Archive for the ‘économie’ Category

Sécurité économique : accord INHES-J et CDSE

58+01:00p31+01:0001blun, 25 Jan 2010 10:46:58 +0100+01:00 9,2008

Sécurité des entreprises : l’INHESJ et le CDSE s’associent pour mieux répondre aux attentes des entreprises; L’INHESJ et le CDSE ont signé une convention de partenariat afin de mieux répondre aux attentes des entreprises dans le domaine de la sécurité économique. Les deux organismes ont prévu de mutualiser leurs expériences respectives afin de promouvoir la fonction sécurité, et d’élaborer un guide des connaissances utiles à l’exercice de cette fonction et de son développement.

Cet accord a été signé par André-Michel VENTRE, Directeur de l’INHESJ, et François ROUSSELY, Président du CDSE. Les deux entités publieront ensemble, chaque année, un rapport sur la sécurité des entreprises (état des pratiques, prospectives et recommandations).

Publicités

Casse industrielle, GM à Anvers – 2600

44+01:00p31+01:0001bven, 22 Jan 2010 15:22:44 +0100+01:00 9,2008

Horrible déception pour les Flamands belges : General Motors a annoncé ce jeudi la fermeture de son usine Opel d’Anvers, qui emploie 2.600 salariés environ, vraisemblablement en juin ou juillet et, de toute façon, avant la fin de l’année. Cette fermeture affectera en outre  5.000 salariés chez les sous-traitants.

Cette fermeture s’inscrit dans un plan de restructuration plus large : la filiale européenne de General Motors compte supprimer 8.300 emplois (sur 50.000 au total) et réduire d’un cinquième ses capacités en Europe. Si l’ensemble des sites Opel et Vauxhall seront affectés, c’est l’usine d’Anvers, où était assemblée l’Astra, qui paiera le plus lourd tribut.

Quand tout est grand…emprunt

07+01:00p31+01:0012bmer, 16 Déc 2009 09:28:07 +0100+01:00 9,2008

L’auteur de ce billet est mon contributeur favori. D’autant plus favori que ses propos sont toujours marrants. Aujourd’hui, il s’en prend au grand emprunt…

On a eu le « grand Paris » de Blanc, le « grand Restaurant » avec De Funes et là c’est « le Grand emprunt  » de Sarkozy. Il va emprunter aux traders, ou j’ai mal compris?/

Tu as bien compris. Il emprunte aux traders. Plus exactement par le biais des traders.


Quoi qu’il en soit, réjouissons-nous, Notre « grand président » puisque tout est grand, allons-y, veut que la (grande ??) France aie les meilleures (grandes?/ ok, j’arrête) universités.
Parfait, super, genial, cool.
Mais plusieurs questions se posent à moi , qui ignore ce qu’est l’Université, à part la rue de l’Université, c’est à peu près ma seule expérience..

Pour commencer, il faut y aller, donc. Par conséquent, l’idee c’est d’être bon, avant. ne faudrait-il pas d’abord les meilleures maternelles?? Le meilleur élémentaire (et préparatoire??). le meilleur collège, de super lycées..
Par ce que si à 11 ans, on ne sait pas lire, les « meilleures universités du monde » y a des chances qu’on s’en foute!!!
Ou alors, on va à la fac à 3 ans et en maternelle a 20. Pourquoi pas d’ailleurs ?.

Ensuite, pour faire quoi?/ des enseignants?/ Sarko les vire. Des chercheurs?? inutiles, il l’a dit.  Mais des macons, des boulangers, des journalistes (quel horreur), des employés de bureau (c’est moi, coucou).. ont-ils tous besoin des meilleures universités du monde??
Les enfants et les parents ne demandent-ils pas seulement que leurs enfants reçoivent de leurs profs un bon enseignement? Qui va les former?/ Avec quel argent??

Enfin, admettons, on a les « meilleures facs » blablabla, tout va bien, c’est beau, Borloo n’a pas gelé à Copenhague. On en fait quoi après des étudiants?? Parce que, ok ils ont été à la fac, mais ils ont du TAF?? Parce que si on a les « meilleures.. » et qu’après ils vendent des jeans aux Grands Magasins, c’est jeter l’argent par les fenêtres ( pourtant j’en ai des jeans)

Je crois que on aurait besoin du « meilleur » ou de « la meilleure » president(e) du monde surtout.. mais là, à mon avis, c’est pas gagné.

Voila, desolé si ça parait populiste, mais les sous, j’aime bien quand ça sert pour des trucs qui durent longtemps..

La sécurité maritime en thèse

20+01:00p31+01:0012blun, 14 Déc 2009 07:39:20 +0100+01:00 9,2008

A noter dans vos agendas, 15 décembre 2009, la soutenance de thèse en vue d’obtenir son doctorat en sciences de gestion par mon camarade Raphaël Baumler, capitaine au long cours… Université d’Evry Val d’Essone.

« La sécurité de marché et son modèle maritime »

Fable : le « petit noir et la TVA »

18+01:00p30+01:0011bmar, 24 Nov 2009 10:38:18 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Il était une fois dans mon quartier, une porte de Paris, par conséquent un lieu de passage populaire, trois « cafés » traditionnels, dont une grande brasserie. Avant la baisse de la TVA on y vendait en salle le « petit noir » – le café express courant – respectivement 2 euros, 2,10 et 2,30. Après la baisse de la TVA, les deux derniers prix sont restés inchangés. Mais pour le premier, l’établissement a « appliqué » la baisse : de 2 € à 1,90 €. Bien. Mais c’était seulement pour le matin. Après 15 heures le « petit noir » à 2 € est passé à … 2,40 € . 20 % d’augmentation. Pas mal, non ?

En revanche, la brasserie où le petit noir était à 2,30 a baissé de façon sensible les prix des principaux plats de la carte.

Moralité : je ne suis pas bien certain que le monde des cafés du commerce a bien compris la nature que cadeau fiscal promis par Chirac et imposé par Sarkozy.

ADS et Cadets de la République : un univers sans lendemain?

28+01:00p30+01:0011bsam, 21 Nov 2009 11:00:28 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

illet modifié après adjonction et précisions

Après avoir examiné avec soin le projet de budget, Laurent Opsomer constate : un dossier difficile ne semble pas trouver de solution durable, celui des ADS et autres cadets de la République ! Une certitude : les 600 ADS recrutés cette année sont actuellement en école et 900 cadets ont entamé leur scolarité au mois d’octobre dernier (qu’ils achèveront en septembre prochain). Voilà pour 2009

Mais pour 2010, rien… malgré les annonces officielles. Faut-il alors conclure que comme pour d’autres ce projet relève désormais de l’enfumage politique  ?

