Archive for the ‘social’ Category

Chômage : un paysage contrasté

50+01:00p31+01:0001bjeu, 28 Jan 2010 08:02:50 +0100+01:00 9,2008

Chômage : un paysage contrasté. Le nombre d’inscrits au chômage, sans aucune activité, a baissé en décembre en France métropolitaine de 18.700 sur un mois, pour s’établir à 2,61 millions fin 2009, mais a augmenté de 8.600 avec ceux en activité réduite, à 3,82 millions, a annoncé mercredi le ministère de l’Emploi.

Le nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé dans le mois, à la recherche de tout type de contrat (catégorie A), a baissé de 0,7% sur un mois, à 2.611.700 en métropole. Un repli qu’avait laissé augurer le secrétaire d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez, en parlant mardi d’une « bonne » tendance. Lundi soir, sur TF1, le président de la République Nicolas Sarkozy, avait assuré que les Français verraient « reculer le chômage » dans « les semaines et les mois qui viennent ».

Casse industrielle, GM à Anvers – 2600

44+01:00p31+01:0001bven, 22 Jan 2010 15:22:44 +0100+01:00 9,2008

Horrible déception pour les Flamands belges : General Motors a annoncé ce jeudi la fermeture de son usine Opel d’Anvers, qui emploie 2.600 salariés environ, vraisemblablement en juin ou juillet et, de toute façon, avant la fin de l’année. Cette fermeture affectera en outre  5.000 salariés chez les sous-traitants.

Cette fermeture s’inscrit dans un plan de restructuration plus large : la filiale européenne de General Motors compte supprimer 8.300 emplois (sur 50.000 au total) et réduire d’un cinquième ses capacités en Europe. Si l’ensemble des sites Opel et Vauxhall seront affectés, c’est l’usine d’Anvers, où était assemblée l’Astra, qui paiera le plus lourd tribut.

social : de nouveau des dirigeants séquestrés

32+01:00p31+01:0001bjeu, 21 Jan 2010 12:09:32 +0100+01:00 9,2008

Avec Le Nouvel Obs

Quatre dirigeants du groupe métallurgique suédois Akers se préparaient à passer la nuit de mercredi à jeudi 21 janvier dans leur usine de Fraisses dans la Loire. Ils y sont retenus depuis la mi-journée par la majorité des 120 salariés.
Les négociations entre la direction d’Akers, un des principaux fabricants mondiaux de cylindres de laminoir, et ses salariés de la région stéphanoise, qui avaient failli aboutir, ont finalement été rompues.

« Nos interlocuteurs sont versatiles, mais je ne leur en veux pas car ce ne sont pas des professionnels de la négociation. Nous attendons le retour demain de Paris des trois délégués syndicaux titulaires pour tenter d’aboutir », a déclaré mercredi soir Laurent Dousselin, directeur du site Akers de Fraisses.

casse industrielle : la santé

21+01:00p31+01:0001bmar, 12 Jan 2010 16:48:21 +0100+01:00 9,2008

Selon la Fédération hospitalière de France, citée par le quotidien Les Echos, les effectifs des hôpitaux publics ont baissé pour la première fois en 2009 depuis au moins 10 ans, avec 1.800 postes de moins – soignants et non soignants.

L’Assistance publique Hôpitaux de Paris prévoit de supprimer un millier de postes en 2010 et plus encore les années suivantes et 900 médecins menacent de démissionner de leurs fonctions administratives si ces chiffres sont maintenus.

Ailleurs, comme à Lyon, Nancy, Le Havre et Caen, les suppressions de postes prévues se comptent par centaines.

Chômage, casse industrielle, ça continue

26+01:00p31+01:0012bven, 25 Déc 2009 12:07:26 +0100+01:00 9,2008

Jeudi 24 décembre le Pôle emploi a publié les chiffres du chômage de novembre. La hausse du chômage a nettement ralenti au mois de novembre en France avec seulement 3100 chômeurs de plus en catégorie A. Le nombre de demandeurs d’emplois a augmenté de 0,1% par rapport à octobre. Sur l’année 2009, la hausse enregistrée est de 22,1%. On dénombre 2.634.400 chômeurs (catégorie A) en France.

Mais le gouvernement se veut prudent, les destructions d’emplois devant se poursuivre en 2010 bien qu’à un rythme atténué. La ministre de l’Economie, Christine Lagarde, a ainsi vu jeudi dans la « hausse contenue » du nombre de demandeurs d’emploi en novembre une « nouvelle encourageante« , mais a estimé que « la tendance à la dégradation de l’emploi devrait se poursuivre pendant encore plusieurs mois« . Et pour le secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, « la crise n’est pas finie mais on est sur le chemin pour en sortir« . Loin de l’enthousiasme un peu forcé du porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre, lequel a estimé que « les chiffres de novembre montrent que le chômage est stabilisé en France« .

Dans le détail, selon les données publiées par le ministère de l’Economie et Pôle Emploi, le nombre de demandeurs en catégorie A, c’est à dire n’occupant aucune activité, a augmenté de 0,1% par rapport au mois d’octobre pour atteindre 2.630.400 en métropole. Pas de quoi pavoiser toutefois : sur un an, l’augmentation est de 22,1%. En ajoutant les demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite (catégories B et C), la progression ressort à 0,7% en variation mensuelle (+26.800 personnes) et à 19,7% d’une année sur l’autre. En comprenant les départements d’outre-mer, le nombre de demandeurs d’emplois en catégorie A, B, C atteint 4.048.600 personnes contre 4.019.700 en octobre et 3.387.200 en novembre 2008.

Malgré un frémissement positif des offres collectées par Pôle emploi et une diminution des inscrits de moins de 25 ans, le gouvernement voit apparaître deux nouveaux points noirs : les seniors et les longues durées. Le nombre d’inscrits de 50 ans et plus a augmenté plus vite en novembre que la moyenne, de même que le nombre d’inscrits depuis plus d’un an. Selon les experts les mouvement est encore ascendant : l’Insee annonce pas moins de 126 000 destructions de postes dans le secteur marchand au premier semestre prochain. Ce qui fera plus de 700 000 emplois évaporés en deux ans.

En outre, être chômeur n’a jamais signifié être indemnisé. Depuis des années, trois chômeurs sur dix n’ont pas de revenu de remplacement, les obligeant à accepter des petits boulots (on les retrouve alors en catégories B et C), selon les associations de chômeurs. Les petits boulots permettent de garder pied dans le marché du travail mais sont aussi un cercle vicieux.

Les services du Pôle emploi, ont calculé que pas moins d’un million de chômeurs arriveront l’an prochain, au bout de leurs allocations. En effet, celles-ci sont versées pas plus de deux ans en moyenne. Comme il est prévu que seule une minorité (27 %, ont calculé les prévisionnistes) pourra toucher l’ASS (allocation de solidarité spécifique), tous les autres basculeront dans la pauvreté.Le nombre de chômeurs ayant épuisé leurs droits à l’assurance chômage atteindra 850.000 cette année, un million en 2010 (après 682.000 en 2008, 718.200 en 2007 et 810.900 en 2006), selon Pôle emploi. Moins de 20% obtiennent l’Allocation spécifique de solidarité (ASS), 450 euros versés par l’Etat sous condition de ressources du ménage.

