Archive for the ‘International’ Category

Haïti : pire qu’Hiroshima

44UTCp28UTC02bThu, 04 Feb 2010 12:49:44 +0000UTC 9,2008

Le bilan du tremblement de terre de Port au Prince est plus lourd que celui de l’explosion nucléaire qui a ravagé Hiroshima. « Plus de 200.000 » Haïtiens ont perdu la vie, a annoncé le Premier ministre Jean-Max Bellerive, révisant à la hausse un précédent bilan de 170.000 morts. Il a également parlé de 300.000 blessés et annoncé que 4.000 personnes avaient été amputées à la suite de la catastrophe.

« C’est un désastre au niveau planétaire », a-t-il jugé, affirmant cependant que « le gouvernement a toujours été en prise avec les événements et contrôle la situation ».

Sardaigne : un jour de colère

22UTCp28UTC02bThu, 04 Feb 2010 10:27:22 +0000UTC 9,2008

Notre amie Christina Bianca Troncia, ardente avocate des Sardes, nous rappelle dans une proclamation enflammée que demain…

… Vendredi 5 février 2010, la Sardaigne sera totalement paralysée : commerces fermés, écoles et lycées fermés dont les directeurs et professeurs seront également dans la rue, tous syndicats confondus, membres du diocèse dans la rue avec le peuple sarde suite à l’appel du Pape, services des trains et bus (sauf ceux réservés aux manifestants qui descendront sur Cagliari pour participer à la manifestation !), activités des aéoroports perturbées (des manifestants occuperont certainement les pistes pour empêcher les avions d’atterrir !), personnels hôteliers et restaurations, etc.

Le peuple sarde dans une unité solide et totale sera dans les rues et notamment à Cagliari (et dans d’autres grandes villes, où des cortèges seront organisés pour ceux qui ne pourront se déplacer jusque dans le Sud de l’île !) où les organisateurs attendent plus de 30 milles personnes, travailleurs accompagnés de leur famille mais aussi tous les représentants des partis politiques tous bords confondus, les représentants de l’institut d’éducation, les représentants du diocèse, les hauts représentants des associations des régions et des communes (ANCI et UPS) !

Le cortège partira à 10 heures du centre de Cagliari, la capitale de l’île, avec le slogan «  »Lavoro, sviluppo, autogoverno, dalla crisi alle opportunità » (Travail, développement, auto-gouvernance, de la crise à l’opportunité),
La plupart des journaux régionaux sardes dont leurs journalistes seront parmi les manifestants, annoncent également un piquet de grève en soutien total au peuple sarde !

La grève générale de 2002 n’ayant pas abouti à des résultats concrêts suite aux propositions déposées, il est à craindre que demain, la colère sourde du peuple sarde n’éclate au cours de cette journée !!!

Anti-terrorisme : derrière la colère d’Obama

36UTCp31UTC01bWed, 06 Jan 2010 14:48:36 +0000UTC 9,2008

Le Président Barack Obama s’est fâché « blanc de fureur et dans le calme absolu » contre les services de renseignement américains. Malgré la puissance de leurs moyens ils n’ont pas été capables de détecter Umar, le petit Nigérian qui avait caché des explosifs dans son slip, alors que le jeune homme avait été amplement signalé tous azimuts.

Cette affaire nous révèle que les services américains n’ont toujours pas surmonté une de leurs tares fondamentales : l’absence de coordination, l’absence de communication entre les services et les hommes ; en bref l’incroyable pesanteur qui caractérise l’administration américaine. Pas seulement en matière de renseignement, au demeurant. Il suffit de passer une seule fois une frontière pour se rendre compte de cette pesanteur, la procédure est tatillonne et lente. Par exemple, les Services américains semblent toujours incapables de résoudre le problème de la transcription des patronymes exprimés en arabe.

C’est pour les Américains une vieille histoire : déjà, à l’époque des grandes vagues d’immigration, ne comprenant pas la mécanique de formation des noms étrangers, les agents de l’immigration attribuaient n’importe quel patronyme approximatif aux immigrants dont ils n’assimilaient pas le patronyme d’origine. Un exemple parmi d’autres : le patronyme hongrois Kertesz a été transcrit en Curtiss. Eh oui : les parents du comédien Tony Curtiss se sont appelés Kertesz dans un autre temps, dans un autre continent. Alors, Omar, Umar, Oumar… Allez savoir. Pourtant il serait nécessaire de comprendre pour agir.

Malgré la multiplication presque à l’infini de ses moyens, la CIA semble incapable d’assumer son rôle centralisateur, de coordinateur. D’organe de synthèse. On l’avait observé à propos des attentats du 11 septembre 2001, on se retrouve devant la même configuration. L’Agence et la NSA ont accumulé d’énormes masses d’informations, plus de 500 000 signalements, à ma connaissance. Elle semble incapable de les gérer. D’expérience, d’ailleurs, comme le fait avait été démontré en Allemagne au temps de la Fraction Armée Rouge, le gigantisme fait mauvais ménage avec l’efficacité. Apparemment, les Services US ont oublié cette leçon fondamentale.

Il est inutile de multiplier les mesures de contrôle à l’entrée et à la sortie des USA si elles ne sont pas connectées à des banques de données efficaces, je le répète. Les contrôles apparaissent comme des vexations inutiles pour les « gens honnêtes » sans pour autant servir !

Avec des moyens très inférieurs et en quantité et en qualité, finalement la France s’en tire mieux, car nos services « d’information » allient un recueil de renseignement important à une bonne connaissance des phénomènes politiques que l’on qualifie de terrorisme.

Apparemment, les tares sont particulièrement spectaculaires dans les services de renseignement US en Afghanistan.

les-services-de-renseignement-americains-pries-de-se-reformer-en-afghanistan_1287904_3216.html#xtor=EPR-32280229-[NL_Titresdujour]-20100106-[zoneb]

A Jérusalem, le grand rabbinat contre le père Noël !