Et Fabien de Ménilmontant complète le propos avec pertinence

Donc les 900 cadets entrés cette année sont ceux que j’avais relevés là :
http://menilmontant.numeriblog.fr/mon_weblog/2009/08/hortefeux-recule-comment-veux-tu-comment-veux-tu.html
et que presse et syndicats considéraient comme une victoire, un «recul» de l’Auvergnat… alors que je faisais remarquer que, à y regarder de plus près, il laissait sur le carreau 150 à 190 djeun’s et supprimait 10% des effectifs prévus dans le projet de budget de MAM.
Ni vu ni connu, les syndicats et les médias l’ont bouclé, et seul Vendredi Info a eu le «courage» de reprendre mes calculs :
http://vendredi.info/2009/08/16/hortefeux-laisse-150-jeunes-en-plan…/
Pitoyable, cette façon d’embobiner la jeunesse !

Casse industrielle : OPEL

58+01:00p30+01:0011bjeu, 05 Nov 2009 10:20:58 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

General Motors a décidé de conserver Opel dans son giron. Mais au prix de 10 000 licenciements en Europe. Que deviendront les 1700 ouvriers de l’usine de Strasbourg ?

La Chancelière Angela Merkel serait fort mécontente de cette décision.

Paradis fiscaux : la liste non négociée

14+01:00p30+01:0011blun, 02 Nov 2009 18:27:14 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Eco89 publie une « liste non négociée au plan diplomatique » des vrais paradis fiscaux, établie par l’OCDE dans la foulée des réunions du G20

Un Etat des Etats-Unis et deux pays européens constituent le trio de tête du classement des paradis fiscaux révélé ce lundi par une plate-forme d’ONG et d’acteurs de la société civile, Tax Justice Network (TJN).

Première différence, de taille : les ONG en question (dont Oxfam, Attac, le CCFD, Transparence international…) n’incluent pas seulement dans leur classement les Etats, mais aussi des territoires faisant partie de ces Etats. C’est pourquoi le Delaware arrive en première position, et la City de Londres en cinquième…

Le classement des soixante n’est pas encore disponbile en français, mais est lisible en anglais sur le site Financial Secrecy Index. Voici le top 10 où, selon TJN, « se concentre, à l’échelle mondiale, l’argent sale et celui de l’évasion fiscale » :

  1. Delaware (Etats-Unis)
  2. Luxembourg
  3. Suisse
  4. Iles Caïman
  5. City de Londres (Royaume-Uni)
  6. Irlande
  7. Bermudes
  8. Singapour
  9. Belgique
  10. Hong-Kong
  11. Jersey
  12. Autriche

Plus loin dans le top 25 figurent les Pays-Bas, Chypre, Malte, Madère, Hongrie, l‘île de Man.

Finances publiques : « Il » nous ruine

13+01:00p31+01:0010bmar, 20 Oct 2009 14:27:13 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

« Il » nous ruine pour donner beaucoup de plaisir aux riches. Pour comprendre, analysez l’évolution et le profil et du déficit budgétaire – qui avec 141 milliards d’euros va atteindre près de 8,5 % du PIB – et de la dette publique, 84 % du PIB. La dette fin 1979 était de 239 milliards d’euros, fin 2008 elle s’établit à 1327 milliards d’euros, soit une hausse de 1088 milliards en 30 ans, pendant lesquels ont été payés 1306 milliards d’intérêts !

Selon Le Monde,

Cette année, les recettes de l’Etat se sont effondrées avec la récession et les dépenses ont explosé avec le plan de relance et ses suites. De ce fait, le gouvernement a dû réviser ses prévisions de déficit à plusieurs reprises. Entre l’annonce du plan de relance présidentiel, le 4 décembre 2008, et le printemps 2009, il a adopté pas moins de trois projets de loi de finances rectificatives (PLFR).l-explosion-de-la-dette-pese-sur-la-discussion-budgetaire_1255787_0.html

Refus entêté de combler par l’impôt ce trou abyssal dans les finances publiques. Pour un Président qui avait promis de mettre un terme au déficit budgétaire : peut mieux faire. On va même lui donner une note : zéro pointé. Avant qu’il n’arrive aux affaires, le situation était en cours d’assainissement. Depuis, il jette l’argent par les fenêtres à des fins purement électorales. Par exemple : la réduction de la TVA sur la restauration, appliquée par les restaurateurs, mais pas sur les prix, coût 3 milliards d’Euros. Et ce n’est pas fini. Les recettes fantasmées du rapatriement de l’argent exilé en Suisse, les « 3000 comptes » n’apporteront rien. Tout l’effort restera à la charge des classes moyennes pour l’impôt, des moins riches, mal couverts par les assurances complémentaires, pour la Sécurité sociale.

Il faut savoir que l’explosion de la dette pèsera avant tout sur les générations futures. Côté emploi : 33 749 suppressions nettes d’emploi, dont 7 932 dans l’administration.

Avoués : une disparition programmée

48+01:00p31+01:0010bsam, 10 Oct 2009 10:58:48 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

La profession d’avoué est appelée à disparaître. C’est le souvenir d’un autre temps qui va s’effacer. Et je ne suis pas un nostalgique…

Pour vous informer, voici le texte d’une intervention à l’Assemblée nationale de Michel VAXES. Il est député communiste, républicain, parti de gauche, Département des Bouches-du-Rhône, Groupe de la gauche républicaine et citoyenneCertains de ces professionnels, qui se sont beaucoup démenés dans les journaux, à coups de grands encarts publicitaires.

Fusion des professions d’avocat et d’avoué mardi 6 octobre 2009 – 2ème séance Discussion générale

