Archive for the ‘Outre Mer’ Category

Outre-mer : collectivité unique pour la Martinique et la Guyane

32+01:00p31+01:0001blun, 25 Jan 2010 09:55:32 +0100+01:00 9,2008

Avec Le Monde et Reuters

La Martinique et la Guyane se sont prononcées dimanche par référendum pour la création d’une collectivité unique fusionnant les compétences du département et de la région.

Selon les résultats définitifs communiqués par le ministère de l’Intérieur, 68,3% des électeurs martiniquais et 57,49% des Guyanais ont répondu favorablement à la question: « Acceptez-vous la création d’une collectivité unique exerçant les compétences dévolues au département et à la région tout en demeurant régie par l’article 73 de la Constitution? »La participation a été plus faible que lors du vote du 10 janvier qui avait vu une large majorité d’électeurs rejeter la perspective d’une autonomie accrue. Cette participation est même dérisoire : de l’ordre de 35% des inscrits en Martinique et 27% en Guyane.

En Martinique, parmi les dix partis et formations politiques habilités à faire campagne, tous avaient appelé à voter « oui ».

En 2003, les Martiniquais avaient refusé cette évolution institutionnelle par 50,48% de « non », pour une participation de 43,94%.

A la différence du premier scrutin, cette seconde consultation avait été décidée par le gouvernement, qui souhaitait mettre fin aux chevauchements de compétences et dépenses inutiles entraînés par les deux structures depuis 1982.

Le peuple martiniquais « a fait le choix d’envisager son propre chemin dans le cadre d’une République qui devra désormais apprendre à concilier le droit à l’égalité et le droit à la différence. Vive la Martinique nouvelle! » a déclaré Serge Letchimy, maire de Fort-de-France et chef du Parti progressiste martiniquais, héritier d’Aimé Césaire.

Alfred Marie-Jeanne, président du Mouvement indépendantiste martiniquais et président sortant de la région, s’est également exprimé après la victoire d’un « oui » qu’il appelait de ses voeux.

A suivre : les élctions régionales et les adaptations institutionnelles internes des deux nouvelles régions. Les Régions prochainement élues auront en effet pour tâche de préparer les nouvelles collectivités uniques et de déterminer leur mode de scrutin.

Publicités

Referendum dans les îles : une vraie question ?

15+01:00p31+01:0001bdim, 10 Jan 2010 08:57:15 +0100+01:00 9,2008

Avec Le Monde

Les électeurs sont appelés à voter aujourd’hui par referendum pour plus d’autonomie ou non, repousser plus loin la tutelle de la République. En partie conséquence des Etats généraux d’outre mer, la consultation résulte d’une demande exprimée par les élus locaux pour une autonomie accrue, de compétences et de responsabilités renforcées. Est-ce une nouvelle étape de la décolonisation ?

Si le oui l’emporte, la voie sera ouverte pour une autonomie élargie, selon l’article 74 de la Constitution, dans le cadre d’une assemblée unique. Si c’est le non qui gagne, un second référendum portant uniquement sur la fusion du conseil régional et du conseil général, sera organisé le 24 janvier. Nicolas Sarkozy a accepté cette consultation, mais il s’en est tenu à l’écart

//

Tel qu’il est défini par l’article 74 de la Constitution, ce nouveau statut « qui tient compte des intérêts propres de chaque collectivité au sein de la République » ne saurait, en aucun cas, préfigurer une hypothétique accession à l’indépendance. Le chef de l’Etat a d’ailleurs réitéré son opposition à tout processus de séparation et de désengagement de l’Etat à l’égard de ses anciennes possessions et colonies d’outre-mer.

Et pour ne pas changer, La Guadeloupe se prépare à deux jours de grève générale

Outre mer : dimanche referendum en Guadeloupe et Martinique

11+01:00p31+01:0001bdim, 03 Jan 2010 17:38:11 +0100+01:00 9,2008

Gesticulation de campagne électorale ( pour la Régionales) ou promesse tenue pour calmer les opinions dans ces îles que l’on dit françaises ? Dimanche prochain, referendum en Guadeloupe et Martinique, un an après une crise sociale qui a bouleversé les îles. Enjeu : l’avenir institutionnel de ces départements, avec à la clef une autonomie accrue.

Alors que les responsables locaux ont été majoritaires à souhaiter un changement statutaire de ces deux départements-régions, ces consultations constitueront un test pour la confiance des populations en leurs élus et pour la « relation rénovée avec la métropole » prônée par Nicolas Sarkozy à l’issue des Etats généraux de l’Outre-mer. Le Gouvernement espère utiliser le résultat du référendum pour lancer la campagne des régionales et tenter de faire gagner les candidats soutenus par l’UMP.

Organisées deux mois avant les régionales, maintenues dans ces territoires, ces scrutins interviennent aussi six ans après le « non » de la Guadeloupe et de la Martinique aux référendums qui proposaient la création d’une collectivité unique groupant conseil général et conseil régional.

La question posée en janvier aux Martiniquais et Guyanais est d’apparence technique: souhaitent-ils passer de l’article 73 de la Constitution (régissant les DOM), au 74 qui encadre déjà les autres territoires ultramarins (Nouvelle-Calédonie étant un cas à part).

Cet article 74 permet, dans le cadre de la République, des adaptations aux « intérêts propres » de chaque collectivité, et donc, éventuellement, plus d’autonomie. L’enjeu n’est donc en vérité par mince. En cas de oui, Guyane et/ou Martinique rejoindraient les autres Collectivités d’Outre-mer sous article 74. Une loi organique définirait dans la foulée leur organisation institutionnelle respective et déterminerait les domaines dans lesquels la législation nationale serait maintenue, en particulier sur le plan social.

En cas de non, Guyanais et Martiniquais retourneront aux urnes le 24 janvier pour décider ou non de la mise en place d’une collectivité unique exerçant les départementales et régionales, tout en restant sous article 73.

Un ministre de l’Outre-mer…

14+01:00p30+01:0011bmar, 10 Nov 2009 08:57:14 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Fabien observe à propos de l’élévation de M.L. Penchard aux rangs, grade et qualité de Ministre de l’Outre-mer, titre déjà porté par Brigitte Girardin, en son temps :

J’ai évoqué le cas de Brigitte Girardin, parce que c’est récent et que c’est une femme, mais tout homme politique qui tient à donner une importance à l’Outre-mer place un ministre à la Rue Oudinot.
Il me souvient, lorsque j’étais jeune, que Jacques Chirac avait nommé le docteur Bernard Pons au rang de ministre (il m’avait refilé sa loi de défiscalisation en exclu pour LeMonde rien que pour embêter Balladur et Sarkozy qui étaient aux Finances et au Budget ). Sous le successeur du Chi, Michel Rocard, Louis Le Pensec était aussi ministre.
Baroin aussi était ministre…
Seuls ceux qui dénigrent l’Outre-mer ou ne réalisent pas son importance nomment un(e) secrétaire d’Etat.

Outre-mer : 137 mesurettes

35+01:00p30+01:0011bsam, 07 Nov 2009 12:33:35 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

 

Brice Hortefeux a perdu une Secrétaire d’Etat, mais a gagné une « ministre déléguée » auprès de lui, Marie-Luce Penchard. Quelle révolution !

outremer316A l’issue d’un conseil ministériel dédié à l’Outre mer, Nicolas Sarkozy a délivré sa vision des enseignements des Etats généraux de l’Outre Mer, organisés à la suite de la crise sociale aux Antilles. Le chef de l’Etat a exposé ses vues devant un parterre d’élus locaux et de représentants du monde économique et de la société civile de ces territoires. Il insiste sur la nécessité qu’ils soient mieux intégrés dans leurs environnements régionaux. Il « édicte » un catalogue de 137 mesures pour le développement de l’Outre-mer, parmi lesquelles la constitution d’un «vivier de talents ultra-marins» et un moratoire sur les dettes sociales pour les professionnels du tourisme.

