Archive for octobre 2007

Dégraisser le Mammouth

21+01:00p31+01:0010bmar, 23 Oct 2007 17:19:21 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Police et gendarmerie: dégraisser le mammouth
Par Philippe Madelin (Journaliste)    11H53    23/10/2007

La révélation, hier par l’Agence France Presse (AFP), d’un document de travail émanant du ministère du Budget risque de provoquer de violents remous dans la « maison police ». En préconisant la suppression à terme –d’ici à 2011- de 10000 emplois dans la police et la gendarmerie, soit un poste sur vingt, l’inspecteur des finances François Mongin jette un sacré pavé dans la mare.

Cette idée est soulevée dans un document de travail, rédigé dans le cadre de la révision générale des politiques publiques. Mongin, ancien directeur général des Douanes et actuel chargé de mission sur la réforme de l’Etat auprès d’Eric Woerth, suggère que cette baisse des effectifs dans le domaine de la sécurité soit obtenu pour l’essentiel par rationalisation des structures entre la police et la gendarmerie.

120000 policiers, 100000 gendarmes en France, il y a en effet sans doute de la marge, du « gras ». Mongin trace deux pistes: d’une part le resserrement du dispositif actuel police/gendarmerie « sans remise en cause radicale » de leur organisation, avec un gain escompté de 8375 ETP (équivalents temps plein), et, d’autre part, « la remise à plat de l’organisation territoriale des forces (de sécurité) et de la formation », ce qui impliquerait la « fermeture de la moitié des brigades » de gendarmerie et la « constitution de grandes circonscriptions de police nationale sur le périmètre d’agglomérations de plus de 50000 habitants ».

En fait, à terme se profilerait la fusion pure et simple de la police et de la gendarmerie, placées sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. En effet, la gendarmerie est un corps militaire dont la place n’est plus justifiée dans le cadre de l’Union européenne, où toutes les autres polices militaires sont passées ou sont en voie de passer sous la tutelle d’un ministère civile.

C’est une vraie révolution, que redoutent en particulier les gendarmes, qui y perdraient leur relative autonomie. Ce serait d’évidence la fin de la « guerre des polices ». Même si elle s’est fort atténuée au cours des dix dernières années, cette « guerre » qui sévit en France depuis des décennies est doublement coûteuse, en crédits et en efficacité.

Bien qu’encore à l’état d’épure -« c’est une réflexion théorique », souligne-t-on au ministère de l’Intérieur-, ce projet va provoquer de violents soubresauts. Il s’inscrit dans la droite ligne de la fusion en cours entre la DST et les Renseignements généraux dans le cadre de la DCRI, direction centrale du Renseignement intérieur. Cette fusion ne serait donc qu’un galop d’essai: d’autres regroupements sont en vue, notamment au niveau des organes de police scientifique, de la formation et des instituts de recherche.
Enfin, selon des informations concordantes, en prélude à ces projets, la gendarmerie quittera le giron de l’armée dès le 1er janvier 2009 pour passer sous le contrôle du ministère de l’Intérieur. De nombreuses questions restent en suspens, mais cette évolution paraît inéluctable, d’autant plus qu’elle est voulue par le Président de la République.

Ajout, le 23/10/07 à 20h05 du dernier paragraphe de l’article.

* gendarmerie

Par ouvrardn (Intermittent Paris)    12H38    23/10/2007
> Tout à fait insuffisant mais

je suis d’accord avec vous,
mais il convient quand meme de distinguer les moyens de secours des moyens de repression … les pompiers se deplacent plus pour les gens que pour les chiens …
Gare a l’infarctus
Wou wou

ART MONIKA (Chercheur au CNRS (Psychologie))    13H51    23/10/2007
> > Tout à fait insuffisant

C’est quoi ce racisme anti-mammouths, lesquels ont disparu de notre monde depuis belle lurette ? Leur « graisse », pff… il y a longtemps qu’elle a fondu.
C’est comme le racisme anti-éléphants, que ne méritent pas ces dignes animaux.
Les humains sont suffisamment ignobles tout seuls, ils n’ont pas besoin de se traiter de noms d’animaux.

