Posts Tagged ‘MBAOP’

Ça ne baigne pas dans les sommets politiques français

12+01:00p30+01:0011bjeu, 05 Nov 2009 10:11:12 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

La baston se poursuit dans la majorité. Tout est bon et tout le monde s’y met : Raffarin, les 63, Jean-François Copé, Rama Yade. Et surtout le Grrrand emprunt. Les uns, derrière Henri Guaino, veulent un emprunt à 100 milliards d’Euros. Juppé et Rocard, chargés de l’étude, entre 20 et 30 ; François Fillon aux environ de 35 Mld, tout en taclant sévère Henri Guaino. A ce jour, l’Elysée se contenterait de 25 à 50 milliards

Nicolas Sarkozy a profité mercredi du Conseil des ministres pour souligner la « nécessité d’être solidaires », selon le porte-parole du gouvernement Luc Chatel. C’est-à-dire pour pousser un bon coup de gueule contre les uns et les autres.

Animé d’une colère froide, le président n’a pas mâché ses mots la veille face aux dirigeants de l’UMP. « Il y a autour de nous un océan de fébrilité », a-t-il clamé, sermonnant Jean-Pierre Raffarin pour sa tribune cosignée avec 23 autres sénateurs contre la réforme actuelle de la taxe professionnelle

A propos de Raffarin,

« On n’a pas apprécié ce coup d’éclat alors que la majorité est déjà assez bien secouée comme ça », confie à l’AFP un responsable de la majorité.

« Le président a voulu être très ferme pour mettre fin à ces interpellations qui ne servent vraiment pas notre famille », a résumé à l’AFP un haut cadre du parti.

Le « haut cadre du parti » en question ne serait autre que Mon Président lui-même !

Un ministre ironise :

« Raffarin s’emmerde et n’a pas digéré de ne pas avoir eu la présidence du Sénat ».

François Fillon revient pour sa part sur le cas du conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino. Son autre bête noire. Il l’accuse de militer publiquement pour un grand emprunt massif.

Dans ce contexte est passé pratiquement inaperçu le départ de l’Elysée de Patrick Ouart, « conseiller spécial pour les affaires juridiques », lisez le conseiller chargé de suivre et de manipuler le procès Clearstream. Il retourne chez LVMH comme conseiller de Bernard Arnaud.Patrick-va-se-faire-Ouart-chez,09178.html

Question : pourquoi ce départ soudain alors que le procès Clearstream n’en est qu’au milieu du gué ? Le Président ne serait-il pas satisfait des avis délivrés par son conseiller ?

Enfin, bref, ça baigne. Ce qui nous vaut cette analyse plutôt surprenante

« C’est normal, il n’y a pas d’opposition, alors le débat a lieu dans la majorité. Il n’y a pas de gauche, donc on se bouffe le nez entre nous », glisse un  « expert » proche du sommet.

Publicités

Sarkozy : un nouveau plan pour la jeunesse ?

52+01:00p30+01:0009bmer, 30 Sep 2009 10:47:52 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Avec Le Monde, l’Agence France Presse et quelques autres sources

avec-le-rsa-jeunes-m-sarkozy-brise-un-tabou-a-droite_1246549_823448.html

sarkozy-a-menti-il-a-soutenu-le-smic-jeunes-et-le-cpe

A force de vouloir puiser dans le réservoir d’hommes et d’idées de la Gauche, bien que celle-ci soit censée ne pas en avoir, Nicolas Sarkozy finit par vouloir imposer de véritables mesures de gauche.

Pour les hommes, c’est une nouvelle « prise à gauche » avec la nomination de Claude Evin, ancien ministre socialiste de la Santé, comme directeur de l’Agence de santé pour l’Ile-de-France. Les médias voient dans ce choix un débauchage, ce que conteste Evin.

Pour la politique, c’est le lancement à Avignon le 29 septembre d’un « plan pour la jeunesse pour un montant potentiel de 650 millions d’euros. Cette fois-ci  l’inspirateur est le haut-commissaire à la jeunesse, Martin Hirsch.

Mesure phare : l’élargissement du RSA aux plus de 25 ans.

« Je vais faire ce que la gauche aurait dû faire depuis longtemps »,

le RSA est un dispositif d’aide au retour à l’emploi. Les moins de 25 ans étaient exclus de cette loi 2008-1249 du 1er décembre 2008 généralisant le Revenu de solidarité active et réformant les politiques d’insertion. Cette loi a été promulguée le 3 décembre 2008.

Le revenu de solidarité active est une allocation qui porte les ressources du foyer au niveau du revenu garanti. Il est complété, le cas échéant, par l’aide personnalisée de retour à l’emploi mentionnée à l’article L. 5133-8 du code du travail”.

Si l’on s’en tient au texte, a droit au RSA “toute personne résidant en France de manière stable et effective, dont le foyer dispose de ressources inférieures à un revenu garanti, a droit au revenu de solidarité active dans les conditions définies au présent chapitre (Art.L. 262-2)« .

C’est l’article L. 262-4.qui fixait le cadre de l’âge :

Le bénéfice du revenu de solidarité active est subordonné au respect, par le bénéficiaire, des conditions suivantes : Etre âgé de plus de vingt-cinq ans ou assumer la charge d’un ou plusieurs enfants nés ou à naître…”.

Nicolas Sarkozy a annoncé l’abrogation de cet article.

Ainsi, les jeunes de moins de 25 ans ayant travaillé à temps plein pendant deux ans (ou à deux tiers de temps pendant trois ans) et qui se retrouveront au chômage ou réduiront leur activité auront droit au revenu de solidarité active (RSA), soit 450 euros par mois, lorsqu’ils auront épuisé leurs droits à l’assurance chômage. Coût prévu : 250 millions d’euros, pour 160 000 personnes, dont 120 000 ayant un emploi. .

Deuxième mesure : des dotations seront expérimentées pour favoriser l’autonomie des jeunes. S’y ajoutent toute une série de mesures pour mieux organiser l’orientation. Les jeunes de 16 à 18 ans se verront obligatoirement proposer un emploi ou une formation. L’expérimentation sur 8 000 jeunes en leur allouant une dotation d’autonomie de 3 000 euros par an sur deux ans, comme le réclame l’UNEF ou l’ont expérimenté certains pays d’Europe du Nord. Il faut pour cela que leurs parents renoncent à leur part d’allocations familiales ou de quotient familial. Cette somme, versée au mois le mois, serait débloquable pour des buts précis : recherche d’emploi, obtention du permis de conduire, paiement de caution.

Ce plan ne manque ni de courage, ni de lucidité, il faut bien le souligner. Pour autant, il est reçu avec circonspection, voire hostilité, dans les syndicats de gauche. Ainsi, l’UNEF, principale organisation étudiante et classée à gauche, juge ainsi qu’on «est loin de l’objectif affiché qui était de redessiner un nouveau pacte entre les jeunes et la société». Selon son président, Jean-Baptiste Prévost, la plupart des mesures ne sont pas à «la hauteur des attentes et des besoins» des jeunes. Il critique ainsi une «insuffisance des réponses pour lutter contre le chômage des jeunes». Pour Jean-Baptiste Prévost, Nicolas Sarkozy «élude» les questions liées à «la pénurie d’emplois qualifiés, les suppressions d’emplois dans la fonction publique, les emplois précaires, les difficultés d’accès au CDI». «Les jeunes n’ont pas besoin d’incitation à travailler mais ils ont besoin de boulot», résume-t-il, reconnaissant quelques points positifs, comme le dixième mois de bourse et le doublement de l’aide complémentaire santé.

Dans la majorité domine la « prudence » face à un plan qui serait coûteux, contraire à la vision traditionnelle de la famille et porteur de l’idée d’assistanat pour la jeunesse, alors que la droite voulait réhabiliter le travail : tels sont les trois griefs potentiels auxquels s’expose le plan pour les jeunes

François Fillon, le Premier ministre n’a pas mâché ses mots, la semaine dernière en petit comité, pour exprimer son désaccord avec le chef de l’Etat sur l’extension sous condition du RSA aux moins de 25 ans.

Le Canard enchaîné rapporte les propos prêtés à Fillon :

« Hirsch contribue à alourdir les déficits et Sarkozy l’y encourage. Cette mesure coûte cher : 1,5 milliard par an. Et c’est vraiment de l’idéologie socialiste, de l’assistanat. Le contraire de ce que Nicolas avait promis pendant la campagne avec sa volonté de valoriser le travail. »

Les financiers estiment que le poids des dépenses publiques, les plus élevées au monde devant la Suède, ne pourra être réduit qu’en s’attaquant aux transferts sociaux. Mais, ainsi que l’explique Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée,

« l’ambiance n’est pas à la restriction budgétaire. On fait des économies où l’on peut, on accompagne où l’on peut ».

Ce plan tire probablement son origine dans la désaffection caractérisée des jeunes pour l’actuelle majorité. Le Président se doit de tenter de rattraper le coup.

Le Président surveille toujours avec inquiétude les mouvements de jeunesse, qui auraient pu lui coûter son élection après les manifestations, à l’hiver 2006, contre le contrat première embauche (CPE) du premier ministre, Dominique de Villepin. Elu président, M.Sarkozy avait vite fait machine arrière fin 2008 lors de la contestation des lycéens contre la réforme du ministre de l’éducation, Xavier Darcos.

François Fillon précise :

« Nicolas a une obsession : se réconcilier avec la jeunessse. Mais je ne suis aps sûr que les jeunes voteront pour lui parce qu’il étend le RSA aux moins de 25 ans. »

En outre, le grand problème de ce plan est qu’il n’est qu’un plan, qui nécessite un vote devant le Parlement. La majorité étant ce qu’elle est Sarkozy ne peut guère d’être mis en véritable difficulté, mais le débat dans l’opinion publique risque de laisser des traces, des blessures.

