Archives d’un auteur

De la Sardaigne à la Corse, en passant par le Dauphiné

36+01:00p30+01:0006bmer, 12 Juin 2013 16:54:36 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Ensemble des échanges entre mes lecteurs à propos des problèmes d’identité.

De Felix Liber

profession libérale | 17H29 | 02/04/2009 |

Le 2 avril il exprimait son point de vue à propos de l’Affaire Colonna

On ne peut comprendre l’affaire Colonna hors de son contexte corse et de la manière dont la Corse est traitée par l’Etat français, les différents gouvernements, et l’opinion publique.

Colonna est « le berger corse » ! Donc lâche et manquant à tout sens de l’honneur en n’avouant pas et en prenant la fuite(il n’a pris que le maquis ! ) ! Dreyfus lui était juif et l’armée française antisémite, ceux qui avaient pris sa défense étaient traités de traitres à la France. A quand le « boucher auvergnat » ou le « plombier alsacien » prend la fuite en refusant de rendre son disque dur à cause de la loi Hadopi ? !

Tout ceci est une gigantesque mascarade organisée par un Etat qui s’est arrogé le monopole « légal » de la violence, sous toutes ses formes, comme manière de gouvernement . A -t-on jamais demandé des comptes à Jean-louis Debré pour avoir organisé la conférence de presse clandestine du FLNC de Tralonca quand il était ministre de l’intérieur, les armes avaient été livrées pour la photo de Paris-match et les gendarmes réglaient la circulation ! Non, Debré est président du Conseil Constitutionnel, génial ! A l’époque des gendarmes de l’Elysée, c’était le capitaine Barril lui même qui faisait les livraisons avec en prime des valises de pognon ! 
Après ça, on ne peut plus s’étonner de rien des que la Corse est en jeux ! Colonna a eu bien raison de s’enfuir, un « berger corse “ est forcément coupable !

Un rapport de l’ONU , publié le 3 mars 2008 , conclut que ‘ malgré l’existence d’une importante législation anti-discrimination , les membres des communautés minoritaires en France sont victimes d’une véritable discrimination raciale, ancrée dans les mentalités et les institutions. Le refus politique de reconnaître ce problème a entravé l’adoption de mesures propres à garantir l’application des dispositions législatives pertinentes et à corriger les inégalités complexes qui se sont installées ’.
Le rapport de l’ONU précise ‘ qu’en dépit des recommandations des organes anti-discrimination de l’Union européenne et des Nations Unies ,les gouvernements français successifs ont maintenu la position selon laquelle il ne doit pas y avoir de reconnaissance officielle des caractéristiques ethniques, religieuses ou culturelles des citoyens ’.

Précisant que la France n’a toujours pas ratifié ‘ la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales ’ du Conseil de l’Europe ni ‘ la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ’ , le rapport de l’ONU conclut que le gouvernement français devrait : 
‘ 1 – reconnaître l’existence de minorités nationales ou ethniques ,religieuses et linguistiques sur le territoire français et retirer sa réserve à l’article 27 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, concernant les droits des personnes appartenant à des minorités, et à l’article 30 de la Convention relative aux droits de l’enfant ; 
2 – ratifier les instruments européens relatifs aux droits de l’Homme concernant les droits des minorités, notamment le Protocole numéro 12 à la Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales et la Convention-cadre du conseil de l’Europe pour la protection des minorités nationales. ’

Ce que vous décrivez sent l’émotion, celle de perdre les images de son enfance. Certains appelleront cela dépit, je l’appellerais tristesse. C’est en tout cas une émotion bien légitime.

D’ailleurs, les faits que vous présentez sont probablement authentiques. Et puis, il ne m’appartient pas de les discuter. Je n’ai jamais mis les pieds en Sardaigne, ni en Corse et il serait donc malvenu de ma part de vous contredire.

Par contre, à la lecture de vos paroles, je me suis dit plusieurs fois que ce qu’il se passe en Sardaigne se passe aussi ailleurs. Je pourrais vous parler des terrains communaux du hameau où j’habite car ces terrains sont pris d’assaut par des étrangers au hameau en moto-cross et autres engins qui détruisent le paysage. Je pourrais aussi vous parler de la vie des bergers dans nos montagnes dauphinoises. Ce n’est pas d’ailleurs une vie, mais une survie et les conditions de vie sont d’un autre siècle. Quant aux conditions plus favorables aux étrangers, c’est un argument que j’entends régulièrement. Enfin, je n’évoquerais même pas que nos belles maisons et nos terrains sont rachetés aisément par les riches lyonnais qui y font leur résidence secondaire. Ce que je décris pour ma région, et vous pour la vôtre, survient probablement partout ailleurs. La cupidité ne vise pas spécialement nos régions. On la retrouve ailleurs. La grande différence réside peut-être dans le fait que ma région n’a pas de frontière difficilement franchissable. Le brassage humain se fait depuis longtemps réduisant à pratiquement néant toute identité régionale… ce qui n’est pas le cas d’une île, corse ou sarde.

La différence, chère Tita, bien que la problématique de vos régions du “Nord” est à prendre en considération également, se situe au niveau du climat et des littoraux ! Les îles possèdent encore des trésors de falaises, plages, bosquets, fontaines, sauvages non encore détruits par la race humaine et sont bien évidemment fort convoités par ceux qui veulent y cacher leur vie luxueuse et/ou tapageuse et qui, bien évidemment veulent se retirer au soleil, vue sur l’horizon au bord de mer, bien souvent, mais de plus en plus, au fin fond des campagnes et au creux des montagnes, pour atteindre l’âge centenaire dans des endroits qu’ils savent non encore pollués par l’industrie ! D’autres encore, n’ont qu’une idée, se faire un maximum d’argent en transformant ces lopins de terre en résidences de quelques villettes amassées les unes contre les autres, entourées de minuscules jardins (pas même l’espace suffisant pour y planter un arbre !)qu’ils revendent à des prix “étrangleurs” à des pauvres gens qui n’ont qu’une aspiration, celle de devenir propriétaires pour échapper à leur étouffement dans leur minuscule appartement pour lequel ils payent un faramineux loyer, au sein de hauts immeubles ! Ces dits immeubles que l’on continue également à construire aux abords des grandes villes et dans lesquels on entasse nos jeunes pour les éloigner de leur famille et de leurs petits patrimoines durement gagnés et conservés par leurs anciens ! Sans parler des grandes surfaces qui se multiplient à une vitesse grand V ! Il ne restera plus que quelques jardins publics dont les municipalités se gorgeront d’avoir “généreusement offert à leurs concitoyens” qui verront leurs impôts augmenter pour leur entretien ! Sur les littoraux, on verra des barrières se dresser pour avoir accès aux plages ! Il ne restera plus que quelques chemins communaux qui pourront être empruntés par la population filtrée par des interdits en tous genres (voir sur mon site, l’article où je mentionne la sale aventure que vivent 4 touristes, en Sardaigne, arrêtés avec leurs appareils photos sur une plage publique aux abords de la villa de Berlusconi ! ) ! En Sardaigne, des générations d’anciens avaient planté des arbres de gineprie (dont les baies servent maintenant aux “requins” qui s’en sont emparés, à en faire le commerce du gin, fameux alcool très connu !!! Les terrains comprenant ces centaines d’arbustes sont interdits d’accès ! Les bergers avaient pour habitude de confectionner leur bâton, leurs instruments de musique, leurs sculptures avec leurs branches, car le bois de gineprie devient aussi dur que l’ébène, une fois seché ! Serait arrêtée et condamnée, désormais, toute personne ramassant ne serait-ce qu’une branche morte à terre !) ! Le peuple grec l’a bien compris car il l’a constaté à ses dépends, suite aux terribles incendies de 2003 (il me semble, puis de 2007) ! En effet, des immeubles et autres batisses ont vu le jour sur des terrains dénudés qui étaient autrefois des terres préservées et pseudo-protégées de par leurs rares spécimens floreaux, dont les promoteurs et constructeurs ont obtenu des permis alors que la législation promettait un interdit sur de très longues années !!! Bien évidemment, la population aux revenus modestes, déjà entassée dans les grandes villes, ne comprennent pas notre dilemne et nos cris d’alerte, car on ne leur montre que le côté “touristique” (comme le dit si bien Philippe Madelin) des lieux et cette dite population ne connaissant les lieux que par ce qu’en disent les médias et publicitaires, pense que les résidents sont des “rupins” à l’abri de soucis !!! Je me suis même entendue dire que la Sardaigne était une île de milliardaires (?!!!) !Ces lieux et sa population sont à défendre parce qu’ils sont les gardiens de sites qu’ils entretiennent et préservent, pour faire en sorte qu’ils demeurent encore accessibles à ceux dont les salaires sont plus que modiques et qui ont besoin d’air pur et de détente durant quelques mois de leur dure année de labeur et qui ont surtout besoin d’espérer pouvoir un jour, trouver des lieux de retraite paisible à la portée de leur maigre pension ! Je ne sais comment faire comprendre tout ceci mais le problème est grave, aussi grave que peuvent l’être les problématiques des indiens d’Amazonie qui voient leur territoire s’amenuiser petit à petit, toujours à coups d’incendies volontaires, de déboisements sauvages à outrance, d’extermination sournoise de la population à coups de transmissions de virus et de pulvérisations d’insecticides et pesticides !!! Je comprends ce que pourraient être amenées à penser les associations qui défendent les SDF et qui réclament que l’on construise plus de logements sociaux pour ces personnes mais les permis qui seraient octroyées pour ces immeubles ne signifie pas qu’ils seraient utilisés de toute manière pour loger effectivement ces personnes sans toits ! Je ne crois pas que de penser que ces situations de sans logements sont prioritaires (et ils le sont effectivement !!! D’autant que personne n’est à l’abri de se retrouver dans ce cas, de nos jours !) doit amener à ignorer la problématique que je vous expose ! Je pense que tout a un début et que la source de cette recrudescence de sans abris est cette problématique ! Ce n’est pas en appauvrissant et en faisant en sorte que ceux qui ont encore un petit patrimoine se trouvent également démunis à coups d’incendies, à coups de pollutions, à coups d’entourloupes, que l’on résoudra le problème des sans logis ! Bien au contraire, je pense qu’on court tout droit vers une aggravation du problème !!! Je ne suis qu’une simple femme, simple citoyenne et simple mère de famille et je ne peux qu’exprimer mes craintes en témoignant, en écrivant mes ressentis ici et là, et je ne comprends pas que les syndicats et partis politiques de tous bords n’agissent pas en exigeant officiellement (et en contrôlant, bien évidemment !) le respect, en tout premier lieu, des législations établies notamment en matière d’interdit de construction suite à des incendies.

