Archive for the ‘Opinion’ Category

D’étranges images sur le sable

37UTCp28UTC02bSun, 07 Feb 2010 17:54:37 +0000UTC 9,2008

Un ami me transmet d’étranges images, fugitives, sur le sable. Un spectacle singulier

watch_popup?v=vOhf3OvRXKg#t=00

La gagnante de  « Ukraine’s Got  Talent », Kseniya  Simonova, agée de 24 ans, dessine une série  d’images sur une table de sable  illuminée, montrant comment les gens ordinaires ont été  affectés par l’invasion allemande durant la  seconde guerre mondiale.  Son talent est  étrange mais passionnant.  Kseniya est  arrivée en première place et a gagné le prix  d’environ 100,000  euros.
L’histoire commence par un  couple assis, se tenant la main sur un banc sous  un ciel étoilé, mais les avions arrivent et la  scène s’efface, pour être remplacée par un  visage de femme qui pleure; quand un bébé  arrive, la femme sourit de nouveau.   Mais la guerre continue, décrite par le  sable devenu chaos, et d’où sort le visage  d’une jeune femme, qui devient rapidement une  vieille veuve, le visage triste et ridé.   Puis l’image se transforme en monument au soldat  inconnu.
Cette  scène se transforme et l’on voit apparaître une  mère et son enfant à l’intérieur d’une maison, et  un homme les regardant de l’extérieur, leur  disant au  revoir.
La grande guerre  patriotique, comme on l’appelle en Ukraine, a  tué une personne sur quatre – environ 10-11  million de morts pour une population de 42  millions.  L’artiste nous dit qu’elle ne  sait pas s’exprimer avec du papier, des crayons,  des brosses ou de la peinture.  Vous verrez  certaines personnes très émues dans la  salle, et l’artiste pense qu’il ne lui a  jamais été donné de plus grand  compliment.

Publicités

L’histoire la plus acide, un dialogue Sarkozy-DDV

45UTCp31UTC01bFri, 29 Jan 2010 17:54:45 +0000UTC 9,2008

Toujours de mon ami Dominique Many, qui n’en rate pas une dans le genre pince sans rire.

Le procureur Jean-Claude Marin n’a pas pu résister à l’appel de l’amer…

Quant à Notre Président, voici son dialogue avec DDV :

« Dominique, finissons-en. Puisque la Justice, elle fait pas son travail, eh ben moi je vous provoque en duel ! »

« C’est entendu, Monsieur le Président. Mais vous me laissez le choix des armes. »

« Si vous voulez. »

« Je choisis le Droit et la syntaxe. Vous êtes mort ! »

Zemmour ( Eric, le Kabyle) voué aux gémonies

22UTCp31UTC01bFri, 29 Jan 2010 07:53:22 +0000UTC 9,2008

A ma demande expresse, mon ami avocat Dominique Many a trempé son clavier d’ordinateur dans le fiel, pour vouer aux gémonies Eric Zemmour – mais oui, le Berbère exilé en France – .

J’apprends ce jeudi (source : Marianne2) qu’Eric Zemmour fait l’objet d’une plainte du syndicat de magistrats USM, auprès de Michele Alliot-Marie, pour ses propos tenus lors d’une chronique radiophonique sur RTL, le 26 janvier dernier.

Il se trouve que j’avais devancé l’indignation -justifiée- de l’USM par un billet d’humeur sur Facebook, intitulé « tes états d’âme, Eric » :

Mardi 26 janvier, 7 heures du matin. Une voix familière me tire de mes brumes ouatées. Non pas celle de ma chère et tendre épouse, encore dans les bras de Morphée à défaut des miens. Mais celle d’un animateur de la radio RTL qui m’annonce tout de go, dès le saut du lit : «restez avec nous, à 7 h 15, vous entendrez la chronique d’Eric Zemmour et il n’est pas content du tout !»

Eric Zemmour en colère ? Quel scoop ! C’est justement pour cela qu’il a été embauché par la Station numéro 1 en France (et qui ne se prive pas de le rappeler) : être en colère tous les matins. Un matin sur RTL sans son Zemmour donnant un grand coup de pied dans la fourmilière, ce serait aussi triste et plat que Rio sans son pain de sucre, Venise sans ses gondoles, ou Vire sans son andouille.

J’attends donc bien au chaud sous la couette, retenu par ce suspense insoutenable : mais qui donc sera aujourd’hui la cible du courroux Zemmourien ? Les profs gauchistes ? Les bobos bien-pensants ? Pour tout vous confesser, je m’en délecte à l’avance.

Après les incontournables publicités, enfin je touche au Graal de la pensée Zemmourienne. Et ne suis pas déçu de l’attente. Car le bel ( ?) Eric a décidé de parler immigration, plus précisément, de ces quelques dizaines de malheureux Kurdes qui se sont échoués il y a quelques jours, sur une plage corse.

J’assiste alors à un grand moment de radiophonie comme on en voudrait moins souvent : celui où un chroniqueur, un dispensateur de la pensée la plus réfléchie et la plus profonde, s’en prend, non pas aux passeurs qui profitent de ce trafic de chair humaine, non pas aux absurdités géopolitiques qui font de ces personnes des apatrides, non pas aux disparités économiques ou aux persécutions qui les poussent à venir se réfugier chez nous au prix de tous les périls. Non, pour Eric Zemmour, LE scandale, dans cette affaire, ce sont…les juges. Oui, ces juges gauchistes, droit-de l’hommistes, pourris par leur idéologie bien-pensante, qui ont osé les remettre en liberté, tous ces gueux qu’il fallait interner puis retourner à l’envoyeur !

Que la procédure de rétention n’ait pas été respectée ? Que les intéressés aient été placés en garde à vue sans notification de leurs droits ni possibilité de voir un avocat ? Pour Eric Zemmour, là n’est pas la raison de leur libération. Non, elle est fatalement dans l’esprit de ces juges, de ces magistrats rouges jusqu’à la moelle, «grands prêtres des droits de l’Homme», qui n’ont de cesse de remettre en liberté, ces délinquants de clandestins que ce brave Besson et la Maréchaussée peinent tant à traquer, nous assène Eric, chiffres à l’appui.

Sauf que. Les juges de la Liberté et de la Détention, je les connais (un peu). Je n’ai rien d’un rouge. Mais je suis Avocat, voyez-vous, Monsieur Zemmour. Et particulièrement bien placé pour vous dire que ces juges-là, sont tout sauf des tendres. Ainsi, pour que le JLD de Lyon accepte de libérer l’ensemble des Kurdes qui lui étaient présentés, de deux choses l’une : soit il entendait se refaire une virginité, après avoir récemment mis en détention provisoire sans avoir pris la peine de lire le dossier, deux français d’origine indienne , aux motifs qu’ils seraient Pakistanais. Soit les irrégularités de procédure qu’il a constatées étaient à ce point énormes qu’il n’a pu que faire ce pour quoi il est juge : appliquer le Droit. A tout prendre, je crois bien qu’il s’est agi de la seconde solution.

Car oui, Monsieur Zemmour le Droit protège certes l’honnête citoyen français qui n’aime pas qu’on vienne investir ses plages, fut-ce en plein hiver et hors saison touristique, ni qu‘on prenne son territoire pour une auberge espagnole. Mais ne vous déplaise, il protège également tout homme, toute femme, tout enfant, d’où qu’ils viennent, notamment contre la détention arbitraire, ou l’absence de traitement digne. Fussent-ils clandestins. C’est précisément ce qui différencie notre beau pays, des pires dictatures. En déplorant que des juges aient simplement appliqué le Droit, et protégé ces individus contre l’arbitraire, et en n’y voyant qu’un choix idéologique, vous nous avez montrés que vous étiez mûr pour la dictature. Ou qu’en tout cas, le placement en centre de rétention puis l’expulsion de ces malheureux Kurdes, vous aurait moins scandalisé que la violation de leurs Droits fondamentaux d’êtres humains.

Contrairement à ce que vous assénez en conclusion de votre chronique, ce ne sont pas les passeurs qui sortent vainqueurs de cette triste aventure, mais le Droit. Car retenir ces personnes hors de tout cadre légal, car ne pas leur garantir le minimum minimoris de droits procéduraux, c’eut été justement, les traiter comme des animaux, et conforter en ce sens ces exploiteurs de chair humaine dans leur sentiment d’être convoyeurs de bétail.