Ces annonces de « dégraissage » (hmm le mot est d’une délicatesse…) ne sont pas fortuites. Leur usage relève de la même méthode: une petite « fuite » pour tester la résistance et hop! on lance la machine « pro-réformes ».

Tous les fonctionnaires passeront à la casserole, mais certains avec plus de ménagement que d’autres.
8 vote(s)

Par Alice77 (rien du tout nulle part)    16H44    23/10/2007
SARKO MAMAOUTHAN 1er

Depuis quelques années on avait renoncé à employer ce terme de mammouth, pour la fonction publique. Allègre c’était rendu célèbre par cette qualification. Il se rend actuellement célèbre par ses dénis de réalité. Et sa sale tête difforme qui aurait lui besoin d’une cure de juvénilité, de beauté, de soin de soi-même. Et cette métaphore du gras, de surnuméraire, de la viande inutile. Pourtant le dictionnaire des synonymes donne « titan », « géant », »Cyclope », « Colosse », « Ogre »! Le mammouth, c’est lui, c’est le pouvoir actuel.
Une bonne partie de la police, ses syndicats particulièrement, fait peur aux pouvoirs publics. Les flics pas si à droite que l’on veut le faire croire. Je ne connais pas de jeunes flics qui apprécient Sarko. Hier c’est grâce aux flics que mon probloc c’est décidé à allumer la chaudière.
Dégraissons le Président!

r thoughtthrow    13H43    23/10/2007
> Je ne rigole pas du

Et vous serez le premier à gueuler lors de votre accident de voiture!!!
et sachez que la grande majorité des pompiers sont des pompiers volontaires, qui ont donc un travail et ne sont payés en tant que pompiers que pour les interventions qu’ils effectuent.

félicité-mafoi    12H57    23/10/2007
> Police et gendarmerie: dégraisser le

si je reprends les chiffres de l’article, cela fait un policier ou un gendarme pour 286,36 personnes … est-ce trop ou pas assez …il faudrait comparer avec d’autres pays, demander à des sociologues
est-ce que les CRS sont comptés ?
peut-on vraiment dire qu’il y a trop de pompiers comme le fait remarquer « comptecourant » ?
et si le nouveau système mis en place est plus performant en ce qui concerne les dépenses, restera-t-il un service public ?

13H34    23/10/2007
> > Police et gendarmerie: dégraisser

hoooooo bahhh…

c’est juste le rétrécissement de l’état à ses fonctions régaliennes : Police, justice, armée.

Quand ces fonctions serons devenues super rachitiques on pourra fêter l’avènement d’un nouveau monde :
-police privée
-armée privée
-justice privée

bienvenue au XXI siecle. The New Order.

Par Courageux anonyme    12H55    23/10/2007
> Police et gendarmerie: dégraisser le

La fin du flicage à tout va? Pas si sur… Mais l’idée est loin d’être bête. Sur Paris, le CNRS évoquait le chiffre incroyable d’un policier pour 110 habitants! Au lieu de s’attaquer à l’éducation nationale, voila un moyen de diminuer le budget de l’état. Par contre, on ne touche pas aux pompiers malheureux!

Par Courageux anonyme    13H17    23/10/2007
> Police et gendarmerie: dégraisser le

L’économie réalisée par la suppession de 10000 postes de fonctionaires ne couvre même pas le manque à gagner dû au cadeau fiscal fait aux actionnaires, qui ont vu leurs bénéfices sortis de l’impôt sur le revenu (40%) pour un prélèvement libératoire de 18%….

Par Courageux anonyme    18H11    23/10/2007
> > Police et gendarmerie: dégraisser

Visiblement, tu semble penser que les actionnaires ça ne sers à rien, que ce sont d’immondes voleurs, des pourritures d’escrocs baveux.

T’est tu un jour demandé qui risquait son argent pour faire des entreprises qui emploient des gens ?

L’idée est claire, c’est d’avantager l’investissement dans les entreprises pour avoir plus d’emplois.

De toute façon, l’argent va toujours la ou il y a du pognon à gagner. J’aime bien ceux qui critiquent la logique, mais je suppose qu’en attendant tu ne pretterait pas ton argent avec un risque d’y perdre s’il n’y a rien à gagner.

Car un actionnaire peut gagner de l’argent, mais il peut aussi en perdre beaucoup.