23UTCp31UTC12bTue, 29 Dec 2009 08:06:23 +0000UTC 9,2008
Le Figaro du 24 décembre nous révèle que le Grand Rabbinat d’Israël a déclaré la guerre contre les père Noël Noël.
Un de mes excellents correspondants a repéré cette information plutôt cocasse, nous donnant ce commentaire.
Pour que ce journal, peu enclin à l’anti judaïsme primaire, écrive ce papier il faut que l’évènement soit fort de café.
Je résume et simplifie :
Chaque année aux approches de Noël là-bas, les hôtels, restaurants, et autres lieux publics rivalisent de sapins, boules, pères Noël, etc., et horreur suprême même à Jérusalem.
Ils viennent d’être avertis par le grand rabbinat national qu’ils avaient intérêt à s’abstenir de toute décoration non kasher, cet avertissement étant accompagné de la menace de rendre publique la liste des établissements qui ne se soumettraient pas à cette interdiction, aux fins de boycott.
En plus ils se verraient retirer leur certificat de  »cacherout » ce qui les obligerait à fermer, étant dans l’impossibilité d’accueillir des habitants pratiquants (pro ou anti père Noël : ce n’est pas précisé dans leur note)  –  idem pour la Saint Sylvestre, ( lui aussi pas très kasher).
Mais, cerise amère sur le gâteau des lobbyistes locaux anti Noël, le ministère des affaires étrangères israélien s’est assuré, comme chaque année, que les milliers de diplomates en poste dans le pays reçoivent bien un sapin avant l’arrivée du père Noël !!!
No comment supplémentaire.

J’ajoute quand même mon grain de sel. J’ai toujours entendu ma mère, qui était une catholique super pratiquante, pester tous les ans contre ces simagrées de Père Noël et Cie dans lesquelles elle discernait une résurgence des temps païens. Toutefois, comme elle était lorraine, elle ne voyait aucun inconvénient à nous distribuer des petits cadeaux – essentiellement des friandises et du pain d’épice – le jour de la St Nicolas dont nul n’ignore qu’il est en fait la figure « catholicisée » du Santa Klaus d’Europe du Nord, lui-même à l’origine du mythe du Père Noël.


Copenhague : la Berezina de Sarkozy et de l’Europe

26UTCp31UTC12bSun, 20 Dec 2009 08:02:26 +0000UTC 9,2008

Copenhague : Barack Obama a donné le dernier coup de collier, mais Nicolas Sarkozy n’a pas été admis aux ultimes tractations : aïe ! Lui qui se voulait le nouveau champion mondial de l’environnement.  260183

Il se confirme que Mon Président et l’Union européenne ont été écarté du groupe des cinq « grandes nations ». En revanche le Pdt Lula da Silva a pu contresigner le texte. Ensuite tout le monde s’est envolé en vitesse. Obama parce qu’une tempête menaçait Washington ! copenhague-laccord-des-cinq copenhague-proche-du-fiasco_837279.html

Les Européens ont finalement dû accepter un accord a minima dont ils ne voulaient surtout pas, un accord qui ne reprend ni l’objectif d’une réduction globale de 50% des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050, ni l’idée d’une organisation mondiale de l’environnement. Ce revers collectif pour l’Union européenne est aussi un revers personnel pour Nicolas Sarkozy et, dans une moindre mesure, pour le Premier ministre britannique Gordon Brown, qui se sont beaucoup impliqués dans la quête d’un accord ambitieux.

Le président français avait tapé du poing sur la table jeudi pour réclamer une réunion de crise des principaux dirigeants de toutes les régions du monde pour débloquer les négociations.

C’est lui qui avait fait le forcing, lors de la présidence française de l’UE en 2008, pour que les 27 adoptent un « paquet énergie-climat » censé en faire les pays les plus vertueux de la planète en matière de développement durable. Le président français a multiplié ces dernières semaines déplacements et rencontres pour constituer un front commun UE-pays pauvres et émergents face aux Etats-Unis et à la Chine.

Camouflet supplémentaire: les 193 pays participants se sont bornés samedi à « prendre note » sans l’entériner de « l’accord de Copenhague« , scellé la veille en réunion restreinte de crise.

La stratégie d’alliance de la France et de l’UE avec les pays africains, certains grands émergents comme le Brésil et le Mexique, les pays les plus pauvres d’Asie comme le Bangladesh et les petits Etats insulaires, n’a pas résisté au refus de la Chine et de l’Inde d’accepter un accord contraignant.

Pire, c’est le président américain Barack Obama, dernier arrivé à Copenhague et longtemps accusé d’être un frein à un tel accord, qui a pu se présenter vendredi en sauveur du sommet.

Le peuple suisse souverain : un exemple ?

52UTCp31UTC12bMon, 14 Dec 2009 16:33:52 +0000UTC 9,2008

On ne cesse plus de parler de la Suisse… Après le referendum sur les minarets, qui a provoqué des torrents de commentaires en France, voici que la liste « secrète » des 3000 contribuables français, devenue pour l’occasion la liste des 4000, et même, selon certaines versions la liste des 130 000 (!) replace au premier plan le secret bancaire suisse. Et conduit à une nouvelle interrogation d’importance : l’accord franco-suisse d’entraide judiciaire pour la levée du secret sur les comptes en banque devra-t-il être soumis à referendum ? Rien d’impossible, surtout quand l’avenir économique de la Suisse est suspendu à cette empoisonnante question du secret bancaire.

Un de mes fidèles lecteurs tient à éclairer le recours au referendum en Suise, et même à le célébrer… A vous de fixer votre opinion.

Les habitants de cette Confédération (citoyens de leur ville) ont cette chance et ce privilège d’appartenir à un peuple dirigeant, alors que nous pauvres Européens sommes des dirigés.

A mon avis c’est très gratifiant qu’aucune décision importante : impôts, prix de la benzine, nouvelles lois, engagements internationaux, etc., ne puisse être prise, tant par les autorités fédérales que cantonales, sans l’approbation de leurs concitoyens.

Mieux, l’initiative des lois leur appartient par voie référendaire populaire, nationale ou cantonale, et comme le dit Köppel (Frankfurter  Allgemeine Zeitung ) << Les initiatives et les référendums, les droits élémentaires du peuple, sont l’épée de Damoclès des citoyens contre la classe politique >.

Combien de lois absurdes, d’impôts injustes, d’engagements dangereux nous auraient été évités  si il nous avait été demandé au préalable notre avis. Mais les hommes politiques seuls ont le droit exorbitant de décider à notre place, selon leurs lubies, leurs idées fixes, la pression des lobbies, de tout ce qui est important : lois, dépenses, emprunts, justice, enseignement, etc.

Alors que les journalistes et les commentateurs en France s’autocensurent sous peine de crime de lèse majesté, que nous sont imposés le ‘’ politiquement  correct ’’, le ‘’ bien pensant ‘’, les sujets tabous, les questions qui fâchent, les pays, les régimes, et leurs dirigeant à ménager, chez eux (comme dans les pays anglo-saxons), ils écrivent, disent ce que bon leur semble, sans qu’il leur soit reproché d’appeler un chat un chat.