Sarkozy et des « prévenus coupables »

58+01:00p30+01:0009bsam, 26 Sep 2009 11:43:58 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

A propos de son « lapsus » qui l’a conduit à confondre prévenus et coupables, Mon Très bon Président Nicolas Sarkozy botte en touche : il n’a pas le temps de s’occuper de la polémique qu’il a lui-même déclenchée :

« J’ai travaillé jour et nuit toute cette semaine et je n’ai pas eu le temps de suivre tous les aspects de cette polémique certainement passionnante et que je retrouverai en retournant à Paris », a déclaré le président.
« Honnêtement, j’ai été bien occupé ici par des dossiers extrêmement lourds. Je n’ai pas pu suivre toutes les péripéties de toute cette actualité qui, je suis sûr, sont passionnants ».

Nicolas Sarkozy avait affirmé, à propos de l’affaire Clearstream, qu' »au bout de deux ans d’enquête, deux juges indépendants (avaient) estimé que les coupables devaient être traduits devant un tribunal correctionnel ». Or, selon le principe de présomption d’innocence, on parle de « prévenus » tant qu’aucun jugement définitif prouvant la culpabilité d’une personne n’a été rendu. Les propos du chef de l’Etat ont donc suscité une polémique, d’autant plus qu’il est partie civile dans cette affaire de dénonciation calomnieuse, où Dominique de Villepin est l’un des prévenus.

Son attentat à la présomption d’innocence avait provoqué moins de raffut quand il s’en était pris à Yvan Colonna, en juillet 2003. Comme si un « berger corse » pesait moins lourd qu’un ancien Premier ministre.

Dominique de Villepin va déposer plainte devant le tribunal civil pour atteinte à la présomption d’innocence. Même si du fait de l’impunité légale dont bénéficie le Chef de l’Etat, la plainte de l’ancien Premier ministre n’est probablement pas recevable,

Le président français a participé toute la semaine à des sommets sur le climat à l’Onu, à l’ouverture de l’Assemblée général des Nations unies, au Conseil de sécurité et enfin au G20 de Pittsburgh.

Commentaire du professeur de droit constitutionnel Dominique Rousseau (Le Monde daté de ce jour) :

Nicolas Sarkozy ne peut pas jouer sur les deux tableaux : comme citoyen ordinaire, il demande à se constituer partie civile, mais comme président de la République, il demande à bénéficier de l’immunité de l’article 67 !

Son attitude n’est pas exclusivement liée aux circonstances de l’affaire Clearstream

L’actuel chef de l’Etat considère les institutions de la République comme des obstacles, des handicaps à l’exercice et la manifestation de sa volonté. Ce qui pose un problème constitutionnel et démocratique. Il voudrait qu’à l’instant où elle est dite sa parole fasse droit.

Nul besoin de procès, puisqu’il parle déjà de « coupables ». Pas besoin de loi ni du Parlement pour instituer la taxe carbone, supprimer la publicité à la télévision ou le juge d’instruction, puisqu’il l’a dit ! Ce n’est pas la démocratie, c’est la monocratie.

Mon Président est un récidiviste grave

32+01:00p30+01:0009bjeu, 24 Sep 2009 09:12:32 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Donc mon Président en a remis une couche hier en déclarant à propos des prévenus comparaissant dans l’affaire Clearstream

« Au bout de deux ans d’enquête, deux juges indépendants ont estimé que les coupables devaient être traduits devant un tribunal correctionnel »

Et Mon Président de préciser « qu’il a toute confiance dans la justice », peut-être pour que les magistrats aillent dans le sens qui leur a été indiqué ?

Atteinte inadmissible à la présomption d’innocence, ont immédiatement tonné les avocats de Villepin, Lahoud, Gergorin, Florian Bourges, Denis Robert. Une atteinte qui a aussitôt provoqué une avalanche de commentaires  au demeurant plus ou moins sévères, et chez les juristes et chez les journalistes. En rappelant un précédent : le 4 juillet 2003, Nicolas Sarkozy avait annoncé à la tribune de l’UMP l’arrestation d’Yvan Colonna, l’assassin du Préfet Erignac.

Par ailleurs Pdt du Conseil Supérieur de la Magistrature et de ce fait garant du bon fonctionnement de la justice, Mon Président a articulé le verdict sans attendre le déroulement de l’audience et la décision des juges.

Ce qui « n’était pas vraiment grave » avec Colonna puisque la presse l’avait pratiquement condamné d’avance, devient évidemment très inquiétant dans le dossier Clearstream. Car les mis en cause ne sont pas simplement des petits bergers corses, mais la crème de l’intelligentsia politique et médiatique.

Je dois avouer ne pas très bien saisir le sens de la position adoptée par le Président :

  • Ou bien il s’agit d’une provocation pure et simple. Ce n’est pas à exclure, d’autant que le Président sait qu’il ne peut être poursuivi.
  • Ou bien on peut gentiment évoquer un simple « lapsus » révélateur, comme tous les lapsus d’une pensée profonde masquée. Ce sera sans doute l’hypothèse retenue par les partisans du Président pour l’excuser.
  • Ou bien, troisième solution, il ne s’agit pas d’un lapsus mais bien d’une erreur de vocabulaire. Je penche dans ce sens, et c’est le plus grave. Le Président est Président, gardien de la Constitution, il est censé avoir été avocat et donc avoir passé sa licence de droit et sa CAPA. Il a très certainement appris en cours la signification des mots : innocence, culpabilité, justice. Des sens qu’il semble avoir oubliés.

Ainsi, comme n’importe quel Monsieur Tout le Monde au Café du Commerce, Mon Président  raconterait n’importe quoi pour occuper le terrain, pour qu’on parle de lui. Il a prononcé les mots avec toute la gravité et le sérieux nécessaires, donc il a raison peut penser la téléspectatrice de 50 ans qui n’a pas eu la chance d’user ses fonds de pantalons sur les bancs de la faculté de droit. Et c’est ce qui est vraiment grave : il pèse de tout son poids pour asséner une contre vérité, à ce jour un mensonge.

Et nul ne peut le poursuivre puisqu’il bénéficie de l’immunité présidentielle. Yvan Colonna en sait quelque chose puisqu’il a vu repoussée à deux reprises sa plainte pour atteinte caractérisée à la présomption d’innocence.

Je m’interroge par ailleurs sur l’attitude des juges, et même des avocats chargés de défendre Sarkozy en partie civile : puisque le Président a jugé, pourquoi les magistrats, juges et procureurs, continuent à siéger ? N’irait-il pas de leur honneur qu’ils se déclarent incompétents dans un procès jugé d’avance ? Il et vrai que le procureur Jean-Claude Marin a lui aussi jugé d’avance. Avant l’ouverture du procès.

Un dernier point : il est probable qu’une grande partie de l’opinion publique ne sera pas choquée outre mesure puisque pour beaucoup un accusé est un coupable par définition.

Mon pauvre Président est fatigué

48+01:00p31+01:0008bjeu, 27 Août 2009 08:29:48 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mon Président Sarkozy est déjà fatigué après… deux jours de travail. Il travaille proclament les trompettes de la renommée. Il travaille, il travaille, c’est l’AFP qui l’écrit. Il travaille dur : en deux jours, un Conseil des Ministres sans la moindre mesure annoncée. Un discours d’une heure aux ambassadeurs : plus sérieux, Mon Président a développé l’ensemble de sa politique étrangère, une manière de prendre date avant le G20 de Pitsburg, en octobre. Puis un discours devant les policiers de la Préfecture de police, pour le 65 ème anniversaire de la Libération de Paris. Discours avec contresens : Mon Président y a célébré l’engagement des policiers dans la sécurité, alors que le 25. Il a présidé l’installation de la Commission sur l’Emprunt. Et enfin il animé la fameuse séance de réprimande aux banquiers sur la question des bonus, réédition présidentielle des remontrances déversées sur les mêmes par Mme Lagarde, la Ministre des Finances : des réprimandes et des remontrances au demeurant sans effet, car le Président et le gouvernement n’ont pas vraiment de moyens de pression sur les banquiers. Sans compter le fait que les bonus relevant des contrats de travail, on ne voit pas les banques se risquer à s’engager dans des manoeuvres juridiques où elles seront forcément perdantes.

Mais enfin, il a pris position et les trompettes de la renommée ont proclamé qu’il avait pris position. Qu’il obligerait les participants du G 20 à rejoindre ces positions. Sinon, pas de réforme en France, sauf à accepter que les meilleures équipes financières quittent la place de Paris – qui n’est pas majeure en matière de manoeuvres capitalistiques – pour s’exiler. A Londres ? A Singapour ? A New-York.

Enfin, le Président a pris position. Trois petits tours et puis s’en va. Si je compte bien : cinq rendez-vous en deux jours, une heure à chaque fois. Plus le temps de préparation des discours. Pour faire bonne mesure 10 heures de travail, dont une partie assumées par ses collaborateurs.

Epuisant. Surtout après trois semaines de vacances. Donc Carla lui a imposé un nouveau repos forcé : week-end de quatre jours. Loin du gouvernement, loin de Fillon, loin des ministres. Loin de la majorité et de l’opposition.

De deux choses l’une : ou Mon Président est un feignant, ce que je ne crois pas, ce que personne ne lui reproche. Ou ses malaises d’avant vacances ont été beaucoup plus inquiétants que ce qui en a été dit. Je m’étais posé la question en m’étonnant de la grande absence médiatique de mon Président pendant les vacances. Il y a lieu de s’interroger de nouveau. Mais bien malin celui qui pourra me donner une réponse valable et pertinente.