L’essentiel porte sur une politique de lutte contre la vie chère et de développement économique des collectivités d’outre-mer. La nouvelle ministre indique que les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy seraient financées « dans le budget actuel », sans déblocage de moyens supplémentaires. Pour Mme Penchard, l’essentiel est surtout la politique de contrôle des prix, de façon à limiter les effets nocifs des situations de quasi monopole.

Tous les services de l’Etat qui ont vocation à contrôler les prix vont être regroupés.
Le président de la République a annoncé la création d’un groupe d’intervention régional, un GIR de la concurrence, sur le modèle de ceux qui existent déjà en matière de sécurité. En raison du petit nombre d’acteurs économiques et des positions dominantes dans les DOM, il était essentiel que l’Etat joue son rôle de régulateur et de contrôleur des prix. Regroupés au sein d’une cellule, les services de la concurrence et de la répression des fraudes, fiscaux, de la douane et du travail vont pouvoir mener des investigations. Les observatoires des prix seront désormais présidés par une personnalité indépendante, et non plus par le préfet, et vont être renforcés : ils auront la possibilité de saisir directement l’Autorité de la concurrence. Nous allons continuer à soutenir l’activité économique, notamment grâce à des outils de défiscalisation et à des exonérations de charges, mais les acteurs économiques doivent en retour se montrer vertueux.

Des mesures seraient prises afin que les fonctionnaires originaires des îles puissent prendre une plus grande place dans l’administration.

Interrogée sur l’absence de financement supplémentaire mis en face des 137 mesures annoncées par le président Sarkozy, la ministre a assuré que nombre de mesures réclamées par les ultra-marins ne coûtaient « pas d’argent ».

Elie Domota, le leader du LKP, à l’origine des tensions de l’hiver dernier, a estimé hier soir lors d’un meeting à Pointe-à-Pitre, que « tout le discours » prononcé dans la journée par le président de la République, Nicolas Sarkozy, « n’était basé que sur l’ancrage de la domination coloniale que nous subissons ». S’adressant à un peu moins d’un millier de personnes, réunies devant le Palais de la mutualité où siège le collectif, Elie Domota a affirmé que les mesures annoncées à l’issue du Conseil interministériel dédié à l’outre-mer visent « à renforcer la position de l’Etat dans notre pays ». Le leader du collectif de 49 organisations syndicales, politiques et culturelles qui avait initié une grève générale de 44 jours en début d’année a martelé :

« Nous n’avons pas entendu un mot sur le prix de l’essence, alors qu’il sait très bien que, avec la complicité de l’Etat, Total », opérateur de la raffinerie qui approvisionne le marché antillais et principal distributeur local de produits pétroliers, « nous vole depuis toujours »,

Elie Domota a poursuivi en affirmant que « nous n’avons pas entendu un mot quant à la participation de l’Etat sur les salaires, alors qu’il s’est engagé avec les organisations patronales », minoritaires, signataires d’un accord salarial avec le LKP « à augmenter les salaires de 200 euros net ». Selon lui, « l’Etat ne respecte pas, jusqu’à présent, cet engagement ».

Quant à l’institution d’une Année de l’Outre-mer en 2011, elle « nous renvoie aux expositions coloniales ».

Pour sa part, Claude Lise, président (PS) du conseil général de Martinique, observe :

« Le président fait un diagnostic juste sur la situation en Outremer, et le dire solennellement ici (à l’Elysée), c’est important pour nous. Quant aux mesures annoncées, il n’y avait pas besoin d’organiser des états généraux pour les fixer (..). Je n’ai pas entendu, pour beaucoup de ces mesures, les moyens qui les accompagneraient. Nos territoires respectifs ont besoin d’un véritable plan de sauvetage, et j’attends des mesures concrètes de relance ».

Une nouvelle manifestation est programmée pour le 14 novembre.

Guadeloupe – Ça recommence avec le LKP

59+01:00p31+01:0010bdim, 04 Oct 2009 10:50:59 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Avec l’AFP

Quelque 5.000 personnes, selon la préfecture de la Guadeloupe, 25.000 selon des dirigeants du LKP (Lyiannaj kont pwofitasyon), ont manifesté sans incident samedi à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, à l’appel du collectif qui a lancé à cette occasion un préavis de grève de 24 heures reconductible.

Les manifestants ont effectué un parcours de plusieurs kilomètres en empruntant les principaux boulevards de Pointe-à-Pitre avant de se retrouver, deux heures plus tard, à leur point de départ, le Palais de la mutualité, où siège le LKP .

Elie Domota, le porte-parole du collectif et dirigeant du principal syndicat insulaire, l’UGTG (indépendantiste), a appelé à « renforcer la mobilisation ».

« Nous aurons à arrêter le travail pour qu’ils comprennent que nous ne plaisantons pas ».

« Nous demandons un débat télévisé en direct avec Mme Penchard« , la secrétaire d’Etat chargée de l’Outre-mer, pour qu’elle nous réponde sur l’application du protocole d’accord » du 4 mars, qui avait mis fin à la crise sociale en Guadeloupe.

« Elle pourra amener sa mère », Lucette Michaux-Chevry, sénateur-maire UMP de Basse-Terre, ancien ministre et ancien président de la Région, »

a ajouté M. Domota en suscitant les rires de son auditoire.

Les organisations syndicales membres du LKP ont lancé à cette occasion un préavis de grève de 24 heures reconductible, à compter de ce samedi.

Le texte de ce préavis revendique notamment

  • « l’annulation de l’augmentation du prix de l’essence » de 6 centimes intervenue mi-septembre,
  • « la mise en place d’un plan d’urgence pour l’emploi, l’insertion et la formation professionnelle »,
  • « la revalorisation des minima sociaux et de l’allocation pour les personnes handicapées »,
  • « le respect des accords sur la baisse des prix »,
  • « la titularisation de tous les précaires du public et du privé ».
  • S’y ajoute « la reprise des négociations sur les 146 points de la plate-forme de revendications du LKP », qui avait servi de base à la grève générale qui s’était achevée par un accord signé le 4 mars.

Les états généraux, présentés comme « la plus grande consultation jamais réalisée en outre-mer » se sont déroulés dans les quatre DOM (Guadeloupe, Martinique, Guyane et La Réunion), à Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin, en Nouvelle Calédonie, dans les territoires du Pacifique et en métropole. Ils viennent de s’achever en Polynésie française où le président Oscar Temaru a dénoncé un « processus de néo-colonisation » tandis que le haut-commissaire, Adolphe Colrat, a évoqué la « confiance retrouvée ».

Malgré le boycott des collectifs ayant mené les conflits aux Antilles et à La Réunion, dont le LKP d’Elie Domota, au secrétariat d’Etat à l’outre-mer, on se félicite de la participation aux états généraux. Selon le Secrétariat d’Etat, en Guadeloupe, environ 4.500 personnes ont participé à une soixantaine de réunions, sur une population d’environ 400.000 personnes. Le site internet mis en place spécialement par le secrétariat d’Etat a reçu environ 140.000 visites.

Lors d’une journée organisée à Paris en présence du ministre de l’Intérieur et de l’Outre-mer Brice Hortefeux et de la secrétaire d’Etat à l’Outre-mer Marie-Luce Penchard, a été présentée une synthèse des travaux des ateliers locaux, où le thème de la gouvernance a été l’un des sujets les plus évoqués.

Aucune annonce spectaculaire. Il s’agissait d’un « temps d’échange » intervenant « avant le temps de la décision », fin octobre, début novembre, lors du premier conseil interministériel de l’outre-mer présidé en personne par M. Sarkozy, a-t-on précisé de source gouvernementale.