La brève de comptoir du chroniqueur radiophonique, me laisse sonné.

Je me souviens alors qu’Eric Zemmour remplace sur ce créneau horaire, Eugène Saccomano et sa «pensée d’Eugène». Pensée, bien grand mot pour celui qui venait nous démontrer chaque matin, avec une rare persévérance, combien la réflexion et le football pouvaient être antithétiques. A grands coups d’anathèmes aux relents populistes, qui l’avaient ainsi conduit notamment à qualifier les Békés de Martinique de «tontons macoutes», rien de moins.

Et en entendant la relève «brillamment» assurée par Eric Zemmour, je me dis que décidément,à RTL, on ne fait pas dans la dentelle.

Commentaire du blogueur Madelin

Heureusement que pour se rattraper RTL dispose de la voix de Jean-Michel Apathie !

Gabegie, à la Réunion

40UTCp31UTC01bThu, 28 Jan 2010 09:04:40 +0000UTC 9,2008

Réflexion acide de mon correspondant Remi, à propos du voyage à la Réunion : environ 1,6 million d’Euros a été déplacé pour ce déplacement long de 24 heures du Président Sarkozy à la Réunion. Dont 50 000 euros pour la climatisation de la salle où il a prononcé son discours, selon « le Journla de la Réunion ». Mais on peut puiser aussi dans les crédits du Ministère du Drapeau et de la rafle ( identité nationale et immigration) et également sur l’identité nationale. Oh combien de capitainx, et pas de chômage !

TF1, le Président et perte sèche

55UTCp31UTC01bWed, 27 Jan 2010 14:47:55 +0000UTC 9,2008

Mon correspondant Henry est atterré :

Je viens d’apprendre avec effarement et consternation que Télé Bouygues, le relais naturel de la propagande Elyséenne, venait d’enregistrer un manque à gagner de 900.000 € consécutivement au show de notre Bien Aimé Polyvalent Président sur TF1.
En effet, son sponsor, à ordonné à ses opérateurs de ne pas servir de réclame au bon peuple pendant toute la durée de la représentation organisée sur ses antennes par l’Illustrissime Gardien de la Sublime Porte et ses séides.
Pourtant des publicités relatives aux détartrants pour wc, aux couches culottes jetables, etc., n’auraient pas rompu l’homogénéité de la prestation du Grand Leader, Père Compatissant de tous les travailleurs.
Les responsables du marketing du Grand Couleur de Béton devront y penser lors d’une prochaine co-production Bouygues – Elysée.

Sarkozy, télé : plat, sur la défensive

41UTCp31UTC01bTue, 26 Jan 2010 09:23:41 +0000UTC 9,2008

Donc « Il » nous a joué son numéro, cajolant, rassurant, papa gâteau bien qu’il n’aie rien à offrir, dette publique galopante oblige. Des bonnes paroles, et un véritable accrochage avec l’un des « téléspectateurs » invités :

Pierre Le Menahes, ouvrier dans une entreprise de sous-traitance de Renault en Bretagne

Syndicaliste à la CGT, Pierre Le Menahes explique qu’il est parvenu en militant à éviter des licenciements et à obliger Renault à reprendre son entreprise comme sous-traitant. Il lance Nicolas Sarkozy sur le problème des délocalisations dans la sous-traitance automobile. Alors que le chef de l’Etat évoque ses mesures – prime à la casse, bonus malus, aides pour l’industrie automobile française – Pierre Le Menahes lui rétorque qu’il trouve ça «trop simpliste, trop facile». «Si ça avait profité à l’emploi ça se saurait», lance le syndicaliste. Nicolas Sarkozy continue en vantant la suppression de la taxe professionnelle, qui a empêché selon lui des délocalisations. La discussion est tendue et aucun des deux hommes ne veut céder devant les arguments de l’autre.

Mais quand même une bonne nouvelle : Sur la présence française en Afghanistan:

« La France restera en Afghanistan parce qu’il en va de notre responsabilité. J’ai déjà dit qu’il n’y aurait pas de combattants en plus. »

Selon Associated Press, dans son « meet the french citizens » à TF1,  Nicolas Sarkozy a assuré  que les décisions concernant la réforme des retraites seraient prises « avant la fin de l’année », qu’elles concerneraient « tout le monde », mais ne reviendraient pas sur le « système par répartition » et ne réduiraient pas le « montant des pensions ». Oui, mais encore ?

Pour la petite histoire : Mon Président semble rencontrer de sérieux problèmes avec les patronymes bretons, apparemment aussi difficiles pour lui à mémoriser que pour nous les patronymes hongrois. Nicolas a voulu prononcer le nom « Le Menahes » une bonne cinquantaine de fois, et une bonne cinquantaine de fois, il a accroché, bafouillé, voir carrément écorché le patronyme . C’est notre Président ? Sait-il que le métro parisien est plein non seulement de beurs et de blacks, mais aussi de Bretons, de Basques, de Provençaux, de Corses, d’Alsaciens, de Flamands, qui ne s’appellent pas tous Nagy-Bocsa ?

En bref : Mon Président a proclamé qu’il n’interviendrait aps dans la campagne pour les Régionales. Inutile : il est déjà intervenu en fixant le ton de la campagne à ses partisans !

Débat identité nationale : Esther Benbassa

32UTCp31UTC01bThu, 07 Jan 2010 10:04:32 +0000UTC 9,2008

Esther Benbassa remet régulièrement les pendules à l’heure. Il était donc normal qu’elle intervienne dans le pseudo débat sur l’identité nationale initié par Eric Besson, l’homme qui change d’opinion en fonction de ses courts intérêts politiques.

Dans un entretien accordé à l’Humanité le 5 janvier, elle appelle à un autre débat.

Esther Benbassa « Pour l’avenir, il y a un roman national à réécrire »

Directrice d’études à l’École pratique des hautes études, Esther Benbassa estime nécessaire de débattre de la France telle qu’elle est.

En décembre 2009, Mme Benbassa a décidé de paticiper à un collectif qui prône l’ouverture d’un « autre débat » que celui lancé par le gouvernement. Les membres de ce collectif, comprenant des intellectuels, des chercheurs, des écrivains, des journalistes travaillant sur le post-colonialisme ou l’immigration rejettent l’initiative d’Éric Besson, dont le but, considèrent-ils, est de manipuler l’opinion. Esther Benbassa la qualifie même de dangereuse car elle lève le tabou du racisme. Quoiqu’en dise Besson, qui finit par se prendre les pieds dans le tapis en lançant à la Courneuve  » nous sommes tous des métis » : ce qui est exactement le contraire de son idée d’identité nationale.

Pourquoi demandez-vous l’arrêt du débat sur l’identité nationale, alors qu’Éric Besson s’entête à vouloir le poursuivre? ?

Esther Benbassa. Nous n’appelons pas à cesser de débattre mais à conduire un autre échange qui ne porte pas sur l’identité nationale et qui serait une sorte de radiographie de la France. Il faut sortir de ce débat stérile sur l’identité nationale rappelant les discussions des années trente lorsque les ligues fascistes criaient? : « La France aux Français? ! »

Vous dites que ce débat sur l’identité nationale est dangereux…

Esther Benbassa. Il est dangereux d’abord parce qu’il caresse les mauvais instincts des gens et fait sauter le tabou du racisme. Des personnes osent dire à haute voix ce qu’elles écrivaient anonymement. Il n’est qu’un cache-misère pour parler de l’autre, de l’immigré qui ne ferait pas partie de l’identité nationale. De plus, ce débat est tourné contre l’islam comme l’était l’antisémitisme contre les juifs au XIXe siècle. Or on sait à quoi avait abouti l’antisémitisme des années trente.

En quoi consiste précisément l’« autre débat » que vous appelez de vos vœux ?

Esther Benbassa. On veut un débat ?sur la France telle qu’elle existe aujourd’hui, avec des états généraux, des colloques et bien d’autres initiatives. Il faut réécrire les manuels scolaires, l’histoire, car, dans la saga nationale qu’est l’histoire de France,? il y a celle des anciens colonisés et celle des immigrés. La décolonisation n’a toujours pas été digérée. Il faut recentrer la réflexion vers d’autres enjeux et proposer de façon concrète des outils de compréhension pour les populations. Et expliquer que le débat sur l’identité nationale est un débat nationaliste, qui cache le déficit de la France, le chômage et les luttes sociales. C’est un débat typiquement politicien, électoraliste à la veille des régionales.