NB – Mon Président n’a même pas pris le temps de confirmer les nominations de quelques nouveaux Secrétaires d’Etat. Dont l’incontournable Frédéric Lefebvre qui par bruits de couloir interposés et par « confidentiels » dans la presse manifeste pourtant une grande impatience

Président : le troisième malaise

37+01:00p31+01:0007bjeu, 30 Juil 2009 11:08:37 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Sans grande aménité, un de mes correspondants s’interroge sur le rôle médiatique du « malaise du Président » Sarkozy. Grâce à ce malaise, il aurait tenu la Une de tous les journaux français pendant 48 h.

Pourquoi pas ? Mais le vrai problème n’en reste pas moins qu’en vérité le Président semble victime de malaises à répétition, et pas toujours à l’issue de séances de jogging. Une première fois à NY, dès l’automne 2007. Une deuxième fois alors qu’il séjournait dans la maison de sa dulcinée à Cap Nègre, en juillet 2008. La journaliste de VSD Sophie Lotiron en rapporte avec précision les circonstances. Et donc une troisième fois durant ce mois de juillet.

Sans compter son « absence momentanée » de conscience après une rencontre avec Poutine, lors du sommet du G8 en juin 2007. Sur la foi d’images diffusés par DailyMotion, relayées par la Télévision belge, on avait cru bon d’avancer que  Sarkozy était ivre. Impossible, il ne boit pas une goutte d’alcool. Ne s’agissait-il pas déjà d’un malaise ?

Je pose deux questions : pourquoi ces malaises à répétition ? Ils seraient tous la conséquence d’un effort physique excessif alors que le Président serait très fatigué, et en outre mal alimenté en raison d’un régime « de forme » sévère. Et pourquoi, malgré ses affirmations, le Président ne suit-il pas les prescriptions de son entourage médical qui lui recommande de se surveiller un peu mieux ?

Je persiste à penser que en tant que Président il devrait mieux prendre en compte ses responsabilités. Il persiste à affirmer qu’il doit toute la vérité, rien que la vérité aux Français. En vérité, on en est au stade de l’enfumage !

Une de mes correspondantes s’interroge dans le même sens :

Pour en revenir au malaise du Président, cela me semble édifiant: en effet NS refuse tous les conseils que peuvent lui donner des spécialistes, et ce, en matière de santé ou autre…Dans le cas présent, la seule conséquence a été un petit malaise, apparemment sans incident, puisque le touchant personnellement; mais on peut s’interroger sur les conséquences sur la vie politique de notre pays, si rééllement il n’écoute aucun conseil ( et ce bien qu’il soit visionnaire ainsi que l’a qualifié son avocat, T. Herzog, suite à l’affaire Colonna)…

Donc…, après l’article 67, dans la constitution, il y a l’art68, qui stipule que » le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs, manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat » Reste à définir la notion de caractère inconciliable avec la poursuite de son mandat…Comment un Président qui ne prend pas soin de sa proppre santé peut-il prendre soin de tout un pays?

Sarkozy et la finale de la Coupe

56+01:00p31+01:0005bdim, 10 Mai 2009 16:16:56 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Il a été à deux doigts de ne pas venir assister à cette mémorable finale de la Coupe de France.  Sarkozy prétend aimer le foot, mais les matches l’emmerdent.Et si le chef de l’Etat s’est bel et bien rendu au Stade de France, il a tout de même manqué à l’un de ses devoirs, à quelques minutes du coup d’envoi : il n’est pas allé saluer les joueurs des deux équipes sur la pelouse… Il faut dire que Mon Président déteste de plus en plus les serrages de pinces et les bains de foule.

Craignait-il les sifflets en descendant sur la pelouse ?

Ah mais quel joli coup : Guingamp, le petit poucet de la 2° division qui bat Rennes, plutôt bien placé en Ligue 1. En plus, tous ces Bretons s’époumonent pour crier « Vive la Bretagne ». Personne ne s’en émeut. Ces Bretons sont en effet bien gentils. Ils crient, mais ils se tiennent bien tranquilles. Il ont oublié Asterix Et Obelix.

Imaginez un peu ce qui se passerait si tout le public du Stade de France clamait « Vive la Corse » en agitant le drapeau à tête de Maure : des poursuites sévères seraient aussitôt engagées, n’en doutons pas. Mais pas contre ces Bretons : ils sont trop gentils.

Politique : les humeurs de mon Président

08+01:00p31+01:0005bven, 08 Mai 2009 10:34:08 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mon Président aime de moins en moins la presse, qui pourtant ne cesse de le célébrer.

Mon Président Sarkozy n’a toujours pas avalé les critiques non voilées et les railleries des confrères à propos du voyage au Mexique et de ses hôtes contestables.

Du coup, pour raisons d’économie et rien d’autre l’Elysée a décidé que les journalistes ne bénéficieraient plus des facilités de transports à bord des avions de la République lors des voyages officiels en Europe. Donc Easy jet et la classe bestiaux, et plus de champagne à bord des appareils officiels. Les journalistes y sont remplacés par les policiers de l’escorte. Tout un programme.

Prochain déplacement, dimanche à Berlin, meeting de campagne commun avec Angela Merkel. Mon Président finirait donc par s’intéresser à cette joute électorale européenne.

Les rumeurs continuent à circuler sur la formation d’un futur gouvernement, après les élections européennes de juin. Contrairement aux bruits qui courent, David Levitte, le scherpa, ne quitterait pas l’Elysée.

Le Président apparait de plus en plus nerveux, il semble avoir renoncé à toute « visite à risque ». Il devait se rendre aux Antilles avant la fin avril, mai est bien engagé, pas de traversée en vue vers les Antilles.

En revanche, il est évident que la « revue maritime » à Ste Maxime ne présentait pas la moindre difficulté. On n’imagine pas que des foules hostiles puissent se rassembler sur les plages du débarquement de Provence.

En revanche il se confirme que Martin Hirsch et Yazid Sabeg sont très en cour, et pourraient se voir en effet récompensés. Annoblis, en quelque sorte.

Deux ans après, l’Omniprésident est rattrapé par la crise

56+01:00p31+01:0005bjeu, 07 Mai 2009 07:45:56 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Deux ans de Sarkozy, ou l’extrême volontarisme de l’éternel candidat Président.
Ce mercredi soir il n’a pas daigné participer à la Salle Gaveau à la célébration du deuxième anniversaire de sa victoire, organisé par l’UMP. Il n’est pas du genre à apprécier les bilans, quand ce ne sont pas les siens.

Pourtant le Président se vante à tous les vents d’avoir « réformé la France » plus que n’importe lequel de ses prédécesseurs.

Le grand thuriféraire Luc Châtel va jusqu’à affirmer lors du compte-rendu devant la presse mercredi 6 mai, que les deux premières années du mandat de Nicolas Sarkozy ont été marquées par le redémarrage de la « pensée universelle française« .

Pour un peu on se croirait revenu à l’époque bénie du Grand Timonier, Mao Dzeu Dong.

Quelles réformes ? Avant tout  détricoter les acquis traditionnels considérés par ses amis oligarques comme des freins au développement. La lutte contre les 35 heures n’est qu’un symbole d’une volonté profonde, beaucoup plus vaste.

Le socle est une idéologie hyper libérale précise, mélange de l’Ecole de Chicago, de Reaganisme et de Thatchérisme : avec une obsession,  libéraliser l’économie et la société française. En vérité jeter à bas toutes les structures contribuant à protéger peu ou prou les entreprises et les travailleurs, au profit d’un patronat et d’un capitalisme triomphants.

Au nom de la souplesse de gestion et des capacités d’adaptation, Il s’agit bien de détruire les acquis cumulés du Front populaire de 1936, du Gaullisme de 1945 et de la révolution sociétale de 1968.

L’hôpital, l’Université, les contrats de travail, tout doit passer par la moulinette sarkozyste.

Mais, alors que la crise économique historique s’installe, ses réformes tardent à produire leurs effets et à convaincre les Français.

A  l’heure où le pays s’installe dans le chômage, le discours de Nicolas Sarkozy a du mal à convaincre. Contraint par le dérapage inquiétant des déficits publics de privilégier la relance par l’investissement, il est dénoncé à gauche pour avoir négligé le soutien à la consommation et oublié en route ses promesses de « président du pouvoir d’achat ».

Il se caractérise aussi par un entêtement qu’il appelle volontarisme.

« Les difficultés qui nous attendent en 2009 seront grandes » mais pas question de « rester immobiles », répète-t-il à l’envi, « la crise appelle à continuer les réformes, pas à les stopper (…) grâce aux réformes, nous sortirons plus forts de la crise ».

Il est bien obligé quand même de revenir à une certaine forme de dirigisme.

La méthode

Ce libéral est en vérité très autoritaire. Il supporte mal la moindre concurrence. Il lui faut écarter systématiquement tout rival possible dans le paysage médiatique
L’omniprésident veut tout, partout.  Il est hyperactif, superprésent et omnipotent, toujours en mouvement, prenant la parole à chaque instant et décidant de tout.

De déplacements dans l’hexagone en visites à l’étranger, il a fait voler en éclats l’image « jupitérienne » d’un chef de l’Etat rare, donc forcément sage et respecté.

Ceux qui ne voyaient ( qui espéraient ?) dans cette agitation qu’un feu de paille de début de mandat en ont été pour leur frais. Nicolas Sarkozy se veut du souffle. Et loin de l’apaiser, la tempête économique qui s’est abattue sur le monde à l’automne dernier a boosté le tourbillon présidentiel.

Depuis qu’il a décrété la mobilisation générale contre la crise à Douai en décembre, le chef de l’Etat multiplie les sorties pour décliner, en régions ou à l’Elysée, le même discours.