Néanmoins, des décisions pourraient intervenir plus vite, le chef de l’Etat devant annoncer début octobre aux élus de Martinique et Guyane la date des référendums sur un éventuel changement de statut de leurs départements, qui devraient être organisés avant la fin de l’année.

Les électeurs martiniquais et guyanais devraient être interrogés sur leur souhait de passer à l’article 74 de la Constitution, dont relèvent les collectivités d’outre-mer (Polynésie par exemple), et qui leur accorde une autonomie encadrée.

Il devrait leur être demandé s’ils souhaitent une collectivité unique pour gérer leurs départements, à la place d’un conseil général et d’un conseil régional.

En Guadeloupe, c’est « le renforcement de l’autonomie » de l’archipel qui a été réclamé, l’indépendance immédiate étant écartée unanimement « les conditions étant très loin d’être réunies ».

Les élus, comme Victorin Lurel, président PS du conseil régional, ont demandé un moratoire de 18 mois sur ces questions.

« Ce n’est pas la peine d’organiser des référendums pour échouer puisque la confiance envers les élus n’est pas là », a dit M. Lurel.

En Martinique, a été réclamée la création d’une collectivité unique aux compétences plus grandes,

« pour mieux prendre en compte et régler les difficultés de la vie quotidienne: emploi, transport, logement, services publics ».

En Guyane, l’éducation et la formation ont été placées au rang de « priorités absolues », dans un département où 44% de la population a moins de 20 ans.

Pour renforcer les liens avec les territoires lointains liés à la France, le Président avait promis de venir assister à Nouméa le 31 juillet, au troisième sommet France-Océanie, avec la participation des pays insulaires du Pacifique, ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande, Il a été remplacé par Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères. L’absence de Nicolas Sarkozy a déçu les nombreux chefs d’État insulaires du Pacifique rassemblés à Nouméa pour l’occasion.

Pour autant le président de la République affiche toujours son intention de venir visiter le territoire qui l’a le mieux élu. Avant fin 2009 ?

Outre-mer : les données du conflit en Nouvelle Calédonie

16+01:00p31+01:0010bjeu, 01 Oct 2009 09:30:16 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

A l’autre bout du monde, le conflit sporadique et parfois violent qui a secoué la Nouvelle-Calédonie ces derniers mois reste totalement incompris en métropole : n’y voit-on pas un leader syndicaliste d’origine métropolitaine Gérard Jodar, s’opposer aux responsables kanaks de la compagnie d’aviation AirCal, outil majeur de développement dans l’archipel. ? Autrement dit, c’est le monde à l’envers. Se référant à la personnalité de Jodar, les milieux d’extrême gauche français, parmi lesquels José Bové et Olivier Besancenot, ont imputé le conflit aux responsables de la compagnie et aux autorités locales. Selon Bové :

« Le premier responsable de cette montée des tensions, c’est le haut-commissaire, Yves Dassonville. Il jette en permanence de l’huile sur le feu. Il fait une croisade anti-USTKE. En ciblant le syndicat comme opposant et en envoyant des forces de l’ordre à chaque action syndicale. (…)

Ont-ils vraiment compris le problème ? C’est moins que certain. Chef coutumier en tant que grand chef de l’île de Maré, ancien responsable du parti du LKS, Nidoish Naisseline, le Président du Conseil d’Administration d’AirCal, a une vision singulièrement différente du conflit.  Ce qui est en cause, c’est la prise en main par les Kanaks d’une entreprise importante.

Nidoish

Dans un entretien exclusif, il développe les données du problème :

Le conflit social qui a perturbé entre la mi-mars et le 15 juin Aircal, la compagnie aérienne qui assure les liaisons intérieures de la Nouvelle-Calédonie, est exemplaire à plus d’un titre. Outre la violence des actes, qui ont conduit le leader syndical Gérard Jodar en prison, et la gravité des injures lancées à l’encontre des dirigeants de la société, cet affrontement témoigne des difficultés de gestion d’une entreprise publique (94% du capital) au confluent de la culture occidentale et océanienne.

« Ce conflit nous a beaucoup appris sur la gestion de l’entreprise, où 98% des employés sont Calédonien, où trois directeurs sur six sont des Kanak et dont près de 80% des usagers sont originaires des tribus. A partir d’une banale histoire d’adultère et d’une faute lourde d’une employée sous contrat à durée déterminée (CDD) originaire des iles Loyauté, « les antagonismes ont rapidement dérivé de la part de l’Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités (USTKE) sur une revendication d’emploi local qui n’avait pas lieu d’être », estime celui qui est également grand chef du district de Guahma (Maré) et élu indépendantiste de la province des iles Loyauté.

Au lieu de sanctionner immédiatement la faute comme l’aurait fait un gestionnaire européen, les dirigeants kanaks aiguillonnés par leur fierté tribale, ont préféré étouffer l’affaire d’adultère qui lui est liée et laisser venir l’échéance du CDD, fin octobre 2008 de l’employée fautive. Mais en février 2009 celle dernière postule de nouveau pour un poste à Air Calédonie. Face au refus de la direction, le syndicat déclenche une grève qui très vite prend des proportions inattendues.

Un mois plus tard, les dirigeants kanaks  entament une médiation coutumière, où le pardon des injures proférées est demandé et accordé et où les spécificités culturelles sont largement prises en compte. L’état major de l’USTKE n’accepte pas cette solution à l’océanienne et il durcit le ton jusqu’aux graves incidents qui se déroulent sur le tarmac de l’aéroport de Nouméa le 28 mai. Il faut attendre le 5 août, et l’emprisonnement fin de juin de Gérard Jodar pour une affaire précédente, pour que soit signé un protocole d’accord.

« Ce que nous avons obtenu – le respect d’un service minimum et la prise en compte de la dimension culturelle dans la gestion de l’entreprise – est un acquis très important pour le dialogue social en Nouvelle-Calédonie, souligne Nidoish Naisseline. Ce conflit a posé des problèmes de fonds qui concerne le destin commun des habitants de ce pays. Sa résolution ouvre des pistes inespérées pour des débats de grande ampleur sur le droit du travail local et la prise en compte des réalités culturelles. »

Alors que la Nouvelle-Calédonie est entrée dans la dernière phase des transferts de compétences qui doivent déboucher sur l’organisation d’un référendum d’autodétermination à partir de 2014, les responsables politiques craignent, sous couvert de gouvernance, de suivre  l’exemple de l’Europe où, l’idéal des pères fondateurs s’est transformé en un monstre bureaucratique et technocratique. « Il faut éviter que cela arrive chez nous. Il ne faut pas que les Océaniens se retrouvent mis à l’écart au nom de la gestion. La décolonisation ne doit pas se borner à un changement de personnel au sommet, elle doit nécessairement opérer une permutation des valeurs », plaide le président du conseil d’administration d’Aircal.

Nouvelle Calédonie : pas de mansuétude pour Jodar

31+01:00p31+01:0008bmer, 26 Août 2009 07:58:31 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Gérard Jodar, président du syndicat indépendantiste USTKE (Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités reste en détention. Sa libération a été refusée ce mardi par la cour d’appel de Nouméa. Gérard Jodar avait été condamné en première instance pour avoir bloqué l’aérodrome Magenta, le principal de Nouvelle Calédonie.

Six autres militants s’étaient du infliger des peines allant de 4 à 12 mois ferme. La justice les a reconnu coupable d’entrave à la circulation d’un aéronef.

Ils entendaient protester contre le licenciement d’une employée de compagnie aérienne. Si l’USTKE l’Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités peut se féliciter du soutien de Besancenot, il s’attire également la colère de milliers d’habitants, agacés par leurs méthodes d’action.

Sept syndicalistes en prison sur le territoire français, et pour des faits commis lors d’une manifestation? De quoi y voir une atteinte claire au droit de grève. Sauf que la situation est plus complexe que cela.