Et l’apparition du nouveau fichier permettant de recroiser toutes les données des services sociaux aura pour conséquence de voir écartés des indemnisation des dizaines de milliers de « fraudeurs ». Derrière un nom barbare – RNCPS – le répertoire national commun de la protection sociale se cache en fait un outil redoutable. Grâce au croisement de fichiers, l’administration peut désormais obtenir en temps réel toutes les prestations sociales que perçoit un assuré. Si le décret officiel est paru récemment au Journal officiel, la loi qui l’instaurait a été votée voilà trois ans en 2006 ! Concrètement le nouveau répertoire permettra d’interconnecter toutes les personnes résidant en France en matière: de retraite, d’assurance-maladie, d’indemnités chômage, de prestations sociales et de minima sociaux type RSA. Soit 550 milliards d’euros de prestations versées chaque année aux assurés sociaux. Cet outil facilitera le travail de contrôle des agents de l’état. Ainsi à partir du NIR (numéro d’inscription au répertoire national d’identification des personnes physiques) d’un assuré, un agent habilité pourra, par exemple, retracer presque au jour le jour une partie de la carrière d’un futur retraité en recherchant ses périodes d’arrêt de travail dans les bases de données de l’assurance-maladie ainsi que ses périodes de chômage dans les bases de Pôle emploi.

la grève de Radio France

31+01:00p31+01:0012bmar, 22 Déc 2009 17:30:31 +0100+01:00 9,2008

Oublié de me lamenter sur la grève surprise de France Inter, et France Info. Me lamenter pour moi, tout en pensant que les motifs de la grève sont sans doute excellents. Les revendications concernent la « brigade de renfort » dont les agents s’estiment lésés. Ils réclament une augmentation de 200 euros par mois, pour rejoindre le niveau de rémunérations des titulaires. Ces collaborateurs sont chargés du remplacement des techniciens d’antenne au sein des différentes chaînes de Radio France. La grève s’étend ce soir à toutes les chaînes du groupe.

Climat social : ça se détériore franchement

39+01:00p31+01:0012bjeu, 17 Déc 2009 09:21:39 +0100+01:00 9,2008

Ce jeudi a mal commencé pour l’Elysée : plusieurs centaines de membres du syndicat des Jeunes agriculteurs (JA) ont entrepris ce jeudi matin, à 6h45, de bloquer l’entrée principale de l’Elysée ainsi que l’avenue des Champs Elysées. Après s’être retrouvés au milieu de la nuit sur plusieurs lieux de rendez-vous tenus secrets dans tout le nord de la France et de l’Ile de France, les manifestants ont convergé en voiture vers la capitale avant de déposer du foin devant la résidence du président la République.

Cette manifestation surgit alors que s’enlise la grève dans le RER A dans un Paris recouvert d’un manteau de neige qui n’arage pas la ciruclation. Les conducteurs du RER A ferraillent toujours pour obtenir une prime à 100 euros alors que la RATP ne leur en propose que 80 euros. Les « radios publiques » multiplient les reportages consacrés aux usagers mécontents. La situation ne risque guère de s’améliorer en raison d’un nouveau préavis de grève sur l’ensemble du réseau, motivé par le licenciement d’un employé.

Pendant ce temps se poursuit la casse industrielle, malgré les perspectives (annoncées) de reprise. Ainsi, une centaine d’employés de l’enseigne française de prêt-à-porter féminin Pimkie (famille Mulliez) se sont mis en grève mercredi dans le Nord pour obtenir de meilleures indemnités de départ dans le cadre d’un plan social qui prévoit 190 suppressions de postes, a-t-on appris auprès de la CGT.

Les projets contradictoires de l’Etat

53+01:00p31+01:0012bjeu, 03 Déc 2009 09:43:53 +0100+01:00 9,2008

D’une main, le gouvernement affirme vouloir endiguer le chômage, et même développer l’emploi. De l’autre il provoque une hémorragie de fonctionnaires et agents de l’Etat, dans le cadre de sa politique de RGPP, politique de réduction des dépenses publiques.

Ainsi, Eric Woerth va  demander  des efforts d’économies et de productivité aux opérateurs de l’Etat, plus de 600 organismes du service public comme Météo France ou le Centre des monuments nationaux.

« Nous allons réduire leurs dépenses de fonctionnement », annonce-t-il, avançant un objectif de baisse de 10% en trois ans.

Rappelant que les frais de fonctionnement des plus gros opérateurs ont progressé de 10% entre 2007 et 2009 et leurs effectifs augmenté de 6%, M. Woerth annonce le non remplacement d’un départ à la retraite sur deux à partir de 2011, afin de réaliser des gains de productivité de 1,5% par an en moyenne.

Cette nouvelle orientation politique pourrait se traduire par une contraction massive des postes de travail dans ce secteur qui emploi 317 000 agents.

La rémunération au mérite sera par ailleurs généralisée pour les équipes de direction.

En matière d’immobilier, les agents se verront aussi appliquer la règle des 12 mètres carrés par personne, contre 15 à 60 mètres carrés actuellement.

Policiers dans la rue, musées fermés

26+01:00p31+01:0012bjeu, 03 Déc 2009 09:21:26 +0100+01:00 9,2008

Actualisé jeudi à 18v h 43 –

Avec Le Point et l’AFP

Une journée nationale d’action pour manifester « leur immense ras-le-bol », était organisée par l’Union SGP-FO/Unité police, premier syndicat de gardiens de la paix. Donc, des policiers dans la rue pour… manifester. À Paris, Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux, Brest, Strasbourg et dans l’ensemble des villes de France métropolitaine et d’outre-mer, « des centaines d’initiatives spectaculaires seront organisées ». De 2000 à 6000, selon les sources.

Les policiers se sentent « incompris de la part du ministère de l’Intérieur » qui « ne les écoute pas », insiste Gilles Wiart, secrétaire général adjoint du SGP-FO, qui parle d’un « malaise grandissant dans la police nationale ». »Le nombre de blessés augmente dans nos rangs et on nous annonce une baisse des effectifs. De plus, la culture du résultat a des effets néfastes, il y a une pression hiérarchique qui va crescendo, et les collègues en ont ras le bol », explique-t-il.

En ligne de mire des gardiens de la paix, la Révision générale des politiques publiques (RGPP), qui «n’a qu’un but : réduire les dépenses de l’Etat et démanteler les services publics essentiels». En 2010, assurent-ils, «2.000 emplois disparaîtront» dans la police qui «n’aura plus les moyens d’assurer convenablement la sécurité».

On doit en particulier se poser la question de la cohérence entre les déclarations du « tout sécuritaire » et la réalité des budgets.

Mercredi, quelque 400 policiers membres de l’Union SGP-FO/Unité police ont manifesté devant le commissariat central de Toulouse. Un rassemblement avancé d’une journée en raison de la mobilisation des forces de l’ordre à Toulouse à l’occasion du match d’Europa League de football, jeudi, entre Toulouse et le Partizan Belgrade.