Par Tophee (Grammairien decomplexe – Londres)    13H42    23/10/2007
> Police et gendarmerie: dégraisser le

C’est bien, le petit Nicolas travaille deja a sa re-election, en utilisant une technique qui lui a si bien reussit quand il etait ministre de l’interieur : D’un cote il freine l’action de la police en lui retirant des moyens (voir police de proximite), de l’autre il gesticule devant les cameras en se faisant passer pour le defenseur de la veuve et l’orfelin, prometant de nouvelles lois que personne ne pourras faire appliquer.

Ne vous inquietez pas brave gens, si demain il n’y as plus de police pour traquer les voyoux qui vous ennuient, Nicolas metras en place un nouveaux system « moderne » et « liberal » (rmarquble?) qui je suis sur lui est cher : des police privees.

Comme cela le monde seras plus clair. Une police au service des riches et les pauvres derriere les bareaux. Ho le beau monde que l’on nous prepare!

Par Courageux anonyme    13H48    23/10/2007
> Police et gendarmerie: dégraisser le

Ce n’est qu’un déplacement du problème. La diminution des effectifs de gendarmerie entraînera la fermeture des « petites » casernes de campagne ou de banlieue, et les maires seront obligés (encore une fois !) de palier le retrait de l’Etat du service public. C’est un dégraissage latéral, pas plus.
Mais si vous paierez moins de gendarmes d’Etat avec votre impôt sur le revenu, vous paierez davantages de policiers municipaux avec votre taxe d’habitation…. L’économie elle est pour l’Etat, pas pour le contribuable.
Audrey – Pau 64

Par Courageux anonyme    16H09    23/10/2007
> > Police et gendarmerie

La démocratie a parlé. 53% des gens ont voté pour une politique de réduction des effectifs dans la fonction publique.

Il me semble que les policiers et gendarmes sont très logiquement concernés… Et puisque les postes sont supprimés au hasard des départs en retraite, je ne vois pas à quel titre ces gens seraient épargnés… Parce qu’ils votent Sarko ? Auquel cas, on serait vraiment en dictature, et ce n’est pas le cas.

Les gens ont voté pour virer « ces feignasses de fonctionnaires », eh bien qu’on les vire, flics et gendarmes compris. Ils n’auront qu’à chercher « un vrai travail dans le privé » comme ils le conseillent à leurs petits camarades de l’éducation nationale et autres profiteurs « qui ne glandent rien »…

Par el loco (educateur specialisé)    14H45    23/10/2007
et bien il fait ce qu’il as dit

j’ai appris ça en regardant le 13 heure de tf1 (si si je vous jure il faut toujours regarder comment est organisé la désinformation ça permet la pertinence de la critique )
bien sur le journaliste interrogeant le français lambda insistait sur le fait que la gendarmerie du village visitait risquait de fermer
et les petite dame de toutes en coeurs se plaindre de voir partir les gendarmes (et bien sur leur sécurité ) c’est rigolo non ?

puisque ce sont les même personnes qui il y a 7 8 mois disait qu’ils allaient voté Sarkozy pour (nottament) plus de sécurité et des fonctionnaires en moins

aujourd’hui les gens se plaignent de voir le président tenir ses promesses ça me fais doucement rigoler (en fait ça me fait même franchement rigoler )
il va falloir vous y habituer messieurs dames ils a dit qu’il fallait rationaliser (en language technocratique ca veut dire fermer ou faire moins) les services publiques

bientôt une police privée , il parait que blackwater est sur les rangs en association avec le groupe bouygues par l’intermediaire de Bolloré loll

allez Elviv Zorglub

Par Tophee (Grammairien decomplexe – Londres)    15H14    23/10/2007
> et bien il fait ce

Faut bien avouer qu’un homme politique qui tiens ses promesses, on a pas ete habitue.

Je ne pense pas qu’il tienne particulierement bien ses promesse, et surtout, je pense que beaucoup en voter pour lui pace-qu’ils le penssaient qu’il etait le plus a meme de changer les choses que pour reellement tenir ses promesses.

Le fait qu’il ai reussit a se faire passer pour le candidat du changement tout en etant membre du gouvernment sortant montre les qualite de pretidigitateur dus gars sarko.

