Plaidoyer pour la Sardaigne

Plaidoyer pour la Sardaigne, un pays qui se meurt.

Christina Bianca est une de mes correspondantes, partisane sans partage d’Yvan Colonna. Au fil de ses messages j’avais découvert qu’elle entretenait des liens étroits avec la Sardaigne, des liens qui lui permettaient de mieux comprendre la situation en Corse.

J’ai fini par lui demander un texte présentant la Sardaigne autrement que dans les cartes postales.

Le résultat est un plaidoyer plutôt enflammé – sans jeu de mots, car les incendies ont été nombreux cet été – pour l’île de ses origines.

Je vous le présente comme un témoignage. Pas forcément toujours objectif, parfois naïf mais avec le mérite de présenter le pays de ses parents sous un jour assez sombre. Loin des clichés et des romances touristiques.

Lisez, et réagissez, car vous ne serez sans doute pas toujours d’accord !

J’ai toute ma famille paternelle en Sardaigne qui s’éteint petit à petit, dont à l’heure actuelle, une tante souffrant d’un cancer des
poumons, un oncle d’un cancer des intestins, un grand-oncle centenaire  ayant une tumeur sur le sommet du crâne… Tous opérés de la glande
thyroïde comme la plupart des habitants de l’île.

Bien  que je ne  sois pas née en Sardaigne mais en France, je reste fortement attachée à  mes racines, d’autant que j’ai passé toute mon enfance, d’abord en Sardaigne puis en Corse dans le Cap jusqu’à l’âge du Collège !

La situation exacte, je n’en ai pas tous les tenants et les
aboutissants, bien modeste observatrice que je suis, les seules
connaissances que j’en aie n’étant issues que de ma propre analyse
suite à mes « bains » familiaux et amicaux !

En fait, je n’ai fait que constater !

Ayant lu ici et là, au travers  d’articles parus non pas seulement dans la presse mais également sur  des sites nationalistes et autres, ayant discuté avec les insulaires rencontrés de par les membres de mon entourage, ayant également vécu  quelques expériences, je peux désormais me faire une nette opinion de ce que les Sardes « subissent », conséquence d’une toile d’araignée qui
s’est tissée subrepticement au fil du temps par toute une horde
politicienne qui ne voit que son propre intérêt (et celui de
leurs « amis » !!!) et non celui de la population !

Rien d’étonnant dans  tout ceci et rien d’exceptionnel non plus puisque c’est un phénomène que l’on peut constater non seulement en Sardaigne mais dans tous les lieux (et surtout les îles) qui ont été créés patiemment par des
générations de natifs et résidents et qui sont maintenant très
convoités par une population aisée financièrement qui ne cherche qu’à
fuir les lieux surpeuplés et pollués pour se retirer « au soleil » et ce, de plus, en « esbrouffant » des gens appauvris à force d’impositions, d’interdits (freins à la création d’entreprises, défrichements obligatoires des terres, etc.), d’incendies et de pollutions locales, de législations décourageantes les obligeant à subir des obligations  pesantes dans leur vie quotidienne, etc.

S’apercevant que cette population unie, combative et résistante dans
la passivité, toujours plus créative artisanalement (les Sardes sont un
peuple d’artistes et de créateurs qui ont acquis une richesse
culturelle incomparable au travers des générations !), l’Etat cherche
tous les moyens depuis des décennies, de les appauvrir, de les
décourager ! Les emplois sont offerts à coups de concours…payants (1
place pour des centaines de candidatures !!!) et de plus, sur le
Continent, afin de les isoler de leurs familles dans le but que les
terres ne soient plus entretenues (les salaires de misère qu’on leur
octroie servent tout juste à payer un loyer et la nourriture et ils ne
peuvent se permettre d’aider les anciens à conserver leurs biens !

Le peu d’entreprises créées sur l’île par des Sardes sont fermées puis
rouvertes, vendues à des Italiens, des Australiens, des Canadiens, qui
n’apportent pas forcément des emplois à la population sur place ! Les
seuls emplois qui leur sont réservés sont rarement à la hauteur de leur niveau d’études ! Les petits boulots sont bien souvent leur seule bouée de secours que certains jeunes finissent par accepter pour pouvoir rester sur l’île et préserver ainsi le petit patrimoine (quelquefois, juste une petite maison, une vigne et une oliveraie de quelques petits mètres carrés mais qui suffit, avec beaucoup de labeur et de courage, à nourrir la dite famille !) acquis durement par leurs anciens qui ont dû se sacrifier (les pères se sont séparés de leur famille pour aller travailler durement à l’étranger dans des conditions déplorables (maçons, cueilleurs de fruits, poubelleurs, etc. travaux que ne voulaient pas faire les populations sur place !

Une main d’oeuvre exploitée et que l’on a rejeté ensuite lorsque les Portugais, Espagnols  et Maghrébins sont arrivés en force !!!) !

Ainsi l’on peut voir des jeunes diplômés, des femmes, veuves et mères de famille, balayer les rues et nettoyer les toilettes publiques, pour une bouchée de pain ! On interdit aux Sardes de vendre leurs produits artisanaux en direct (sur les plages, par exemple, où l’on s’aperçoit d’une recrudescence de marocains, indiens et chinois qui peuvent, eux, vendre des babioles  rentrées sur l’île on ne sait comment et ce, très rarement contrôlés, aux touristes !

Ces produits leur sont « prêtés » par des négociants
milanais qui les ramènent d’Inde, de Chine, et autres pays où ils ont
pu les acquérir une bouchée de pain !

J’ai même, au fil des années, pu constater la réussite (?!!!) d’une chinoise qui a démarré par des prestations de massages et de tatouages sur les plages et qui maintenant a ouvert son propre institut, avec l’argent gagné sans
impositions ! Ce n’est absolument pas de la faute de ces braves gens
qui sont eux-mêmes exploités mais les Sardes ne peuvent faire autrement
que de se récrier (pour l’instant toujours pacifiquement, bien sûr,
cela fait partie de leur culture puisqu’ils sont très croyants et
pratiquants…catholiques !

De plus, c’est un peuple naturellement gentil, hospitalier, et…objectifs ! Les jeunes commencent à devenir un peu plus « brusques » de par le fait qu’au travers des médias – Internet, Télévision, etc.-, ils se rendent compte que bien souvent, un gentil est pris pour un faible, et que par ailleurs, à travers le
monde, les gens sont indifférents à leurs problèmes et que s’ils ne
prennent pas le taureau par les cornes pour défendre leur « biens », ils
finiront par être de nouveau envahis !

Richesse créative de l’artisanat

Sur le plan artisanal, les sardes, je le répète, sont d’éternels
créatifs ! Ils fourmillent d’idées ! Ils ont l’âme artistique comme
s’ils étaient guidés par les esprits de leurs ancêtres !

Hélas, ils sont de plus en plus « piratés » ! Les plus belles créations sont
exposées…dans les maisons, au fin fond des villages et de plus en
plus, des malins parviennent à les trouver pour ensuite mieux exploiter
l’idée à l’insu de l’artiste et ce, dans un but lucratif !