Quand je vois ce qui est possible et normal ailleurs, je m’insurge contre le fait que nous soyons infantilisés, dépossédés de nos possibilités de choix, traités comme des débiles. Pour les sujets importants de gouvernance, comme par hasard, légalement  nous ne sommes pas dignes d’être consultés.

Autre constatation intéressante, le comportement des dirigeants. Il suffit de se référer à l’attitude simple et discrète du Président de la Confédération Hans-Rudolf Merz et à celles de ses prédécesseurs, comparées aux manières ridicules et carnavalesques de Monsieur Bling Bling , de  ‘’ Sua suffisance ‘’ en Italie et de leurs cliques pour savoir où est la dignité.

Il y a un gouffre séparant  une des plus vieilles démocraties de droit du monde (premier acte fondateur en 1291) des régimes pseudo égalitaires, et théoriquement républicains, dont un se pare d’être la Patrie de Droits de l’Homme (de quels droits en fait ?).

Je me souviendrai toujours d’un matin d’automne à Berne en 1999, alors que Ruth Dreyfus était présidente de la confédération ; je l’ai vue sortir à pied du palais fédéral, accompagnée uniquement d’un jeune homme portant une grosse serviette noire. Ils ont pris le tramway quelques minutes après.

Quelle leçon de simplicité et de démocratie pour nos ‘’dirigeants’’ et  pour nous.

Un complément qui est peut être en relation : en Suisse les médecins pratiquent les vaccinations, ce qui évite les dépenses folles dues à des centres de soins concentrationnaires, fonctionnarisés, absurdes, inorganisés, surchargés, aux relents Staliniens. (Bravo Madame la Ministre de la Santé).

Précisons que le/la Président/e de la Confédération helvétique est élu parmi les conseillers fédéraux, et que son mandat est d’un an. Pas un jour de plus.

NBS : succès du No Berlusconi day

25UTCp31UTC12bSun, 06 Dec 2009 07:45:25 +0000UTC 9,2008

Ce samedi soir, France 2 n’a pas consacré une seule image au NBD, le No Berlusconi Day. Et pourtant : des dizaines de milliers de participants, assurément, probablement des centaines de milliers  d’Italiens ont participé à cette manif anti Berlusconi. Et si on s’y mettait comme ça pour protester contre les inconséquences et les incartade d’un certain Nicolas ? Justement, il paraît que c’est sa fête, aujourd’hui !

Avec l’AFP

Un groupe de blogueurs a organisé ce samedi une manifestation à Rome pour demander le départ du chef du gouvernement italien, intitulée No Berlusconi Day, à laquelle ils attendent au moins 350.000 participants, ainsi que plusieurs défilés ailleurs en Italie et dans le monde. Des défilés sont prévus aussi notamment à Londres, Paris et Sydney.

« Il s’agit de la première initiative née de façon totalement autonome sur internet », a expliqué à la presse Gianfranco Mascia, l’un des coordinateurs du mouvement www.noberlusconiday.org (surnommé NBD), lancé début octobre par une demi-douzaine de blogueurs.

Le but du « No Berlusconi Day » est d’obtenir le départ de Berlusconi du gouvernement et de « débusquer toutes les formes de +berlusconisme+ » pour les dénoncer, a souligné Gabriella Magnano, une autre coordinatrice.

Les organisateurs ont affirmé être indépendants de tout parti, ne bénéficiant que d’une aide logistique de certains, et n’acceptant la participation de personnalités politiques qu’à titre personnel.

« Le nombre n’est pas l’essentiel car notre objectif est surtout d’informer les citoyens qui n’ont pas accès à internet », a souligné M. Mascia.

A l’issue du défilé, les manifestants porteurs d’un objet violet (« seule couleur encore libre ») écouteront des prises de parole sur le poids du « berlusconisme » dans la culture, la justice, l’éducation, l’entreprise, la vision du rôle des femmes, avant un concert.

Le Prix Nobel de littérature Dario Fo témoignera pour le monde du spectacle, un magistrat Domenico Gallo parlera de la justice et des procès en cours contre Berlusconi, un écologiste dénoncera le Pont sur le détroit de Messine (sud), d’autres la situation des immigrés.

Les organisateurs du NBD ont dit « respecter » le vote populaire qui a porté de nouveau Berlusconi au pouvoir en avril 2008 mais ont estimé que cette victoire était uniquement due à « l’anomalie italienne où un seul homme contrôle trois télés privées et tout le réseau public ».

Renseignement, polémique Europe-France

29UTCp31UTC12bThu, 03 Dec 2009 12:33:29 +0000UTC 9,2008

Renseignement : pour la France, pas de service européen

Jacques Barrot, Vice-Président de la Commission européenne, chargé de la justice, des libertés et de la Sécurité. milite pour la création d’une banque de données européenne sur le renseignement. La « communauté » française du renseignement voit là une tentative pour créer un Service européen du renseignement : la France ne veut pas en entendre parler.  Utiliser la communauté Swift pour suivre les mouvements bancaires suspects ; communautariser le question du Droit d’asile – les pays ne peuvent s’en tirer de façon isolée – ; développer la politique de sécurité européenne à travers le programme de Stockholm, tels sont les principaux points du programme qu’ambitionne de mettre en oeuvre Jacques Barrot, Lors d’une intervention devant les auditeurs de l’INHES, il a souligné que la mise en application du traité de Lisbonne allait permettre d’importantes avancées en matière de sécurité. Il plaide pour une politique de renseignement mutualisée, en clair sous la houlette de la commission européenne.

Cette prise de position semble relever de la langue de bois… Il n’en est rien : Barrot a soulevé à cette occasion un gros débat politique qui reste ignoré. La Communauté européenne doit-elle prendre en charge toutes les questions de sécurité ? Et de façon plus précise doit-elle fonder et développer un service de renseignement général qui relèverait directement de la Commission ?

Ce ne serait pas totalement illogique dans la mesure où l’Europe mène en son nom propre des opérations dites de maintien de la paix. Notamment en Bosnie avec l’Eufor, en Géorgie l’an passé : dans ces deux pays sont toujours présentes des forces relevant directement de l’Europe.

