Archive for janvier 2009

Enquête au bout du monde : le « mystère Dang »

53+01:00p31+01:0001bven, 30 Jan 2009 09:42:53 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le mystère Dang, une enquête d’Anne Pitoiset et Claudine Wéry.
André Dang est un nom tout à fait inconnu en France, en dehors du petit cercle des initiés à la Nouvelle-Calédonie, à 18000 km de la métropole. Et pourtant, cet homme est l’une des clés de ce lointain territoire du Pacifique qui vaut à la France de tenir le rang de quatrième producteur mondial de nickel !  Comme tous ces pays d’aventure, dans cette société complexe, mélange de descendants de bagnards, parmi lesquels de nombreux Politiques, dont Louise Michel, de Kanaks, de descendants d’Algériens exilés et de vietnamiens émergent des figures extraordinaires. A premier rang desquels André Dang, devenu un des nababs de ce pays. « Le mystère Dang » est  un récit mais il se lit comme un roman d’aventures. Dang intrigue, il inquiète, les auteurs ont tenté de le décrypter.
Né misérable dans les années 1930, sur les flancs d’une montagne de nickel, le Koniambo, André Dang, est un descendant de travailleurs venus d’Indochine trimer en Nouvelle-Calédonie pour développer la colonie.  Après la mort de son père sur la mine, Dang est adopté à 6 ans par une famille asiatique de Nouméa, qui lui fera découvrir l’école. Elève surdoué, le petit Viet est relégué au fond de la classe avec les Kanaks. Comme eux, il figure au rang des parias de la société calédonienne, alors dominée par quelques grandes familles qui contrôlent tous les rouages de la vie politique et économique.  Habité d’un désir de revanche sur l’Histoire, qui ne le laisse jamais en paix, et doué d’un grand sens des affaires, André Dang parvient à bouleverser l’ordre établi et fait fortune dans le commerce de voitures. Il brise les codes de l’économie de comptoir pour jouer à jeu égal avec les grandes familles européennes. Méprisé par les Caldoches d’origine européenne, il se lie d’amitié dans les années 1970 avec le leader indépendantiste, Jean-Marie Tjibaou. Des liaisons dangereuses avec les milieux kanaks, qui lui vaudront six ans d’exil forcé en Australie au début des années 1980 lors des violences qui opposèrent kanaks et caldoches.
La paix retrouvée, André Dang devient l’homme providentiel des kanaks.  Dans le sillage des Accords de Matignon (1988), qui depuis déterminent la vie politique du territoire, pour récupérer la maîtrise de leurs richesses les kanaks prennent pied dans l’industrie du nickel, au travers de la SMSP (Société minière du sud Pacifique), vendue par le député Jacques Lafleur. Dang mène la danse. Une nouvelle fois, le diable d’homme s’attire de graves inimitiés et foule au pied les habitudes de l’industrie minière locale. Avec succès. En 1995, la SMSP se hisse au rang de premier exportateur mondial. Grâce à des accords avec des géants mondiaux, elle a inauguré fin 2008 une usine métallurgique en Corée du sud et une autre est en construction au nord de la Nouvelle-Calédonie. Au pied du Koniambo. Tout un symbole pour André Dang.
Il est aujourd’hui âgé de 73 ans, il pose toujours autant de problèmes à la communauté calédonienne. Aussi atypique par les haines qu’il a suscitées et le mystère qui l’entoure. Il a été longtemps soupçonné d’être un agent vietcong, puis accusé de financer les indépendantistes kanaks. Il est une figure majeure sur la scène mondiale du nickel. Une bonne raison pour découvrir cet homme.
Le Mystère Dang, Ed Le Rayon vert, 224 pages dont 32 de photos. Déjà publié en Nouvelle Calédonie,le livre sera disponible en métropole à partir de la mi-février. il sera distribué sur le net (site fnac, amazon.fr etc.) dans quelques librairies spécialisées et à la maison de la Nouvelle Calédonie.

Partageant son temps entre Nouméa et Paris, ancienne journaliste à l’Agence Reuters Anne Pitoiset est la meilleure spécialiste française de la Nouvelle Calédonie et du Pacifique. Sa partenaire Claudine Wéry, est correspondante de l’Agence France-Presse à Nouméa. Les papiers de Pitoiset permettent aux Français de prendre connaissance des affaires très stratégiques qui se déroulent dans cet archipel lointain, situé dans le Pacifique, très exactement à l’autre bout du monde.

 

Publicités

Eco mondialisée et crise : Davos, le forum économique mondial, les Chinois pas contents

27+01:00p31+01:0001bjeu, 29 Jan 2009 08:44:27 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Des nouvelles de Davos, le 39° forum des grands gnomes de l’Univers. Vous vous rappelez que tous les ans la crème de l’élite économique et politique mondiale se rassemble dans les neiges de Davos en Suisse pour tchatcher sur l’avenir, le présent et le passé. C’est le grand forum où tout le monde se rencontre pour s’informer des grands buzz de l’économie. On peut rappeler quand même que l’an passé tout le monde se congratulait quant à l’incroyable santé du monde, alors que la crise des subprimes avait déjà commencé… Passons. Ils sont revenus, ils sont plus de 2500, plutôt inquiets, cette fois. Atmosphère lugubre. Moins de soirées, moins de cocktails, jambon fromage à la place du caviar et du homard… Une déroute intellectuelle et émotionnelle, lance – selon l’Express – « . Jean-Pierre Lehmann, professeur à l’IMD à Lausanne. Peu de solutions sont esquissées pour combattre le marasme.  Et le professeur suisse d’ajouter, vachard : Est-ce qu’on a trouvé à Davos le Saint-Graal pour restaurer la confiance ? Non. Beaucoup de bonnes intentions, mais, désolé, pas de solution ». Pour l’ouverture, à la place des vedettes habituelles rentrées dans leurs trous, Wen Jibao, le premier ministre chinois et Vladimir Poutine le « Premier » ministre russe. « Rouges » de colère. Et, savez-vous pourquoi ? Retournant le gant, les leaders des deux « ogres rouges », l’un encore rouge à Pékin, et l’autre toujours rouge mais masqué à Moscou, ont vivement reproché aux Américains d’avoir mal joué… le jeu capitaliste et d’avoir entraîné le monde dans la crise. Il est vrai que pour sa croissance la Chine avait totalement misé sur l’expansion économique sans limite des Etats-Unis vers lesquels elle exportait de façon massive. Et acheter d’énormes quantités de bons du Trésor (T.bonds) américains. Pékin paie très cher la récession : plusieurs centaines de milliers de chômeurs, un modèle économique à revoir de fond en comble. Le prix est également élevé pour la Russie avec la chute des prix du pétrole alors qu’elle comptait sur le pétrole et le gaz pour booster son économie. Et en l’absence des Etats-Unis entraînés dans l’abime par Georges W, restaurer dans le monde son omni puissance du temps de la guerre froide et de l’Union soviétique. Il y a deux ans, Dimitri Medvedev, l’actuel Président russe alors Premier ministre, s’était montré vraiment agressif, arrogant; et même menaçant,  en  déclarant :

« nous ne demandons à personne d’aimer la Russie mais nous ne permettrons à personne de nuire à ses intérêts ».

La guerre en Géorgie et la crise en Ukraine étaient les premiers signes de ce retour au premier plan. Aujourd’hui pour pallier aux mouvements erratiques du pétrole Poutine quémande la formation d’un « Marché commun » de l’énergie, en quelque sorte une OPEP élargie, et le remplacement du dollar comme monnaie de réserve par un « panier de devises ». Serait-ce une solution pour soutenir le rouble, en pleine déconfiture ?