Monsieur le président, madame la garde des sceaux, mes chers collègues, ce projet de loi illustre parfaitement, et à lui seul, le déséquilibre patent entre les pouvoirs exorbitants de l’exécutif et l’impuissance tout aussi patente du législatif pour l’élaboration de la loi.
Je commencerai par une remarque relative à la méthode. Le Gouvernement s’est abrité derrière la directive « Services » du 12 décembre 2006 pour justifier le bien-fondé de sa réforme. Pourtant, des spécialistes reconnus en droit communautaire ont une analyse opposée à la sienne. Je vous épargnerai leur démonstration, puisque le Gouvernement, la commission des lois et notre rapporteur en ont été destinataires. Je noterai seulement qu’il est bien plus aisé, mais bien moins courageux, de faire endosser à l’Europe la responsabilité d’une réforme qui n’est ni acceptée ni comprise par les premiers intéressés. Si la méthode est éculée, elle n’en est pas moins redoutable : l’Europe a décidé, la France s’incline !
Pour ce qui concerne les priorités du Gouvernement, allons à l’essentiel. Une fois encore, le Gouvernement démontre qu’il n’éprouve aucune gêne pour traiter de manière totalement déséquilibrée les victimes de ses décisions. La suppression de la profession d’avoué touche en effet l’ensemble de l’organisation des études : 433 avoués et 1 852 salariés.
À l’évidence, ce sont ceux qui ont le plus besoin de l’aide du Gouvernement qui sont le plus mal traités par lui : je veux parler des salariés des avoués, et plus spécifiquement des employés non cadres. Selon la CREPA, la Caisse de retraite du personnel des avocats et des avoués, ils seraient 1 687. Ces personnels administratifs sont à 90 % des femmes souvent seules ayant des enfants à charge. Ils effectuent des tâches très spécifiques aux procédures d’appel en matière civile ; leur âge moyen est de quarante-deux ans, et 24 % d’entre eux ont plus de cinquante ans. Pour cette catégorie salariale, à la fois moins diplômée et plus spécialisée dans des tâches juridiques propres à la procédure d’appel, la reconversion professionnelle sera beaucoup plus difficile. Pourtant, le projet de loi ne leur consacre que deux petits articles sur trente-trois ! Ils sont donc les grands oubliés de la réforme, pour reprendre l’expression de Michel Verpeaux, professeur de droit public à l’université de Paris I.
Le devenir des avoués, qui ne comprennent toujours pas la raison de cette réforme et que la disparition de leur profession jette au désespoir, a été, il est vrai, examiné avec une grande attention. Le projet de loi s’attache à garantir leur reconversion professionnelle puisqu’ils pourront exercer les professions d’avocat, d’avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, de notaire, de commissaire-priseur judiciaire, de greffier au tribunal de commerce, d’huissier de justice, d’administrateur judiciaire et de mandataire judiciaire.
La privation de leur droit de présentation sera indemnisée. Cette indemnité, qui s’élevait à 66 % de la valeur de leur office dans le projet de loi initial, a été portée dans un premier temps à 92 % par un amendement gouvernemental. Elle sera à hauteur de 100 % – a-t-on appris ce matin et cela vient d’être confirmé – également grâce à un amendement gouvernemental. Nous nous en réjouissons pour eux, mais vous comprendrez que nous regrettions encore plus que leurs employés n’aient pas été traités avec la même considération.
Pourtant, la suppression de leur emploi sera la conséquence directe d’une décision gouvernementale. Cette perte d’emploi sera d’autant plus traumatisante qu’elle ne sera pas la conséquence d’une faute de leur part. Ils devront changer de métier, avec ce que cela implique, à un certain âge et après une longue expérience, comme perte de repères familiers de travail et comme angoisse.
Leur indemnisation, telle que la prévoyait initialement l’article 14, est une insulte. Quant à leurs possibilités de reclassement, le projet de loi n’aborde même pas ce point. Pour l’indemnisation de leur licenciement économique, le texte prévoyait le double du montant légal fixé par le code du travail, soit, pour un salarié ayant quarante années d’ancienneté, quatorze mois de salaire !
Devant l’iniquité de cette disposition et la colère qu’elle a suscitée, le Gouvernement a revu sa copie, mais l’effort consenti reste décevant, et d’ores et déjà les salariés ont fait connaître leur déception, notamment tous ceux – c’est la majorité – qui ne justifient pas d’une très grande ancienneté et qui seront licenciés.
Concernant leur reconversion professionnelle, le projet de loi est muet. N’escomptons pas que l’ensemble des employés puisse se reconvertir dans les cabinets d’avocats. D’abord parce que le marché est saturé et que cette saturation a été aggravée par la suppression des tribunaux décidée dans le cadre de la carte judiciaire. Ensuite parce que la composition salariale d’une étude d’avoués diffère de celle d’un cabinet d’avocats. Le ratio de salariés par avoué s’élève à 4,95, contre 0,8 pour un avocat.
Or qu’a prévu le Gouvernement pour leur devenir professionnel ? Rien, sinon « un plan de reclassement » qui les mènera de stages en emplois précaires. Le seul engagement concret pris par la nouvelle garde des sceaux, est l’ouverture, dans le projet de budget pour 2010, d’environ 380 emplois qui seront réservés dans les juridictions aux salariés venant des études d’avoués. C’est mieux, mais largement insuffisant et insatisfaisant puisqu’il restera 1 500 salariés qui auront beaucoup de difficultés à retrouver un emploi équivalant à celui que vous leur avez supprimé.
Pourquoi une telle distorsion entre les mesures prévues pour les avoués et celles prévues pour leurs employés? Je souhaite que le Gouvernement réponde à cette question. Ce souhait devrait devenir une exigence de la représentation nationale ; mais en avons-nous encore le pouvoir ? Ligotés par l’article 40, nous sommes empêchés de proposer les amendements que nous aurions pourtant voulu mettre en débat. Le rapporteur lui-même l’a regretté puisque plusieurs de ses amendements se sont vu réserver le triste sort de tomber sous le coup de l’article 40.
Nous aurions par exemple proposé de revoir l’indemnité de licenciement prévue par l’article 14, ce que le Gouvernement a été contraint de faire sans aller jusqu’à ce qui a été consenti aux salariés des commissaires priseurs.
Nous aurions proposé que l’indemnité de fin de carrière soit versée aux salariés des avoués, bien qu’ils ne puissent pas finir leur carrière au sein d’une étude d’avoué, comme ils l’auraient pourtant souhaité.
Nous aurions proposé que les licenciements réalisés depuis l’annonce de la réforme puissent être pris en considération et que les salariés démissionnaires, du fait et depuis l’annonce de la réforme, puissent bénéficier de ces indemnités.
Nous aurions demandé la mise en place d’un système de préretraite pour les salariés de plus de cinquante-cinq ans.
Nous aurions aussi proposé la mise en œuvre du congé de reclassement tel que défini par les articles L.1233-71 à L.1233-76 et R. 1223-17 à R.1233-36 du code du travail.
Nous aurions déposé un amendement visant à une compensation temporaire de la baisse de rémunération dans l’éventualité où un salarié accepterait un emploi moins bien rémunéré, en vertu des articles R.5123-9 et suivants du code du travail.
Nous aurions proposé de voter l’attribution d’une enveloppe budgétaire d’aide à la mobilité géographique, ainsi qu’à la création d’entreprise et à la reconversion des salariés pour des formations qualifiantes.
Nous aurions également demandé une garantie de la Caisse des dépôts et consignations pour les emprunts immobiliers souscrits sans assurance chômage.
Si nous disposions d’un réel pouvoir législatif, voilà ce que nous aurions pu mettre en débat. Ces amendements n’auraient peut-être pas tous été adoptés, mais ils auraient au moins été discutés. Non : nous ne pouvons, malheureusement, que nous en remettre au Gouvernement pour qu’il répare le préjudice subi par les salariés de son fait, en leur donnant les moyens d’une vraie reconversion professionnelle.
Je terminerai cette intervention par un point qui n’est pas mis en avant par le Gouvernement. Dans l’exposé des motifs, un des arguments censé convaincre de l’utilité de cette réforme est l’économie qu’elle présenterait pour les justiciables, car elle réduirait le coût de l’accès à la justice en appel. Pourtant, c’est bien le justiciable qui financera le coût de cette réforme.
En effet, une taxe – qui serait de l’ordre de 85 ou 300 euros selon la juridiction – sera levée à l’ouverture des nouveaux dossiers d’appel. De plus, de l’avis des praticiens, il n’est absolument pas garanti que cette réforme de la représentation devant les cours d’appel représente un gain pour les justiciables.
Madame la garde des sceaux, les améliorations que vous avez proposées par rapport au texte préparé par votre prédécesseur restent insuffisantes, notamment pour les salariés qui ne justifient pas d’une très grande ancienneté, alors qu’ils sont en majorité dans ce cas. Dans ces conditions, nous ne pourrons voter ce texte en l’état. (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR et SRC.)