En prônant un « autre débat », n’est-ce pas d’une certaine manière le fait de rester dans le débat sur l’identité nationale que vous condamnez? ?

Esther Benbassa. Nous n’avons jamais parlé de l’identité nationale et n’avons pas l’intention de le faire. ?Mais il existe bien une question sur ce qu’est la France aujourd’hui et on ne doit pas éviter d’y répondre. L’identité nationale est un jeu de mots pour désigner le « vrai » Français. Et le « vrai » ?est celui qui n’est pas immigré, qui n’est pas noir, pas arabe, celui qui n’est pas musulman. Au contraire, notre collectif regarde vers l’avenir et on estime ?qu’il y a un roman national à réécrire avec les histoires de ceux qui composent ce pays. Qui aujourd’hui peut dire ?qu’il a une seule identité? ? La question même est absurde, elle nous dépasse. ?De plus, un débat, cela se prépare, ?cela se réfléchit et cela regarde l’avenir. ?Or le débat lancé par Éric Besson est de nature conjoncturelle.

Entretien réalisé par Mina Kaci. Publié dans L’Humanité le 5 janvier 2010.

Personnellement, j’ai identifié ce qui me semble être le vrai problème : une faute de vocabulaire due à l’ignorance est à l’origine de ce qui est plus qu’en malentendu. Il fallait choisir pour débattre non l’identité nationale, mais la citoyenneté.Il est probable que ni Nicolas Sarkozy ni Eric Besson ne saisissent la nuance.

Je reçois directement les textes diffusés par Mme Benbassa.


Besson est-il un agent secret infiltré à l’UMP ?

15UTCp31UTC12bFri, 25 Dec 2009 12:00:15 +0000UTC 9,2008

Version mise à jour et complétée le 25 décembre

Notre ami Laurent Opsomer nous présente sur Eric Besson une théorie de décryptage qui ne manque pas d’intérêt. Il le voit comme une sorte d’agent secret infiltré dans l’UMP. Pour éviter toute mise en cause judiciaire, j’ai enlevé un nom de ministre ayant sévi pendant la deuxième guerre mondiale. Sinon, sa tentative de réhabilitation ne manque pas de se. Et de vinaigres. Et pendant que nous y sommes nous pouvons nous poser la même question à propos de Carla Bruni, épouse Sarkozy

Depuis l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007, Eric Besson est non seulement vilipendé mais aussi et surtout marqué du sceau de l’infamie, celui de Judas, archétype du traître aux yeux de l’humanité. Anathème hautement symbolique et sacrilège. Pourtant, l’évangile apocryphe de Judas révèle que celui-ci aurait trahi Jésus sur ordre de ce dernier afin que se réalise la divine prophétie. Or, peut-être en est-il de même pour Eric Besson ? Il est, en effet, aisé d’imaginer qu’il ait renié ses valeurs socialistes pour mieux infiltrer l’UMP (avec succès puisqu’il a été élu secrétaire général adjoint du parti présidentiel au mois de janvier dernier). Mieux, on peut supposer qu’il n’est pas le fou du roi tant décrié mais, pourquoi pas ?, l’habile cavalier de DSK le Sauveur. La figure de l’apôtre réputé félon est désormais réhabilitée puisque son rôle négatif trouve aujourd’hui une explication positive. Mieux, le délateur messianique se révèle le préféré de Jésus, lequel lui assurait sans ambages « Tu les surpasseras tous, car tu sacrifieras l’homme qui me sert d’enveloppe charnelle » ou encore « Je t’enseignerai les mystères du Royaume (…) mais pour cela tu souffriras beaucoup ». Peut-être en sera-t-il ainsi d’Eric Besson dont le rôle trouble, loin de l’image du renégat perfide, s’apparenterait alors à celle de l’agent double ? Ceci expliquerait, par la même occasion, son acceptation perverse de tant d’avanies et de vilenies mais également la légitime suspicion des caciques de la droite à son égard.

Jean-Pierre Vernet s’amuse, mais il exprime son scepticisme

Cette théorie est plaisante… mais je crains que sa probabilité soit faible.

La plupart des gens apprécient ceux qui sont d’accord avec eux. Ils apprécient cependant encore plus ceux qui, au début ne sont pas d’accord et qui, en discutant avec eux, changent d’avis. C’est sans doute flatteur pour leur ego et leur importance : ils ont su le / la convaincre. C’est aussi un peu comme l’élève qui est toujours brillant et l’élève médiocre qui devient brillant. Ce dernier parait plus intéressant.

Oui, mais tout ceci reste au niveau interpersonnel et le changement touche seulement aux capacités ou aux opinions.

Au niveau des phénomènes de groupe, il y a un concept que notre gouvernement connait bien : l’identité. En psychologie, on appelle cela l’identité sociale. Pour résumer, c’est se sentir appartenir à un groupe. Ce groupe peut être une nation, un parti politique, une équipe de travail, etc… Les phénomènes identitaires restent les mêmes.
Considérant cette composante identitaire, changer d’avis, c’est changer de camp. C’est trahir son groupe plus que trahir même ses idées. Ainsi, le transfuge est évidemment considéré par son ex-groupe comme un traitre. Le même transfuge est cependant considéré par son groupe d’accueil comme aussi une personne ayant trahi (et dont la confiance à accorder ne peut être que limitée). Il n’est donc pas surprenant que le sieur Besson soit perçu comme un traitre par les gens de gauche ni qu’il soit l’objet de “la légitime suspicion des caciques de la droite”.

Il est de plus probable que son avenir politique du sieur Besson soit limitée à seulement celui d’outil servile de la politique d’un autre. En effet, il ne peut plus rassembler derrière sa propre bannière personnelle puisqu’il est suspect. Il ne peut alors exister qu’en devenant l’ombre d’un autre. Ainsi, cherchant à devancer les désirs et les idées de cet autre, il se manifeste par un excès toujours plus grand afin de se rendre utile, voire indispensable, à l’homme à qui il s’est attaché. Sa survie est à ce prix. C’est aussi le danger car aucune considération (morale?) ne l’arrête dans cet exercice.

Reste que l’espérance de vie d’un outil est faible. Quand notre bon président sera fatigué de cet outil, ou bien lorsqu’il n’en verra plus l’utilité politique, il sera envoyé au parlement européen, dans une obscure ambassade ou dans un placard quelconque qui se nomme oubli…

Les maniaques de l’Islamisation de l’Europe

53UTCp31UTC12bTue, 22 Dec 2009 11:48:53 +0000UTC 9,2008

Je constate une poussée inquiétante de l’activisme anti musulman (confondu avec anti arabe) dans une partie de la communauté des rapatriés d’Algérie. Je ne cesse de recevoir des « messages d’alerte » sur les risques qui nous menacent…

Il faut pourtant pouvoir dénoncer l’islamisation rampante de l’Europe‏ : tel est le thème central de cet ensemble de messages.

Quelques titres de billets…

Florilège des messages adressés en moins d’un mois par des personnes liées à ce lobby proche de la communauté juive originaire d’Afrique du Nord. L’anti islamisme devient obsessionnel

@ MISSION PARLEMENTAIRE SUR LE VOILE INTEGRAL

Mon commentaire : Si tu t’occupais de choses plus importantes, ce serait bien, non ? C’est ton choix, tu me diras. Mais la burqa, ce sont 385 femmes en France. A comparer  aux dizaines de milliers de chômeuses, aux femmes battues, plusieurs dizaines de milliers encore, aux femmes assassinées, de l’ordre de 400 à 500 par an. Et les accidents de la route : 6000 par an. Sois obsédé par les accidents de la route, milite dur contre les accidents de la route. Et contre les licenciements massifs « prétextés » par la crise. Et sois en colère contre les sociétés du CAC 40 qui ne paient que 8% d’impôts sur les bénéfices, contre 30% pour les PME. Je dois t’avouer que ça m »intéresse plus. Quant aux préoccupations mineures, reste le « Pape » Benoit XVI qui est en train de réécrire l’histoire. Tout ça me semble autrement plus grave que le voile ou la burqa.