Après tout, si j’étais un adepte de la théorie des complots, je pourrais soutenir que les gnomes de Wall Street ont imaginé d’organiser la crise mondiale pour briser la croissance, rompre le cou de la Chine et de la Russie, les ex-nouveaux riches.

Le même jour le FMI (Fonds monétaire international) révèle sa dernière estimation du coût de la crise mondiale : 2200 milliards de dollars ! D’une certaine manière, la crise s’apprécie en années-lumière.

Armée et OPEX : des effectifs réduits

34+01:00p31+01:0001bjeu, 29 Jan 2009 08:20:34 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Assemblée et Sénat vont se prononcer sur les OPEX ( les « opérations militaires extérieures », en particulier mercredi sur la prolongation de cinq d’entre elles (Kosovo, Liban, Côte-d’Ivoire, Tchad et Centrafrique), après le feu vert donné, dès le 22 septembre, à l’opération menée en Afghanistan. Plus de 13.000 soldats français sont engagés dans des opérations extérieures, dont près de 3.000 au Tchad et dans la République centrafricaine voisine, 2.800 en Afghanistan, 2.000 en Côte-d’Ivoire, 1.850 au Liban et 1.800 au Kosovo. Le coût de ces OPEX s’est élevé à 857 millions d’euros en 2008, bien au-delà des 475 millions inscrits au budget.
Hervé Morin, le ministre de la Défense, dans France Soir estime possible une réduction de 20 % des effectifs à terme. Il serait ainsi possible d’économiser permettrait « d’économiser de l’ordre de 100 à 150 millions d’euros par an ». Le contrôle parlementaire des OPEX -une nouveauté introduite par la réforme constitutionnelle de l’été dernier-, met fin  à une bizarrerie démocratique que j’avais dénoncée dans mon livre « Dans le Secret des Services« : auparavant, l’exécutif pouvait envoyer des troupes à l’étranger sans le moindre contrôle du Parlement.

« Je veux être certain que chaque soldat français, aujourd’hui engagé en opération extérieure, l’est conformément aux intérêts de notre pays », a lancé MPV (Mon Président volant) le 6 janvier devant le contingent français de la Finul, la force de l’ONU au Liban sud.

Dans l’immédiat, 2000 hommes vont être rappelés, a annoncé le ministre lors du débat parlementaire.

Recherche : la colère

31+01:00p31+01:0001bmar, 27 Jan 2009 19:04:31 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Sauvons la Recherche diffuse ce soir un texte terrible :

Le chef de l’Etat  a confirmé une fois encore sa volonté qui confine à l’obsession de poursuivre le démantèlement de l’intégralité des institutions qui organisent en France la production et la diffusion du savoir scientifique. Le Président de la République a refusé d’entendre le rejet massif par les Universités des réformes sur le statut des enseignants-chercheurs et de la mastérisation et se propose d’ouvrir un autre front en annonçant la disparition programmée d’un système de recherche [ le CNRS] qui a offert au pays une bonne partie de ses succès industriels.  L’heure n’est plus aux tergiversations, les décisions sont déjà prises : les réformes universitaires doivent se poursuivre et le CNRS sera transformé en une kyrielle d’agences de moyens, venant s’ajouter à celles existantes. Et qu’importent les incohérences internes de cette politique, l’aggravation du désintérêt pour les carrières scientifiques qu’elle entraînera, c’est le geste qui compte.

Comme à son habitude, le Président de la République fonde son projet sur un diagnostic totalement mensonger qu’il habille des atours de l’évidence. La France nous dit-il, serait à la traîne en matière de recherche et d’enseignement supérieur et ce, en dépit des sommes formidables qui lui seraient consacrées. La raison de cet échec tiendrait à la vétusté de ses institutions et au conservatisme de ses personnels installés dans le confort de la fonction publique. Faut-il rappeler une fois encore que la France occupe une place tout à fait honorable dans la recherche internationale, notamment au regard des faibles moyens qui lui sont consacrés ? Faut-il rappeler que l’université a vu en une génération ses effectifs étudiants doubler, sans que les moyen! s dont elle dispose pour les encadrer ne suivent, ce qui n’a pu se faire sans une certaine capacité d’adaptation de ses structures et de ses personnels ? Le Président  annonce avec un plaisir presque gourmand son intention d’en découdre,

Présidence : tous les secrets du jour

31+01:00p31+01:0001bmar, 27 Jan 2009 09:05:31 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Tous les secrets de la présidence, et on ne vous en parle pas. Au terme d’une longue conversation avec un expert, je peux vous rapporter un certain nombre de faits concernant de près le Président. Et d’abord, sa curieuse démarche. Tous ceux qui l’approchent considèrent qu’il souffre d’un véritable problème de hanches. Au moins une jambe beaucoup plus courte que l’autre. Ce qui l’apparenterait à Talleyrand, lequel avait un pied bot. Toutefois, ne telle disparité entre les jambes ne devrait pas lui permettre de courir. Or il court. Mais, depuis une chute récente, il a renoncé au vélo…

– Ce qui caractérise les derniers six mois du Président est son action diplomatique. Les thuriféraires se répandent en éloges. Les experts sont plus réservés.

« Il a réussi des coups flambants, c’est exact, m’explique mon témoin. Comme l’affaire de Géorgie, voire même les progrès vers le cessez-le-feu au Proche Orient. Le problème est que presqu’aussitôt après ses actions, il croit nécessaire de clamer haut et fort, sans grande précaution, qu’il est bien l’auteur de ces succès. il gâche tout par des déclarations fracassantes qui  contredisant souvent ses actions. Avec l’affaire israéliene  par exemple. D’abord il condamne le Hamas avec la dernière vigueur pour ensuite quasiment donner des ordres aux Israéliens. Ils n’apprécient pas. En diplomatie il faut savoir se taire quand il le faut, et il ne le sait pas. Il s’est vraiment pris pour le Maître du monde pendant la présidence européenne, et il se voyait bien en train de partager la gloire de Barak Obama, une sorte de cogestion du monde. C’est mal connaître les Etats-Unis et la tradition des Présidents américains. Ils ne partagent pas le leadership avec un « petit » président comme Sarkozy. En plus il a commis une erreur considérable en ne déléguant pas un représentant de très haut niveau à l’intronisation d’Obama. Il n’en a pas compris le sens. En fait, il n’a pas l’air de se rendre compte qu’en jouant ainsi perso il se met à dos tout le monde. Les Russes, les Chinois, les Américains, les Israéliens. Beaucoup de monde. »

MBAOP est incontestablement un orateur brillant, un excellent manoeuvrier politique. Mai il agit trop à court terme, à la recherche d’un bénéfice immédiat qui obère le long terme. L’ouverture incontestablement réussie au début du septennant s’essoufle, son bénéfice n’est plus aussi évident.

– En politique il sait mieux agir. Sauf qu’il mène ses troupes sans grandes précautions. A force de vouloir intéger toutes les tendances souvent peu ompatibles, L’UMP devient une armée mexicaine. Il veut avoir tout le monde sous sa main, il entend jouer la concurrence, qui se transforme vite en rivalité. Les confidences « off » des caciques de l’UMP sont à cet égard révélatrices, ils passent leur temps à baver les uns sur les autres. Sarkozy a construit un édifice monolithique, mais totalement verticla, tout dépend de lui. Si jamais une pièce de l’édifice vient à défaillir, tout se casse la figure.

Ceci dit, à l’UMP on est franchement inquiet quant au résultat des Européennes. D’où la tentative d’élargissement de la base vers la « classe ouvrière », en mordant sur l’électorat socialiste

Rachida Dati n’est plus ministre qu’en titre. et elle n’a plus que le droit de se taire. Elle est interdite de déjeuners intimes avec les journalistes. Le Président est le vrai, le seul Garde des Sceaux. Même si Zohra est désormais installée à demeure Place Vendôme. On se pose toujours la question du père, mais comme cette question n’est plus politique, tout le monde s’en fout. En revanche, le buzz me murmure à l’oreille que Rachida n’a pas compris ce qu’était un député européen.