La Suisse ne se résume pas à une image simpliste

31+01:00p31+01:0008bjeu, 27 Août 2009 15:32:31 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

La Suisse n’est pas simplement l’image d’une vache sur fond de montagnes plus banches que blanc. La Suisse n’est pas seulement le secret bancaire. D’où l’intérêt de deux réactions à mon papier publié dans le website rue89. Je vous les livre toutes crues.

D’un cadre dirigeant de PME | 22H25 | 26/08/2009 |

Le fisc suisse est extrêmement bien organisé et, il est vrai, les suisses sont aussi des citoyens très soucieux de leur environnement, fiscal y compris. Maintenant, sachant que, si vous êtes salarié en Suisse, l’impôt est prélevé par l’employeur à la source, la fraude massive est déjà bien réduite !

Ensuite, échapper au fisc en suisse est au mieux une idée idiote, au pire, une grosse bêtise qui peut coûter TRES cher. La loi suisse est comme le pays : dure, sévère et efficace ! En gros, on paie ce que l’on doit et on ne fait pas l’idiot ! Cela, dans une certaine mesure je pourrait le dire aussi pour l’ensemble des pays de l’Union Européenne que je connais (avec une nuance pour la Grèce et le sud de l’Italie). Par contre, comme dans tout pays, il y a des gens honnêtes et les autres. Il y a aussi des métiers qui permettent de ne pas tout déclarer et les autres. Mais le fonctionnement allémanique pousse tout de même à une forte honnêteté de ce point de vue. Je connaîs pas d’interlocuteur suisse qui se soit vanté devant moi de gruger les impôts, alors que des français (ou des italiens), je ne fais plus le décompte !

Personnellement, je connaîs des suisses qui vivent en France pour échapper à la pression fiscale de leur pays. Les frontaliers fiscaux existent dans les deux sens en fonction de la façon dont on gagne son argent (salarié ou pas, quelle part des revenus en salaire etc.). De ce point vue, la fiscalité française (et la méthode de prélèvement) ont leurs avantages.

Le secret bancaire comme les arrangements fiscaux (le forfait fiscal pour être précis) visent exclusivement les citoyens riches de l’extérieur (exactement comme la Belgique depuis maintenant une vingtaine d’années) et non pas les citoyens de l’intérieur du pays. Il s’agit d’amener de l’argent de l’extérieur vers l’intérieur. Mais ce qui est à l’intérieur doit y rester (là encore, l’exemple de la fiscalité belge est à la limite de l’absurde dans ce qu’elle est un délire de taxation pour les locaux. Au point que ceux-ci planquent massivement leur argent au… Luxembourg ! ).

Quand on vient de l’extérieur, en tant que personne physique, on négocie avec l’administration fiscale suisse un arrangement (qui obéit à des règles précises) contre une présence effective (résidence principale). C’est le forfait fiscal. Mais il faut être… riche !

Ensuite, la fiscalité est avant tout une affaire de cantons. Il y a bien un impôt communal et un impôt fédéral mais comme tout ou presque en Suisse, le canton est l’échelle de référence. Il y a des cantons avec une fiscalité douce et d’autres. C’est particulièrement vrai pour la fiscalité des personnes morales avec des cantons allémaniques (Zoug en particulier) qui ne taxent pas les bénéfices. De même, beaucoup de politiques sociales sont cantonales. Donc avant de vous dire qu’un canton est plus dur fiscalement qu’un autre, vérifiez bien quelle ville est implantée et quelle politique sociale lui est liée. Ca vous expliquera bien des choses en terme de fiscalité.

Voici un lien pour ceux qui voudraient calculer leur pression fiscale version suisse : http://www.estv2.admin.ch/f/dienstleistungen/steuerrechner/steuerrechner…. Je n’ose vous rappeler de vérifier la conversion des devises avant de tester ce charmant jouet. En plus, pour vous donner une idée de la pression fiscale : pour les personnes physiques, la TVA est au maximum à 7,6% (trois taux différents -avec un minima à 2,4% – faut-il rappeler) et l’impôt sur la fortune existe mais uniquement sur les biens fonciers et commerciaux.

(1) Je fais une différence entre personne physique (un particulier, vous, moi…) et personne morale (une société, association etc.).

(2) Je suis français, mais pas francophone, et une partie de ma famille réside en Suisse allémanique.

Et du même, le même, le même jour

En terme de cibles en Suisse, une fois passée l’épisode actuel, il y a fort à parier que l’on en reste à ce qui fait le fond des questions de gestion de la finance internationale : des mots, des grandes phrases et rien d’autre.

Il n’y a pas la volonté politique (nationale, européenne ou mondiale – G8, G20 ou autre) de remettre à plat les relations entre la sphère financière, les états et la production réelle. Un peu de paillettes et d’esbrouffe semblent suffisant aux acteurs de cette sphère.