@ Maintenant, on irait en prison pour bien moins que cela. (une citation apocryphe du Général De Gaulle dénonçant l’envahissement des étrangers en France)

@ Gaza la misère du monde :

@ ISLAM is coming our way….‏

@ Pourquoi je suis Français‏ ( à verser au débat sur l’identité nationale)

@ Le Hezbollah à la Sorbonne !‏

@ « africanise, arabise, berbérise, créolise, islamise, noirise… »…‏

@ MARTINE AUBRY‏ : une attaque « ad hominem » contre le mari avocat de Martine Aubry coupable de défendre des immigrés

@ Les frontières. Je cite ce texte qui vaut son pesant de M…

Les FRONTIERES !!!
Traverser illégalement la frontière Nord Coréenne = 12 ans de travaux forcés.
Traverser illégalement la frontière Iranienne = détention perpétuelle.
Traverser illégalement la frontière Afghane  = exécution.
Traverser illégalement la frontière Saoudienne =on n’entendra plus jamais parler de vous.
Traverser illégalement la frontière Vénézuélienne = condamnation comme espion et votre avenir est scellé.
Traverser illégalement la frontière Cubaine = moisir indéfiniment dans une prison politique.
Traverser illégalement la frontière Française permet d’obtenir immédiatement, ou presque :
– un emploi
– un permis de conduire
– une carte d’assurance sociale
– le bien-être social
– des cartes de crédit
– un logement subventionné
– l’éducation gratuite
– des soins de santé gratuits
– des médicaments gratuits
«Vive la France ».

@ Les minarets
@ Article Euraboa et autres
@ Un article dans Juif.Org ce matin A lire absolument

«La différence entre le monde arabe et Israël est une différence de valeurs : c’est la barbarie contre la civilisation »

@ A propos du referendum suisse : Minarets, premier accroc à l’expansion d’Eurabia

@ Encore une mauvaise nouvelle pour le devenir de notre belle FRANCE !! qui est le + islamophobe ? Oula, en plus ils voudraient nous culpabiliser!!!

@ Il faut pourtant pouvoir dénoncer l’islamisation rampante de l’Europe‏

Sujet : Article Euraboa et autres

Réplique à un billet consacré à l’Euraboa ( lisez : Europe arabisée)

Un ami, XXX,  me retransmet régulièrement des articles le plus souvent consacrés à la « menace islamique sur l’Europe ». Le dernier intitulé Eurabia est symptomatique. Il émane d’une certaine catégorie de la population, souvent liée aux rapatriés d’Afrique du Nord, qui paraissent intimement convaincus d’être les seuls à connaître ce que sont vraiment les « Arabes », et à ce titre de répandre la « bonne parole » en France pour agiter les cloches du danger. Entre nous soit dit, cette accusation d’ignorance est tout à fait insultante vis à vis des lecteurs « français ».
Je constate que l’inspiration de ces articles est foncièrement et fondamentalement raciste. A commencer par la cible : par esprit de système idéologique, on confond religion musulmane et « Arabes », ce dernier terme visant une soi disant entité raciale qui n’existe pas. Du moins telle que vous l’entendez. On doit quand même rappeler en premier lieu que les populations d’origine ethnique dite « arabe » ( péninsule arabique et dans une moindre mesure le bloc irako-palestinien) sont très minoritaires dans l’Islam. Exemple dans la population algérienne : l’origine dite arabe est extrêmement minoritaire par rapport à l’ensemble berbère, aux Turcs, aux migrants originaires du Sahara et d’Europe. Autre exemple : les populations d’origine farsi et turkomènes couvrant l’Asie mineure et centrale, et les Indonésiens représentent une nombre de musulmans bien plus importants. Qu »importe, me direz-vous puisque quoique je puisse dire, ce sont des Arabes.
Vient le deuxième élément de mon propos : au nom de cette connaissance que nous ignorerions, nous pauvres Européens incapables de réfléchir, vous imputez à ces « Arabes » une quantité de tares supposées dont l’accumulation contribue à édifier un monument purement raciste, sans aucun rapport avec la réalité. C’est-à-dire que vous vous comportez en la matière exactement de la même manière que les anti sémites d’hier et d’aujourd’hui. En particulier des Nazis pendant la guerre. Encore que les anti sémites d’aujourd’hui sont infiniment moins virulents que vous ne l’êtes.
Troisième élément de votre propos : vous vous comportez comme des agents qui auraient pour mission d’attiser la haine en agitant sans cesse la peur de menaces toutes plus fantasmatiques les uns que les autres. Inutile d’entrer dans le détail. Mais l’évocation d’une Europe en voie d’arabisation inéluctable contre laquelle il faut lutter avec la dernière force est au coeur de votre propos. Chacune de vos proclamations sont autant de déclarations de guerre.
Interrogez-vous sur vos véritables intentions : vous militez pour l’instauration d’un apartheid blanc excluant le reste du monde ? Si c’est le cas, reconnaissez-le, et cessez de vous abriter sur une soi disant connaissance qui n’est que la manifestation de votre propre ignorance.

Réponse d’un des émetteurs

La lecture de ce mail m’a consterné, il montre une perte de limites, un surinvestissement, des attaques intuitu personae, des lapalissades sur fonds de vernis culturel et d’étrange cécité.

Vos propos violents, outrancés (sic),  semblent dictés par un préjugé patelin (resic) déjà là, ou une quelconque paranoïa ciblée (reresic). Interrogez-vous : où est le racisme ?

Sauf que pour remédier à mon ignorance, je vais relire (dans le texte arabe d’origine naturellement) les constitutions des pays du sud de la Méditerranée.

Et mes réponses

Vous savez que même les Franciscaines de mon quartier se baladent voilées (dur) et pieds nus ? La catholicisation de la France est en marche ! Savez-vous aussi que les loubavitch du 18° et du 19° ont tenté de faire débloquer les digicodes électriques pour les journées de samedi ? Le judéicisation de la société française est en marche. On pourrait s’amuser longtemps, à ce petit jeu? La peur et les fantasmes ont toujours été de très mauvais conseil. Ne pas confondre l’action marginale de quelques extrémistes avec des généralités.

En conséquence pour participer au débat sur l’identité française et lutter contre le Communautarisme, je demande :

  • La dissolution de tous les ordres religieux catholiques cloîtrés ( carmélites, clarisses et autres) qui torturent les femmes en les empêchant de parler, en leur imposant un voile intégral strict, et un régime alimentaire tel qu’il a fallu il y a quelques années l’intervention des services sanitaires pour juguler des épidémies de tuberculose liées à la sous alimentation.
  • L’interdiction du voile partiel ou intégral dans toutes les communautés religieuses
  • L’interdiction du port en public de la soutane noire pour les prêtres, des soutanes violettes ou rouges pour les évêques et les cardinaux
  • l’interdiction du grand chapeau de fourrure et du caftan pour les juifs ultra religieux
  • interdiction aux prêcheurs boudhistes de circuler en costume traditionnel indien
  • interdiction (en France) aux Afghans et aux Pakistanais d’arborer leur costume traditionnel
  • La destruction de tous les clochers d’églises, signes agressifs d’un système religieux incompatible avec les valeurs de la République, dans la lignée de la loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’Etat.

Vous n’êtes pas obligés de me croire, dois-je ajouter selon la formule d’un humoriste célèbre. Il est évident que je galège. Je veux simplement que soit mesurée l’inanité intolérante des mesures d’interdiction exclusivement réservées à la communautés musulmane.

Eric Zemmour est-il un Arabe ?

29UTCp31UTC12bSun, 20 Dec 2009 11:42:29 +0000UTC 9,2008

Il faut vraiment se poser la question, puisqu’Eric Zemmour est issu d’une famille algérienne – un village de la banlieue d’Alger porte son patronyme -, plus exactement de juifs berbères, nous indique Wikipedia. Ce qui n’empêche pas ce grand expert de qualifier d’arabe indifféremment tous ceux qui sont plus ou moins musulmans. Rappelons-lui quand même que le vocable Arabes désigne des populations localisées dans la péninsule arabique ( Arabie saoudite, les deux Yemens, les Emirats, le Koweit, Qatar), et au Proche-Orient : Liban, Irak (pas l’Iran), Syrie, Jordanie, Cisjordanie. Ah non, me dira-t-il, là-bas, ce sont des Bédoins. Erreur : les Bédoins sont bien des Arabes. Pire : plusieurs millions d’Arabes sont des chrétiens.