Economie : toujours la casse. EU et monde

53+01:00p31+01:0001bmar, 27 Jan 2009 08:53:53 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Selon le New York Times 65000 suppressions d’emplois aux Etats Unis et dans des sociétés américaines. Le décompte de lundi :  20,000 emplois supprimés chez  Caterpillar, the world’s largest maker of construction and mining machinery; 8,000 jobs at the wireless provider Sprint Nextel; 7,000 workers at Home Depot (grandes surfaces, produits pour la maison) and 8,000 from the expected de la fusion entre les industriels de la pharmacie  Pfizer and Wyeth. The beleaguered automaker General Motors announced that it would cut shifts at plants in Michigan and Ohio, where the downturn has hit hardest, eliminating some 2,000 jobs.

And Texas Instruments said after the market closed on Monday that it would cut 3,400 jobs or 12 percent of its work force through 1,800 layoffs and 1,600 buyouts or retirements.

In Europe, the banking and insurance group ING said it would cut 7,000 jobs; the electronics company Philips, 6,000; and the steel maker Corus, 3,500 worldwide.

Justice,Prud’hommes : suite commentaires

48+01:00p31+01:0001blun, 26 Jan 2009 09:49:48 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Je vous propose une nouvelle série de commentaires exprimés par des lecteurs sur l’affaire de prud’hommes évoquée dans mon papier de samedi sur rue89. Vous y référer au besoin.

http://www.rue89.com/philippe-madelin/2009/01/24/prudhommes-la-secretaire-reclame-son-licenciement-a-lvmh

Ces commentaires ont été révisés de façon à éliminer toute dérive de langage.

Après de telles lectures, comme être étonné & ne pas comprendre que des ouvriers fasse justice eux-mêmes !!
Lorsqu’un patron délocalise en mettant tout le monde sur le pavé, comment font les ouvriers pour ne pas tout faire brûler ?
Il y a une similitude entre ses cas, l’un ce tire avec arme et bagage, l’autre met sur le pavé un ouvrier qui ne ce pli pas à ses ordres !

Le fait que l’employeur soit très connu le met-il à l’abri de la presse audio-visuelle ?
Pourquoi ne n’en avons nous pas entendu parler ailleurs ?
La réponse est dans la question : l’employeur est très connu.
Et surtout très puissant. Ce n’est pas la classe possédante qui est à la botte des politiques. Ce sont les politiques qui sont à la botte de la classe possédante.
Le patron de LVMH est propriétaire dans les média, donc silence des média. Il fournit gracieusement la garde-robe de la Ministre de la Justice, donc silence de la Justice. Il assiste à la soirée d’intronisation au Fouquet’s, donc silence de l’Elysée. Et donc de la COB. Etc, etc.
Les politiques devraient avoir conscience de la contrepartie demandée lorsqu’ils acceptent des cadeaux…
Une pluie d’articles dans des publications diverses ont décrit comment ce groupe de luxe a continuellement étranglé des créateurs d’entreprises débutants, au moment du premier foisonnement de l’internet: Par le moyen de contrats impossibles à réaliser (objectifs de croissance non tenus = abandon gratuit de toute participation dans sa propre affaire…). En fait le Grand Investisseur a tellement découragé ses « protégés », que tout a péréclité, il a lui-même perdu touites ses mises…
Mais le « congénital » remonte à beaucoup plus longtemps, quand un certain Monsieur Racamier, patron fort respecté dans la communauté des affaires, eut la malencontreuse idée de prendre sous son aile protectrice un « employé de haut niveau » chez Boussac à Roubaix; pour l’aider à se lancer lui-même sur la place de Paris. Cette histoire est généralement décrite sous le nom que tout le monde comprend, de Coucou (virant les oeufs du nid qu’il est venu squatter). Car l’ambitieux débutant prouva d’abord son talent en prenant le contrôle de l’entreprise de ce Monsieur R. et en se débarrassant de lui prestement.
Quand j’ai créé ma première entreprise, un certain Joe Rodgers, ambassadeur des u.s.a. en France (et entrepreneur de travaux publics à travers le monde), offrit un petit-déjeuner à un groupe de jeunes dont je faisais partie. Et nous persuada que « In the long run, there is NOTHING ABOVE INTEGRITY ». Je me sens plutôt bien d’avoir toujours été loyal envers lui et les autres, même si cela, bien sûr, a son prix assez souvent.

L’une des ouvrières d’Ecce (Poix-du-Nord) [est] montée à Paris, lors de l’AG de LVMH, pour demander aux actionnaires de renoncer à leurs dividendes pour sauver les 147 emplois menacés par l’expatriation en Pologne de la production.

Il s’agit d’une triste réalité et même si les prud’hommes sont une justice accessible, souvent tous les moyens sont bons pour les patrons pour continuer la casse.
Avoir gain de cause coûte, prend du temps et tout ce passe bien lorsqu’on tombe sur des véritables avocats spécialisés.
Malheureusement, trop d’avocats généralistes profitent de la misère des gens pour se faire de l’argent facile sur leur dos.
Note de Philippe Madelin : aux prud’hommes, on peut très bien se passer d’un avocat. La plupart des avocats spécialisés sont d’anciens syndicalistes, qui ont souvent siégé auparavant comme membres d’un Conseil des Prud’hommes.
Même lorsque le salarié à gain de cause, souvent les prud’hommes s’alignent sur le minimum légal (6 mois), et même avec cela les patrons n’hésitent pas à faire appel. Eux ils s’en fichent car ils ne paient pas avec leur portefeuille, mais celui de la société.
Il suffirait qu’il y ait une simple réforme, qui oblige les patrons à payer avec leurs argents, demain il y aura beaucoup moins de licenciements abusifs.
Et puis même si ils sont condamnés, cela leur coutera toujours moins que si ils avaient dû payer lorsque la personne est salarié (ils économisent au minimum les charges patronales).
Concernant les sections cadres aux prud’hommes, c’est simple on a l’impression qu’on a 4 employeurs ‘au lieu de 2 employeurs/2salariés). Parfois même les salariés CGT sont plus patronaux, que le collège employeur… c’est peu dire.
Le mot de la fin
Il me semble qu’une telle affaire devrait quitter le terrain prud’hommal et être correctionnalisée.