C’est ainsi que l’on voit maintenant des cestinis « made in China » et
des poteries « made in Maroc » dans tous les lieux où affluent les
touristes ! Des tapettis fabriqués industriellement alors que les
femmes Sardes se sont escrimés à les tisser à la main sur des machines
de tissage, fabriquées par leurs maris avec du bois de gineprie !

La richesse des Sardes vient donc de leur créativité et donc de leurs
créations accumulées !

L’apparence extérieure des maisons est pauvre…volontairement ! Pas de
façades pimpantes, pas de piscines, pas de « clinquant » ! Mais
quelque part, du solide, à partir du moment où les jeunes décident de
rester sur place malgré leurs maigres possibilités de gagner leur vie
(c’est ainsi que l’on voit moult hommes célibataires demeurés seuls
par choix d’une mission qu’ils se sont octroyés de défendre ce
patrimoine !) pour entretenir ces demeures aux façades de pierres
autrefois blanchies à la chaud vive chauffée au soleil dans des puits
creusés à même le sol !)

Les intérieurs sont richement décorés par des tableaux de peintres
représentatifs de la vie quotidienne et des paysages sardes (aux
couleurs bien spécifiques reproduites par les artistes on ne sait
comment, ils en gardent le secret !) avec des techniques autodidactes,
des sculptures sur pierres dénichées dans les montagnes, des tissages,
des cestinis aux couleurs et aux dessins géométriques plus que précis
que ne pourront jamais égaler les industriels pilleurs de designs, des
bibelots créés avec des matières naturelles dénichées dans la nature,
des bijoux finement travaillés à partir de pépites d’or trouvées dans
les fleuves et dans les grottes de montagne, etc.

D’ailleurs, parlons-en des pépites d’or ! Il faut savoir que certaines
montagnes ont été creusées grossièrement par des Canadiens et des
Australiens, promettant monts et merveilles et ayant ainsi obtenu la
permission de détruire le site, qui faisaient venir leur main d’oeuvre
depuis leur pays via air, et qui ont finalement tout abandonné parce
que peu lucratif ! Un véritable désastre !!!

Ceux qui ont profité, de  plus, de l’or, ce sont des touristes russes qui ont pu l’acheter bien moins cher que l’indice et ce, pour certainement le revendre dans leur pays avec un gros bénéfice !

On peut voir aussi sur les façades des maisons, des peintures contant
les évènements, véritables cris de révolte pacifique ! Ils savent que
des photographes pourront devenir riches et célèbres grâce à leurs
clichés volés dont ils ne recevront même pas un centime de droits
d’auteurs et ils savent que bien souvent ils seront copiés mais
lorsqu’ils sont « piratés »…hé bien…tant pis ! Ils trouvent encore et
toujours d’autres idées…c’est sans fin…

Un fleuve de créativité qui  coule de cerveaux sardes en cerveaux sardes ! C’est leur oxygène et ils ont besoin de toujours créer.. .encore et encore !

Richesses naturelles

La faune et la flore de la Sardaigne sont un coffre-fort qui permet à
la population de ne pas mourir de faim !  Des arbres fruitiers ont été plantés par les anciens dans le but que le  pauvre n’ayant pas de terre, ait toujours de quoi glaner pour se nourrir !

Ainsi dans les montagnes et campagnes, on peut apercevoir des
poiriers, des pommiers, des grenadiers, des châtaigniers, et j’en
passe… Sans compter les fameux figuiers de barbarie, dont les fruits
sont à la portée de tout promeneur qui, bien sûr, aura le courage
d’aller à la cueillette !

De même, les milles espèces de champignons,
les escargots, etc.

Les chevaux « dits sauvages » peuvent être lâchés sur les plateaux des
montagnes, celà fait partie de la culture, afin qu’ils se nourrissent
et s’abreuvent par eux-mêmes !

De même pour les bergers, ils peuvent emmener leurs brebis et chèvres
sur des terres qui appartiennent à… tous les Sardes sans que qui que
ce soit viennent récriminer ! Ils peuvent ensuite vendre leurs
peccorinis directement aux habitants !

Les éleveurs de « bue » (veaux de montagnes dont la viande est rouge
sang !) peuvent profiter des abreuvoirs communaux en pierre, installés
deci-delà aux abords des villages depuis des siècles, alimentés par
l’eau de source des montagnes pour abreuver leurs bêtes sans dépenser
un Euro !

La culture sarde est tout d’abord une culture de partage qui s’apprend
dès le plus jeune âge et dans toutes les écoles depuis la maternelle
jusqu’aux universités !!! Elle comporte également l’apprentissage du
respect des anciens, des femmes et des enfants ! Honte à ceux qui
dérogent !

Esprit solidaire

N’imaginons pas que ce sont les municipalités et le gouvernement qui
soient généreux et que les Sardes ont bien de la chance !!! Non !!!
Les Sardes sont solidaires et ce sont ceux qui paient les impôts qui
aident ceux qui survivent de par leur labeur ! Ainsi les bergers vivent
dans des cabanes de bois bien souvent, et sont dans ce que l’on peut
comparer à la misère, puisque leur demeure est sans confort, mais,
étant plus qu’utiles aux autres habitants du village, il paraît tout à
fait naturel à ceux-ci de leur venir en aide !

Il faut savoir que les bergers sont de plus, les premiers à prévenir les incendies (ils ont maintenant créé une association de bergers bénévoles qui intervient en amont des pompiers et gardes forestiers dès le prémisse d’un feu !).

Les bergers sont à la base de bien des recettes « miracles » pour guérir les
petits bobos puisque ce sont eux qui ont fait la découverte de
nombreuses plantes médicinales ! De plus, ils sont également les
créateurs d’instruments de musique tels les fameux launeddas, ancêtres
des cornemuses écossaises et irlandaises et des simples flûtes et
pipeaux !

Les « envahisseurs » sont ceux qui veulent acheter les fontaines pour
mettre l’eau des sources en bouteille dans le but d’en faire un
commerce, ceux qui achètent les terres des anciens qui ne peuvent plus
les entretenir, et pour cause, une bouchée de pain pour ensuite
construire de superbes villas avec piscine, hôtels et…grandes
surfaces gérées par des italiens, dans lesquelles on vend des
produits « à bas prix » qui sont importés du Continent italien, de Chine,
d’Afrique, d’Inde et j’en passe (je crains énormément l’invasion de
produits russes surtout alimentaires du fait de l’évènement Tchernobyl,
qui sont recouverts d’une étiquette nationale !!!) !
Vous allez me dire que « j’accuse » sans preuves formelles et que je suis
proche de la diffamation ! Hélas, je suis bien impuissante et je ne
peux que prendre le risque d’exprimer ce que je constate !!! Je n’ai
pas les moyens d’aller « récupérer » des éléments concrêts !