Voilà pour les faits.

Pour le reste Zemmour aime pérorer. Notmmaent sur le phénomène des banlieues. Voici ce que donnent ses réflexions :

« 40 % des jeunes hommes, je dis bien Z’hommes (sic), et c’est très important, de moins de 24 ans, de ces zones là [les banlieues], sont au chômage. (..) ce n’est pas possible de dire que ça ne vient que (..) des fameuses discriminations et les refus. NON. »  « Ce sont eux qui se mettent en situation de ne pas être embauchés. (…) Parlez Français, levez vous le matin, travaillez, arrêtez de faire des trafics à deux balles, qui d’après moi gagnent beaucoup plus d’argent que le travail. » « Si c’était le racisme (?) de la société française, les filles seraient au chômage, seulement les filles ne sont pas au chômage, les filles sont embauchées ».

Question : ces propos s’adressent-ils aux seuls musulmans de banlieue ?

Réponse : : « A tous les jeunes de banlieue, mais ils sont à 90 % des musulmans. Aujourd’hui en Seine-Saint Denis, c’est ca! »

A Sevran, par exemple, où se côtoient 60 nationalités.

Des religions à deux régimes

42UTCp31UTC12bSun, 20 Dec 2009 08:26:42 +0000UTC 9,2008

Laurend Opsomer se pose une question cruciale : IDENTITÉ NATIONALE OU IDENTITÉ RELIGIEUSE ?

Alors que le débat sur l’identité nationale stigmatise les Français musulmans (auxquels Le Nouvel Observateur vient de consacrer un dossier), la presse hexagonale demeure étrangement discrète, pour ne pas dire muette sur les derniers scandales mettant en cause l’Eglise catholique en France. En effet, cette même semaine, deux prêtres ont été mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs et corruption de mineur, l’un à Perpignan (L’Indépendant du Midi du 18 décembre 2009), l’autre à La Réunion (Clicanoo du 19 décembre 2009) ; le premier a été laissé libre sous contrôle judiciaire, le second incarcéré. Leurs évêques respectifs ont immédiatement réagi, l’un exprimant toute sa sympathie et l’assurance de sa prière aux familles blessées et aux enfants victimes, l’autre les assurant de sa compassion et de son soutien. Reste une question lancinante : savaient-ils ?

Ceci dit, une autre interrogation s’impose : est-ce là la supériorité du religieux vantée par le président de la République, Nicolas Sarkozy, lors de son allocution au Palais de Latran à Rome, le jeudi 20 décembre 2007 ? «Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance», affirmait-il alors. Des propos aussi déplacés que son débat sur l’identité…

Soyons, néanmoins, honnêtes : les ecclésiastiques incriminés sont-ils représentatifs de l’ensemble des catholiques ? Evidemment non ! Pis, à l’instar des fondamentalistes intégristes, ils les blessent dans leur dignité, leur humanité et leur conscience tout en portant gravement atteinte à l’image de l’Eglise apostolique romaine qu’ils trahissent. Pourquoi alors ne pas reconnaître avec la même honnêteté et véhémence qu’il en est de même des islamistes, qui ne sont nullement représentatifs de la communauté musulmane et lui portent particulièrement préjudice ?

Quand tout est grand…emprunt

07UTCp31UTC12bWed, 16 Dec 2009 09:28:07 +0000UTC 9,2008

L’auteur de ce billet est mon contributeur favori. D’autant plus favori que ses propos sont toujours marrants. Aujourd’hui, il s’en prend au grand emprunt…

On a eu le « grand Paris » de Blanc, le « grand Restaurant » avec De Funes et là c’est « le Grand emprunt  » de Sarkozy. Il va emprunter aux traders, ou j’ai mal compris?/

Tu as bien compris. Il emprunte aux traders. Plus exactement par le biais des traders.


Quoi qu’il en soit, réjouissons-nous, Notre « grand président » puisque tout est grand, allons-y, veut que la (grande ??) France aie les meilleures (grandes?/ ok, j’arrête) universités.
Parfait, super, genial, cool.
Mais plusieurs questions se posent à moi , qui ignore ce qu’est l’Université, à part la rue de l’Université, c’est à peu près ma seule expérience..

Pour commencer, il faut y aller, donc. Par conséquent, l’idee c’est d’être bon, avant. ne faudrait-il pas d’abord les meilleures maternelles?? Le meilleur élémentaire (et préparatoire??). le meilleur collège, de super lycées..
Par ce que si à 11 ans, on ne sait pas lire, les « meilleures universités du monde » y a des chances qu’on s’en foute!!!
Ou alors, on va à la fac à 3 ans et en maternelle a 20. Pourquoi pas d’ailleurs ?.

Ensuite, pour faire quoi?/ des enseignants?/ Sarko les vire. Des chercheurs?? inutiles, il l’a dit.  Mais des macons, des boulangers, des journalistes (quel horreur), des employés de bureau (c’est moi, coucou).. ont-ils tous besoin des meilleures universités du monde??
Les enfants et les parents ne demandent-ils pas seulement que leurs enfants reçoivent de leurs profs un bon enseignement? Qui va les former?/ Avec quel argent??

Enfin, admettons, on a les « meilleures facs » blablabla, tout va bien, c’est beau, Borloo n’a pas gelé à Copenhague. On en fait quoi après des étudiants?? Parce que, ok ils ont été à la fac, mais ils ont du TAF?? Parce que si on a les « meilleures.. » et qu’après ils vendent des jeans aux Grands Magasins, c’est jeter l’argent par les fenêtres ( pourtant j’en ai des jeans)

Je crois que on aurait besoin du « meilleur » ou de « la meilleure » president(e) du monde surtout.. mais là, à mon avis, c’est pas gagné.

Voila, desolé si ça parait populiste, mais les sous, j’aime bien quand ça sert pour des trucs qui durent longtemps..

Le peuple suisse souverain : un exemple ?

52UTCp31UTC12bMon, 14 Dec 2009 16:33:52 +0000UTC 9,2008

On ne cesse plus de parler de la Suisse… Après le referendum sur les minarets, qui a provoqué des torrents de commentaires en France, voici que la liste « secrète » des 3000 contribuables français, devenue pour l’occasion la liste des 4000, et même, selon certaines versions la liste des 130 000 (!) replace au premier plan le secret bancaire suisse. Et conduit à une nouvelle interrogation d’importance : l’accord franco-suisse d’entraide judiciaire pour la levée du secret sur les comptes en banque devra-t-il être soumis à referendum ? Rien d’impossible, surtout quand l’avenir économique de la Suisse est suspendu à cette empoisonnante question du secret bancaire.

Un de mes fidèles lecteurs tient à éclairer le recours au referendum en Suise, et même à le célébrer… A vous de fixer votre opinion.

Les habitants de cette Confédération (citoyens de leur ville) ont cette chance et ce privilège d’appartenir à un peuple dirigeant, alors que nous pauvres Européens sommes des dirigés.

A mon avis c’est très gratifiant qu’aucune décision importante : impôts, prix de la benzine, nouvelles lois, engagements internationaux, etc., ne puisse être prise, tant par les autorités fédérales que cantonales, sans l’approbation de leurs concitoyens.

Mieux, l’initiative des lois leur appartient par voie référendaire populaire, nationale ou cantonale, et comme le dit Köppel (Frankfurter  Allgemeine Zeitung ) << Les initiatives et les référendums, les droits élémentaires du peuple, sont l’épée de Damoclès des citoyens contre la classe politique >.

Combien de lois absurdes, d’impôts injustes, d’engagements dangereux nous auraient été évités  si il nous avait été demandé au préalable notre avis. Mais les hommes politiques seuls ont le droit exorbitant de décider à notre place, selon leurs lubies, leurs idées fixes, la pression des lobbies, de tout ce qui est important : lois, dépenses, emprunts, justice, enseignement, etc.

Alors que les journalistes et les commentateurs en France s’autocensurent sous peine de crime de lèse majesté, que nous sont imposés le ‘’ politiquement  correct ’’, le ‘’ bien pensant ‘’, les sujets tabous, les questions qui fâchent, les pays, les régimes, et leurs dirigeant à ménager, chez eux (comme dans les pays anglo-saxons), ils écrivent, disent ce que bon leur semble, sans qu’il leur soit reproché d’appeler un chat un chat.