Par ailleurs, depuis une dizaine de jours se poursuit la grève des gardiens de musée. Peu suivie, mais qui entraîne de nombreuses fermetures.  Des assemblées générales du personnel doivent décider jeudi de la suite du mouvement.

Le Centre Pompidou, en grève depuis le 23 novembre, est toujours fermé. Il est particulièrement touché par la réduction d’effectifs.

« Le Centre Pompidou, qui est le navire amiral des musées français, avec le Louvre, est un établissement magnifique d’architecture contemporaine, un bâtiment qui a été construit pour accueillir 5 millions de personnes par an, il y en a 3 millions », relève Frdéric Mitterrand, ministre de la Culture. « Il y a un nombre d’agents tel que on peut réorganiser, trouver des économies d’échelle qui font que cette réforme des départs à la retraite soit applicable normalement », a estimé le ministre au sujet du Centre Pompidou.

Sur les 31 musées nationaux en France, six étaient fermés mercredi en raison de la grève, selon la Direction des musées nationaux. Du côté des monuments historiques, six sur 96 étaient fermés en raison de la grève, selon le Centre des monuments nationaux (CMN).

Case chômage : + 2% en octobre

16+01:00p30+01:0011bjeu, 26 Nov 2009 16:53:16 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi et n’ayant pas du tout travaillé pendant le mois d’octobre a augmenté plus fortement en octobre qu’en septembre (+ 2 %).

On repasse désormais la barre des 2,5 millions de chômeurs « complets », et on approche des 5 millions de personne en chômage total ou partiel.

En septembre, le nombre d’inscrits au chômage n’ayant pas du tout travaillé (catégorie A) avait augmenté de 21 600 (+ 0,8 % sur un mois, + 25,1 % sur un an) et de 44 900 (+ 1,2 % sur un mois, + 20,8 % sur un an) en incluant les demandeurs d’emploi avec une activité réduite (catégories A, B, C).

Casse industrielle : manifs chez Alcatel Lucent

55+01:00p30+01:0011bmar, 10 Nov 2009 09:21:55 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Avec les Dernières nouvelles d’Alsace

Alors qu’Alcatel vient de signer un important contrat avec la Chine, les salariés du groupe s’inquiètent et protestent contre 4.000 licenciements projetés.

Manifestations européennes chez Alcatel Lucent aujourd’hui mardi.

Les salariés d’Alcatel Lucent sont invités à se rassembler dans toute l’Europe à l’appel des syndicats pour protester contre le plan en cours de 4.000 suppressions de poste sur le continent au sein de l’équipementier de télécommunications, a-t-on appris lundi de source syndicale.

Le comité de groupe européen a appelé à des rassemblements dans neuf pays : France, Allemagne, Italie, Espagne, Roumanie, Belgique, Pays-Bas, Autriche et Irlande, selon des modalités dont chacun reste libre, a indiqué Bruno Fouarge, élu CFE-CGC au comité de groupe européen et délégué du site d’Illkirch près de Strasbourg.

En France, trois rassemblements de salariés en provenance de divers sites sont prévus à Paris devant le siège de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes, ex-ART), à Rennes (Ille-et-Vilaine) et à Strasbourg, où une délégation se rendra devant le Parlement européen en début d’après-midi afin de souligner la dimension internationale de l’action et les menaces qui pèsent sur tout le secteur des télécoms, a précisé Bruno Fouarge.

Dans ce registre social, des grandes inquiétudes se propagent à propos du devenir de la compagnie aérienne britannique British Airways. Si la situation n’est pas rapidement redressée, la compagnie mythique risque de disparaître. Tout simplement. Premier remède envisagé : des licenciements massifs. Cette forme de gestion est étrange : pour sauver un outil industriel, on commence par le casser !

La Sécu pour les nuls…

04+01:00p31+01:0010bven, 16 Oct 2009 11:00:04 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Billet modifié le 16 octobre, 12 h 43

Michel Laferrière, prof d’économie a tenté de vous expliquer le « trou de la Sécu ». C’est moins compliqué qu’on ne l’imagine !

LE DÉFICIT DE LA SÉCU POUR LES NULS

Le déficit de la Sécurité Sociale est dû à une insuffisance des recettes par rapport aux dépenses. La Palisse n’aurait pas dit autrement !

Globalement, les dépenses augmentent « normalement » avec les progrès médicaux et l’allongement de la durée de vie des Français. C’est, d’ailleurs, plutôt bon signe car elle apporte plus de bien-être. Mais il est vrai qu’un malade mort coûte moins cher à la Sécu qu’un malade que l’on soigne ; une des solutions possibles (qui existe dans d’autres pays et que j’estime intolérable) serait de décider de ne pas soigner certains malades considérés comme trop coûteux. Malheureusement, on commence à appliquer ce principe en France.

Le problème vient donc des recettes qui sont insuffisantes pour faire face aux augmentations normales des dépenses. Cela est dû à plusieurs facteurs :

Des décisions gouvernementales de diminuer les recettes : exonérations importantes de charges sociales pour de nombreuses entreprises.

Des décisions gouvernementales de ne pas lutter efficacement contre le chômage : baisse des crédits à la formation des jeunes, baisse des crédits pour le Pôle emploi qui remplace deux organismes (Assedic et Anpe) mais n’a pas les deux budgets, etc. Or, un chômeur en plus c’est un cotisant en moins.

L’absence de décisions gouvernementales pour trouver des recettes supplémentaires (TVA sociale, augmentation de la CSG pour les revenus de capitaux et les hauts revenus du travail, par exemples).

Le déficit n’est donc pas du tout une fatalité : il est la résultante des actions de notre actuel gouvernement (mais aussi de ceux antérieurs).

C’est donc un choix politique.

Enfin, pour ramener ce déficit à sa juste valeur, le budget de la protection sociale (Sécurité sociale et autres organismes comme la MSA) est de l’ordre de 400 milliards d’euros. Un déficit de 10 milliards d’euros correspond à 2,5 % du budget. Etes-vous capables de prévoir le budget de votre ménage à 2,5 % près ? Si oui, chapeau ! Une « erreur » de 2,5 % est donc tout à fait «normale». Le problème, c’est qu’on nous bassine avec ce déficit pour nous faire avaler des réductions de remboursement, des déremboursements, des augmentations de forfaits hospitaliers, etc. Bref, un démantèlement de notre système de sécurité sociale publique pour nous diriger petit à petit, mais sûrement, vers un système privatisé : Les assurances complémentaires remplacent petit à petit le rôle joué autrefois par la Sécurité Sociale.

La Sécurité Sociale est née après la Seconde Guerre mondiale, alors que la France, ruinée et dévastée, était dans une situation économique catastrophique. Pourquoi, alors que la France s’est fortement enrichie depuis 50 ans, ne serions-nous plus capable de la maintenir, voire de la renforcer ? Economiquement et  techniquement, c’est possible, et on connait les solutions. Il « suffit » de prendre d’autres décisions politiques. Pour preuve, lorsqu’il s’agissait de sauver les banques, « on » a tout de suite trouvé le financement !