La Costa Smeralda a été vendue à très bas prix et dans des conditions
dont je me doute, à l’Aga Khan (milles excuses pour l’orthographe
égratignée !) et les Sardes maçons sont venus construire les « palais »
de ces nantis (amis et invités de l’actuel Président !) avec, en
échange, des salaires de misère et des conditions de vie
particulièrement dures ! Il a pû acquérir des terres sur tout le
littoral du Nord de l’île à coups d’entourloupe et surtout des hectares
de bosquets de gineprie dont l’accès est maintenant totalement interdit
à la population ! Sévèrement punis seraient toute personne osant ne
serait-ce que ramasser une branche morte à terre !!! Les autres
littoraux commencent à être « envahis » également avec barrières dressées
pour que les plages soient inaccessibles !
Bien évidemment, dans ces lieux…aucun incendie et aucune pollution !

La pollution

Lorsque je parle de pollution…je m’explique…par cette anecdote :
« Ce mois de Juillet, avant de me rendre sur l’île, j’entends et je lis
une information provenant des officiels, concernant une « invasion de
moustiques tigres » sur toute la Sardaigne !
Pour prévention, on imagine bien ce qui a dû être mis en place : Des
pulvérisations de pesticides par hélicoptère !!! Un vent du diable en
Juillet et en Août et on a pulvérisé consécutivement : pesticides,
retardants d’incendies, et désherbants sur le bord des routes !

Le comble de tout, des feux se sont déclarés en même temps sur le Nord
(bien sûr hormis la Costa Smeralda !), le centre et le Sud dont mon
village, Usellus et deux autres villages environnants, Villaverde et
Pau ! En des lieux magiques où les eucalyptus étaient centenaires et
les fontaines au coeur de la montagne de la Giara, coulant d’une eau
plus pure que le cristal ! Normal, nous a-t-on dit, certains
n’entretiennent pas les terrains et d’autres se promènent, la cigarette
au bec, sans compter la chaleur torride et le vent tournant !
Fumisterie !

J’ai pris des photos depuis des hauteurs à quelques kilomètres des
sites rougeoyants et j’ai pu constater 3 énormes feux en 3 points
différents à des kilomètres de distance ! Etonnant, non ?!!! dirait
Desproges !

Pour en revenir aux envahisseurs, je pense également à :

-Ceux qui manquent de respect aux insulaires en débarquant de toutes parts avec leurs rutilants véhicules et qui roulent comme s’ils étaient sur des
circuits de course en massacrant sans scrupules des renards, des cerfs
et autres animaux traversant les routes, et bien souvent, des habitants
également qui traversent à pied leur paisible village ;

-Ceux qui débarquent sur l’île avec leurs caravanes et leurs propres victuailles pour ne pas dépenser un centime auprès des habitants de l’île, sachant profiter du soleil, des plages et des paysages à moindre coût et
repartant en laissant moult ordures sur le bord des routes et dans
les bosquets ;

-Ceux qui s’imaginent que les gentils et hospitaliers
par nature et culture, manquent d’intelligence et les traitent comme
des pauvres êtres analphabètes voire pire, viennent les visiter comme
des animaux dans un zoo !!

Ne pas posséder un véhicule puissant et pimpant, ne pas posséder un
mobilier et des vêtements luxueux, ne pas être couvert d’or, ne pas
posséder tout l’attirail photographique dernier cri, et j’en passe, ne
signifie pas être un subalterne sans cervelle !!!
Cela signifie peut-être, avoir fait le choix de :

-respecter la nature en faisant tout pour ne pas polluer et/ou assassiner,

-résister pacifiquement contre toutes les attaques sournoises qui voudraient les délocaliser pour s’approprier leurs modestes biens et surtout pour annihiler leur créativité,

-décider de demeurer pour mieux accueillir,
etc. Bref !

Cela signifie peut-être avoir une intelligence bien
supérieure à la norme, celle que j’appelle, moi, bien modestement,
l’intelligence de vie !!!

18 Réponses to “Plaidoyer pour la Sardaigne”

  1. anna Says:

    je ne ferai pas un commentaire aussi grand que le votre,mais malheureusement tout cela est vrai

  2. phmadelin Says:

    Merci pour l’auteur du du texte.

  3. christinabiancatroncia Says:

    Grazie Anna ! Grazie Philippe de m’avoir publiée ! Je suis vraiment très triste de ce qui se trame en Méditerrannée ! Je constate au jour d’aujourd’hui, que les évènements me donnent raison : feux en Grèce, feux en Languedoc Roussillon après les désastres qu’ont subi les insulaires sardes et corses et les résidents d’Espagne ! Une législation qui devrait înterdire toute construction dans les quinze années à venir mais qui ne sera bientôt qu’un souvenir et l’on verra poindre très certainement des permissions qui nous feront apprécier ici et là de luxueux hôtels et résidences privées, des ponts et voies autoroutières, des grandes surfaces et autres « douceurs » ! Tous ces incendies ne sont pas accidentels et dus au climat, j’en reste persuadée ! Ma logique me dit qu’il est impossible que tant de points de départs de feux se soient déclarés en même temps (98 départs de feux dans toute la Sardaigne, du Nord au Sud, pour la même journée du 23 Juillet !!! Voir mon article sur mon site : http://sardaignemonilemerveilleuse.midiblogs.com où je raconte la dure semaine que nous avons subi avec les habitants d’Usellus, Villaverde et Pau, provinces d’Oristano ! ) ! Aujourd’hui, il ne reste à la plupart des résidents que leurs yeux pour pleurer ! La plupart n’avait pas les moyens de payer une assurance pour ces petits mètres carrés de terre parsemés dans les montagnes, héritage de leurs ancêtres ! Des aides (si minimes, juste pour préserver leur image de marque aux yeux du monde !) ont été octroyées par le gouvernement aux éleveurs mais les particuliers doivent se débrouiller par eux-mêmes !!! Je suis très très en colère ! Je pense que tout le monde est concerné et je suis atterrée que les écologistes ne se soient pas manifestés pour se récrier et soutenir ces populations victimes de ces assassins !!!