La Suisse et UBS, c’est un cosby-show américain, intérieur autant qu’extérieur, pour récupérer quelques évadés fiscaux, amuser la gallerie et affaiblir un concurrent en affaires (UBS versus les banques de Wall Street). Rien de plus. Ca ne change pas les règles du jeu mais ça occupe l’espace médiatique en faisant croire qu’on a trouvé le coupable et que l’on va le punir. De ce point de vue là, la position suisse très feutrée est excellente. (bien plus que la connerie diplomatique avec la Lybie… Mais bon, on est pas face à un adversaire rationnel dans ce cas précis ! )

D’un informaticien

La Suisse est un pays particulier qui ne peut pas être résumé du point de vue uniquement national. Sa grande particularité vient du fait que le pays s’est constitué en partant de la volonté populaire pour former des communes et cantons. Il n’y a jamais eu de Roi, tout comme maintenant il n’y a pas un unique exécutif tout puissant. C’est un pays très fortement décentralisé, très mondialisé, très fier de ses ~2700 communes et très respectueux de sa diversité culturelle, sociale et économique.

Le secret bancaire dans ce contexte, même s’il est largement instrumentalisé par le milieu des affaires, est aussi une réelle métaphore de la responsabilité individuelle (constituante de la société). En Suisse tout, politiquement, converge vers la responsabilisation individuelle. Il y a peu de loi, le droit du travail est simpliste, le peuple peut s’exprimer sur chaque nouvelle loi, nouveau budget, nouvel amendement, etc. C’est un quatrième pouvoir avec comme garde fou, le respect des valeurs démocratiques. Dans ce contexte on peut imaginer que le respect de la vie privée est suffisamment fort pour qu’une loi comme le secret bancaire y trouve un écho favorable. En effet, on imagine mal le fisc avoir le droit de fouiller nos comptes sans raison *pénale*, juste par suspicion… ( on rappel que le secret tombe dès qu’il y a une infraction d’ordre pénale)

Mais voilà, qui dit grande liberté, dit grande responsabilité et l’UBS n’a pas été assez … responsable pour utiliser ici un sophisme. L’UBS à clairement joué avec le respect et la liberté qui lui a été donné au point de déstabiliser tout le pays. Et Grâce ou à Cause de ça, la Suisse s’en prend plein la gueule.

Les modalités du secret bancaire avec son article ne pénalisant pas l’évasion en prend un sacré coup. Et quelque part tant mieux, cet article sur la distinction entre évasion et fraude est très hypocrite.

Cela dit, là ou c’est totalement hypocrite c’est qu’au sein de la communauté Européenne il y déjà plusieurs pays qui bénéficient des même conditions cadres que la Suisse en matière de secret bancaire et d’évasion fiscale. La Suisse n’a rien inventé, elle exploite un cadre légal existant.

Casse industrielle : suite d’automne

45+01:00p31+01:0008blun, 24 Août 2009 17:44:45 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Emploi : compilation d’août

§ Groupe Trèves

Un millier de personnes ont porté plainte contre le groupe Trèves pour « utilisation frauduleuse de fonds publics » – une aide publique de 55 millions d’euros – après la fermeture de son usine PTPM à Ay (Marne), a-t-on appris vendredi auprès de la CGT. »Les contribuables ont porté plainte (..)

§ ABB Le tribunal de grande instance de Lyon examinera lundi le dépôt de plainte de l’intersyndicale du groupe d’ingéniérie ABB visant à demander des documents supplémentaires sur le volet économique du plan social qui prévoit la suppression de 540 emplois, a-t-on appris de source syndicale. La direction du groupe helvético-suédois a annoncé le 19 mai un plan de restructuration qui prévoit la suppression de 540 emplois, soit 20% des effectifs français, dont la fermeture des sites de Mâcon (27 salariés) et d’Aunay-sur-Odon dans le Calvados (53 salariés). Les autres sites concernés sont Saint-Ouen-l’Aumône (Val-d’Oise, 277 licenciements), Montluel (Ain, 53 licenciements), Chassieu (Rhône, 96), Bagnères (Hautes-Pyrénées, 28) et Gespolsheim (Bas-Rhin, 6).

§ Chaffoteaux & Maury Après la suppression des 207 emplois, l’usine historique de Chaffoteaux-et-Maury ne comptera plus que 41 postes « recherche et développement » en sursis. Fleuron industriel, le fabricant de chauffe-eau et chaudières a compté jusqu’à 2.300 salariés à Ploufragan au début des années 80, et en employait encore 850 lors du rachat de l’entreprise par Ariston Thermo Group en 2001.

§ SAMRO Le groupe Samro (770 salariés), leader français de la construction de remorques pour poids-lourds, a annoncé mercredi un plan social de 109 licenciements et la fermeture d’une usine en Loire-Atlantique, a-t-on appris auprès des syndicats et de la direction.

§ Le seul candidat potentiel à la reprise ayant déclaré forfait, le site mosellan, filiale du fondeur allemand Rogesa, cessera son activité à la fin du mois, entraînant la suppression des 750 emplois directs et induits

§ TÉLÉPERFORMANCE la suppression de 157 postes et la mobilité de 318 salariés d’Ile-de-France vers Orléans (Loiret) et Villeneuve d’Asq (Nord)|

§  NRCO. Un plan social annoncé le 16 juillet par la direction de la « NRCO » prévoit 181 suppressions d’emplois sur les quelque 1.300 salariés

§ Arcandor doit supprimer un tiers de ses magasins Quelle et ramener de 1.450 à 1.000 le nombre de ses magasins et supprimer un tiers des effectifs de sa filiale de vente par correspondance|de ramener de 1.450 à 1.000 le nombre de ses magasins Quelle et de supprimer un tiers des effectifs de sa filiale de vente par correspondance Primondo|un effectif de 6.400 employés, soit la suppression de 3.700 emplois d’ici à janvier 2010

§ Adecco , dans le rouge, prépare de nouvelles suppressions d’emplois Après 50 millions d’euros de frais de restructuration au premier semestre, dont 29 millions en France où 700 emplois|été finalement supprimés, contre 600 initialement programmés,

§ Selon le site internet du Nouvel Observateur quotidien l’économie française a perdu 187.800 postes au premier trimestre 2009. Elle a détruit sur cette seule période deux fois plus d’emplois salariés dans le privé que pour toute l’année 2008, selon des chiffres publiés jeudi 11 juin par l’Insee. Au 2° trimestre, L’économie a subi 74.100 pertes nettes d’emplois salariés (-0,5% postes en un trimestre, -2,5% en un an) Cela représente environ deux fois moins de pertes qu’au 1er trimestre, selon les données provisoires diffusées vendredi par le ministère de l’Emploi.