 » En vérité, me confie-t-on dans ce milieu très fermé, les lacunes du renseignement européen sont apparues l’an passé avec le conflit géorgien, le fait accompli imposé par les Russes a pris tout le monde à contre pied. D’où l’idée de développer un service européen de type militaire, dans la même ligne d’action que Pierre Joxe quand il a créé la DRM, Direction du renseignement militaire, après la guerre du Golfe en 1991″.

Dans la logique de cette initiative, les services de renseignement civils des Etats membres entreraient dans le giron de cette « super CIA » européenne. Gilles de KERCHOVE, le coordinateur de la lutte anti-terroriste en a exprimé le besoin. A Bruxelles est déjà opérationnelle une « salles de crise »  pour faciliter l’échange d’informations entre les pays membres.

« Pour autant, souligne mon informateur, il paraît impossible d’aller jusqu’à un Service européen, dans la mesure où le traité de Lisbonne reconnaît de façon explicite que le renseignement relève exclusivement du domaine régalien. Mais il est vrai que nous sommes maintenant loin des attentats du 11 septembre 2001, la nécessité d’un renseignement européen beaucoup plus opérationnel s’impose avec acuité. Cet d’autant plus important que l’hyper légalisme du Pdt Barack Obama impose de nouvelles contraintes que doivent affronter les services européens ».

« Mais, pour le moment, il n’est pas question pour la France d’accepter l’existence d’un service européen placé au dessus des services nationaux. L’Allemagne et la Grande Bretagne sont sur la même ligne ».

Donc on milite pour une meilleure qualité du renseignement, mais pas au plan supranational.

Obama pousse les feux en Afghanistan, tout en promettant la paix

13UTCp31UTC12bWed, 02 Dec 2009 11:58:13 +0000UTC 9,2008

Mon blog associé au Monde étant en panne, je rapatrie ici les billets concernant la politique extérieure, en particulier américaine.

On attendait avec impatience le discours du Pdt Obama devant les « cadets » de West Point. Il a tenu ses promesses en annonçant l’envoi de 30 000 GI’s supplémentaires en Afghanistan. Tout en réclamant 10 000 soldats de plus fournis par les alliés de l’OTAN ( dont 1500 pour la France). Et en promettant le début d’un retrait du pays pour le printemps 2011. On peut toujours rêver/

Avec le NY Times

President Obama announced Tuesday that he would speed 30,000 additional troops to Afghanistan in coming months, but he vowed to start bringing American forces home in the middle of 2011, saying the United States could not afford and should not have to shoulder an open-ended commitment.

Doug Mills/The New York Times

Promising that he could “bring this war to a successful conclusion,” Mr. Obama set out a strategy that would seek to reverse Taliban gains in large parts of Afghanistan, better protect the Afghan people, increase the pressure on Afghanistan to build its own military capacity and a more effective government and step up attacks on Al Qaeda in Pakistan.

“America, we are passing through a time of great trial,” Mr. Obama said. “And the message that we send in the midst of these storms must be clear: that our cause is just, our resolve unwavering.”

The military escalation Mr. Obama described and defended in his speech to a national television audience and 4,000 cadets at the United States Military Academy here, the culmination of a review that lasted three months, could well prove to be the most consequential decision of Mr. Obama’s presidency.

In his 33-minute address, he sought to convince an increasingly skeptical nation that the resurgence of the Taliban in Afghanistan and the continued existence of Al Qaeda across the border in Pakistan — what he called a “cancer” on the region — were direct threats to the United States, and that he could achieve the seemingly contradictory goals of expanding American involvement in the war even as he sought to bring it to a close.

The scene in the hall was striking and somber: row after row of cadets, in their blue-gray uniforms, listening intently to a strategy that could put many of them in harm’s way. “If I did not think that the security of the United States and the safety of the American people were at stake in Afghanistan, I would gladly order every single one of our troops home tomorrow,” Mr. Obama said.

Commentaire

Pour le moment, malgré de beaux mots, notre Président Sarkozy reste très réservé quant à l’accroissement de la participation française. Il ne peut ignorer que l’opinion publique de notre pays est d’une façon générale très hostile à l’engagement en Afghanistan. Le ton fort critique d’une conférence de presse tenue hier sur bfm TV par les familles des soldats français tués en Afghanistan est à cet égard symptomatique. Le Président français sait pertinemment que l’engagement français à Kaboul sera aussi un gros enjeu pour les prochaines Régionales.

Afghanistan : Obama plonge plus profond

02UTCp31UTC12bTue, 01 Dec 2009 09:44:02 +0000UTC 9,2008

Mon blog Le Monde ne fonctionnant pas ce matin, je replace ici mon information de politique étrangère, en attendant le retour à la normale.

Malgré l’hostilité de l’opinion publique américaine, dans un discours prononcé à l’Académie militaire de West Point, Barack Obama va confirmer cet après midi (pour la France, ce matin pour les USA) l’envoi de nouvelles troupes en Afghanistan.
Avec le NY Times

President Obama issued orders to send about 30,000 additional American troops to Afghanistan as he prepared to address the nation Tuesday night to explain what may be one of the most defining decisions of his presidency.

Mr. Obama conveyed his decision to military leaders late Sunday afternoon during a meeting in the Oval Office and then spent Monday phoning foreign counterparts, including the leaders of Britain, France and Russia.

Robert Gibbs, the White House press secretary, declined to say how many additional troops would be deployed, but senior administration officials previously have said that about 30,000 will go in coming months, bringing the total American force to about 100,000.

On top of previous reinforcements already sent this year, the troop buildup will nearly triple the American military presence in Afghanistan that Mr. Obama inherited when he took office and represents a high-stakes gamble by a new commander in chief that he can turn around an eight-year-old war that his own generals fear is getting away from the United States.

The speech he plans to deliver at the United States Military Academy at West Point at 8 p.m. ( 13 h GMT) will be the first test of his ability to rally an American public that according to polls has grown sour on the war, as well as his fellow Democrats in Congress who have expressed deep skepticism about a deeper involvement in Afghanistan.

Belgique, Alexandre, mort subite : un prince s’en va

20UTCp30UTC11bMon, 30 Nov 2009 18:19:20 +0000UTC 9,2008

Alexandre, demi-frère du roi Albert de Belgique, s’en est allé, emporté à 67 ans par une embolie pulmonaire . Il était né en 1942, d’un deuxième mariage du roi Léopold avec Lilian de Rethy. De ce fait il ne pouvait prétendre entrer dans l’ordre de succession du trône.
En 1991, il a épousé en Angleterre Léa Wolman mais leur mariage, qui n’était pas apprécié par la princesse Lilian, n’a été rendu public qu’en juillet 1998. Le couple n’a pas eu d’enfant.