Il continue d’afficher une foi inébranlable dans sa politique et sa méthode. « La relance par la consommation, ça ne marche pas » et « je n’ai pas été élu pour rester enfermé dans mon bureau ».

Il se vante d’avoir parfaitement mené l’Europe pendant son semestre de présidence, mais à y regarder de près ses succès sont modestes. Gaza ? La Géorgie ? Il est le seul à vraiment croire à son discours. Avec ses thuriféraires.

En vérité la méthode Sarkozy est remise en cause. A ceux qui dans l’opposition dénoncent depuis deux ans la « frénésie » du président se joignent désormais ceux de la majorité qui, comme l’ex-Premier ministre Dominique de Villepin, « n’attendent pas d’un président qu’il soit survitaminé (mais) sage ».

Des nuages ont voilé l’horizon. Sa peur provoque la peur. La longue crise sociale dans les Antilles, la multiplication des manifestations massives contre sa politique, ou encore l’entrée d’un concurrent de poids sur la scène internationale, le charismatique Barack Obama.

A droite, ses prétentions à renforcer la régulation de l’économie par l’Etat inquiètent le Medef et les libéraux. Et son refus de lever son très controversé « bouclier fiscal » irrite la frange sociale de son électorat.

« Depuis deux ans, la France a eu le courage de se réformer. Elle a bousculé les conservatismes qui, en la paralysant, la condamnaient à un déclin irrémédiable », a déclaré le chef de l’Etat lors de la « réunion républicaine » tenue à Nîmes (Gard).

Ce discours de Nîmes n’en a pas moins été accueilli par la presse avec circonspection. Et sa cote de popularité est faible.

Nombre d’observateurs n’en considèrent par moins que, deux ans après son arrivée à l’Elysée, Nicolas Sarkozy reste sans véritable rival dans l’échiquier politique français.

Sondage : mitigé
Face à cet empilement de difficultés, sa cote de popularité reste en berne. Une majorité de Français demeure mécontente du président, même si elle n’atteint plus l’étiage de sa période « bling bling » fin 2007.
Les Français jugent encore que Nicolas Sarkozy a de fortes qualités personnelles mais ils sont de plus en plus nombreux à critiquer le président, selon un sondage CSA publié mercredi par Aujourd’hui en France/Le Parisien.
Selon le sondage – qui établit une comparaison avec une enquête d’opinion de février 2008 – les Français jugent notamment Nicolas Sarkozy « dynamique » (85%, -3%), « Courageux » (75%, -1%), sachant « prendre des décisions difficiles » (66%, =) avec « le sens de l’Etat » (60%, +3%).
En revanche, les sondés sont 55% (+3%) à penser qu’il ne fait pas « un bon président » car pour 73% (+12%) d’entre eux il n’est pas « suffisamment à l’écoute des Français », pour 67% (+3%) il n’apporte pas de solutions aux problèmes des Français » et 54% (+11%) estimant qu' »il n’a pas de vrai projet pour la France ».
Publiquement, Nicolas Sarkozy assure ne voir dans ces sondages et le succès des récentes mobilisations syndicales que la traduction « normale » de l’inquiétude des Français face à la crise.

Lycées et Sarkozy : une non rencontre avec beaucoup de flics

42+01:00p30+01:0004bsam, 11 Avr 2009 07:16:42 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

J’ai eu tort d’oublier Mon bon Président pendant quelques heures, pour me consacrer à un boulot sans doute plus important. Il m’a ainsi échappé que, peut-être pour conjurer sa réputation montante de « très, très prudent », Mon bien Aimé Omni Président a visité impromptu l’après-midi de mercredi le lycée de Chennevières sur Marne, dans le Val de Marne. Flanqué de Xavier Darcos, le ministre de l’Education, il venait rejoindre Richard Descoings, le directeur de Sciences-Po et chargé de mission par le gouvernement pour débloquer la réforme du lycée.
Naïvement, j’ai d’abord cru que Mon Président était venu sans escorte notable. Erreur : 300 policiers avaient été envoyés en renfort pour couvrir l’événement. Dès la mi-journée. Donc pas vraiment de surprise.
Mais pas de caméra télé, rien que deux journalistes, de l’AFP et du Parisien, ainsi qu’un photographe de l’Agence France Presse.
Pour la tranquillité , le moment était évidemment bien choisi : mercredi fin d’après-midi, pas un lycéen en cours. A part ceux qui s’étaient inscrits pour la rencontre avec Richard Descoings, et quelques malheureux qui passaient un examen blanc, pas âme qui vive dans les couloirs.
C’est plus commode pour la sécurité et ça évite les discussions oiseuses.

Un voisin du lycée me signale : J’habite le quartier a coté du Lycée Champlain et effectivement le déploiement de force était impressionnant et rien n’était expliqué aux habitants ! La ville était littérallement en état de siege !

Bilan du dossier 1338-Colonna- 3- Les témoins

22+01:00p31+01:0003blun, 30 Mar 2009 18:17:22 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le Président Didier Wacogne avait organisé sa session en répartissant les témoins au gré des audiences. Dans toute la mesure du possible, il a alterné les témoins à charge et à décharge, allant parfois jusqu’à provoquer des confrontations directes et contradictoires, dans le plus pur style des nouveaux canons de la justice accusatoire.
L’intention était louable. Mais plusieurs séries d’événements sont venues renverser ce bel ordonnancement. De fut d’abord la disponibilité des témoins, ce qui nous a valu une avalanche de « certificats médicaux » supposés justifier l’absence d’un tel ou d’un tel. Dans certains cas, comme dans celui du Commandant Georges Lebbos, un des adjoints du Commissaire Roger Marion pour mener l’enquête il est apparu que certains témoins ne tenaient pas du tout à subir les contre interrogatoires. En outre, très tôt, l’échafaudage imaginé par le Président Wacogne s’est trouvé totalement déséquilibré quand  Yvan Colonna a « interdit » (selon l’Accusation ) aux membres de sa famille de témoigner devant la Cour.
En tout état de cause, il est apparu non moins vite que malgré leurs prestations sous serment, les témoins cités par l’accusation, policiers et magistrats, n’étaient guère sincères, on les voyait réciter des textes manifestement « organisés », négociés au préalable.
D’une façon générale, les témoins à charge issus de l’administration étaient crus sur parole, tandis que les témoins à décharges étaient cuisinés, leurs affirmations mises en doute. Et d’ailleurs non retenues par le jugement.
En clair, le débat n’a pas eu lieu. Et de toute façon l’initiative du Président Wacogne s’est définitivement heurtée à un constat d’échec quand Yvan Colonna, suivi de ses avocats, s’est retiré du tribunal. Il lui était apparu de façon claire que tout cette gymnastique relevait d’une comédie douteuse.

Le texte en retrait est composé à partir des commentaires des internautes

Les dénonciations des « acolytes » [de Colonna] comme vous dites est finalement la seule pièce réellement à charge (même si les « acolytes » sont revenus sur cet aveu pour innocenter Colonna après).
Le seul truc, c’est que le procès a démontré que cet aveu si précieux fut obtenu après plusieurs heures d’interrogatoire (la nuit) avec manque de sommeil, etc. Le manque de sommeil est considéré comme de la torture. Moi, si on me torture, j’avoue même la peste de 1353 !
Certains aveux bidons (connus pour l’être) ne sont même parfois jamais rétractés… les juges ont plus que leur part de responsabilité dedans
Dans un procès où les « témoins visuels » à décharge, valent moins que des « suspicions de culpabilité » qui proviennent de fonctionnaires qui jouent leurs carrières …
Des accusations d’inculpés, dans le genre « c’est pas moi … c’est ma soeur … » (vous connaissez la suite …), extirpées lors de « garde à vue » où n’importe qui, aurait avoué n’importe quoi … et qui se sont rétracté par la suite …
Ce mec a quand même été accusé par tous ses complices et leurs bonnes femmes pendant deux ans ! ! !
Et quand ils ont tous changé d’avis (un mystère corse ça non ?), ils l’ont toujours disculpé avec ambiguïté.
Et qui donc a le pouvoir d’écarter des témoignages n’allant pas dans le sens de ce qu’il pense ?
Qui donc a le pouvoir de condamner sur la seule foi d’un témoignage, en l’absence de preuves matérielles ?

Bilan du dossier 1338, Colonna. 2 – Le jugement

50+01:00p31+01:0003blun, 30 Mar 2009 17:48:50 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

L’esprit de justice et le jugement

Je rappelle que comme le précédent, ce texte est entièrement composé à partir de réflexions rendues publiques par des riverains de rue89 à propos de mes deux derniers textes, et d’éléments issus de mon blog.

J’ai corrigé l’orthographe et, à l’occasion quelques impropriétés grammaticales. Quand c’était nécessaire j’ai apporté des précisions utiles à la compréhension des propos.