D’abord, parce que la scène se passe en Nouvelle-Calédonie et que les luttes sociales ne se sont pas toujours déroulées dans le plus grand des pacifismes. Ensuite, parce que le syndicat divise la population locale.

Tout commence le 28 mai dernier à l’aérodrome de Magenta. Pour protester contre le licenciement d’une employée de la compagnie Aircal, plusieurs dizaines de syndicalistes de l’USTKE, dont le président, s’introduisent sur les pistes au petit matin et montent à bord de deux appareils. Les policiers débarquent et les délogent, après de violents échanges de grenades lacrymogènes, de jets de pierre, voire de cocktails Molotov.

S’en suit une bataille entre pro et anti-USTKE. Sur le Net, ici ou , les débats sont alors très animés. Les premiers affirment que l’on tente de bâillonner un mouvement qui prône la justice sociale. Ils peuvent s’appuyer sur les soutiens de José Bové et du NPA d’Olivier Besancenot qui a publié dès lundi une lettre de soutien.

Les autres expriment leur ras-le-bol face aux actions radicales de ce syndicat, dans une pétition qui a recueilli 15 000 signatures (la Nouvelle-Calédonie compte 244 00 habitants). A l’ouverture du procès, mi-juin, un impressionnant dispositif de sécurité avait d’ailleurs dû être déployé pour éviter d’éventuels affrontements entre les deux camps qui s’étaient réunis à proximité du palais de justice.

Cette affaire judiciaire intervient, alors que les départements d’Outre-mer se sont révoltés au début de l’année contre leurs conditions de vie. L’USTKE déroule d’ailleurs la même rhétorique que le LKP: on ne parle pas de République française mais d’état colonial et on observe chaque événement par le prisme du colonialisme. Le fondateur de l’USTKE, Louis-Kotra Uregei, a d’ailleurs commenté la décision de la justice en ces termes: « J’ai une réaction d’écoeurement. C’est une décision de justice coloniale digne d’un pays totalitaire ».

Gérard Jodar n’hésite pas à prononcer de virulents discours ou à intimider le patronat pour se faire entendre. Une tactique qui n’a cette fois-ci pas payé.

Une aggravation -d’un an à 15 mois de prison ferme- de la peine prononcée le 29 juin contre le responsable syndicaliste a par ailleurs été requise par l’avocat général Jean-Louis Pagnon pour « entrave à la navigation ou la circulation d’aéronef ».

L’audience d’appel s’est déroulée sans incidents alors que dès le début de la journée, des militants de l’USTKE (Union Syndicale des travailleurs Kanak et des exploités), s’étaient rassemblés dans le calme à proximité du palais de justice.

D’imposantes forces de police avaient été déployées autour du tribunal pour contenir tout débordement éventuel des quelque 200 sympathisants qui pique-niquaient sous des tentes blanches installées pour les protéger du soleil.

« Quand je vais sortir, je serai encore plus fort que je ne l’ai jamais été », a lancé M. Jodar, vêtu d’un tee-shirt blanc au dos duquel on pouvait lire « libérez nos camarades syndicalistes », et portant un keffieh noir et blanc.

Keffieh également et tee-shirts rouges pour les cinq autres syndicalistes calédoniens qui comparaissaient détenus, comme lui et se sont vu aussi refuser leur mise en liberté. 22 autres comparaissaient libres.

Cependant, les emprisonnements concernaient des condamnations préalables pour d’autres opérations syndicales accompagnées de désordres, pour lesquelles les sursis étaient tombés, en raison du verdict du 29 juin.

« Il n’est pas question que l’État permette à M. Jodar et ses amis de ramener le territoire à la situation dans laquelle il se trouvait en 1984 », a lancé M. Pagnon, en allusion à la période la plus aiguë des violences entre communautés en Nouvelle-Calédonie, avant la pacification née des accords de Matignon en 1988.

Premier ministre au moment de ces accords, Michel Rocard (PS) a, à Paris, appelé les juges de Gérard Jodar à faire preuve « d’un souci de compréhension, de détente et d’apaisemement ».

« Il faut à la fois que le président de la compagnie aérienne se rende compte qu’il en a trop fait » en licenciant l’hôtesse et que « le syndicat évite de mélanger l’ethnique et le social », a déclaré M. Rocard sur France Info.

« Sur le plan social » les syndicalistes de l’USTKE « ont raison, le licenciement est excessif. Sur le plan ethnique, ils ont tort d’en avoir fait une affaire de dignité kanak, c’est une affaire de dignité sociale », a-t-il ajouté.

L’avocat des prévenus, Laurent Aguila, a livré un plaidoyer très politique et insisté sur les inégalités sociales dans ce territoire français du Pacifique.

« L’État veut la tête de M. Jodar », a-t-il proclamé, mettant directement en cause le haut-commissaire Yves Dassonville pour les interventions très fermes des forces de l’ordre lors des affrontement de début août.

Le maintien en détention du président de l’USTKE intervient dans un contexte social tendu en Nouvelle-Calédonie. Samedi, plus d’un millier de personnes ont défilé dans le calme à Nouméa pour demander la libération des syndicalistes.

Ce lundi, une quarantaine de personnes, militants de l’USTKE et quelques syndicalistes de la CGT et de Sud, se sont rassemblées devant le palais de justice

Nouvelle Calédonie : remue ménage

22+01:00p31+01:0008bsam, 22 Août 2009 11:49:22 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

On n’en parle guère, parce que c’est à l’autre bout du monde, et parce que le « Caillou » n’intéresse pas vraiment grand monde. Des kanaks, dites-vous.On croyait le problème réglé depuis vingt ans ans avec Michel Rocard.

Or ce bout du monde ( 22 000 km, j’avais pris la photo du lieu) est agité de soubresauts. Les anti-indépendantistes laissent trainer les choses pour freiner la marche vers une certaine indépendance, les indépendantistes poussent à la roue.

D’où les affrontements actuels, avec les poursuites devant la justice en appel d’un syndicaliste coupable d’avoir protesté contre un licenciement qu’il considère comme abusif à AirCalin (ou AirCal)

Avec AFP

Plus d’un millier de personnes ont défilé dans le calme à Nouméa pour demander la libération de Gérard Jodar, le président de l’Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités (USTKE) et protester contre la répression policière.

La marche, organisée par le « Collectif pour la défense des droits et des libertés et la défense des syndicalistes », a rassemblé entre 800 (police) et 3.000 personnes (organisateurs). Dans une ambiance bon enfant favorisée par un soleil éclatant, les manifestants ont défilé dans le centre-ville.

« Nous dénonçons les excès de zèle, les débordements gratuits et les violences policières contre les syndicalistes et tous ceux qui manifestent »,

a lancé Alain Trupit, membre du bureau confédéral de l’USTKE aux sympathisants. Incarcéré depuis le 29 juin, Gérard Jodar a été condamné à un an de prison après un coup de force sur l’aéroport de Nouméa. Avec six autres militants, il sera rejugé en appel mardi.

L’USTKE est proche de l’extrême gauche française. Et la compagnie AirCalin est liée au groupe Bolloré.

Commentaire de l’envoyée spéciale du Monde à Nouméa, après une visites dans les « cités » occupées pour l’essentiel par des Kanaks :

Pour l’USTKE, les cités et sa jeunesse désorientée, tiraillée entre culture européenne et tradition coutumière tribale, restent un terrain d’influence à ne pas abandonner. Depuis fin 2007, le syndicat s’est armé d’une branche politique – le Parti travailliste (PT), situé exactement dans les mêmes locaux et présidé par le fondateur du syndicat, Louis Kotra Uregeï, proche de José Bové.