Sécurité : le lobbying des policiers municipaux

37+01:00p31+01:0001blun, 26 Jan 2009 09:30:37 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mon correspondant lecteur Laurent Opsomer me propose un point de vue  fort pertinent sur le lobby des policiers municipaux. Il s’interroge par ailleurs sur les raisons pour lesquelles les polices municipales se sont développées d’abord dans le midi. La réponse est relativement simple. Quand la gauche était au pouvoir, un certain nombre de municipalités de droite dans le Sud de la France – mais pas seulement  comme le démontre l’exemple de Levallois-Perret avec Patrick Balkany – ont considéré comme nécessaire l’installation de corps de police municipaux « pour suppléer à l’insuffisance de la police nationale ». Le paradoxe est que la nationalisation des corps de police municipaux avait été édictée par le gouvernement de Vichy pendant la guerre. L’institution a depuis fait florès. Précisons que nombre de « municipaux » sont aujourd’hui APJ 20, Agents de police judiciaire de second rang.
Donc Laurent dénonce l’hyper activité des milieux politiques, de droite ou de gauche, en faveur policiers municipaux…

Actif le lobby des policiers municipaux ? Actif, très actif, suractif même ! Pour preuve : le 5 février 2008, Nicolas Dupont-Aignan, ex-député UMP aujourd’hui sans étiquette, interroge la garde des Sceaux, ministre de la Justice, « sur la tendance actuelle des parquets à contester la véracité des témoignages des policiers municipaux lorsqu’ils ne sont pas étayés par une preuve vidéo » (question n°16090). Il est relayé une semaine plus tard par le député communiste de la Somme, Maxime Gremetz, qui attire lui aussi l’attention de la ministre de la Justice « sur la remise en cause de certains parquets de la réalité des faits constatés par les policiers municipaux au seul et unique motif que les faits n’auraient pas été filmés par la vidéo surveillance. En effet certains parquets émettent de sérieux doutes sur la légitimité des interventions réalisées par des policiers municipaux au seul prétexte que les éléments rapportés ne sont pas corroborés par l’examen de la vidéosurveillance. » (question n°16611). Bis repetita le 26 février 2008 où deux élus UMP, Jacques Domergue, député de l’Hérault, et Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, alertent d’une seule et même voix « sur l’inquiétude des policiers municipaux confrontés aux doutes qu’émettent certains parquets sur la légitimité de leurs interventions au seul prétexte que les éléments rapportés ne sont pas corroborés par l’examen de la vidéo surveillance, fonctionnant parfois en automatique, les parquets s’appuyant alors sur les seules et uniques déclarations des contrevenants. » (questions n°17764 et 17765). Dans un autre registre, Pascale Got, député socialiste de la Gironde, interpelle la ministre de l’Intérieur « sur l’inquiétude des policiers municipaux quant à la reconnaissance de la spécificité de leur métier. En effet, le statut actuel des policiers municipaux et leur rémunération n’est pas en adéquation avec les obligations spécifiques que présentent leur travail » (question n°17237 du 19 février 2008), oubliant au passage qu’il ne s’agit pas d’un corps homogène, mais un corps dominé par son extrême diversité : il n’y a pas une police municipale mais des polices municipales ! Ceci dit, comment expliquer cette coalition parlementaire en faveur de la police municipale si ce n’est par une convergence d’intérêts puisque nombre de parlementaires disposent d’un mandat local ?
D’ailleurs, au soutien sans faille de leur hiérarchie répond une allégeance inconditionnelle des agents municipaux.
Laurent Opsomer relève que les agents municipaux…
sont soumis à une totale obéissance envers une autorité qui ne souffre d’aucune contestation. Cette […] inféodation des gardiens de police municipale vis-à-vis du maire n’est pas sans conséquences. Dans un rapport remis début 1998 au ministre de l’Intérieur de l’époque, Jacques Genthial, inspecteur général, et ancien directeur central de la Police Judiciaire au sein de la direction générale de la Police nationale précisait :

« Un des points faibles des polices municipales est la dévotion sans faille, voire le culte, que les agents portent à leur maire. On sait que parmi ces derniers, certains abusent de leur position, mais il s’agit manifestement d’un nombre négligeable d’élus. »

Il apparaît donc normal que les édiles récompensent cette dévotion en défendant bec et ongle LEUR police. Concrètement, depuis la loi n°99-291 du 15 avril 1999 relative aux polices municipales, il ne se passe désormais plus une année sans qu’une loi n’accroisse les pouvoirs des agents de police municipale et ce, quelle que soit la couleur politique du gouvernement en place.

Cinéma : les insurgés

12+01:00p31+01:0001bdim, 25 Jan 2009 18:01:12 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Les Insurgés, un film (américain) réalisé par Edward Zwick. Avec : Daniel Craig , Liev Schreiber , Jamie Bell …
Zwick applique son savoir-faire ( plus que son talent) à une histoire incroyable et pourtant vraie, où trois frères presque malgré eux deviennent les symboles de la résistance face aux Nazis, en menant vers la liberté dans la forêt glacée  une tribu juive perdue. En juillet 1941, la Biélorussie est envahie par les troupes d’Hitler. Tuvia, Asaël et Zus Bielski sont résolus à ne pas attendre la mort qu’ils sentent inéluctable, ils décident de s’enfuir dans la forêt. Au départ constitué d’une poignée d’hommes, le groupe des frères Bielski devient en quelques mois un détachement de partisans juifs qui aide les juifs à s’évader des ghettos. Les Soviétiques les aident un peu. Juste ce qu’il faut…
La mise en scène veut nous prendre aux tripes. Elle entend démontrer combien la vie dans un monde devenu barbare affirme son droit, même dans les situations les plus désespérées.
Malheureusement, cette belle histoire est mal servie par une mise en scène  ampoulée, une réalisation très statique, un scénario émaillé de poncifs. Le réalisateur désire que nous partagions l’angoisse de cette odyssée dans les forêts biélorusses enneigées, on ne marche pas avec ces fugitifs assimilés à leurs ancêtres de  » l’Exode  » : les allusions à la Bible sont lourdes, les ficelles mélodramatiques sont grosses. Ainsi, les derniers épisodes se déroulent le jour de Pessah, la fête du Grand passage.

les-insurges_fichefilm_imagesfilm

On ne s’embête pas, parce que les combats bien réglés menés par les  partisans ne cessent pas. Mais le film passe à côté de son sujet : comment une communauté parfaitement civilisée peut-elle survivre face aux temps barbares ?

Justice, prud’hommes, réactions

39+01:00p31+01:0001bdim, 25 Jan 2009 09:47:39 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Je répercute ici un aperçu des réactions exprimées par des internautes à la suite de mon papier sur l’affaire prud’hommale évoquée hier sur rue89. Je ne rapporte pas la totalité des réactions, mais seulement celles qui permettent d’aller plus loin dans l’analyse du problème. Lequel apparaît plus fréquent qu’on ne le pense. Quand on veut tuer son chien, il suffit de dire qu’il a la rage…

Bonne idée de faire des petits aperçus des audiences prudhomales : elles donnent la réalité de l’état du monde du travail actuel… Ainsi, en l’occurrence, on trouve dans des situations absolument ubuesques. Et il paraît que les Conseillers Prudhomaux en voient tous les jours « des vertes et des pas mûres », de celles qui dépassent l’imagination !

D’un enseignant
Certes la justice prudhommale ne donne pas toujours satisfaction.
Il faut un temps considérable avant qu’une affaire soit jugée. Et l’on a dit que c’était simplement le Droit du Travail qui y était énoncé. Droit qui est finalement émanation du droit de l’Etat et donc des plus forts.
Mais dans le contexte actuel de démantélement dudit Droit du Travail qu’a entrepris le gouvernement Sarkozy, on ne peut que défendre les faibles remparts face à l’assaut des exploiteurs, des capitalistes aux abois.
La corruption arrive vite quand il s’agit d’étouffer une affaire.

D’un employé de la Sécurité sociale
La rente d’invalidité 2e cat. représente 50 % de la tranche A, soit 30 à 35 % de l’ancien salaire net. S’il y a un contrat de Prévoyance, le complément est dégressif dans la durée.
Les points de retraite représentent rarement plus que 4 % de ce qu’ils auraient été en situation salariée.
En gros, pour les filatures/écoutes dont la plaignante a été victime, ce sont les actionnaires qui ont payé (frais généraux, pseudo-budget Sécurité, …).
Et pour l’internement abusif et l’invalidité, ce sont nous, les assurés sociaux, qui avons payé et payons encore.
Je pense que dans le cas évoqué ici, la Sécu va soit se constituer partie civile contre l’employeur soit -et c’est plus fréquent- déclarer une faute inexcusable de l’employeur. Dans la mesure où le Tribunal a reconnu l’internement abusif, l’employeur sera contraint de déclarer la maladie professionnelle, apparentée à un accident du travail. Les circonstances de cet internement et ses conséquences (versement en invalidité) étant directement liées au travail. L’invalidité est d’ordre psychiatrique, donc c’en est fini de la vie professionnelle. C’est sûrement ce qui explique les D.I. que la dame demande.
L’article indique que l’employeur ne démontre pas que l’employée ne se soit pas rendue chez le médecin du travail. Donc, l’employée n’a jamais été convoquée. Les convocations se font par écrit pas par téléphone. Il est facile de présenter ces convocations à la barre.
Si le médecin du travail la déclare inapte, la dame obtient derechef son licenciement. C’est ce que ne veut surtout pas l’employeur. Licenciement = paiement des indemnités.