  4. phmadelin Says:

    Continuer à écrire. Je pense ajouter ce commentaire à la page en place. Amitiés

  5. christinabiancatroncia Says:

    Cher Philippe, cher tous ! Voici un évènement qui vient corroborrer ce que je supputasse ! Je ne peux inviter que ceux qui peuvent traduire l’italien à le lire mais voici un article de Sardegna Oggi, un journal fort connu dans toute la Sardaigne, titré « martedì, 04 agosto 2009 – Quattro fotografi bloccati da carabinieri a Villa Certosa » ( http://www.sardegnaoggi.it/notizie.php?id=12504) Je traduis et je vous explique : « Quatre photographes appréhendés par les carabinieris à Villa Certosa » – Villa Certosa est un petit village de la Costa Smeralda dont Berlusconi a pu acquérir quelques kilomètres de terrains situés sur le littoral pour y construire sa fameuse villa avec galeries souterraines pour accueillir en toute discrétion, ses invités arrivant avec leur yacht largué dans les eaux toutes proches ! La plage est censée être publique et accessible à tout promeneur sauf que, comme ses 4 pauvres touristes viennent de le comprendre à leur insu, si vous vous y promenez avec un appareil photo, vous risquez tout simplement de vous faire arrêter et de vous faire confisquer ces dits appareils ! Dans ce cas cité, les appareils photos étaient vides de toute photographie de la villa et autres « indiscrétions », ne contenant que des photos personnelles de paysages maritimes et sardes, pour certains et étant totalement vides de clichés pour les autres, la preuve étant faite qu’il s’agissait bien de simples touristes, l’avocat de ces quatres personnes essaie en vain d’en persuader les autorités, rien à y faire, les voilà tous les quatres en garde à vue prolongée et se trouveront certainement condamnés dans un très proche avenir, puisque Berlusconi est décidé à porter plainte ! Ce que je préconisais est en train de se produire, à savoir que le littoral de nos îles (Corse et Sardaigne) seront très bientôt inaccessibles à tout commun des mortels, c’est-à-dire, à la population et aux simples touristes ne faisant pas partie de la « squaddra degli convivi del’re » !!! Pace e salute ! Auguri !

  6. christinabiancatroncia Says:

    Je ne veux pas être envahissante sur votre site, cher Philippe mais je viens de découvrir un article fort intéressant sur…les exercices de simulation d’incendies qui ont été mis en place l’année dernière en…Sardaigne (?!!!) ! En voici le début : « Cinq Etat membres de la Commission européenne ont participé, aux côtés du centre de suivi et de formation de la Commission, à un exercice de simulation d’envergure de lutte contre les feux de forêt. Cet exercice, baptisé SARDINIA 2008, a été mené du 14 au 19 avril 2008 en Sardaigne. Il s’inscrit dans un projet pilote plus vaste cofinancé par la Commission européenne qui vise à développer le concept d’une force européenne d’intervention rapide en cas de catastrophes. A lire sur : « http://www.ocrincendi.eu/index.php?id=5068&L=1&tx_ttnews%5Bpointer%5D=3&tx_ttnews%5BnbPP%5D=5&tx_ttnews%5Btt_news%5D=10405&tx_ttnews%5BbackPid%5D=5070&cHash=247db14474 » Quand la simulation ne suffirait plus ou pire, quand elle aurait donné quelques idées « lumineuses » à certains ?!!!

  7. phmadelin Says:

    Vous ne m’envahissez pas, je suis là pour faciliter les diffusions !

  8. christinabiancatroncia Says:

    Je viens d’écrire mon ressenti des faits sur mon site : http://sardaignemonilemerveilleuse.midiblogs.com

  9. Tita Says:

    Bonjour

    Ce que vous décrivez sent l’émotion, celle de perdre les images de son enfance. Certains appelleront cela dépit, je l’appellerais tristesse. C’est en tout cas une émotion bien légitime.

    D’ailleurs, les faits que vous présentez sont probablement authentiques. Et puis, il ne m’appartient pas de les discuter. Je n’ai jamais mis les pieds en Sardaigne, ni en Corse et il serait donc malvenu de ma part de vous contredire.

    Par contre, à la lecture de vos paroles, je me suis dit plusieurs fois que ce qu’il se passe en Sardaigne se passe aussi ailleurs. Je pourrais vous parler des terrains communaux du hameau où j’habite car ces terrains sont pris d’assaut par des étrangers au hameau en moto-cross et autres engins qui détruisent le paysage. Je pourrais aussi vous parler de la vie des bergers dans nos montagnes dauphinoises. Ce n’est pas d’ailleurs une vie, mais une survie et les conditions de vie sont d’un autre siècle. Quant aux conditions plus favorables aux étrangers, c’est un argument que j’entends régulièrement. Enfin, je n’évoquerais même pas que nos belles maisons et nos terrains sont rachetés aisément par les riches lyonnais qui y font leur résidence secondaire. Ce que je décris pour ma région, et vous pour la vôtre, survient probablement partout ailleurs. La cupidité ne vise pas spécialement nos régions. On la retrouve ailleurs. La grande différence réside peut-être dans le fait que ma région n’a pas de frontière difficilement franchissable. Le brassage humain se fait depuis longtemps réduisant à pratiquement néant toute identité régionale… ce qui n’est pas le cas d’une île, corse ou sarde.