Renseignement : pour la France, pas de service européen

39UTCp30UTC11bMon, 30 Nov 2009 17:38:39 +0000UTC 9,2008

Jacques Barrot, Vice-Président de la Commission européenne, chargé de la justice, des libertés et de la Sécurité. milite pour la création d’une banque de données européenne sur le renseignement. La « communauté » française du renseignement voit là une tentative pour créer un Service européen du renseignement : la France ne veut pas en entendre parler.  Utiliser la communauté Swift pour suivre les mouvements bancaires suspects ; communautariser le question du Droit d’asile – les pays ne peuvent s’en tirer de façon isolée – ; développer la politique de sécurité européenne à travers le programme de Stockholm, tels sont les principaux points du programme qu’ambitionne de mettre en oeuvre Jacques Barrot, Lors d’une intervention devant les auditeurs de l’INHES, il a souligné que la mise en application du traité de Lisbonne allait permettre d’importantes avancées en matière de sécurité. Il plaide pour une politique de renseignement mutualisée, en clair sous la houlette de la commission européenne.

Cette prise de position semble relever de la langue de bois… Il n’en est rien : Barrot a soulevé à cette occasion un gros débat politique qui reste ignoré. La Communauté européenne doit-elle prendre en charge directement toutes les questions de sécurité ? Et de façon plus précise doit-elle fonder et développer un service de renseignement général qui relèverait directement de la Commission ?

Ce ne serait pas totalement illogique dans la mesure où l’Europe mène en son nom propre des opérations dites de maintien de la paix. Notamment en Bosnie avec l’Eufor, en Géorgie l’an passé : dans ces deux pays sont toujours présentes des forces relevant directement de l’Europe.

 » En vérité, me confie-t-on dans ce milieu très fermé, les lacunes du renseignement européen sont apparues l’an passé avec le conflit géorgien, le fait accompli imposé par les Russes a pris tout le monde à contre pied. D’où l’idée de développer un service européen de type militaire, dans la même ligne d’action que Pierre Joxe quand il a créé la DRM, Direction du renseignement militaire, après la guerre du Golfe en 1991″.

Dans la logique de cette initiative, les services de renseignement civils des Etats membres entreraient dans le giron de cette « super CIA » européenne. Gilles de Kerkove, le coordinateur de la lutte anti-terroriste en a exprimé le besoin. A Bruxelles est déjà opérationnelle une « salles de crise »  pour faciliter l’échange d’informations entre les pays membres.

« Pour autant, souligne mon informateur, il paraît impossible d’aller jusqu’à un Service européen, dans la mesure où le traité de Lisbonne reconnaît de façon explicite que le renseignement relève exclusivement du domaine régalien. Mais il est vrai que nous sommes maintenant loin des attentats du 11 septembre 2001, la nécessité d’un renseignement européen beaucoup plus opérationnel s’impose avec acuité. Cet d’autant plus important que l’hyper légalisme du Pdt Barack Obama impose de nouvelles contraintes que doivent affronter les services européens ».

« Mais, pour le moment, il n’est pas question pour la France d’accepter l’existence d’un service européen placé au dessus des services nationaux. L’Allemagne et la Grande Bretagne sont sur la même ligne ».

Donc on milite pour une meilleure qualité du renseignement, mais pas au plan supranational.

Pour Barrot le problème de l’immgration doit être communautaire

59UTCp30UTC11bMon, 30 Nov 2009 08:14:59 +0000UTC 9,2008

Pour Jacques Barrot, la politique d’immigration doit être communautaire. Et la France est à côté du sujet. Lors d’un diner débat organisé vendredi par l’Association des auditeurs de l’INHES ( qui devient désormais INHES-J), le vice-Président de la Commission euréopéenne, chargé des questions de sécurité, a prononcé un long plaidoyer pour une meilleure prise en compte dans la politique d’immigration de la question cruciale du Droit d’asile : nous devons partager entre tous les pays européens la charge du droit d’asile, on n peut l’écarter.

S’engageant d’une façon plus générale, il a estimé que la définition de la politique d’immigration ne peut être laissée à un seul pays.

//

Cette référence à la politique française était sans nuance, exprimée dans un langage d’une rare franchise.

Prise de vue : Ph.Madelin

Un vrai Président européen : une révolution profonde

20UTCp30UTC11bFri, 20 Nov 2009 07:50:20 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Comme prévu, le premier Président européen, pour une durée de deux ans et demi, sera Premier ministre belge, Herman Von Rompuy. Pour le poste de haut représentant pour les Affaires étrangères de l’UE a été désignée  commissaire européenne au Commerce, Catherine Ashton. Elle siègera au sein du collège des commissaires européens en tant que vice-président.

Ils formeront un trio à la tête de l’UE avec le Portugais José Manuel Barroso, qui a été reconduit en septembre pour cinq ans à la tête de la Commission européenne.

Secret Sarkozy : pourquoi un voyage non officiel en Arabie saoudite ?

51UTCp30UTC11bThu, 19 Nov 2009 10:20:51 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Lors d’un voyage éclair et privé en Arabie saoudite, hier, le Président Sarkozy a obtenu la libération d’un franco-algérien Ould-Aissa Charef . Sous l’accusation de terrorisme, Ould-Aissa Charef était détenu en Arabie saoudite depuis octobre 2008.

Mais question : pourquoi le Président s’est-il rendu en voyage « non officiel » en Arabie saoudite alors qu’il envoyait Carla au Qatar ? Serait-ce le début d’une nouvelle diplomatie ultra secrète prenant la place de la diplomatie bling bling ultra visible ? Et donnerait-il à Carla le rôle dévolu naguère à Cecilia, lorsqu’elle s’est rendue en Libye pour finaliser la libération des infirmière bulgares ?

Le roi Abdallah et le Président Sarkozy hier

At the farm of the monarch in Al-Janadriya on the outskirts of the city of Riyadh, theKing Abdullah bin Abdulaziz Al Saud ,  » Custodian of the Two Holy Mosques  » and President Nicolas Sarkozy of the French Republic held a bilateral meeting this evening.
During the meeting, they continued discussions on the issues raised at a meeting co-chaired by themselves with the participation of the two countries » delegations earlier this evening.

Le quotidien Saudi Gazette nous en dit un peu plus :

In a visit billed as more personal and aimed at tightening bonds, the two leaders are expected to review key regional political issues, with the impasse over Palestinian-Israeli peace talks at the top of the list.
“The priority is to restart as soon as possible the peace process,” Sarkozy told Arabic language newspaper Al-Riyadh in an interview published Tuesday.
“It is urgent because the current deadlock plays into the hands of extremists and each day the chance of peace is slipping away a little,” he said.
Also on the agenda is a French-Saudi agreement on peaceful nuclear cooperation, which officials on both sides say is pending final reviews and could be signed within a few months.
“President Sarkozy’s visit to Saudi Arabia, his third since 2008, is aimed more at strengthening personal bonds with King Abdullah,” an official told the Saudi Gazette.
Sarkozy did not bring any of his ministers or delegates with him, apparently preferring an understated, personal approach to the discussions on the Middle East, Iran’s nuclear program and bids by French companies for major Saudi development projects.

A propos de Claude Levi-Strauss … 

26UTCp30UTC11bWed, 11 Nov 2009 12:10:26 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Texte d’un long commentaire sur Claude Levi-Strauss par Sidney Touati pour Guysen International News 3 novembre 2009 23:11

CLaude Lévi-strauss et l’Islam

Claude Lévi-Strauss, le seul «Immortel » à avoir franchi la barre des cents ans, s’est éteint ce mardi 3 novembre 2009. Lévi-Strauss était la dernière grande figure de l’humanisme français. Sa mort nous donne l’occasion de redécouvrir l’œuvre d’un des plus grands penseurs du XXème siècle et notamment son œuvre la plus célèbre « Tristes tropiques ». L’ouvrage a été publié en 1955 et  a connu un retentissement mondial.

Le grand ethnologue français fait un compte rendu passionnant de son itinéraire personnel et professionnel étroitement lié aux grands évènements qui ont marqué le XXème siècle. Claude Lévi-Strauss termine sa longue traversée des civilisations, par une réflexion sur la rencontre des différentes grandes cultures  en un même lieu, le site de Taxila. En cet endroit, tout à fait exceptionnel, « pendant quelques siècles, trois des plus grandes traditions spirituelles de l’Ancien Monde ont vécu côte à côte : hellénisme, hindouisme, bouddhisme…A l’exception de la chrétienne, toutes les influences dont est pénétrée la civilisation de l’Ancien Monde sont ici rassemblées. Et conclut Lévi-Strauss : Où, mieux qu’en ce site qui lui présente son microcosme, l’homme de l’Ancien Monde, renouant avec son histoire, pourrait-il s’interroger ? ». (1)

L’auteur se penche sur ces grandes civilisations, leur relation tumultueuse, et  en tire des conclusions qui éclairent la situation qui est la notre aujourd’hui. On ne peut qu’être frappé par la lucidité, la clairvoyance, la franchise qui imprègnent ses propos. Cette lecture vivifiante nous rappelle qu’il y a un temps pas si lointain, où la pensée critique pouvait s’exprimer librement dans notre pays et aborder tous les sujets. Elle nous fait prendre conscience, symétriquement, d’un combat pour la liberté de penser que nous avons quasiment perdu. Nous allons tenter ici, en rappelant ces quelques remarques de Lévi-Strauss sur l’Islam, de surmonter cette terrible défaite dont nul n’ose dire le nom ; montrer que l’esprit libre peut encore se manifester ; dépasser l’abdication honteuse et sombre dans laquelle la plupart de nos « élites » se complaisent.

 

En se promenant à travers les siècles et les civilisations, Lévi-Strauss se demande pourquoi cette séparation Orient-Occident. Comment expliquer cette terrible rupture qui a plongé le monde dans une spirale de guerre et de destruction? « Que serait aujourd’hui l’Occident si la tentative d’union entre le monde méditerranéen et l’Inde avait réussi de façon durable ? » (p. 458) Qu’est-ce qui a rendue impossible cette union ? La réponse est claire, c’est l’Islam. Le pessimisme de Lévi-Strauss est cependant nuancé ;   la scission n’est pas totalement accomplie. Il est encore possible de faire tomber la barrière que l’Islam a dressée entre l’Orient et l’Occident. (p. 470)

Lévi-Strauss nous confie « C’était surtout l’Islam dont la présence me tourmentait ». Il évoque ce qui lui semble être  la contradiction majeure de cette religion « l’Islam me déconcertait par une attitude envers l’histoire contradictoire à la nôtre et contradictoire en elle-même : le souci de fonder une tradition s’accompagnait d’un appétit destructeur de toutes les traditions antérieures » (p.459)

Cette attitude trouve son accomplissement dans la destruction en 2001 par le régime des Talibans, des bouddhas de Bâmiyân. Mais on la retrouve également dans la destruction par le régime Saoudiens des mosquées datant de la période ottomane ou dans la destruction de toutes les synagogues laissées aux palestiniens lorsque Israël a évacué la bande de Gaza.

L’Occident possède, lorsqu’il est en accord avec ses racines,  le souci de restituer le passé, d’en conserver les vestiges, quelles que soient les civilisations dont il s’agit. La diversité du passé est perçue comme une richesse. La connaissance, la compréhension de l’autre est au fondement même de la culture occidentale. Le Prophète  préconise certes la « tolérance » mais explique Lévi-Strauss, cette exigence place les musulmans dans une situation de crise permanente : « en fait, le contact des non-musulmans les angoisse » (page 463) Ils se sentent en danger lorsqu’ils sont confrontés à « d’autres genres de vie, plus libres et plus souples que le leur, et qui risquent de l’altérer par la seule contiguïté » (p.464).

Ce constat explique sans doute le véritable état de panique qu’expriment ceux que l’on appelle « intégristes » lorsqu’ils évoquent l’Occident et ses « mœurs corrompues ». Il suffit d’écouter les formules incantatoires du Président iranien, de prendre la mesure de la spirale du renfermement dans laquelle le monde arabo-musulman est engagée, pour mesurer à quel point le mode de vie occidental  est perçu comme une menace permanente dont il faut se protéger, se couper, diaboliser et in fine, agresser par une propagande lancinante.

