire déposé par un certain Félix Liber (voir l’URL : http://www.rue89.com/philippe-madelin/2009/04/02/la-fuite-argument-anti-colonna-sans-fondement-juridique?page=1#commentaires) :

« Un rapport de l’ONU , publié le 3 mars 2008 , conclut que ‘ malgré l’existence d’une importante législation anti-discrimination , les membres des communautés minoritaires en France sont victimes d’une véritable discrimination raciale, ancrée dans les mentalités et les institutions. Le refus politique de reconnaître ce problème a entravé l’adoption de mesures propres à garantir l’application des dispositions législatives pertinentes et à corriger les inégalités complexes qui se sont installées ’.

Le rapport de l'ONU précise ‘ qu'en dépit des recommandations des organes anti-discrimination de l'Union européenne et des Nations Unies ,les gouvernements français successifs ont maintenu la position selon laquelle il ne doit pas y avoir de reconnaissance officielle des caractéristiques ethniques, religieuses ou culturelles des citoyens ’. 

Précisant que la France n'a toujours pas ratifié ‘ la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales ’ du Conseil de l'Europe ni ‘ la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ’ , le rapport de l'ONU conclut que le gouvernement français devrait :
‘ 1 – reconnaître l'existence de minorités nationales ou ethniques ,religieuses et linguistiques sur le territoire français et retirer sa réserve à l'article 27 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, concernant les droits des personnes appartenant à des minorités, et à l'article 30 de la Convention relative aux droits de l'enfant ;
2 – ratifier les instruments européens relatifs aux droits de l'Homme concernant les droits des minorités, notamment le Protocole numéro 12 à la Convention de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales et la Convention-cadre du conseil de l'Europe pour la protection des minorités nationales. ’
 Ceci tombe à point nommé pour éclaircir ce que je tente d'exprimer ! Il n'y a, je pense, rien d'autre à ajouter !!!
 

Numérique : les risques

28UTCp30UTC06bWed, 12 Jun 2013 16:11:28 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Ce sera la suite de mon enquête. Crash total : interruption totale de service, incapacité des systèmes à gérer et à corriger les problèmes. Par exemple : blocage total des transactions sur le système Swift, par lequel transitent une grande partie des grosses transactions financières. Le vrai crash est accidentel et d’autant plus dangereux. Mais des attaques informatiques, telles que celles pratiquées par les Russes contre la Lettonie ou le Géorgie peuvent avoir le même effet.

deces

46UTCp28UTC02bTue, 09 Feb 2010 20:20:46 +0000UTC 9,2008

Philippe Madelin est décédé ce jour . Si vous voulez être présent à ses obsèques, elles se dérouleront lundi 15 février à 10h20 à la coupole du >Pere Lachaise. Son épouse Marina