Tita, Jean-Pierre Vernet ( Dauphiné)

Il s’adresse à Christina Bianca Troncia, qui parle de la Sardaigne

Bien que votre message fut repris plus haut, je vais me permettre d’y répondre ici.

Les îles possèdent encore des trésors de falaises, plages, bosquets, fontaines, sauvages non encore détruits par la race humaine et sont bien évidemment fort convoités par ceux qui veulent y cacher leur vie luxueuse et/ou tapageuse et qui, bien évidemment veulent se retirer au soleil, vue sur l’horizon au bord de mer, bien souvent, mais de plus en plus, au fin fond des campagnes et au creux des montagnes, pour atteindre l’âge centenaire dans des endroits qu’ils savent non encore pollués par l’industrie !

Je vous concède que ma région du “Nord” n’a pas vu sur la mer, mais il y a aussi des coins et des trésors naturels magnifiques (comme des plages ou des falaises tombant dans le Rhône) que les riches en nantis venant d’autres régions cherchent à s’offrir pour profiter d’un panorama vivifiant. Je retrouve donc le même phénomène que ce que vous décrivez.

D’autres encore, n’ont qu’une idée, se faire un maximum d’argent en transformant ces lopins de terre en résidences de quelques villettes amassées les unes contre les autres, entourées de minuscules jardins (pas même l’espace suffisant pour y planter un arbre !)qu’ils revendent à des prix “étrangleurs” à des pauvres gens qui n’ont qu’une aspiration, celle de devenir propriétaires pour échapper à leur étouffement dans leur minuscule appartement pour lequel ils payent un faramineux loyer, au sein de hauts immeubles !

Tout pareil. J’ai derrière chez moi un petit lopin de terre qui fut vendu (pas par moi) pour y construire 40 maisons… avec des jardins de mouchoir de poche.

Ces dits immeubles que l’on continue également à construire aux abords des grandes villes et dans lesquels on entasse nos jeunes pour les éloigner de leur famille et de leurs petits patrimoines durement gagnés et conservés par leurs anciens !

Pareil. Il y a des banlieues partout, où les jeunes s’entassent pour se rapprocher de leur travail de centre ville… en abandonnant derrière eux des maisons qui tombent finalement en ruine, etc…

Sans parler des grandes surfaces qui se multiplient à une vitesse grand V ! Il ne restera plus que quelques jardins publics dont les municipalités se gorgeront d’avoir “généreusement offert à leurs concitoyens” qui verront leurs impôts augmenter pour leur entretien ! Sur les littoraux, on verra des barrières se dresser pour avoir accès aux plages !

Je vois ça souvent. hélas : chemin privé, plage privé, etc.

Il ne restera plus que quelques chemins communaux qui pourront être empruntés par la population filtrée par des interdits en tous genres (voir sur mon site, l’article où je mentionne la sale aventure que vivent 4 touristes, en Sardaigne, arrêtés avec leurs appareils photos sur une plage publique aux abords de la villa de Berlusconi ! ) !

Je l’avais lu.

En Sardaigne, des générations d’anciens avaient planté des arbres de gineprie (dont les baies servent maintenant aux “requins” qui s’en sont emparés, à en faire le commerce du gin, fameux alcool très connu !!! Les terrains comprenant ces centaines d’arbustes sont interdits d’accès ! Les bergers avaient pour habitude de confectionner leur bâton, leurs instruments de musique, leurs sculptures avec leurs branches, car le bois de gineprie devient aussi dur que l’ébène, une fois seché ! Serait arrêtée et condamnée, désormais, toute personne ramassant ne serait-ce qu’une branche morte à terre !)

Ici, ce sont les noyers que les anciens ont planté et que les damnés de l’avarice interdisent d’accès au quidam.

Le peuple grec l’a bien compris car il l’a constaté à ses dépends, suite aux terribles incendies de 2003 (il me semble, puis de 2007) ! En effet, des immeubles et autres batisses ont vu le jour sur des terrains dénudés qui étaient autrefois des terres préservées et pseudo-protégées de par leurs rares spécimens floreaux, dont les promoteurs et constructeurs ont obtenu des permis alors que la législation promettait un interdit sur de très longues années !!! Bien évidemment, la population aux revenus modestes, déjà entassée dans les grandes villes, ne comprennent pas notre dilemne et nos cris d’alerte, car on ne leur montre que le côté “touristique” (comme le dit si bien Philippe Madelin) des lieux et cette dite population ne connaissant les lieux que par ce qu’en disent les médias et publicitaires, pense que les résidents sont des “rupins” à l’abri de soucis !!! Je me suis même entendue dire que la Sardaigne était une île de milliardaires (?!!!) !

Je vous accorde que je ne me suis jamais entendu dire que le Dauphiné était un pays de milliardaires. En même temps, les images d’Épinal ont la vie dure. Une portugaise de mes amies en déplacement en Belgique avait dû montrer ses bras pour prouver qu’elle n’était pas plus poilue que les autres. Heureusement, stéréotypes ne sont pas vérités.

Ces lieux et sa population sont à défendre parce qu’ils sont les gardiens de sites qu’ils entretiennent et préservent, pour faire en sorte qu’ils demeurent encore accessibles à ceux dont les salaires sont plus que modiques et qui ont besoin d’air pur et de détente durant quelques mois de leur dure année de labeur et qui ont surtout besoin d’espérer pouvoir un jour, trouver des lieux de retraite paisible à la portée de leur maigre pension ! Je ne sais comment faire comprendre tout ceci mais le problème est grave, aussi grave que peuvent l’être les problématiques des indiens d’Amazonie qui voient leur territoire s’amenuiser petit à petit, toujours à coups d’incendies volontaires, de déboisements sauvages à outrance, d’extermination sournoise de la population à coups de transmissions de virus et de pulvérisations d’insecticides et pesticides !!!

Vous mettez le doigt sur ce qui me semble être le noeud gordien : l’identité. Les Sardes ont encore une forte identité propre. Ils sont d’abord Sardes avant d’être Italiens. Pour un Dauphinois, ce n’a pas de sens. Il a éventuellement un accent (je l’ai) mais le brassage culturel autant que le brassage des populations ramènent son identité à “être français”. Il ne vit alors pas l’invasion des autres français comme une menace à sa culture et à son identité.
Ce n’est visiblement ni le cas des corses, ni le cas des sardes qui, eux, ont une identité forte (probablement dû à leur insularité). Qu’un riche corse achète un bout de terre en corse ne pose pas de soucis particulier. Mais que ce riche soit un continentaux, et voilà qu’un sentiment de vole apparait et de menace…

En Bref, au niveau des faits, il est probable qu’on ait les mêmes choses en Sardaigne ou en Dauphiné, mais le sens donné à ces faits n’est pas le même dû à l’intensité de l’identité.

Je comprends ce que pourraient être amenées à penser les associations qui défendent les SDF et qui réclament que l’on construise plus de logements sociaux pour ces personnes mais les permis qui seraient octroyées pour ces immeubles ne signifie pas qu’ils seraient utilisés de toute manière pour loger effectivement ces personnes sans toits ! Je ne crois pas que de penser que ces situations de sans logements sont prioritaires (et ils le sont effectivement !!! D’autant que personne n’est à l’abri de se retrouver dans ce cas, de nos jours !) doit amener à ignorer la problématique que je vous expose ! Je pense que tout a un début et que la source de cette recrudescence de sans abris est cette problématique ! Ce n’est pas en appauvrissant et en faisant en sorte que ceux qui ont encore un petit patrimoine se trouvent également démunis à coups d’incendies, à coups de pollutions, à coups d’entourloupes, que l’on résoudra le problème des sans logis ! Bien au contraire, je pense qu’on court tout droit vers une aggravation du problème !!! Je ne suis qu’une simple femme, simple citoyenne et simple mère de famille et je ne peux qu’exprimer mes craintes en témoignant, en écrivant mes ressentis ici et là, et je ne comprends pas que les syndicats et partis politiques de tous bords n’agissent pas en exigeant officiellement (et en contrôlant, bien évidemment !) le respect, en tout premier lieu, des législations établies notamment en matière d’interdit de construction suite à des incendies.

