Posts Tagged ‘gendarmerie’

Police et devoir de réserve

15+01:00p31+01:0010bjeu, 22 Oct 2009 13:29:15 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Réagissant au propos d’un internaute, un agent de police municipale qui masque son anonymat sous le surnom Moi83, Laurent Opsomer revient sur les différents aspects du devoir de réserve imposé aux fonctionnaires. En particulier aux fonctionnaires d’autorité.
La liberté d’expression est, en effet, limitée par le fameux « devoir de réserve » qui s’impose à tout fonctionnaire.

Je fais ici écho à la réponse ministérielle apportée à une question à ce propos de la part de Jean-Louis Masson, sénateur de la Moselle (question écrite n°01709 en date du 30 août 2007) :
« L’obligation de réserve, qui contraint les agents publics à observer une retenue dans l’expression de leurs opinions, notamment politiques, sous peine de s’exposer à une sanction disciplinaire, ne figure pas explicitement dans les lois statutaires relatives à la fonction publique. Il s’agit d’une création jurisprudentielle, reprise dans certains statuts statuts « >statuts « >statuts « >particuliers, tels les statuts des magistrats, des militaires ou des policiers. Cette obligation ne connaît aucune dérogation, mais doit être conciliée avec la liberté d’opinion et celle corrélative à la première de l’expression de ces opinions, reconnues aux fonctionnaires à l’article 6 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires. L’appréciation du comportement d’un agent au regard de cette obligation varie selon plusieurs critères dégagés par la jurisprudence du Conseil d’État. Parmi ces critères figurent la nature des fonctions exercées par l’agent et son rang dans la hiérarchie, ainsi que le contexte dans lequel l’agent s’est exprimé, notamment la publicité des propos. Il est à noter que la jurisprudence étend l’obligation de réserve au comportement général des fonctionnaires, qu’ils agissent à l’intérieur ou en dehors du service. Dans le cas cas « >cas « >cas « >particulier du web log ou blog, qui peut être défini comme un journal personnel sur internet, la publicité des propos ne fait aucun doute. Tout dépend alors du contenu du blog. Dans ses écrits, le fonctionnaire auteur doit observer, en effet, un comportement empreint de dignité, ce qui, a priori, n’est pas incompatible avec le respect de sa liberté d’expression. En tout état de cause, il appartient à l’autorité hiérarchique, dont dépend l’agent, d’apprécier si un manquement à l’obligation de réserve a été commis et, le cas échéant, d’engager une procédure disciplinaire. »
Comme l’indique la réponse ministérielle, tous les fonctionnaires ne sont pas astreints au même degré de réserve. Ainsi les militaires en ont l’obligation légale de par leur statut, contrairement aux autres agents publics. Pour les civils, c’est le degré hiérarchique qui conditionne l’étendue de la liberté d’expression. La parole de « Moi83 » est donc moins importante que celle d’un préfet, me rétorquerez-vous avec justesse. Néanmoins, la réalité oblige désormais les agents à une prudence accrue car, pour reprendre le titre d’un article publié à ce sujet sur rue89 par  Chloé Leprince le 14 juillet 2009 (1), en matière de devoir de réserve, la France est sur la ligne dure et la journaliste de pointer la multiplication des procès ; c’est un moyen de pression comme un autre, me direz-vous, même s’il est utilisé de manière de plus en plus stricte ces dernières années.
Il y a aussi des secteurs plus sensibles dont la police. Voici de que prévoit à ce sujet le Règlement générale d’emploi de la police nationale :
Art. 113-10. – Les fonctionnaires de police sont tenus au respect du secret professionnel ainsi qu’à celui du secret de l’enquête et du secret de l’instruction dans le cadre des textes en vigueur.
Ils s’expriment librement dans les limites qui résultent de l’obligation de réserve à laquelle ils ils « >ils « >ils « >ils « >sont soumis et des règles relatives à la discrétion professionnelle qui concerne tous les faits, les informations ou les documents dont ils ont une connaissance directe ou indirecte dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leur profession. En tout temps, en service ou hors service, ils s’abstiennent, en public, de tout acte ou propos de nature à porter la déconsidération sur l’institution à laquelle ils appartiennent.
La communication des services avec les médias s’effectue dans le cadre strict des instructions qui leur sont données par la hiérarchie à cet effet, dans le respect des prérogatives du service d’information et de communication de la police nationale.
Les représentants des organisations syndicales s’expriment publiquement dans le respect des dispositions en vigueur.
Des dispositions sont réitérées dans le Code de déontologie de la police nationale (article 11).
Mais « Moi83 » est un agent de police municipale et non un gardien de la paix, pouvez-vous remarquer. Néanmoins, cette règle s’applique aussi pour les fonctionnaires territoriaux. Ainsi, l’article 14 du Code de déontologie de la police municipale spécifie que « Les agents de police municipale peuvent s’exprimer librement dans les limites résultant de l’obligation de réserve à laquelle ils sont tenus et des règles relatives au respect de la discrétion et du secret professionnels. »
Mais quelles sont les définitions de la discrétion et du secret professionnel, qui sont à la base de l’obligation de réserve ? Selon la terminologie officielle, la discrétion professionnelle consiste à interdire au fonctionnaire de communiquer indûment des renseignements renseignements « >renseignements « >renseignements « >concernant l’administration ou des documents administratifs (exemples : problèmes de fuite dans la presse, publication de circulaires, de notes de service ou de procès-verbaux). De son côté, le secret professionnel interdit de divulguer des renseignements acquis ou confiés dans le cadre des missions, concernant des faits ou des personnes, comme la divulgation à la presse des identités de personnes auteurs ou victimes d’infractions pénales, ou la communication de renseignements confidentiels (d’archives par exemple) à tous tiers non habilités.
Ainsi vous souvenez-vous de la mésaventure de Rolland Gatti, gardien de la paix affecté à la police aux frontières (PAF) de Metz et chargé de la reconduite des étrangers en situation irrégulière ? En 2005, ce policier était menacé de sanctions pour avoir critiqué les reconduites à la frontière (Le Monde, 24 septembre 2005) ; il encourrait une sanction administrative pour avoir contrevenu au devoir de réserve auquel sont tenus les policiers. Je vous l’accorde, l’enquête disciplinaire visant ce fonctionnaire de police avait été déclenchée suite aux critiques à l’encontre de la politique menée par le maître de la Place Beauvau d’alors, qui, depuis, a fait son chemin vers de plus hautes sphères.
D’ailleurs, Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, en a aussi fait l’amère expérience après ses propos au lendemain du mariage de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni en 2008. Entre deux souhaits de bonheur au nouveau couple, le président du Conseil constitutionnel, proche de Chirac, avait estimé qu’il fallait « faire attention à ne pas désacraliser les fonctions officielles » et qu’il y avait « une certaine tenue à avoir »… C’était déjà trop pour la Majorité et, par la voix de deux ténors de l’UMP, tous deux anciens Premiers ministres, Jean-Pierre Raffarin et Edouard Balladur, Jean-Louis Debré fut renvoyé à son devoir de réserve (Libération, lundi 4 février 2008). Vraiment bien pratique ce devoir de réserve !, penseront certains.
Par conséquent, comprenez la crainte pour « Moi83 » d’être reconnu par sa hiérarchie et plombé par cette dernière en cas de propos désobligeants.
A l’inverse, si l’obligation de réserve, l’obligation de discrétion et le respect du secret professionnel limitent la liberté d’expression du policier, celui-ci reste libre de ses opinions. Cette liberté est établie par l’article 10 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et rappelée dans l’article 6 de la loi n°83-634 portant droits et obligations des fonctionnaires. Or, l’intervention de « Moi83 » s’inscrit dans le cadre d’une défense catégorielle. Par conséquent, il aurait pu parler sous sa véritable identité, sans porter atteinte à la discrétion professionnelle ou au secret professionnel définis précédemment, d’autant que la protection de l’anonymat est illusoire sur Internet. Permettez-moi d’ailleurs de retranscrire le post-scriptum de Marc Louboutin, auteur de l’excellent livre intitulé « Métier de chien. Lettres à Nicolas » (Ed. Privé, 2007) dont on ne ressort pas indemne de sa lecture :
« PS pour mes anciens collègues toujours en exercice. Le devoir de réserve étant ce qu’il est devenu, je ne peux garantir la confidentialité de vos adresses IP si vous laissez un commentaire. Par contre, la simple consultation est difficilement contrôlable et les boutiques internet en libre service ne sont pas faites pour les chiens si vous souhaitez intervenir sous pseudo. Amitiés à vous. »
Enfin, m’inspirant de la LDH de Toulon, je considère que pour la police, au-delà du devoir de réserve, il y a aussi et surtout un devoir de vérité !
(1) Devoir de réserve : la France sur la ligne dure 
http://www.rue89.com/2009/07/14/devoir-de-reserve-la-france-sur-la-ligne-dure

Commentaire du webmaster de ce blog

J’ai personnellement une position plus radicale : j’estime que sous prétexte du devoir de réserve, on interdit aux  fonctionnaires d’exercer leur devoir citoyen d’expression. Le devoir de réserve s’applique aux faits venus à la connaissance des fonctionnaires, aux dossiers qu’ils ont à traiter, mais non à l’appréciation générale de la politique. Sous réserve de bien préciser que le scripteur n’est pas porte-parole de telle ou telle faction.
D’une façon encore plus large, je critique toujours et systématiquement les intervenants sur internet qui s’abritent derrière des pseudonymes ou des sobriquets pour s’exprimer. Par expérience, le personnage caché croit pouvoir déblatérer en toute tranquilité. L’anonymat leur retire toute crédibilité. Par conséquent, après une première réponse de politesse quand je suis interpellé, je m’abstiens de poursuivre le dialogue.

Publicités

Justice, gardes à vue, révision générale

43+01:00p30+01:0009bmar, 29 Sep 2009 12:19:43 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le quotidien La Croix a exhumé de façon très opportune un arrêt de la Cour européenne de Justice visant le régime des gardes à vues. Il implique que la présence d’un avocat serait obligatoire dès la première minute, et que toute “déclaration” effectuée hors de ces conditions pourrait être annulée.

Cette décision vise les gardes à vue en… Turquie, mais il concerne tous les pays européens. Si le droit français devait être aligné sur cette jugement, il faudrait réviser totalement le régime des gardes à vue, et cesser d’y recourir de façon systématique.

Je rappelle que dans le procès intenté à Yvan Colonna, toujours pas liquidé en Cassation, toutes les dépositions accusatrices ont été obtenues en garde à vue, dans des conditions pour le moins douteuses (quatre jours sans repos réel, notamment), et bien sûr hors de la présence d’un avocat.

Je ne dispose pas d’éléments suffisants pour déterminer la date précise d’application de cet arrêt. Il risque d’entraîner une avalanche de contestations.

4076

LOPPSI 2 renvoyé aux calendes de septembre

58+01:00p31+01:0008bsam, 01 Août 2009 10:51:58 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Avec des éléments puisés dans la notice Wikipedia

Bizarre : l’examen de la LOPPSI 2 est reporté à la rentrée. Elle devait être votée en urgence avait exigé Michèle Alliot-Marie quand elle était ministre de l’Intérieur. Le passage de MAM Place Vendôme semble avoir « modifié » sensiblement l’opinion du Président.

Le projet de loi LOPSI 2 ( loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure) avait été présenté par la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie le 19 janvier 2009.et adopté par le Conseil des Ministres le mercredi 27 mai 2009. La loi LOPPSI 2 est présentée comme « un dispositif d’exception pour un sujet d’exception ».

Il comporte quelques dispositions très critiquées : réintroduction du fichier de police  EDVIGE, sous le nom d’Evirsp, qui devrait ficher tous les mineurs (et non plus « seulement » les plus de 13 ans, comme le prévoyait le décret sur Edvige).

Sécurité routière :  confiscation automatique du véhicule des chauffards : actuellement le juge peut déjà décider de confisquer le véhicule, mais cette mesure est rarement appliquée. Avec cette loi, le juge devra motiver sa décision de ne pas confisquer le véhicule. sanction du trafic de points du permis de conduire. Mais la grande nouveauté de ce projet est d’introduire la possibilité d’utiliser des moyens de haute technologie pour lutter contre la cybercriminalité.

Informatique et Internet :

  • l’usurpation d’identité ou l’atteinte à la réputation de quelqu’un seront punis
  • une obligation de filtrage des adresses électroniques désignées par arrêté du ministre de l’intérieur
  • une liste noire des sites, non rendue publique, sera établie par l’administration, les FAI fiurnisseurs d’accès internet) seront quant à eux tenus de bloquer l’accès à ces sites
  • la police, sur autorisation du juge des libertés, pourrait utiliser tout moyen (physiquement ou à distance, c’est-à-dire des logiciels espions ) pour s’introduire dans des ordinateurs et en extraire des données dans diverses affaires, allant de crimes graves (pédophilie, meurtre, etc.) au trafic d’armes, de stupéfiants, au blanchiment d’argent, mais aussi au délit « d’aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irréguliers d’un étranger en France commis en bande organisée », sans le consentement des propriétaires des ordinateurs.
  • Vidéosurveillance : cette loi instaure un délai maximal que chaque préfet choisira, le plafond étant un mois. Les sociétés privées n’ont le droit que de consulter les images en direct.
  • Intelligence économique et renseignement :
    • les agences de renseignement économique devront être agréées par une préfecture
    • les policiers et informateurs pourront témoigner sous une fausse identité. La révélation de leur réelle identité sera sanctionnée.
  • Préfets délégués à la sécurité :
    • élargissement des zones sur lesquels ils peuvent exercer
    • les interdictions de stades non respectées seront sanctionnées jusqu’à un an de prison

La LOPPSI 2 est aussi et avant tout une loi de programmation prévoyant  un budget de 2,5 milliards d’euros réparti sur 5 ans [6]: soit

  • 2009 : 187 millions d’euros
  • 2010 : 375 millions d’euros
  • 2011 : 483 millions d’euros
  • 2012 : 657 millions d’euros
  • 2013 : 836 millions d’euros

Plusieurs dispositions ont appelé de très vives critiques. En particulier de la part de la CNIL (Commission nationale informatique et Libertés) qui a rendu publiques le 24 juillet 2009 ses réserves :

«  Nous sommes inquiétés par ce projet de loi. Nous redoutons une utilisation excessive de ce système d’espionnage par la police, qui pourrait mettre en danger la protection des sources journalistiques. Le cadre de mise en œuvre de la captation des données informatiques doit être plus clairement défini. Nous demandons aux parlementaires de présenter des amendements pour mieux encadrer ce projet.»

Pour sa part le Syndicat de la Magistrature pointe la vidéo-surveillance et les fichiers de police, ainsi que l’introduction d’un système de filtrage censé lutter contre la pédo-pornographie. Mais qui pourrait être utilisé sans difficulté pour contrôler et maîtriser non seulement les sites web, mais encore l’ensemble de la correspondance électronique : système chinois.

Enfin, pour le PS, Delphine Batho, secrétaire nationale à la Sécurité, rappelle que cette loi de programmation est chantier depuis 18 mois. Alors qu’elle devait

« permettre de donner à la police nationale les moyens et l’organisation dont elle a besoin, elle est de nouveau reportée à plus tard. Malheureusement, la lutte contre l’insécurité dans les banlieues n’est toujours pas une priorité pour le gouvernement.

Les réserves importantes exprimées ici et là ont sans aucun doute conduit le gouvernement à réviser sa copie. Après les difficultés rencontrées par le projet HADOPI 2, également renvoyé à la rentrée, on doit constater que les débats sur plusieurs textes de loi étaient si mal préparés qu’il a fallu revoir la copie.

Un monstre policier : la nouvelle Préfecture de police de Paris

05+01:00p31+01:0007bven, 31 Juil 2009 07:15:05 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

La grande police du « Gross Paris »

Mise à jouer avec photo de PhM, le 31 juillet

Petite révolution ou retour vers le passé ? A partir du 14 septembre, en vertu d’un décret signé le 24 juillet, la Préfet de Police de Paris concentrera dans ses mains tous les pouvoirs de police dans Paris et la petite couronne, il redeviendra le patron de toutes les polices dans la capitale et sa proche banlieue. La « Cité » sera plus que jamais le cœur de l’action policière. Ses missions s’étendront à la sécurité et à la paix publique ; le maintien de l’ordre public ; la régulation de la circulation et la sécurité routière ; le contrôle des taxis et autres moyens de transport ; la sécurité sur les voies navigables, notamment avec la brigade fluviale ; la sécurité incendie par le biais de la Brigade des Sapeurs pompiers, qui conserve toutefois son statut militaire, tout en étant financée par les collectivités territoriales couvertes par son action. Tombera également dans l’escarcelle du Préfet le laboratoire central de la Préfecture de police.

Enfin le renseignement social et politique aujourd’hui assuré par la DRPP, ex-RGPP pour les quatre départements concernés relèvera naturellement des nouvelles compétences du Préfet.

Publié le 25 au journal officiel, le décret affiche quatre signataires : le Président de la République lui-même ; le Premier Ministre ; Michèle Alliot-Marie, la Garde des Sceaux et Brice Hortefeux, Ministre de l’Intérieur.

cache misère pendant travaux

cache misère pendant travaux

La puissance du Préfet de police sera immense. En vérité, le préfet de police est plus que le ministre de l’Intérieur bis : sa puissance est assez considérables pour que les étrangers puissent décrire Paris ainsi : un arbre, un policier. Et la capitale compte beaucoup d’arbres…

Le citoyen lambda ne voit que les gardiens de la paix dans les rues. Il ignore que la PP est un outil extrêmement sophistiqué. Héritier des intendants de police royaux (et du premier d’entre eux, Gabriel Nicolas de LaReynie, qui reste un modèle d’indépendance face au pouvoir), le préfet de police dispose de services solides, puissants, très bien implantés dans les quartiers et les banlieues, dans les trois départements de la petite couronne. Et, de ce fait, bien informés. Très bien informés.

Dans la réalité, les pouvoirs de police du préfet englobent pratiquement tous les aspects de notre vie quotidienne.  Le terme « police » dépasse très largement l’entendement étroit du mot, puisqu’il couvre l’hygiène publique, la qualité des produits alimentaires, de l’eau ; et, par ailleurs la « police des étrangers », c’est-à-dire la délivrance des titres de séjour.

Les services parisiens de la PJ et des RG ne sont en théorie que des directions régionales de la police judiciaire et des renseignements généraux. Dans la pratique, ces services fonctionnent en parallèle avec les autres polices de France, ils ne relèvent que du préfet et, au-delà, directement, du ministre de l’Intérieur, sans transiter par la direction de la police nationale.

Confiée au préfet de police Michel Gaudin depuis juillet 2007, cette énorme machinerie sera dirigée par un Directeur des services actifs de la Préfecture de police, assisté de quatre directeurs territoriaux, un par département. Ils seront tous commissaires de police.

Les 26 000 fonctionnaires en charge de la sécurité dite « de proximité », seront regroupés dans une direction interdépartementale de sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DISPAP). Ils sont actuellement affectés à la police urbaine de proximité pour Paris et aux trois directions départementales de sécurité publique (DDSP) pour les autres départements. Au total les effectifs pourraient atteindre 40 000 fonctionnaires !

Vont donc disparaître les Sûretés départementales grâce auxquelles les services de police étaient un peu plus près de la population.

Depuis la division du département de la Seine en quatre départements, Paris, Hauts de Seine, Val de Marne, Seine Saint-Denis, le pouvoir policier était relativement émietté. D’où, selon l’analyse du Ministère de l’Intérieur, le développement de l’insécurité en banlieue et ses conséquence sur l’insécurité dans la capitale. Selon la PP, sur cent délinquants présumés interpellés à Paris, 55 ne sont pas Parisiens, et 25 d’entre eux viennent de la petite couronne.

La justification de cette restructuration apparaît en termes clairs dans un tract du syndicat policier « Synergie-officiers », qui reflète assez étroitement les points de vue de l’équipe Sarkozy :

La Police parisienne ainsi que celle de petite couronne apparaît trop sectorisée. Afin d’augmenter son efficacité, il faut mettre en place une approche globale tenant compte des bassins de population et de délinquance, afin de mutualiser les moyens humains et matériels par un redéploiement plus efficient.

Il semble que  la nomination de Michèle Alliot-Marie au Ministère de la Justice a permis de débloquer la situation, alors que la ministre avait à plusieurs reprises exprimé ses réticences face à une telle extension des pouvoirs du préfet de police.

Cette réforme devait être débattue en septembre, devant le Parlement, à l’occasion du vote de la loi LOPSI 2. Nicolas Sarkozy n’a pas pris le temps d’attendre l’opinion des élus.

Contribution : Fabien Abitbol

jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=20090725&numTexte=19&pageDebut=12422&pageFin=12424

la-prefecture-de-police-de-paris-au-coeur-de-la-grande-maison

Sécurité : des outrages et de leur explication

33+01:00p31+01:0007bmer, 15 Juil 2009 18:35:33 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mis à jour à 19 h 41

Tita, un de mes correspondants réguliers, rebondit sur l’affaire d’Outrage reproché à mon épouse, que j’ai raconté à titre d’exemple symptomatique.

Je reproduis son propos de façon qu’il ne reste pas « enterré » dans la rubrique « commentaires ». Son analyse est à la fois compétente et fine. Elle correspond à l’ensemble des témoignages reçus à ce propos depuis des années.

La procédure d’outrage trop souvent ouverte  ne correspond à rien de sérieux, elle est utilisée par les forces de l’Ordre comme une menace. D’autant plus inutile qu’elle n’est qu’exceptionnellement sanctionnée par les tribunaux !

comment-mon-epouse-a-ete-menacee-d%E2%80%99une-garde-a-vue

En France, on a compté plus de 31 000 plaintes pour outrage en 2007 tandis qu’il y en avait 17 000 il y a dix ans selon l’Observatoire national de la délinquance.

Inutile d’être diplômé de l’ENA, pour voir un accroissement de 82,3% en seulement dix ans. Un tel accroissement doit pour le moins interpeler.

Inutile aussi de s’appeler madame Soleil pour oser subodorer (avec certaines raisons) que sous la grande et merveilleuse présidence de notre glorieux timonier, ce taux ne s’est pas  infléchi.

Voilà donc un fait qui appelle une analyse.

La gendarmerie et la police ayant plusieurs siècles d’existence, cette longue histoire ne saurait justifier ce taux de croissance. Seul l’usage qui en est fait et la politique qui l’encadre peut expliquer l’explosion des outrages.

Depuis qu’un certain ministre de l’intérieur admonesta un policier (NDLR :  le commissaire J.P. Havrin) de trop faire de prévention et pas assez de répression, on instaura une certaine politique du chiffre, les forces de l’ordre sont à la fois stressées (objectifs chiffrés à atteindre, effectifs réduit, devoir de réserve mis en exergue, etc.) mais aussi coupées de la population.

L’incompréhension mutuelle entre policiers et population s’instaure durablement. Pour la population (un bonne partie du moins), les forces de l’ordre ne sont plus que le bras armé du pouvoir en place. Il me semble que plusieurs syndicats de policier à Lyon avaient manifesté pour dénoncer cette image il y a quelques mois. Il se conçoit aisément en effet que le quotidien du gendarme ou du policier est loin d’être résumé par le travail d’une police d’Etat. Séparer des époux violents ou se déplacer pour un voisin qui a tué le chat de la voisine est sans doute plus proche du quotidien. Cependant ce quotidien ne rapporte plus une reconnaissance, celle de l’image positive des forces de l’ordre présentes pour aider les citoyens. Par l’usage (et l’image) qu’en font les politiques, les forces de l’ordre sont devenus des agents d’un pouvoir malsain.

Il serait un peu naïf de croire que les policiers ne sont pas conscients de cette image ou de l’usage méprisant dont ils sont l’objet par le pouvoir (qui parle sécurité mais ferme casernes et postes, allant jusqu’à ne pas pourvoir les postes de policiers mis au concours). Il y a de quoi produire un évident mal-être. Ce mal être induit alors trois conséquences :

1. La vieille théorie « frustration, agression, déplacement » nous enseigne qu’une telle frustration (mal-être dont on ne peut pas parler par devoir de réserve) conduirait à une agression, cependant, cette agression envers l’Etat qui les méprise étant impossible, cette agression est déplacée envers la population qui se défient d’eux.

2. Conscient de l’image plutôt négative qu’ils ont et tendus par leur stress, les forces de l’ordre vont beaucoup plus facilement interpréter une parole comme une agression que comme une remarque anodine.

3. Troisième conséquence : quand « on » force les gens (comme c’est le cas avec les forces de l’ordre) à réprimer tout azimut et à ne voir dans la population que des délinquants en puissance, la personnalité se plie aux comportements prédéfinis. En d’autres mots, les gens s’adaptent et deviennent ce qu »on » exige d’eux. Cette conséquence (li.e., la fameuse dissonance cognitive) n’atteint pas tout le monde mais reste fort.

L’instrumentalisation de la police et de la gendarmerie doit probablement conduire ceux qui les servent bien à se sentir bien seuls, surtout si, au contraire de la mode, ils sont consciencieux et qu’ils aiment leur travail. Face à cette solitude, ils doivent communiquer entre eux (= se sentir moins seuls) et avec la population (se méfier quand même des sanctions dues au ridicule devoir de réserve). Après tout, pour le pouvoir, policiers ou plombiers, nous ne sommes que des petites gens.

Cela n’excuse pas, évidemment, les abus des forces de l’ordre, mais en dénonçant certaine causes, on en pointe les solutions.

mouvement-de-grogne-dans-la-police-1819750

Sécurité : délire des délits (suite)

07+01:00p31+01:0007bmer, 01 Juil 2009 11:56:07 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

La proposition de loi UMP visant à renforcer les moyens de lutte contre les bandes violentes, a été adoptée mardi 30 juin par les députés. Depuis 2002, c’est la 15e loi contre l’insécurité qui est adoptée.
Le texte est passé grâce aux 43 voix des députés de l’UMP et du Nouveau Centre présents ou représentés. La gauche n’a pas participé au vote. La députée socialiste Delphine Batho relève dans la majorité une contradiction entre « la légende des bons résultats de Nicolas Sarkozy en matière de sécurité et la réalité du terrain ».

Sécurité : les gendarmes ne sont pas contents

58+01:00p30+01:0006blun, 29 Juin 2009 11:29:58 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Nul ne l’ignore : l‘Essor de la Gendarmerie, organe des retraités de « l’arme », est volontiers le porte parole des gendarmes en activité. D’où le poids de cet édito publié par Jean Claude Seguin, le RédacChef : on sent soudre une vraie colère et on assiste à la revitalisation d’une guerre des polices que l’on pouvait croire apaisée par le passage de la gendarmerie sous la tutelle du Ministre de l’Intérieur.

Michèle Alliot-Marie avait été particulièrement ferme, le 12 mai dernier, à l’Assemblée nationale, en affirmant son opposition à tout nouveau report de l’examen du texte de loi sur la Gendarmerie. Pourtant, les dates des 10 et 11 juin prochain ne sont plus d’actualité. Une nouvelle fois, l’ordre du jour a été changé.

Remaniement ministériel oblige. La loi sur le port de la cagoule a été remise à l’ordre du jour, mais pas celle sur la gendarmerie.

Cette incertitude met en relief un manque  de considération et de reconnaissance de la part du monde politique. Elle inquiète, à juste raison, les personnels de la Gendarmerie, qui perdent de plus en plus confiance en leur ministre et s’irritent fortement des offensives méchantes menées par les syndicats de police. Ces derniers utilisent une dialectique de dénigrement systématique, laquelle finit par laisser à penser, et c’est le but recherché, que la Gendarmerie ne maîtrise pas son destin. Dans cette situation, la bienveillance de la ministre de l’Intérieur à l’égard desdits syndicats et l’absence de réactions tant de la Direction générale que du Conseil de la fonction militaire de gendarmerie (CFMG) lui-même – qui n’a malheureusement pas vocation à s’exprimer – n’arrangent rien. La légitimité du CFMG et son impact auprès des personnels de l’Arme finissent par en pâtir. D’autant plus que les attentes des gendarmes sont fortes dans des domaines divers : les retards dans le remboursement des frais de mission, le versement de l’Ijat (l’indemnité journalière d’absence temporaire), la forfaitisation des charges locatives… Dans ce contexte de restrictions budgétaires touchant pratiquement tous les domaines, on sent également poindre un « ras-le-bol » général à l’égard des contrôles tatillons, une dégradation des relations entre certains officiers et sous-officiers, sans parler du malaise qu’entraîne la sempiternelle culture du résultat, dont l’évaluation ne se fait qu’au travers de chiffres et de statistiques. Autant de mesures d’insatisfaction que le CFMG est accusé de ne pas suffisamment gérer. Il est indispensable aujourd’hui que cet organisme de concertation et de régulation soit légitimé par la ministre de l’Intérieur, afin d’asseoir sa crédibilité au sein de la communauté gendarmique et… policière. De surcroît, il est nécessaire, dans un souci de meilleure communication, de permettre au CFMG de défendre le point de vue de la Gendarmerie dans les médias, où trop souvent ce sont les syndicats de police que l’on invite pour des débats sur tel ou tel problème de sécurité. Le cas échéant, cela constituerait une véritable avancée, qui permettrait également de rassurer les militaires et de retrouver leur confiance. Nous insistons enfin, une fois de plus, mais avec détermination, sur l’importance du dualisme policier, apanage des démocraties et garantie de la liberté des citoyens, auxquels il assure la protection contre l’arbitraire. Un dualisme des forces de l’ordre dont, malheureusement et curieusement, certains fonctionnaires de police semblent méconnaître l’importance fondamentale.

Michèle Alliot-Marie a quitté l’Intérieur pour la Justice, avec elle s’en va une protectrice indéfectible des gendarmes. Brice Hortefeux saura-t-il la relayer ?

On me signale par ailleurs qu’en Picardie, en vue de ressrrer de 10% les frais de fonctionnement, il est recommandé aux gendarmes de limiter a minima leurs patrouilles en automobile.

On peut présumer que la consigne est générale pour toute la France.

On pourrait même obliger les pandores à reprendre les patrouilles à cheval…

Et il sautera encore plus vite, plus souvent, plus haut : notre Président

41+01:00p30+01:0006bdim, 21 Juin 2009 17:54:41 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Avec l’AFP

L’hyperactivité de l’hyper Président Sarkozy. Ça le reprend, bien que Villepin lui aie conseillé de se calmer un peu pour être plus crédible, Notre bien aimé Omniprésident se lance des actions tous azimuth.

La semaine dernière il était à Bruxelles pour tirer les conséquences des élections européennes, écorchant au passage les familles des victimes de l’attentat contre les ingénieurs de la DCN en décembre 2002.

Puis, ce lundi discours devant le Congrès à  Versailles à 500 000 sinon 1 million d’euros de l’heure. Les analystes se perdent en conjecture sur le contenu, voire sur l’intérêt d’une telle procédure solennelle. Qu’est-ce qu’il va nous sortir encore comme coup publicitaire ? Quatre thèmes prévus quand même, quatre priorités : l’environnement, l’aménagement du territoire, la vie après 60 ans et la réforme des collectivités territoriales.

Ce qui est presque certain, annonce mardi du remaniement ministériel, sans cesse remis mais rendu obligatoire par le départ a minima de Rachida Dati, la Garde des Sceaux, et de Michel Barnier, le ministre de l’Agriculture. Les ministres en activités s’inquiètent, les candidats piaffent.

Et ce qui n’est pas le moins anodin jeudi départ pour la Martinique et la Guadeloupe dans le cadre des états généraux de l’outre-mer lancés par le gouvernement le 21 avril après la crise sociale sans précédent qui avait secoué les deux îles de janvier à mars.

Ces états généraux doivent déboucher à la rentrée sur un conseil interministériel de l’outre-mer, qui déterminera les suites à donner aux propositions qui auront été faites. Les états généraux sont boudés par les principaux mouvements à l’origine des grèves générales en Guadeloupe et en Martinique.

En pleins Etats généraux de l’outre-mer, ce voyage avait été repoussé à plusieurs reprises, le temps que retombent les tensions nées du long conflit social de cet hiver.

Entre autres manifestations et réunions, il devrait y inaugurer le 26 juin l’aéroport Aimé-Césaire au Lamentin, en Martinique.

Mais en Guadeloupe les manifestants risquent de ne pas tous être débonnaires : les centrales syndicales membres du LKP – qui a été à l’origine de la grève générale de six semaines en début d’année – appellent à une « semaine de mobilisation », à partir de ce lundi, sous forme d’une grève de 24 heures reconductible.

Le LKP — en Guadeloupe– et plusieurs leaders syndicaux ont appelé, par voie de tract et déclarations, « le peuple de Guadeloupe » à participer « en toute fierté aux rendez-vous de solidarité », à compter de ce lundi, devant des entreprises dont le personnel est en grève.

Dans la quinzaine d’entreprises concernées, les grévistes revendiquent « l’application de l’accord Bino initial » qui prévoit une majoration de salaire de 200 euros, prise en charge par l’Etat et les collectivités pour 150 euros, et qui devra être intégralement payée par les entreprises dans trois ans. L’accord, négocié durant la grève générale, a été étendu à toutes les entreprises insulaires, mais la majoration de salaire n’y est pas garantie au-delà des trois ans.

Les principaux services publics –eau, électricité, hôpitaux et cliniques– ont été destinataires de préavis de grève pour la semaine à venir, selon des sources syndicales. Aucune indication n’a pu être obtenue sur la forme que pourraient prendre les « rendez-vous de solidarité » prévus par le LKP.

Un appel est lancé pour un meeting à Basse-Terre, où doit se tenir un congrès des élus départementaux et régionaux, et à Pointe-à-Pitre vendredi, au soir de la visite de M. Sarkozy. Une manifestation est prévue samedi prochain à Pointe-à-Pitre.

Question : combien de policiers ont-ils été convoyés depuis la Métropole pour assurer la quiétude du Président ? 1000 ? 1500 ? Set seront-ils cagoulés (pour rapporter de l’argent à l’Etat !)

Sécurité : quand un train peut en cacher un autre

58+01:00p31+01:0005bsam, 30 Mai 2009 11:26:58 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Laurent Opsomer m’adresse une nouvelle note fort pertinente à propos des propositions Darcos :

DARCOS : PROVOCATION OU PRÉMÉDITATION ?

Affligeant, consternant, désespérant… tels peuvent être les qualificatifs à l’adresse de Xavier Darcos après ses dernières annonces. Ce ministre est vraiment usé jusqu’à la corde mais, comme ses homologues, ce n’est pas un homme libre ; les ministres sont des godillots aux ordres, des vassaux devant allégeance à celui qui leur a accordé leur maroquin. D’ailleurs, Jean-Pierre Chevènement disait en son temps qu’« Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ! » Ce constat amène, cependant, le questionnement suivant : et si ses déclarations n’étaient pas une provocation délibérée pour exister politiquement mais en réalité, une stratégie sciemment programmée visant des perspectives inavouées car inavouables ?

Délirant ? Probablement. Machiavélique ? Assurément ! Ainsi, le but premier pourrait être de détourner habilement l’attention des Français des vrais problèmes du moment tout en reconquérant les déçus du bling-bling ostentatoire.

Force est, en effet, de constater que les polémiques actuelles éclipsent opportunément la dégradation économique marquée par une récession aujourd’hui sans précédent et un déficit désormais abyssal, le tout accompagné de son cortège croissant de faillites, de chômeurs et de criantes inégalités.

Mais Paul Valéry ne disait-il pas que « La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde » ? Le second objectif consiste à instiller la peur dans l’esprit des concitoyens afin de faire avaliser des mesures démagogiques et entériner par la même la coproduction de sécurité ardemment défendue par le président de la République.

Hypothèse renforcée par le fait que le secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, a signé, le 16 décembre dernier, avec l’USP (Union des entreprises de sécurité privée, organisation patronale de ce secteur particulier) une convention prévoyant la création de 100 000 emplois dans ce secteur d’ici 2015, soit près de 15 000 par an !

Or, cette gageure ne peut réussir qu’à la double condition de déléguer au secteur privé de la sécurité des missions jusque-là régaliennes (le transfert des prisonniers ou la surveillance de bases militaires, par exemple) tout en créant simultanément de nouveaux besoins, initiés si nécessaire par l’Etat lui-même (démarche dans laquelle s’inscrit l’idée d’une force mobile d’agents assermentés – et non de policiers – en milieu scolaire lancée par Xavier Darcos, c’est-à-dire moins d’enseignants, de surveillants, de CPE, d’infirmières, d’assistantes sociales… mais des vigiles à la place). Reste cette interrogation : serons-nous mieux protégés lorsque nous serons considérés non plus comme des citoyens à part entière mais comme des clients ?

J’observe aussi qu’à peine lancées, à peine présentées aux représentants du monde de la Sécurité, les propositions Darcos et les gesticulations autour de la Sécurité publique et scolaires semblent retombées dans les oubliettes, aussi soudainement qu’elles ont surgi. Sans compter le monde de l’enseignement accablé par l’inanité de telles propositions

la parole retourne aux porteurs de parole

25+01:00p31+01:0005bsam, 30 Mai 2009 07:08:25 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Ils ne sont pas dupes, nos lecteurs. Florilège de leurs réactions sur rue89 après mon papier sur la futur loi LOPPSI, qui attendra septembre… Comme de coutume, nos lecteurs disent tout et tout haut ce qu’on n’ose pas écrire dans les papiers.

cette phrase qui date de plus de 200 ans :

« ceux qui sont pret à céder un peu de liberté pour plus de sécurité, ne méritent ni l un ni l autre et finiront pas perdre les 2 »

Je suis toujours  epoustouflé par ces gars de l UMP qui passent leur temps à dire qu ils sont pour la liberté, mais qui passent leur temps à vouloir interdire tout et n importe quoi (remarquez tout de même  qu ils interdissent à la populasse, rarement aux industriels ou aux tres puissants, on ne coupe pas la main de ceux qui vous nourrissent)
Au delà de simplement égrener les mesures qui pour la plupart semblent déjà exister dans les nombreuses lois précédentes (et qui accréditent l’inconsistance et le manque de résultats de Toupti sur le sujet), ce qui serait intéressant serait plutôt de développer sur l’esprit qu’il y a derrière cette nouvelle loi. C’est à dire renforcer un peu plus la pression sur le citoyen lambda afin de continuer à pousser petit à petit vers un des grands projets de sarkoland : mettre en place la doctrine de la sécurité intérieure en France, c’est à dire limiter les libertés et renforcer le contrôle des citoyens.
C’est bizarre mais plus il y a de lois sur la sécurité moins je me sens en sécurité.

des lois toujours des lois…
J’en propose une : celle de diminuer le nombre de députés, de sénateurs, de ministres, de conseillers en tout genre et avec le meme budget de recruter plus de policiers, de magistrats et de juges pour faire appliquer les milliers de lois qui existent déjà…

Les mesures sécuritaires prises depuis 7 ans par Sarko et MAM sont tellement efficaces, qu’aujourd’hui Darcos fait le constat amère que la violence est de plus en plus présente à l’école.

7 ans de conneries, que les médias nous rabâchent avant chaque élection, histoire que l’UMP fassent le plein de voix des petits vieux, et des racistes du FN.
De touts ces progetsDe tous les projets de loi proposés par le gvt de naboléon,combien sont effectifs ? Celui des chients méchants,des ascenceurs,des cagoules ?
Ils s’en foutent-sarko et mam en tète- de l’appication de leurs « lois »,au contraire,leur but c’est de faire du bruit,surtout à droite,et pour une petite vielle agréssée ça leur fait 10 votes de gagneées .
QUI le renvoie VRAIMENT dans ses cordes en demontrant et la stupidite de son discours et son manque flagrant de resulats a l’aune de ses propres declarations martiales ? PERSONNE ! ! !
Alliot-Marie a eu ce mot pour justifier une des mesures de Loppsi, la saisie immédiate des biens mobiles des trafiquants : « le jour où ce sont les policiers qui rouleront en Ferrari, ce sera plus dur pour les petits caïds ».

Un ministre de l’intérieur qui envisage donc publiquement « l’ordre » comme une compétition de caisses entre flics et caïds. Après tout Fast & furious fait un carton ?

La police est malade depuis que notre président actuel a pris en main le ministère de l’intérieur, il y a maintenant quelques années.
En faisant savoir que les policiers n’étaient pas des « nounous » ni des « éducateurs », il a donné à ces policiers, l’espoir qu’enfin, on allait les considérer et les respecter, à défaut, les craindre.
Monsieur Sarkozy s’est bien gardé de leur dire que, pour ses raisons, de bon gestionnaire, il allait réduire les effectifs, et que les policiers seraient surtout affectés à des tâches de répression.
Ainsi, sans un solide formation pour, les policiers de quartier se sont mis à courir après les voyous, braqueurs, et assassins de tout poil.
Pendant ce temps, la « mémé » qui craint de devoir traverser une rue, sillonnées de voitures, de motos, de bicyclettes, doit se débrouiller toute seule.
Le monsieur qui a une difficulté avec un voisin désagréable, lui aussi, est abandonné.
La police a bien d’autres tâches.

La sécurité , la sécurité, la sécurité… Mais cela fait 20ans qu’ils sont au pouvoir… Jusqu’à quand allez vous vous faire berner ?

Si ils avaient voulu un monde libre, des gens en bonne santé mentale, il y a longtemps que cela se saurai, naturellement tout est de la faute des voyous des délinquants, des terroristes, mais rien est de leurs faute et pourtant c’est eux qui ont été mis au pouvoir pour organisé notre quotidien.

Depuis qu’ils disent qu’ils s’occupe de nous depuis qu’ils nous manipule du soir au matin chaque jours la soupe est plus amère .

Si un ouvrier rendait des résultat similaire proportionnellement à la tache qui lui incombe il serait immédiatement a la porte.
Eux préfère nous faire croire que nous somme responsable eux non, il n’y sont pour rien.
C’est comme si on rendait coupable un arbre impliqué dans un accident et non le conducteur du véhicule.

Sécurité. Il y a six ans, Sarkozy…

14+01:00p31+01:0005bmer, 27 Mai 2009 10:06:14 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Qui a prononcé ces mots définitifs ? Nous aurons gagné lorsque les délinquants comprendront qu’ils risquent bien d’être punis ? Nicolas Sarkozy, en janvier 2003, il y a six ans !

Le jour où les délinquants comprendront que leurs agissements seront punis, parce que l’Etat aura enfin la volonté et les moyens de le faire, ce sera à la fois un immense soulagement dans notre pays, un engagement tenu vis à vis de nos concitoyens, et le triomphe des valeurs républicaines qui auront permis de lutter contre la peur et contre l’extrêmisme, dans le strict et exigeant respect des droits de l’homme, de tous les droits de l’homme.

Nous aurons réussi lorsque régnera en France un « sentiment de sécurité ».

http://discours.vie-publique.fr/notices/033000140.html

Le 14 janvier 2003, pour annoncer la création de l’Observatoire de la délinquence au sein de l’IHESI, confié à Alain Bauer.

Police : la réalité et les promesses de Nicolas

47+01:00p31+01:0005bsam, 09 Mai 2009 17:28:47 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mise à jour, 18 h 27, samedi

Pour 2009, selon Michel Diefenbacher, rapporteur spécial de l’Assemblée, la police va perdre 2383 ETPT postes, après en avoir perdu 1 283 l’an passé et la gendarmerie 1625 postes, et ce après la baisse de 965 en 2008). Au total cela fait quand même 4 008 ETPT en moins pour 2009 !

Et ce n’est qu’un début car les syndicats évoquent une restriction de plus de 8000 policiers à l’horizon 2011 et de 3000 gendarmes…

En 2002, le député Noël Mamère expliquait que la France se situait en Europe au troisième rang européen pour le nombre de policiers (et gendarmes) par habitant. Cet été 2002, le Ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy présentait  une loi prévoyant le recrutement sur 5 ans de 13 000 fonctionnaires supplémentaires (soit 6500 policiers et 6500 gendarmes), ce qui accessoirement nous plaçait probablement en tête de l’Europe pour le nombre de fonctionnaires Police et Gendarmerie par rapport au nombre d’habitant.

Michel Diefenbacher est député UMP du Lot-et-Garonne.

Sur le blog du député PS Jean-Jacques Urvoas, j’ai récupéré quelques éléments supplémentaires.

On compte à peu près un policier pour 115 habitants à Paris intra-muros, pour un policier pour 450 habitants en banlieue. Si on inversait ces ratios, on obtiendrait peut-être de meilleurs résultats en matière de répression des violences faites aux personnes. Les « spécialistes » de la chose policière répliquent en  arguant de ministères à protéger, en plus de l’Elysée, ou encore de personnalités et autres ambassades.

L’association Gendarmes et Citoyens a cherché à faire les comptes pour 2009. A peu de choses prés, pour les gendarmes, nous trouvons 72 200 sous-officiers et 6 600 officiers .

Les autres effectifs sont des gendarmes adjoints volontaires et des administratifs. Trés peu efficients pour la sécurité, même si l’on tente de faire croire le contraire.

En outre, nombre des gendarmes sont également employés comme des administratifs. En Gendarmerie, Le tour de passe passe en cours consiste à réduire les brigades à quatre gendarmes plus deux GAV.  Les brigades de campagnes qui n’ouvrent déjà plus qu’un jour ou deux par semaine seront fermées et une partie de l’effectif sera reversé à la COB, l’autre partie se dissoudra.

L’objet nous apparait bien sur de transférer la charge de la surveillance aux maires qui se trouveront dans l’obligation de bâtir des polices municipales et de faire de la gendarmerie une police d’intervention.

Quand on parle d’effectifs de police, il faut  inclure les effectifs des polices municipales

« Quand on parle d’effectifs de police, il faut également inclure les effectifs des polices municipales et ceux des gardes ruraux qui ne cessent d’augmenter. » Voir à ce sujet le récent rapport du préfet Jean Ambrioggiani : « Les polices municipales, toutes catégories de personnels confondues, ne représentent qu’un effectif de 23 000 agents. » Toujours selon le même rapport, les gardes champêtres seraient environ 1 800 tandis que les ASVP (agents de surveillance de la voie publique) dont les compétences sont limitées au stationnement représenteraient 3 000 personnes. Enfin, le ministère de l’Intérieur recense 3 326 communes dotées d’une police municipale, employant 17 458 agent de police municipale. Nous sommes donc loin, très loin des 40 000 agents annoncés.

« A Orléans, par exemple, la police municipale compte 110 fonctionnaires territoriaux qui ont la qualité d’agent de police judiciaire adjoint. Ceci représente un policier municipal pour 1000 habitants. »

Ceci dit, la diversité est de mise entre les polices municipales. D’ailleurs, les effectifs sont très variables d’une localité à l’autre. Sur l’ensemble des communes nanties d’une police municipale, presque la moitié ne dispose que d’un ou deux agents alors qu’une dizaine de villes, dont Lille, Tours, Nice et Orléans, en ont au moins 100. La répartition géographique des polices municipales est également très inégale sur le territoire national ; elles sont principalement implantées dans le Midi et en région parisienne. Il est aussi intéressant de noter que la fonction publique territoriale représente un tiers des emplois publics (Bulletin d’informations statistiques de la DGCL n°63 d’octobre 2008) mais la filière police municipale représente seulement 1,3 % de cet ensemble. Il est aussi opportun de rapporter le nombre de localités disposant d’une police municipale au nombre total de communes : près de 3 500 contre 36 783 (dont 212 en outre-mer), soit moins de 10 %…

Preuve que les polices municipales constituent un épiphénomène dans le monde de la sécurité.

Il faut aussi citer les élus qui s’opposent au développement des polices municipales, tels Frédéric Cuvellier, maire de Boulogne-sur-Mer, pour lequel « Refuser d’installer une police municipale c’est protéger les effectifs de police nationale » (La Voix du Nord, 4 juin 2008).

La vocation officielle des polices municipales est de débarrasser la Nationale de toute une série de tâches ingrates, ce qui nous vaut la floraison d’équipes vététistes, rolleristes, d’ASVP pour les sorties d’écoles, la fermeture des parcs.

Emploi et casse industrielle

15+01:00p30+01:0004bmer, 22 Avr 2009 09:42:15 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Lundi 20 avril l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE  rattaché à Sciences-Po) prévoit que l’économie française devrait perdre quelque 800.000 emplois en 2009 et 2010, du jamais vu depuis 25 ans, avec un taux de chômage qui atteindrait 10,7% à la fin de l’année prochaine.

L’économie française souffrirait une récession de 2,3% cette année, à comparer à une croissance de 0,7% en 2008. L’OFCE table sur une nouvelle contraction mais de moindre ampleur, de 0,2%, du produit intérieur brut en 2010.

« Il faut s’attendre à un ajustement plus fort de l’emploi par rapport à l’activité, » a expliqué Eric Heyer, économiste à l’OFCE.

Dans le secteur privé, l’OFCE voit l’emploi reculer de 646.000 en 2009 en glissement de fin d’année, puis de 296.000 en 2010. L’emploi total baisserait de 607.000 et 256.000 respectivement, ce qui se traduirait par une hausse du chômage de 545.000 à fin 2009 puis de 251.000 à fin 2010.
Nouvelles mesures de relance nécéssaires

Le taux de chômage, qui était à 7,8% fin 2008, passerait ainsi à 9,9% à la fin 2009 puis à 10,7% fin 2010.

L’OFCE prévoit une croissance négative tout au long de l’année avec des reculs de 0,7% du PIB au premier trimestre, de 0,8% au deuxième, de 0,2% au troisième et de 0,1% au quatrième.

#######

Ce recul de l’emploi continue à créer de fortes tensions dans le monde industriel. Mais le patronat paraît avoir trouvé la parade : une criminalisation des occupations d’usine, et un recours systématique à la justice – Caterpillar à Grenoble, Continental à Clairhoix, Molex à Villemur sur Tarn – assortie de graves menaces à l’encontre des responsables des mouvements syndicaux. Cinq ans de prison, etc.

Le rôle assigné à la Justice est ici clair : il ne s’agit plus d’arbitrer les conflits, mais bien de remplacer les CRS et les gendarmes mobiles.

Pirates : la revendication loufoque de Prouteau

03+01:00p30+01:0004bmar, 14 Avr 2009 13:40:03 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le Préfet Prouteau, ex patron du GIGN, vient de monter au créneau pour « s’étonner » que le GIGN n’aie pas été sollicité pour mener à bien la prise d’otages par des pirates de l’équipage du voilier Tanit.

Ce qui sous entend bien sûr que si les gendarmes avaient mené l’opération, il n’y aurait pas eu de mort. Alors qu’avec ces « amateurs » (c’est moi qui l’écrit) du commando Hubert, on ne pouvait rien attendre de bien.

En quelque sorte, Prouteau revendique pour le GIGN l’exclusivité de la libération des otages, sur terre, en mer et au ciel. Amen.

Cette revendication est pour le moins loufoque. Certes les gendarmes du GIGN ont démontré à de nombreuses reprises leurs grands qualités professionnelles. Mais il s’en faut – heureusement – de beaucoup qu’ils soient les seuls capables !

Billan dossier 1338 – 7- Pourquoi Colonna ?

47+01:00p30+01:0004bmer, 01 Avr 2009 09:31:47 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Voici le dernier billet composé à partir des commentaires des internautes. Ils tentent de répondre à la question lancinante : pourquoi Yvan Colonna ? Comme on va le constater, les points de vue sont divergents, souvent contradictoires. Ils reflètent le flou qui n’a cessé de régner pendant ce procès. Un flou qui me conduit à conclure que le doute quant à la culpabilité est tel quant à la culpabilité de Colonna qu’il eut été à l’honneur de la Cour de relaxer le personnage. Il ne s’agissait pas de le déclarer « non coupable », mais bien de le relaxer au bénéfice du doute. Pour mon compte, je pencherais d’aillerus plutôt pour l’innocence. Mais ce n’est qu’un avis.

Pourquoi Colonna ? Une question qui reste sans réponse. On peut esquisser des pistes, mais rien de convaincant.

Que ce soit Versini, Maranelli ou Ferrandi, sers amis n’ont pas réellement l’intention de “sauver” Yvan Colonna. C’est une des raisons pour laquelle ils ne donneront aucun détail. Vous pouvez ajouter à la liste Pierre Alessandri, entendu cet après-midi. A peu de mots près, il reprend votre propos. Avec un dogmatisme qui me glace, un dogmatisme que je qualifierais de stalinien. Alors que le personnage, plutôt beau à la manière des empereurs romains, est loin d’être antipathique.
L’autre raison tient au fait qu’ils n’ont pas agit seuls dans leur coin. Ils se sont fait manipuler par plus fort qu’eux. En disculpant Colonna, sans le faire réellement, ces gens ont pour but de continuer le combat, de réveiller les consciences du nationalisme Corse et attirer des jeunes Corses. Un Colonna innocent pour l’opinion publique condamné par la Cour “en mission” servira bien plus leur cause qu’un Colonna libre.
Mais pourquoi Colonna me direz vous ?
En 2007, lors du premier procès, maitre Simeoni a directement mis en cause l’avocat Maitre Stagnara qui est intervenu lors de la garde a vue des membres du commando, en indiquant que bizzarement les prévenus avaient tous accouchés le nom de Colonna après avoir vu cet avocat. Me Stagnara a des liens très étroits avec le Mouvement nationaliste dirigé par Charles Pieri. Une mise en cause pour le moins inhabituelle, qui n’aurait pas lieu d’être sans fondement.
Ces gens sont enfermés dans un système de pensée qui n’est pas celui de criminels “classiques”, mais celui de militants qui étaient prêts à sacrifier leurs vies pour leur cause. Prêts à sacrifier d’autres vies pour leur cause.
Entre le meurtre du préfet et l’arrestation du commando, plus de quinze mois se sont écoulés.. Ce qui laisse largement le temps de réfléchir.
A cette époque, le processus de matignon est en gestation. Les membres du commando ont pu élaborer un plan qui pourraient les faire amnistier en cas de problème.
en 1999, Colonna à la triple particularité d’être :
– Le fils de Jean-Hugues Colonna (ex Mr Corse à l’intérieur dans un gouvernement de Gauche -> Il ne s’est pas fait que des amis dans le mouvement nationaliste) Ses relations peuvent servir..
– Le beau frère de Joseph Caviglioli, une personnalité du mouvement nationaliste .
– Une figure du mouvement (ex membre du comité exécutif de la cuncolta du temps de Pierre Poggioli).
Il parait évident qu’il présente toutes les caractéristiques, mieux que personne d’autre, pour être le soldat qui va “soulever du monde” pour leur venir indirectement en aide en cas de pépin. A dessin, provoquer l’électrochoc attendu.
Ce procès leur procure une tribune inespérée. Pour eux, la victimisation de Colonna, est l’assurance de ne pas être oubliés. La condamnation d’un innocent par le pouvoir, dans un “procès d’état”, peut au contraire permettre d’atteindre le but qu’ils s’étaient fixés.
Le caractère de l’homme. Je ne pense pas qu’il soit de ceux qui ne revendiquent pas leurs actes. Je le crois au contraire capable de mourir pour ses convictions.

Pour mon compte, mon travail commence. Il débordera naturellement le cadre strict de ce procès. Il faut se poser la quuestion : le système de justice anti-terroriste tel qu’il a été conçu notamment par le juge Jean-Louis Bruguière et la DST perdure en France est-il compatible avec le respect des Droits de l’Homme ?

Pour les Etats-Unis, le Président Barack Obama est en train de répondre : il démantèle l’echafaudage imaginé par l’administration Bush et la CIA.

Monsieur Président Sarkozy en petite vadrouille

36+01:00p31+01:0003bmar, 31 Mar 2009 13:00:36 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Version précisée le 31 mars.

La source de ce papier est l’excellent bulletin des retraités de la Gendarmerie, l’Essor

Un de mes amis qui aime bien fouiller dans les sites forums de la gendarmerie m’envoie ce récit. Qui me paraît assez authentique pour être rebalancé sur mon blog. Avec cette réserve que je n’ai pu en vérifier la source. Et j’ai modifié le titre, sinon c’est outrage à chef de l’Etat ! Le texte émane probablement d’un officier de gendarmerie. Bravo. Bonne lecture.

Déplacement Notre Président  SARKOZY 1er à Valence (Drôme)

Le mardi 03 mars à 11h00,  SARKOZY était chez nous, dans la Drôme. A l’heure des économies, à l’heure où il faut se serrer la ceinture, il aura encore « claqué » des millions d’euros pour sa propagande !!!
1265 gendarmes déployés !!! Oui, vous avez bien lu 1265 !
Nous montons la garde 24h/24 à l’aérodrome de Chabeuil et à la gare TGV. Son altesse ne voulant pas venir en Falcon république, il vient en Airbus (plus spacieux et nettement plus « digne » de son rang, du moins le pense-t-il).
Seulement, il n’y a pas de rampe pour le faire descendre de l’avion ; ce n’est pas grave, on en fait venir une, vite fait, par convoi exceptionnel depuis Lyon !!!
Ce soir, je prends le boulot à 19h30, jusqu’ à demain 15h30… C’est ma troisième nuit ! Pour ne pas être gêné, l’Empereur aura la voie rapide Valence/ Romans coupée dans les deux sens pendant 30 mn. 60 voitures d’usagers de la SNCF (sur son passage) seront mises à la fourrière. Si jamais il y avait un contretemps, ce ne serait pas grave : un hélico Puma est tenu à sa disposition ainsi qu’un hélico Gazelle en appui….
Il va donc aller faire le beau sur deux sites (Ecole de Chatuzange-le-Goubet et salle polyvalente d’Alixan) et pour se faire mousser, il a invité 3000 (TROIS MILLE) personnes à un petit vin d’honneur avant de remonter dans son avion à 14h00. Je vous laisse faire le calcul de la facture à l’adresse des contribuables que nous sommes…
Dire que la France est au bord de la faillite et lui, il nous met une balle dans la nuque!
En 26 ans, j’en ai fait des services de ce genre (sous Mitterand et sous Chirac) mais jamais je n’ai vu un tel déploiement et surtout un tel coût !
Pour info, c’est une évidence, mais il est bon de le dire… au moindre sifflet, au moindre tag, à la moindre banderole hostile,
le préfet saute ainsi que le Commandant de Groupement de gendarmerie….
Bonne nuit à tous. Je suis non seulement écœuré mais révolté que tant d’argent soit claqué et que mes voitures de service affichent 250.000 km au compteur…

Signé : Un vieux commandant militaire de la Gendarmerie, qui en a pourtant vu d’autres et c’est peu de le dire.

Bilan du dossier 1338, Colonna. 2 – Le jugement

50+01:00p31+01:0003blun, 30 Mar 2009 17:48:50 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

L’esprit de justice et le jugement

Je rappelle que comme le précédent, ce texte est entièrement composé à partir de réflexions rendues publiques par des riverains de rue89 à propos de mes deux derniers textes, et d’éléments issus de mon blog.

J’ai corrigé l’orthographe et, à l’occasion quelques impropriétés grammaticales. Quand c’était nécessaire j’ai apporté des précisions utiles à la compréhension des propos.

Commentaires dans l’attente du verdict :
Si les jurés sont honnêtes, et ont bien compris le droit français… Beaucoup de gens veulent bien sûr que le coupable soit condamné, et pas pour faire plaisir à la veuve ! Mais prendre n’importe qui comme coupable parce qu’il en faut absolument un ! alors que je vrai assassin cours toujours si ça ce trouve !
Commentaires après le verdict
Ce jugement d’exception est scandaleux car il ne respecte pas les règles du Droit… C’est normalement à la Cour de faire la preuve de la culpabilité et non à la défense. Quant aux aveux, leurs conditions restent très discutables, et très proches de la torture psychologique. A ce prix, n’importe qui avouerait n’importe quoi. N’importe quel militaire le sait….
Comme d’habitude, pas de surprise ! L’injustice française n’a pas changé, des madame Erignac y en a malheureusement plein la France !
Qu’importe les preuves , pourvu qu’il y ai un coupable !
Ce procès ne nous éclaire en rien, sinon que nous sommes maintenant face à un pouvoir absolutiste qui nous échappe.
Mais on n’échappe pas à la justice divine !
La « justice » , si on peut encore la présenter avec ce mot !…. Lors du procès de Colonna [ pour atteinte à la présomption d’innocence] contre Sarkozy qui parlait de « l’assassin du préfet », le tribunal n’a pas retenu l’atteinte à la présomption d’innocence. Bizarre NON ! ….
Lorsque ce genre de scénario se déroule au Mexique , toute la presse crie au scandale. Ici , aujourd’hui cette presse est bien silencieuse et ne désire pas se mettre en travers du pouvoir en place qui l’a désigné coupable bien avant son arrestation et son premier procès.
Aujourd’hui , Colonna, à qui visiblement il manque 10 cm pour être l’assassin, n’a pas eu droit à la reconstitution sur place !…
Félicitation, messieurs les juges :  vous avez bien fait votre travail. Notre Président vous l’avait dit : « Yvan Colonna est l’assassin du préfet Erignac ». Vous lui avez infligé la peine maximale, vous avez rectifié le laxisme des premiers juges [lors de la première session d’Assises] .
Par contre, messieurs les avocats de la défense, je ne vous félicite pas. Pourquoi avez-vous essayé de nous faire croire que M Colonna pouvait être innocent, alors que notre Président vous avait dit le contraire ?
Oui, les dénonciations de ses « acolytes » comme vous dites est finalement la seule pièce réellement à charge (même si les « acolytes » sont revenus sur cet aveu pour innocenter Colonna après).
Les juges ont plus que leur part de responsabilité dedans
Depuis l’affaire DREYFUS rien n’a changé en France .
Vous pensez que mes propos sont exagérés ?
Patrick DILLS, Omar RADDAD, Les accusés d’OUTREAU Aujourd’hui Yvan COLONNA. Demain TARNAC… après-demain… nous tous !
Concernant le jugement de Colonna, je crois qu’objectivement on ne peut que constater que l’esprit de justice n’y était pas.
Enfin a l’heure de la police scientifique, de la recherche de l’ADN et de toutes les nouvelles techniques, il n’y a rien de plus subjectif que la condamnation basée sans preuve sur la simple conviction.
Ce que je trouve de plus particulier c’est que les jurés soient des professionnels de la justice. Que le crime a eu lieu en Corse et que le procès se soit déroulé à Paris….
Justice (de salons parisiens), qui en ce comportant de la sorte n’est plus la représentation du Peuple Français et auquel même le Peuple Corse aura du mal à rester fédéré. La responsabilité du juge et des jurés est politique, et tout ce qu’entraînera les conséquences de leur délibération.
Alors Yvan Colonna coupable ou innocent ?
Ce procès n’a pas donné de réponses claires, nettes et sans l’ombre d’un doute.
Vu la pression politique (cette fois la gauche reste silencieuse, et ne crie pas au scandale), vu l’anti sarkoszisme de base qui plane en ce moment, je trouve la gauche bien complaisante sur ce dossier. Ont-ils quelqu’un à couvrir ? Eux aussi…..
Cela ne justifie un acharnement judiciaire. Cela ne doit donner lieu à un tribunal spécial, qui dès le départ montre toute sa partialité, et donc n’est pas crédible.
Le vrai problème est que toute cette affaire depuis le début a été traitée volontairement ou non, par dessus la jambe.
Partant de là, à ce jour personne ne peut réellement prouver la culpabilité de Colonna.
Sa condamnation est donc une parodie de justice, probablement pour ne pas contredire le sinistre de l’intérieur qui avait annoncé lui-même l’arrestation de l’assassin ! ! !
Mieux vaut cent fois prendre le risque de relaxer un coupable que de condamner un innocent.
Et si le verdict de ce soir [ vendredi 27 mars ] débouche sur la condamnation de Monsieur Yvan Colonna,ce ne sera pas sans rappeler un certain Charles Maurras, qui pendant l’affaire Dreyfus, finit par dire :
« Qu’importe qu’il soit coupable ou innocent. L’ intérêt de la Nation commande qu’il soit condamné »
En Belgique, le procureur du roi de Mons, Christian Henry, a lancé dans une affaire très récente :
« une société sans risque n’existe pas ». « La prison n’est pas la solution à tous les maux de la société et mieux vaut un coupable en liberté qu’un innocent en prison ».
C’est un principe de droit, non inscrit dans le Code pénal.
Dans un procès où les « témoins visuels » à décharge, valent moins que des « suspicions de culpabilité » qui proviennent de fonctionnaires qui jouent leurs carrières …
Une absence totale de preuves concrètes, empreintes, trace ADN, écoutes téléphoniques …
Une volonté délibérée d’oblitérer les alibis, et les éléments à décharge, du « présumé innocent », présenté comme « indéniable coupable » par le plus haut représentant de l’Etat …
Qu’attendez vous comme verdict ?
Cette histoire pue et la justice s’est franchement ridiculisée dans cette affaire en nous montrant un visage bien soumis aux ordres du pouvoir.
Ce mec a quand même été accusé par tous ses complices et leurs bonnes femmes pendant deux ans ! ! !
Et quand ils ont tous changé d’avis (un mystère corse ça non ?), ils l’ont toujours disculpé avec ambiguïté, un peu comme s’ils disaient à Colonna :  « c’est à toi d’avouer, si tu as le sens de l’honneur ». Mais l’honneur, chez des assassins de sang froid, ça n’existe pas. Comme disait très justement le procureur, ils ont perdu leur part d’humanité.
Que Colonna ait été associé à cette histoire est fortement probable, mais qu’il soit le tireur, l’assassin, n’est toujours pas clairement établit. Dès lors, il est « sur condamné.
Ce qui me gène dans cette histoire, c’est que Colonna, qui est considéré un peu comme un traître par ses amis, pour avoir visiblement pris la tangente avant l’assassinat, devient un martyr de la cause, et je me demande ce que sert cette cause. Est-ce la volonté de renforcer l’insécurité dans l’île pour mieux jouer sur l’opinion public lors des élections ? Ca me semble peu probable. Je pencherais plutôt sur une histoire mafieuse (en Corse, difficile de faire autrement : -) ).
Deux choses importantes dans ce procès :
1°/« Le juge Laurence LeVert s’empêtre dans ses contradictions, avec force hésitations. Elle admet qu’il n’y avait que deux hommes sur les lieux de l’assassinat du préfet Erignac, et non pas trois comme elle le soutenait avec l’acte d’accusation. »
2°/« Pierre Alessandri raconte comment il a lui-même tué le préfet Erignac. Endossant donc toute la responsabilité. “
Ces phrases disculpent Mr Colonna !…..
Et bien NON ! en gros un homme endosse le meurtre et une juge admet que Colonna n’était pas sur les lieux ! et bien dans notre justice , ces faits n’ont aucun intérêt. Circulez y a rien à voir !…22 ans de prison !….
Ce soir (vendredi 27 mars) il n’y aura pas de fête à faire. Ce soir nous prendrons le deuil de la justice française, et de la notion de Justice, tout court. Quelle perversion que ce bouleversement des institutions, où l’on bafoue la présomption d’innocence, où l’on instruit à charge, où l’on dissimule, où l’on use peut-être de méthodes douteuses pour « obtenir des aveux », où l’on exige de l’accusé de fournir les preuves de son innocences ! (pourquoi pas aussi, demain, exiger des malades qu’ils apportent leur diagnostic et leur protocole de soins ?). Drôle de justice, rendue par un tribunal « d’exception » (et certes il l’est, exceptionnel !) où ne figure AIUCUN représentant populaire parmi les jurés, mais uniquement des magistrats, tous du même milieu, tous plus ou moins amis de la victime…Ce ne sera pas un jugement, mais une curée !
Innocent ou coupable ? qu’importe en fin de compte :  ce soir un homme va nourrir un besoin de vengeance, et non un désir de justice.
J’avoue ne pas comprendre grand chose à l’affaire, à part ce qu’on m’en raconte, c’est-à-dire :  un homme condamné sans preuves matérielles, contre l’affirmation d’un [médecin ] légiste, et sur la seule foi d’un témoignage extorqué à 6 heures du matin, les témoignages allant en sens contraire étant systématiquement écartés.
Et qui donc a le pouvoir d’écarter des témoignages n’allant pas dans le sens de ce qu’il pense ?
Le même genre d’hommes qui, il y a une vingtaine d’années, condamnait en Italie Adriano Sofri, sur la seule foi d’un pentito soi-disant pris de « remords » soudain, vingt ans après les faits – c’est-à-dire l’assassinat du commissaire Luigi Calabresi, l’un des éléments à l’origine des « années de plomb » italiennes.
L’histoire se répète, et les juges ont plus que leur part de responsabilité dedans. Ce n’est certes pas la faute au président si les juges condamnent les yeux fermés, quand bien même le petit Nicolas le leur aurait demandé de le faire.
Bien sûr, le climat général, le déroulement du procès, la cavale de 4 ans, les témoignages douteux, les incohérences apparentes des expertises balistiques, les rapports semblant lier Colonna à la famille du président, la déclaration de culpabilité par ce dernier, alors ministre de l’intérieur, dans le non-respect de la présomption d’innocence …
Tout est là pour semer le doute.
Quels étaient les rapports entre Yvan (ou un proche) et Marie Dominique [Culioli, la première épouse de Sarkozy] ?
Quelle est la source de cette animosité et cet acharnement de Sarkozy ?
L’ensemble de ces questions ne serait-il pas à la base de cette parodie de justice ?
En 1983, le 12 septembre , La propriété voisine de celle des Culioli (de la famille Peretti qui est maire de Neuilly, et dont le nièce est Marie Dominique la première épouse de Nicolas Sarkozy qui sera ministre de l’intérieur), appartenant à André Géronimi en corse est plastiquée.
La pauvre madame Erignac ne doit pas savoir que Colonna, puis la première épouse de Sarkozy, puis les Perreti, puis Deferre qui avait un conseiller aux affaire Corse qui se nommait Colonna (le père de Yvon) sont liés.
Ce soir ceux qui tiennent ce pays et en ont fait leur jouet, avec l’approbation des 53 % d’entre nous qui les ont élus, se rapprocheront encore un peu plus de leur but :  affaiblir la démocratie, mépriser les citoyens par un jugement inique (mais en « bonne et due forme »), et nous enfermer dans des rets de plus en plus étroits, muselant toute opinion contraire, tout désir de vivre autre chose, toute information « dissidente », courbant tout dos qui se redresse, par l’intimidation ou la fourberie. Duplicité d’une caste qui veut garder ses privilèges…
Ce soir une prison ne s’ouvrira pas. Et se referme peu à peu, qui sait, sur nous aussi….
Ne riez pas ce soir. On ne vient pas de finir d’enterrer ce pauvre homme qui fut tué, on vient d’assassiner les plus nobles de nos valeurs.
Les théoriciens du grand complot penseront que si l’on a mis autant de temps pour arrêter Colonna, c’est parce qu’on a du attendre que le vrai coupable meurt.
Les cyniques penseront que de toute façon, quelqu’un doit payer, Colonna ou un autre, ça n’a pas trop d’importance. D’ailleurs, peut-être est-ce vraiment l’assassin, mais ce qui compte c’est que sa culpabilité soit possible, et non qu’elle soit avérée.

Justice, Colonna, les juges balancent

54+01:00p31+01:0003bjeu, 19 Mar 2009 11:47:54 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Comme je vous l’ai déjà indiqué je suis en train de retranscrire mes notes d’audience. D’ici au début de la semaine prochaine je serai sans doute en mesure  de publier une première liste d’erreurs ou insuffisances de l’enquête. Car il y en a. Certaines minimes, d’autres énormes.

Saga Colonna : quand les juges s’empêtrent dans leurs contradictions, Colonna effacé des tablettes

saferedirect-1

Dessin : Philippe Antonetti

Mme Laurence LeVert s’empêtre dans ses contradictions, avec force hésitations, elle admet qu’il n’y avait que deux hommes sur les lieux de l’assassinat du Préfet Erignac, et non pas trois comme elle le soutenait  avec l’Acte d’accusation. Nous sommes le mercredi 18 mars. Les débats durent depuis près de cinq semaines, et, soudain, voici exclu de la scène du crime Yvan Colonna censé être le troisième homme du « commando ». Du coup s’effondre la construction bâtie par le Parquet.
C’est la surprise du chef dans ce procès en Cour d’Assises intenté à Yvan Colonna. Laurence LeVert devrait savoir de quoi elle parle. Elle a été avec Jean-Louis Bruguière l’un des trois juges d’instruction chargés d’éclaircir l’affaire, de bâtir le dossier à charge. Evoquant dans le désordre les dossiers 1337 – dit de la piste agricole – , 1338 – visant l’assassinat du préfet – , 1797 consacré à l’attentat contre la gendarmerie de Pietrosella. , Mme LeVert peine à rendre clairs les liens entre les différentes procédures. Elle a beau évoquer la logique judiciaire, elle parvient mal à  expliquer pourquoi tel dossier d’écoutes figurant dans le « 1337 » n’a pas été versé au 1338…
Et, à force d’atermoiements, elle a fini par balancer une part de la vérité que tous les enquêteurs se sont jusqu’alors escrimés à masquer à coups de mensonges plus ou moins patents.
En fin de comptes, dans ce procès Colonna, ont donc été plus intéressantes que prévu les dépositions des deux juges d’instruction qui ont clôturé la série des témoignages qui devaient accabler Yvan Colonna
Deuxième des trois juges d’instruction chargés du dossier, Gilbert Thiel joue aussi de la sincérité, mais sur un tout autre registre. Le registre de la tragédie à l’ancienne, belle voix de comédien, texte littéraire jusqu’à la caricature. Trois heures durant, le juge Thiel a dévidé le récit des complots qu’il a dû affronter au cours de cette enquête hors norme. Le complot des Nationalistes, évidemment, le complot des assassins lancés dans une escalade sans fin de la violence. Mais aussi et surtout complots des gendarmes de la Section de Recherche d’Ajaccio, dont le magistrat s’est appliqué à démontrer l’incapacité qui l’a conduit à les dessaisir ; complot des hommes de la PJ d’Ajaccio, obsédés par la « piste agricole » retenue comme hypothèse initiale pour retrouver les assassins du préfet Erignac. Complots ourdis par le préfet Bonnet  et par le patron de la DNAT, Roger Marion. Des obstacles qui n’ont cessé de se multiplier pour gêner son travail. Des champs de mine qu’il a dû franchir. A l’écouter, on a l’impression que Thiel a été assailli par les ennemis. Le seul qu’il semble estimer est paradoxalement Colonna. Il rappelle avec insistance la profession de foi de l’accusé, le 23 juin 2003, lors de leur premier entretien après son arrestation :

«  Je vous affirme que je ne fais plus partie du groupe des anonymes, je n’étais pas à Pietrosella, je n’ai pas tué le préfet Erignac. Je sais qu’il était votre ami, je vous le dis les yeux dans les yeux ».

Depuis, Colonna ne s’est jamais départi de cette position, toujours considérée comme « incrédible » par l’Accusation et les Parties civiles.
A part ça, 28 jours de débats dans ce deuxième procès sans qu’apparaisse Colonna. On discute de tout, sauf de Colonna. Quelquefois, on se force presque à en parler tant il est absent. Absent de sa cage de verre, bien sûr, mais aussi absent du dossier
Un point de vue que ne partage pas Me Christian Frémaux, l’un des avocats siégeant sur les bancs des Parties civiles

Erreur
Cette vidéo n’existe pas

Il n’en reste pas moins qu’on en est quasiment au même point. Beaucoup de suspicions, toujours aucune preuve décisive et même le sentiment que les convictions de l’accusation vacillent.

Ainsi, parmi les témoignages, on a entendu Didier Maranelli affirmer que le matin du 7 février 1998, lendemain de l’assassinat, il se trouvait à Cristinace chez ses parents, alors que Valérie Dupuis, son ancienne compagne, a reconnu devant les policirs de la DNAT que Maranelli était au même moment chez elle, à Carghese, à 50 kilomètres de là, tandis que pour l’accusation il était en fait à Ajaccio, chez alain Ferrandi. Colonna ou le fantôme tous terrains.

Tout comme le Président Didier Wacogne, l’avocat général Christophe Tessier semble parfois se substituer aux avocats de la Défense pour miner le dossier, une Défense qui n’a toujours pas rejoint son banc. Le procureur Kross est pour sa part carrément absent, on ne l’entend pas. Le procès s’enfonce dans un marais brumeux. Comme si on ne tenait plus trop à le mener à son terme.
Au niveau des magistrats, il est évident qu’on est désormais très préoccupé par l’image peu séduisante de la Justice française donnée à travers ce procès absurde. Une image symboliquement représentée hier par le témoignage d’un des policiers du RAID qui ont arrêté Colonna en 2003. Ne demandez pas ce qu’il a raconté. Il était caché derrière une paroi en verre cathédrale, sa parole si déformée par le filtrage audio qu’on ne comprenait rien. C’était absurde, surréaliste, et d’ailleurs sans importance : l’homme n’avait rien à dire.
Ainsi de jour en jour se sont entassés sur le bureau du Président de la Cour d’Assises des témoignages insignifiants. L’accusation glane parfois un minuscule détail à droite ou à gauche. Mais rien de décisif. Rien qui puisse convaincre que Colonna est coupable, qu’il mérite la réclusion à perpétuité. Puisque tel est l’enjeu fondamental, il ne faut pas l’oublier.

NB Le Nouvel Obs « découvre » la vérité sur Colonna, dans son numéro du 18 mars :

Et si le berger de Cargèse n’avait pas tenu le rôle qu’on lui attribue ? S’il était l’un des conjurés, mais pas le tueur du préfet Erignac ? C’est ce qu’a suggéré un membre du commando devant la cour d’assises spéciale. Une hypothèse qui embarrasse la défense autant que l’accusation. Ariane Chemin et Marie-France Etchegoin expliquent pourquoi, dans ce procès si lourd de secrets, cette piste n’a pas été explorée.

Cette piste est en effet restée en deshérence. Je l’avais relevée depuis une semaine, mais personne n’a semblé d’y intéresser. Le fonctionnement des journalistes est bizarre : en fin de comptes, ils restent englués dans l’acte d’accusation, ils n’écoutent pas vraiment les débats.

A plusieurs reprises, j’ai entendu dans les débats des propos et des informations qui contribuent à changer complètement la configuration de l’affaire. Par exemple, à propos des méthodes utilisées pendant les Gardes à vue, la privation de sommeil. A tout prendre, aujourd’hui, on oubliera les curieux propos de Mme Laurence LeVert. J’en étais sûr, mais j’ai préféré vérifier auprès de trois personnes différentes, en dehors de moi : elle a bien précisé que pour elle il n’y avais que deux hommes sur les lieux du crime. Et on ne parle plus ni d’un « blond », ni de perruque, ni de grimage.

La dernière, et la moins bonne :

Guéant serait atteint à l’estomac. Selon l’Express, L’Elysée suit de près le procès Colonna. Claude Guéant, Secrétaire général de la Présidence se déclare estomaqué par les thèses défendues par les avocats de l’assassin présumé du préfet Erignac. On peut lui recommander un remède, pour ça, par exemple examiner le dossier et les débats de plus près.

Et, récupéré dans le blog de Sylvie Véran, cette réaction que je ne veux pas passer sous silence:

Je trouve la vie un peu injuste avec Marcel Istria : voilà quelqu’un qui clame son innocence depuis 10 ans, contre qui il n’y a aucune preuve matérielle, qui est condamné alors qu’il y a contre lui moins de charges que contre Yvan Colonna, et rien, pas de comité de soutien, pas de ligue des droits de l’homme, pas de campagne sur le-vigile-innocent-otage-de-la-raison-d’état, rien, que l’indifférence.

Si tant est qu’il y a des charges matérielles contre Colonna. Mais, c’est exact, il faut aussi penser à Istria.

 

Justice, Colonna – Un procès extravagant, et surtout hors normes

43+01:00p28+01:0002blun, 23 Fév 2009 10:00:43 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Version actualisée au 23 février, matin, avec l’intégration d’une observation essentielle d’un lecteur de rue89 :

Déjà extravagant, le procès Colonna a failli basculer dans l’absurde. Ça s’est passé jeudi matin à la Cour d’Assises de Paris, devant laquelle comparaît depuis le 9 février  Yvan Colonna pour l’assassinat du préfet Erignac.

La semaine dernière, Didier Vinolas, témoin surprise, avait assuré que des hommes ayant participé à l’assassinat étaient encore dans la nature, et il avait affirmé avoir rencontré comme informateur, parmi d’autres,  un ancien commissaire des RG, dénommé Quilichini, sans préciser son prénom. Sans attendre, le Président Wacogne convoque le Quilichini en question pour le confronter à Vinolas. Probablement avec l’intention de déconsidérer Vinolas, dont le témoignage gène beaucoup l’accusation dans la mesure où il met en lumière le fait que de nombreuses pistes de recherches n’ont pas été explorées. Volontairement ?

Et voici Quilichini à la barre. François Quilichini. Question du Président, avec autorité: Le reconnaissez-vous ? Réponse de Vinolas : Oui, l’homme que j’ai rencontré était comme celui-ci petit, cheveux blancs, lunettes. Question au témoin : connaissez-vous Vinolas ? Réponse : non, je ne l’ai jamais rencontré

Et Vinolas de convenir finalement que le Quilichini présent dans le prétoire n’était peut-être pas celui qu’il avait rencontré. On a ferraillé pendant une heure pour s’apercevoir que l’homme à la barre n’avait rien à voir avec celui qui s’est présenté sous le nom de Quilichini lors d’une rencontre secrète avec Vinolas. Il a fallu une heure pour éclaircir une « non affaire », c’est-à-dire pour découvrir que le témoin Quilichini – François – n’était probablement pas celui qui devait être convoqué ! Impression d’audience : l’huissier se serait-il  trompé ? Non, proteste-t-il, c’est la police. On va de surprise en surprise.

Cet interrogatoire témoin contre témoin a été caractéristique de l’enquête menée en temps réel par le Président dans le prétoire, des confrontations renouellées à plusieurs reprises, une enquête contradictoire comme de mémoire de chroniqueur judiciaire on n’a jamais vue dans un procès d’assises.

Il s’agissait d’éviter à tout prix la requête pour supplément d’information demandée à répétition par la Défense de Colonna, qui considère que les enquêtes policières et les instructions ont été fortement défaillantes. Une demande de supplément rejetée avec non moins de constance par le Parquet et les Parties civiles.

Cette confrontation grotesque entre Didier Vinolas et François Quilichini est en vérité caractéristique de ce procès où l’on parle de tout sauf du fond, à savoir de la culpabilité supposée de l’accusé Yvan Colonna.

Un des épisodes les plus surréalistes d’un procès surréaliste : trois enquêtes de police, des « pistes » multiples, certaines farfelues, d’autres inexploitées, comme celle du casino d’Ajaccio évoquée par le commissaire Frizon (Voir un billet précédent : désolé, je ne sais pas inclure les liens). Trois instructions qui ne démontrent rien. Plus une quatrième instruction pendant le procès, à la barre, menée par le Président Didier Wacogne. Quatre procès, et toujours pas de preuve formelle d’une quelconque implication d’Yvan Colonna. On en reste sur la piteuse position de l’intime conviction, c’est-à-dire de l’absence de preuves.

Au fil des audiences, le procès a évolué de façon étonnante. Pour traiter l’affaire initiale de Pietrosella – l’attaque et la destruction d’une gendarmerie – , on restait dans le schéma classique des Assises, mais avec le surgissement de Vinolas, tout a été bouleversé.

C’est à ce stade précis que Didier Wacogne a pris l’initiative d’entamer une nouvelle instruction, un complément d’information, justement ce que réclamait depuis une semaine la Défense sans pouvoir l’obtenir.

Le procureur général  Jean-Claude Kross me déclare :

Cette session d’assises renvoie toute la procédure classique aux rayon des vieilleries.  On entre vraiment dans le mode accusatoire, à la manière des grands procès de droit américain.

Même si le Président joue encore un rôle important, souvent il n’est qu’un arbitre entre des thèses carrément opposées soutenues par l’accusation, les parties civiles – au cemeurant souvent absentes du débat – et la Défense soutenue par cinq avocats.

C’est Didier Wacogne qui dans une démarche d’une grande originalité l’a voulu en confrontant systématiquement à la barre Vinolas et ses différents contradicteurs. En acceptant un vrai débat sur l’opportunité de reprendre tout ou partie des enquêtes et des instructions qui ont conduit Colonna dans le box, dans sa cage de verre. Même si le Président donne souvent l’impression de marcher à reculons, il est sur un terrain inconnu, peut-être marécageux puisqu’il semble que jamais la procédure contradictoire ne s’est aventurée jusque là.

Naguère, le Président était le maître de son audience. Désormais, l’offensive est animée par la Défense, l’essentiel se passe dans le prétoire.
La Défense est beaucoup plus… offensive, et même agressive que dans le premier procès Colonna.

Parfois on a même l’impression que les avocats de la Défense sont les vrais magistrats instructeurs. Et, toujours à la manière des procès américains, la Défense multiplie les incidents juridiques, pour pointer la moindre faille dans l’accusation

Il s’agit de montrer que les enquêtes policières – trois – et les instructions – trois aussi – ont été mal menées. Malmenées. Et finalement que l’accusation ne tient pas debout.

Les Parties civiles s’acharnent à refuser toute enquête supplémentaire, en ridiculisant les témoins qui vont au secours de la Défense.
Un acharnement qui ne paie pas : même le parquet et la Partie civile ont fini par céder, comme saisis par le doute, par un malaise. Le Président Wacogne a donc décidé de renvoyer à quatre jours la suite du procès. Quatre jours pour trouver et prouver ce qu’on n’a jamais cherché, donc jamais trouvé. Vainqueur sur le principe d’un renvoi pour information, les avocats de la Défense ont dénoncé évidemment ce délais ridicule pour une tâche d’une telle ampleur.

L’essentiel est ailleurs : il tient au fait que ce renvoi très temporaire finalement obtenu est le résultat d’un débat totalement contradictoire. Voulu par le Président. Lequel doit en fin de compte en tirer les conséquences.

Le procès Colonna n’est pas seulement extravagant : il est totalement novateur, il conduit le monde judiciaire français vers la raison : ne plus fonder la procédure sur l’aveu et le témoignage flou, mais sur des preuves. Il serait temps que les juges entrent dans le monde moderne.

On aimerait qu’une même rigueur préside à la recherche d’éléments bien réels qui conduisent à un jugement fondé sur des faits, et non sur des impressions et sur des aveux dont au moins une partie ont été obtenus sous la contrainte. Pour l’heure, hormis ces aveux d’acteurs par ailleurs condamnés, aucune preuve formelle n’a jusqu’ici été articulée pour impliquer Yvan Colonna.

Un lecteur de rue 89 nuance mon propos, qui lui paraît peut-être trop péremptoire :

Vous écrivez « l’intime conviction, c’est-à-dire l’absence de preuves ».
La question de l’intime conviction ne se présente apparemment, pour beaucoup de spécialistes, pas tout à fait comme cela.

Par exemple chez Jules (Diner’s room) :

sur la preuve :
« En droit pénal, la France adopte un système de preuve dite « morale ». (…), mais seulement que le juge apprécie librement la valeur des moyens de preuve qui lui sont soumis. Autrement dit, un moyen de preuve ne devient preuve que lorsque le juge admet avoir été convaincu par elle. »

et, sur l’intime conviction :
« L’intime conviction est la conséquence naturelle d’un système de preuve morale. C’est au juge qu’il appartient de déterminer, librement et en conscience, si les preuves qui lui sont présentées emportent sa conviction. »

(http://dinersroom.free.fr/index.php?2006/12/22/299-petit-lexique-incompl…)

NB – Pour ne pas simplifier une situation juridique déjà bien compliquée,Yvan Colonna a introduit une requête en récusation contre Didier Wacogne, le Président de la Cour d’Assises, pour ne pas avoir immédiatement informé la Défense de la démarche entreprise par le commissaire Didier Vinolas à propos des faits nouveaux ! La cour d’appel de Paris a rejeté cette demande de récusation.

Mon clavier : 10 janvier, un procès sous surveillance

04+01:00p28+01:0002bmar, 10 Fév 2009 18:53:04 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

§ Au procès en appel de l’Affaire Colonna-Erignac. La nouvelle reine des victimes du terrorisme est Dominique Erignac, au milieu de la meute des journalistes. Comme je n’avais pa spris (à tort) mon appareil photo : J’ai raté une grande image, Dominique Erignac assaillie par les journalistes.

§ Un pigeon voyageur corse, en mission secrète à la Cour d’Assises. Vraiment, je ne suis pas sérieux. Mais ce n’est pas moi qui le dit. C’est Verdailhan. Avec un H, de Fance 2.

Sinon, ils étaient tous là. Yvan Colonna, les magistrats en noir, les magistrats en rouge, les greffiers, les huissiers, les gendarmes (plutôt gras, très bien portants), les avocats, les victimes, les journalistes. Un peu de public, dont la famille Colonna, Daniel Herrero, le mythique rugbyman.

§ Même coup que pour la réforme des lycées. Quand il ne savent pas comment s’en sortir, les gens de ce gouvernement s’engagent dans de vraies fausses discussions…  Concertation et décret reporté pour Valérie Pécheresse, consultation exigeant le retour inipiné en métropole pour Yves Jego. De toute façon, dans les deux cas, il s’agit de la même démarche : comment « atermoyer ».

§ Les Suisses ont été raisonnables : ils ont apporté dimanche un « oui »  décisif  59,6 % des suffrages de la Confédération, au référendum sur la reconduction de la libre circulation des travailleurs entre la Confédération et l’Union européenne. 200.000 Européens travaillent en Suisse.

§ Selon Laurent Opsomer, Les joujoux, armes non léthales, qu’il n’est pas recommandé de laisser entre les mains des polices municipales.

§ Même le Sénat américain, plus exactement la minorité républicaine, se montre enfin raisonnable. Le New York Times annonce : le Sénat a approuvé par 61 voix contre 37  « an economic stimulus bill of some $838 billion on Tuesday, clearing the way for negotiations with the House and increasing the prospects that a final piece of legislation can be on President Obama’s desk within days. »