15H20    23/10/2007
> Mais alors

pourquoi est-ce que je voit des pub pour le recrutement des gendarmes partout 13 000 qu’il faudrait embaucher d’apres l’annonce…

quelqu’un peut expliquer cela ???
3 vote(s)

Par ouvrardn (Intermittent Paris)    12H40    23/10/2007
> Police et gendarmerie

Je ne suis pas supris !
Apres les facteurs, les profs … les flics ….
Peut etre que ca evitera la guerre gendarmerie police ….
On peut faire confiance à nos maires pour trouver des places disponibles dans leurs milices (pardon polices) municipales !
Tant que ce n’est plus l’Etat qui paie !
une bonne journee

Ps le mammouth a bon dos en ce moment

Publicités

Prévention de la diffamation-éléments

41+01:00p31+01:0010bsam, 20 Oct 2007 10:28:41 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

•Diffamation : art.29 loi 1881 concernant l’ensemble des médias : «  Tout ce qui porte atteinte à l’honneur, la considération , le corps entraîne la diffamation c’est-à-dire  : –      allégation d’un fait précis…
… portant atteinte à l’honneur …
…visant une personne déterminée et identifiable…
…avec mauvaise foi présumée…
… publique et/ou rendu publique…

Lorsqu’il n’y a pas de fait précis, que le propos ou l’image a un caractère outrageant, méprisant, de l’ordre de l’invective, entraîne l’injure.
L’injure est incluse dans la diffamation.
Le Tribunal ne prend pas en compte la forme rhétorique, il s’oriente vers le droit du diffamé :
Donc le conditionnel, la négation  , le doute NE SONT PAS DES PRECAUTIONS, ne PREMUNISSENT d’aucune garantie.

Pour se défendre contre diffamation : pas de fait précis, faire la preuve des faits diffamatoires , faire valoir de la bonne foi ( éléments cumulatifs : avoir établi un exposé contradictoire des faits , répondre à la légitimité du droit à l’info, faire preuve de l’objectivité de l’enquête, avoir fait preuve de prudence dans l’expression, ne pas avoir manifesté d’animosité personnelle).•

• Bonne  foi : loi 1881 sur diffamation  4 éléments cumulatifs sont nécessaires à l’établissement de la bonne foi
# éléments contradictoires
# répondre à un but légitime d’informer
# faire la preuve d’aucune animosité personnelle
# faire la preuve de l’objectivité  et l’impartialité de l’enquête journalistique
# Faire preuve de prudence dans l’expression
D’une manière générale, la vraisemblance  prévaut sur  vérité , dans le cadre de la bonne foi    •

Le journaliste peut donc grâce à la bonne foi, à la précaution de n’avoir pas diffamé quelqu’un sur des faits précis à moins d’avoir fait la preuve des faits diffamatoires (dans les 10 jours  de l’acte d’assignation dans les formes de l’art.55 loi 1881 –complète, parfaite, corrélative aux imputations absolutoires) en arguant du droit à l’information prendre les risques nécessaires sans tomber sous le coup des règles citées .
Prescription générale de trois mois.

Injonction à réponse

Les interlocuteurs sont trop souvent enclins à ne pas répondre quand on leur propose de les rencontrer.
Il faut exercer une certaine violence pour obtenir des réponses.
La principale, et même la seule légale, consiste à mettre l’interlocuteur devant ses responsabilités. En fait à renverser la charge de la preuve. Il s’agit d’intimer à l’interlocuteur : si vous ne me répondez pas, vous prenez vos responsabilités, vous perdez le bénéfice de votre situation confortable, vous aurez à prouver que j’ai tort, et non pas à me demander de prouver que j’ai raison, ce qui est très difficile.

Modèle de courrier adressé par AR, au besoin par pli AR.

Monsieur-Madame

Dans le cadre d’une enquête que je suis en train de finaliser (on peut définir le champ, mais de façon très générale, éviter le détail à tout prix) certains éléments vous concernant sont parvenus à ma connaissance.
Dans le cadre de la législation et de la jurisprudence régissant l’enquête contradictoire en matière de publication, il est nécessaire que nous puissions nous rencontrer afin que vous donniez des réponses circonstanciées aux questions que je vous poserai.
Faute d’une absence de réponse rapide (délai assez court, un semaine à quinze jours) je considérerais que vous renoncez à votre droit de contestation et de recours sur les faits vous concernant dont je serai conduit à développer la teneur.
Veuillez croire, etc.