Lévi-Strauss qualifie l’Islam de « Grande religion qui se fonde moins sur l’évidence d’une révélation que sur l’impuissance à nouer des liens au dehors » (p.466) Les chiffres concernant la publication et les traductions de livres étrangers, principalement occidentaux, confirment ce terrible jugement. Très peu de textes sont traduits en langue arabe. L’autarcie, le renfermement sur soi semblent être la norme d’un monde qui vit son rapport à la modernité sous l’angle de la défaite et de l’humiliation. Singulier contraste qui oppose la bienveillance universelle du bouddhisme, ou l’exigence chrétienne de dialogue, à l’intolérance musulmane. Ils (les musulmans) sont,  précise Lévi-Strauss,  « incapables de supporter l’existence d’autrui comme autrui. Le seul moyen pour eux de se mettre à l’abri du doute et de l’humiliation consiste dans une « néantisation » d’autrui… » (p.467)

N’est-ce pas très exactement la conduite adoptée par les kamikazes islamistes ces dernières années ?  Viser à la « néantisation » de ce qu’il leur apparaît comme « autrui ». Mais dans ce processus de renfermement, on assiste à une sorte de dislocation de l’Islam ; au développement d’un processus d’intériorisation de la haine qui se déplace et oppose ses différents courants. Ce sont des musulmans qui meurent de plus en plus, victimes de leur propre fanatisme.

 

 

 

« Tout l’Islam semble être, en effet, une méthode pour développer dans l’esprit des croyants des conflits insurmontables, quitte à les sauver par la suite en leur proposant des solutions d’une très grande (mais trop grande) simplicité. »(p.464)

Pour illustrer cette propension, Lévi-Strauss cite l’exemple du rapport à la femme. Comme beaucoup d’autres, le musulman est tourmenté par la question de la fidélité de ses épouses ou de ses filles. Mais à la différence des maris jaloux occidentaux qui inventent moult stratagèmes pour résoudre cette lancinante question, l’Islam préconise une solution très simple (trop simple ?) pour remédier à cette angoisse  : il suffit de voiler les femmes, de les cloîtrer. Puis, du voile passer à la « burkah moderne, semblable à un appareil orthopédique.. »(p.465)

Mais cette solution n’en est pas une car « la barrière du souci s’est seulement déplacée, puisque maintenant il suffira qu’on frôle votre femme pour vous déshonorer, et vous vous tourmenterez plus encore. » (p.464)

Ainsi, d’un même mouvement, on fait de l’adultère un drame absolu auquel seul une solution d’une absolue simplicité peut faire face. Mais le problème demeure entier.

Dès les années cinquante, Lévi-Strauss prend conscience du grand péril qui menace notre culture. Pour lui, la défaite de l’Occident est un fait qu’il constate depuis la lointaine époque des Croisades. Les chrétiens ont été battus par les musulmans non seulement au plan militaire, mais également au plan spirituel. Les chrétiens ont en effet emmené de leur lointaine expédition en terre d’Islam l’esprit guerrier, les valeurs « viriles » d’une société coupée des femmes : « Que l’Occident remonte aux sources de son déchirement : en s’interposant entre le bouddhisme et le christianisme, l’Islam nous a islamisé… »

L’Occident s’est mis à ressembler à l’Islam. A compter du retour des croisades, en même temps qu’elle se militarise, la société occidentale exclut de plus en plus les femmes. La conséquence la plus dramatique de ce mimétisme : « C’est alors que l’Occident a perdu sa chance de rester femme »

Nous commencions à peine, après des siècles obscurs, à sortir du carcan d’une société coupée en deux, dans laquelle hommes et femmes vivant séparés, sont violemment opposés dans des rapports où la force domine.

Le nouveau contact avec l’Islam va-t-il conduire à une seconde défaite de l’Occident, cette fois définitive ?

 

 

 

(1) Toutes les citations sont issues de l’édition « Tristes Tropiques » publiée par Plon, collection Terre Humaine, 1955

Présentation de cette agence par l’éditeur :

Guysen International News est une agence de presse indépendante de toute tutelle politique ou autre. Elle s’oppose au terrorisme, et à toute manifestation de racisme, d’islamophobie, d’antisémitisme ou de judéophobie. Elle fournit à ses lecteurs l’essentiel des événements au Moyen-Orient. Son objectif est de défendre également la francophonie par la publication d’articles et de dossiers qui ont été pensés et écrits en français. Son équipe éditoriale est composée de journalistes et d’experts en diverses disciplines : économie, politique, médecine, etc. Elle rassemble des défenseurs de la démocratie et conçoit les rapports humains fondés notamment sur la réciprocité du respect.

 

Afrique, Rwanda : histoire d’un embastillement

54UTCp30UTC11bSat, 07 Nov 2009 15:52:54 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

A la suite de recherches approfondies, j’ai pu rédiger cette enquête consacrée à la situation singulière d’un citoyen rwandais, Alfred Kalisa, « embastillé » depuis plusieurs années, sans doute pour éviter qu’il ne prenne une place trop importante sur l’échiquier politique à Kigali, la capitale du Rwanda. Ce qui nous ramène vers ce petit pays d’Afrique centrale dont les décisions souvent très contestables de ses dirigeants ne cessent d’empoisonner toute cette région des Grands lacs africains. Il suffit d’observer la carte pour comprendre que le Rwanda occupe une position stratégique clé dans cette région continent africain.

(more…)

US – La tragédie de Fort Hood va exciter les arabophobes

55UTCp30UTC11bFri, 06 Nov 2009 09:14:55 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

La tragédie dans la base militaire de Fort Hood, au Texas, risque de déchaîner les invectives des arabpphobes. L’unique tireur identifié est en effet un psychiatre militaire, major ( commandant), musulman d’origine palestinienne, Nidal Malik Hasan. Il a été blessé au cours de l’affrontement.

Les motivations du meurtrier ne sont pas encore bien identifiées. Selon les uns il aurait été profondément frappé par sa prochaine mutation en Irak. D’autres sources non contrôlées indiquent en revanche que dans un mail récent il aurait manifesté l’intention de commettre un attentat-suicide.

USA : Le bilan contrasté de Barack Obama

24UTCp30UTC11bWed, 04 Nov 2009 11:00:24 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Deux échecs électoraux s’expliquent par le bilan constrasté du Président Barack Obama au bout d’un an à la Maison Blanche. Il semble avoir du mal à tenir ses promesses de campagne.

  • Guantanamo et les prisons spéciales de la CIA

Il a signé la fermeture du camp. Mais elle se révèle très difficile car personnes ne veut accueillir certains prisonniers. Aucune information pertinente sur les autres « prisons de la CIA »

  • politique CIA

Reprise en main complète du système de renseignement US qui est rentré dans l’orbite présidentielle.