Justement, n’y a -t-il pas des élus sardes ou corses pour défendre les intérêts des corses ou des sardes ? Ce que vous exposez relèvent directement de leur mission… enfin, je crois.

De Mme Troncia ( Sardaigne)

Cher Tita !
Je comprends pertinemment que dans votre belle région, la problématique existe également ! J’ai pu aussi le constater en Auvergne mais à moindre pourcentage…à cause du climat !

Je vais répondre à quelques-uns de vos paragraphes !

Je vous cite : “Vous mettez le doigt sur ce qui me semble être le noeud gordien : l’identité. Les Sardes ont encore une forte identité propre….Qu’un riche corse achète un bout de terre en corse ne pose pas de soucis particulier. Mais que ce riche soit un continentaux, et voilà qu’un sentiment de vole apparait et de menace…”

Le problème d’identité et le sentiment d’invasion, existent, bien évidemment, depuis des siècles, si l’on s’en réfère à l’histoire, puisque la population corse et sarde a été envahie moult fois (par les maures, les africains, les espagnols et les romains ! D’où cette tendance maintenant à mettre en exergue leur identité propre face aux italiens, pour ce qui concerne le peuple sarde surtout !)! Les peuples sardes et corses ne sont donc pas paranoïaques lorsqu’ils se récrient contre l’invasion des riches continentaux, de nos jours, en se référant à ce qu’ont vécu et ont dû combattre leurs ancêtres, mais ils ont acquis une “clairvoyance” et ont pu constater les permissivités octroyées à certains et non à d’autres ! Pas d’amalgames, certains “riches” continentaux ont été parfaitement intégrés sur les 2 îles, simplement parce qu’ils ont su acquérir leurs biens immobiliers avec respect ! Sans flouer les vendeurs de ces dits-biens et surtout, en ne convoitant pas des sites qui sont depuis des décennies préservés et protégés ! En évitant aussi, de débarquer en conquérants et en respectant la culture d’autrui ! Contrairement à ce que laissent entendre certains médias journalistiques et autres, les peuples corses et sardes sont très hospitaliers et très ouverts sur la culture des autres peuples, celà fait partie intégrante de leur éducation reçue ! Lorque vous vous rendrez en Corse et en Sardaigne, vous pourrez constater que beaucoup de résidents sont des “pinsutti” (surnom affectueux qu’emploient les corses pour désigner français, italiens, marocains, russes, etc.) aux moyens plus ou moins modestes ! Ce qu’ils apportent avec humilité comme expériences est accueilli comme un enrichissement culturel complémentaire et, en retour, ils savent ne pas imposer leurs cultures et leurs manières de vivre ! Un juste équilibre s’établit très rapidement, tout simplement, en toute intelligence de part et d’autre ! De plus, et ceci se vérifie aussi hélas en France et surtout dans le Sud, trop de corses et de sardes ont dû quitter leur île pour aller travailler sur le continent s’ils ne voulaient pas que leur famille périclite ! De nos jours, certains ne peuvent même plus retourner voir leur famille et n’ont même pas les moyens financiers de garder un lien ne serait-ce que téléphonique et sont donc isolés ! Ce que je perçois, moi, comme un préjudice moral, une anormalité affective, et un préjudice pécunier !!! On peut rentrer vers sa région depuis Paris très rapidement maintenant avec le TGV ou avec son propre véhicule et à un coup raisonnable, ce qui n’est pas le cas pour les retours en Corse et/ou en Sardaigne qui ne peuvent se faire qu’au moyen des navires dont nous sommes tributaires du planning des allers/retours, ou des avions et le tarif pour ces traversées est le double voire le triple, si l’on insère son véhicule et le trajet jusqu’aux ports et aéroports ! Et je ne vais pas vous parler ici des frais engagés et des déplacements et séjours obligatoires sur le Continent italien, par exemple, lorsqu’un sarde doit se faire visiter et passer des examens pour contrôle d’un cancer !!! Il y aurait tant à dire sur les organisations sanitaires déployées sur l’île !!! Et qu’on ne me dise pas que c’est un choix que font ceux qui viennent sur le continent ! Non ! C’est une obligation !!! Sur les îles, rien n’est fait ou peu, pour permettre aux familles de rester unies, d’y vivre normalement avec les comodités essentielles, puisque peu d’ouvertures d’entreprises et peu de possibilités de créations d’entreprises ! Les professeurs spécialistes sur le plan médical, par exemple, ne se trouvent pas en Sardaigne! Seuls quelques-uns se déplacent et maintiennent des permanences très espacées en temps (il faut prendre rendez-vous très longtemps à l’avance (?!!!) pour avoir le privilège d’être examiné sur place et encore ! Puisque les équipements nécessaires manquent sur l’île, le déplacement des malades reste de vigueur !) ! Les élus locaux font ce qu’ils peuvent (selon les bords politiques et les élections sont peu souvent gagnées par les élus du peuple ! Comprenne qui pourra !) mais, bien évidemment, les peuples corses et sardes sont très patriotes et font entendre leurs voix…à leur manière, qui, pacifiquement qui moins pacifiquement ! Il devrait être tout naturel qu’un véritable dialogue s’établisse lorsqu’il y a des décisions à prendre concernant leur avenir, leur devenir, leurs problèmes au quotidien, et les problèmes d’environnement notamment (je pense au Padduc, par exemple) et, mais je ne me prononcerai pas ici, il y a bien souvent une sorte de déséquilibre dans la balance lors de ces “tables rondes” que les peuples s’efforcent de rétablir en se faisant entendre ! Malheureusement, la liberté d’expression et donc, la prise en compte de leurs avis, est bien souvent bafouée avec des moyens sournois ! Chacun essaie de défendre cette liberté à sa manière …mais ! ce n’est pas ici le débat !

Ceci étant dit, chère Tita, je vous remercie de l’intérêt que vous portez à nos soucis et de votre intervention qui tend à confirmer que la problématique existe et qu’elle ne vient pas de l’imagination d’une “scribaillonne” qui, effectivement, ne peut qu’exprimer ses ressentis au moyen de ses interventions écrites deci-delà !

Mme Marin

D’accord avec toi Christina pour dire que la Démocratie surtout en Corse est bien souvent bafouée ! La population est le plus souven consultée ou simplement informée une fois les décisions prises..
Plus grave encore, lorsqu’un projet de société comme le Plan d’ Aménagement et de Développement Durable de la Corse, engageant la Corse et les Corses pour les 30 ans à venir est élaboré en l’absence totale de consultation;
Ce projet, contraire aux intérêts de l aCorse, a d’ailleurs été retiré grâce à une mobilisation d’une partie de la population qui a fait entendre sa voix et a eu l’intérêt de susciter des débats même a postériori.
A ce propos je rappelle:
Que ce document prône une économie basée sur le tout-tourisme, ce qui implique du travail saisonnier, précaire, sous-qualifié, et la bétonisation des côtes.
L’économie « présentielle » favorisera la spéculation et la vie chère.
Les terres agricoles ne sont pas protégées.
La culture de ce pays ne fait pas partie des domaines prioritaires.
Un autre PADDUC devra être élaboré en faisant le choix d’une croissance qualitative qui implique de facto une politique foncière économe et productive.
Une telle politique est un outil de réconciliation avec l’activité touristique : elle traduit le passage de l’ère de la spéculation à court terme à celle d’une économie durable où la spéculation foncière fait place à la maîtrise de l’espace et de la production.
Il faut pour la Corse un véritable projet de développement durable qui prenne en compte la lutte contre les inégalités et la pauvreté, qui favorise le développement de notre agriculture, de notre outil de production afin d’assurer notre développement économique; Un PADDUC qui vise à conserver nos valeurs et notre identité, qui assure la protection de notre environnement et élaboré de manière démocratique.
Ce document important qui engage l’avenir de la Corse s’est enrichi de développements et de précisions.
Très largement refusé par une large partie de la population ( en atteste une pétition signée par 15 000 citoyens) ce projet est porteur d’inégalités sociales et territoriales, de déséquilibres démocratiques et de régression culturelle.
Il conduit à accentuer la crise économique et sociale que rencontre la Corse. Il n’anticipe pas la crise écologique que connait la planète et à laquelle notre île commence à être soumise.

C’est bien ici un sentiment de menace de tout ce qui constitue nôtre identité, sentiment de survie et non de menace d’invasion. Permettre aux Corses de continuer à vivre chez eux “normalement” ; développer leur économie, préserver leur environnement ….; Alors oui, certains passent pour des agitateurs contestataires ! Mais, à l’instar d’autres insulaires, nous nous battons pour notre “identité”parceque la menace constante nous y oblige;

nous ne sommes pas à vendre.
Je suis d’accord avec toi Christina quand tu dis que ” les peuples sardes et corses ne sont donc pas paranoïaques lorsqu’ils se récrient contre l’invasion des riches continentaux en se référant à ce qu’ont vécu et ont dû combattre leurs ancêtres, mais ils ont acquis une “clairvoyance” et ont pu constater les permissivités octroyées à certains et non à d’autres !
Sans flouer les vendeurs de ces dits-biens et surtout, en ne convoitant pas des sites qui sont depuis des décennies préservés et protégés ! En évitant aussi, de débarquer en conquérants et en respectant la culture d’autrui !”