Raout à la Défense

10+01:00p31+01:0010blun, 15 Oct 2007 20:33:10 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Sarkozy et police : un grand raout à la Défense le 15 novembre

Alors que ça grogne dans les commissariats de police et dans les casernes de gendarmerie, le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a décidé de réunir le 15 novembre à la Grande Arche de la Défense plusieurs centaines de responsables de la police et de la gendarmerie pour leur expliquer le sens de sa politique sécuritaire. Et selon toutes probabilité pour annoncer des réformes majeures.
I l fait ça partout, avec l’Agriculture, avec le Grenelle de l’environnement, on se retrouve à se demander où est notre interlocuteur ? Est-ce que c’est toujours le Ministre de l’Intérieur ? Est-ce que c’est l’Elysée ?  Est-ce que c’est Matignon ?
que va-t-il annoncer ?
Accentuer le regroupement entre toutes les forces de sécurité, entre la gendarmerie et la police
la volonté du Ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, s’il continue dans sa logique c’est d’arriver à faire travailler d’encore plus près les gendarmes et les policiers, en les regroupant dans un seul ministère, le Ministre de l’Intérieur qui deviendrait le Ministère de la Sécurité intérieure. Pour lequel notre organisation a depuis longtemps s’est battue.
94  Je rappelle quand même qu’au niveau européen, une recommandation 690 qui dit que dans un pays démocratique il n’est pas convenable d’avoir une force de sécurité intérieure d’essence militaire et qu’elle devrait être de toute façon d’essence civile.
Ce rapprochement inquiète vivement le monde de la gendarmerie. Mais comme l’expression personnelle et l’action syndicale sont interdites chez les gendarmes, il faut aller curieusement chercher les réactions des gendarmes sur le site internet des … officiers de police ! Le site  du SNOP diffuse un rapport alarmant attribué à la Compagnie de gendarmerie d’Auch. On y lit ce genre de propos :
le moral des militaires de la compagnie d?Auch, toutes unités confondues, continue de suivre une courbe défavorable. Il se dégrade toujours et très rapidement.
Cette dégradation n’est pas récente. Le fait que les rapports sur le moral dénoncent d’année en année une morosité ambiante, sans qu’aucune amélioration concrète n’intervienne quant à  la situation des personnels amplifie la défiance de l’ensemble des militaires du terrain, tous grades confondus, vis à  vis de la haute hiérarchie, mais aussi de la hiérarchie locale.

Vous êtes favorable à ce rapprochement, voire à une fusion entre la gendarmerie et la police ?
Vous avez des gendarmes qui travaillent sur l’anti-terrorisme, vous avez des policiers qui travaillent sur l’anti-terrorisme. Et des policiers qui travaillent sur l’anti-terrorisme, vous en avez plusieurs services, et là aussi pour des problèmes de coût on va essayer de les réunir. Je pense aux RG- et à la DST.
121 Dans de nombreux endroits on voit qu’il y a des doublons, concernant par exemple les forces mobiles, vous avez d’un côté des CRS, d’un autre côté des gendarmes mobiles. Donc tout ça doit amener à mon sens dans le cadre d’une grande réforme de l’Etat des questions sur le rôle des uns et des autres. Moi je ne demande pas la dissolution de la Gendarmerie nationale, c’est très clair. Mais je demande qu’à un moment donné vienne  sur la table la question du devenir de ces deux forces. Car on ne pourra pas continuer éternellement à avoir comme ça des personnels, des fonctionnaires qui travaillent exactement sur le même domaine de la sécurité.
Ce rapprochement aurait pour corollaire une diminution des effectifs, tous corps de sécurité confondus. Pour Dominique Aschispon, Secrétaire général du SNOP (Syndicat national des Officiers de police), souhaitée par une résolution 690 de la Communauté européenne, cette évolution est inévitable. Côté gendarmerie on a le sentiment de voir refleurir les vieilles plantes vénéneuses de la Guerre des polices.

Un conseil de sécurité ?