Quand je vois ce qui est possible et normal ailleurs, je m’insurge contre le fait que nous soyons infantilisés, dépossédés de nos possibilités de choix, traités comme des débiles. Pour les sujets importants de gouvernance, comme par hasard, légalement  nous ne sommes pas dignes d’être consultés.

Autre constatation intéressante, le comportement des dirigeants. Il suffit de se référer à l’attitude simple et discrète du Président de la Confédération Hans-Rudolf Merz et à celles de ses prédécesseurs, comparées aux manières ridicules et carnavalesques de Monsieur Bling Bling , de  ‘’ Sua suffisance ‘’ en Italie et de leurs cliques pour savoir où est la dignité.

Il y a un gouffre séparant  une des plus vieilles démocraties de droit du monde (premier acte fondateur en 1291) des régimes pseudo égalitaires, et théoriquement républicains, dont un se pare d’être la Patrie de Droits de l’Homme (de quels droits en fait ?).

Je me souviendrai toujours d’un matin d’automne à Berne en 1999, alors que Ruth Dreyfus était présidente de la confédération ; je l’ai vue sortir à pied du palais fédéral, accompagnée uniquement d’un jeune homme portant une grosse serviette noire. Ils ont pris le tramway quelques minutes après.

Quelle leçon de simplicité et de démocratie pour nos ‘’dirigeants’’ et  pour nous.

Un complément qui est peut être en relation : en Suisse les médecins pratiquent les vaccinations, ce qui évite les dépenses folles dues à des centres de soins concentrationnaires, fonctionnarisés, absurdes, inorganisés, surchargés, aux relents Staliniens. (Bravo Madame la Ministre de la Santé).

Précisons que le/la Président/e de la Confédération helvétique est élu parmi les conseillers fédéraux, et que son mandat est d’un an. Pas un jour de plus.

Des minarets, des clochers et de quelques idées idiotes… à l’UMP

04UTCp31UTC12bTue, 01 Dec 2009 12:28:04 +0000UTC 9,2008

Notre ami Jean-Pierre Vernet nous apporte quelques précisions à propos des minarets et des clochers…

Opsomer rapporte les propos du brillant Frédéric Lefebvre : «Les lieux de culte doivent respecter nos règles, nos us et coutumes. […] Faire un concours du plus grand minaret, pour en faire un élément de prosélytisme, [ne] peut être accepté.»

Bravo à Frédéric Lefebvre qui enfonce des portes ouvertes! Je cois bien savoir que depuis la fameuse séparation de l’Église et de l’Etat de 1905, les minarets tout comme les clochers ne peuvent dépasser en hauteur le plus grand monument de la ville. Minarets et clochers respectent les règles d’urbanisme. Ainsi, soit Frédéric Lefebvre ignore que la hauteur des minarets ne peut pas jouer comme symbole attractif et prosélyte (pas plus qu’un autre, en tout cas) ; soit, tout comme l’UDC l’a fait, il s’agit de faire peur, même avec une illusion de « menace ». Dans le premier cas, quand on est ignorant, on se renseigne avant de palabrer, surtout quand on est en charge des affaires publiques. Dans l’autre cas, il s’agit de tromperie et ce n’est pas mieux quand on est en charge de « responsabilité » et que l’on représente ceux qu’on trompe.

Rien que pour  rire : on peut donc imaginer un minaret à Paris de 330 m (- quelques centimètres), dont la hauteur serait déterminée par celle de la Tour Eiffel. Amusant, non ?

Marine Le Pen et Eric Besson, même combat

10UTCp30UTC11bMon, 23 Nov 2009 10:05:10 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Coup de colère matinal

Marine Le Pen, la vice-présidente du Front national dénonce des propos prêtés à Rama Yade, la secrétaire d’Etat aux Sports, sur son attachement au Sénégal. Dans la foulée, Marine Le Pen se prononce contre la double nationalité et demande aussi la suppression du droit du sol. Autrement dit une refonte totale de la législation française sur la nationalité.

A-t-elle songé qu’avec son  patronyme breton – donc « étranger » – on pourrait remettre sa propre nationalité en cause ? La question n’est évidemment pas plus sérieuses que le proposition de Le Pen.

Laquelle s’inscrit cependant très bien dans la ligne définie par Eric Besson, qui s’élève contre les « mariages gris », entre une personne d’origine étrangère et un/une française, et propose maintenant la fermeture administrative de toutes les entreprises employant des sans-papiers : des milliers de restaurants y compris des plus célèbres, d’entreprises de bâtiment, de sociétés de service. Des centaines de milliers d’emplois seraient alors mis en cause. Et « fermera-t-on administrativement » tous les particuliers qui emploient des « sans papiers », le plus souvent des femmes, pour garder leurs enfants et leurs vieux parents ? Et par qui remplacera-t-on les dizaines de milliers de sans papiers en question ? Même pas par des flics, on les liquide eux aussi.

Je suis stupéfait par la masse d’inepties débitées au nom de cette politique d’identité nationale.

Ah, juste un mot avant de quitter le sujet : parmi les thèmes soumis à débat figure une « bonne pratique de la langue française ». Je suggèrerais que les discours de Mon Président omniprésent soient soumis à cette épreuve : on s’apercevrait que ces discours sont « pleins de… » graves impropriétés grammaticales, fautes de syntaxe, contresens sur les mots. J’ai bien écrit « plein de… », une formule qui n’a ni rime ni raison en dehors d’un langage soi disant populaire. Sarkozy croit-il être plus « proche du peuple » en se laissant aller ainsi ? Malheureusement, je pense que ce n’est même pas volontaire.

Quant à Besson, je pense qu’il cherche à être pardonné d’avoir pour mère une Libanaise maronite, d’être issu lui-même d’un mariage qualifié de « mixte ».

Le temps de l’homme qui se transforme

03UTCp30UTC11bMon, 23 Nov 2009 08:10:03 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Une bien jolie citation que Laurent Opsomer soumet à notre sagacité

Nous descendons tous, d’une manière ou d’une autre, de paysans ayant laissé leurs terres surpeuplées ou incultes pour la ville, de rejetons de province ou de régions qui ont perdu leurs mœurs natales, d’ouvriers qui se sont abrutis sur leur machine, d’immigrants qui ont abandonné une partie d’eux-mêmes dans leur pays de naissance pour se faire une nouvelle vie ailleurs ; nous mourrons, pour la plupart, sur un lit d’hôpital veillé par le ronron des moniteurs, et non dans le fauteuil ancestral ; nous grandirons, pour une part appréciable, dans des familles multiples et sans cesse recomposées ; nous promènerons notre ennui sur toute la planète, par nos pérégrinations immobiles sur Internet ou par nos escapades aéroportées. Et pour nous réenraciner, je doute que soudain nous quittions nos tours climatisées et anonymes, nos fermes mécanisées, nos voitures avaleuses d’espace et polluantes, pour vivre de nos choux et de notre lait de vache sur un lopin où craque la maison bâtie et retapée par plusieurs générations. Les racines qu’il nous reste paraissent bien dérisoires, grugées par l’inexorable loi du changement. Cependant, elles sont comme ces menus objets que les enfants trouvent sur leur chemin pour s’en faire des jeux fabuleux. Les adultes sauront les faire grandir, selon qu’au départ ils se considéreront déjà riches ou dépossédés de ce qu’ils ont. Marc CHEVRIER Revue L’Agora, vol. 9, n°4, printemps 2003, Le temps de l’homme fini, © Éditions Boréal, janvier 2005.

Pour ma part, j’en suis à la sixième génération depuis que mon ancêtre est descendu affamé de ses montagnes alpines pour aller chercher du travail en Lorraine. Six générations : ce n’est pas beaucoup.

De droite et de gauche : une histoire

20UTCp30UTC11bSun, 22 Nov 2009 07:32:20 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Je n’ai ps l’habitue de rapporter des histories qualifiées de drôle. Mais celle-ci m’amuse (Merci Rachel !)