Commentaire de Jean-Pierre Vernet

Bien qu’on puisse parfois en douter, je crains qu’il ne faille pas prendre les gouvernements (et celui-ci ne fait pas exception) pour un tas d’imbéciles.

Comme vous le dites, “il suffit de” et la solution est assez simple puisque c’est bien un choix politique.

Alors pourquoi le déficit de la sécurité sociale est-il un refrain qui revient chaque année ?
– Soit parce que le gouvernement fait les mauvais choix politiques chaque année ; mais les faire chaque année, c’est tout de même flirter avec l’amnésie!
– Soit parce que c’est voulu.

Sans vouloir intenter un procès d’intention, on peut tout de même réfléchir sur la récurrence médiatico-politique de cette chanson du trou de la sécu. Comme vous le dites, 2,5% de marge, ce n’est pas nécessairement flagrant. Alors pourquoi ce refrain ?

De mon point de vue, cela ressemble bigrement à de la manipulation. La sécurité sociale est en effet une des rares choses à laquelle les français tiennent et sont donc prêt à faire des sacrifices. Ainsi, l’existence de ce trou (de cette menace envers ce qui est cher aux français) permet au gouvernement de créer de nouvelles taxes ou de prendre des mesures qui dans un autre contexte auraient été bien impopulaires.
On retrouve ce phénomène pour d’autres “trucs” auxquels les français tiennent. Il y a par exemple, l’écologie qui a enfanté de la taxe carbone, etc…
Les choix politiques sont souvent à lire en fonction des valeurs que l’opinion publique proclame avoir. Hélas!

 

Casse industrielle : Sarkozy quand même à Grandange

33+01:00p31+01:0010bjeu, 15 Oct 2009 15:26:33 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mon Président a finalement décidé d’affronter les salariés de Mittal à Grandange. Le président Nicolas Sarkozy a annoncé en début d’après-midi qu’il se rendrait cet après-midi à 15h00 à la mairie de Gandrange (Moselle) pour y rencontrer les représentants syndicaux et la direction de l’aciérie d’ArcelorMittal. Le groupe de Lakshmi Mittal a supprimé 571 emplois en fermant un site Arcelor absorbé en 2006.

La députée PS de Moselle Aurélie Filippetti a qualifié ‘hui la visite-surprise de Nicolas Sarkozy à Gandrange (Moselle) d' »astuce politique » alors qu’on lui avait reproché de ne pas être venu sur le site de l’aciérie lors d’un déplacement en Moselle la semaine dernière.

Témoignage : la volonté du prince et le chômage

07+01:00p31+01:0010bmer, 14 Oct 2009 09:29:07 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

J’ai reçu dans mon courrier le témoignage émouvant de Patricia Poirier, salariée d’une étude d’avoué. Je tiens à le publier.

Salariée depuis 18 ans dans une étude d’Avoué, je vais prochainement me retrouver encore sans emploi.

En 1978, j’ai déjà perdu mon travail, lorsque le gouvernement alors en place a décidé de supprimer l’autorisation préalable de licenciement. J’avais 25 ans, un enfant de 2 ans dont le Papa était décédé pendant ma grossesse. Peu importe, je fut sacrifiée.

Nos dirigeants de l’époque pensait avoir trouvé LA solution qui devait libérer l’emploi. On sais maintenant ce que ca à donné.

Il m’a fallu 5 ans de galère et de petits boulot pour survivre, et avoir enfin l’emploi que j’occupe encore aujourd’hui. Emploi que je pensais stable.

Quelle erreur, sur la volonté D’UN SEUL HOMME, me voilà encore sacrifiée. J’ai aujourd’hui 50 ans, et dans ma petite ville, tout comme dans d’autres d’ailleurs, j’ai peu de chance de retrouver un emploi. Le gouvernement me jette à la rue avec mes presque 2.000 collègues contre de maigres indemnités, alors que j’ai des patrons formidables qui ne demandent qu’à bosser et me faire vivre et continuer à remplir les caisse de l’état avec de la TVA et diverses cotisations.

C’est à ni rien comprendre. Mais c’est la volonté du Prince. Alors qu’importe ! Je serais une nouvelle fois sacrifiée.

Avoués : une disparition programmée

48+01:00p31+01:0010bsam, 10 Oct 2009 10:58:48 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

La profession d’avoué est appelée à disparaître. C’est le souvenir d’un autre temps qui va s’effacer. Et je ne suis pas un nostalgique…

Pour vous informer, voici le texte d’une intervention à l’Assemblée nationale de Michel VAXES. Il est député communiste, républicain, parti de gauche, Département des Bouches-du-Rhône, Groupe de la gauche républicaine et citoyenneCertains de ces professionnels, qui se sont beaucoup démenés dans les journaux, à coups de grands encarts publicitaires.

Fusion des professions d’avocat et d’avoué mardi 6 octobre 2009 – 2ème séance Discussion générale