43+01:00p31+01:0010bjeu, 04 Oct 2007 17:16:43 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Philippe Madelin
Michel Rocard et Alain Bauer, lobbyistes du Conseil national de Sécurité
Le CNS, clé de voûte du pouvoir présidentiel ?
4 octobre 2007

Dans une tribune publiée par la Revue de la Défense nationale, numéro daté d’août-septembre, l’ancien Premier Ministre socialiste Michel Rocard et le criminologue Alain Bauer, lui-même un fidèle de Rocard, reviennent à la charge : la France doit impérativement se doter d’un Conseil National de Sécurité, au niveau de la Présidence de la République. Dans l’entretien accordé à rue89 le 4 septembre Bauer avait longuement développé les raisons imposant un regroupement général des instances de sécurité qui coexistent en France, plaidant pour une refondation radicale de la politique du renseignement.
Initiée par le député Pierre Lelouche et reprise par Nicolas Sarkozy pendant sa campagne présidentielle, ce projet rencontre d’importants obstacles dans les cercles proches de la Présidence, en particulier de la part de l’ambassadeur Jean-David Levitte, conseiller diplomatique et sherpa du président de la République. En quelque sorte le Ministre des Affaires Etrangères bis. Pourquoi cette piqûre de rappel en forme d’injonction ? Parce qu’il y a urgence, le constat en est connu, rappellent Rocard et Bauer :
« Depuis la fin de la Guerre froide, terrorisme et crime organisé ont connu une mutation, une mondialisation, des hybridations telles qu’ils débordent largement du cadre étriqué, statique et rétrospectif où ils s’étudiaient jadis […]Face à ces phénomènes, nous sommes submergés par les spécialistes des thérapeutiques. Homéopathie pour les uns, chimie pour d’autres, chirurgie, trithérapies… »
Le Conseil de Sécurité Nationale permettrait de de regrouper autour et dans le CNS une multitutde de conseils divers et d’institutions aujourd’hui dispersés, parfois concurrents. Ce que Bauer qualifie de Capharnaüm français.
Au-delà de ces considérations d’apparence technique, les deux auteurs soulèvent un problème majeur, jusqu’ici resté dans l’ombre.
« Le rôle majeur du chef de l’Etat ne fait aucun doute, insistge-t-il, eu égard à sa capacité personnelle à orienter la politique de dissuasion et à déclencher le cas échéant le feu nucléaire. »
La France évolue en effet vers un régime Présidentiel de plus en plus affirmé.
« Ce processus de présidentialisation du secteur de la sécurité au sens large constitue une évolution majeure et probablement inéluctable… Les options françaises dépendent du résultat du processus de réforme constitutionnelle voulue par le Président de la République. »
Par conséquent, le Conseil National de Sécurité devait prendre place dans l’organisation constitutionnelle, dans le cadre d’une réforme en profondeur. C’est la question cruciale posée par Rocard et Bauer, une question jamais soulevée, et qui explique probablement les hésitations du pouvoir en place face à une telle révolution institutionnelle. La création d’un Conseil National de Sécurité remettrait entre les seules mains du Président tous les pouvoirs de sécurité et de police. Elle amplifierait par ce biais le caractère très personnel du pouvoir présidentiel.
Une question pour teminer : pourquoi Michel Rocard s’inscrit-il dans ce processus plus que favorable à Nicolas Sarkozy ? Pour la simple raison que Rocard a été au cours des dernières décennies le seul homme politique de grande audience qui se soit vraiment intéressé aux questions fondamentales du renseignement. Déjà, alors qu’il était Premier Ministre, cette préoccupation avait constitué une des pierres angulaires de son opposition à François Mitterrand.