Dans la classe dirigeante néo-calédonienne, le climat est moins à l’inquiétude qu’à l’interrogation. Depuis sa création, en 1981, l’USTKE a en effet toujours joué les marges, sans qu’on en saisisse bien les logiques. Il ne signe, en moyenne, qu’un accord de branche sur deux, préférant les négociations bilatérales qui embourbent de facto le dialogue social. Les mouvements sociaux ne sont presque jamais en faveur de causes collectives. Les blocages d’entreprises les plus longs ont toujours concerné des cas individuels complexes.

Outre-mer : la départementalisation dévoyée

29+01:00p31+01:0007blun, 13 Juil 2009 16:53:29 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Version actualisée le 13 juillet

Je reproduis le point de vue du préfet Michel Levallois que m’a communiqué Fabien de Ménilmontant. Un point de vue à lire mot par mot. Il donne quelques clés fondamentales.

Ce texte a été publié le 27 mai 2009 sur le site de l’Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe

Il présente d’autant plus d’intérêt qu’il a été rédigé par un… expert, ancien préfet, ancien haut cadre du Ministère des départements et territoires d’outre-mer. Ce ministère de la rue Oudinot qui naguère gérait les colonies. Des colonies qui semblent l’être restées un peu. Beaucoup…

Il faut savoir aussi, comme me le signale un de mes excellents correspondants que Michel Levallois, est métis guyanais . Son arriére grand-pére ismael urbain, était interprète en Algérie

Ce qui s’est passé en Guadeloupe, comme en Martinique, en Guyane et à la Réunion, c’est le drame d’une départementalisation qui a été dévoyée et qui s’est, de fait, transformée en nouvelle colonisation.  Ce constat est choquant et difficile à admettre car il remet en question nos certitudes républicaines. Comment la République qui a aboli l’esclavage en 1848  et  qui près de cent ans après, en 1946, a  fait de ses  vieilles colonies du golfe du Mexique et de l’Océan Indien des départements peut-elle être  accusée de colonialisme ? N’y a-t-il pas abus de langage,  anachronisme ?

Cette accusation est si dérangeante que pendant cinquante ans,  elle a suffi à empêcher que soient entendus ceux qui, comme Aimé Césaire, dénonçaient les effets pervers  d’un système qui a transformé les économies de ces anciennes îles  à sucre en économies de transferts, condamnées à consommer  les produits  importés de France, à  voir disparaître les unes après  les autres leurs activités de production, dans l’agriculture vivrière  mais aussi dans le secteur des métiers,  qui a créé une classe moyenne de fonctionnaires,  de cadres du tertiaire,  de   petits entrepreneurs et de retraités venus de France  pour  bénéficier des  sur-salaires  et des sur-retraites de la fonction publique, qui a donné une nouvelle chance aux « Békés » à travers les grandes surfaces et l’hôtellerie.

Cette départementalisation  devait assurer l’égalité avec la métropole. Elle  est devenue un système spécifique  qui a cumulé les anomalies fiscales comme l’octroi de mer  qui frappe les importations,  les exonérations fiscales de la loi Pons et les sur-rémunérations des fonctionnaires, alors que dans le même temps les petits salaires et les avantages sociaux,  eux aussi par dérogation, restaient inférieurs à ceux de la métropole.

Ajoutez à cela l’inclusion de ces DOM dans l’espace européen dont les frontières ont été juridiquement étendues jusqu’à eux,  générant des avantages financiers considérables au prix d’une exacerbation de l’éloignement de leur environnement géographique et économique naturel.  Le système politique a  été également  perverti, fonctionnant comme une machine à obtenir de la Métropole toujours plus de crédits au nom de l’égalité républicaine et toujours plus  d’exonérations d’impôts au nom de la spécificité « domienne »,  favorisant le clientélisme  plutôt que la prise de responsabilité  des élus et des assemblées locales,  politiques, syndicales et patronales,  bridant les capacités et les initiatives d’une jeunesse  en mal d’identité,  désespérant de son avenir.

Et l’identité dans tout cela ? Elle a failli  sombrer dans une schizophrénie insupportable entre l’aspiration à l’égalité et  la frustration  de la dépersonnalisation car le système départemental tel qu’il a été pratiqué a échoué à les concilier.

Les fictions républicaines et les procédures de la démocratie ne suffisent plus à cacher cette terrible  réalité, car tous les gouvernements,  tous les élus, de droite comme de gauche, de là-bas et d’ici, ont  toujours  été d’accord pour perpétuer ce système : au nom de la République, plus d’égalité , donc plus de crédits, au nom de la spécificité, plus d’exonérations.  Ils ont  refusé de voir que  ce système bénéficiait principalement  à des Métropolitains rêvant d’ailleurs, de soleil et de vie plus facile, trop heureux d’empocher ces avantages.

Comme si l’acquisition de quelques yachts et la construction de villas  et de résidences de luxe pouvait  assurer le développement… Ils ont refusé de voir que se reconstituait une société de maîtres et d’esclaves, clivée non plus entre Blancs et Noirs, mais  entre bénéficiaires des transferts de la départementalisation et du rattachement à l’Union Européenne, plutôt fonctionnaires et métropolitains,  et les autres, agriculteurs, artisans, pécheurs et petites mains du tertiaire.

C’est comme cela qu’il faut comprendre le slogan du LKP : « La Guadeloupe est à nous, elle n’est pas à eux ».
Il ne suffit donc pas de dire que la Guadeloupe  est  la victime de son passé d’île à sucre et à esclaves. L’histoire ne doit pas servir d’alibi pour ne pas regarder  en face les effets de la départementalisation  qui, au moins autant que le passé, conditionne et explique  le présent.

La départementalisation n’a pas été ou n’est plus ce que ses promoteurs  espéraient.  Aimé Césaire le disait au  Monde en 1971.   Il n’est que temps d’en analyser les conséquences économiques et politiques, mais aussi  démographiques, sociales, sociologiques  et  culturelles, d’en repenser les résultats et les mécanismes.  Ce n’est que lorsque ce travail aura été fait qu’il sera possible de répondre aux innombrables questions  qui pourrissent la vie et obscurcissent le cœur des Domiens.  Souhaitons que les États généraux annoncés par le président de la République  ne se trompent pas de diagnostic, et  qu’ayant compris comment la départementalisation qui a détaché artificiellement les Antilles et la Guyane de leur environnement naturel,  les  a privées de toute possibilité de développement,  ils  osent chercher des solutions. Souhaitons qu’à partir de là, un accord se fasse pour rendre à ces îles  le minimum d’autonomie  de décision  qui leur permettra de sortir du cercle vicieux de  l’assistance,  de retrouver fierté et dignité.

Le 29 mars,  Mayotte, cette île  de  186.000 habitants    qui a été, arbitrairement et en infraction aux règles internationales, distraite de l’archipel des Comores en 1974, sous la pression de quelques  intrigants bien placés, a voté à une forte majorité sa transformation en département. La logique du système départemental va  donc pouvoir donner à plein et,  l’on imagine  sans peine, ce qui pourra résulter de l’emballement de ce système qui pose déjà des problèmes insolubles  d’immigration clandestine et d’application du droit commun français à une population musulmane.  Un groupe de travail, franco-comorien, le GTHN,  réfléchit à ce que pourrait être une cohabitation harmonieuse et profitable aux parties intéressées,  entre Mayotte devenue département, l’État indépendant des Comores  qui est membre de l’Union africaine et la France qui est  présente dans la région au titre du département  de la Réunion.   La solution de cette équation impossible, il serait question d’un accord international,  permettra-t-elle que ce nouveau département échappe  au dévoiement tropical de la départementalisation et ne soit autre chose  qu’une onéreuse  et absurde  recolonisation ?

Michel Levallois est préfet honoraire depuis 1995, il fut breveté de l’Ecole nationale de la France d’Outre-mer et docteur en histoire. Il est membre de l’Académie des Sciences d’outremer. Il a occupé des postes de préfet, il fut directeur des affaires politiques au ministère des départements et territoires  d’outre-mer de 1984 à 1986. Président de l’ORSTOM (AFD) de 1989 à 1995. Il est délégué pour l’Europe de l’association internationale ENDA–Tiers monde depuis 1995.