  10. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    La différence, chère Tita, bien que la problématique de vos régions du « Nord » est à prendre en considération également, se situe au niveau du climat et des littoraux ! Les îles possèdent encore des trésors de falaises, plages, bosquets, fontaines, sauvages non encore détruits par la race humaine et sont bien évidemment fort convoités par ceux qui veulent y cacher leur vie luxueuse et/ou tapageuse et qui, bien évidemment veulent se retirer au soleil, vue sur l’horizon au bord de mer, bien souvent, mais de plus en plus, au fin fond des campagnes et au creux des montagnes, pour atteindre l’âge centenaire dans des endroits qu’ils savent non encore pollués par l’industrie ! D’autres encore, n’ont qu’une idée, se faire un maximum d’argent en transformant ces lopins de terre en résidences de quelques villettes amassées les unes contre les autres, entourées de minuscules jardins (pas même l’espace suffisant pour y planter un arbre !)qu’ils revendent à des prix « étrangleurs » à des pauvres gens qui n’ont qu’une aspiration, celle de devenir propriétaires pour échapper à leur étouffement dans leur minuscule appartement pour lequel ils payent un faramineux loyer, au sein de hauts immeubles ! Ces dits immeubles que l’on continue également à construire aux abords des grandes villes et dans lesquels on entasse nos jeunes pour les éloigner de leur famille et de leurs petits patrimoines durement gagnés et conservés par leurs anciens ! Sans parler des grandes surfaces qui se multiplient à une vitesse grand V ! Il ne restera plus que quelques jardins publics dont les municipalités se gorgeront d’avoir « généreusement offert à leurs concitoyens » qui verront leurs impôts augmenter pour leur entretien ! Sur les littoraux, on verra des barrières se dresser pour avoir accès aux plages ! Il ne restera plus que quelques chemins communaux qui pourront être empruntés par la population filtrée par des interdits en tous genres (voir sur mon site, l’article où je mentionne la sale aventure que vivent 4 touristes, en Sardaigne, arrêtés avec leurs appareils photos sur une plage publique aux abords de la villa de Berlusconi ! ) ! En Sardaigne, des générations d’anciens avaient planté des arbres de gineprie (dont les baies servent maintenant aux « requins » qui s’en sont emparés, à en faire le commerce du gin, fameux alcool très connu !!! Les terrains comprenant ces centaines d’arbustes sont interdits d’accès ! Les bergers avaient pour habitude de confectionner leur bâton, leurs instruments de musique, leurs sculptures avec leurs branches, car le bois de gineprie devient aussi dur que l’ébène, une fois seché ! Serait arrêtée et condamnée, désormais, toute personne ramassant ne serait-ce qu’une branche morte à terre !) ! Le peuple grec l’a bien compris car il l’a constaté à ses dépends, suite aux terribles incendies de 2003 (il me semble, puis de 2007) ! En effet, des immeubles et autres batisses ont vu le jour sur des terrains dénudés qui étaient autrefois des terres préservées et pseudo-protégées de par leurs rares spécimens floreaux, dont les promoteurs et constructeurs ont obtenu des permis alors que la législation promettait un interdit sur de très longues années !!! Bien évidemment, la population aux revenus modestes, déjà entassée dans les grandes villes, ne comprennent pas notre dilemne et nos cris d’alerte, car on ne leur montre que le côté « touristique » (comme le dit si bien Philippe Madelin) des lieux et cette dite population ne connaissant les lieux que par ce qu’en disent les médias et publicitaires, pense que les résidents sont des « rupins » à l’abri de soucis !!! Je me suis même entendue dire que la Sardaigne était une île de milliardaires (?!!!) !Ces lieux et sa population sont à défendre parce qu’ils sont les gardiens de sites qu’ils entretiennent et préservent, pour faire en sorte qu’ils demeurent encore accessibles à ceux dont les salaires sont plus que modiques et qui ont besoin d’air pur et de détente durant quelques mois de leur dure année de labeur et qui ont surtout besoin d’espérer pouvoir un jour, trouver des lieux de retraite paisible à la portée de leur maigre pension ! Je ne sais comment faire comprendre tout ceci mais le problème est grave, aussi grave que peuvent l’être les problématiques des indiens d’Amazonie qui voient leur territoire s’amenuiser petit à petit, toujours à coups d’incendies volontaires, de déboisements sauvages à outrance, d’extermination sournoise de la population à coups de transmissions de virus et de pulvérisations d’insecticides et pesticides !!! Je comprends ce que pourraient être amenées à penser les associations qui défendent les SDF et qui réclament que l’on construise plus de logements sociaux pour ces personnes mais les permis qui seraient octroyées pour ces immeubles ne signifie pas qu’ils seraient utilisés de toute manière pour loger effectivement ces personnes sans toits ! Je ne crois pas que de penser que ces situations de sans logements sont prioritaires (et ils le sont effectivement !!! D’autant que personne n’est à l’abri de se retrouver dans ce cas, de nos jours !) doit amener à ignorer la problématique que je vous expose ! Je pense que tout a un début et que la source de cette recrudescence de sans abris est cette problématique ! Ce n’est pas en appauvrissant et en faisant en sorte que ceux qui ont encore un petit patrimoine se trouvent également démunis à coups d’incendies, à coups de pollutions, à coups d’entourloupes, que l’on résoudra le problème des sans logis ! Bien au contraire, je pense qu’on court tout droit vers une aggravation du problème !!! Je ne suis qu’une simple femme, simple citoyenne et simple mère de famille et je ne peux qu’exprimer mes craintes en témoignant, en écrivant mes ressentis ici et là, et je ne comprends pas que les syndicats et partis politiques de tous bords n’agissent pas en exigeant officiellement (et en contrôlant, bien évidemment !) le respect, en tout premier lieu, des législations établies notamment en matière d’interdit de construction suite à des incendies.

  11. Tita Says:

    Bien que votre message fut repris plus haut, je vais me permettre d’y répondre ici.

    Les îles possèdent encore des trésors de falaises, plages, bosquets, fontaines, sauvages non encore détruits par la race humaine et sont bien évidemment fort convoités par ceux qui veulent y cacher leur vie luxueuse et/ou tapageuse et qui, bien évidemment veulent se retirer au soleil, vue sur l’horizon au bord de mer, bien souvent, mais de plus en plus, au fin fond des campagnes et au creux des montagnes, pour atteindre l’âge centenaire dans des endroits qu’ils savent non encore pollués par l’industrie !

    Je vous concède que ma région du « Nord » n’a pas vu sur la mer, mais il y a aussi des coins et des trésors naturels magnifiques (comme des plages ou des falaises tombant dans le Rhône) que les riches en nantis venant d’autres régions cherchent à s’offrir pour profiter d’un panorama vivifiant. Je retrouve donc le même phénomène que ce que vous décrivez.

    D’autres encore, n’ont qu’une idée, se faire un maximum d’argent en transformant ces lopins de terre en résidences de quelques villettes amassées les unes contre les autres, entourées de minuscules jardins (pas même l’espace suffisant pour y planter un arbre !)qu’ils revendent à des prix “étrangleurs” à des pauvres gens qui n’ont qu’une aspiration, celle de devenir propriétaires pour échapper à leur étouffement dans leur minuscule appartement pour lequel ils payent un faramineux loyer, au sein de hauts immeubles !

    Tout pareil. J’ai derrière chez moi un petit lopin de terre qui fut vendu (pas par moi) pour y construire 40 maisons… avec des jardins de mouchoir de poche.

    Ces dits immeubles que l’on continue également à construire aux abords des grandes villes et dans lesquels on entasse nos jeunes pour les éloigner de leur famille et de leurs petits patrimoines durement gagnés et conservés par leurs anciens !

    Pareil. Il y a des banlieues partout, où les jeunes s’entassent pour se rapprocher de leur travail de centre ville… en abandonnant derrière eux des maisons qui tombent finalement en ruine, etc…

    Sans parler des grandes surfaces qui se multiplient à une vitesse grand V ! Il ne restera plus que quelques jardins publics dont les municipalités se gorgeront d’avoir “généreusement offert à leurs concitoyens” qui verront leurs impôts augmenter pour leur entretien ! Sur les littoraux, on verra des barrières se dresser pour avoir accès aux plages !

    Je vois ça souvent. hélas : chemin privé, plage privé, etc.

    Il ne restera plus que quelques chemins communaux qui pourront être empruntés par la population filtrée par des interdits en tous genres (voir sur mon site, l’article où je mentionne la sale aventure que vivent 4 touristes, en Sardaigne, arrêtés avec leurs appareils photos sur une plage publique aux abords de la villa de Berlusconi ! ) !

    Je l’avais lu.

    En Sardaigne, des générations d’anciens avaient planté des arbres de gineprie (dont les baies servent maintenant aux “requins” qui s’en sont emparés, à en faire le commerce du gin, fameux alcool très connu !!! Les terrains comprenant ces centaines d’arbustes sont interdits d’accès ! Les bergers avaient pour habitude de confectionner leur bâton, leurs instruments de musique, leurs sculptures avec leurs branches, car le bois de gineprie devient aussi dur que l’ébène, une fois seché ! Serait arrêtée et condamnée, désormais, toute personne ramassant ne serait-ce qu’une branche morte à terre !)

    Ici, ce sont les noyers que les anciens ont planté et que les damnés de l’avarice interdisent d’accès au quidam.