Commentaires dans l’attente du verdict :
Si les jurés sont honnêtes, et ont bien compris le droit français… Beaucoup de gens veulent bien sûr que le coupable soit condamné, et pas pour faire plaisir à la veuve ! Mais prendre n’importe qui comme coupable parce qu’il en faut absolument un ! alors que je vrai assassin cours toujours si ça ce trouve !
Commentaires après le verdict
Ce jugement d’exception est scandaleux car il ne respecte pas les règles du Droit… C’est normalement à la Cour de faire la preuve de la culpabilité et non à la défense. Quant aux aveux, leurs conditions restent très discutables, et très proches de la torture psychologique. A ce prix, n’importe qui avouerait n’importe quoi. N’importe quel militaire le sait….
Comme d’habitude, pas de surprise ! L’injustice française n’a pas changé, des madame Erignac y en a malheureusement plein la France !
Qu’importe les preuves , pourvu qu’il y ai un coupable !
Ce procès ne nous éclaire en rien, sinon que nous sommes maintenant face à un pouvoir absolutiste qui nous échappe.
Mais on n’échappe pas à la justice divine !
La « justice » , si on peut encore la présenter avec ce mot !…. Lors du procès de Colonna [ pour atteinte à la présomption d’innocence] contre Sarkozy qui parlait de « l’assassin du préfet », le tribunal n’a pas retenu l’atteinte à la présomption d’innocence. Bizarre NON ! ….
Lorsque ce genre de scénario se déroule au Mexique , toute la presse crie au scandale. Ici , aujourd’hui cette presse est bien silencieuse et ne désire pas se mettre en travers du pouvoir en place qui l’a désigné coupable bien avant son arrestation et son premier procès.
Aujourd’hui , Colonna, à qui visiblement il manque 10 cm pour être l’assassin, n’a pas eu droit à la reconstitution sur place !…
Félicitation, messieurs les juges :  vous avez bien fait votre travail. Notre Président vous l’avait dit : « Yvan Colonna est l’assassin du préfet Erignac ». Vous lui avez infligé la peine maximale, vous avez rectifié le laxisme des premiers juges [lors de la première session d’Assises] .
Par contre, messieurs les avocats de la défense, je ne vous félicite pas. Pourquoi avez-vous essayé de nous faire croire que M Colonna pouvait être innocent, alors que notre Président vous avait dit le contraire ?
Oui, les dénonciations de ses « acolytes » comme vous dites est finalement la seule pièce réellement à charge (même si les « acolytes » sont revenus sur cet aveu pour innocenter Colonna après).
Les juges ont plus que leur part de responsabilité dedans
Depuis l’affaire DREYFUS rien n’a changé en France .
Vous pensez que mes propos sont exagérés ?
Patrick DILLS, Omar RADDAD, Les accusés d’OUTREAU Aujourd’hui Yvan COLONNA. Demain TARNAC… après-demain… nous tous !
Concernant le jugement de Colonna, je crois qu’objectivement on ne peut que constater que l’esprit de justice n’y était pas.
Enfin a l’heure de la police scientifique, de la recherche de l’ADN et de toutes les nouvelles techniques, il n’y a rien de plus subjectif que la condamnation basée sans preuve sur la simple conviction.
Ce que je trouve de plus particulier c’est que les jurés soient des professionnels de la justice. Que le crime a eu lieu en Corse et que le procès se soit déroulé à Paris….
Justice (de salons parisiens), qui en ce comportant de la sorte n’est plus la représentation du Peuple Français et auquel même le Peuple Corse aura du mal à rester fédéré. La responsabilité du juge et des jurés est politique, et tout ce qu’entraînera les conséquences de leur délibération.
Alors Yvan Colonna coupable ou innocent ?
Ce procès n’a pas donné de réponses claires, nettes et sans l’ombre d’un doute.
Vu la pression politique (cette fois la gauche reste silencieuse, et ne crie pas au scandale), vu l’anti sarkoszisme de base qui plane en ce moment, je trouve la gauche bien complaisante sur ce dossier. Ont-ils quelqu’un à couvrir ? Eux aussi…..
Cela ne justifie un acharnement judiciaire. Cela ne doit donner lieu à un tribunal spécial, qui dès le départ montre toute sa partialité, et donc n’est pas crédible.
Le vrai problème est que toute cette affaire depuis le début a été traitée volontairement ou non, par dessus la jambe.
Partant de là, à ce jour personne ne peut réellement prouver la culpabilité de Colonna.
Sa condamnation est donc une parodie de justice, probablement pour ne pas contredire le sinistre de l’intérieur qui avait annoncé lui-même l’arrestation de l’assassin ! ! !
Mieux vaut cent fois prendre le risque de relaxer un coupable que de condamner un innocent.
Et si le verdict de ce soir [ vendredi 27 mars ] débouche sur la condamnation de Monsieur Yvan Colonna,ce ne sera pas sans rappeler un certain Charles Maurras, qui pendant l’affaire Dreyfus, finit par dire :
« Qu’importe qu’il soit coupable ou innocent. L’ intérêt de la Nation commande qu’il soit condamné »
En Belgique, le procureur du roi de Mons, Christian Henry, a lancé dans une affaire très récente :
« une société sans risque n’existe pas ». « La prison n’est pas la solution à tous les maux de la société et mieux vaut un coupable en liberté qu’un innocent en prison ».
C’est un principe de droit, non inscrit dans le Code pénal.
Dans un procès où les « témoins visuels » à décharge, valent moins que des « suspicions de culpabilité » qui proviennent de fonctionnaires qui jouent leurs carrières …
Une absence totale de preuves concrètes, empreintes, trace ADN, écoutes téléphoniques …
Une volonté délibérée d’oblitérer les alibis, et les éléments à décharge, du « présumé innocent », présenté comme « indéniable coupable » par le plus haut représentant de l’Etat …
Qu’attendez vous comme verdict ?
Cette histoire pue et la justice s’est franchement ridiculisée dans cette affaire en nous montrant un visage bien soumis aux ordres du pouvoir.
Ce mec a quand même été accusé par tous ses complices et leurs bonnes femmes pendant deux ans ! ! !
Et quand ils ont tous changé d’avis (un mystère corse ça non ?), ils l’ont toujours disculpé avec ambiguïté, un peu comme s’ils disaient à Colonna :  « c’est à toi d’avouer, si tu as le sens de l’honneur ». Mais l’honneur, chez des assassins de sang froid, ça n’existe pas. Comme disait très justement le procureur, ils ont perdu leur part d’humanité.
Que Colonna ait été associé à cette histoire est fortement probable, mais qu’il soit le tireur, l’assassin, n’est toujours pas clairement établit. Dès lors, il est « sur condamné.
Ce qui me gène dans cette histoire, c’est que Colonna, qui est considéré un peu comme un traître par ses amis, pour avoir visiblement pris la tangente avant l’assassinat, devient un martyr de la cause, et je me demande ce que sert cette cause. Est-ce la volonté de renforcer l’insécurité dans l’île pour mieux jouer sur l’opinion public lors des élections ? Ca me semble peu probable. Je pencherais plutôt sur une histoire mafieuse (en Corse, difficile de faire autrement : -) ).
Deux choses importantes dans ce procès :
1°/« Le juge Laurence LeVert s’empêtre dans ses contradictions, avec force hésitations. Elle admet qu’il n’y avait que deux hommes sur les lieux de l’assassinat du préfet Erignac, et non pas trois comme elle le soutenait avec l’acte d’accusation. »
2°/« Pierre Alessandri raconte comment il a lui-même tué le préfet Erignac. Endossant donc toute la responsabilité. “
Ces phrases disculpent Mr Colonna !…..
Et bien NON ! en gros un homme endosse le meurtre et une juge admet que Colonna n’était pas sur les lieux ! et bien dans notre justice , ces faits n’ont aucun intérêt. Circulez y a rien à voir !…22 ans de prison !….
Ce soir (vendredi 27 mars) il n’y aura pas de fête à faire. Ce soir nous prendrons le deuil de la justice française, et de la notion de Justice, tout court. Quelle perversion que ce bouleversement des institutions, où l’on bafoue la présomption d’innocence, où l’on instruit à charge, où l’on dissimule, où l’on use peut-être de méthodes douteuses pour « obtenir des aveux », où l’on exige de l’accusé de fournir les preuves de son innocences ! (pourquoi pas aussi, demain, exiger des malades qu’ils apportent leur diagnostic et leur protocole de soins ?). Drôle de justice, rendue par un tribunal « d’exception » (et certes il l’est, exceptionnel !) où ne figure AIUCUN représentant populaire parmi les jurés, mais uniquement des magistrats, tous du même milieu, tous plus ou moins amis de la victime…Ce ne sera pas un jugement, mais une curée !
Innocent ou coupable ? qu’importe en fin de compte :  ce soir un homme va nourrir un besoin de vengeance, et non un désir de justice.
J’avoue ne pas comprendre grand chose à l’affaire, à part ce qu’on m’en raconte, c’est-à-dire :  un homme condamné sans preuves matérielles, contre l’affirmation d’un [médecin ] légiste, et sur la seule foi d’un témoignage extorqué à 6 heures du matin, les témoignages allant en sens contraire étant systématiquement écartés.
Et qui donc a le pouvoir d’écarter des témoignages n’allant pas dans le sens de ce qu’il pense ?
Le même genre d’hommes qui, il y a une vingtaine d’années, condamnait en Italie Adriano Sofri, sur la seule foi d’un pentito soi-disant pris de « remords » soudain, vingt ans après les faits – c’est-à-dire l’assassinat du commissaire Luigi Calabresi, l’un des éléments à l’origine des « années de plomb » italiennes.
L’histoire se répète, et les juges ont plus que leur part de responsabilité dedans. Ce n’est certes pas la faute au président si les juges condamnent les yeux fermés, quand bien même le petit Nicolas le leur aurait demandé de le faire.
Bien sûr, le climat général, le déroulement du procès, la cavale de 4 ans, les témoignages douteux, les incohérences apparentes des expertises balistiques, les rapports semblant lier Colonna à la famille du président, la déclaration de culpabilité par ce dernier, alors ministre de l’intérieur, dans le non-respect de la présomption d’innocence …
Tout est là pour semer le doute.
Quels étaient les rapports entre Yvan (ou un proche) et Marie Dominique [Culioli, la première épouse de Sarkozy] ?
Quelle est la source de cette animosité et cet acharnement de Sarkozy ?
L’ensemble de ces questions ne serait-il pas à la base de cette parodie de justice ?
En 1983, le 12 septembre , La propriété voisine de celle des Culioli (de la famille Peretti qui est maire de Neuilly, et dont le nièce est Marie Dominique la première épouse de Nicolas Sarkozy qui sera ministre de l’intérieur), appartenant à André Géronimi en corse est plastiquée.
La pauvre madame Erignac ne doit pas savoir que Colonna, puis la première épouse de Sarkozy, puis les Perreti, puis Deferre qui avait un conseiller aux affaire Corse qui se nommait Colonna (le père de Yvon) sont liés.
Ce soir ceux qui tiennent ce pays et en ont fait leur jouet, avec l’approbation des 53 % d’entre nous qui les ont élus, se rapprocheront encore un peu plus de leur but :  affaiblir la démocratie, mépriser les citoyens par un jugement inique (mais en « bonne et due forme »), et nous enfermer dans des rets de plus en plus étroits, muselant toute opinion contraire, tout désir de vivre autre chose, toute information « dissidente », courbant tout dos qui se redresse, par l’intimidation ou la fourberie. Duplicité d’une caste qui veut garder ses privilèges…
Ce soir une prison ne s’ouvrira pas. Et se referme peu à peu, qui sait, sur nous aussi….
Ne riez pas ce soir. On ne vient pas de finir d’enterrer ce pauvre homme qui fut tué, on vient d’assassiner les plus nobles de nos valeurs.
Les théoriciens du grand complot penseront que si l’on a mis autant de temps pour arrêter Colonna, c’est parce qu’on a du attendre que le vrai coupable meurt.
Les cyniques penseront que de toute façon, quelqu’un doit payer, Colonna ou un autre, ça n’a pas trop d’importance. D’ailleurs, peut-être est-ce vraiment l’assassin, mais ce qui compte c’est que sa culpabilité soit possible, et non qu’elle soit avérée.