Entre le 2e trimestre 2008 et le 2e trimestre 2009, les destructions nettes d’emplois salariés ont dépassé 400.000 en France, selon cette estimation réalisée par l’Insee. Cela ramène à 15,65 millions le nombre total de salariés dans les secteurs principalement marchands, c’est-à-dire les entreprises de toutes tailles et de toutes activités, hors agriculture, administration, éducation, santé, action sociale. Lors des trois premiers mois de 2009, l’économie française avait détruit près de deux fois plus d’emplois salariés (-168.300 dans les secteurs principalement marchands) que sur tout 2008, un record historique

§ Michelin Le groupe de pneumatiques a passé dans ses comptes semestriels une charge de 292 millions d’euros pour ses prochains plans de départ en France et aux Etats-Unis.

annoncé 1.093 suppressions de postes d’ici à 2010, dans divers sites, et la fermeture de l’usine de Noyelles-lès-Seclin (Nord)|

 

Vendredi 10 juillet 2009, 12h40 Alcatel-Lucent s’apprête à supprimer 1 000 postes de plus sur un total de 10 500 salariés. Selon plusieurs sources syndicales, le démarrage des procédures de licenciements pourrait débuter dès le mois de septembre. Vendredi, en fin de matinée, une assemblée générale du personnel a été convoquée par les organisations syndicales tandis qu’un comité central d’entreprise se tiendra le 23 juillet prochain à ce sujet.

Le 19 juin 2009 selon L’Usine Nouvelle La Manufacture française de sièges (ex-Parisot Sièges International), fabricant de sièges et canapés implanté à Berteaucourt-les-Dames (Somme) et en redressement judiciaire depuis le 29 avril dernier, va supprimer au moins 194 emplois sur 352.

Fin de secret bancaire (suite) le compromis UBS

00+01:00p31+01:0008bmer, 19 Août 2009 07:12:00 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

UBS – Un point final ?

C’est presque la fin d’un saga prodigieuse : comment les Etats-Unis d’Obama ont mis à genoux la plus grande banque de gestionde fortune du monde.

Je me rappelerai toujours ma visite au siège d’UBS, Bahnofstrasse à Zurich. Un bâtiment solide, presque dans le genre prussien. Des couloirs sombres. Un hall réservé aux directeurs presque aussi grand qu’une gare de chemin de fer. Moquettes grises et silence en plus. Pas d’hôtesse au sens traditionnel, mais des secrétaires en tailleur Chanel. Je venais là pour améliorer mes connaissances en matière de gestion de fortune des dictateurs. concernant en l’occurrence Ferdinand Marcos, le dictateur des Philippines. Très probablement pour préparer le livre que je devais publier, à partir d’un projet de magazine télévisé que m’avait refusé Michèle Cotta qui avait considéré que ces questions n’étaient pas vraiment intéressantes. J’étais en avance et elle pas encore à l’heure.

En bref en octobre 1991, j’ai été reçu avec une grande courtoisie par un Vice-Président, Robert Favarger, qui m’a expliqué avec gravité que son établissement avait pris la décision irrévocable de ne plus accueillir l’argent sale, en particulier l’argent des dictateurs. Il admettait que c’était le résultat d’une politique engagée dès 1983, considérant que le secret bancaire n’était plus un enjeu aussi décisif en Suisse que par le passé.

spip.php?article550

Robert Favarger a perdu toutes ses fonctions en 1995, et l’UBS s’est progressivement engagée dans une politique précisément centrée sur la mise en valeur de l’argent sale. De l’argent sale, en particulier issu de la fraude fiscale, massivement déposé dans des comptes secrets ouverts par l’UBS. Notamment aux Etats-Unis : plus de 52 000 comptes, des milliards de dollars dissimulés.

Dès avant l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche, le gouvernement américain a commencé à exercer de lourdes pressions sur l’ensemble des banques suisses, UBS et Crédit Suisse, entre autres. La filiale américaine de l’UBS faisait la sourde oreille. Il a fallu qu’elle soit traduit devant un tribunal de Miami pour qu’elle consente à s’orienter vers des positions moins rigides. Moins préjudiciables pour le fisc américain.

Un détail qui tue, qui ne peut s’inventer, le juge chargé de ce dossier s’appelle… Gold.

Les poursuites commencent en juin 2008. A peine Obama est-il installé à la Maison Blanche, le 12 novembre 2008, qu’un premier jugement impose à l’UBS une amende de 750 millions de dollars. La banque accepte de livrer les noms de 250 de ses clients « clandestins ». Mais l’IRS – l’administration fiscale américaine – ne peut se contenter d’un aussi modeste score. On n’arrête pas les poursuites. L’UBS se défend pied à pied, plaide coupable (plea guilty) pour éviter un procès public.  Malgré les rumeurs sur un règlement amiable, le département américain de la justice dépose une requête devant la Cour fédérale de Floride pour obtenir les noms des 52.000 clients secrets de la banque, sous peine d’avoir à régler des milliards de dollars d’amende.

La justice américaine publie le 17 août, sur le site internet de la cour de district centrale de Californie à Los Angeles, le témoignage de John McCarthy. Il y explique comment UBS l’a aidé à frauder en mettant sur pied une structure internationale complexe. Cet Américain  a accepté de plaider coupable d’avoir omis sciemment de déclarer au fisc de son pays l’argent qu’il détenait sur ses comptes ouverts chez UBS en Suisse ou ailleurs.   150 clients d’UBS risquent, à titre personnel, des poursuites pénales pour évasion fiscale.

Le bras de fer se poursuit, jusqu’à conclusion d’un « arrangement » le 17 août. Ainsi, UBS devrait s’en tirer sans avoir à s’acquitter d’une amende supplémentaire, au-delà des 780 millions de dollars (552 millions d’euros) qui ont été évalués par les poursuites pénales. Mais il est prévu que l’UBS devra communiquer au gouvernement américain les coordonnées de 5000 comptes. Sur 52 000. En espérant que ce premier accroc au Secret bancaire suisse obligera les autres titulaires à se dénoncer eux-mêmes.

Cet accord enfreint ouvertement la loi suisse qui interdit absolument la levée du secret bancaire. Et, bien sûr, il inquiète fortement les autres établissements bancaires suisses car le gouvernement américain menace déjà d’intenter d’autres poursuites qui pourraient d’étendre à tout le système financier suisse. L’économie helvétique va s’en ressentir.

Suisse : la neutralité en voie de dissolution dans les têtes ?

44+01:00p31+01:0007bmar, 28 Juil 2009 11:39:44 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

La dame décompte avec soin ses abricots. Plus exactement, elle les tire avec de les ranger dans des cassettes-paniers en carton. Elle rejette sans hésitation les fruits qui présentent les moindres défauts.