    Le peuple grec l’a bien compris car il l’a constaté à ses dépends, suite aux terribles incendies de 2003 (il me semble, puis de 2007) ! En effet, des immeubles et autres batisses ont vu le jour sur des terrains dénudés qui étaient autrefois des terres préservées et pseudo-protégées de par leurs rares spécimens floreaux, dont les promoteurs et constructeurs ont obtenu des permis alors que la législation promettait un interdit sur de très longues années !!! Bien évidemment, la population aux revenus modestes, déjà entassée dans les grandes villes, ne comprennent pas notre dilemne et nos cris d’alerte, car on ne leur montre que le côté “touristique” (comme le dit si bien Philippe Madelin) des lieux et cette dite population ne connaissant les lieux que par ce qu’en disent les médias et publicitaires, pense que les résidents sont des “rupins” à l’abri de soucis !!! Je me suis même entendue dire que la Sardaigne était une île de milliardaires (?!!!) !

    Je vous accorde que je ne me suis jamais entendu dire que le Dauphiné était un pays de milliardaires. En même temps, les images d’Épinal ont la vie dure. Une portugaise de mes amies en déplacement en Belgique avait dû montrer ses bras pour prouver qu’elle n’était pas plus poilue que les autres. Heureusement, stéréotypes ne sont pas vérités.

    Ces lieux et sa population sont à défendre parce qu’ils sont les gardiens de sites qu’ils entretiennent et préservent, pour faire en sorte qu’ils demeurent encore accessibles à ceux dont les salaires sont plus que modiques et qui ont besoin d’air pur et de détente durant quelques mois de leur dure année de labeur et qui ont surtout besoin d’espérer pouvoir un jour, trouver des lieux de retraite paisible à la portée de leur maigre pension ! Je ne sais comment faire comprendre tout ceci mais le problème est grave, aussi grave que peuvent l’être les problématiques des indiens d’Amazonie qui voient leur territoire s’amenuiser petit à petit, toujours à coups d’incendies volontaires, de déboisements sauvages à outrance, d’extermination sournoise de la population à coups de transmissions de virus et de pulvérisations d’insecticides et pesticides !!!

    Vous mettez le doigt sur ce qui me semble être le noeud gordien : l’identité. Les Sardes ont encore une forte identité propre. Ils sont d’abord Sardes avant d’être Italiens. Pour un Dauphinois, ce n’a pas de sens. Il a éventuellement un accent (je l’ai) mais le brassage culturel autant que le brassage des populations ramènent son identité à « être français ». Il ne vit alors pas l’invasion des autres français comme une menace à sa culture et à son identité.
    Ce n’est visiblement ni le cas des corses, ni le cas des sardes qui, eux, ont une identité forte (probablement dû à leur insularité). Qu’un riche corse achète un bout de terre en corse ne pose pas de soucis particulier. Mais que ce riche soit un continentaux, et voilà qu’un sentiment de vole apparait et de menace…

    En Bref, au niveau des faits, il est probable qu’on ait les mêmes choses en Sardaigne ou en Dauphiné, mais le sens donné à ces faits n’est pas le même dû à l’intensité de l’identité.

    Je comprends ce que pourraient être amenées à penser les associations qui défendent les SDF et qui réclament que l’on construise plus de logements sociaux pour ces personnes mais les permis qui seraient octroyées pour ces immeubles ne signifie pas qu’ils seraient utilisés de toute manière pour loger effectivement ces personnes sans toits ! Je ne crois pas que de penser que ces situations de sans logements sont prioritaires (et ils le sont effectivement !!! D’autant que personne n’est à l’abri de se retrouver dans ce cas, de nos jours !) doit amener à ignorer la problématique que je vous expose ! Je pense que tout a un début et que la source de cette recrudescence de sans abris est cette problématique ! Ce n’est pas en appauvrissant et en faisant en sorte que ceux qui ont encore un petit patrimoine se trouvent également démunis à coups d’incendies, à coups de pollutions, à coups d’entourloupes, que l’on résoudra le problème des sans logis ! Bien au contraire, je pense qu’on court tout droit vers une aggravation du problème !!! Je ne suis qu’une simple femme, simple citoyenne et simple mère de famille et je ne peux qu’exprimer mes craintes en témoignant, en écrivant mes ressentis ici et là, et je ne comprends pas que les syndicats et partis politiques de tous bords n’agissent pas en exigeant officiellement (et en contrôlant, bien évidemment !) le respect, en tout premier lieu, des législations établies notamment en matière d’interdit de construction suite à des incendies.

    Justement, n’y a -t-il pas des élus sardes ou corses pour défendre les intérêts des corses ou des sardes ? Ce que vous exposez relèvent directement de leur mission… enfin, je crois.

  12. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    Chère Tita !
    Je comprends pertinemment que dans votre belle région, la problématique existe également ! J’ai pu aussi le constater en Auvergne mais à moindre pourcentage…à cause du climat !

    Je vais répondre à quelques-uns de vos paragraphes !

    Je vous cite : « Vous mettez le doigt sur ce qui me semble être le noeud gordien : l’identité. Les Sardes ont encore une forte identité propre….Qu’un riche corse achète un bout de terre en corse ne pose pas de soucis particulier. Mais que ce riche soit un continentaux, et voilà qu’un sentiment de vole apparait et de menace… »