La Citroën de Sarkozy remonte paisiblement  les Champs-Élysées.
Tout à coup, elle est rattrapée par la  407 de Delanoë.
Quand les voitures sont côte à côte, Delanoë  baisse sa vitre et crie à Sarkozy :
– Espèce de bon à rien !, et il referme sa vitre.
Sarkozy fait signe au chauffeur de  rattraper Delanoë, il descend sa vitre et hurle :
–  Magouilleur !
Delanoë rattrape Sarkozy et crie :
–  Escroc !
Excédé, Sarkozy finit par crier :
–  EMBRAYAGE !…
Surpris par cette « insulte », Delanoë et renonce à poursuivre ce duel verbal.
Il rentre chez lui en  se demandant ce que ce mot pouvait contenir comme insulte. Il  décide de regarder dans le dictionnaire si ce mot a un double  sens.
Il ouvre son petit Robert et lit :
– Embrayage :
pédale de gauche…

Foot cherche gentlemen. Désespérément et plus

11UTCp30UTC11bSat, 21 Nov 2009 17:00:11 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Dois-je avouer que, contrairement à mes fils, je suis loin d’être un fana de foot. Bien que grâce à mon regretté aîné et à ses deux autres frères, depuis des décennies je n’entende résonner dans la maison que le mot « PSG, PSG,  PSG », ma culture foot n’est pas aussi notoirement limitée. En vérité, je n’apprécie guère l’hyper chauvinisme des footeux, qui nous pourrissent toutes les questions de la Marseillaise, du drapeau tricolore et tout. Je vois que les Algériens ont bien pris exemple sur les Français, en matière de foot ils sont aussi acharnés… Bon. Tout ça pour vous expliquer que j’apprécie le texte concocté par mon ami avocat – eh oui – Dominique à propos de la tragédie du France-Irlande. Je m’empresse donc de le publier !

A vos larmes, prêt ?

Ainsi, la FIFA a tranché. Le match France/Irlande ne sera pas rejoué. Comment pouvait-il en être autrement, sachant que le règlement ne prévoit pas cette modalité réparatoire dans ce cas de figure. L’on ne saurait créer une règle qui viendrait s’appliquer rétroactivement, à une situation antérieure.

La Fédération Française de football pourrait accepter la proposition irlandaise que le match soit rejoué. Il ne s’agirait alors plus de l’application à la lettre du règlement, mais d’une sorte d’ « arbitrage », de protocole d’accord entre la France et l’Irlande, à laquelle la Fédération internationale pourrait donner sa bénédiction.

Si cette solution serait moralement souhaitable, elle n’en reste pas moins, totalement irréaliste. Ne serait ce que parce que les enjeux dépassent le simple cadre sportif, mais sont également -et avant tout- financiers. Une qualification à la coupe du Monde génére des sommes colossales en droits télé, sponsors… accepter de rejouer le match, pour la Fédération Française de football, c’est prendre le risque de perdre bien plus qu’un match. Nous ne sommes pas dans le monde des Bisounours, mais dans celui plus froid, des financiers. Je vois donc difficilement la FFF accepter un tel risque économique de se priver des recettes qui vont avec la participation de l’équipe nationale à la Coupe du Monde.

Alors, De profundis l’Irlande. Mais comment faire pour que pareille injustice ne puisse se réitérer à l’avenir ? l’arbitrage vidéo, 5 arbitres…que de lourdeur dans le jeu cela induirait !

En revanche, je propose d’ajouter au règlement de la FIFA, cette règle : « toute équipe qui gagnera un match sur une irrégularité avérée dont l’auteur ne l’aura pas signalée immédiatement à l’arbitre, aura match perdu sur tapis vert. » l’équipe qui s’estime lésée, poserait des réserves en cours de match ou immédiatement après. une commission de visionnage étudierait les images et pourrait entendre tous sachants. puis la décision serait prise d’infliger à l’équipe du tricheur, une défaite 3-0 (le même score qu’en cas de forfait).

Appliquée à France/Irlande, cette règle aurait donné ceci : Thierry Henry, conscient du risque qu’il faisait courir à l’Equipe de France, d’avoir match perdu s’il ne se dénonçait pas, aurait couru vers l’arbitre pour signaler avoir contrôlé volontairement le ballon de la main. Le but aurait été refusé, le fair play y aurait gagné, et la France aurait peut être obtenu au bout du compte, une victoire, une vraie, une belle, nette et sans tache.

Mais il serait tout de même dommage d’en arriver là, alors qu’au tennis, il est déjà arrivé qu’un joueur, dont la balle était donnée bonne par erreur ce qui lui faisait remporter le point et le match, indique de lui-même à l’arbitre que cette balle était faute et qu’il convenait donc de rejouer le point. Football recherche gentlemen désespérément !

foot-et-fric-suite

Opsomer voit la téléréalité à l’Elysée et Tita nous éclaire

57UTCp30UTC11bSat, 21 Nov 2009 15:02:57 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Laurent Opsomer s’enflamme contre… la téléréalité dont le principe domine à l’Elysée. D’où un billet pour le moins passionné, dont je lui laisse la responsabilité. Personnellement, je n’écris pas ainsi. Mais comme son propos est sans doute largement partagé, allons-y !

LA RÉPUBLIQUE SPECTACLE

Un bilan calamiteux, des déficits abyssaux, un chômage vertigineux, des inégalités criantes, une misère croissante, une coterie patente, une incompétence notoire, une cabale névrotique, un népotisme avéré, une hypocrisie assumée, une morgue affichée… tels seront vraisemblablement les griefs à son encontre. Pourtant Nicolas Sarkozy peut sérieusement espérer être réélu en 2012. Pourquoi ? Les politologues mettent en avant une scène politique monopolisée, pour ne pas dire phagocytée par ce dernier, l’absence d’alternative à droite, le manque de challenger crédible à gauche ou l’isolement du concurrent centriste. Tout ceci est vrai mais insuffisant pour expliquer cette éventualité politique. En vérité, cette probabilité présidentielle n’est possible qu’en raison de l’amour immodéré des Français pour la télé, notamment leur goût prononcé pour les séries télévisées. Or, la Majorité présidentielle leur offre au quotidien un feuilleton digne de « Dallas », « Dynastie » et « Les Feux de l’amour » réunis ! « L’apologie du pognon, de l’ordurerie et de la crasse », comme le chante Renaud (« J’ai raté Télé-Foot »). Un miroir aux alouettes du pouvoir et de l’argent-roi fait de trahison et de collusion d’intérêts, d’hypocrisie et de mensonges éhontés, d’infidélité et de vulgarité. En résumé, c’est « Amour, Gloire et Beauté » avec, en sus, cette subtile touche de téléréalité qu’affectionnent tant les Français. Finalement, reconduit ou éconduit, son destin dépend en priorité de la qualité des scripts des scribes de l’Élysée et leur capacité à préserver la béatitude télévisée.

Laurent nuance son propre propos, probablement à partir de réflexions émises autour de lui.

« Attention aux exagérations. Les Français savent parfaitement réagir lorsque c’est nécessaire, et qu’on leur propose des candidats crédibles. La télévision, avec les 19 chaînes de la TNT, est devenue beaucoup plus intéressante. Il y a des émissions passionnantes à toutes les heures. Et les Français ne sont pas des pantins. Ne faisons pas trop d’élitisme en se considérant (bien sûr…) au-dessus de la mêlée ! » A la lecture de ce mail, j’ai pensé sur le moment à cet écorché vif qu’était Hervé Bazin qui clamait dans « Vipère au poing » : « Le bien, c’est moi. Le mal, c’est vous. » Ma vision est-elle si manichéenne ? Puis je me suis souvenu de propos de Noël Mamère :

« La politique et la télévision rendent fou, si on ne fait que ça. »

Fouillant ma mémoire, puis mes archives, j’ai retrouvé ces paroles de feu Françoise Giroud : « La télévision n’est pas le reflet de ceux qui la font, mais de ceux qui la regardent » (Le Nouvel Observateur du 6 décembre 2001). Or, la télévision n’est-elle pas le premier média d’information pour la majorité de la population ? Mais je regarde rarement la télévision, préférant l’ébullition du Net dont la vivacité et la créativité ne cessent de m’éblouir. J’ajoute cette citation de Gilbert Cesbron : « La devise de l’époque, c’est “le sexe et l’argent”, c’est-à-dire corps et biens », citation qui a pu influencer ma critique tout comme cette célèbre et terrible affirmation d’Adolf Hitler extraite de « Mein Kampf » :