Antilles : un voyage paisible et morose pour le Président

27+01:00p30+01:0006bsam, 27 Juin 2009 12:35:27 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Avec @ Associated Press
Jeudi et vendredi, vingt heures en tout, le voyage aux Antilles du Président s’est passé mieux que prévu. Grâce, à n’en pas douter, à l’envoi de 900 gendarmes mobiles pour couvrir le voyage. 900 gendarmes qui viennent s’ajouter aux effectifs normaux. Trois Airbus pleins à craquer de « casqués » : pas mal, non ? Plus 700 gendarmes en Martinique. Plus des transferts strictement assurés par hélicoptère. Et un filtrage strict des invités au cours de réunions tenues loin des centre-ville.sarkosma

Après trois mois de grève au printemps en Guadeloupe, Sarkozy débarquait dans un climat morose.
En Martinique et en Guadeloupe, le Président a participé à deux réunion des Etats-généraux de l’outre mer.

« Défendre le statu quo serait incompréhensible », a-t-il dit jeudi en Martinique, défendant la nécessité d’une « réorganisation économique, sociale, politique et culturelle » mais aussi administrative, ainsi que l’amélioration de la « transparence » sur les prix.

Il a approfondi ce message lors d’un discours en fin de journée à Petit-Bourg, mais, selon l’Elysée, il réserve ses conclusions -et ses annonces- pour le conseil interministériel de l’outre-mer programmé pour la fin octobre.

Mais les Etats généraux en cours suscitent surtout de l’indifférence dans la population et l’hostilité du LKP (Lyannaj kont pwofitasyon, Ensemble contre la surexploitation), qui avait mené la grève générale et qui entretien le malaise social persistant, sur fond de crise économique.

Le 19 février le déblocage d’une enveloppe de 580 millions d’euros notamment pour favoriser des hausses de salaire et accélérer le versement du RSA avait permis la fin progressive des grèves générales. Selon les reportages des télévisions nationales, les baisses de prix promises seraient effectives, notamment pour l’essence.

Le chef de l’Etat a rendu visite au 2ème R.S.M.A qui forment des jeunes via le service militaire adapté. L’occasion pour Nicolas Sarkozy d’annoncer un renforcement du dispositif. Les effectifs vont doubler et passer de 400 à 900 ou 1000 jeunes.

Le Président a surtout stupéfié les Antillais en annonçant l’organisation d’un référendum sur un éventuel statut d’autonomie pour la Martinique. En Martinique, pas en Guadeloupe ?

Mon Président a toutefois strictement encadré l’exercice en indiquant qu’il ne cachait pas

«un je ne sais quel “largage de la République“». «Le débat qui est ouvert est celui du juste degré d’autonomie», a-t-il insisté, «tant que je serai président de la République, la question de l’indépendance de la Martinique (…) ne sera pas posée».

Evidemment. Le Président n’apprécie sans doute pas les Guadeloupéens qu’il a tancés. Ainsi Nicolas Sarkozy a adressé au mouvement LKP d’Elie Domota, une sévère mise en garde en assurant qu’il serait «très ferme sur le respect des principes républicains».

«Le droit de grève est un droit légitime mais il ne peut pas être utilisé comme un instrument de propagande et de déstabilisation politique».

Le collectif juge que « tout a déjà été décidé par l’Etat » et boycotte la consultation. Son porte-parole Elie Domota ne répondra donc pas à l’invitation qui lui a été faite -comme à tous les leaders syndicaux- d’assister au discours du chef de l’Etat.

Reste que la capacité de mobilisation du LKP n’est pas totalement démontrée. Les manifestations organisées quelques jours avant la visite de Nicolas Sarkozy, n’ont pas connu un grand succès. Environ 500 personnes ont assisté vendredi soir à Pointe-à-Pitre à un meeting du LKP qui, avec la manifestation, nouveau test prévu samedi dans la même ville, constitue le point d’orgue de la « semaine de mobilisation » décrétée par le collectif. Selon l’agence Reuters 1500 participants.

Tous les orateurs, qui se sont exprimés en créole durant plus de trois heures, ont fustigé les « relents de colonialisme », selon eux, du discours prononcé dans l’après-midi par Nicolas Sarkozy lors d’une réunion des états généraux de l’outre-mer à Petit-Bourg.

sous la forme d’un nouveau grand défilé à Pointe-à-Pitre.

Je serais très heureux d’accueillir les réactions en provenance des îles, dans la mesure où les informations délivrées par les médias nationaux me paraissent pour le moins édulcorées.

Sarkozy en Guadeloupe : un enthousiasme négatif

22+01:00p30+01:0006bmer, 24 Juin 2009 09:22:22 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Puisqu’aujourd’hui on ne parle plus de défiance, la situation qui paraît prévaloir en Guadeloupe avant l’arrivée de Mon Président jeudi (jeudi dans la journée, un discours et puis hop départ) relève de « l’enthousiasme négatif ». Comme on évoque une croissance négative pour définir la récession.

Avec l’agence AP

Ce matin, Elie Domota, le leader syndical du collectif LKP, dénonce les Etats Généraux de l’Outre-mer dans Le Parisien :

les « états généraux sont un échec total. Les Guadeloupéens ne savent même pas de quoi il s’agit. C’est un débat de bureaucrates et d’experts. Pour cacher la vérité, on va dire que cela a été la plus grande consultation qui a jamais existé sur l’Outre mer ».

Le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs guadeloupéens (UGTG) a appelé à une semaine de mobilisation pendant la visite du président

« pour protester contre la répression judiciaire actuellement en cours contre les travailleurs qui ont participé à la mobilisation ».

Si « les prix de certains produits ont baissé, ceux de l’eau et des loyers sont gelés », « on constate que l’Etat et les patrons sont en train de s’organiser pour revenir à la situation antérieure ».

A propos des déclarations de Nicolas Sarkozy lundi sur la question de l’égalité dans les DOM,  en promettant de dégager des moyens, Elie Domota juge que…

« c’est en totale contradiction avec les décisions qui sont prises en Guadeloupe d’autant que la discrimination raciale à l’embauche ne fait que s’accentuer contre les Guadeloupéens ». « Dans la réalité rien n’a changé, bien au contraire ». AP

Outre-Mer : le voyage du Président

38+01:00p30+01:0006blun, 22 Juin 2009 11:41:38 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Elie Domota, leader du LKP au Journal du Dimanche, préjuge des Etats-généraux de l’Outre mer dont Notre Président va causer en Guadeloupe

« Ces Etats généraux sont un leurre. Le gouvernement a déjà en tête une politique pour les DOM dans les prochaines années. Tout est décidé à Paris, mais on cherche une caution populaire. Il faut prendre le temps d’aller au fond des choses pour changer radicalement le système. Nous attendrons le président de pied ferme en organisant une manifestation samedi à Pointe-à-Pitre. »

Et il sautera encore plus vite, plus souvent, plus haut : notre Président

41+01:00p30+01:0006bdim, 21 Juin 2009 17:54:41 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Avec l’AFP

L’hyperactivité de l’hyper Président Sarkozy. Ça le reprend, bien que Villepin lui aie conseillé de se calmer un peu pour être plus crédible, Notre bien aimé Omniprésident se lance des actions tous azimuth.

La semaine dernière il était à Bruxelles pour tirer les conséquences des élections européennes, écorchant au passage les familles des victimes de l’attentat contre les ingénieurs de la DCN en décembre 2002.

Puis, ce lundi discours devant le Congrès à  Versailles à 500 000 sinon 1 million d’euros de l’heure. Les analystes se perdent en conjecture sur le contenu, voire sur l’intérêt d’une telle procédure solennelle. Qu’est-ce qu’il va nous sortir encore comme coup publicitaire ? Quatre thèmes prévus quand même, quatre priorités : l’environnement, l’aménagement du territoire, la vie après 60 ans et la réforme des collectivités territoriales.