Réactions

21H54    03/10/2007
Il se peut qu’il y ait un attentat en France de l’ampleur de ce qui c’est passé à Londres, Madrid ou New York. Je pense qu’une personne de Gauche fasse ces propositions est très bien et même mieux, c’est essentiel! Imaginez ce que ferait/dirait le président actuel dans un tel scénario.
http://notregeneration.com

Par Servais-Jean    02H34    04/10/2007
Le sujet a été traité dans un article sur la fusion RG-DST fait par Jean de Maillard sur Rue89.
Voir dans la rubrique touslesblogs.
Par Servais-Jean    02H46    04/10/2007
Référence de l’article cité ci-dessus
http://rue89.com/2007/09/20/les-vrais-objectifs-de-la-reforme-du-renseig…

Par Courageux anonyme    18H28    03/10/2007
> Rocard fait du lobbying pour

Il ne faut pas oublier qui est Alain Bauer : Alain Bauer est Président-directeur général de AB Associates, Société de conseil en sécurité groupant une dizaine de consultants associés. De ce fait, la confusion supposée entre son statut de chercheur (qu’il revendique) et celui de PDG d’une société de conseil pose un problème de déontologie : il vend des solutions aux dangers qu’il décrit.
Par stef R (journaliste)    23H12    03/10/2007
> > Rocard fait du lobbying

Merci pour cette information essentielle pour comprendre ce dossier.
Je me souviens avoir interviewé le sociologue (spécialisé sur le thème de la délinquance) Laurent Bonelli en 2002 pour un article sur la loi de fraude habituelle (http://www.technikart.com/2002/05/16/5-ceux-qui-payent-prendront-le-trai…). En dehors de ce que j’avais alors utilisé pour l’article, Mr Bonelli m’avait sommairement expliqué comment au début des années 80, la gauche mitterrandienne avait assumé le glissement sémantique de l’insécurité « sociale » à l’insécurité telle qu’elle est comprise aujourd’hui: ou comment passer de la lutte contre l’insécurité sociale à lutte contre la délinquance. Et Mr Bauer a fait partie de ces influents proches de la mitterrandie qui ont permit à la gauche de se décomplexer sur les thèmes sécuritaires… en oubliant de défendre la sécurité de l’emploi, la sécurité d’un toit et d’autres droits fondamentaux. Comme le sociologue le disait alors « l’insécurité n’est pas le contraire de l’insécurité. C’est un couple. Il faut insécuriser pour sécuriser. La hausse du sentiment d’insécurité est corrélative au désengagement des politiciens sur d’autres dossiers. La gestion de la peur du crime permet aux politiques d’agir. » Aujourd’hui, l’Etat continue toujours son recentrage sur ses attributions régaliennes: la police, la justice… en abandonnant ses services publics.
Qu’un vendeur de verrous (Bauer) fasse partie de ceux qui dénoncent à longueur d’ondes les passe-murailles (de toutes sortes, aujourd’hui plus terroristes que rois de la cambriole) incite à prendre avec prudence l’avis de ce spécialiste… et de son ami et ex premier ministre à l’époque du glissement sémantique de l’insécurité sociale à l’insécurité, au PS.»

Il fallait évidemment lire dans la citation de Bonelli « L’insécurité n’est pas le contraire de la sécurité »…

18H42    03/10/2007
> Rocard fait du lobbying pour

Le rôle majeur du chef de l’état avec un super service centralisé du renseignement? N’y aurait t-il pas là, un risque de dérapage, avec un président trop sûr de ses convictions, voire qui se sentirait un peu… une âme de dictateur, surtout si ces agents du renseignement ont des pouvoirs élargis: arrestations arbitraires, fouilles illégitimes, relevés d’adn sans motif majeur, jugement baclé ou truqué par un juge d’exception, etc… Le terrorisme peut être un mythe qui sert bien, ne prend on pas le risque, un jour de confondre chasse au terroriste, et chasse à l’opposant, cela nous rappellerait la dernière guerre où, les régimes nazi et vichyste voyait des terroristes partout, et nous rappellerait aussi le régime de la terreur sous la révolution (d’où est né le mot d’origine française: terrorisme). Il y a déjà un service européen pour ces problèmes (terrorisme, drogue, etc…), c’est Europol, voici son bilan pour 2006:

19H19    03/10/2007
Pauvres Francais!
Votre ignorance est eftayante.
Le conseil national de securite sera a coup sur la « securitate » stil ceausescu.
Depuis quelques annees tous cette politique s’inspire de politiques prodictatoriales.Comment on peut etre tellement naives. La campagne persidentielle n’est en rien differente a la campagne de ceausescu au d’autre dictateur.
En regardant les reactions des francais a ces ignominies j’ai pris peur.
Quo vadis France