D’un journaleux blogueur
Donc si je pige bien, il y aurait eu une mise au placard AVANT le passage devant la médecine du travail, ce qui constitue un ‘bon point’ pour les magistrats prud’homaux, si tant est qu’elle puisse être attestée (si personne ne s’est défilé entre temps).
Il est ‘logique’ que l’employeur se débarrasse d’un salarié gênant. Cependant, dans ce genre de cas, l’indemnité transactionnelle est le meilleur moyen, surtout pour éviter de faire des vagues.
Note de Philippe Madelin la procédure de transaction n’a pas abouti
Je suis bien conscient que la PI2 ne se substitue pas aux salaires, indemnités, primes et autres « avantages » liés au contrat de travail et à sa rupture, mais un certificat de travail n’est pas une pièce essentielle pour « trouver un autre emploi ». C’est une pièce utile. En revanche, avoir des bulletins de paie à 0,00 € (après en avoir eu des normaux, au moins égaux au SMIC équivalent temps plein) empêche toute recherche « officielle » d’emploi (ANPE) et donc d’indemnisation (Assedic). C’est à bon escient que je n’emploie pas le terme de « Pôle Emploi ». Cette dame ne peut compter dans ses démarches que sur elle-même et financièrement que sur sa pension.
Je ne suis pas certain que sa démarche trouve à terme une issue heureuse en termes pécuniaires (indemnités, préjudice moral…), mais pour ce qui est des salaires AU MOINS jusqu’à son dernier jour travaillé et son licenciement, cela prendra -hélas- le temps nécessaire mais aboutira. Je vois mal les conseillers prud’homaux la réintégrer au sein de la société.
Globalement je comprends l’absurdité d’un non-licenciement, ayant déjà vécu cette situation et ayant dû ramer plus de trois ans pour me faire reconnaître licencié, alors qu’un inspecteur du travail me suivait et m’avait « contrôlé » les fois où je lui demandais de se déplacer. Même avec ses témoignages, un contrat de travail, des journaux où j’étais dans l’ours, et des fiches de paie, les prud’hommes rechignaient à me licencier.
Tout comme Philippe Madelin, je m’abstenais de tout commentaire là-dessus, étant moi-même présentement un « sans droits ». Je n’ai que mon 100 % pour une ALD, et pas le reste pour le régime général depuis le 1er janvier, et ne peux prétendre à la CMU ni à quoi que ce soit d’autre.
De même que, lorsque j’étais en arrêt-maladie, si le médecin de ma CPAM avait accepté que je sois indemnisé de octobre 2006 à octobre 2009 au maximum, les techniciens -eux- ont suspendu tout paiement depuis le 01/01/2007, malgré l’avis, aussi de l’assistante sociale de la Cramif.
C’est pourquoi je me permettais de dire que cette dame n’était pas une sans-droits, même si sa situation n’est pas normale et que (peut-être) la CPAM pourra par la suite se retourner contre l’employeur pour récupérer quelques mensualités.

Je me demande encore dans votre histoire jusqu’à quel point le médecin du travail a outrepassé ses prérogatives. C’est fatalement traumatisant pour la personne. Les Prud’hommes sauront-ils l’appréhender à sa juste valeur cette affaire !
C’est dramatique pour cette personne, car voir un médecin du travail diagnostiquer de la paranoïa, l’envoyer à un confrère, et se retrouver internée… Là vraiment…
Je trouve que les indemnités demandées et reçus ne sauront jamais à hauteur du préjudice réel subi.

Deuxième témoignage
J’ai un autre dossier aussi abracadabrantesque à vous proposer, terme que n’ont pas hésité à utiliser certains juges pour le qualifier.
Il présente des similitudes avec celui-ci, et aussi quelques différences.
Pour ce qui est des similitudes : il met de même en scène une salariée aux prises avec des patrons voyous et corrupteurs qui tentent de la faire taire par tous les moyens, et la font notamment surveiller, harceler et agresser de diverses manières.
Au rayon des différences : ayant dû porter plainte avec constitution de partie civile après avoir été licenciée, ses anciens employeurs continuant à la poursuivre de leurs harcèlements divers et variés, elle a été internée illégalement et dans des conditions rocambolesques (également moins d’un mois) sur ordre de ces derniers afin que l’information judiciaire ouverte à leur encontre tourne court, que la plaignante ne puisse plus jamais déposer plainte à raison des exactions diverses et variées dont elle est toujours et restera victime tant qu’elle sera en vie, et bien entendu, que son témoignage contre ces patrons voyous ne puisse en aucun cas ni aucun temps être pris en considération par qui que ce soit.
L’internement a été suivi d’une période d’arrêt de travail pour cause de maladie consécutif aux dégradations physiques subies par la victime dans le cadre de cet internement abusif, lequel arrêt s’est soldé par une expertise psychiatrique ordonnée par la Sécurité Sociale.
Les psychiatres ayant procédé à l’internement sur ordre des patrons  avaient développé pour la défense de ces derniers une thèse en vertu de laquelle la prétendue maladie mentale de la victime la rendait inapte au travail comme à toute vie sociale, et justifiait par conséquent que ses anciens employeurs interviennent absolument partout pour la faire exclure de tout tissu social, et surtout, bien entendu, pour l’empêcher de retrouver un quelconque emploi, une quelconque activité, salariée ou non.
Or, qu’a conclu l’expert psychiatre désigné par la Sécurité Sociale, au vu du dossier d’internement, et à l’issue d’un entretien avec la victime ?
Qu’elle est parfaitement apte à l’emploi !
Celle-ci se retrouve donc dans une situation assez paradoxale, où elle n’a jamais pu rentrer dans son droit au travail, n’a donc aucun salaire ni aucune sorte d’allocation de chômage, et ne peut non plus bénéficier d’aucun autre revenu de substitution, comme par exemple une pension d’invalidité.
Au-delà des contradictions apparentes, le but poursuivi par tous les fonctionnaires et autres professionnels corrompus au service des patrons voyous est toujours le même : priver leurs victimes de tout moyen de subsistance.
Dans le cas que j’évoque, et de façon assez surprenante (on pouvait s’attendre à davantage de dissimulation ou d’affabulations), le diagnostic de maladie mentale n’est étayé que par le dépôt de plainte, et reprend presque textuellement les arguments fallacieux de la partie adverse, lesquels sont amplement contredits par les faits, établis autant par les éléments de preuve fournis par la victime elle-même que par les résultats d’enquêtes judiciaires confortant ses dires.
La relation de cause à effet est donc évidente.

Film : Nulle part, terre promise

36+01:00p31+01:0001bsam, 24 Jan 2009 17:38:36 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Un film d’Emmanuel Finkiel, Prix Jean Vigo, Festival de Locarno, sélection officielle. Présenté le 23 janvier comme ouverture au Forum des Images d’un nouveau festival, « Un état du monde… et du cinéma » soutenu notamment par rue89. FRANCE – Fiction – Couleur – 1h34 – Avec Elsa Amiel, Nicolas Wanczycki, Haci Aslan, Haci Yusuf Aslan, Abdurrahim Apak, Joanna Grudzinska.