Ce qui est presque certain, annonce mardi du remaniement ministériel, sans cesse remis mais rendu obligatoire par le départ a minima de Rachida Dati, la Garde des Sceaux, et de Michel Barnier, le ministre de l’Agriculture. Les ministres en activités s’inquiètent, les candidats piaffent.

Et ce qui n’est pas le moins anodin jeudi départ pour la Martinique et la Guadeloupe dans le cadre des états généraux de l’outre-mer lancés par le gouvernement le 21 avril après la crise sociale sans précédent qui avait secoué les deux îles de janvier à mars.

Ces états généraux doivent déboucher à la rentrée sur un conseil interministériel de l’outre-mer, qui déterminera les suites à donner aux propositions qui auront été faites. Les états généraux sont boudés par les principaux mouvements à l’origine des grèves générales en Guadeloupe et en Martinique.

En pleins Etats généraux de l’outre-mer, ce voyage avait été repoussé à plusieurs reprises, le temps que retombent les tensions nées du long conflit social de cet hiver.

Entre autres manifestations et réunions, il devrait y inaugurer le 26 juin l’aéroport Aimé-Césaire au Lamentin, en Martinique.

Mais en Guadeloupe les manifestants risquent de ne pas tous être débonnaires : les centrales syndicales membres du LKP – qui a été à l’origine de la grève générale de six semaines en début d’année – appellent à une « semaine de mobilisation », à partir de ce lundi, sous forme d’une grève de 24 heures reconductible.

Le LKP — en Guadeloupe– et plusieurs leaders syndicaux ont appelé, par voie de tract et déclarations, « le peuple de Guadeloupe » à participer « en toute fierté aux rendez-vous de solidarité », à compter de ce lundi, devant des entreprises dont le personnel est en grève.

Dans la quinzaine d’entreprises concernées, les grévistes revendiquent « l’application de l’accord Bino initial » qui prévoit une majoration de salaire de 200 euros, prise en charge par l’Etat et les collectivités pour 150 euros, et qui devra être intégralement payée par les entreprises dans trois ans. L’accord, négocié durant la grève générale, a été étendu à toutes les entreprises insulaires, mais la majoration de salaire n’y est pas garantie au-delà des trois ans.

Les principaux services publics –eau, électricité, hôpitaux et cliniques– ont été destinataires de préavis de grève pour la semaine à venir, selon des sources syndicales. Aucune indication n’a pu être obtenue sur la forme que pourraient prendre les « rendez-vous de solidarité » prévus par le LKP.

Un appel est lancé pour un meeting à Basse-Terre, où doit se tenir un congrès des élus départementaux et régionaux, et à Pointe-à-Pitre vendredi, au soir de la visite de M. Sarkozy. Une manifestation est prévue samedi prochain à Pointe-à-Pitre.

Question : combien de policiers ont-ils été convoyés depuis la Métropole pour assurer la quiétude du Président ? 1000 ? 1500 ? Set seront-ils cagoulés (pour rapporter de l’argent à l’Etat !)

Outre-mer : Mayotte gronde

06+01:00p31+01:0005bmar, 26 Mai 2009 10:43:06 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

( Avec le reportage de Nicolas Goinard publié par Bakchich)
http://www.bakchich.info/Mayotte-la-poudriere-des,07805.html
Après les fonctionnaires, ce sont les salariés de Total qui descendent dans les rues de Mayotte. La situation est complexe dans ce qui deviendra en 2011 le 101e département français. Mais, en France, tout le monde s’en fout. La Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion… Tous les confettis de l’Empire qui s’enflamment. Mais Mayotte… Où est-ce d’ailleurs ? Quelque part au Nord de Madagascar, dans le canal de Mozanbique.
Depuis lundi toutes les stations essence Total – en monopole à Mayotte – sont bouclées par une chaîne. Les salariés de l’entreprise, à l’appel d’une intersyndicale, se sont mis en grève illimitée pour obtenir notamment des augmentations de salaires. L’activité est totalement ralentie.

Mercredi, une petite délégation d’employés a manifesté devant la préfecture. Ils demandent un 13e mois, une prime d’intéressement… autant de facteurs qui pourront augmenter leur pouvoir d’achat. Car à Mayotte, le Smic est à 927 euros brut (1 324 euros en métropole) alors que les prix sont « plus élevés que dans n’importe qu’elle autre DOM » explique Hamidou Madi M’Colo, secrétaire de l’Unité territoriale Force ouvrière à Mayotte.
Avant les salariés de Total, les instituteurs ont déclenché la grève les 14 et 15 mai pour demander l’indexation des salaires des enseignants embauchés localement (un bac + 2 suffit) sur ceux des professeurs des écoles du premier degré. Les surveillants de la prison de Majicavo ont participé au mouvement national en bloquant le  centre pénitentiaire pendant quatre jours. Les salariés du Comité départemental du tourisme ont entamé une grève contre les éventuels licenciements à venir compte tenu d’une situation financière déplorable. Les employés locaux du conseil général se sont mis en  grève pour demander l’indexation de leurs salaires sur ceux des métropolitains (NDLR : dans les administrations, les métropolitains ont un salaire majoré de 40 % alors que les employés embauchés localement touchent le salaire local) et la barge qui relie petite terre à grande terre a été bloquée.

Beaucoup de mouvements pour une île de 370 km².

La grogne n’est pas seulement sociale.
lundi 25 mai par Un vigile. Une chaîne tendue en milieu de l’entrée. Depuis lundi, offrent le même paysage. Du coup, l’île au lagon s’en trouve considérablement ralentie. Les embouteillages, pourtant fréquents à Mamoudzou, la principale ville de Mayotte, ont disparu, et peu de bateaux laissent leurs sillons sur le lagon.

Enseignants, matons, salariés de Total… la révolte gronde. Me mot évoque d’autres tensions entre communautés. A Mayotte, un réel clivage existe entre les M’zungus (blancs européens) et les Mahorais. Exemple dans les administrations où les blancs et les Mahorais ne se mélangent pas pour déjeuner. Des quartiers pour blancs fleurissent un peu partout donnant parfois sur des bidonvilles de tôles. Les blancs souvent employés des administrations sont synonymes de fort pouvoir d’achat. Ou alors ce sont des touristes souvent cibles des voleurs sur les plages reculées de l’île.

Il y a enfin le clivage entre les Mahorais et les Comoriens, parmi lesquels de nombreux clandestins arrivés comme « boat peoples ». En se souvenant que Mayotte est toujours revendiquée par Ahmed Abdallah Sambi, président de l’Union des Comores. Evidemment Yves Jego, qui passe pour être Secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, n’ira jamais jusque là. Et encore moins mon Président. Nicolas Sarkozy a d’autres chats à fouetter : aujourd’hui il  inaugure une base militaire française à Abu Dhabi. Et tente de vendre des avions Rafale, de Dassault.

Les soldats oubliés de l’Empire

06+01:00p31+01:0005bsam, 09 Mai 2009 12:42:06 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Actualisé le 9 mai 2009

Pour commémorer la victoire de 1945, Nicolas Sarkozy est descendu ce 8 mai à la Nartelle, une plage près de Sainte- Maxime, théâtre du deuxième débarquement, le 15 août 1944. Il a rendu un hommage particulier aux soldats de l’armée française recrutés en Afrique noire et en Afrique du Nord.

De juin 1940 à mai 1945, cinquante-cinq mille Algériens, Marocains, Tunisiens et combattants d’Afrique noire furent tués. Vingt-cinq mille d’entre eux servaient dans les rangs de l’armée d’Afrique. Cette armée compta quatre cent mille hommes, dont cent soixante-treize mille Africains, cent soixante-huit mille Français d’Afrique du Nord.