Monsieur le président, madame la garde des sceaux, mes chers collègues, ce projet de loi illustre parfaitement, et à lui seul, le déséquilibre patent entre les pouvoirs exorbitants de l’exécutif et l’impuissance tout aussi patente du législatif pour l’élaboration de la loi.
Je commencerai par une remarque relative à la méthode. Le Gouvernement s’est abrité derrière la directive « Services » du 12 décembre 2006 pour justifier le bien-fondé de sa réforme. Pourtant, des spécialistes reconnus en droit communautaire ont une analyse opposée à la sienne. Je vous épargnerai leur démonstration, puisque le Gouvernement, la commission des lois et notre rapporteur en ont été destinataires. Je noterai seulement qu’il est bien plus aisé, mais bien moins courageux, de faire endosser à l’Europe la responsabilité d’une réforme qui n’est ni acceptée ni comprise par les premiers intéressés. Si la méthode est éculée, elle n’en est pas moins redoutable : l’Europe a décidé, la France s’incline !
Pour ce qui concerne les priorités du Gouvernement, allons à l’essentiel. Une fois encore, le Gouvernement démontre qu’il n’éprouve aucune gêne pour traiter de manière totalement déséquilibrée les victimes de ses décisions. La suppression de la profession d’avoué touche en effet l’ensemble de l’organisation des études : 433 avoués et 1 852 salariés.
À l’évidence, ce sont ceux qui ont le plus besoin de l’aide du Gouvernement qui sont le plus mal traités par lui : je veux parler des salariés des avoués, et plus spécifiquement des employés non cadres. Selon la CREPA, la Caisse de retraite du personnel des avocats et des avoués, ils seraient 1 687. Ces personnels administratifs sont à 90 % des femmes souvent seules ayant des enfants à charge. Ils effectuent des tâches très spécifiques aux procédures d’appel en matière civile ; leur âge moyen est de quarante-deux ans, et 24 % d’entre eux ont plus de cinquante ans. Pour cette catégorie salariale, à la fois moins diplômée et plus spécialisée dans des tâches juridiques propres à la procédure d’appel, la reconversion professionnelle sera beaucoup plus difficile. Pourtant, le projet de loi ne leur consacre que deux petits articles sur trente-trois ! Ils sont donc les grands oubliés de la réforme, pour reprendre l’expression de Michel Verpeaux, professeur de droit public à l’université de Paris I.
Le devenir des avoués, qui ne comprennent toujours pas la raison de cette réforme et que la disparition de leur profession jette au désespoir, a été, il est vrai, examiné avec une grande attention. Le projet de loi s’attache à garantir leur reconversion professionnelle puisqu’ils pourront exercer les professions d’avocat, d’avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, de notaire, de commissaire-priseur judiciaire, de greffier au tribunal de commerce, d’huissier de justice, d’administrateur judiciaire et de mandataire judiciaire.
La privation de leur droit de présentation sera indemnisée. Cette indemnité, qui s’élevait à 66 % de la valeur de leur office dans le projet de loi initial, a été portée dans un premier temps à 92 % par un amendement gouvernemental. Elle sera à hauteur de 100 % – a-t-on appris ce matin et cela vient d’être confirmé – également grâce à un amendement gouvernemental. Nous nous en réjouissons pour eux, mais vous comprendrez que nous regrettions encore plus que leurs employés n’aient pas été traités avec la même considération.
Pourtant, la suppression de leur emploi sera la conséquence directe d’une décision gouvernementale. Cette perte d’emploi sera d’autant plus traumatisante qu’elle ne sera pas la conséquence d’une faute de leur part. Ils devront changer de métier, avec ce que cela implique, à un certain âge et après une longue expérience, comme perte de repères familiers de travail et comme angoisse.
Leur indemnisation, telle que la prévoyait initialement l’article 14, est une insulte. Quant à leurs possibilités de reclassement, le projet de loi n’aborde même pas ce point. Pour l’indemnisation de leur licenciement économique, le texte prévoyait le double du montant légal fixé par le code du travail, soit, pour un salarié ayant quarante années d’ancienneté, quatorze mois de salaire !
Devant l’iniquité de cette disposition et la colère qu’elle a suscitée, le Gouvernement a revu sa copie, mais l’effort consenti reste décevant, et d’ores et déjà les salariés ont fait connaître leur déception, notamment tous ceux – c’est la majorité – qui ne justifient pas d’une très grande ancienneté et qui seront licenciés.
Concernant leur reconversion professionnelle, le projet de loi est muet. N’escomptons pas que l’ensemble des employés puisse se reconvertir dans les cabinets d’avocats. D’abord parce que le marché est saturé et que cette saturation a été aggravée par la suppression des tribunaux décidée dans le cadre de la carte judiciaire. Ensuite parce que la composition salariale d’une étude d’avoués diffère de celle d’un cabinet d’avocats. Le ratio de salariés par avoué s’élève à 4,95, contre 0,8 pour un avocat.
Or qu’a prévu le Gouvernement pour leur devenir professionnel ? Rien, sinon « un plan de reclassement » qui les mènera de stages en emplois précaires. Le seul engagement concret pris par la nouvelle garde des sceaux, est l’ouverture, dans le projet de budget pour 2010, d’environ 380 emplois qui seront réservés dans les juridictions aux salariés venant des études d’avoués. C’est mieux, mais largement insuffisant et insatisfaisant puisqu’il restera 1 500 salariés qui auront beaucoup de difficultés à retrouver un emploi équivalant à celui que vous leur avez supprimé.
Pourquoi une telle distorsion entre les mesures prévues pour les avoués et celles prévues pour leurs employés? Je souhaite que le Gouvernement réponde à cette question. Ce souhait devrait devenir une exigence de la représentation nationale ; mais en avons-nous encore le pouvoir ? Ligotés par l’article 40, nous sommes empêchés de proposer les amendements que nous aurions pourtant voulu mettre en débat. Le rapporteur lui-même l’a regretté puisque plusieurs de ses amendements se sont vu réserver le triste sort de tomber sous le coup de l’article 40.
Nous aurions par exemple proposé de revoir l’indemnité de licenciement prévue par l’article 14, ce que le Gouvernement a été contraint de faire sans aller jusqu’à ce qui a été consenti aux salariés des commissaires priseurs.
Nous aurions proposé que l’indemnité de fin de carrière soit versée aux salariés des avoués, bien qu’ils ne puissent pas finir leur carrière au sein d’une étude d’avoué, comme ils l’auraient pourtant souhaité.
Nous aurions proposé que les licenciements réalisés depuis l’annonce de la réforme puissent être pris en considération et que les salariés démissionnaires, du fait et depuis l’annonce de la réforme, puissent bénéficier de ces indemnités.
Nous aurions demandé la mise en place d’un système de préretraite pour les salariés de plus de cinquante-cinq ans.
Nous aurions aussi proposé la mise en œuvre du congé de reclassement tel que défini par les articles L.1233-71 à L.1233-76 et R. 1223-17 à R.1233-36 du code du travail.
Nous aurions déposé un amendement visant à une compensation temporaire de la baisse de rémunération dans l’éventualité où un salarié accepterait un emploi moins bien rémunéré, en vertu des articles R.5123-9 et suivants du code du travail.
Nous aurions proposé de voter l’attribution d’une enveloppe budgétaire d’aide à la mobilité géographique, ainsi qu’à la création d’entreprise et à la reconversion des salariés pour des formations qualifiantes.
Nous aurions également demandé une garantie de la Caisse des dépôts et consignations pour les emprunts immobiliers souscrits sans assurance chômage.
Si nous disposions d’un réel pouvoir législatif, voilà ce que nous aurions pu mettre en débat. Ces amendements n’auraient peut-être pas tous été adoptés, mais ils auraient au moins été discutés. Non : nous ne pouvons, malheureusement, que nous en remettre au Gouvernement pour qu’il répare le préjudice subi par les salariés de son fait, en leur donnant les moyens d’une vraie reconversion professionnelle.
Je terminerai cette intervention par un point qui n’est pas mis en avant par le Gouvernement. Dans l’exposé des motifs, un des arguments censé convaincre de l’utilité de cette réforme est l’économie qu’elle présenterait pour les justiciables, car elle réduirait le coût de l’accès à la justice en appel. Pourtant, c’est bien le justiciable qui financera le coût de cette réforme.
En effet, une taxe – qui serait de l’ordre de 85 ou 300 euros selon la juridiction – sera levée à l’ouverture des nouveaux dossiers d’appel. De plus, de l’avis des praticiens, il n’est absolument pas garanti que cette réforme de la représentation devant les cours d’appel représente un gain pour les justiciables.
Madame la garde des sceaux, les améliorations que vous avez proposées par rapport au texte préparé par votre prédécesseur restent insuffisantes, notamment pour les salariés qui ne justifient pas d’une très grande ancienneté, alors qu’ils sont en majorité dans ce cas. Dans ces conditions, nous ne pourrons voter ce texte en l’état. (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR et SRC.)