– Vous voyez, dit-elle, nous sommes astreints à des règles de normalisation stricte. les normes européennes que nous devons appliquer alors que nous n’appartenons pas à l’Europe. Enfin : pas encore. Pour le moment, ce sont toutes les contraintes, mais pas d’avantages.

Le ton est résigné. Il sous-entend : de toute façon, l’Europe, nous devons y aller.

P1060238

C’est désormais un point de vue largement répandu en Suisse : la neutralité qui caractérise la Confédération n’est plus un tabou sacro saint. Même dans une micro perspective chez cette maraîchère de Leytron, à l’enseigne d’Agri-Iles.

Entre Martigny et Sion, Leytron est une petite bourgade agricole dans la vallée du Rhône, au cœur du Valais. Quand le fleuve n’est encore qu’un torrent furieux déboulant des montagnes alpines. L’activité principale est ici le vignoble qui escalade sans façon les pentes les plus abruptes, et, dans le plat, le maraîchage. En ce milieu d’été, triomphe des abricots, les plus succulents du monde. Charnus, juteux, colorés.

Mais cette production ne sortira pas de Suisse. A peine du Valais, ce canton loin de tout, partagé entre les français et l’allemand. Faute d’être compétitifs, les fruits resteront sur place.

P1060079

Comme toujours en Suisse, le paysage est un décor de carte postale, chalets anciens agrippés à flanc de montagne, grosses bourgades paisibles. Vaches dans l’alpage. Mais ce paysage masque une véritable inquiétude. Le Franc suisse est trop fort. On n’exporte plus. Hormis dans quelques sites particulièrement prestigieux comme Gruyère, les touristes étrangers sont rares. Dans les parkings des hôtels et des résidences, dans leur majorité, les places sont vides. Il est caractéristique qu’en pleine saison on est loin de s’écraser alors que la région présente mille attraits, à commencer par un thermalisme très actif, qui a généré des installations hôtelières et aujourd’hui des opérations de promotion immobilière souvent disproportionnées.

D’où l’inquiétude chez les Valaisans, qui relaie d’ailleurs l’inquiétude dans toute la Suisse : face à la déconfiture de l’économie financière, sur laquelle a reposé la prospérité du pays depuis la deuxième guerre mondiale, comment va évoluer la situation. On observe avec angoisse les limitations multiples et progressives imposées au Secret bancaire, cheville ouvrière de l’économie. Avec ses prétentions de faire rentrer la Suisse dans le rang, le Président américain Barack Obama apparaît désormais comme une sorte de loup garou. On est suspendu aux résultats du procès intentés par l’administration américaine contre l’UBS – Union des banques suisses – qui se voit enjoindre de révéler les noms des « ayants droits économiques » américains titulaires de comptes secrets dans la banque.

Soupçonnée d’avoir aidé 52 000 contribuables américains à cacher 14,8 milliards de dollars entre 2002 et 2007 sur des comptes offshore, la banque helvétique est sommée de communiquer l’identité des fraudeurs. Fort malmenée par la crise financière qui lui a coûté sa place de numéro un mondial, UBS a déjà écopé d’une amende de 780 millions de dollars et a dû révéler le nom de 250 clients aux États-Unis.

– Nous avons fait fortune en cachant l’argent des bandits et des dictateurs, observe avec sévérité E., un ancien cadre d’une banque privée de Genève. Ça ne pouvait pas continuer.

Il a travaillé pendant plus de vingt ans à Wall Street, dans la succursale américaine de la banque suisse qui l’employait. Il a fini par s’écarter de ce travail avec dégoût. Il est revenu au pays, à Genève. Et il donne à comprendre que désormais, si la Suisse veut survivre, il lui faudra trouver un autre modèle économique.

Les Suisses sont loin d’être tous d’accord, bien au contraire, même dans la famille de notre interlocuteur, de nombreux Helvètes espèrent encore que la crise financière passée, on reviendra au bon vieux temps des chalets dressés au-dessus des nuages, des vaches grasses dans les alpages et des glaciers qui dominent les vallées.

Rien n’est moins certain que ce retour vers le passé. Les plus lucides se rendent bien compte que la survie d’une Suisse strictement neutre au cœur de l’Europe est problématique. La Confédération est déjà intégrée dans l’espace européen de sécurité Schengen. Difficile d’imaginer qu’on s’en arrête là.

La cultivatrice avec ses serres protégeant les légumes de saison et les ses abricotiers a certainement raison. La neutralité suisse ne pourra perdurer éternellement

Economie : la récession se confirme

43+01:00p31+01:0005blun, 18 Mai 2009 09:55:43 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le produit intérieur brut de la France s’est contracté de 1,2% au premier trimestre 2009 par rapport aux trois mois précédents après une baisse de 1,5% (révisée) au quatrième trimestre, selon les résultats provisoires des comptes nationaux publiés par l’Insee.

Il s’agit du quatrième trimestre consécutif de contraction du PIB, l’Insee ayant revu en baisse les chiffres des trois trimestres précédents. La croissance de l’ensemble de 2008 est du coup revue à +0,3% au lieu de +0,7% précédemment annoncé.

La croissance en 2008, revue fortement à la baisse, n’était pas celle qu’on croyait mais les économistes ne jettent pas la pierre aux prévisionnistes de l’Insee confrontés à des circonstances exceptionnelles. Le produit intérieur brut du troisième trimestre 2008 de la France, annoncé en hausse de 0,1%, a finalement baissé de 0,2%, et au quatrième trimestre il a chuté de 1,5% après avoir été révisé précédemment à -1,1% (-1,2% en première estimation).Le chiffre du deuxième trimestre a aussi été révisé mais plus modérément (à -0,4% au lieu de -0,3%).

Au total, la croissance n’a été que de 0,3% sur toute l’année 2008 au lieu de +0,7% jusque-là estimé, à comparer à un chiffre de 2007 revu en hausse à +2,3% au lieu de +2,1%.

(Avec l’Agence Reuters)

Entre réalité et pressions politiques pour amortir le choc de l’information, les prévisionnistes ne semblent guère savoir où donner de la tête. On se rassure en soulignant que la situation « est moins pire en France qu’en Allemagne ». On se condole comme on peut, même si on peut peu.

Obama : ouverture de la chasse au pognon évadé

51+01:00p31+01:0005bmer, 06 Mai 2009 07:52:51 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

C’est un dossier qu’il va falloir suivre avec la plus grande attention. Une bataille terrible s’annonce. Le président Obama attend un retour de capitaux à hauteur de 210 milliards de dollars !

President Obama on Monday called for curbing offshore tax havens and corporate tax breaks to collect billions of dollars more from multinational companies and wealthy individuals.