L’hommage est singulier : observez cette photo occupée par nos deux matamores de service. A une exception près, tous les militaires présents sont plus que blancs !
C’est l’amère Patrie des anciens tirailleurs. AFP/GERARD JULIEN

Trocadéro 2

On cause d’eux avec des trémolos dans la voix, mais on oublie d’évoquer leurs pensions. Lesquelles sont scandaleusement inférieures à celles touchées par les Métropolitains et les Blancs alors qu’ils ont mené les mêmes combats. Jacques Chirac avait promis une revalorisation. Il n’en est plus question.

Ils réclament la fin de « 50 ans de discrimination ».

Depuis la loi dite de « cristallisation » du 26 décembre 1959, promulguée par le général de Gaulle, les anciens combattants du Maghreb, d’Afrique noire, de Madagascar et d’Asie touchent en effet une pension parfois huit fois inférieure à celles des nationaux français: 80 euros par mois pour un ancien goumier marocain, 150 euros pour un ex-tirailleur sénégalais, contre environ 600 euros pour un Français.

Trocadéro 1

Erreur
Cette vidéo n’existe pas

Pour rappeler cette promesse, un collectif d’associations avait organisé cet après-midi une brève et émouvante manifestation sur l’esplanade des Droits de l’Homme, au Trocadéro. Patrick Lozès, président du CRAN (Conseil représentatif des associations noires), a vivement interpellé Notre Président.

Erreur
Cette vidéo n’existe pas

Et n’oublions pas non plus cette autre commémoration : celle du massacre perpétré à Setif par les troupes françaises dont on été victimes des milliers d’Algériens.

Reportage photo : Ph.Madelin

Outre mer : le Président absent

29+01:00p30+01:0004bmar, 28 Avr 2009 07:38:29 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mon Président Sarkozy avait promis qu’il assisterait à l’ouverture des Etats généraux de l’Outre-Mer en se rendant dans l’une des îles Antilles, tandis que François Fillon devait aller sur l’autre.

Le président et le Premier ministre ont eu mieux à faire : on ne les a vus nulle part. Même pas à la réunion qui se tient à Paris.

Une version Guéant et une version MAM ( Michèle Alliot-Marie, Ministre de l’Intérieur et tutrice de l’Outre Mer) toujours personne.  Même pas Yves Jego. MAM a tranché : ce sera “en fonction de son calendrier international”. On en déduit, si le projet est maintenu, que ce sera un simple détour lors d’un voyage officiel ailleurs.

Mais n’est-ce pas MAM qui a tempété contre les absents qui ont toujours tort ?

Nos compatriotes ultramarins apprécieront, évidemment. Leurs voix pèsent-elles donc si peu pour les Européennes ?

Indiscret de Paris-Match, cette semaine : Colère d’Yves Jégo qui ne figurait pas sur la carte d’invitation aux Assises des ultramarins organisées cette semaine par l’UMP. Il est vrai que le secrétaire d’Etat chargé de l’outre-mer est en train de muscler un axe anti-Xavier Bertrand. A ses côtés, Jean-François Copé, mais aussi Brice Hortefeux qui n’était pas favorable à la nomination de Bertrand à la tête du parti.Ça baigne, à l’UMP !

Martinique : la sortie de crise

26+01:00p31+01:0003bsam, 14 Mar 2009 14:54:26 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

La Martinique s’achemine à son tour vers la sortie de crise samedi, dix jours après la Guadeloupe. Les Antilles s’acheminent donc vers un retour à la normale avec une sortie de crise prévue samedi à la Martinique. Le « Collectif du 5 février » qui mène le mouvement contre la vie chère devrait signer samedi à Fort-de-France un protocole de fin de conflit, récapitulant les accords signés tout au long de 37 jours de débrayage et blocage de l’économie, et annoncer la levée du mot d’ordre de grève.

A la Martinique, une grande manifestation est prévue en amont pour accompagner les représentants syndicaux jusqu’à la préfecture et des initiatives festives devraient avoir lieu toute la journée.

En revanche, à la Réunion les négociations sont reportées à une date indéterminée.

Guadeloupe : les caciques en désaccord

14+01:00p31+01:0003bmar, 10 Mar 2009 11:03:14 +0100+01:00 9,2008
Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.
Comme Laurence Parisot, la présidente du MEDEF, e Michèle Alliot-Marie, ministre l’Intérieur et de l’Outre-mer, juge inacceptables certains termes des accords Bino passés en Guadeloupe entre le collectif syndical LKP et une partie du patronat.
emme déclare dans Les Echos (selon AFP) :

« Comme Yves Jégo et Laurence Parisot, je juge certains propos, notamment du préambule, inacceptables », déclare-t-elle.

La présidente du Medef Laurence Parisot a dénoncé lundi le fait que ce préambule qualifie l’économie de la Guadeloupe d' »économie de plantation », c’est-à-dire, selon elle d' »économie esclavagiste ».

La ministre répond aussi aux accusations de Mme Parisot affirmant que l’Etat a privilégié les discussions avec le LKP:

« Mme Parisot le reconnaît elle-même, il s’agissait d’un conflit du travail. Il est dommage que le MEDEF ait quitté la table des négociations. L’Etat ne pouvait les forcer à revenir ».

Outre-Mer : le gag d’Yves Jego

49+01:00p31+01:0003bdim, 08 Mar 2009 11:08:49 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

C’est un gag, ou quoi ? Sur France Info, Yves Jego, le Secrétaire d’Etat à l’outre mer nous explique qu’il avait tout prévu des événements survenus dans sa sphère depuis plusieurs semaines. Formidables ces types qui déclarent après coup tout savoir avant ! Mon Président le renvoie aux Antilles pour une nouvelle tournée. Pour affiner ses prévisions ?

Le fait est que la situation s’améliore un peu et c’est tant mieux. Et d’ailleurs grâce à mon Président tout sera réglé lors des Etats Généraux de l’Outre mer qui vont bientôt commencer. Tout : le poids de l’esclavage, la frustration des Antillais, des Guyanais et des Réunionnais ; la domination des Békés, les conséquences ravageuses de la loi Pons sur les investissements outre Mer. Le surcoût de tous les produits, le privilège colonial qui impose aux îles lointaines d’acheter français au prix le plus élevé.

Après les incidents de vendredi en Martinique, des négociations sur le coût de la vie reprennent en Martinique. En Guadeloupe, ça risque de chauffer de nouveau, puis que le parquet engage une enquête préliminaire tendant à mettre en cause le désormais très célèbre Elie Domota, l’animateur du mouvement, pour ses propos musclés visant les Bekes et les patrons qui refusent d’appliquer les accords « Bino » . Le leader de Liyannaj kont pwofitasyon (Ensemble contre la surexploitation) Elie Domota avait déclaré au cours du JT RFO 7 mars au soir :

« Nous sommes dans une phase de suspension de conflit mais au moment où je vous parle, il y a des grèves qui sont en train de démarrer ou qui ont démarré depuis ce matin dans notamment les entreprises dirigées par les békés (…) où ils refusent d’appliquer l’augmentation de salaire ».
« Soit ils appliqueront l’accord (prévoyant une augmentation salariale mensuelle de 200 euros), soit ils quitteront la Guadeloupe », avait encore affirmé Elie Domota au sujet des entreprises bloquées par des piquets de grève ou groupes mobiles de manifestants.
« Nous sommes très fermes sur cette question là. Nous ne laisserons pas une bande de békés rétablir l’esclavage », »Si vous refusez, a-t-il lancé, vous n’avez qu’à partir ».

Mais quelle bizarre idée de poursuivre le leader en pleine crise, au risque de remettre le feu à la maison ? Il est vrai que Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l’UMP, a réclamé l’engagement de ces poursuites.