Je suis hors débat mais c’est pas trop grave..??..
Merci pour ce dialogue.

Tita – Jean-Pierre Vernet, Dauphiné

Au risque de paraitre un obtus, je continue de croire à un phénomène essentiellement identitaire.

Dans nos pays, si un père décide de marier sa fille avec Monsieur “Machin” (hommage à Verlaine), sa fille a de forte chance de prendre la chose très mal et même de flirter avec la dépression. Après tout, ce qu’elle subit, elle ne l’a pas choisi. Par contre, si un chinois décide de marier sa fille, cette dernière sera bien moins triste, simplement parce que l’identité se cristallise moins sur l’individu que la famille ; Et en tant que membre de cette famille, elle participe (même illusoirement) à la décision d’épouser Monsieur Machin.

Sur le continent, on peut sans aucun doute trouver des personnes fières de leur identité régionale. Cependant, la plupart des gens partagent l’identité nationale. Ils ne se perçoivent alors pas victime des décisions politiques prises par ceux qu’ils considèrent être leurs élus, fussent-ils ceux d’une capitale comme Paris (Paris étant parfois présenté comme une ville qui impose ses lois à tout un pays).

Quoi qu’il en soit, une identité forte n’est pas nécessaire pour percevoir des injustices. Les passe-droits des notables (ou pis encore : des parachutés) laisse un goût amer. Ce gout est amère d’injustice sur le continent, mais il est, à vous lire aussi, amère de préjudice et de menace pour les insulaires et ceux qui ont une forte identité régionale car il y a menace de leur culture propre par une exo-culture.

Maintenant, à vous lire aussi, je me rends compte qu’il y a un autre phénomène. Quand je faisais mes études, je restais coi devant la souffrance de mes camarades des contrées lointaines. Je pense par exemple à une étudiante venant de Guadeloupe. Le monopole d’Air-France permettait à cette compagnie d’imposer des prix plutôt énormes, ce qui, dans la pratique, interdisait à cette jeune fille de pouvoir simplement rentrer pour les fêtes.

Il est donc certain que la situation géographique de la corse et de la Sardaigne invite les ploutocrates à s’enrichir sur le dos des autochtones qui veulent voyager et des touristes qui y vont.

Ces deux points étant, dit, la question centrale est la suivante. Cette situation politico-économique, est-elle voulue ? En d’autres mots, dans le cas de la Corse ou de la Sardaigne, existe-t-il ou n’existe-t-il pas une intention de colonisation ou de réduction des pouvoirs locaux par une instance supérieure ?

Si oui, cela implique implicitement que l’instance supérieure (l’Etat ou ceux qui le servent) distingue bien les Italiens des Sardes comme deux entités différentes -ou les corses des Français… un peu comme on distinguait jadis les français des arabes quand l’Algérie était française…

Pour le cas de la Corse, la question se pose réellement étant donné que le “peuple” français fait déjà du racisme anti-corse. Cela démontre qu’il se différencie du peuple corse. Comme l’Etat français est composé de français (qui partagent donc probablement le même stéréotype), la question d’un néo-colonialisme ou d’un contrôle du peuple corse se pose. Mais qu’en est-il pour les Sardes ?

Notez au passage que si la réponse est oui, cela peut (dans une certaine mesure) légitimer certaines actions dites illégales (puisque l’illégalité n’est autre que le refus de se soumettre aux lois du pays colonisateur).

En fait, avoir une réponse objective à cette question n’est pas essentiel pour comprendre. Il suffit de savoir ce qu’en croit les uns et les autres. Si les Corses sont persuadés d’être sciemment les victimes d’un Etat qui cherche à les réduire à néant, cela suffit à comprendre leur actions et leurs émotions. Il n’est pas même nécessaire que l’Etat cherche réellement à les réduire.

A vous lire, je subodore que les Sardes se proposent aussi l’affirmative comme réponse à cette question. Est-ce que je me trompe ?

Christina

Le fait qu’il y ait endo-culture pour les français (les décisions les concernant venant de membres partageant leur identité) et exo-culture pour les corses et les sardes explique aussi le sentiment de paranoïa. Les continentaux ne comprennent pas “la réticence” des insulaires et les insulaires ne comprennent pas l’indifférence des continentaux. C’est pour cela que je pense que le phénomène est essentiellement identitaire dans sa gestion même si la gestion porte sur des faits de spoliations par les ploutocrates, (spoliation que l’on retrouvent de partout).

Christina 0909

La terre et l’identité : poursuite du dialogue entre Tita et Christina

10 #Je voudrais juste, pour étoffer ma thèse sur le racisme des continentaux vis-à-vis des insulaires que je mentionne sur mon dernier commentaire, ajouter cet extrait tiré d’un commentaire déposé par un certain Félix Liber (voir l’URL : http://www.rue89.com/philippe-madelin/2009/04/02/la-fuite-argument-anti-colonna-sans-fondement-juridique?page=1#commentaires) :

« Un rapport de l’ONU , publié le 3 mars 2008 , conclut que ‘ malgré l’existence d’une importante législation anti-discrimination , les membres des communautés minoritaires en France sont victimes d’une véritable discrimination raciale, ancrée dans les mentalités et les institutions. Le refus politique de reconnaître ce problème a entravé l’adoption de mesures propres à garantir l’application des dispositions législatives pertinentes et à corriger les inégalités complexes qui se sont installées ’.

Le rapport de l'ONU précise ‘ qu'en dépit des recommandations des organes anti-discrimination de l'Union européenne et des Nations Unies ,les gouvernements français successifs ont maintenu la position selon laquelle il ne doit pas y avoir de reconnaissance officielle des caractéristiques ethniques, religieuses ou culturelles des citoyens ’. 

Précisant que la France n'a toujours pas ratifié ‘ la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales ’ du Conseil de l'Europe ni ‘ la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ’ , le rapport de l'ONU conclut que le gouvernement français devrait :
‘ 1 – reconnaître l'existence de minorités nationales ou ethniques ,religieuses et linguistiques sur le territoire français et retirer sa réserve à l'article 27 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, concernant les droits des personnes appartenant à des minorités, et à l'article 30 de la Convention relative aux droits de l'enfant ;
2 – ratifier les instruments européens relatifs aux droits de l'Homme concernant les droits des minorités, notamment le Protocole numéro 12 à la Convention de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales et la Convention-cadre du conseil de l'Europe pour la protection des minorités nationales. ’
 Ceci tombe à point nommé pour éclaircir ce que je tente d'exprimer ! Il n'y a, je pense, rien d'autre à ajouter !!!
 

Numérique : les risques

28+01:00p30+01:0006bmer, 12 Juin 2013 16:11:28 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Ce sera la suite de mon enquête. Crash total : interruption totale de service, incapacité des systèmes à gérer et à corriger les problèmes. Par exemple : blocage total des transactions sur le système Swift, par lequel transitent une grande partie des grosses transactions financières. Le vrai crash est accidentel et d’autant plus dangereux. Mais des attaques informatiques, telles que celles pratiquées par les Russes contre la Lettonie ou le Géorgie peuvent avoir le même effet.

deces

46+01:00p28+01:0002bmar, 09 Fév 2010 20:20:46 +0100+01:00 9,2008

Philippe Madelin est décédé ce jour . Si vous voulez être présent à ses obsèques, elles se dérouleront lundi 15 février à 10h20 à la coupole du >Pere Lachaise. Son épouse Marina

Mon clavier, 9 février

47+01:00p28+01:0002bmar, 09 Fév 2010 07:44:47 +0100+01:00 9,2008

§ Le bide du débat sur l’identité nationale, comme il fallait s’y attendre. Sans compter l’hypothétique conversion à l’Islam d’Eric Besson, rapportée par de méchantes langues probablemet farfelues. Le Premier ministre, François Fillon, avait réuni hier à Matignon un séminaire gouvernemental pour formuler des propositions au regard du débat sur l’identité nationale lancé en octobre dernier par le ministre de l’Immigration Eric Besson. Un séminaire pour un enterrement de dernière classe : une campagne énorme et très coûteuse – on n’a pas demandé son avis à Xavier Bertrand pour dépenser plus – pour pondre quelques mesures sans portée pratique importante, sans doute oubliées dès demain. Il fallait s’y attendre ! fillon-enterre-l-identite-nationale-avec-des-mesurettes_847446.html

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Mon clavier, 8 février

43+01:00p28+01:0002blun, 08 Fév 2010 17:00:43 +0100+01:00 9,2008

Pour cause de festivités familiales, j’ai été un peu absent, cette semaine. Je reviens.

§ Principale information : les économies européennes chahutées par les fonds spéculatifs, en partie alimentés par les subventions massives destinées à remettre les économies sur les rails. Il y a lieu de réfléchir. crise-financiere-libe-commente%E2%80%A6

§ Affaire de Villiers le Bel. Selon France info, Jean-Pierre Mignard, l’avocat des familles de deux jeunes tués en novembre 2007 à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) après un choc avec une voiture de police a déposé plainte contre les policiers pour faux témoignage.