Vous prenez trois groupes de personnages en principe sans rapport entre eux : un cadre sup français chargé de la délocalisation en Hongrie d’une usine de réfrigérateurs : la délocalisation étant entendue comme le paradis des entreprises à la recherche des bas salaires ; trois clandestins kurdes qui franchissent les frontières d’Europe pour atteindre le paradis britannique, de l’autre côté de la Manche. Et une étudiante, peut-être anglaise, qui explore l’Europe de la crise, en filmant tout ce qui tombe sous son regard, de la France à la Hongrie en passant par l’Allemagne. Vous battez les cartes, vous les installez dans des fonds de décor nocturnes et glauques inspirés des graphes urbains, hantés par des chauffeurs de camions bulgares, des futurs chômeurs français, des ouvrières hongroises au rabais, des clodos.

Et vous obtenez un film subtil racontant les trois voyages des personnages dans cette Europe désarticulée. Planqués dans des camions ou dans des trains, les Kurdes pourchassés par les flics courent d’étape en étape du fin fond de la Turquie au bord de la Manche, à Calais. Deux adultes, et un gamin superbe, à la fois candide et apeuré, images de la désolation et d’une volonté farouche de s’en tirer. Arrogant, futur directeur de l’usine délocalisée, le cadre sup assiste au démantèlement de l’usine en France sous les huées des ouvriers, il assiste encore à sa réinstallation en Hongrie, et, peut-être il commence à comprendre. Quant à l’étudiante, lien entre tous, elle court ici et là. Avec sa mini caméra numérique elle filme les ouvriers, elle filme les pauvres. Pas parce qu’ils sont pauvres, mais parce que leurs images sont fortes. A Budapest, après une soirée agitée, elle rencontre un couple d’ouvriers avec lesquels elle se lie d’amitié. Elle, enceinte, travaille dans un atelier déjà opérationnel de l’usine délocalisée. Les Kurdes se planquent dans les camions derrière des marchandises entassées, des produits pas cher pour l’Europe prospère. Ils survivent, et le gamin demande : quand est-ce qu’on prend le bateau ?

Très beau film, presque esthétisant dans sa volonté de transcrire au cinéma le monde des grapheurs. Un film très subtilement construit, magnifiquement interprété, alors que la plupart des comédiens sont des non professionnels. Evidemment, les histoires ne sont pas très réjouissantes. Encore que la solidarité entre les uns et les autres réchauffe le coeur. Sobre dans le propos : Finkiel ne donne pas dans l’émotion larmoyante. Et pourtant l’émotion est sans cesse présente. On comprend mieux l’état de la crise. Il n’y a pas de terre promise.

affiche4

Justice, prud’hommes : quand une employée du groupe LVMH doit réclamer en justice son licenciement.

32+01:00p31+01:0001bsam, 24 Jan 2009 09:32:32 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Une secrétaire contre un filiale de LVMH :  l’employée demande son licenciement, le monde à l’envers
Devant la 6° chambre du Conseil des Prud’hommes de Paris ce 21 janvier, s’est plaidée une très surprenante affaire opposant une assistante de direction Mme Odile N.A. défendue par Me Raphaël Mayet, et Louis Vuitton Services, filiale de LVMH,  représenté par une collaboratrice de Me Jacques Valluis.
Le montant énorme des indemnités réclamées  retient l’attention : au  total: 559 585 euros. Un montant qui n’est pas banal, surtout pour une assistante de direction comme Odile N.A., ce que l’on a coutume de considérer comme du petit personnel. Donc d’extraordinaires indemnités, pour solder une affaire qui est encore moins banale, à dire vrai une histoire folle, et une histoire de fou au sens strict du terme. Il faut dire que l’adversaire est tout aussi peu banal puisqu’il s’agit de la Société Louis Vuitton Services, une des pièces du puzzle LVMH – Louis Vuitton Moët Hennessy – contrôlé par un des hommes les plus riches de France, Bernard Arnault et sa famille.
Le fond de l’affaire est encore plus singulier, puisque la plaignante reproche à son employeur… de ne pas l’avoir licenciée. Et de ce fait de la priver d’une foultitude de droits sociaux et financiers qui auraient découlé d’un licenciement en bonne et due forme.
A première vue, cette histoire est ahurissante, et même difficilement crédible dans un groupe financier et industriel aussi puissant, sans aucun doute peuplé des plus fins juristes possibles. Et pourtant…
Les faits bruts sont assez simples : secrétaire de direction chez Moët Hennessy, Mme Odile N.A est mutée en mai 1997 à la société Louis Vuitton Services. Dans ce cadre, selon la plaignante, il lui est demandé de transcrire sur son ordinateur un document relatant un important montage financier, en l’antidatant de cinq ans. La qualité de faux sera reconnue par la COB.
En juin 2003, la plaignante est convoquée par le médecin du travail de son employeur, sous le prétexte qu’on ne retrouve pas un certificat de visite devant ce médecin. Lequel écrit aussitôt une lettre à un confrère psychiatre pour lui demander d’examiner cette personne au motif, dit-elle, qu’elle manifesterait des symptômes de paranoïa en ne cessant de se plaindre d’être épiée, surveillée, suivie, ses communications téléphoniques interceptées. Le tout à la demande de son employeur, soutient-elle, qui craindrait qu’elle révèle avoir participé à la fabrication d’un faux en écriture utilisé pour des opérations financières surveillées par la COB, Commission des Opérations de Bourse. Autrement dit, pour éviter qu’elle ne témoigne, on voudrait tenter de la faire passer pour folle.
Le psychiatre recommandé par le médecin du travail opère à l’hôpital Sainte- Anne de Paris, principal centre de traitement des maladies mentales. Il délivre un certificat médical sur la foi duquel Mme Odile N.A. est immédiatement internée dans le cadre d’une « Hospitalisation à la demande d’un tiers » au sein de l’établissement public de santé Maison Blanche, situé à Neuilly-sur-Marne. Elle y reste un peu moins d’un mois, du 26 juin au 23 juillet 2003. Dès sa libération, elle entreprend de démontrer que cette hospitalisation était illégale. Elle obtiendra l’annulation par le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise du certificat d’hospitalisation, par décision du 16 novembre 2006, rectifiée le 28 décembre 2006. Avec à l’appui, en référé-provision près le Tribunal de Grande Instance de Paris, une indemnisation de 7500 euros. Pas d’appel, donc décision définitive.
Peu de temps plus tard, la Sécurité sociale va placer Mme Odile N.A. en invalidité de 2° catégorie au motif qu’elle ne pourrait pas se réintégrer dans la vie professionnelle.
Deuxième phase, capitale de l’affaire : cette déclaration d’invalidité aurait dû entraîner de facto la rupture du contrat de travail de la plaignante, avec pour conséquence tous les droits afférents classiques, en particulier une proposition de reclassement, des indemnités de licenciement, la liquidation de ses parts d’intéressement, la délivrance d’un certificat de travail, etc.
Or non seulement la société LVServices n’a pas licencié Mme Odile N.A., mais encore l’a placée en « congé sans solde » hors de toutes les procédures, lui délivrant chaque mois un bulletin de paie de 0,00 euros, évidemment sans aucun point de retraite. Elle prive ainsi sa salariée de très nombreux droits, au premier chef de son salaire mais encore la bloque complètement dans sa vie personnelle et professionnelle. La motivation de l’internement pour troubles mentaux lui interdit bien sûr la recherche de tout nouvel emploi. De façon assez contradictoire, l’employeur soutient que le contrat de travail est suspendu tant qu’aucune visite médicale n’aura permis à la société de constater la situation d’invalidité. Il est également reproché à Mme Odile N.A. de n’avoir jamais sollicité sa réintégration. Et il nie, par la voix de son avocat, avoir participé d’une manière quelconque au processus d’internement.  Sans pouvoir le démontrer d’une façon quelconque l’employeur soutient que Mme Odile N.A. n’aurait pas obtempéré à des convocations de la médecine du travail qui auraient permis de régulariser la situation et d’ouvrir la voie à une procédure de licenciement pour inaptitude au travail.
En clair, et en quelques mots : la salariée de LVServices reproche à son employeur de refuser de la licencier pour éluder ses devoirs définis par le Code du Travail. Suffit-il de soutenir qu’elle n’a pas demandé de retravailler pour s’exonérer de toutes les charges liées à l’exécution du contrat de travail ?
Habituellement, on se plaint d’être licencié sans vraie raison. Il apparaît pour le moins étrange que dans cette affaire, Mme Odile N.A. soit contrainte de demander au tribunal des Prud’hommes la résiliation en justice de son contrat de travail. C’est presque sans précédent, en tout cas à ce niveau. C’est en tout cas le monde à l’envers.
Une tentative de conciliation a échoué. Décision le 21 mars.