    Le problème d’identité et le sentiment d’invasion, existent, bien évidemment, depuis des siècles, si l’on s’en réfère à l’histoire, puisque la population corse et sarde a été envahie moultes fois (par les maures, les africains, les espagnols et les romains ! D’où cette tendance maintenant à mettre en exergue leur identité propre face aux italiens, pour ce qui concerne le peuple sarde surtout !)! Les peuples sardes et corses ne sont donc pas paranoïaques lorsqu’ils se récrient contre l’invasion des riches continentaux, de nos jours, en se référant à ce qu’ont vécu et ont dû combattre leurs ancêtres, mais ils ont acquis une « clairvoyance » et ont pu constater les permissivités octroyées à certains et non à d’autres ! Pas d’amalgames, certains « riches » continentaux ont été parfaitement intégrés sur les 2 îles, simplement parce qu’ils ont su acquérir leurs biens immobiliers avec respect ! Sans flouer les vendeurs de ces dits-biens et surtout, en ne convoitant pas des sites qui sont depuis des décennies préservés et protégés ! En évitant aussi, de débarquer en conquérants et en respectant la culture d’autrui ! Contrairement à ce que laissent entendre certains médias journalistiques et autres, les peuples corses et sardes sont très hospitaliers et très ouverts sur la culture des autres peuples, celà fait partie intégrante de leur éducation reçue ! Lorque vous vous rendrez en Corse et en Sardaigne, vous pourrez constater que beaucoup de résidents sont des « pinsutti » (surnom affectueux qu’emploient les corses pour désigner français, italiens, marocains, russes, etc.) aux moyens plus ou moins modestes ! Ce qu’ils apportent avec humilité comme expériences est accueilli comme un enrichissement culturel complémentaire et, en retour, ils savent ne pas imposer leurs cultures et leurs manières de vivre ! Un juste équilibre s’établit très rapidement, tout simplement, en toute intelligence de part et d’autre ! De plus, et ceci se vérifie aussi hélas en France et surtout dans le Sud, trop de corses et de sardes ont dû quitter leur île pour aller travailler sur le continent s’ils ne voulaient pas que leur famille périclite ! De nos jours, certains ne peuvent même plus retourner voir leur famille et n’ont même pas les moyens financiers de garder un lien ne serait-ce que téléphonique et sont donc isolés ! Ce que je perçois, moi, comme un préjudice moral, une anormalité affective, et un préjudice pécunier !!! On peut rentrer vers sa région depuis Paris très rapidement maintenant avec le TGV ou avec son propre véhicule et à un coup raisonnable, ce qui n’est pas le cas pour les retours en Corse et/ou en Sardaigne qui ne peuvent se faire qu’au moyen des navires dont nous sommes tributaires du planning des allers/retours, ou des avions et le tarif pour ces traversées est le double voire le triple, si l’on insère son véhicule et le trajet jusqu’aux ports et aéroports ! Et je ne vais pas vous parler ici des frais engagés et des déplacements et séjours obligatoires sur le Continent italien, par exemple, lorsqu’un sarde doit se faire visiter et passer des examens pour contrôle d’un cancer !!! Il y aurait tant à dire sur les organisations sanitaires déployées sur l’île !!! Et qu’on ne me dise pas que c’est un choix que font ceux qui viennent sur le continent ! Non ! C’est une obligation !!! Sur les îles, rien n’est fait ou peu, pour permettre aux familles de rester unies, d’y vivre normalement avec les comodités essentielles, puisque peu d’ouvertures d’entreprises et peu de possibilités de créations d’entreprises ! Les professeurs spécialistes sur le plan médical, par exemple, ne se trouvent pas en Sardaigne! Seuls quelques-uns se déplacent et maintiennent des permanences très espacées en temps (il faut prendre rendez-vous très longtemps à l’avance (?!!!) pour avoir le privilège d’être examiné sur place et encore ! Puisque les équipements nécessaires manquent sur l’île, le déplacement des malades reste de vigueur !) ! Les élus locaux font ce qu’ils peuvent (selon les bords politiques et les élections sont peu souvent gagnées par les élus du peuple ! Comprenne qui pourra !) mais, bien évidemment, les peuples corses et sardes sont très patriotes et font entendre leurs voix…à leur manière, qui, pacifiquement qui moins pacifiquement ! Il devrait être tout naturel qu’un véritable dialogue s’établisse lorsqu’il y a des décisions à prendre concernant leur avenir, leur devenir, leurs problèmes au quotidien, et les problèmes d’environnement notamment (je pense au Padduc, par exemple) et, mais je ne me prononcerai pas ici, il y a bien souvent une sorte de déséquilibre dans la balance lors de ces « tables rondes » que les peuples s’efforcent de rétablir en se faisant entendre ! Malheureusement, la liberté d’expression et donc, la prise en compte de leurs avis, est bien souvent bafouée avec des moyens sournois ! Chacun essaie de défendre cette liberté à sa manière …mais ! ce n’est pas ici le débat !

    Ceci étant dit, chère Tita, je vous remercie de l’intérêt que vous portez à nos soucis et de votre intervention qui tend à confirmer que la problématique existe et qu’elle ne vient pas de l’imagination d’une « scribaillonne » qui, effectivement, ne peut qu’exprimer ses ressentis au moyen de ses interventions écrites deci-delà ! Je remercie d’ailleurs, du plus profond de mon coeur, Philippe Madelin, de m’avoir consacré un peu d’espace sur son site !!!

  13. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    Je reviens sur la question de la recrudescence des cancers du poumon en Sardaigne ! J’ai fait ma petite recherche personnelle pour tenter de comprendre le pourquoi du comment ! En effet, les personnes atteintes dans mon entourage ne sont pas fumeurs ! Je suis allée sur divers sites en mentionnant via le navigateur « cancer des poumons » et j’ai pu lire « les diverses causes » et notamment, qu’il pouvait être du à l’inhalation et/ou à l’ingestion de certains polluants et métaux lourds déposés dans le sol, dans les nappes phréatiques ou diffusés dans l’athmosphère, tel le cadmium qui serait même utilisé dans le cadre de l’application de couches de finition de céramiques alimentaires et ustensiles de cuisine !!! Je cherche donc le mot cadmium et j’en trouve toutes les mentions sur Wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Cadmium) ! Et là, quelle ne fût ma stupéfaction en lisant que le cadmium pouvait se trouver, d’une part, en dose concentrée dans les mollusques (je pense aux escargots, plat national sur l’île !) absorbant ce métal lourd surtout lorsqu’il n’est pas loin de terrains épandés par des boues en contenant (il n’y a pas ou peu de terrains cultivés, hormis les vignes et oliveraies qui n’ont aucun besoin d’épandages, donc… !), mais d’autre part, pouvait également se dégager en vapeurs dans l’athmosphère, lors d’incinérations d’ordures ménagères !!! Et, devinez ce que je viens de comprendre ? Je fais tout simplement le rapprochement entre les fameux camions et navires plein à ras bords d’ordures ménagères provenant de la ville de Naples, lors de cette fameuse grève des éboueurs qui a duré tant et tant de mois, qui ont été apportées sur l’île (certains avec des accords et d’autres, suite à des manifestations, en bravant les interdits ; des sardes l’avaient dénoncé à corps et à cris mais personne n’a voulu en tenir compte !) et qui ont été incinérées, Dieu seul sait en quels divers points de l’île ! Je suis très en colère et je me sens complètement impuissante ! J’ai lu également que le cadmium pouvait être la cause non seulement de cancers de poumons mais également de cancers de la prostate et des intestins ! 4 membres de ma famille sont atteints de ces 3 cancers, et dans le même village, 2 autres cas de cancers de poumons, dont 1 jeune femme de trente ans qui a une tumeur dans chacune de ses voies respiratoires !!! J’ai pu discuter avec bon nombre de sardes qui ont tous eu un membre de leur famille atteint qui d’un cancer des intestins, qui d’un cancer des poumons, qui d’un cancer de la prostate ! Mon oncle centenaire (103 ans !) présente une tumeur sur le dessus du crâne apparue depuis seulement quelques mois !!! Je rage et j’accuse le gouvernement italien de vouloir assassiner le peuple sarde !!!

  14. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    URGENT !!! Le gouvernement italien veut disposer d’un littoral protégé situé à Is Arunas, provincià di Oristano, sur plusieurs kilomètres, le rendant ainsi inaccessible à la population et anyhillant ainsi tous les efforts effectués par les résidants et la municipalité pour accueillir au mieux les touristes ! Ce littoral est également un lieu préservé, refuge d’un grand nombre d’espèces d’oiseaux qui, bien évidemment, ne pourra plus venir nicher et se ressourcer sur ce magnifique espace !!!

    Nous lançons donc un appel à tous, pour venir signer la pétition mise en place par les résidants environnants ! Vous êtes tous concernés !