Sarkozy en Moselle évite Grandange

51+01:00p31+01:0010bjeu, 08 Oct 2009 15:13:51 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Courage, fuyons… En visite en Moselle aujourd’hui, Mon Excellent Président à tous les Français présentera la carte des nouvelles installations militaires dans un département qui va perdre 8000 hommes de garnison.

Mais il évitera de revenir à Grandange, comme promis.

Des ouvriers de l’usine Arcelor-Mittal de Gandrange ont érigé une stèle, mercredi 4 février, à la mémoire des promesses non tenues.

h_9_ill_1150769_8dd1_921542

Guadeloupe – Ça recommence avec le LKP

59+01:00p31+01:0010bdim, 04 Oct 2009 10:50:59 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Avec l’AFP

Quelque 5.000 personnes, selon la préfecture de la Guadeloupe, 25.000 selon des dirigeants du LKP (Lyiannaj kont pwofitasyon), ont manifesté sans incident samedi à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, à l’appel du collectif qui a lancé à cette occasion un préavis de grève de 24 heures reconductible.

Les manifestants ont effectué un parcours de plusieurs kilomètres en empruntant les principaux boulevards de Pointe-à-Pitre avant de se retrouver, deux heures plus tard, à leur point de départ, le Palais de la mutualité, où siège le LKP .

Elie Domota, le porte-parole du collectif et dirigeant du principal syndicat insulaire, l’UGTG (indépendantiste), a appelé à « renforcer la mobilisation ».

« Nous aurons à arrêter le travail pour qu’ils comprennent que nous ne plaisantons pas ».

« Nous demandons un débat télévisé en direct avec Mme Penchard« , la secrétaire d’Etat chargée de l’Outre-mer, pour qu’elle nous réponde sur l’application du protocole d’accord » du 4 mars, qui avait mis fin à la crise sociale en Guadeloupe.

« Elle pourra amener sa mère », Lucette Michaux-Chevry, sénateur-maire UMP de Basse-Terre, ancien ministre et ancien président de la Région, »

a ajouté M. Domota en suscitant les rires de son auditoire.

Les organisations syndicales membres du LKP ont lancé à cette occasion un préavis de grève de 24 heures reconductible, à compter de ce samedi.

Le texte de ce préavis revendique notamment

  • « l’annulation de l’augmentation du prix de l’essence » de 6 centimes intervenue mi-septembre,
  • « la mise en place d’un plan d’urgence pour l’emploi, l’insertion et la formation professionnelle »,
  • « la revalorisation des minima sociaux et de l’allocation pour les personnes handicapées »,
  • « le respect des accords sur la baisse des prix »,
  • « la titularisation de tous les précaires du public et du privé ».
  • S’y ajoute « la reprise des négociations sur les 146 points de la plate-forme de revendications du LKP », qui avait servi de base à la grève générale qui s’était achevée par un accord signé le 4 mars.

Les états généraux, présentés comme « la plus grande consultation jamais réalisée en outre-mer » se sont déroulés dans les quatre DOM (Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion), à Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin, en Nouvelle Calédonie, dans les territoires du Pacifique et en métropole. Ils viennent de s’achever en Polynésie française où le président Oscar Temaru a dénoncé un « processus de néo-colonisation » tandis que le haut-commissaire, Adolphe Colrat, a évoqué la « confiance retrouvée ».

Malgré le boycott des collectifs ayant mené les conflits aux Antilles et à La Réunion, dont le LKP d’Elie Domota, au secrétariat d’Etat à l’outre-mer, on se félicite de la participation aux états généraux. Selon le Secrétariat d’Etat, en Guadeloupe, environ 4.500 personnes ont participé à une soixantaine de réunions, sur une population d’environ 400.000 personnes. Le site internet mis en place spécialement par le secrétariat d’Etat a reçu environ 140.000 visites.

Lors d’une journée organisée à Paris en présence du ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer Brice Hortefeux et de la secrétaire d’Etat à l’Outre-mer Marie-Luce Penchard, a été présentée une synthèse des travaux des ateliers locaux, où le thème de la gouvernance a été l’un des sujets les plus évoqués.

Aucune annonce spectaculaire. Il s’agissait d’un « temps d’échange » intervenant « avant le temps de la décision », fin octobre, début novembre, lors du premier conseil interministériel de l’outre-mer présidé en personne par M. Sarkozy, a-t-on précisé de source gouvernementale.

Néanmoins, des décisions pourraient intervenir plus vite, le chef de l’Etat devant annoncer début octobre aux élus de Martinique et Guyane la date des référendums sur un éventuel changement de statut de leurs départements, qui devraient être organisés avant la fin de l’année.

Les électeurs martiniquais et guyanais devraient être interrogés sur leur souhait de passer à l’article 74 de la Constitution, dont relèvent les collectivités d’outre-mer (Polynésie par exemple), et qui leur accorde une autonomie encadrée.

Il devrait leur être demandé s’ils souhaitent une collectivité unique pour gérer leurs départements, à la place d’un conseil général et d’un conseil régional.

En Guadeloupe, c’est « le renforcement de l’autonomie » de l’archipel qui a été réclamé, l’indépendance immédiate étant écartée unanimement « les conditions étant très loin d’être réunies ».

Les élus, comme Victorin Lurel, président PS du conseil régional, ont demandé un moratoire de 18 mois sur ces questions.

« Ce n’est pas la peine d’organiser des référendums pour échouer puisque la confiance envers les élus n’est pas là », a dit M. Lurel.

En Martinique, a été réclamée la création d’une collectivité unique aux compétences plus grandes,

« pour mieux prendre en compte et régler les difficultés de la vie quotidienne: emploi, transport, logement, services publics ».

En Guyane, l’éducation et la formation ont été placées au rang de « priorités absolues », dans un département où 44% de la population a moins de 20 ans.

Pour renforcer les liens avec les territoires lointains liés à la France, le Président avait promis de venir assister à Nouméa le 31 juillet, au troisième sommet France-Océanie, avec la participation des pays insulaires du Pacifique, ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande, Il a été remplacé par Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères. L’absence de Nicolas Sarkozy a déçu les nombreux chefs d’État insulaires du Pacifique rassemblés à Nouméa pour l’occasion.

Pour autant le président de la République affiche toujours son intention de venir visiter le territoire qui l’a le mieux élu. Avant fin 2009 ?

RSA : les précisions sur un système confus

23+01:00p31+01:0010bven, 02 Oct 2009 10:06:23 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mes lecteurs multiplient les précisions sur le système RSA, qui me paraît plus que confus.

Magali

J’ai travaillé à la Caisse d’Allocations Familiales 8 ans et pourtant, je rencontre tout de même de grandes difficultés pour comprendre le calcul et surtout l’intérêt de cette mesure ( qu’est ce qu’ils doivent se creuser le cerveau à l’Assemblée…)
Le gouvernement  s’évertue à tirer les Français vers le bas ! Non seulement ce n’est pas facile et on nous charge de surcroît puisqu’il faudrait intenter une action en justice contre nos propres parents ( il en est de même concernant d’autres prestations comme l’Allocation de Soutien Familial, l’ASF, qui oblige le bénéficiaire à poursuivre le parent défaillant devant la Justice ..).
Légiférer pour décourager ! telle est la devise de nos chers dirigeants..!
C’est bien connu, plus il y a de misère physique et intellectuelle, plus il est aisé pour un Etat pervers de nous embobiner de manière insidieuse.