  • politique étrangère : G 20, l’Europe, Israël, l’Iran,
  • Ici encore bilan contrasté. Si la présence américaine au G20 a donné un nouveau poids à cette réunion des chefs d’Etat, sur le terrain, pas encore de résultats décisifs. Des avancées en matière de climat, mais modestes.
  • L’Europe semble un peu le cadet des soucis d’Obama qui regarde à peine Sarkozy. On va voir ce que donnera l’émergence de l’Europe en tant que puissance mondiale après la mise en vigueur du Traité de Lisbonne le 1er décembre.
  • L’OTAN reste toujours sous strict contrôle américain.
  • Israël : des avancées très modestes sur le plan des colonies. Déception des Israéliens, habitués à un soutien américain inconditionnel. Le « discours du Caire » dans lequel Obama a prôné la réconciliation avec le monde musulman a fortement inquiété Israël.
  • Afghanistan, Irak

Position prudente et attentiste d’Obama. La réduction d’effectifs a commencé en Irak, mais en Afghanistan situation se rapproche de plus en plus du bourbier. « Indécision’ d’Obama, manifestation de sa pratique « participative » qui exige de longs palabres avant d’avancer vers une décision.

  • Afrique
  • politique économique :

redressement. Comme prévu, lancement d’un plan de redressement extrêmement coûteux en subventions, mais apparemment efficace. Mais Obama ne veut pas entrer dans la voie d’un vrai contrôle des pratiques bancaires perverses qui reprennent de plus belle. Plusieurs dépôts de bilan spectaculaire. Mais les résultats en ce début novembre semblent donner raison à sa marche lente. Les grands banques sont sorties du rouge, de même que Ford et General Electric. Le marché de l’immobilier retrouve des couleurs

  • Plan Santé

La grande affaire reste le Plan Santé qu’Obama semble capable de mettre en oeuvre, avec de grandes difficultés dans les deux chambres soumises à un lobbying effréné des sociétés privées d’assurances. Personnellement, il me paraît probable que le Président va parvenir à ses fins, au prix de quelques sacrifices.

  • La révolution vertes en route (avec LePoint.fr)

C’était le 4 novembre 2008. « Je ne sous-estime pas l’énormité de la tâche qui est devant nous », déclarait le nouveau président des États-Unis, Barack Obama, avant de dérouler l’essentiel de son programme . Un an plus tard, le locataire de la Maison-Blanche a entrepris une bonne partie de ses engagements. lepoint.fr fait l’inventaire. Aujourd’hui : le climat.

C’est un projet de loi de 800 pages, qualifié déjà d’historique. Mardi 3 novembre, le Sénat américain a débuté l’examen de ce texte relatif aux gaz à effet de serre. L’arrivée d’un tel document devant le Congrès peut s’apparenter à une victoire pour Barack Obama. Alors que l’administration Bush n’a eu de cesse d’exclure toute loi sur le réchauffement climatique , la nouvelle équipe gouvernementale a pris à bras le corps ce sujet sensible dans un des pays les plus pollueurs au monde. L’objectif de Barack Obama est ambitieux : la réduction de 20 % des gaz à effet de serre d’ici à 2020. Une première étape puisque son programme électoral préconise une réduction de 80 % d’ici 2050.

Ce bilan en demi teintes, très conforme au caractère du personnage, déçoit ceux qui attendaient « tout, tout de suite ».

Brésil : témoignage sur la sécurité à Rio

46UTCp31UTC10bFri, 23 Oct 2009 16:22:46 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

A la suite des récents affrontements sanglants entre gangs et policiers à Rio, j’ai demandé à mon ami Jacques d’Adesky, professeur dans l’enseignement supérieur brésilien, de nous communiquer une analyse de la question de sécurité à Rio. Vous allez voir que ce n’est pas simple !

Concernant la situation de la sécurité à Rio, ce sont des gangs qui contrôlent les favelas pour faire du business. La police généralement les rançonnent pour se faire un magot à la fin du mois. La guerre du trafic est avant tout une affaire entre les gangs qui se proposent d’augmenter leurs territoires géographiques et opportunités de vente. En matière de sécurité ça ne pose en principe pas de problème pour la Coupe du Monde ou pour les Jeux Olympiques. Il suffit de les laisser faire leur commerce de marijuana et cocaïne dont la clientèle est composée avant tout par la bourgeoisie et classe moyenne de Rio.

Tout serait donc parfait sauf quand les forces de sécurité interviennent pour contrer la guerre entre les gangs. Les favelas sont surtout occupées par la population noire et les migrants pauvres qui viennent du Nordeste du Brésil. Ce sont des territoires de tout temps abandonnés par le pouvoir local, ce qui a permis à partir de la décennie quatre vingt l’installation des gangs de drogues qui ont vu là un espace adéquat pour développer leur business.

L’autre question qui est apparue ces dix dernières années, c’est l’arrivée dans les favelas et quartiers pauvres des milices composées par des policiers qui pourchassent les gangs en vue d’établir le commerce illicite des bouteilles de gaz et les connections clandestines aux câbles des chaînes de télévisions cryptées. Ce genre d’affaire rapporte pas mal d’argent, sans oublier que les milices imposent des taxes à la population pour maintenir les gangs éloignés.

La question principale qui se pose aujourd’hui aux autorités est la présence de l’Etat dans les favelas en vue d’éloigner les gangs. Ça veut dire l’installation de postes de police, mais aussi l’urbanisation de ruelles et des égoûts. Il y a maintenant à Rio quelques 5 favelas qui sont occupées par la police et qui bénéficient des équipements urbains. En contrepartie, il résulte de cette politique une augmentation de vols é la tire dans les rues et dans les bus de Rio.

Ce qui manque vraiment au Brésil pour qu’il devienne une grande puissance, c’est la réalisation d’une politique sociale consistante et un fort investissement public dans la qualité de la formation scolaire, mais aussi l’expansion des politiques de discrimination positive pour les afro-descendants et indiens au niveau de l’enseignement supérieur et à l’échelon du marché de l’emploi. Politiques qui sont fondamentales, sans lesquelles la criminalité aura tendance à s’amplifier et les disparités socio-économiques à se maintenir. Il suffit de remarquer la place pitoyable du Brésil dans le classement de l’IDH (Indice de Développement Humain).

Le texte d’origine est en français. Je me suis contenté de le toiletter. Je connais l’auteur depuis de nombreuses années, je l’ai rencontré à Rio pendant un voyage d’étude.