§ Le Premier ministre, François Fillon, réunit à 14h00 (13h00 GMT) à Matignon un séminaire gouvernemental pour formuler des propositions au regard du débat sur l’identité nationale lancé en octobre dernier par le ministre de l’Immigration Eric Besson. Un séminaire pour un enterrement de dernière classe : une campagne énorme pour pondre quelques mesures sans portée pratique importante. Il fallait s’y attendre ! fillon-enterre-l-identite-nationale-avec-des-mesurettes_847446.html

§ Régionales : selon Opinionway, pour le premier tour du scrutin des 14 et 21 mars l’addition des intentions de vote pour les différentes listes classées à gauche  atteint 44%, contre 33% pour la droite parlementaire.

§ Garde à vue, le feuilleton garde-a-vue-limpossible-quadrature-du-cercle

§ US, Santé : Obama tente de sortir de l’impasse usa-obama-tente-de-sortir-ddu-blocage-des-negociations-sur-le-plan-sante Et Saraj Palin met son graind de sel, avec l’aide de Dieu ! Sarah_Palin_couronn%C3%A9e_par_les_conservateurs

§ Hoax ? Bakchich révèle qu’Eric Besson aurait promis à la famille de sa fiancée tunisienne de se convertir à l’Islam ! Besson-trebuche-dans-le-tapis-de,09972.html

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Garde à vue : l’impossible quadrature du cercle

00+01:00p28+01:0002blun, 08 Fév 2010 11:23:00 +0100+01:00 9,2008

Marc Louboutin me transmet ces précisions importantes sur la question des gardes à vue. On constatera que la solution du problème s’approche de la quadrature du cercle : les GAV sont multipliées par mesure de précaution, et cette précaution augmente les risques de dérapages !

Première précision à propos du doigté anal, qui peut être tenu pour un viol

Le « doigté anal » n’existe pas dans ces opérations de sécurisation, et la mise à nu d’ailleurs, ne devrait pas être systématique.
Encore faudrait il pour cela que la circulaire de mai 2003 soit appliquée et la hiérarchie vraiment concernée (et responsabilisée comme c’est prévu dans ce texte) de manière à ce que cela ne soit pas les gardiens de la paix qui se retrouvent seuls responsables de ces actes. Et donc, légitimement, sachant qu’ils restent des « fusibles », opèrent au risque minima.
S’il y avait réellement des cadres responsables du bon déroulement de ces mesures, comme c’est prévu dans cette instruction ministérielle, responsabilisés à donner les instructions et les justifier, sans doute cela amoindriraient les problèmes et replacerait légitimement les choses là où elles devraient être.
La garde à vue devient une priorité polémique nationale, sans pour autant que le débat ne se fasse sur le terrain du concret.

Parlons par exemple de l’ «arrêt Micheline» de la cour de cassation de 2003, expliquant qu’une procédure peut être cassée si la personne mise en cause n’a pas été placée en GAV et n’a pas bénéficié des droits qui vont avec. D’où en partie  l’explication de la systématisation des GAV, en sus des consignes de « chiffre » à obtenir, le nombre de ces mesures étant devenu un « indice de performance » des services de police.
Enfin, symptomatique de cette suspicion de toutes les façons systématique, la tragique affaire de la vraisemblable absorption médicamenteuse de Madame Chantal Guéroult, mise en garde à vue dans le cadre de l’affaire « Bédier », décédée le 09 septembre 2003. (Je n’ai pas retrouvé le lien original).
http://leruisseau.iguane.org/spip.php?article248
Toujours est il, comme on le voit, qu’en faire trop ou pas assez, au delà des discours théoriques, est donc toujours, finalement, de la fautes des policiers…
A défaut de découvrir un système de lecture du fond de l’âme, des pensées et des intentions pour analyser l’état d’esprit et la dangerosité éventuelle pour eux-mêmes ou pour autrui des gardés à vue, je ne vois pas bien comment trouver la juste mesure dans ces opérations pourtant nécessaires de sécurisation.
Sauf peut être à supprimer totalement les gardes à vue et toutes mesures de possibilité de coercition et de rétention des forces de l’ordre.
Après tout, s’il faut en passer par là pour en tirer les conclusions sur les actes nécessaires aux aboutissement des enquêtes et leur déroulement, pourquoi pas ?
Au point où nous en sommes rendus dans le déplacement du débat de la réalité crue de la société à la sphère purement « idéologique », autant également tester l’absurdité un peu naïve de ceux qui viscéralement sont opposés à toutes formes de contrainte…

« Crise financière » : Libé commente…

35+01:00p28+01:0002blun, 08 Fév 2010 07:42:35 +0100+01:00 9,2008

Jour après jour, il apparaît de plus en plus clair que des banques et des fonds spéculatifs américains jouent l’éclatement de la zone euro : d’abord la Grèce avant le Portugal, l’Espagne, etc. Pas par idéologie, mais pour empocher un maximum de bénéfices, à l’image d’un Georges Soros qui, en 1992-93, a eu la peau de la lire italienne et de la livre britannique et a failli avoir celle du franc français… Devenu immensément riche, le banquier américain prêche désormais la moralisation du capitalisme.

Le problème est qu’il ne sert plus à rien d’expliquer que la faillite de la Grèce est totalement improbable. Les marchés sont entrés dans une zone où la rationalité n’est plus de mise. Les rumeurs les plus folles circulent, les banques calculent déjà leurs pertes en cas de défaut de la Grèce, la panique s’étend d’heure en heure, alimentée par des déclarations boute feu, telle celle du gérant obligataire américain, Pimco, qui recommande « de se tenir à l’écart de la zone euro »… Résultat : l’euro et les bourses plongent et la Grèce et ses citoyens payent le prix fort.

Preuve que l’on est dans l’irrationnel le plus total : l’écart de taux d’intérêt (« spread »)entre la Grèce et l’Allemagne, la signature la plus sûre de l’Union, sur les emprunts à deux ans, a atteint 550 points de base, et 370 sur les emprunts à dix ans, du jamais vu ! Les marchés exigent désormais d’Athènes des taux d’intérêt deux fois supérieurs à la moyenne des pays émergents…

Et vive le franc suisse ! franc-suisse-beneficiaire-de-la-crise

D’étranges images sur le sable

37+01:00p28+01:0002bdim, 07 Fév 2010 17:54:37 +0100+01:00 9,2008

Un ami me transmet d’étranges images, fugitives, sur le sable. Un spectacle singulier

watch_popup?v=vOhf3OvRXKg#t=00

La gagnante de  « Ukraine’s Got  Talent », Kseniya  Simonova, agée de 24 ans, dessine une série  d’images sur une table de sable  illuminée, montrant comment les gens ordinaires ont été  affectés par l’invasion allemande durant la  seconde guerre mondiale.  Son talent est  étrange mais passionnant.  Kseniya est  arrivée en première place et a gagné le prix  d’environ 100,000  euros.
L’histoire commence par un  couple assis, se tenant la main sur un banc sous  un ciel étoilé, mais les avions arrivent et la  scène s’efface, pour être remplacée par un  visage de femme qui pleure; quand un bébé  arrive, la femme sourit de nouveau.   Mais la guerre continue, décrite par le  sable devenu chaos, et d’où sort le visage  d’une jeune femme, qui devient rapidement une  vieille veuve, le visage triste et ridé.   Puis l’image se transforme en monument au soldat  inconnu.
Cette  scène se transforme et l’on voit apparaître une  mère et son enfant à l’intérieur d’une maison, et  un homme les regardant de l’extérieur, leur  disant au  revoir.
La grande guerre  patriotique, comme on l’appelle en Ukraine, a  tué une personne sur quatre – environ 10-11  million de morts pour une population de 42  millions.  L’artiste nous dit qu’elle ne  sait pas s’exprimer avec du papier, des crayons,  des brosses ou de la peinture.  Vous verrez  certaines personnes très émues dans la  salle, et l’artiste pense qu’il ne lui a  jamais été donné de plus grand  compliment.

Garde à vue : nouvelles annulations

43+01:00p28+01:0002bdim, 07 Fév 2010 10:00:43 +0100+01:00 9,2008

Actualisé au 7 février

Quand j’ai commencé à batailler contre le principe et le système des gardes à vue, il y a un an au moment du procès Colonna, j’étais bien seul, les confrères ne m’ont pas relayé car ils étaient convaincus que les dépositions obtenues en GAV par certaines personnes considérées comme proches du chevrier corse constituaient des preuves irréfutables, comme le soutenait le parquet. Après avoir entendu certains témoignages de gardés à vue, j’avais  pu soutenir que ce système, tel qu’il est pratiqué, pouvaient constituer des actes de torture. Tous les « aveux » et les dénonciations avaient été obtenus à la suite d’inadmissibles pressions, déshonorantes pour toute démocratie.

Les policiers répondent : il faut bien en passer par cette voie pour lutter contre le terrorisme. Les gardes à vue et les tabassages n’ont jamais empêché un seul « terroriste » d’agir, au contraire ils alimentent la rancoeur, ils amplifient la colère.

Maintenant, tous les confrères se précipitent pour crier haro sur les gardes à vue. Plus pragmatiques et soucieux de leur réputation plusieurs magistrats entendent appliquer les leçons de la Cour européenne de Justice. Ce n’est pas de la résistance à Sarkozy, mais bien un retour à la morale judiciaire.

Lire à ce propos aujourd’hui dans Le Post le billet de Roger Bruno-Petit qui enfourche à son tour ce cheval de bataille.