Fabien

Un entretien diffusé sur France2 apparemment le 29/09 vient d’être mis en ligne par Juan de Sarkofrance :
http://sarkofrance.blogspot.com/2009/10/lelargissement-du-rsa-aux-jeunes-sans.html
où la fourchette de 30 à 40 000 bénéficiaires du RMI – socle que j’évoquais – est également avancée. Aucun chiffre n’est donné pour les bénéficiaires du RSA-chapeau, dont l’interlocuteur ne donne d’ailleurs pas le montant.
Par parenthèse, pour un célibataire, ce montant ne doit pas excéder 180 à 200€ trois mois consécutifs, sous peine de sortie du dispositif ou de perte d’autres « avantages » (comme une baisse de l’allocation logement en janvier suivant), il est supposé tourner autour de 110€/mois pour un célibataire et a été de 195€ en août par foyer.

……

Je n’avais pas repéré que Libé avait publié un sujet sur l’obligation de solidarité familiale (article 205 code famille). Néanmoins, le formulaire de demande n’a pas évolué :
https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_13880_01.do
et pose les mêmes questions… Pour le pointage trimestriel, on continue à demander combien d’argent se trouve sur le Livret A, pour prélever mensuellement un forfait égal à 3% de la somme placée, soit, sur l’année, les supposés intérêts, alors que l’argent du Livret A est de l’argent dit « liquide », que l’on peut retirer à tout moment… et net d’impôts pour une personne « normale ».
Les informations contenues dans ces formulaires se trouvent dans une base informatique appelée « @RSA » qui, compte-tenu des « travailleurs pauvres », doit compter environ quatre millions de « foyers », soit 11% de la population domiciliée en France.
La CNIL n’a pu rendre son avis n°2009-327, à lire ici http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020764874

que le 4 juin (publié le 21 juin) car saisie « tardivement ». Pour mémoire, le RSA a remplacé le RMI et les autres aides le 1er juin dans la France métropolitaine. Autant dire que ce fichier tentaculaire, auquel ont accès les conseils généraux (un conseil général peut désormais prendre des mesures coercitives, ce qu’il ne pouvait pas faire du temps du RSA) et le Pôle emploi (au moins pour les inscrits du même département), avait déjà commencé à mouliner, et que les observations de la CNIL font penser à de l’urine dans un Stradivarius. Je n’ai rien contre la musique de chambre.
Dans ce petit 4pages http://antidelation.lautre.net/IMG/pdf/Fichier_RSA_etudeAntidelation.pdf le Mouvement antidélation relève également d’autres « anomalies », qui, je pense, ne sont pas involontaires de la part de notre gouvernement… Le 22 septembre, le site de la LDH Toulon a mis à jour une partie de cette analyse ici http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3461 par Agnès, travailleuse sociale qui avait participé au 4pages.
Sophie Hencart, sans emploi, trésorière rédactrice en chef de Actuchômage, a saisi la CNIL, entre autres sur l’obligation alimentaire. Suite à la refonte du site, je ne retrouve plus le courrier, mais la réponse est là http://www.actuchomage.org/200908299771/L-actualite-du-site/formulaire-rsa-la-reponse-de-la-cnil.html
Voici quelques points de complément… puisque je vois que ça peut intéresser.
Et quand Marie-Ange parle des « jeunes de 18 ans » dont elle ne comprend pas trop comment ils pourraient avoir « deux ans de travail » dans les trois dernières années… il faut se souvenir que le RSA-chapeau pour les jeunes s’adresse aux 16-25 ans. Donc un jeune de seize ans, qui déclare ses revenus à part, peut, selon notre bon mètre, avoir commencé à travailler (en étant salarié) à treize ou quatorze ans. C’est le même Sarkozy, il me semble, qui nous dit que les jeunes sont cruellement touchés par le chômage. Soit il n’a pas de chiffres, soit il nous ment. L’un n’excluant peut-être pas l’autre…

Une fantastique histoire belge, la poste

51+01:00p31+01:0010bven, 02 Oct 2009 09:57:51 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Comme on le sait, les Français aiment les histoires belges, parce qu’elles sont faciles à comprendre. Je vous adresse la dernière, composée à partir de propos tenus sur Facebook par un ami, Claude Moniquet. Un propos assorti de réactions dont je vous garantis l’authenticité.

Ce n’est pas une histoire belge de plus, mais malheureusement l’expression d’une réalité. Une réalité qui traduit la dramatique détérioration du service public de la poste en Belgique.

q1040527722_3966

Sur Facebook donc, mon ami Claude Moniquet insiste lourdement. Ce spécialiste du terrorisme ne nous avait pas habitué à suivre les affaires quotidiennes :

J’ai une idée pour les fonctionnaires de la poste belge. Plutôt que faire grève, ils devraient distribuer le courrier. Ce serait original et ça se verrait davantage. Parce que la poste belge, avec ses timbres “prior” et cinq jours pour délivrer une lettre, c’est un véritable appel à la privatisation… Et vite, encore…

En réaction à ce propos, une avalanche de réactions plus ou moins amères, souvent humoristiques. Quand il n’y plus d’espoir, reste la dérision. Et nos amis belges ne sont pas les plus mauvais !

Une précision : le tarif « prior » est l’équivalent pour la France du courrier rapide.

Frédéric Taburiaux

Je rappelle que le tarif non prior existe encore, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire.

Claude Moniquet

Combien de temps prend l’acheminement d’une lettre en “non prior”? Six mois? Effectivement je pense qu’ils ne savent pas la signification de prior

Philou Ceciora

Vous exagérez, c’est pas si mal la poste belge, tous les jours un autre facteur qui passe à une heure différente en ayant oublié la moitié du courrier, oui vous exagérez :-)

Philippe Genion

Si les facteurs distribuaient aussi les croissants, le pain et… le lait, on aurait peut-être deux solutions en une !

Corentin de Salle

Je tombe toujours à la renverse quand, dans une pièce de théâtre ou un roman du XIXème siècle, la maîtresse de maison écrit une lettre pour inviter une personne à venir déjeuner le jour même.

Guy Dellache

Super la remarque ,je me rendais pas compte des effets spéciaux déjà à l’époque

Jean-luc Perso

Rappelez vous, il fut une époque où l’on donnait des étrennes en fin d’année au facteur. Aujourd’hui, je ne sais même pas qui est mon facteur, à quelle heure il passe, si je vais devoir redistribuer le courrier mis dans ma boite pour les voisins et combien de temps cela va prendre pour que ceux-ci me remballent mon courrier déposé chez eux.

Jean-Pierre Bonaposta

Ne vous fatiguez pas à essayer de savoir qui est votre facteur : il change de semaine en semaine comme chez moi, probablement.