Presse : les Etats généraux accouchent d’une… souris

46+01:00p31+01:0001bven, 23 Jan 2009 12:15:46 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Notre cher Président a rendu publiques comme prévu les mesures d’aide à la presse, découlant des Etats généraux de la presse dont les travaux ont duré deux mois. La souris… informatique est la principale bénéficiaire. Une surprise de taille : le Président semble avoir renoncé et aux mesures facilitant de nouvelles contrations dans la presse écrite, et aux dispositions susceptible de rduire la position des Syndicats du Livre. 600 millions d’aide en trois ans sont annoncés, mais la plus grande partie est déjà en vigueur. La principale concernera l’augmentation de la publicité institutionnelle. Prudence extrême également en matière de déontologie, on ne touche pas trop à ce chapitre assez fragile, des modifications auraient pu apparaître comme des atteintes insupportables à la liberté de la presse.

En fin de compte l’aspect le plus novateur, dont l’adoption était au demeurant déjà conue,   concerne Internet, alors que la presse Web est tenue par nombre d’experts comme la cause principale de dégradation de la presse papier. Est ainsi projetée la création d’un statut d’éditeur en ligne, impliquant la reconnaissance de l’emploi de journalistes professionnels. La presse électronique se verra octroyer toute une série d’aides qui l’aligneraient peu ou prou sur le statut de la presse écrite : exonération de la taxe professionnelle, demande à Bruxelles de bénéficier pour la presse en ligne du taux réduit ou super-réduit de TVA, 5,5 % et super-réduits 2,1 % de TVA.  Les aides à l’investissement sur le Web devraient notamment passer par la création de fondations, alimentées par des dons ouvrant droit à une déduction fiscale de 66 %.
Les droits d’auteur des journalistes seront adaptés à l’émergence d’une presse multisupport, en modifiant la loi, selon les propositions de la profession.

Il n’y a pas de quoi s’esbaudir de ces réultats plutôt modestes pour une initiative qui se voulait grandissime et évolutionnaire. La crise est passée par là. On a désormais d’autres préoccupations.

Lecteur, point de vue : Sauvons la police

08+01:00p31+01:0001bjeu, 22 Jan 2009 16:38:08 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mon correspondant Laurent Opsomer me propose ce point de vue. Je lui ai offert de pouvoir s’exprimer sur mon blog, sous réserve de mon accord quant aux termes utilisés. Il n’y a pas de problème. Voici donc son texte.

Inquiétée sur sa gauche par la montée en puissance des polices municipales, bousculée sur sa droite par la multiplication des officines de sécurité privée, la police nationale – telle que nous la connaissons aujourd’hui – est désormais menacée dans son existence même, d’autant que la fusion annoncée avec la gendarmerie n’est qu’un leurre puisqu’elle est uniquement guidée par une volonté farouche d’un sévère dégraissage des effectifs.

Bien évidemment, la police nationale est loin d’être exempte de reproches ; la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) est saisie, chaque année, de bavures ou de brutalités supposées ou avérées. Pourtant, même affidée au pouvoir en place, même tiraillée par des guerres des chefs intestines, la police nationale n’en demeure pas moins au service des citoyens, de tous les citoyens, à la différence des polices municipales que les communes les plus pauvres ne peuvent s’offrir et dont l’action est en réalité très limitée. Mais il y a pire : flics, pandores et matons pourraient dans un avenir proche être remplacés par des vigiles et autres enquêteurs privés, appelés à rapidement dépasser en nombre les premiers. C’est d’ailleurs la conclusion du récent livre blanc conjointement rédigé par l’Institut national des hautes études de sécurité (INHES) et, heureux hasard, la Confédération européenne des services de sécurité (CoESS), et curieusement préfacé par le président de la République, à qui il convient de rappeler  que « la réduction nécessaire des dépenses des Etats » ne doit pas être synonyme d’abandon de leurs missions régaliennes, ni même de délégation de celles-ci au secteur privé sous le fallacieux prétexte de créer « de nouvelles richesses en termes d’emplois et de métiers ». Le glissement sémantique est néanmoins révélateur des ambitions politiques à ce sujet : outre la « coproduction » privé-public prônée par Nicolas Sarkozy, ne parle-t-on pas dorénavant d’« offre globale de sécurité » ou « d’économie de la sécurité » évoquée par la ministre de l’Intérieur lors de son discours au Sommet européen de la sécurité privée le 15 décembre dernier ? Pis, Michèle Alliot-Marie estime que « pour répondre à la demande de sécurité de nos concitoyens […], la sécurité privée doit encore prendre plus de place dans la lutte contre l’insécurité ». Par conséquent, il ne s’agit plus d’encadrer le développement de ces sociétés ou de réglementer leurs activités, mais bel et bien de leur accorder des pouvoirs de police ! Or, la sécurité privée n’obéit qu’à la seule logique du profit, donc de l’argent. Dès lors, serons-nous plus en sécurité dans un monde où nous serons protégés en tant que clients et non comme citoyens ? Finalement, malgré ses défauts, la police nationale reste le moins mauvais des régimes policiers.

Je répercute son propos d’autant plus volontiers que je le vois répercuter les inquiétudes de nombreux policiers. Et gendarmes.

J’ai repris la formule de rue 89 pour mon blog : auteur, experts, lecteurs. Donc, à vos claviers, je vous publierai volontiers. Mais comme je suis le responsable juridique de mon blog, je suis obligé de modérer moi-même les propos.

La mémoire et la justice

54+01:00p31+01:0001bmer, 21 Jan 2009 09:00:54 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Les affaires de justice, et singulièrement le problème posé par les jugements fondés sur une intime conviction, reposent la question du témoignage en particulier, des souvenirs et de la mémoire en général.

J’ai écrit dans mon billet consacré à la suite de l’affaire Colonna :

Nous sommes  à l’heure d’une remise en cause fondamentale de la véracité des témoignages : tous les travaux actuellement menés sur la Mémoire tendent à établir que celle-ci est essentiellement fugace et versatile, à l’opposé de tout fait établi dans des conditions scientifiques.  Les souvenirs sont éminement flous, incertains, non maîtrisables ; ils ne sont parfois que des rêves. Je peux me souvenir mieux d’un cauchemar de quelques secondes que d’événements circonscrits, dans l’histoire, mais non dans ma mémoire. Or demain comme hier les magistrats jurés doivent se reposer sur des témoignages exprimés sur des faits survenus cinq ou dix ans plus tôt. Vous vous souvenez, vous, de ce que vous avez vu ou entendu le 14 janvier 1999 ? Saviez-vous au moins où vous vous trouviez ? Etes-vous certain de votre souvenir, votre souvenir n’est-il pas inspiré par des récits ultérieurs ?