Mon pauvre Président Sarkozy à l’Hôtel, à Tamarindo

42+01:00p31+01:0003bsam, 14 Mar 2009 10:00:42 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Version révisée le 14 mars, matin

Vous le savez depuis longtemps : je suis toujours prompt à plaindre mon Pauvre Petit Président. Nicolas Sarkozy lui-même. Je le plains pour tout. Pour les méchancetés qu’on déverse sur lui. Pour sa pauvreté qui lui interdit de payer de sa poche ses vacances.

Donc, il doit toujours chercher quelqu’un qui veuille bien l’héberger. Dur, dur.

Et voilà – voilà – que le buzz médiatique me rapporte un horrible hoax : pour ses vacances, un jour et demi dans un modeste hôtel de la côte Pacifique du Mexique, Mon Président aurait été obligé d’accepter l’invitation non pas du Président méxicain, Felipe Calderon, mais d’un certain Roberto Hernandez Ramirez.

Ce Ramirez est un obscur que Nicolas ne connaît ni d’Eve ni d’Adam, prétend-il. Riche de quelques dizaines de millions de dollars. Actionnaire de CitiGroup, ce qui n’est pas forcément bien pour son portefeuille, en ces temps de crise financière. En tout cas assez pour régaler Mon Président, prétend-on.

Une note d’hôtel, pension complète et pourboires compris : 50 000 euros pour un jour et demi, selon Mediapart.

Quand on est modeste, on reste modeste, hein ?

Dois-je vous avouer que je ne crois guère à cette affaire. Que je suis tout à fait convaincu par le démenti à RTL de Franck Louvrier, porte-parole de l’Elysée, qui lance sans rire :

« Quand on vous fait un cadeau, on ne demande pas qui a payé pour vous ».

Ce Monsieur devrait réviser ses classiques : un cadeau à un Chef d’Etat porte un nom, c’est de la corruption. Mais, évidemment, ce n’est pas le cas de mon Président, il est trop modeste, trop pauvre pour accepter un présent d’une telle ampleur.

Je suis en effet persuadé que Mon Nicolas a bien été l’hôte du Président mexicain. Et surtout pas du dénommé Ramirez sur le compte duquel courent les pires rumeurs. On entend les mots  trafic, drogue, narcos. Pas possible !

La preuve : Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l’UMP qui n’en rate pas une, a dénoncé jeudi sur LCI une « polémique gratuite » dans les médias.

« Si des gens veulent demander des comptes, c’est au Mexique qu’il faut le faire ».

Encore une preuve, la sortie de François Fillon, le soi-disant Prmier Ministre : En déplacement dans la Drôme, il a qualifié de « ragots » des informations de presse sur le séjour privé de Nicolas Sarkozy.

Mais, ultime preuve à propos de  ce séjour. Pour des raisons de politique intérieure, le Gouvernement mexicain s’est cru obligé d’apporter son grain de sel, par la voie d’un communiqué du secrétariat mexicain des Affaires étrangères:

« Un groupe d’entrepreneurs mexicains a mis à la disposition du président Sarkozy un logement sur la côte dans l’Etat de Jalisco, pour son séjour du week-end qui précédait ses activités officielles ».

Bon. On se calme. Sinon je vais être obligé de me fâcher tout rouge contre les médisants. Mon pauvre petit Président ne mérite sûrement pas ces affreuses allégations.

Outre-Mer : le gag d’Yves Jego

49+01:00p31+01:0003bdim, 08 Mar 2009 11:08:49 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

C’est un gag, ou quoi ? Sur France Info, Yves Jego, le Secrétaire d’Etat à l’outre mer nous explique qu’il avait tout prévu des événements survenus dans sa sphère depuis plusieurs semaines. Formidables ces types qui déclarent après coup tout savoir avant ! Mon Président le renvoie aux Antilles pour une nouvelle tournée. Pour affiner ses prévisions ?

Le fait est que la situation s’améliore un peu et c’est tant mieux. Et d’ailleurs grâce à mon Président tout sera réglé lors des Etats Généraux de l’Outre mer qui vont bientôt commencer. Tout : le poids de l’esclavage, la frustration des Antillais, des Guyanais et des Réunionnais ; la domination des Békés, les conséquences ravageuses de la loi Pons sur les investissements outre Mer. Le surcoût de tous les produits, le privilège colonial qui impose aux îles lointaines d’acheter français au prix le plus élevé.

Après les incidents de vendredi en Martinique, des négociations sur le coût de la vie reprennent en Martinique. En Guadeloupe, ça risque de chauffer de nouveau, puis que le parquet engage une enquête préliminaire tendant à mettre en cause le désormais très célèbre Elie Domota, l’animateur du mouvement, pour ses propos musclés visant les Bekes et les patrons qui refusent d’appliquer les accords « Bino » . Le leader de Liyannaj kont pwofitasyon (Ensemble contre la surexploitation) Elie Domota avait déclaré au cours du JT RFO 7 mars au soir :

« Nous sommes dans une phase de suspension de conflit mais au moment où je vous parle, il y a des grèves qui sont en train de démarrer ou qui ont démarré depuis ce matin dans notamment les entreprises dirigées par les békés (…) où ils refusent d’appliquer l’augmentation de salaire ».
« Soit ils appliqueront l’accord (prévoyant une augmentation salariale mensuelle de 200 euros), soit ils quitteront la Guadeloupe », avait encore affirmé Elie Domota au sujet des entreprises bloquées par des piquets de grève ou groupes mobiles de manifestants.
« Nous sommes très fermes sur cette question là. Nous ne laisserons pas une bande de békés rétablir l’esclavage », »Si vous refusez, a-t-il lancé, vous n’avez qu’à partir ».

Mais quelle bizarre idée de poursuivre le leader en pleine crise, au risque de remettre le feu à la maison ? Il est vrai que Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l’UMP, a réclamé l’engagement de ces poursuites.


Mon clavier, 17 février

44+01:00p28+01:0002bmar, 17 Fév 2009 19:00:44 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

§ Je suis toujours enfermé au Palais de Justice pour le procès Colonna. On a été à deux doigts de le voir abattu en plein vol. Mais ça a continué. Extravagante et violente journée, où l’on a beaucoup reparlé de Mon Président Nicolas Sarkozy et de la justice d’Etat. A 19 heures, le procès n’était toujours pas suspendu…

Demain, si la session n’est pas renvoyée pour supplément d’information, je vous raconterai comment ce procès Colonna ne se contente pas d’être extravagant. Il inaugure une évolution décisive vers une véritable procédure contradictoire à l’anglo-saxonne..

§ Cette affaire de justice ne doit pas pousser de côté les événements de Guadeloupe, qui s’enveniment, comme prévu : toute la journée l’île a été en état de guerre. Mon Président Sarkozy consent à s’intéresser à ce mouvement. Et pourtant critiquée par J.P Raffarin, les réformes se poursuivent avec la « réforme hospitalière » : des pouvoirs accrus pour le Directeur d’établissement.

§ Et demain, les début des « négociations de l’Elysée » pour mise en oeuvre du plan de relance. Une mise en oeuvre sous l’oeil suspicieux de Bruxelles qui voit d’un très mauvais oeil le dérapage du déficit budgétaire de la France, tandis que les membres est-européens de l’Union européenne manifestent leur crainte de voir la France se replier sur elle-même. L’effet est déjà sensible en Turquie où la production dans les usines délocalisées semble massivement réduite.

§ Un Madoff texan ( proche de Bush ?) Une fraude à 8 milliards de dollars, qui dit mieux ? La justice américaine a gelé les actifs d’un financier texan, Robert Stanford, accusé par le gendarme de la Bourse, la SEC d’avoir monté une escroquerie lui permettant de vendre 8 milliards de dollars de produits financiers en promettant des rendements exceptionnels.

Mon Président et sa liste civile

21+01:00p28+01:0002blun, 02 Fév 2009 15:14:21 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

# Piqûre de rappel L’Express rappelle le montant des dépenses de l’Elysée qui ont augmenté en 2007 de 8,4% pour atteindre 35,11 millions d’euros depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir. Les frais de personnel (+10,9%), les travaux d’entretien (+53%) et l’argent de poche du chef de l’Etat (+29%). Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, avait déclaré lors de l’annonce de ces chiffres en juin 2008, que la hausse des dépenses était due à un redoublement d’activité du travail présidentiel. Le budget 2009 prévoit une nouvelle progression de 11,5% des dépenses de l’Elysée.