Il m’arrive de commander des livres aux USA via le net. Commandés un vendredi après-midi, je les reçois le mercredi suivant : merci la poste (américaine) Par contre, si ça ne rentre pas dans ma boîte, je trouve le paquet par terre, devant la porte. Sous une pluie battante par exemple. Heureusement, les Américains prévoient le coup : à l’intérieur du paquet, le livre est protégé par une enveloppe plastique scellée. Il faudra encore qu’ils prévoient un système anti-vol

Evelyne Erenberg

Bienvenue au club !!! J’ai les mêmes problèmes dans mon immeuble !!!
Je te dis pas : 27 étages et 12 appartements par étage, cela en fait du courrier à redistribuer, et souvent du courrier perdu car certains jettent à la poubelle celui qui n’est pas pour eux !!! Même le facteur, s’il ne trouve pas le numéro de la boîte, remet le courrier non distribué aux rebus !!!

La réponse incongrue de la Poste belge n’est pas la moins savoureuse   : Johnny Thijs, le patron, veut inventer le facteur “low cost”

In LE MONDE | 01.10.09 | 14h59

Trois heures de travail par jour et un salaire brut de 25 euros : c’est la proposition du patron de la Poste belge, Johnny Thijs, à tous ceux qui voudraient devenir “facteurs de quartier”. Une nouvelle fonction, censée limiter le coût de la distribution du courrier avant l’ouverture totale à la concurrence des services postaux, en 2011. Un salaire de misère ? M. Thijs s’énerve quand on lui pose cette question. Il objecte que le tarif horaire des nouveaux facteurs pourra être porté à 10 euros avec les primes et que ce montant est supérieur au minimum légal en vigueur. De plus, souligne-t-il, c’est cela ou le risque de faillite et la fin du service universel, qui garantit à tous les Belges la livraison de leur courrier, du lundi au vendredi.

Social : la réalité du RSA

21+01:00p31+01:0010bjeu, 01 Oct 2009 15:50:21 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Version actualisée à 15 h 50

Fabien de Ménilmontant, avec qui nous échangeons souvent des informations, me communique quelques éléments sur la réalité du RSA. Des éléments qui relèvent de l’usine à gaz : il faut être polytechnicien, et plus si possible et même nécessaire, pour comprendre quelque chose à la chose. En tout cas, moi, j’y « pige que couic ». A vous de juger.

1/le montant de 454€ est le montant maximum du RSA-socle pour une personne sans logement (en hôtel ou en foyer)
2/le montant traditionnel du RSA-socle est de 400€, pour une personne seule, comme l’indique le calcul ici :
http://www.rmi-fr.com/montant-rmi-2009.html
454,63-54,56=400,07€
Il s’agit de la somme maximale que touchent les locataires, puisqu’ils ont par ailleurs une allocation logement.

QU’EST-CE QUE LE RSA ?

Le RSA est un tout, ajoutant pêle-mêle :
-l’ancien RMI, interdit aux moins de 25 ans, sauf s’ils ont charge d’enfant
-l’allocation logement
-l’allocation parent isolé
-toutes aides CAF et prestations départementales et communales (qui doivent être trimestriellement déclarées), ainsi que les ressources issues du Livret A et autres babioles de ce genre, les aides parentales (sauf à assigner les parents devant la justice, art. 205)
-l’ancienne prime pour l’emploi. Tout ce qui ne relève pas du RMI ou de l’aide au logement ou de l’aide au parent isolé s’appelle le RSA-chapeau.

Qu’a dit notre bon mètre ( C’est ainsi que Fabien désigne habituellement Nicolas Sarkozy ) ?
Qu’il ne veut pas favoriser l’assistanat. Il est coincé, car avec la suppression de la prime pour l’emploi (qui fait gagner 700M€/an, selon le Sénat), un travailleur de 23 ans aux 3/4 SMIC sans enfant paie plus d’impôts que son aîné de 26 ans. En élargissant le RSA aux djeun’s, il ouvre en fait le RSA-chapeau, car un jeune peut avoir l’aide au logement, et tout et tout, mais perd la prime pour l’emploi. Jolie gaffe que la presse traditionnelle se garde bien de relever… mais qui agace parlementaires de droite comme de gauche.

Quant au RSA-socle, les conditions pour l’obtenir ne concernent pas 160 000 personnes, mais 30 000 à 40 000, selon les services de Martin Hirsch, cités par Mediapart avant l’annonce de notre bon mètre.

Sans explication. Mais l’explication est simple. Que demande le chef ? Qu’on ait A LA FOIS travaillé X heures ET épuisé les droits chômage. La nouvelle convention-chômage, basée sur le « un contre un » (un mois de cotisation, un mois d’indemnité) laisse la durée maximale d’indemnisation comme auparavant : deux ans pour un privé dans la fonction publique et deux ans moins quelques jours pour un privé dans le privé. Le président veut qu’on ait bossé deux ans au moins avant d’avoir le chômage… ce qui fait au moins quatre ans, sans aucun accroc! C’est ainsi qu’on arrive à une estimation de 30 à 40 000, essentiellement des « jeunes » qui auront passé les vingt-quatre ans.

Et ce n’est pas la peine de parler de sous car vu le peu d’engouement des adultes au fichage du RSA (donc le peu de dossiers ouverts), il reste des sous dans le budget des adultes pour les jeunes. Beaucoup d’adultes ont préféré ne pas entrer dans cette usine à gaz de fichage généralisé, quitte à perdre la prime pour l’emploi annuelle.

Une lectrice précise :

 » je ne vois pas comment un jeune de 18ans peut totaliser 2années de travail à temps plein…
Deux petites précisions: – effectivement, le montant de base du RSA pour une personne seule sans enfant est bien de 454,63euros.
Mais de cette somme, une déduction forfaire de 54,56euros est appliquée aux personnes bénéficiant de l’allocation logement et à celles qui n’ont pas de charge de logement – cad celles qui sont hébergées à titre gratuit ou celles qui sont propriétaires sans charge de remboursement; donc en principe, quasiment tous les demandeurs du RSA. Le montant réellement versé est bien -au maximum- de 400,07euros.
– deuxième point, l’incitation faite aux demandeurs à faire valoir leurs droits à l’obligation alimentaire due par leurs parents.
S’ils ne désirent pas assigner leurs parents en justice, ils peuvent demander une dispense et le RSA sera tout de même versé, mais… son montant sera réduit de 87,14euros pour2009 ( note d’information DGAS/MAS/2009/185 DU 07/07/2009) .
Le caractère choquant de cette mesure a été soulevé par libé dans son article au titre évocateur du 16/6/2009/http://www.liberation.fr/societe/0101574292-revenu-de-solidarite-active-taxez-plutot-vos-parents.
Dans le même ordre d’idée, il y a la dotation expérimentale d’autonomie octroyée aux jeunes de 16 à 18 ans si les parents renoncent à leur part d’Alllocations Familiales; c’est très pervers, car les parents vont perdre beaucoup plus que les 250 euros accordés à l’enfant devenu « autonome »….