« La faculté d’assimilation de la grande masse n’est que très restreinte, son entendement très petit ; par contre, son manque de mémoire est grand. »

Je fais aussi le lien avec votre article de ce jour à propos des états-généraux de l’industrie que vous concluez en ces termes : « Ainsi chaque ministre pilote sa nouvelle grande politique de com qui doit apparemment prendre la place du travail parlementaire. On n’a pas à se poser la question de savoir si cette pseudo-concertation est utile. Je vois surtout que les résultats n’apparaissent jamais. Ou bien les conclusions sont strictement conformes à la feuille de route préalable. »

Télévision, assimilation, communication… Finalement, tout se mélange à travers le prisme déformant de la télévision ! Mais la télévision est l’unique source d’information d’une partie des Français pour lesquels l’information télévisée est parole d’évangile ! Or, que penser de la vive indignation des habitants d’un quartier de Maubeuge après la diffusion d’un reportage intitulé « Peur dans la cité » dans l’émission « Sept à huit » où leur lieu de vie apparaît comme une zone de non-droit ? En écho à l’émoi populaire, le maire de la ville, Rémi Pauvros, a envoyé un courrier véhément à la chaîne télévisée pour dénoncer un reportage « orienté, caricatural et méprisant » qui « a éliminé toutes les interventions positives » (La Voix du Nord, mercredi 18 novembre 2009). La télévision rime-t-elle alors avec manipulation et déformation ? A chacun de décider, à chacun sa vérité ! Reste que « L’important n’est pas ce qu’on nous cache mais ce qui se cache derrière ce qu’on nous dit », comme l’a si joliment écrit Georges Moréas (« Julie : les enquêteurs ont-ils eu raison de mentir ? », 10 septembre 2009) tandis que Favilla concluait récemment en ces termes : « On ne parvient ni ne se maintient plus au pouvoir avec des partis mais, aux moments décisifs, avec des partisans. » (« Un certain mal d’opposition », Les Echos, vendredi 2 octobre

Suite du débat…

C’est pernicieux en effet. Avant son élection, le ministre de l’intérieur Sarkozy fut très long à se déclarer candidat. Cela lui permit d’aller longtemps au devant des caméras en tant que ministre (et non en tant que candidat). Cependant, sauf les dupes, il n’a pas dupé grand monde puisqu’il agissait comme un candidat.
Au delà du problème d’équité que cela pose, il y a le processus qui est derrière. C’est le processus qui est à la base de la publicité : rendre familier un produit pour le faire acheter. L’impression de connaître suffit souvent à remporter une adhésion et un vote ou l’achat en magasin. Et monter un candidat (ou un produit) suffit souvent à le rendre familier (indépendamment du message).

Cela explique que notre bon président en perpétuelle campagne fasse de la politique un spectacle ; D’abord, spectacle de sa vie privée (cherchant à se faire connaître “personnellement” pour que les français s’identifient à lui), spectacle surtout de la politique où les grands gestes et les grands verbiages cachent un grand vide de pertinence des contenus.

Alors, réélu ? Oui, probablement! Non seulement, parce qu’il fait de la politique comme d’autres font de la pub, mais parce qu’il pourra de nouveaux faire peur avec l’insécurité (theme qu’il affectionne) aidé en cela par une presse main-stream, propriété d’amis chers et dévoués.

Suite. Mais sans doute pas fin.

Avant son élection, le ministre de l’intérieur Sarkozy fut très long à se déclarer candidat. Cela lui permit d’aller longtemps au devant des caméras en tant que ministre (et non en tant que candidat). Cependant, sauf les dupes, il n’a pas dupé grand monde puisqu’il agissait comme un candidat. Au delà du problème d’équité que cela pose, il y a le processus qui est derrière. C’est le processus qui est à la base de la publicité : rendre familier un produit pour le faire acheter. L’impression de connaître suffit souvent à remporter une adhésion et un vote ou l’achat en magasin. Et monter un candidat (ou un produit) suffit souvent à le rendre familier (indépendamment du message). Cela explique que notre bon président en perpétuelle campagne fasse de la politique un spectacle ; D’abord, spectacle de sa vie privée (cherchant à se faire connaître « personnellement » pour que les français s’identifient à lui), spectacle surtout de la politique où les grands gestes et les grands verbiages cachent un grand vide de pertinence des contenus. Alors, réélu ? Oui, probablement! Non seulement, parce qu’il fait de la politique comme d’autres font de la pub, mais parce qu’il pourra de nouveaux faire peur avec l’insécurité (theme qu’il affectionne) aidé en cela par une presse main-stream, propriété d’amis chers et dévoués.

Bravo pour le riche débat engendré par le billet d’humeur écrit par Laurent.

Foot et fric, suite

35UTCp30UTC11bSat, 21 Nov 2009 13:41:35 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Après avoir commis un premier billet sur le sacro saint sujet du foot, mon ami Dominique l’avocat revient sur la question :

Le 10 novembre dernier, dans l’émission « Mots croisés, Qu’est-ce qu’être français ? », Elisabeth Levy a tenu les propos suivants : «l’assimilation, ça fait des Français avec tout, avec n’importe quoi (…) ça suppose un peu d’éradiquer les différences à la schlague.”
sur le plateau, seule Dominique Voynet a réagi. Dans les medias, silence assourdissant. Aucune indignation, aucune protestation au sujet de ces propos, repris à leur compte par des sites internets d’extrême droite, ce qui veut tout dire…

En revanche, qu’un joueur de football marque un but avec l’aide de sa mimine, et c’est tout le pays qui s’agite : depuis deux jours, à la télé, à la radio, dans les journaux, dans les familles, et avec les collègues devant la machine à café, on ne parle presque plus que de cela.
La réaction quasi générale est d’ailleurs plutôt saine : ceux qui font part de leur malaise ou de leur indignation étant davantage nombreux que ceux pour qui la fin justifie les moyens, et qui applaudissent à ce geste d’antijeu.
Il reste donc un sentiment de morale en France. Ouf. Heureusement que le football est là pour qu’il puisse s’exprimer.

Commentaires de Jean-Pierre Vernet

Où l’on revient à l’identité nationale par le foot, alors que les joueurs de l’équipe de France sont des mercenaires au sens strict. C’est à dire le contraire de personnages identitaires

Ce n’est pas si étonnant.

Beaucoup de français s’identifient à l’équipe “de France”. Ils croient alors de près ou de loin partager la gloire de leurs succès. Si l’équipe de France gagne et qu’on est français, alors “on a gagné”. C’est là un refrain qu’on entend souvent (pas assez peut-être pour les supporters).
En d’autres mots, les gens se sentent impliqués non seulement par le résultat mais aussi par l’image que cela rend car c’est une image qu’ils partagent à travers leur identification au groupe des français (la fameuse identité nationale).

A l’opposé, les propos d’Elisabeth Levy et la réaction de Dominique Voynet n’implique pas cette identité nationale. Ce n’est que l’expression de deux individus sans implication pour le reste du groupe national.

Ainsi, les journalistes ne font que répondre à l’intérêt des gens et celui-ci n’est pas visiblement qu’intellectuel puisqu’il répond aussi à des processus sociaux.

Évidemment, je parle ici de phénomène de groupe ou de masse. On peut trouver des gens (minoritaires) qui seront moins outrés par la mimine d’un footeux que les propos haineux de certain compatriotes (même en terme d’image).

C’est d’abord une question de pression.

Plus l’enjeu dépasse l’individu, plus celui-ci est moins à même de se conformer à des principes qui sont, dans leur pratique, non-stratégique du point de vue de l’enjeu. On a déjà tous vu des gens qui se présentent comme gentils, sociables, aimables, etc… et qui, le jour où leur salaire, budget, prestige ou vie est en jeu, deviennent de vrais requins et n’hésitent pas à écraser les autres si cela leur permet d’assurer leur objectif. Ce sont pourtant bien les mêmes personnes.

Ici, les enjeux financiers, d’images, etc… dépassent largement l’avenir même de la personne de Thierry Henry. En cela, il n’est pas impossible qu’il eut été un “gentlemen” en d’autres occasions (même dans un match de tennis).