L’Express rapporte les faits, mais sans en tirer toutes les conséquences.

En pleine controverse sur les abus de cette procédure, le tribunal correctionnel de Paris a annulé cinq gardes à vue dans une affaire d’agression présumée contre des agents de police, au motif que les avocats des prévenus n’avaient pu exercer pleinement les droits prévus par la convention européenne des droits de l’Homme.

Selon ce jugement, rendu le 28 janvier dernier, les auditions des cinq prévenus à compter de la 24e heure de garde à vue et l’intégralité de l’audition de l’un d’entre eux sont irrégulières « dès lors qu’ils n’ont pu bénéficier de l’ensemble des interventions qu’un citoyen européen ou français sont en droit d’attendre ».

Il s’appuie notamment sur l’article 6-3 de la convention européenne, telle qu’interprétée récemment par la cour européenne des droits de l’Homme, qui exige la présence de l’avocat dès la première heure de garde à vue et doit comprendre la communication effective du dossier.

Dans cette affaire indique notamment le jugement,

les poursuites engagées par le procureur « l’ont été à l’issue des éléments recueillis lors de la prolongation de la garde à vue qu’il a autorisée (…) » et « aucune investigation n’a pu être demandée par les conseils des prévenus tenus dans l’ignorance du déroulement de l’enquête »,

Plusieurs juridictions de première instance, notamment à Bobigny, ont déjà annulé des gardes à vue dans lesquelles le mis en cause n’avait pas pu avoir accès à un avocat dès le début de la mesure de privation de liberté.

Je rappelle que certains policiers de PJ, notamment du 9.3 (Seine St-Denis, tribunal de Bobigny) renâclent devant cette évolution qui dérange leur système d’enquête fondé sur le principe de l’aveu, hérité de l’Inquisition. Au coeur du débat, au-delà de l’aspect émotionnel et anecdotique des événements, le problème de l’évolution des méthodes d’investigation qui impose aux policiers une véritable révolution copernicienne.

Il est étrange que les policiers et les gendarmes de petit niveau professionnel choisissent précisément ce moment pour multiplier les gardes à vue abusives.

Il faut également resituer cette discussion dans le débat encore plus général de la preuve en matière judiciaire. Et en particulier des jugements fondés sur l’intime conviction, c’est-à-dire sans preuve, qui domine le fonctionnemement de nombreux magistrats. Depuis quelques mois, on relève en effet de nombreuses relaxes motivées par l’absence de preuve. A commencer dans l’affaire Clearstream.

Les juges de la Cour de Cassation sauront-ils mettre en oeuvre cette nouvelle philosophie lorsqu’ils auront à débattre très bientôt du cas Colonna ? Dès cette époque, mais plus encore avec le recul, je persiste à affirmer que pas une seule preuve de qualité n’a été apportée pour étayer l’accusation contre Colonna. Pour l’avoir affirmé, le procureur Jean-Claude Kross s’est cru permis de m’insulter. Il eut été préférable qu’il se regarde dans un miroir, il y aurait vu son pire ennemi.

Mon clavier, 7 février

03+01:00p28+01:0002bdim, 07 Fév 2010 08:04:03 +0100+01:00 9,2008

§ J’ai remis en ligne ce matin une version modifiée de mon billet sur les gardes à vue. Leur remise en cause est très importante garde-a-vue-nouvelles-annulations

§ A ne pas rater, en Ukraine, un spectacle étrange detranges-images-sur-le-sable

§ Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Mon clavier, 6 février

53+01:00p28+01:0002bsam, 06 Fév 2010 17:50:53 +0100+01:00 9,2008

§ l’évolution nécessaire des méthodes de police garde-a-vue-nouvelles-annulations

§ Secret bancaire : l’Allemagne se sert en France L\’Allemagne acquerrait en France des données bancaires suisses

§ A lire de toute urgence : Moreas et sa plaque d’immatriculation  mon-identite-nationale

§ Au secours des étrangers persécutés 421403

§ Roger Bruno-Petit fustige les horribles chroniques de Zemmour sur RTL. Le meilleur moyen ne serait-il pas que de ne plus évoquer ce personnage ? Je me tiendrai désomrais à cette règle, bien que la seule mention de Zemmour provoque immédiatement une avalanche de clics. 1924987_zemmour-sur-rtl-la-loi-veil-etait-un-pis-aller-compassionnel.html#xtor=EPR-275-[NL_732]-20100206-[medias-web]

§ Une plaisanterie encore plus idiote qu’hier : dans sa grande jalousie compétitive envers Obama, notre président adoré aurait dit qu’il n’est pas encore noir, mais qu’il a déjà Bruni.

(C’est pas moi, je le jure !)

§ Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Corse, régionales : vers une défaite des Sarkozystes ?

07+01:00p28+01:0002bven, 05 Fév 2010 11:15:07 +0100+01:00 9,2008

[Nicolas Sarkozy]  a fait le constat, sévère, de l’échec patent de la politique de sa majorité en Corse, particulièrement lorsqu’il a évoqué le Padduc, le PEI et le développement durable. Au point même qu’il a fait en sorte de proposer un autre candidat à la présidence de l’exécutif.

bastia-paul-giacobbi-nicolas-sarkozy-a-reconnu-que-son-equipe-a-failli

Avec ce constat spectaculaire dans une longue interview publiée ce matin dans Corse-Matin, Paul Giacobbi se pose en leader de la gauche. Bien décidé à remporter la victoire. Contrairement aux impressions données lors du récent voyage entrepris par le Président en Corse, le leader du PRG ne paraît guère disposé à rejoindre la majorité présidentielle. Ceci malgré les divisions persistantes et récurrentes entre les divers groupes politiques qui se revendiquent de la gauche et/ou du nationalisme.

Pourtant, selon mes informations – tirées de source sûr à Ajaccio – Mon Président a multiplié les gestes et les efforts pour s’approcher d’un consensus qui permettrait à l’UMP et à ses alliés de remporter une nouvelle fois la victoire aux Régionales. Un interlocuteur de haut niveau m’a même précisé que tout le monde avait été frappé par le calme raisonnable qui caractérisait l’attitude du Président, contrairement à sa fébrilité habituelle. En vérité, il a même multiplié les gages en direction des Nationalistes modérés d’Inseme, sans pour autant évoquer des questions essentielles telles que l’identité et la langue.

L’impression qui prévaut aujourd’hui que malgré les divisions susmentionnées, l’actuelle majorité UMP du Conseil régional risque d’être balayée.

« Les Corses, me dit-on, sont assoiffés de changement. »

Malgré les réserves du maire de Bastia, Emile Zuccarelli, le grand gagnant de l’opération serait de toute façon Giaccobi : si la gauche et les nationalistes modérés réussissent à constituer une majorité, Giaccobi revendiquera la prsidence de l’Assemblée régionale. Si la droite gagne,  Nicolas Sarkozy lui proposera de toute façon un ministère. Qu’il a d’ailleurs refusé il y a quelques semaines, mais qu’il pourrait quand même accepter dans le futur. Ce serait un des plus beaux scalps de gauche pour la ceinture du Président.

Les plus absents du débat sont paradoxalement les tenants du FLNC et de ses avatars lointains, qui se plaignent des Nationalistes modérés, accusés d’avoir déserté le combat !

Précision utile

Je suis désolé de ne pouvoir citer ma source, mais je peux vous garantir que mon interlocuteur a assisté de près à toutes les étapes du voyage, me confirmant en particulier la mauvaise humeur du Président à l’encontre de sa propre majorité.

Mon clavier, 5 février

35+01:00p28+01:0002bven, 05 Fév 2010 10:29:35 +0100+01:00 9,2008

§ Les perspectives des Régionales en Corse corse-regionales-vers-une-defaite-des-sarkozystes

§ La dernière plaisanterie en vogue : Nicolas (Sarkozy) blanchit, Carla brunit. Aïe !

§ L a France enverra environ 80 soldats supplémentaires en Afghanistan, pas des combattants mais des formateurs pour aider  l’armée afghane, a déclaré vendredi Hervé Morin, à l’issue d’une réunion avec ses homologues de l’OTAN à Istanbul. Et l’OTAN cherche des sous pour financer ses opérations en Afghanistan

§ La cour d’appel d’Amiens (Somme) a condamné vendredi les six salariés de Continental à des amendes de 4.000 et 2.000 euros pour le saccage de la sous-préfecture de Compiègne (Oise) en avril 2009. Ils avaient été condamnés en première instance à des peines de trois à cinq mois de prison avec sursis, cette peine n’a pas été maintenue en appel.

§ Moindre progression du chômage aux USA. Pourquoi Wall Street n’aime pas ? usa-la-courbe-du-chomage-sinflechit-2

§ Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Sarkozy : réformer à tout va, mais le tout va ne va pas bien

43+01:00p28+01:0002bjeu, 04 Fév 2010 13:43:43 +0100+01:00 9,2008

La réformite aigüe du Président se heurte à de terribles obstacles. Sans parler des « habitués de la grève » comme à la SNCF, en matière judiciaire, face aux perspectives d’une profonde refonte de la procédure pénale, la grogne secrète des magistrats, et pas seulement de gauche. Pour les plus récalcitrants, comme à Paris, on les prive de travail intéressant. On les punit.Ce n’est pas forcément la bonne manière.