Chômage : de Brice Hortefeux et des chiffres

11+01:00p28+01:0002blun, 02 Fév 2009 12:51:11 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Brice Hortefeux ne prend pas la grève de jeudi au sérieux, il oublie les chiffres du chômage. « Les manifestations ont été «denses, mais pas historiques». Déposant devant le «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», Brice Hortefeux, le Ministre du Travail et grand ami de Sarkozy, Mon bien Aimé Omni Président, ne veut surtout pas valoriser le vaste mouvement de foule qui a mis entre 1 et 2,5 millions de protestataires dans la rue jeudi dernier. Comme tous les autres membres du gouvernement, il ne veut pas comprendre que la manif était dirigée contre la politique actuelle. Selon lui, elle serait…

« l’expression d’une inquiétude face à une crise qui n’est pas française, pas européenne, mais mondiale.»

Ainsi il « comprend ». Les syndicats répondent qu’ils n’ont que faire de la compassion du gouvernement, et ils ne paraissent pas vraiment convaincus par les 1000 mesures programmées dans le plan de relance du gouvernement dévoilées ce matin par le Premier Ministre François Fillon, à Lyon. Lors des débats à l’Assemblée, souligne le Nouvel Obs, site internet, le député PS François Brottes a critiqué un plan dont « seuls 6 milliards d’euros sur les 26 milliards annoncés sont du vrai argent abondé par l’Etat, le reste relevant de l’écriture comptable ou de l’avance de trésorerie ».

Le monde du travail se montre beaucoup plus préoccupé par l’augmentation du chômage, confirmée par la Ministre de l’Economie Christine Lagarde : le nombre de chômeurs inscrits à l’ANPE a augmenté de 45.000 personnes au mois de décembre, par rapport à novembre. Cette annonce devait intervenir jeudi dernier. Elle avait été différée pour éviter le choc sur la manif. Sur l’année 2008, la hausse atteint 216.000 sans-emploi supplémentaires. Et les perspectives sont sombres pour 2009 : la ministre de l’Economie Christine Lagarde s’attend à une récession. Le nombre de chômeurs en catégorie 1 est repassé en octobre au-dessus de la barre symbolique des deux millions, pour la première fois depuis avril 2007.

Presse : les Etats généraux du passé

27+01:00p31+01:0001bdim, 11 Jan 2009 12:13:27 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Presse : notre Président va causer et ce sera dans le vide
A quelle sauce cuisiner la nouvelle presse selon notre M.B.A.O.P.  (Mon bien Aimé Omni Président) ? Le présumé Président de la presse française va causer le 23 janvier, énoncer ses conclusions des conclusions tirées par les Etats généraux de la presse réunis depuis le 2 octobre à Paris, avec la participation de 150 professionnels et experts de la presse française.
Ces conclusions vont couronner son entreprise de réorganisation de la presse – on peut aussi lire « mise au pas » – marquée par un premier succès, bien que mitigé : le nouveau statut de la radio-télévision publique, appliqué avant d’être voté par le Parlement. Un nouveau statut que les méchantes langues appellent déjà ORTS (Officie de la radio-télévision sarkozienne), et qui consacre la disparition au moins partielle de la publicité sur les chaînes d’Etat, et surtout la nomination des Présidents en Conseil des Ministres, comme au bon vieux temps de la « Voix de la France », fustigée par la sociologue québécoise Denis Bombardier.
Sur le papier, l’image de ces Etats généraux se présentait bien :
« Les Etats généraux de la presse écrite ont pour objectif d’établir un diagnostic partagé de la situation de la presse écrite française, d’analyser ses points de blocage et d’identifier, sur la base de ce diagnostic, les solutions à mettre en oeuvre pour l’accompagner dans le tournant stratégique des années 2000. »
Quatre pôles de débat et de proposition : l’avenir des métiers du journalisme ; évolution des structures industrielles et du modèle de distribution de la presse ; passage à l’ère numérique ; attentes du public, des lecteurs et des citoyens.
En lançant cette initiative notre Président cultivait une idée fondamentale,  selon ses propres termes, « la constitution de grands groupes français de presse et multimédia ». En clair, comment tourner les lois qui depuis la Libération interdisent les concentrations excessives dans la presse ? Comment marginaliser le rôle du Syndicat du Livre CGT accusé de couler la presse écrite par des pratiques corporatistes excessivement coûteuses. Il est bien évident que ses amis intimes Martin Bouygues, Arnaud Lagardère et Vincent Bolloré voyaient d’un œil plus que favorable cette entreprise dont ils allaient pouvoir profiter à plein. Enfin, sous leur égide, pourraient se constituer des groupes multimédias monstres, télévision, radio, presse écrite nationale et locale, sites internet. A l’image des groupes américains, dans le style Time Warner.
Les 90 recommandations remises, le 8 janvier, à Christine Albanel, ministre de la culture et de la communication, ne cadrent pas exactement avec l’objectif du Président. François Dufour, responsable du pôle « Presse et société », estime qu’il ne faut « pas bouger sur la concentration », soulignant que « des initiatives comme Marianne ou rue89 tendent à prouver que l’innovation émane plutôt des petites structures que des grands groupes ». Patrick Eveno, responsable du sous-pôle « concentration », constate que « la loi de 1986 sur la presse n’empêche pas la constitution de groupes pluri-médias. »
Treize des propositions portent sur le développement d’une presse « pluraliste et de qualité » sur Internet. Car tel est le problème, plus qu’épineux : entre la vision traditionnelle de la presse entretenue dans les sphères dirigeantes, une presse papier comme du temps de Grand-Papa, et la réalité actuelle s’est glissée la révolution internet. La presse papier, je l’ai déjà souligné, souffre de la concurrence terrible des sites internet. On ignore en général qu’outre Atlantique, un site internet comme Huffington http://www.huffingtonpost.com/ exerce une énorme influence sur l’opinion publique. Il faut également rappeler le rôle décisif des communications internet dans la campagne présidentielle américaine. En France, les sites internet liés à des journaux de presse écrite comme @ Le Figaro , @ Le Point, @ Le Monde ou @ Libération,  ou indépendants comme Médiapart, rue89, Bakchich et autres sont fréquentés chaque jour par des dizaines de milliers d’internautes. Des audiences comme les quotidiens n’en ont jamais connues. On n’a jamais tant lu de journaux, et on n’en a jamais acheté si peu.
Sans avoir forcément mesuré l’ampleur du phénomène, les Etats généraux en ont tenu compte. Ainsi, parmi les recommandations phares du pôle « Presse et Internet », figure la création d’un « statut d’éditeur de presse en ligne ». Ce statut confèrerait aux éditeurs pure players de bénéficier d’aides publiques au même titre que les journaux traditionnels. Au-delà de ce phénomène se profile une seconde préoccupation, encore plus essentielle, la gratuité. Gratuité des quotidiens papier, mais surtout gratuité de l’information massivment délivrée par internet, et en actualité et en archives.
Qui dit gratuité évoque le financement par la publicité de nouveaux médias non liés à un pays ou un autre comme Google ou Yahoo. Le pôle « Presse et Internet » appelle l’attention des pouvoirs publics sur la possible constitution de position dominante d’acteurs sur le marché de la publicité sur Internet, et particulièrement sur les marchés de l’ad-serving (…), du search (…) et des invendus, qui pourraient bien constituer, de par leur fonctionnement, des marchés pertinents ». C’est joliment dit pour fustiger notamment Google, ou autres Wikipedia devenus des instruments de travail incontournables pour tout chercheur, journaliste, publiciste, écrivain. Et probablement vecteurs porteurs dès demain matin de textes qui ne seront jamais imprimés. Le marché de la presse, et de l’édition prend des dimensions quasiment infinies. Les recommandations d’un groupe d’études national, forcément limité, pourront-elles exercer une influence quelconque sur cette expansion galopante ? Aussi volontariste soit-il le Président saura-t-il comment maîtriser ce phénomène ? En Tunisie, en Chine et en … Australie, on table sur une limitation technique des accès à des sites internet,parce qu’ils sont aussi peu influençables que possible. Les solutions techniques n’ont qu’un temps, elles sont toujours et vite contournées. Heureusement, car c’est là que se développe le véritable esprit libre de la presse. Loin du papier. Loin des Etats généraux du Président.

Hôpitaux : encore de la casse

53+01:00p31+01:0001bven, 09 Jan 2009 12:01:53 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

L’hôpital ne souffre pas d’un problème de moyens, a estimé Notre Bien Aimé Président dans le discours prononcé ce vendredi 9 janvier à l’occasion de l’inauguration du nouvel hôpital civil de Strasbourg, rappelant que le budget de l’assurance maladie consacré à l’hôpital avait augmenté de 50% entre 1998 et 2008. Il s’agace de voir ses efforts remis en cause.

Entre 1998 et 2008, j’ai pris cette période parce qu’il y a eu des gouvernements de droite et de gauche, la France, au travers des dépenses de l’assurance maladie au profit des hôpitaux, a augmenté le budget de 50%. C’est 23 milliards d’euros de plus pour l’hôpital au cours des dix derniers années (…) je livre ce chiffre à votre réflexion. Le défi de l’hôpital d’aujourd’hui, c’est que cet argent qui est nécessaire soit plus efficace parce que l’hôpital doit être mieux organisé.