    C’est urgent, nous avons seulement jusqu’au 08 Octobre pour réagir et essayer de contrer cette décision prise par un gouvernement italien sans consultation des concernés en place !!!

    Merci d’avance !!!

    http://www.petitiononline.com/qd090909/petition.html

    P.S. : Pour ceux qui ne comprendraient pas les éléments demandés : il vous suffit d’inscrire vos noms et prénoms, d’insérer votre E-mail, de cliquer sur l’un des trois choix (le 1er, E-mail non visible, le 2ème, E-mail visible seulement par les organisateurs de la pétition, le 3ème E-mail totalement visible par le grand public !) puis d’insérer un ou plusieurs commentaires (notamment l’URL d’un site si vous le désirez !) puis de valider votre signature !!!

  15. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    La preuve de ce que j’avançais, concernant les ordures de Naples, est que l’on vient de trouver un navire plein à ras bords d’ordures industriels (cette fois !), au fond de la Méditerrannée, non loin des littoraux ! La rumeur qui trainait comme quoi les ordures de type « industriel » s’amassant à Naples parmi les ordures ménagères, avaient été évacuées via navires, vers des lieux inconnus (et sans accords !!!) vient d’être confirmée ; on peut, hélas, maintenant, parler d’un véritable désastre écologique !!! Celà vient aussi confirmer que les sardes disaient juste lorsqu’ils dénonçaient que des navires plein à ras bords arrivaient de nuit au port de Cagliari et qu’un véritable trafic de camions transportant ces « fiutti » naviguaient à travers toute l’île de la Sardaigne ; Celles-ci étant ensuite certainement enterrées, voire incinérées dans des lieux encore inconnus mais vu la petite superficie de l’ile, certainement en des endroits proches des populations, et surtout en des sites protégés ! Lorsqu’on pense que l’île est une véritable nappe phréatique à elle seule puisqu’elle dénombre une grande quantité de sources naturelles dans ses maquis (quelquefois 2 à 3 sources par village, on peut imaginer la pollution que celles-ci ont subi !!!

  16. Silaneze Says:

    AFFORRASSAAAAA !!!!! SARDIGNA NATZIONE INDIPENDENTZIA ! l’ultima uccita pro su populu Sardu !

  17. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    @ Silaneze : L’expression d’un jeune sarde en colère ! Une sourde colère qu’ont dans leur coeur la plupart des jeunes sardes ! Une sourde colère que leurs parents et grand-parents ne peuvent plus réfréner ! Je crains le pire pour l’avenir des habitants de cette île et je crois que ce qui couve est une juste révolte !
    J’arrêterai là pour aujourd’hui…je suis en deuil !
    Sur sept cancers déclarés dans un même village, Sénis, provincià di Oristano, 5 membres de ma famille (et ce, dans la même famille !) sont atteints dont un oncle qui vient de décéder et sa femme qui ne va pas tarder à le suivre ! Leur beau-frère vient d’être ré-hospitalisé d’urgence, le cancer s’étant étendu au pancréas ! Une jeune voisine d’à peine trente ans, atteinte d’un cancer des poumons (une tumeur dans chaque poumon !) est peut-être déjà morte à l’heure où je vous parle ! Le père de mes deux tantes, 103 ans au mois de Janvier 2009, a développé une tumeur, cancer de la peau, au sommet de son crâne et tousse depuis de nombreux mois (certainement atteint lui aussi d’un cancer des poumons !), à son âge, les médecins préfèrent le laisser en paix ! Un ami de la famille est atteint d’un cancer de la prostate et un autre est en surveillance pour la même maladie ! Sénis est un petit village de quelques centaines d’habitants !!! Cette recrudescence n’a été constaté que depuis quelques mois…Je ne ferai aucun autre commentaire !
    Ma pensée va également aux habitants de Villaverde, Pau et Usellus, provinci di Oristano, qui ont tout perdu lors de l’incendie criminel (volontairement créé par des « envahisseurs » en quête de terres qui deviendront constructibles sous couvert de pseudo-accords, achetées une bouchée de pain, après avoir ruiné leurs propriétaires, et celà, je le dénonce très fort !!!) du 23 et 24 Juillet 2009 et qui n’ont, pour beaucoup d’entre eux, soit pas encore obtenu d’aide financière, soit eu qu’une sorte de prime d’un montant ridicule qui ne leur permettra même pas de planter une dizaine d’oliviers ! Honte à ce gouvernement !!! Honte aux profiteurs !!!

  18. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    Ce que je prévoyais va se réaliser :

    le peuple sarde, lassé de voir la plupart de ses jeunes diplômés sans travail, de se voir voler ses petits lopins de terre par les requins, de vivre de plus en plus précairement au profit des arrivistes qui se fichent un peu trop de leur gentillesse et de leur sens de l’hospitalité, de se voir délaissé, voire spolié par le gouvernement italien, décide une nouvelle fois comme en 2002, de s’unir pour descendre dans la rue, travailleurs, commerçants, chômeurs, pensionnés, aux fins de paralyser l’île entière pour protester massivement, tous bords politiques confondus et apolitiques ensemble, ce 5 FEVRIER 2010 !

    Lorsque je disais dans certains de mes articles précédents que le peuple sarde est un peuple gentil de par sa culture mais que les jeunes ressentaient de plus en plus une sourde colère sur le point d’expulser telle de la lave, je ne me trompais pas !

    Je pense que cette manifestation (dans chaque ville et village, le peuple sarde se trouvera dans la rue, avec femmes, enfants, parents et grand-parents mêlés et soudés, certainement main dans la main pour danser le fameux « ballo sardo », qui est un signe d’union et de front de révolte pacifiquement déclarée !) se déroulera de manière calme et pacifique mais que l’on pourra craindre que les autorités gouvernementales déploieront des murs de carabinieris provenant du continent car même les carabinieris sardes seront parmi le peuple !!!

    La goutte qui a fait déborder le vase vient des salariés du groupe américain ALCOA, spécialisé dans l’exploitation d’aluminium ayant bénéficié de subventions de l’Etât, devenu propriétaire du site de Portovesme en Sardaigne, exploitaient ces quelques travailleurs sardes avec un salaire de misère !

    Ceux-ci, soutenus par divers syndicats, ont manifesté pacifiquement ce 15 Janvier, devant l’ambassade des USA à Rome, et devant les portes de l’exploitation alghéroise, demandant respect, hausse des salaires et travail pour les sardes résidant du lieu ! Comme je vous l’avais déjà mentionné, les entreprises américaines, canadiennes, australiennes et d’autres nationalités ont pour habitude de s’approprier des sites (montagnes également !) aux fins d’extirper l’or et autres richesses minerales sur l’île, en amenant leur propre main-d’oeuvre alors qu’ils bénéficient de larges subventions du gouvernement italien ! Le peu d’ouvriers sardes embauchés sont exploités et traités à la limite du manque de respect !

    Je ne manquerai pas de vous tenir informés dès lors que j’aurais connaissance du déroulement des évènements !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :