Archive for the ‘Nationalisme-autonomisme’ Category

Corse, régionales : vers une défaite des Sarkozystes ?

07UTCp28UTC02bFri, 05 Feb 2010 11:15:07 +0000UTC 9,2008

[Nicolas Sarkozy]  a fait le constat, sévère, de l’échec patent de la politique de sa majorité en Corse, particulièrement lorsqu’il a évoqué le Padduc, le PEI et le développement durable. Au point même qu’il a fait en sorte de proposer un autre candidat à la présidence de l’exécutif.

bastia-paul-giacobbi-nicolas-sarkozy-a-reconnu-que-son-equipe-a-failli

Avec ce constat spectaculaire dans une longue interview publiée ce matin dans Corse-Matin, Paul Giacobbi se pose en leader de la gauche. Bien décidé à remporter la victoire. Contrairement aux impressions données lors du récent voyage entrepris par le Président en Corse, le leader du PRG ne paraît guère disposé à rejoindre la majorité présidentielle. Ceci malgré les divisions persistantes et récurrentes entre les divers groupes politiques qui se revendiquent de la gauche et/ou du nationalisme.

Pourtant, selon mes informations – tirées de source sûr à Ajaccio – Mon Président a multiplié les gestes et les efforts pour s’approcher d’un consensus qui permettrait à l’UMP et à ses alliés de remporter une nouvelle fois la victoire aux Régionales. Un interlocuteur de haut niveau m’a même précisé que tout le monde avait été frappé par le calme raisonnable qui caractérisait l’attitude du Président, contrairement à sa fébrilité habituelle. En vérité, il a même multiplié les gages en direction des Nationalistes modérés d’Inseme, sans pour autant évoquer des questions essentielles telles que l’identité et la langue.

L’impression qui prévaut aujourd’hui que malgré les divisions susmentionnées, l’actuelle majorité UMP du Conseil régional risque d’être balayée.

« Les Corses, me dit-on, sont assoiffés de changement. »

Malgré les réserves du maire de Bastia, Emile Zuccarelli, le grand gagnant de l’opération serait de toute façon Giaccobi : si la gauche et les nationalistes modérés réussissent à constituer une majorité, Giaccobi revendiquera la prsidence de l’Assemblée régionale. Si la droite gagne,  Nicolas Sarkozy lui proposera de toute façon un ministère. Qu’il a d’ailleurs refusé il y a quelques semaines, mais qu’il pourrait quand même accepter dans le futur. Ce serait un des plus beaux scalps de gauche pour la ceinture du Président.

Les plus absents du débat sont paradoxalement les tenants du FLNC et de ses avatars lointains, qui se plaignent des Nationalistes modérés, accusés d’avoir déserté le combat !

Précision utile

Je suis désolé de ne pouvoir citer ma source, mais je peux vous garantir que mon interlocuteur a assisté de près à toutes les étapes du voyage, me confirmant en particulier la mauvaise humeur du Président à l’encontre de sa propre majorité.

Publicités

Sardaigne : un jour de colère

22UTCp28UTC02bThu, 04 Feb 2010 10:27:22 +0000UTC 9,2008

Notre amie Christina Bianca Troncia, ardente avocate des Sardes, nous rappelle dans une proclamation enflammée que demain…

… Vendredi 5 février 2010, la Sardaigne sera totalement paralysée : commerces fermés, écoles et lycées fermés dont les directeurs et professeurs seront également dans la rue, tous syndicats confondus, membres du diocèse dans la rue avec le peuple sarde suite à l’appel du Pape, services des trains et bus (sauf ceux réservés aux manifestants qui descendront sur Cagliari pour participer à la manifestation !), activités des aéoroports perturbées (des manifestants occuperont certainement les pistes pour empêcher les avions d’atterrir !), personnels hôteliers et restaurations, etc.

Le peuple sarde dans une unité solide et totale sera dans les rues et notamment à Cagliari (et dans d’autres grandes villes, où des cortèges seront organisés pour ceux qui ne pourront se déplacer jusque dans le Sud de l’île !) où les organisateurs attendent plus de 30 milles personnes, travailleurs accompagnés de leur famille mais aussi tous les représentants des partis politiques tous bords confondus, les représentants de l’institut d’éducation, les représentants du diocèse, les hauts représentants des associations des régions et des communes (ANCI et UPS) !

Le cortège partira à 10 heures du centre de Cagliari, la capitale de l’île, avec le slogan «  »Lavoro, sviluppo, autogoverno, dalla crisi alle opportunità » (Travail, développement, auto-gouvernance, de la crise à l’opportunité),
La plupart des journaux régionaux sardes dont leurs journalistes seront parmi les manifestants, annoncent également un piquet de grève en soutien total au peuple sarde !

La grève générale de 2002 n’ayant pas abouti à des résultats concrêts suite aux propositions déposées, il est à craindre que demain, la colère sourde du peuple sarde n’éclate au cours de cette journée !!!

Justice : vérité ici, non vérité là

32UTCp28UTC02bTue, 02 Feb 2010 14:43:32 +0000UTC 9,2008

Ma correspondante Marie-Ange ose un rapprochement entre les affaires Clearstream et Colonna. Evidemment !

Porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre est mécontent titre le Figaro! A propos du procès Clearstream, Lefebvre se déclare offusqué:  » ce ne sont que les exécutants qui paient »; il espère que le second procès « permettra de montrer qui a commandité cette manipulation et pourquoi ».

Je trouve surprenant que le gouvernement n’ait pas été aussi prompt à réagir lors de l’assassinat du préfet Erignac! En effet, à ce jour, seuls les exécutants ont été condamnés! Accusés d’être les commanditaires, Castela et Andriuzzi, condamnés en première instance à 30ans de réclusion criminelle (soit dit en passant, peine moins lourde pour les commanditaires que pour les exécutants!) ont été acquittés en appel, en raison notamment d’un procès verbal antidaté.

Cet acquittement selon Libé a sonné  » comme un désaveu des méthodes de l’ancien directeur de la DNAT » le commissaire (aujourd’hui inspecteur général) Roger Marion, et jette un doute  » sur la manière dont a été menée l’enquête ayant abouti à l’arrestation d’Yvan Colonna ». Peut-être est-ce la raison pour laquelle trouver les commanditaires de l’exécution du préfet Claude Erignac semble ne plus intéresser personne ?

Sarkozy : le cahier corse de doléances

01UTCp28UTC02bTue, 02 Feb 2010 09:46:01 +0000UTC 9,2008

Nicolas Sarkozy visite aujourd’hui la Corse. Comme par hasard à l’orée de la campagne pour les Régionales, qui ne se présentent pas dans de très bonnes conditions pour la mahorité. Alors que le Président a annoncé haut et fort qu’il n’interviendrait pas dans la campagne des Régionales. Ce qu’il dit ou non… Et il doit avant tout mettre de l’ordre dans ses propres troupes nicolas-sarkozy-en-corse-pour-remettre-de-l-ordre-dans-la-famille-ump_1299901_1293905.html

nicolas-sarkozy-en-corse-pour-parler-ecologie-et-politique.html

Les animateurs d’Inseme – Nationalistes modérés – ont concocté une lettre ouverte rédigée par Jean Christophe Angelini et Gilles Simeoni, candidats à l’élection territoriale de Mars 2010, résumant les positions du groupe et ses desiderata.

« Le courant d’idées auquel nous appartenons s’est battu depuis des décennies pour défendre le droit de la Corse au développement durable, s’opposant par exemple dans les années 60 à l’implantation prévue d’un site d’expérimentation nucléaire à l’Argentella, ou combattant pour la défense de la Méditerranée contre les Boues Rouges. Récemment, nous avons largement contribué à une mobilisation politique et citoyenne, qui a permis d’éviter l’implantation d’un incinérateur pour déchets ménagers dans l’île. Nous avons également participé pleinement aux combats contre les centrales au fioul lourd, ou le passage des pétroliers dans les Bouches de Bonifaziu. Enfin, de nombreuses forces de ce pays, dans leur diversité, se sont unies pour faire barrage au projet de PADDUC concocté par l’actuelle majorité territoriale. A chaque fois que notre île a eu à défendre son patrimoine collectif, elle l’a fait contre des projets inspirés ou soutenus par l’Etat, et un certain nombre de groupes financiers.

Au regard de ce passé conflictuel, ancien et récent, c’est avec une certaine réserve que nous attendons de prendre connaissance de votre vision du développement durable de la Corse. Nos choix fondamentaux, eux, sont parfaitement connus des corses. Nous tenons cependant, à l’occasion de votre visite, dans un esprit de dialogue, à les rappeler brièvement.

  • Le développement durable place l’homme au centre des choix politiques essentiels. L’histoire le démontre : le peuple corse est une réalité originale, vivante, ouverte et capable d’intégrer celles et ceux qui le souhaitent dans une communauté de destin. Il faut donner à ce peuple les moyens juridiques et financiers de garantir et renforcer les éléments constitutifs de son identité : la langue, la culture, la terre.
  • Le développement durable organise la prise en compte de l’intérêt général dans la gestion des secteurs stratégiques d’un pays. L’eau est, en Corse, une richesse naturelle abondante : elle ne peut être exploitée dans une logique de privatisation. Les transports sont, pour un territoire insulaire, la clé essentielle de l’ouverture : la notion de compétitivité doit toujours être conciliée avec des exigences fortes de service public, et de non-dépendance. Enfin, l’autonomie énergétique de l’île est une nécessité absolue. Elle doit être atteinte à travers le GALSI, mais aussi par le développement des énergies renouvelables dans leur diversité (photovoltaïque solaire, thermodynamie, hydroélectrique, éolien, biomasse).
  • Le développement durable crée de la richesse en préservant les équilibres territoriaux, naturels et humains. La Corse est aujourd’hui en proie à la spéculation, à la bétonisation du littoral et à la mise à mort de l’intérieur. Nous voulons rompre avec ce modèle archaïque et le remplacer par une stratégie économique ouverte sur notre environnement euro-méditerranéen reposant sur trois piliers : d’abord le rééquilibrage en faveur de l’intérieur, qui doit faire l’objet d’un véritable plan de relance. Ensuite, la préservation et la mise en valeur de la première de nos richesses : notre patrimoine environnemental, qui nous permettra de développer des activités entrepreneuriales, agricoles et touristiques créatrices d’emplois qualifiés et de valeur ajoutée. Enfin, il faut replacer la solidarité au cœur des politiques publiques : l’exclusion, le chômage, la précarité frappent durement les Corses. La question sociale est, ici comme ailleurs, une priorité absolue.
  • Le développement durable, c’est aussi vivre dans une société apaisée, construite sur les valeurs positives de travail, de tolérance, de justice. Nous avons pour notre part fait le choix exclusif de l’action publique. Mais nous savons aussi que la Corse vit depuis trop longtemps dans une situation de conflits, du fait notamment de l’absence de dialogue organisé et durable entre l’état et notre communauté. Nous souhaitons œuvrer résolument à la construction de ce dialogue, qui ne doit exclure personne, et à l’avènement de la paix. Oui, les conditions de l’affrontement doivent disparaître. Et elles ne disparaîtront que si tous les acteurs parviennent à s’entendre sur une solution politique raisonnable et transactionnelle.

C’est ce chemin que, pour notre part, nous vous demandons d’emprunter. C’est celui que nous continuerons inlassablement de proposer à notre peuple, à l’occasion notamment des échéances de mars 2010. »

Il faut onsidérer un arrière-plan à cette lettre : sous couleur d’environnement, le Président ne va-t-il pas vouloir remettre sur les rails le PADDUC cher à sa majorité, écarté depuis quelques mois ?

En préambule de cette visite présidentielle en Corse le FLNC a publié un communiqué revendiquant vingt-quatre attentats commis l’an passé dans l’île. Et plusieurs syndicats ont lancé un appel régional à la grève, rappelle Corse-Matin : La visite du président de la République est l’occasion, pour les organisations syndicales, de remettre sur le devant de la scène les difficultés sociales multiples que vit la Corse. Lors d’une conférence de presse conjointe, la CGT et la CFDT ont fait, hier, le bilan d’une situation peu réjouissante. Les représentants des deux syndicats ont rappelé que, bien que dénuée d’industrie, la Corse n’a pas été oubliée par la crise économique et sociale qui touche l’ensemble de l’Europe. Avec des chiffres qui parlent d’eux-mêmes : plus 26,5 % de chômeurs chez les jeunes depuis un an et plus 27,3 % chez les plus de 50 ans au cours de la même période.

Affaire Colonna et Garde à vue

39UTCp31UTC01bMon, 25 Jan 2010 12:19:39 +0000UTC 9,2008

Ma lectrice Marie Ange Marie met le point sur les I de façon tout à fait opportune :

Notre garde des sceaux [ Michèle Alliot-Marie] confirme et signe:  » l’aveu en garde à vue sera insuffisant pour justifier à lui seul une condamnation » et ceci sera inscrit dans le nouveau code de procédure pénale.

Cette déclaration est fondamentale au moment où la Cour de Cassation doit statuer sur le pourvoi formulé par les avocats d’Yvan Colonna; car si effectivement la Cour d’assise spéciale n’a pas à motiver sa décision, cela ne dispense pas l’accusation d’ apporter les preuves de la culpabilité de l’accusé; et j’ai beau relire les divers compte rendus d’audience ces « preuves » se résument aux aveux des membres du commando et de leurs épouses obtenus en garde à vue…

Et des géolocalisation d’appels téléphoniques, où Yvan Colonna n’apparaît jamais. D’ailleurs, on n’a jamais vu sa trace physique tout au long des débats lors du deuxième procès d’assises. Mais puisque ce vide passe pour une preuve pour le procureur Jean-Claude Kross, le petit doigt sur la couture de sa robe de magistrat…

Tout comme la rareté des éléments matériels était invoquée comme une preuve de la culpabilité de Dreyfus: » il n’y a pas de preuves, c’est qu’il a tout fait disparaître »…

« Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction; c’est la conviction souveraine, irrésistible qui déforme les faits et les choses »

Joseph Reinach député dreyfusard et historien de « l’ Affaire ».

Rappelons que ces déclarations de MAM, et probablement des instructions données aux parquets, ont provoqué un mouvement de très mauvaise humeur chez les commissaires et officiers de police judiciaire. On les comprend : sans aveux extorqués en garde à vue, comment prouver une culpabilité quand on ne dispose que de vagues soupçons ? C’est, suggèrent nos policiers, la voie ouverte à la grande criminalité et au terrorisme. Cependant, les policiers grogneux ont l’air d’oublier que ce ne sont pas eux qui font la loi, mais les parlements et la jurisprudence, et, désormais, surtout la jurisprudence européenne.

Corse : Inseme et le rapport au sol

28UTCp31UTC01bThu, 21 Jan 2010 09:55:28 +0000UTC 9,2008

Le groupe Inseme attache la plus grande importance à la question foncière, nous rappelle Magali M., une de ses militantes.

[A propos de] la « problématique du foncier » évoquée par Dominique BIANCHI, maire de VILLANOVA, en CORSE du SUD, [ il faut ] rappeler quelles sont les valeurs défendues par « Inseme par a Corsica et qui seront placées au coeur de la démarche:
– Maintenir le lien entre notre Communauté et sa terre
– Assurer une solidarité sociale garantissant la pérennité de ce lien, élément fondamental de notre identité collective.
-Préserver notre Littoral, développer l’intérieur et promouvoir un développement équilibré.
-Maîtriser notre Patrimoine foncier.
-Donner les moyens à l’agriculture d’occuper la place qu’elle mérite.
-Privilégier les résidents concernant l’accès à la terre et au logement.
-Faire le choix d’une politique transparente…..

Magali rappelle le sens profond de cette démarche.

« Inseme per a Corsica » est né dans le but de concrétiser un espace de rassemblement et de convergence dans la perspective de créer une force politique adossée à une vision claire de la Corse. Il s’agit de réaliser une union pérenne, qui ne se limite pas aux prochaines élections, parce qu’il y a une vie après les élections…et que sa réelle vocation est de s’inscrire dans la durée.
« Inseme per a corsica » n’est pas un parti politique et regroupe toutes celles et ceux qui ont envie de faire de la politique « autrement », des personnes venues de tous horizons, beaucoup de non-nationalistes et des électrons libres désirant s’impliquer pour l’avenir de la Corse. C’est pour cette raison que je m’y suis sentie de suite très à l’aise comme beaucoup d’autres femmes et hommes que la politique n’intéressait pas ou simplement déçus par elle.
Le meilleur exemple de cet espace de démocratie, c’est la façon dont est élaboré notre « projet de société »qui sera proposé aux Corses dans le cadre des prochaines élections territoriales puisque celui-ci a fait l’objet d’un véritable travail collectif ( « transversal » ) regroupant toutes les personnes le souhaitant, acteurs de la société civiles, élus, professionnels, membres associatifs…etc
La « question foncière » fera partie des problématiques essentielles avec une définition préalable d’un « statut de résidant » par le biais du pouvoir d’adaptation de l’Assemblée de Corse et la mise en place d’outils de régulation destinés à freiner la spéculation galopante et la disparition à terme de notre patrimoine foncier.
Certes les mentalités en Corse ne changent très lentement et notre Démarche, réellement novatrice, se heurte déjà aux réflexes politiciens, aux logiques partisanes, aux ambitions personnelles et autres difficultés telles que celles rencontrées ces derniers jours concernant notamment l’union des Nationalistes dits « modéré »…
Je crois qu’à terme, avec beaucoup de volonté et de travail, nous serons en capacité de changer cette Société qui se meurt et redonner à celle-ci un souffle nouveau : « un soffiu novu », tel qu’il a été initié aux dernières élections municipales à Bastia avec Gilles Simeoni.

Commentaire

Cette contribution, que je sais représentative, démontre que les problématiques de la violence, et de l’indépendantisme passent au second plan du débat politique. D’une certaine manière elles occultent sous une figure caricaturale l’évolution réelle de l’île.

Sardaigne : un mouvement de protestation le 5 février

09UTCp31UTC01bWed, 20 Jan 2010 08:14:09 +0000UTC 9,2008

Notre amie lectrice Christina Bianca-Troncia la Sarde nous prie de relayer cet appel à manifester le 5 février dans toute la Sardaigne.

le peuple sarde, lassé de voir la plupart de ses jeunes diplômés sans travail, de se voir voler ses petits lopins de terre par les requins, de vivre de plus en plus précairement au profit des arrivistes qui se fichent un peu trop de leur gentillesse et de leur sens de l’hospitalité, de se voir délaissé, voire spolié par le gouvernement italien, décide une nouvelle fois comme en 2002, de s’unir pour descendre dans la rue, travailleurs, commerçants, chômeurs, pensionnés, aux fins de paralyser l’île entière pour protester massivement, tous bords politiques confondus et apolitiques ensemble, ce 5 FEVRIER 2010 !

Le peuple sarde est un peuple gentil de par sa culture mais  les jeunes ressentent de plus en plus une sourde colère sur le point d’expulser telle de la lave !

Je pense que cette manifestation (dans chaque ville et village, le peuple sarde se trouvera dans la rue, avec femmes, enfants, parents et grand-parents mêlés et soudés, certainement main dans la main pour danser le fameux « ballo sardo », qui est un signe d’union et de front de révolte pacifiquement déclarée !) se déroulera de manière calme et pacifique mais que l’on pourra craindre que les autorités gouvernementales déploieront des murs de carabinieris provenant du continent car même les carabinieris sardes seront parmi le peuple !!!

La goutte qui a fait déborder le vase vient des salariés du groupe américain ALCOA, spécialisé dans l’exploitation d’aluminium ayant bénéficié de subventions de l’Etât, devenu propriétaire du site de Portovesme en Sardaigne, exploitaient ces quelques travailleurs sardes avec un salaire de misère !

Ceux-ci, soutenus par divers syndicats, ont manifesté pacifiquement ce 15 Janvier, devant l’ambassade des USA à Rome, et devant les portes de l’exploitation alghéroise, demandant respect, hausse des salaires et travail pour les sardes résidant du lieu ! Comme je vous l’avais déjà mentionné, les entreprises américaines, canadiennes, australiennes et d’autres nationalités ont pour habitude de s’approprier des sites (montagnes également !) aux fins d’extirper l’or et autres richesses minerales sur l’île, en amenant leur propre main-d’oeuvre alors qu’ils bénéficient de larges subventions du gouvernement italien ! Le peu d’ouvriers sardes embauchés sont exploités et traités à la limite du manque de respect !

Corse : dans la bataille des Régionales, Inseme per a Corsica

09UTCp31UTC01bTue, 19 Jan 2010 08:34:09 +0000UTC 9,2008

Inseme per a Corsica vue par Dominique Bianchi

Dominique Bianchi, le maire de Villanova en Corse du Sud est un ancien professeur d’histoire, et surtout un des fondateurs du FLNC. Il mène peut-être son dernier combat politique avant de prendre une retraite à laquelle il aspire. Une retraite de sa mairie, mais aussi une prise de distance politique.  En vérité, Bianchi a depuis longtemps su élever son propos et sa position, notamment vis-à-vis des violences politiques, assez tôt il s’et écarté de la branche active du FLNC, sans jamais rien condamner.

Aujourd’hui, il est avec l’avocat Gilles Simeoni l’un des animateurs d’un mouvement atypique, Inseme per a Corsica , qui se traduit « ensemble pour la Corse ». Un mouvement presque apolitique, au sens de la politique politicienne.

« Inseme a déjà remporté d’importantes positions aux dernières municipales, notamment dans le cadre de listes union structurées à partir de projets. Nous avons attiré un électorat bien au-delà des Nationalistes. Quand il y a un projet, on passe ».

C’est une sorte de retour aux sources de la vraie politique, et qui plus est de la politique participative. Pourquoi ne pas faire pour la Corse ce qu’on fait dans les villages ? »

« Autonomie, indépendance, ce débat n’intéresse pas les Corses, car il porte sur un aspect institutionnel, assis sur positions figées. Il en va de même pour le débat pour ou contre la violence. La violence existe, mais elle représente une impasse politique

 » De toute façon, on ne règle pas les problèmes en étant « pour » ou « contre ». Il faut aller dans le dialogue, rameuter les gens qui depuis quelques années soutiennent la Corse qui vit. La Corse associative et citoyenne, la Corse des syndicats, les Corse des la vie associative et de l’écologie. Je suis très frappé par le renouveau des confréries, ces groupes qui naguère vivaient à l’ombre des paroisses, mais sans en être l’instrument. Les hommes s’y rencontraient pour réfléchir, mais aussi et surtout pour pratiquer le chant polyphonique. Ce sont les jeunes qui ont revivifié les confréries, et le clergé est bien obligé d’en tenir compte. C’est une manière de vivre ensemble autrement. On est loin des partis politiques de l’origine. On veut travailler sur des projets concrets, le projet d’incinérateur d’ordures, les questions foncières, la modernisation ou le remplacement de la centrale thermique. Ce qui compte : les projets concrets, nous voulons être assez forts pour affronter les vingt prochaines années

 » Faire remonter du bas les projets, par exemple la question foncière (restructuration) par l’intermédiaire d’ateliers de discussions. Ce n’est pas une démarche de parti politique à l’ancienne. Il faut changer de logiciel pour s’orienter vers le développement fondamental du participatif, fait tomber les barrières idéologiques. A partir des projets, il faut une traduction politique, vers une mobilisation de la société civile

Entretien réalisé le 29 octobre 2009 à Ajaccio. J’ai volontairement différé sa diffusion pour être plus proche des élections régionales.

Colonna : et encore !

17UTCp31UTC12bThu, 31 Dec 2009 19:04:17 +0000UTC 9,2008

Ma correspondant Marie-Ange Mari me transmet ce commentaire, à propos du dernier billet consacré à l’Affaire Colonna. Son analyse est fine et juste, dénuée de passion, ce qui la rend plus forte.

Nous sommes face à une affaire d’Etat; et que, en conséquence le seul fait de revenir sur la condamnation d’Yvan Colonna ne remet pas seulement en cause la façon dont l’enquête a été menée, la façon dont la “justice” a par 2 fois rendu un verdict de culpabilité à son encontre, mais aussi la crédibilité de N.Sarkozy qui avait promis à Mme Erignac que l’assassin de son mari serait puni et qui, avait désigné Yvan Colonna comme cet assassin bien avant les juges de la Cour Spéciale! C’est donc bien sur un plan politique que se situe le problème Colonna bien plus que juridique!
Pourtant si la Cour de Cassation ne casse pas l’arrêt le condamnant à la peine maximale, la France s’expose à l’humiliation de se voir condamnée par la Cour Européenne . La FIDH qui avait envoyé des observateurs à ce procès a dénoncé dans son rapport les lois anti terroristes françaises

“qui méconnaissent les droits essentiels des personnes” et conclut “qu’à l’issue de six semaines du procès la question du caractère équitable de ce procès est clairement posée”. “L’absence de toute preuve matérielle impliquant Yvan Colonna dans l’assassinat du Préfet Erignac, les rétractations de sa mise en cause par les membres du commando, la mise en cause d’autres personnes qui n’ont pas été arrêtées, les témoins oculaires qui n’ont pas reconnu Yvan Colonna, sont autant d’éléments qui pourraient être de nature à laisser subsister un doute quant à sa culpabilité”.

C’est donc bien sur la seule base des aveux recueillis en garde à vue qu’il a été condamné; ces garde à vue actuellement sur la sellette, dénoncées ouvertement par le bâtonnier de l’ordre des avocats du barreau de Paris et qui selon la Cour Européenne violent l’art 6 de la Convention Européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales: en effet selon cette Cour “l’équité d’une procédure pénale requiert d’une manière générale, aux fins de l’article6 de la Convention, que le suspect jouisse de la possibilité de se faire assister par un avocat dès le moment de son placement en garde à vue ou en détention provisoire” . Comment imaginer un seul instant que la Cour Européenne avalisera l’ affaire Colonna?!

Colonna : qui a tué le préfet ?

19UTCp31UTC12bTue, 29 Dec 2009 14:36:19 +0000UTC 9,2008

Dans sa page Facebook Jean-Philippe Deniau, le chroniqueur justice de France-Info, se pose de nouveau la question :

qui a vraiment tué le préfet Erignac ?

Le procureur Jean-Claude Kross m’a traîné dans la boue pour avoir osé m’interroger. En reprenant l’ensemble de mes articles et documents, je suis de plus en plus rempli de doutes.

Qui a vraiment tué le préfet Erignac ?

Pendant le procès, les seules « preuves » avancées par l’accusation contre Yvan Colonna ont été constituées par des repérages téléphoniques d’où Colonna est totalement absent, et par les « aveux » de témoins très indirects obtenus en garde à vue prolongée, alors qu’aucun de ces aveux ne fournit une description pertinente du meurtre.

Or, depuis, les méthodes utilisées en garde à vue ont été mises en cause par de nombreux juristes, suivant un jugement de la Cour européenne de Justice.

Il m’apparaît de plus en plus évident que rien ne permet d’accuser formellement Yvan Colonna, contrairement à la condamnation prononcée par la Cour d’Assises spéciale en mars dernier.

Nous sommes bien en face d’une affaire d’Etat.

L’identité nationale en questions

01UTCp30UTC11bThu, 12 Nov 2009 13:44:01 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Quelles questions seront-elles posées aux participants (triés sur le volet) aux débats sur l’identité nationale ? La liste prouve, s’il le fallait, que les motivations sont pour le moins peu claires. Une certitude cependant : il faut lutter contre le communautarisme. C’est-à-dire contre tous les groupes d’immigrés qui ont la fâcheuse tendance à ne pas admettre comme vérité première que les seules vérités universelles sont celles proclamées par le pouvoir français. Et fon de toute solidarité et autres pratiques permettant de survivre moins mal !

Le guide diffusé par le ministère de l’Identité nationale doit aider les préfets à préparer les thèmes à aborder. Il se décompose en seize chapitres, dont quatre concernent les immigrés. Voici quelques exemples de questions:
Quels sont les éléments de l’identité nationale ?
– Nos valeurs
– Notre universalisme
– Notre histoire
– Notre patrimoine
– Notre langue
– Notre culture
– Notre territoire
– Nos paysages
– Notre agriculture
– Notre art culinaire
– Notre vin
– Notre art de vivre
– Notre architecture
– Nos églises et nos cathédrales
– Notre industrie
– Nos hautes technologies
– Ce que nous avons fait ensemble
– Ce que nous voulons faire ensemble
Etc.
Quelles sont les valeurs de l’identité nationale ?
– Les droits de l’homme
– La démocratie
– La République
– La liberté
– L’égalité
– La fraternité
– La laïcité
– L’égalité homme-femme
– La solidarité nationale
– Les services publics
– L’entreprise
Etc.
Comment réaffirmer la fierté d’être Français ?
– Mettre en place dans l’ensemble des 100 préfectures et 350 sous-préfectures des cycles d’instruction civique, ouvert à tous (élèves et parents d’élèves, associations, centres de loisirs…)
– Donner à tous les enfants de France l’occasion de chanter au moins une fois par an « La Marseillaise »
– Accroître la place des symboles de la République (drapeau, Marianne) dans l’ensemble des édifices publics
– Faire participer l’ensemble des forces vives de la nation à la fête nationale du 14 Juillet

Sur les immigrés :

Pourquoi accueillir [les immigrés] au sein de notre communauté nationale ?
– Pour maintenir une tradition historique de nation ouverte
– Pour soutenir notre démographie
– Satisfaire le besoin de personnes qualifiées pour certains métiers
– Pour occuper les emplois non pourvus de notre économie
– Pour leur apport culturel

Notre  République est-elle « multiculturelle » ?
Les valeurs de l’identité nationale sont-elles compatibles avec le communautarisme ?
La République doit-elle aller plus loin dans la lutte contre le communautarisme ?

On observera que depuis 1880 le premier objectif affiché de l’Ecole communale était l’intégration dans la communauté nationale, l’indifférenciation, et la lutte contre les « patois », lire les langues régionales. Lesquelles étaient en effet un ferment de communautarisme.

Procès Colonna : les motifs de cassation

05UTCp31UTC10bSat, 03 Oct 2009 10:34:05 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le comité Colonna diffuse un message où sont repris les arguments avancés en vue d’un recours en cassation contre le jugement rendu en mars dernier, soutenu par Me Spinosi.

Vendredi, 02 Octobre 2009 09:16

La procédure de Cassation ne vise pas à réexaminer les faits. Elle n’est pas un troisième procès. La Cour de Cassation se contente de vérifier si la loi et le droit ont été correctement appliqués, uniquement d’un point de vue de la forme et de la procédure.

Dans le cas d’Yvan, de l’avis unanime des professionnels qui ont eu à examiner la procédure ou à suivre le procès, de nombreux moyens de cassation devraient être retenus, et le seraient de façon quasi-certaine, dans le cas d’une procédure normale.

Le mémoire déposé par Me Patrice SPINOSI, Avocat au Conseil (ce sont des avocats spécifiques qui ont le monopole de la plaidoirie et de la représentation devant la Cour de Cassation), développe 12 moyens de cassation, autour de 6  thèmes principaux :

I – Le premier est relatif aux incidents Vinolas et Lebbos.

 

L’incident Vinolas est, selon le recours, constitutif d’une atteinte au principe d’impartialité du président de la cour d’assises, doublé d’une rupture de l’égalité des armes et enfin d’une atteinte aux droits de la défense.

Le grief d’impartialité sera étayé par l’incident relatif au témoin Lebbos comme le fait que le président ait attendu le départ de la défense pour verser aux débats les écoutes constitutives d’éléments à décharge, dont l’existence a été révélée à l’audience d’appel, alors que l’existence de ces écoutes avait été cachée à la défense pendant toute la durée de la procédure antérieure, soit pendant10 ans !

II – Le deuxième champ de critiques est tiré des atteintes aux droits de la défense.

 

Seront ainsi mis en cause :

1/ le refus de la Cour d’acter l’interruption, par la partie civile et l’accusation, de l’audition du témoin MANNARINI ;

2/ le refus de se souvenir, la Cour se bornant, pour répondre aux différents donnés acte, à relever qu’elle n’est pas mémorative, limitant ainsi le droit de l’accusé à formuler des moyens de cassation et, partant, son droit d’accès à un tribunal garanti par l’article 6 de la Convention européenne des droits de l’Homme,

3/ le refus de la Cour d’annuler la procédure, suite aux conclusions qui avaient été déposées, qui caractérise un excès de pouvoir négatif de la juridiction,

4/ le refus de la Cour faire droit à la demande de reconstitution, interdisant ainsi à l’accusé d’obtenir les moyens nécessaires à la démonstration de son innocence.

 

III- Le troisième bloc de critiques est plus classique. Il est relatif à la méconnaissance du principe de l’oralité des débats

 

Qu’il s’agisse :

1/ de l’audition interrompue du témoin Mannarini ;

2/ de la communication lors de l’audience de l’avocat de la partie civile avec l’un des témoins (incident dont la presse ne s’est pas fait l’écho, mais dont la défense s’était faite donner acte pendant les débats) ;

3/ du fait qu’un des témoins, en l’espèce un policier de la DNAT ; ait avoué avoir relu la procédure antérieurement à son audition, ce qui est interdit par la loi ;

4/ du fait qu’un des témoins ait, antérieurement à la déposition d’autres témoins acquis aux débats, fait référence au témoignage de ces derniers que la cour n’avait pas encore entendus,

5/ du fait que, contre l’avis de la défense, il ait été projeté les diapositives du transport à Ajaccio intervenu en première instance.

 

IV – Le quatrième bloc sera relatif au fait que, suite à la récusation de ses avocats et son départ de la cour d’assises, Yvan Colonna a été jugé en son absence et sans défense.

 

V – Le cinquième bloc met en cause plus généralement la procédure d’exception des cours d’assises spéciales, en vue d’une saisine de la Cour européenne des droits de l’homme :

1/ on peut ainsi faire valoir  la jurisprudence Taxquet c. Belgique (hélas mis en cause devant la Grande Chabre) qui a condamné cet état du fait de l’absence de motivation des décision d’assises,. Cette absence de motivation est d’autant moins compréhensible dans le cas qui nous occupe que l’ensemble de la cour est constitué de magistrats professionnels,

2/ on peut reprocher la rupture d’égalité devant la loi (article 14 de la CEDH)  qui nait de ce que, en cas de crime terroriste, une majorité simple est suffisante pour caractériser la culpabilité de l’accusé s’acquiert quand, en droit commun, cette majorité doit être qualifiée (10 voix au  moins). Pourquoi le poseur de bombe a-t-il droit à une moindre garantie que l’assassin d’enfant ?

3/ de la même manière on peut s’interroger sur les justifications d’un jury uniquement constitué de magistrats dans un cas et d’un jury populaire dans l’autre et invoquer , là encore, caractériser un rupture d’égalité devant la loi.

VI – Le sixième bloc de moyens est tiré des multiples violations de la présomption d’innocence dont a été victime Yvan tout au long de la procédure : on sait que, depuis le procès « Clearstream », les hommes politiques et observateurs qui se souviennent enfin qu’il s’agit là d’un principe fondamental dans toute démocratie, sont beaucoup plus nombreux et n’hésitent pas à manifester leur indignation…Si la justice est la même pour tous, Yvan n’a donc pas d’inquiétude à se faire !

http://www.yvan-colonna.com/joomla/index.php/infos/278-nouvelles-du-cs13

Corse : des solutions d’avenir en dehors de l’actuel PADDUC

09UTCp30UTC09bSat, 05 Sep 2009 10:20:09 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le débat sur le devenir des îles se poursuit entre mes lecteurs par l’intermédiaire de mon blog. Cette fois-ci c’est au tour de Magali Marin d’entrer dans la danse. Magali vit en Corse. Vit avec passion, en Corse. Elle est une chaleureuse partisane de solutions concrètes pour qu’avance un peu la Corse vers un avenir, un avenir qui ne passe pas forcément par la violence. Elle s’adresse directement à Christina Bianca : de la Corse à la Sardaigne, et retour.

Bonne lecture.

D’accord avec toi Christina pour dire que la Démocratie surtout en Corse est bien souvent bafouée ! La population est le plus souven consultée ou simplement informée une fois les décisions prises..
Plus grave encore, lorsqu’un projet de société comme le Plan d’ Aménagement et de Développement Durable de la Corse, engageant la Corse et les Corses pour les 30 ans à venir est élaboré en l’absence totale de consultation;
Ce projet, contraire aux intérêts de la Corse, a d’ailleurs été retiré grâce à une mobilisation d’une partie de la population qui a fait entendre sa voix et a eu l’intérêt de susciter des débats même a postériori.
A ce propos je rappelle:
Que ce document prône une économie basée sur le tout-tourisme, ce qui implique du travail saisonnier, précaire, sous-qualifié, et la bétonisation des côtes.
L’économie « présentielle » favorisera la spéculation et la vie chère.
Les terres agricoles ne sont pas protégées.
La culture de ce pays ne fait pas partie des domaines prioritaires.
Un autre PADDUC devra être élaboré en faisant le choix d’une croissance qualitative qui implique de facto une politique foncière économe et productive.
Une telle politique est un outil de réconciliation avec l’activité touristique : elle traduit le passage de l’ère de la spéculation à court terme à celle d’une économie durable où la spéculation foncière fait place à la maîtrise de l’espace et de la production.
Il faut pour la Corse un véritable projet de développement durable qui prenne en compte la lutte contre les inégalités et la pauvreté, qui favorise le développement de notre agriculture, de notre outil de production afin d’assurer notre développement économique; Un PADDUC qui vise à conserver nos valeurs et notre identité, qui assure la protection de notre environnement et élaboré de manière démocratique.
Ce document important qui engage l’avenir de la Corse s’est enrichi de développements et de précisions.
Très largement refusé par une large partie de la population ( en atteste une pétition signée par 15 000 citoyens) ce projet est porteur d’inégalités sociales et territoriales, de déséquilibres démocratiques et de régression culturelle.
Il conduit à accentuer la crise économique et sociale que rencontre la Corse. Il n’anticipe pas la crise écologique que connait la planète et à laquelle notre île commence à être soumise.

C’est bien ici un sentiment de menace de tout ce qui constitue nôtre identité, sentiment de survie et non de menace d’invasion. Permettre aux Corses de continuer à vivre chez eux “normalement” ; développer leur économie, préserver leur environnement ….; Alors oui, certains passent pour des agitateurs contestaires ! Mais, à l’instar d’autres insulaires, nous nous battons pour notre “identité”parceque la menace constante nous y oblige; nous ne sommes pas à vendre.
Je suis d’accord avec toi Christina quand tu dis que ” les peuples sardes et corses ne sont donc pas paranoïaques lorsqu’ils se récrient contre l’invasion des riches continentaux en se référant à ce qu’ont vécu et ont dû combattre leurs ancêtres, mais ils ont acquis une “clairvoyance” et ont pu constater les permissivités octroyées à certains et non à d’autres !
Sans flouer les vendeurs de ces dits-biens et surtout, en ne convoitant pas des sites qui sont depuis des décennies préservés et protégés ! En évitant aussi, de débarquer en conquérants et en respectant la culture d’autrui !”

La terre et l’identité : poursuite du dialogue entre Tita et Christina

18UTCp30UTC09bWed, 02 Sep 2009 09:38:18 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Ce nouveau texte de Christina Bianca s’adresse directement à Tita.

Je comprends pertinemment que dans votre belle région, la problématique existe également ! J’ai pu aussi le constater en Auvergne mais à moindre niveau…à cause du climat !

Je vous cite : « Vous mettez le doigt sur ce qui me semble être le noeud gordien : l’identité. Les Sardes ont encore une forte identité propre….Qu’un riche Corse achète un bout de terre en corse ne pose pas de soucis particulier. Mais que ce riche soit un continental, et voilà qu’un sentiment de vol apparait et de menace… »

Le problème d’identité et le sentiment d’invasion, existent, bien évidemment, depuis des siècles, si l’on s’en réfère à l’histoire, puisque la  Corse et la Sardaigne ont été envahies moult fois (par les maures, les africains, les espagnols et les romains ! D’où cette tendance maintenant à mettre en exergue leur identité propre face aux Italiens, pour ce qui concerne le peuple sarde surtout !)! Les peuples sardes et corses ne sont donc pas paranoïaques lorsqu’ils se récrient contre l’invasion des riches continentaux, de nos jours, en se référant à ce qu’ont vécu et ont dû combattre leurs ancêtres, mais ils ont acquis une « clairvoyance » et ont pu constater les permissivités octroyées à certains et non à d’autres ! Pas d’amalgames, certains « riches » continentaux ont été parfaitement intégrés sur les 2 îles, simplement parce qu’ils ont su acquérir leurs biens immobiliers avec respect ! Sans flouer les vendeurs de ces dits-biens et surtout, en ne convoitant pas des sites qui sont depuis des décennies préservés et protégés ! En évitant aussi, de débarquer en conquérants et en respectant la culture d’autrui !

Contrairement à ce que laissent entendre certains médias journalistiques et autres, les peuples corses et sardes sont très hospitaliers et très ouverts sur la culture des autres peuples, celà fait partie intégrante de leur éducation reçue ! Lorque vous vous rendrez en Corse et en Sardaigne, vous pourrez constater que beaucoup de résidents sont des « pinzutti » (surnom affectueux qu’emploient les corses pour désigner français, italiens, marocains, russes, etc.) aux moyens plus ou moins modestes ! Ce qu’ils apportent avec humilité comme expériences est accueilli comme un enrichissement culturel complémentaire et, en retour, ils savent ne pas imposer leurs cultures et leurs manières de vivre ! Un juste équilibre s’établit très rapidement, tout simplement, en toute intelligence de part et d’autre !

De plus, et ceci se vérifie aussi hélas en France et surtout dans le Sud, trop de Corses et de Sardes ont dû quitter leur île pour aller travailler sur le continent s’ils ne voulaient pas que leur famille périclite ! De nos jours, certains ne peuvent même plus retourner voir leur famille et n’ont même pas les moyens financiers de garder un lien ne serait-ce que téléphonique et sont donc isolés !

Ce que je perçois, moi, comme un préjudice moral, une anormalité affective, et un préjudice pécunier !!! On peut rentrer vers sa région depuis Paris très rapidement maintenant avec le TGV ou avec son propre véhicule et à un coup raisonnable, ce qui n’est pas le cas pour les retours en Corse et/ou en Sardaigne qui ne peuvent se faire qu’au moyen des navires dont nous sommes tributaires du planning des allers/retours, ou des avions et le tarif pour ces traversées est le double voire le triple, si l’on inclut son véhicule et le trajet jusqu’aux ports et aéroports !

Et je ne vais pas vous parler ici des frais engagés et des déplacements et séjours obligatoires sur le Continent italien, par exemple, lorsqu’un Sarde doit se faire visiter et passer des examens pour contrôle d’un cancer !!! Il y aurait tant à dire sur les organisations sanitaires déployées sur l’île !!! Et qu’on ne me dise pas que c’est un choix que font ceux qui viennent sur le continent ! Non ! C’est une obligation !!! Sur les îles, rien n’est fait ou peu, pour permettre aux familles de rester unies, d’y vivre normalement avec les comodités essentielles, puisque peu d’ouvertures d’entreprises et peu de possibilités de créations d’entreprises ! Les professeurs spécialistes sur le plan médical, par exemple, ne se trouvent pas en Sardaigne! Seuls quelques-uns se déplacent et maintiennent des permanences très espacées en temps (il faut prendre rendez-vous très longtemps à l’avance (?!!!) pour avoir le privilège d’être examiné sur place et encore ! Puisque les
équipements nécessaires manquent sur l’île, le déplacement des malades reste de rigueur !) !

Les élus locaux font ce qu’ils peuvent (selon les bords politiques et les élections sont peu souvent gagnées par les élus du peuple ! Comprenne qui pourra !) mais, bien évidemment, les peuples corses et sardes sont très patriotes et font entendre leurs voix…à leur manière, qui, pacifiquement qui moins pacifiquement ! Il devrait être tout naturel qu’un véritable dialogue s’établisse lorsqu’il y a des décisions à prendre concernant leur avenir, leur devenir, leurs problèmes au quotidien, et les problèmes d’environnement notamment (je pense au PADUCC, par exemple) et, mais je ne me prononcerai pas ici, il y a bien souvent une sorte de déséquilibre dans la balance lors de ces « tables rondes » que les peuples s’efforcent de rétablir en se faisant entendre ! Malheureusement, la liberté d’expression et donc, la prise en compte de leurs avis, est bien souvent bafouée avec des moyens sournois ! Chacun essaie de défendre cette liberté à sa manière …mais ! ce n’est pas ici le débat !

Il est probable que les Siciliens, les Basques et autres personnes relevant des ethnies minoritaires pourraient partager les termes de ce dialogue.

Le débat sur les îles : Christina persiste

28UTCp31UTC08bFri, 28 Aug 2009 10:56:28 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Christina ne veut pas cesser de ferrailler pour défendre sa Sardaigne en particulier, les régions méditerranéennes en général. Je n’ai coupé qu’un développement consacré aux sans abri. Intéressant, mais sans vrai rapport avec le sujet principal.

Tout le problème, écrit Christina Bianca,

se situe au niveau du climat et des littoraux ! Les îles possèdent encore des trésors de falaises, plages, bosquets, fontaines, sauvages non encore détruits par la race humaine et sont bien évidemment fort convoités par ceux qui veulent y cacher leur vie luxueuse et/ou tapageuse et qui, bien évidemment veulent se retirer au soleil, vue sur l’horizon au bord de mer, bien souvent, mais de plus en plus, au fin fond des campagnes et au creux des montagnes, pour atteindre l’âge centenaire dans des endroits qu’ils savent non encore pollués par l’industrie ! D’autres encore, n’ont qu’une idée, se faire un maximum d’argent en transformant ces lopins de terre en résidences de quelques villettes amassées les unes contre les autres, entourées de minuscules jardins (pas même l’espace suffisant pour y planter un arbre !)qu’ils revendent à des prix “étrangleurs” à des pauvres gens qui n’ont qu’une aspiration, celle de devenir propriétaires pour échapper à leur étouffement dans leur minuscule appartement pour lequel ils payent un faramineux loyer, au sein de hauts immeubles ! Ces dits immeubles que l’on continue également à construire aux abords des grandes villes et dans lesquels on entasse nos jeunes pour les éloigner de leur famille et de leurs petits patrimoines durement gagnés et conservés par leurs anciens ! Sans parler des grandes surfaces qui se multiplient à une vitesse grand V ! Il ne restera plus que quelques jardins publics dont les municipalités se vanteront d’avoir “généreusement offert à leurs concitoyens”, lesquels verront leurs impôts augmenter pour leur entretien !

Sur le littoral, on verra des barrières se dresser pour avoir accès aux plages ! Il ne restera plus que quelques chemins communaux qui pourront être empruntés par la population filtrée par des interdits en tous genres.

[Je raconte par exemple la sale aventure que vivent 4 touristes, en Sardaigne, arrêtés avec leurs appareils photos sur une plage publique aux abords de la villa de Berlusconi ! ] !

En Sardaigne, des générations d’anciens avaient planté des génévriers, dont les baies servent maintenant aux “requins” qui s’en sont emparés, à en faire le commerce du gin, fameux alcool très connu !!! Les terrains comprenant ces centaines d’arbustes sont interdits d’accès ! Les bergers avaient pour habitude de confectionner leur bâton, leurs instruments de musique, leurs sculptures avec leurs branches, car le bois de génévrier devient aussi dur que l’ébène, une fois seché ! Serait arrêtée et condamnée, désormais, toute personne ramassant ne serait-ce qu’une branche morte à terre !) !

Le peuple grec l’a bien compris car il l’a constaté à ses dépends, suite aux terribles incendies de 2003 (il me semble, puis de 2007) ! En effet, des immeubles et autres batisses ont vu le jour sur des terrains dénudés qui étaient autrefois des terres préservées et pseudo-protégées de par leurs rares spécimens floreaux, dont les promoteurs et constructeurs ont obtenu des permis alors que la législation promettait un interdit sur de très longues années !!! Bien évidemment, la population aux revenus modestes, déjà entassée dans les grandes villes, ne comprennent pas notre dilemne et nos cris d’alerte, car on ne leur montre que le côté “touristique” (comme le dit si bien Philippe Madelin) des lieux et cette dite population ne connaissant les lieux que par ce qu’en disent les médias et publicitaires, pense que les résidents sont des “rupins” à l’abri de soucis !!! Je me suis même entendue dire que la Sardaigne était une île de milliardaires (?!!!) !

Ces lieux et sa population sont à défendre parce qu’ils sont les gardiens de sites qu’ils entretiennent et préservent, pour faire en sorte qu’ils demeurent encore accessibles à ceux dont les salaires sont plus que modiques et qui ont besoin d’air pur et de détente durant quelques mois de leur dure année de labeur et qui ont surtout besoin d’espérer pouvoir un jour, trouver des lieux de retraite paisible à la portée de leur maigre pension ! Je ne sais comment faire comprendre tout ceci mais le problème est grave, aussi grave que peuvent l’être les problématiques des indiens d’Amazonie qui voient leur territoire s’amenuiser petit à petit, toujours à coups d’incendies volontaires, de déboisements sauvages à outrance, d’extermination sournoise de la population à coups de transmissions de virus et de pulvérisations d’insecticides et pesticides !!!

Je ne suis qu’une simple femme, simple citoyenne et simple mère de famille et je ne peux qu’exprimer mes craintes en témoignant, en écrivant mes ressentis ici et là, et je ne comprends pas que les syndicats et partis politiques de tous bords n’agissent pas en exigeant officiellement (et en contrôlant, bien évidemment !) le respect, en tout premier lieu, des législations établies notamment en matière d’interdit de construction suite à des incendies.

Les feux de l’été en Méditerranée

43UTCp31UTC08bMon, 24 Aug 2009 10:01:43 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Christina Bianca, auteure de la page sur la Sardaigne, se lamente sur les « feux de l’Eté », en Sardaigne, Corse, Grèce.

Je suis vraiment très triste de ce qui se trame en Méditerrannée ! Je constate au jour d’aujourd’hui, que les évènements me donnent raison : feux en Grèce, feux en Languedoc Roussillon après les désastres qu’ont subi les insulaires sardes et corses et les résidents d’Espagne ! Une législation qui devrait înterdire toute construction dans les quinze années à venir mais qui ne sera bientôt qu’un souvenir et l’on verra poindre très certainement des permissions qui nous feront apprécier ici et là de luxueux hôtels et résidences privées, des ponts et voies autoroutières, des grandes surfaces et autres “douceurs” ! Tous ces incendies ne sont pas accidentels et dus au climat, j’en reste persuadée ! Ma logique me dit qu’il est impossible que tant de points de départs de feux se soient déclarés en même temps : 98 départs de feux dans toute la Sardaigne, du Nord au Sud, pour la même journée du 23 Juillet !!! Aujourd’hui, il ne reste à la plupart des résidents que leurs yeux pour pleurer ! La plupart n’avait pas les moyens de payer une assurance pour ces petits mètres carrés de terre parsemés dans les montagnes, héritage de leurs ancêtres ! Des aides (si minimes, juste pour préserver leur image de marque aux yeux du monde !) ont été octroyées par le gouvernement aux éleveurs mais les particuliers doivent se débrouiller par eux-mêmes !!! Je suis très très en colère ! Je pense que tout le monde est concerné et je suis atterrée que les écologistes ne se soient pas manifestés pour se récrier et soutenir ces populations victimes de ces assassins !!!

ETA : baisse de forme

11UTCp31UTC08bSat, 22 Aug 2009 09:07:11 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Les séparatistes basques espagnols d’ETA ne sont vraiment plus en forme. Ils ne semblent plus capables d’assurer leurs « arrières ». Après l’interpellation le 19 août dans la station de ski du Corbier-Villarembert, en Savoie, de trois etaras, l’exploitation des renseignements et l’appui de la police espagnole ont permis d’importantes découvertes de caches d’armes, a priori sans précédent : en moins de trois jours, sept caches d’armes et d’explosifs dans le sud de la France. Cinq d’entre elles ont été mises au jour dans l’Hérault. Deux caches ont ainsi été découvertes  à Ferrals-les-Montagnes et près de Vieussan. A Ferrals, les enquêteurs ont trouvé une quinzaine d’armes de poing, 2.000 cartouches, une cinquantaine de détonateurs et de la pentrite. A Vieussan, la cache contenait trois bombes ventouses, du matériel pour fabriquer des explosifs et de la documentation. Dans l’après-midi, à Minerve, les enquêteurs ont notamment découvert une quinzaine de bidons remplis de 25kg de nitrate d’ammonium et trois fûts contenant 12kg de pentrite et des composants électroniques. Une quatrième cache contenant des munitions et de la pentrite a été découverte plus tard dans le même département, dans un lieu non précisé.

Toujours dans l’Hérault, jeudi à Camplong, les policiers avaient mis la main sur une importante quantité de matériel électronique, 2.600cartouches, 450 mètres de cordons détonants, 83 détonateurs, des substances explosives, des radios portatives et des uniformes de gendarmes. En prime deux revolvers provenant du braquage d’une fabrique d’armes, en 2006 à Vauvert (Gard).

Colonna : encore plus près du fond

55UTCp31UTC08bFri, 21 Aug 2009 14:55:55 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Nouveau coup dur pour Yvan Colonna

( Laetitia Pietri – Alta Frequenza ) – La plainte de la défense d’Yvan Colonna contre les juges d’instruction chargés du dossier pour dissimulation de preuves a été classée sans suite. La nouvelle est tombée dernièrement en toute discrétion. Rappelons que les avocats de Colonna avaient déposé une plainte contre les juges antiterroristes Jean-Louis Bruguière, Laurence Le Vert et Gilbert Thiel, pour « destruction, soustraction, recel ou altération d’un document public ou privé de nature à faciliter la découverte d’un crime ou d’un délit, la recherche des preuves ou la condamnation des coupables ». Un nouveau coup dur pour Yvan Colonna toujours écroué après sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une peine de sûreté de 22 ans. Pourtant cette nouvelle n’a pas entaché sa détermination, comme l’explique Christine Colonna, sa sœur.

A propos de la « citoyenneté corse » : suite

40UTCp31UTC08bWed, 19 Aug 2009 08:18:40 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mon billet consacré au projet de « citoyenneté corse » à la manière néo-calédonienne provoque des réactions. « Partagées », comme en témoigne ce texte transmis par l’un de mes correspondants réguliers.

Il est vrai que de nombreux Corses votent en Corse et n’y résident pas ! Des Corses, de plus en plus nombreux vendent à des prix exhorbitants leurs maisons au village à des étrangers le plus souvent; les Corses “résidants” ne peuvent plus se loger ! A l’instar d’autres îles touristiques, on ne se sentira bientôt plus chez nous “, parqués dans des réserves” pour distraire les touristes peut être ou petits travailleurs saisonniers dans les hôtels de luxe défigurant nos paysages …(ce que laisse présager le projet de PADDUC élaboré par nos élus de droite !)

NDR : le PADDUC est le projet de plan de développement de la Corse, en cours de débat.

Toutefois, je ne pense pas que le concept de “citoyennet limitée” soit le plus adapté à la Corse (envahie successivement au cours des siècles) ; ce n’est pas en terme de “temps” mais en terme de “valeurs partagées” et de “communauté de destin” qu’il faut aborder la question ; aimer la Corse, la respecter, la considérer comme un Patrimoine et non comme un Capital, préserver nos paysages, notre culture, notre identité, etc. Surtout, faire en sorte de se tourner vers l’extérieur ( notre position géographique au coeur de la Méditerranée est un chance !), cesser de consider les autres commes les envahisseurs.. les principaux responsables de la situation actuelle, ce sont d’abord nos responsables politiques et corses ( qui votent ! )
Etre Corse, c’est avoir réellement envie de mettre tout en oeuvre pour faire avancer les choses et sortir de cet archaisme qui nous caractérise, donner une autre image de nous même !

Corse : une nouvelle citoyenneté ?

42UTCp31UTC08bTue, 11 Aug 2009 08:59:42 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Une nouvelle citoyenneté réservée aux résidents corses est-elle possible ? Telle est la question posée par les indépendantistes corses quand ils ont présenté leur projet pour les élections territoriales du printemps 2010…Lors lors des «journées internationales de Corte» qui se sont tenues lors du dernier week-end ,

Le point majeur de ce rassemblement traditionnel a été la la présentation du document «Corsica 21», consacré au «développement durable et solidaire». Globalement, il propose, dans plus d’une centaine de pages, «un développement durable et solidaire, fondé sur l’environnement et l’identité».

Il s’agit d’un contre projet au Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse (Padduc) proposé par les élus de l’UMP, qui en feront leur cheval de bataille pour les élections territoriales du printemps 2010.
Le pôle nationaliste Corsica Libera, qui a 3 élus sur 51 à l’Assemblée de Corse a indiqué qu’il allait maintenant faire circuler et enrichir «Corsica 21».

Au centre du texte se trouve la «citoyenneté corse». Celle-ci interdirait à tout nouveau venu dans l’île de participer à des élections ou d’acheter un bien immobilier avant d’avoir résidé dix ans en continu en Corse.

«Les nouveaux arrivants n’ont pas à se prononcer lors de scrutins déterminants pour notre avenir»

a lancé Jean-Guy Talamoni le principal leader indépendantiste. Selon Paul-Felix Benedetti, un des membres dirigeants du pôle indépendantiste Corsica Libera, la Corse doit faire face à l’arrivée de 5.000 personnes supplémentaires, venues du continent ou de pays étrangers.

«En 2040, les Corses ne seront plus que 100.000 sur 450.000 habitants, c’est une véritable colonisation de peuplement contre laquelle nous devons nous battre».

Cette suggestion va bien sûr soulever une vague de dérision sur le Continent, sur le thème « ce n’est pas possible ». A ceci près que ce concept de citoyenneté limitée imposée aux nouveaux arrivants est déjà mis en œuvre en… Nouvelle Calédonie. Manifestement, les indépendantistes corses se sont calés sur ce modèle.