With the proposals he outlined at the White House, the president sought to make good on his campaign promise to end tax breaks “for companies that ship jobs overseas.”

He estimated the changes would raise $210 billion over the next decade and help offset tax cuts for middle-income taxpayers as well as a permanent tax credit for companies’ research and development costs.

La politique de « guichet de retour » ouvert par la France en faveur des détenteurs de capitaux en Suisse semblerait porter ses effets. Les avocats d’affaires opérant en Suisse pour le compte de capitalistes français seraient déjà submergés par les dossiers et les démarches !

D’autant plus que les détenteurs de capitaux clandestins constatent qu’il devient particulièrement difficile de les mobiliser. Les paiements en liquide tendent à disparaître !

Casse industrielle : la crise de l’automobile US en voie de dénouement douloureux

48+01:00p31+01:0005bdim, 03 Mai 2009 10:56:48 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Selon le NY Times, forts de leur réussite dans leur effort pour pousser Chrysler vers le dépôt de bilan, le Président Obama et son équipe espèrent que le choix de cette ligne dure va leur servir de levier pour contraindre General Motors à de grands changements. Même si GM est un groupe industriel plus important et plus complexe.

Toutefois, la politique de restructuration de GM sera beaucoup plus difficiles à mener. Le constructeur sera contraint de supprimer des dizaines de milliers d’emplois, et de fermer des usines et des circuits de districbution sur tout le territoire américain.

Et, ça ce n’est pas évident.

Renseignement : départ d’Alain Juillet

27+01:00p30+01:0004bmar, 28 Avr 2009 09:39:27 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Alain Juillet, l’incontournable Délégué à l’Intelligence économique au Secrétariat général du Gouvernement est donné comme partant. Un départ naturel, affirme-t-il. Dommage : je dois beaucoup à ce personnage singulier, ancien du service Action du SDECE (l’ancêtre de la DGSE) passé au privé où il a exercé de nombreuses responsabilités tout en restant un HC (Honorable correspondant) des Services.

Il avait été rappelé du privé pour devenir le directeur du Renseignement à la DGSE avant de se lancer dans l’aventure de l’Intelligence Economique. C’est-à-dire du renseignement à vocation économique et industriel. Qu’il a presque porté seul pendant des années, face à l’incompréhension du privé et à une certaine indifférence de l’Administration.

Les fonctionnaires de Bercy voyaient en lui une sorte de concurrent incontrôlable.

Il parait qu’il va rentrer dans la « vie civile ». On peut espérer qu’on n’oubliera pas de recourir à ses compétences et à sa finesse d’analyse. Je crains que ce soit moins que certain.

Total : optimiste

27+01:00p30+01:0004blun, 27 Avr 2009 13:04:27 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Actualisation au 27 avril

Le groupe pétrolier Total va apporter 50 millions d’euros au Fonds d’investissement des expérimentations pour les jeunes. Ces « 50 millions d’euros sur cinq ans », indique Christophe de Margerie, dans un entretien au quotidien publiée par Le Parisien, serviront à « favoriser l’accès de 10 000 jeunes apprentis au permis de conduire », « accompagner 60 000 élèves en difficulté d’ici à 2012 » et aider de « jeunes créateurs d’entreprise », précise le directeur général de Total, .

Dans sa lettre d’information aux Actionnaires du printemps 2009,  Total annonce par ailleurs la création de 2000 emplois en France, malgré la restructuration prévue de ses secteurs Raffinage et pétrochimie.

Dans la perspective 2010/2015 Total prévoit une reprise de la hausse des coûtes pétroliers.
Sans atteindre les records de l’an passé, les résultats 2009,  devraient rester positifs.

Casse ( case) chômage : c’est toujours mauvais

00+01:00p30+01:0004bven, 24 Avr 2009 08:24:00 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le président de l’Unedic Geoffroy Roux de Bézieux a prévenu vendredi que le chiffre du chômage en 2009 « sera revu malheureusement à la hausse », avec un chiffre de mars qui ne sera pas « bon ».

« Il est probable que le chiffre qu’on avait annoncé d’un peu plus de 400.000 chômeurs sera revu malheureusement à la hausse ». Quant au chiffre du mois de mars, « il n’est pas bon, il sera dans le même ordre de grandeur que les chiffres précédents… On est sur une pente d’un million » de chômeurs par an…  Les chefs d’entreprise ont réagi très vite (à la crise NDLR) et il y a une espèce de période de glaciation des investissements, des embauches », mais « cela peut repartir dans l’autre sens très vite… Les intentions d’embauche aujourd’hui c’est un peu moins d’un million en France ».

« On détruit » des emplois « plus qu’on n’en crée et la première victime ce n’est pas les licenciés économiques -en nombre cela fait 10% des chômeurs, ce sont les fins de CDD, l’intérim et les jeunes ».

L’Insee s’attend à un recul du PIB de 1,5% au premier trimestre de cette année, puis de 0,6% au deuxième. Un scénario beaucoup plus noir que celui du gouvernement.
Au premier trimestre 2009, la croissance devrait s’effondrer de 1,5% – du jamais vu depuis 1975 -, selon les chiffres publiés vendredi par l’Institut national de la statistique. Elle baisserait encore au deuxième trimestre, de 0,6 %, «les plans de relance commençant à faire sentir leur effet», selon les statisticiens.

La situation des jeunes est particulièrement préoccupante. C’est pourquoi Nicolas Sarkozy annonce aujourd’hui devant des stagiaires et formateurs d’un centre de formation de Veolia Environnement. à Jouy-le-Moutier (Val-d’Oise)  un plan auquel serait consacré 1,3 milliard d’euros dans l’emploi et la formation pour aider 500.000 jeunes.

Le président souhaite l’embauche de 320.000 apprentis entre le 1er juin 2009 et le 1er juin 2010, soit 35.000 de plus qu’en 2008.

Pour y parvenir, il annonce une exonération de cotisations sociales pour l’embauche d’un apprenti avant le 30 juin 2010. Pour aider les entreprises à s’engager dans cette voie, Nicolas Sarkozy a promis qu’elles auraient « zéro charges » si elles embauchaient un apprenti avant le 30 juin 2010.

Cette suppression des charges dues par les entreprises sur les contrats d’apprentissage peut aussi s’analyser comme un nouveau coup de pouce aux entreprises. Ainsi on va creuser encore un peu plus le trou du financement des dispositifs sociaux. En clair, on prend dans les poches de la Sécurité sociale, très lourdement déficitaire, et des caisses de retraite pour faciliter l’effet d’annonce politique

Par ailleurs les stages seront rémunérés 400 euros dès le deuxième mois.