Il a ainsi abordé – avec prudence – la réforme de l’hôpital public qui sera consacrée par une loi « hôpital, patients, santé et territoire », à discuter en janvier. Notre Président tient cette réforme pour une des plus fondamentales. Objectif : compte tenu du déficit croissant constaté dans l’hospitalisation publique, pour alléger la charge, il faut faciliter les regroupements d’établissements et de cliniques ; au public les pathologies lourdes, forcément déficitaires, et au privé les actes rémunérateurs : petite chirurgie, hospitalisations longues de style convalescences.

L’hôpital d’aujourd’hui ne correspond pas tout à fait au cahier des charges de ses impératifs. On va supprimer les doublons. L’hôpital doit être un modèle d’adaptabilité pour répondre aux défis du XXIe siècle. On va accompagner l’hôpital vers la modernisation.

Dans un esprit de pur libéralisme, on s’acheminerait vers un système à l’Anglaise dont le moins qu’on puisse écrire est qu’il n’a pas prouvé sa pertinence en matière de santé publique.
Il faut dire que le déficit des hôpitaux est passé de 400 à 800 millions d’Euros. Il toucherait 60 % des établissements publics, dont tous les CHU, les Centres hospitalo-universitaires.
Selon la Fédération hospitalière de France, pour éponger le déficit en trois ans, il faudrait supprimer de 15 000 à 20 000 postes La charge de personnel représente de 68 à 75% des dépenses, le coût moyen d’un agent hospitalier (une curieuse entité économique qui désigne tout le personnel non médecin) est de 35 000 euros, celui d’un médecin 105 000 euros. Depuis plusieurs années déjà, notamment pour compenser la baisse des dotations publiques, de vigoureux efforts d’économies sont menés dans tous les établissements.
En 2008 l’A.P-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) a supprimé 2600 postes. En 2008 il a fallu fermer de nombreux lits, et pas seulement pendant les vacances. Tous les chefs de service se plaignent de la modicité des moyens qui leur sont alloués. Selon Le Canard Enchaîné du 31 décembre 2008, il faudrait encore 300 millions d’euros d’économies.

Pour se gendarmer, les présidents de comité médicaux des hôpitaux parisiens ont rendu public un courrier où ils dénoncent un « étranglement financier délibéré [qui] menace la qualité des soins ». Les récents « incidents » survenus dans plusieurs établissements, dont la mort d’un bébé à la suite d’une erreur de transfusion, à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dépendant du groupe Cochin, ont démontré les effets dévastateurs des économies de personnel. La fermeture de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul est d’ailleurs programmée. On constate des pratiques gestionnaires du même ordre  à l’hôpital pédiatrique Robert Debré, tandis que l’hôpital Ambroise Paré à Boulogne-Billancourt a dû mettre à l’arrêt un de ses blocs de chirurgie en raison de l’absence pour motif médical de la principale infirmière de bloc.

Le Monde (10 décembre) observe :

Placés sous tension financière permanente par le gouvernement – Nicolas Sarkozy a exigé leur retour à l’équilibre en 2012 –, les hôpitaux français se sont engagés dans de vastes opérations de restructuration impliquant des économies tous azimuts. Pour éviter des suppressions de postes, ils ont puisé, en 2006-2007, dans leurs réserves financières, obérant d’autant leur capacité d’investissement.

A Marseille, 650 postes suppressions d’emploi entre 2002 et 2008. Au Havre, le retour à l’équilibre implique la disparition de 400 emplois. Au CHU de Nancy, encore 600 postes dans les quatre ans à venir. Avec cette particularité et cette limite : le statut de la fonction publique ne permet pas de licencier les agents hospitaliers, donc les directeurs compriment les effectifs par non remplacement des départs à la retraite ou non renouvellement des contrats à durée déterminée.
Parfois, sont appliqués des plans de départ volontaire, avec indemnité de départ : à Nantes, 200 personnes devraient quitter l’hôpital en 2009 avec une enveloppe individuelle qui pourrait atteindre 42 000 euros.
Ce simple tour d’horizon non exhaustif porte sur 4400 emplois !
Le problème est que notre Bien Aimé Omniprésident semble confondre les établissements de santé publique avec des entreprises privées, nécessairement rentables. Sans contraintes de service public. Une tâche de plus en plus ardue en raison du vieillissement de la population et du coût exponentiel des traitements médicaux lourds. La stratégie de redressement financier de l’hospitalisation publique  risque fort de prendre les allures d’un plan social massif portant sur plusieurs milliers d’emplois, assorti d’un choix plus accentué en faveur du privé. Le gouvernement accélèrerait les conditions de partage du marché, et le développement d’une médecine à deux vitesses. Comme en Grande Bretagne. Déjà, aujourd’hui, le système des consultations privées à l’hôpital public permet de s’affranchir des délais d’attente. Vous êtes pressé ? Alors c’est 150 ou 300 euros la visite ! Quant aux opérations lourdes, c’est ad libitum.
Et si vous craignez la promiscuité vous pouvez toujours aller à la Clinique de la Muette, comme Rachida Dati, la Garde des Sceaux.

Ce billet est une version actualisée à 15 heures, en fonction des annonces présidentielles.

Casse industrielle, suite : Travailler moins pour gagner moins…

31+01:00p31+01:0001bmar, 06 Jan 2009 10:41:31 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Chômage, chômage partiel et flexibilité.
Au cours des douze derniers mois, le nombre de chômeurs a augmenté de 161 000. Novembre a battu un  record : en un mois, 64 000 nouveaux demandeurs d’emploi inscrits en catégorie 1, depuis 1993 la France n’avait pas connu une telle hausse mensuelle.  Conséquence, alors que Nicolas avait promis le plein emploi, l’Hexagone comptait fin novembre près de 2,1 millions de chômeurs. Leur nombre n’a cessé d’augmenter depuis le mois de mai, enregistrant sept hausses mensuelles consécutives, une brutale accélération du rythme en août – donc avant le déclenchement « officiel » de la Crise – et le franchissement de la barre symbolique des deux millions de sans-emploi en octobre.

Inquiet de cette dégradation de l’emploi, le gouvernement a pris les devants en annonçant la création de 100 000 emplois aidés supplémentaires, en améliorant l’indemnisation du chômage partiel ou encore en étendant les contrats de transition professionnelle. Autant de réformes qui seront appliquées courant 2009 et auxquelles s’ajoutent les effets attendus du plan de relance. Le concept de temps partiel doit retenir l’attention, avec son jumeau, le non renouvellement des intérimaires : les entreprises continuent à se séparer de leurs salariés précaires. Les entrées au chômage suite à la fin d’un CDD ont augmenté de 6,9 % au cours des trois derniers mois, et celles pour fin de mission d’intérim de 18,2 %. « Le marché du travail est devenu plus flexible. Résultat, dès que la conjoncture fléchit, le chômage augmente.
Avec l’élargissement du temps partiel on est bien arrivé à la flexibilité de l’emploi tant revendiquée par le patronat. Dans un discours prononcé à Valenciennes le 25 novembre, Nicolas Sarkozy a théorisé la nécessité du temps partiel :

« L’Etat engagera 500 millions d’euros » pour venir en aide aux salariés licenciés économiquement. Nicolas Sarkozy « préfère l’activité partielle au chômage total », l’Etat aidera donc « les entreprises à avoir un travail partiel pour leurs salariés plutôt qu’un plan social ».

De façon concrète, un décret publié le 3 janvier 2009 double les possibilités de recours au chômage partiel, de 600 à 800 heures par an. Le  contingent annuel est fixé à 1 000 heures pour les industries les plus sensibles, le textile, l’habillement et du cuir, l’industrie automobile et ses sous-traitants, ainsi que le commerce de véhicules automobiles.
« Activité partielle », pour ne pas dire chômage tout court. Dans la réalité, le champ d’application du chômage technique est large. Les critères sont pour le moins larges : La conjoncture économique, Des difficultés d’approvisionnement en matières premières ou en énergie ; Un sinistre ou des intempéries de caractère exceptionnel ; La transformation, restructuration ou modernisation de l’entreprise et toute circonstance de caractère exceptionnel
Les travailleurs sont censés toucher 60% de leur salaire. Qui paiera l’addition? Les ouvriers et les contribuables. Qui en effet paie ce chômage partiel? Le mécanisme en vigueur revient à faire payer à l’Etat et aux travailleurs une bonne partie de la compensation versée aux salariés placés en arrêt d’activité.
En effet, une fois l’autorisation obtenue, l’employeur verse une partie de la rémunération brute (aujourd’hui 60%, alors qu’elle n’était que de 50%), puis il se fait rembourser par l’Etat l’allocation spécifique. Détail: ces allocations ne sont pas soumises à cotisations sociales. Les augmenter revient donc à appauvrir l’Etat et les salariés. Le chômage partiel, nouvel outil de flexibilité
C’est donc un grand retournement qu’anticipe le gouvernement pour 2009. Selon les Echos, ces trois dernières années, le nombre de salariés passés par le chômage partiel est resté faible (données OCDE), 2005, 171 500 salariés ; 2006, 105 600 ; 2007, 117 800
Dans les secteurs les plus affectés, le nombre de journées indemnisées est loin d’être négligeable, puisqu’il atteint parfois l’équivalent de la durée des congés payés. Sachant que la durée moyenne du travail, dans les secteurs de l’habillement et de l’automobile, est déjà parmi les plus basses (1 610 heures par an pour l’automobile), cette réforme des seuils vient entériner la possibilité pour les sociétés de « flexibiliser » les deux tiers du temps de travail annuel de leurs salariés. 2009 marque donc le début de l’ère du « travailler moins pour gagner moins ». N’a-t-on pas entendu MBAOP déclarer ouverte l’ère du « travailler plus pour gagner plus ? Avons-nous tous rêvé ?
Sources : Le Figaro, Le Monde, rue89