Pas plus que l’idéologue ultra libéral  Fillon n’avait besoin d’annoncer pour les fonc tionnaires des mesures suggérant que la fonction publique pourrait voir intégrer les mesures de licenciement. Rare maladresse à un mois des Régionales.

Les policiers viennent de manifester leur mauvaise humeur lors des élections professionnelles.

Haïti : pire qu’Hiroshima

44+01:00p28+01:0002bjeu, 04 Fév 2010 12:49:44 +0100+01:00 9,2008

Le bilan du tremblement de terre de Port au Prince est plus lourd que celui de l’explosion nucléaire qui a ravagé Hiroshima. « Plus de 200.000 » Haïtiens ont perdu la vie, a annoncé le Premier ministre Jean-Max Bellerive, révisant à la hausse un précédent bilan de 170.000 morts. Il a également parlé de 300.000 blessés et annoncé que 4.000 personnes avaient été amputées à la suite de la catastrophe.

« C’est un désastre au niveau planétaire », a-t-il jugé, affirmant cependant que « le gouvernement a toujours été en prise avec les événements et contrôle la situation ».

Polices municipales : manif

19+01:00p28+01:0002bjeu, 04 Fév 2010 12:33:19 +0100+01:00 9,2008

Les policiers municipaux veulent plus de sous. Ils ne se contentent pas de réclamer plus de pouvoir afin d’être alignés sur la police nationale.

La FNPM, syndicat majoritaire, réclame un alignement des grilles indiciaires sur celles de la police nationale.

Les policiers municipaux sont appelés à manifester jeudi 4 février en début d’après-midi dans 22 villes françaises. Des manifestations sont notamment prévues à Lyon, Nantes, Versailles, Bobigny, Nîmes et Tours à l’appel du Syndicat national des policiers municipaux (SNPM-CFTC, majoritaire).

« Les policiers municipaux sont au bout du rouleau, mais le ministère de l’Intérieur fait la sourde oreille à nos demandes et refuse de négocier », s’insurge Frédéric Foncel, vice-président du SNPM. « Nous espérons que 4.500 à 7.000 fonctionnaires descendront dans la rue ».

Mon clavier, 4 février

25+01:00p28+01:0002bjeu, 04 Fév 2010 12:00:25 +0100+01:00 9,2008

§ La réformite aigüe ne passe pas sarkozy-reformer-a-tout-va-mais-le-tout-va-ne-va-pas-bien

§ Régionales : forte poussée de la gauche prévue par les sondages. Et le voyage en Corse de Mon Président Sarkozy ne paraît pas avoir été très utile : il n’a pas obtenu le ralliement de Giacobbi et des radicaux de gauche. Face à quelques dizaines de manifestants hostiles les 1500 hommes de 15 compagnies de CRS et de gendarmes! Regarder cet excellent reportage vidéo de Corse Matin, dont le contenu ne correspond pas du tout au titre rencontre-politique-le-president-a-seduit-les-elus-avec-de-la-matiere-et-du-contenu

§ Encore de la colère, les policiers municipaux polices-municipales-manif

§ Grippe A : moins de 5% de la population a été vaccinée, des dizaines de millions de doses vaccinales vont partir à la poubelle. Les laboratoires peuvent remercier Roselyne Bachelot et ses « experts en catastrophe » ! vaccination-l-echec-a-mediter-par-gerard-bapt_1298460_3232.html

§ Banques suisses, les soucis des « épargnants » secrets allemands suisse-banques-inquietudes-allemandes

§ Haïti : pire qu’Hiroshima. haiti-pire-quhiroshima Et, après le cataclysme, la faim et la colère haiti-la-population-affamee-s-en-prend-aux-autorites_846453.html

§ Un terroriste bavard usa-un-terroriste-bavard-vient-au-secours-de-barack-obama

§ Round-up de l’année : Lien pour le premier semestre bilan-sarkozy-1er-semestre-2009. Lien pour le deuxième semestre bilan-2009-2%C2%B0-semestre

§ Et ne vous privez pas de lire :

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël. Avec le récit détaillé de l’affaire Clearstream. Et de l’affaire Farewell, de première main, là aussi.
  • Nuits bleues ou la saga d’un fugitif, roman nuits-bleues-la-saga-dun-fugitif. Toujours en consultation libre. Version modifiée le 18 novembre 2009.
  • “La Sérénade italienne” Comme le livre est désormais en vente, j’ai retiré la page de consultation gratuite. Autopub : Vous pouvez  le commander ( payant) sous forme de livre papier, sur  http://www.lulu.com/fr . Malheureusement, en raison de frais d’envoi élevés puisque l’impression est effectuées à Raleigh, Caroline du Nord, aux Etats-Unis, le livre est un peu cher. J’ai reçu mon deuxième exemplaire. Belle édition, mais je n’en suis pas encore satisfait. Je devrai donc réaliser une troisième édition, en espérant qu’elle sera la bonne. Je vous informerai quand ce sera finalisé.

Sardaigne : un jour de colère

22+01:00p28+01:0002bjeu, 04 Fév 2010 10:27:22 +0100+01:00 9,2008

Notre amie Christina Bianca Troncia, ardente avocate des Sardes, nous rappelle dans une proclamation enflammée que demain…

… Vendredi 5 février 2010, la Sardaigne sera totalement paralysée : commerces fermés, écoles et lycées fermés dont les directeurs et professeurs seront également dans la rue, tous syndicats confondus, membres du diocèse dans la rue avec le peuple sarde suite à l’appel du Pape, services des trains et bus (sauf ceux réservés aux manifestants qui descendront sur Cagliari pour participer à la manifestation !), activités des aéoroports perturbées (des manifestants occuperont certainement les pistes pour empêcher les avions d’atterrir !), personnels hôteliers et restaurations, etc.

Le peuple sarde dans une unité solide et totale sera dans les rues et notamment à Cagliari (et dans d’autres grandes villes, où des cortèges seront organisés pour ceux qui ne pourront se déplacer jusque dans le Sud de l’île !) où les organisateurs attendent plus de 30 milles personnes, travailleurs accompagnés de leur famille mais aussi tous les représentants des partis politiques tous bords confondus, les représentants de l’institut d’éducation, les représentants du diocèse, les hauts représentants des associations des régions et des communes (ANCI et UPS) !

Le cortège partira à 10 heures du centre de Cagliari, la capitale de l’île, avec le slogan «  »Lavoro, sviluppo, autogoverno, dalla crisi alle opportunità » (Travail, développement, auto-gouvernance, de la crise à l’opportunité),
La plupart des journaux régionaux sardes dont leurs journalistes seront parmi les manifestants, annoncent également un piquet de grève en soutien total au peuple sarde !

La grève générale de 2002 n’ayant pas abouti à des résultats concrêts suite aux propositions déposées, il est à craindre que demain, la colère sourde du peuple sarde n’éclate au cours de cette journée !!!

GAV – toujours la polémique, et des contre vérités

44+01:00p28+01:0002bmer, 03 Fév 2010 15:08:44 +0100+01:00 9,2008

Mise à jour à 16 h 30

Sur les questions des conditions dans lesquelles se déroulent les gardes à vue, Marc Louboutin entend remettre les choses au point. Ancien officier de police, Louboutin est aujourd’hui journaliste. Je reprends les termes de son communiqué, tout en exprimant quelques réserves quant au contenu, car les témoignages sont trop nombreux pour être tous fantaisistes.

Paris le 3 février 2010. Communiqué de presse du Blog de Police. (Communauté totalement indépendante de plusieurs milliers de policiers – et aussi de citoyens – pour un débat concret sur la sécurité publique et la réalité du métier des forces de l’ordre.)

Dignité des gardes à vue : Non, les policiers ne pratiquent pas de « fouilles anales » contrairement à ce qu’affirment certains avocats !

Les policiers lecteurs du Blog de Police ont suivis (en direct, en différé ou en podcast) avec attention l’émission « C dans l’air » sur France 5, animée par  Yves Calvi, le 2 février 2010 dont le thème était «  Police de gauche, PV à droite ».

Etaient invités à débattre sur les thèmes des quotas statistiques, de la politique du chiffre dans la police et de la problématique des gardes à vue : Maître Christian Charrière-Bournazel, Bâtonnier de l’Ordre des avocats du barreau de Paris, Maître Eric de Caumont, Avocat spécialisé en droit de l’automobile, Monsieur Christophe Soullez, Criminologue, Chef de division de l’Observatoire national de la délinquance et Nicolas Comte, secrétaire général du syndicat Unité-SGP-FO.

Le présent communiqué n’a pas pour but de revenir sur l’ensemble de ce débat, notant tout de même que quelques absurdités ont été citées sans aucun rapport avec la réalité des faits ; Non, Monsieur Calvi, les automobilistes auteur d’un excès de vitesse à 52 km/h pour 50 autorisés ne sont pas mis en garde à vue !

Le débat sur le mode procédural du déroulement des gardes à vue en France, et de son adéquation avec les décisions européennes est évidemment légitime, et à ce titre, il est normal, en ces temps d’examen de la réforme de cette mesure que les avocats, garants des droits des droits des mis en cause, interviennent pour exprimer leurs points de vue.

Pour autant, des accusations graves et totalement diffamatoires ont été portées lors de cette émission à l’encontre des policiers chargés de la gestion des gardes à vue par Maître Eric de Caumont, et cela à deux reprises.

Non, les « fouilles anales » ne sont pas JAMAIS pratiquées lors des mesures de gardes à vue.

Qu’est-ce qu’une « fouille anale » si l’on s’en tient aux propos de Maître Charrière-Bournazel, intervenant à grands renforts médiatiques lors de la garde à vue de sa consoeur Maître Wassermann et dénonçant, avec force,  déjà, de telles pratiques, sur France Info, propos repris dans le journal le Monde daté du 16 novembre 2009 ?

Extrait(1) : « Christian Charrière-Bournazel, bâtonnier, a raconté sur France Info que Caroline Wassermann », … « avait été convoquée au commissariat de Meaux (Seine-et-Marne) sous le prétexte d’un problème personnel. « Elle a été menottée, elle a été mise nue, on lui a mis un doigt dans l’anus. On la traite comme la dernière des dernières des dernières au mépris du respect de la personne humaine le plus élémentaire », a-t-il déclaré. »

Accusation diffamatoire, mensongère et totalement dénuée de fondement.

Maître Wasserman avait d’ailleurs démenti ces propos lors de ses interviews à ce sujet. (Le Parisien du 17 novembre 2009 (2) : « Contrairement à ce que le bâtonnier de Paris affirmait hier, l’avocate reconnaît que «personne» ne lui a pratiqué d’examens approfondis »)

Maître Charrière-Bournazel, évidemment, à notre connaissance, ne s’est jamais pour autant exprimé publiquement sur le caractère mensonger des accusations graves de traitement inhumain qu’il avait prononcé à l’encontre des policiers dans cette affaire.

Prenant le relais de ces accusations diffamatoires pour les forces de l’ordre, approuvé par les hochements de tête du bâtonnier des avocats de Paris, Maître Eric de Caumont, réitérait hier de telles accusations en racontant la garde à vue d’un de ses clients dont il aurait été avisé le matin même de l’émission « C dans l’air »

(3)« Il a eu le droit également à la fouille anale. Est-ce que c’est indispensable à la sécurité tout court ou à la sécurité routière tout court de faire une fouille anale pour quelqu’un qui a pris un verre de trop ? »

Puis plus tard, répondant à Monsieur Soulez qui justifiait le retrait des ceintures et cravates pour des raisons de sécurité des personnes retenues.

(4)«Et la fouille anale, c’est pour sa sécurité aussi ? »

Les lecteurs du Blog de Police ont été nombreux à réagir à ces propos qui ne sont ni plus que moins de ces accusations de « viols »( au sens propre du terme) qui seraient pratiqués par les fonctionnaires de police de manière habituelle lors des mesures de sûreté des personnes gardées à vue, qui évidemment se verraient pratiquées de telles intrusion contre leur gré.

Non, contrairement à l’appel à la mémoire collective que souhaitent évoquer ces avocats, les cellules de gardes à vue en France ne sont pas comparables à des « annexes » de la prison d’Abu Ghraïb !

Les fonctionnaires de police, dans leur immense majorité, appliquent à la lettre les instruction de la circulaire ministérielle du 11 mars 2003 concernant le déroulement et la dignité des gardes à vue.

Et si les « mises à nu » sont encore trop nombreuses, contrairement à ces instructions, la question objective à se poser n’est pas la responsabilité des simples gardiens de la paix, mais l’abandon parfois de ces derniers par la chaîne hiérarchique face à des responsabilité de sécurisation dont ils ne doivent être que les exécutants et non les uniques responsables en tant que « fusibles ».

  • Les lecteurs du blog de police demandent donc :     Au deux avocats précités : de prouver leurs assertions et  à défaut et concernant particulièrement le bâtonnier des avocats de  Paris, au minima, de présenter ses excuses pour ses accusations graves et non fondées d’après sa cliente elle-même.
  • Au Ministre de l’Intérieur : conformément à son devoir de défense des fonctionnaires de police sous sa responsabilité en cas d’accusation injustifiée, de réagir fermement à ces accusations diffamatoires laissant penser que les policiers se livrent habituellement à des fouilles intimes forcées lors des mesures de gardes à vue, d’engager une politique déterminée de communication sur la réalité du métier des forces de l’ordre en se rapprochant des policiers et gendarmes exerçant au quotidien les missions de sécurité publique. Et également de rappeler, une fois de plus, mais de manière non dérogatoire et très formelle, l’application des instructions ministérielles du 11 mai 2003 en responsabilisant fermement l’ensemble de la chaîne hiérarchique et non seulement les simples exécutants.

Marc Louboutin est Administrateur-créateur du Blog de Police marclouboutin@gmail.com 06 10 86 29 08

Sources :

(1) http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/16/le-batonnier-de-paris-denonce-la-garde-a-vue-d-une-avocate_1268067_3224.html

(2) http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/polemique-apres-la-garde-a-vue-d-une-avocate-parisienne-a-meaux-17-11-2009-714864.php

(3) http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1360&info=invites (time code vidéo des propos : 42’03’’)

(4) http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1360&info=invites (Time code vidéo  des propos :45’17 ‘’)

Précisions

Marc Louboutin apporte quelques précisions, concernant e particulier les raisons pour lesquels le « doigté » ne doit pas être utilisé : il s’agit au sens strict d’un viol, susceptible de poursuites comme tel. Mais, dit Marc, les gardiens de la pais ne se lanceraient de toute façon pas dans cette pratique car elle est très préjudiciable à l’hygiène, et, en tout état de cause, mentionnée de façon espresse dans les PV d’interrogatoire. Il demande que des preuves soient apportées d’une telle pratique. D’une façon générale, il impute certains dérapages constatés dans les gardes à vue au manque de formation de très jeunes gardiens, et surtout aux lacunes surprenantes du contrôle hiérarchique. Or un gardien ou un gendarme APJ 20, et même OPJ, ne devrait pas pouvoir gérer une garde à vue hors du contrôle des supérieurs hiérarchiques immédiatement compétents.

People : pourquoi pas de Carla à San Remo

13+01:00p28+01:0002bmer, 03 Fév 2010 14:05:13 +0100+01:00 9,2008

Version complétée à 15 h 30

Voici les paroles de Simone Cristicchi qui ont offusqué Carla Bruni :

« Elle dit quoi Carla Bruni?

Comment s’habille Carla Bruni?

Elle mange quoi Carla Bruni?

Il est sorti le nouveau disque de Carla Bruni?

Elle pense quoi Carla Bruni?

Comment marche Carla Bruni?

Comment se maquille Carla Bruni?

Nous sommes tous plus contents avec Carla Bruni.

Heureusement qu’il y a Carla Bruni »,

chante Simone Cristicchi, brocardant quelque peu la chanteuse « devenue une icône esthétique ». Mais le chanteur italien s’en prend également à Nicolas Sarkozy dans le refrain :

« Nous somme fait comme ça Sarko nò, Sarko si, si on parle de toi, il n’y a pas de problèmes ».

Pas de quoi fouetter un chat, n’est-ce pas ? Parce que, en plus, il faut éviter d’être irrespectueux à l’égard des artistes ?

Et une vision oblique de notre ami psychologue Jean-Pierre V.

Disons que ce texte est très bien écris puisqu’il est ambigü. Au sens premier des mots, on peut croire qu’il fait part des pensées d’un(e) fan de Carla Bruni avec ses questions (comme « Comment s’habille Carla Bruni? »). Du moins, c’est ce qu’on peut penser. Puis apparaissent deux vers qui ne sont plus des questions. Et c’est là que l’ambiguïté apparait dans sa toute splendeur :

<i>Nous sommes tous plus contents avec Carla Bruni. Heureusement qu’il y a Carla Bruni.</i>

C’est peut-être encore la pensée du fan, mais c’est peut-être aussi un renversemen, une ironie car les chances que cela soit réel sont faibles.

<i>Nous sommes tous plus contents avec Carla Bruni.</i>

heu? non, les socialistes ne diront pas ça, ainsi que tous ceux que la muse de notre président n’amuse pas. Donc la phrase est fausse, naturellement et évidemment fausse. Comme cela n’a pu échapper à l’auteur, le lecteur comprend que c’est ironique et que c’est la vanité ou l’orgueil du sujet qui est visé. Maintenant, allons plus loin ! Pourquoi cette ambiguïté sinon aussi pour pointer du doigt une autre ambivalence, visiblement internationalement connue ? En effet, à voir notre bon président et ses ministres annoncer de nouvelles lois qui existent déjà, nous avons l’image qu’ils veulent se donner : des sortes de supermen indispensables (alors,

« heureusement qu’ils sont là » et <i>Heureusement qu’il y a Carla Bruni</i>)

mais il y a aussi la réalité (qui tendrait à nous faire part de leur absence de jugement). Cette ambivalence entre cette volonté de se mettre en avant et le vide de leur décision (ou compétences), c’est la chanson que nous offre le gouvernement depuis un temps. Et finalement, le sujet visé par la chanson participe à ce mécanisme tout en en profitant. L’attaque est rude, mais intelligente. Il n’y a pas diffamation puisque c’est un fan qui parle ! Du moins, c’est sans doute la défense possible. Par contre, la réponse de la dame en question est moins intelligente car elle ne répond pas dans ce même mode de l’ambiguïté. Quant à savoir si c’est mérité, chacun répondra…