Contrairement  à une image que l’on se plait à entretenir, la mémoire est d’une grande complexité dans son fonctionnement. Certes les souvenirs sont inscrits dans les circonvolutions du cerveau, pas comme les images d’un film mais comme des éléments déjà retravaillés, retransformés par les émotions, par les perceptions diverses qui ont entouré l’inscription de l’événement daans la mémoire. L’exemple le plus célèbre est celui d’une expérience conduite il y a de nombreuses années déjà par des psychologues travaillant pour les Sapeurs Pompiers de Paris, à la suite d’un incendie dans une boutique galerie des Champs Elysées : il a été demandé aux personnes qui avaient échappé à l’incendie de dessiner les lieux, qui comportaient un couloir constituant l’issue de secours ; à la grande surprise des chercheurs, les témoins ont dessiné ce couloir mais selon des longueurs variables d’une personne à l’autre, parfois au double de la longueur. Cette longeur fictive mesurait en fait l’intensité de l’émotion ressentie par le sujet pendant sa fuite devant les flammes.

Cette expérience signifie très simplement que le souvenir n’est pratiquement jamais conforme à la réalité, mais modelé en fonction de l’émotion. Autre exemple : les aveux obtenus après de longs interrogatoires, a fortiori après des tortures, ne permettent jamais de reconstituer une autre histoire que celle dictée, édictée, par l’interrogateur. Et le pire est que cet interrogateur n’est pas toujours conscient de sa part dans la fabrication du « souvenir extorqué ».

Gabrielle Hallez, une des personnes inquiétées dans l’affaire des caténaires SNCF, arrêtée à Tarnac décrit ainsi une partie de son interrogatoire (Le Monde caté du 21 janvier 2009) :

[Au siège de la DCRI à Levallois-Perret] les interrogatoires s’enchaînent. Une fois huit heures sans pause, va-et-vient de nouveaux officiers qui se relaient. Mauvaises blagues, pressions, menaces : « Ta mère est la dixième personne mise en garde à vue dans le cadre de l’opération Taïga, on va la mettre en détention », « Tu ne reverras plus ta fille ». Leur bassesse n’est pas une surprise. Ils me questionnaient sur tout : « Comment vivez-vous? », « Comment êtes-vous organisés pour manger? », « Est-ce que tu écris? », « Qu’est-ce que tu lis? » Ils voulaient des aveux pour donner corps à leur fantasme de cellule terroriste imaginaire.

C’est un témoignage, et il y a gros à parier que les officiers de la DCRI vont le mettre en cause, comme non conforme à la réalité. Après, on peut attester tout ce qu’on veut, mais on se doit de constater que la mémoire ne restitue jamais une réalité objective, en quelque sorte « cinématographique ». Il y a des images le plus souvent incomplètes, des continuités d’images et de couleurs, des montages même qui organisent la mémoire en fonction des données individuelles essentiellement variables. En outre, plus on s’éloigne du moment où se sont déroulés les faits, plus les souvenirs sont déformés.Qui plus est, chez une même personne les souvenirs sont l’objet d’importantes variations.

En bref, on peut affirmer que ce que l’on appelle le souvenir, base du témoignage n’est qu’une tentative pour reconstituer, pour reconstruire une histoire cohérente à partir des bribes de la mémoire, qui ne sont pas cohérentes. Il n’y a pas de différence substantielle entre le souvenir et le rêve. Qui n’est lui-même qu’une histoire bâtie à partir d’éléments dispersés, un kaléidoscope hors de tout contrôle. Croire que la mémoire puisse être d’une véracité assez forte pour établir des preuves à propos de telle ou telle action relève d’un fantasme absolu.

En clair, fonder un jugement, une condamnation, sur des témoignages paraît incompatible avec les données de la science. Les policiers et les magistrats auront beau multiplier les propos contraires, ils ne peuvent rien contre le fonctionnement en vérité aléatoire de notre cerveau. Alors, dans ce cerveau, notre mémoire nous aménerait-elle à vivre dans un rêve permanent ? Probablement.

Les interrogatoires… à la question. Les méthodes d’interrogatoire musclées, fondées sur les menaces physiques ou psychologiques, sur l’épuisement après de longues périodes d’incrcération ne permettent d’obtenir que ce qu’on en attend, c’est-à-dire l’exposé d’une « vérité » présupposée, imaginée au préalable par les interrogateurs. Ils construisent un système, ensuite ils tentent de démontrer sa véracité en se fondant sur des témoignages obtenus par la force. C’est par exemple le cas pour les prisonniers de Guantanamo. L’administration Bush a prétendu qu’il fallait les maintenir enfermés jusqu’à les obliger à parler. Après des années, il ne leur restait rien à dire, il n’y avait plus rien dans leur mémoire.

Justice : l’intime conviction, une pratique moyenâgeuse

34+01:00p31+01:0001bmar, 20 Jan 2009 09:00:34 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Version actualisée et réécrite de mon précédent billet sur l’intime conviction.

Le 14 janvier, le TGI de Paris a prononcé la relaxe générale de six responsables médicaux, jugés pour la mort de 117 jeunes traités dans les années 1980 à l’hormone de croissance et qui avaient développé la maladie de Creutzfeldt-Jakob, dite maladie de la «vache folle». Le premier décès est intervenu il y a dix-huit ans. La principale motivation du jugement est l’incapacité du tribunal à démontrer la culpabilité des personnes poursuivies, faute de preuves décisives quant à leur degré de connaissance du problème posé par l’emploi des hormones de croissance. Outre l’exceptionnelle longueur de la procédure due à une instruction déraisonnablement interminable, seize ans, ce jugement pose le problème de la preuve et de sa qualité dans les décisions judiciaires. Le principe de droit très généralement appliqué en France est : quand il y a doute doit intervenir la relaxe. Sauf en matière criminelle, en cour d’Assise, où la qualité de la preuve importe peu au bénéfice de l‘intime conviction. un système judiciaire totalement archaïque.

C’est ce que nous rappelle l’affaire Yvan Colonna, qui va revenir au tribunal, en appel,  onze ans après les faits, du 9 février au 13 mars.

Yvan Colonna, dit le « berger corse », originaire de Cargese a été condamné à la perpétuité en décembre 2007 pour l’assassinat du préfet Claude Érignac le 6 février 1998, alors qu’il se rendait à un concert au théâtre d’Ajaccio.

Pour prononcer la décision de 2007 la cour n’a pas pu s’appuyer sur un faisceau de preuves formelles et incontestables. Pas d’écoute téléphonique, pas d’interception de portable. Pas de photo in vivo. Pas la moindre trace physique susceptible d’être attribuée à Colonna sur un objet, sur une arme. Les tentatives d’identification par « tapissage » ont été vaines. Les reconstitutions ont été moins que décisives.

Un exemple, quand j’interroge Irène Stoller, qui a managé l’enquête au niveau du parquet anti terroriste pour lui demander si elle a la preuve de la présence de Colona sur les lieux du meurtre, à l’heure du meurtre, elle me répond :

– Non, nous n’avons pas la preuve, mais j’en suis sûre et certaine.

A l’audience, le commissaire Roger Marion qui a dirigé l’enquête, a déclaré tout de go qu’il est personnellement convaincu de la culpabilité de Colonna. A été déterminant le rôle des témoignages à charge parfois contradictoires , dont plusieurs émanant des proches d’Ivan Colonna. L’accusation s’est fondée essentiellement sur les dénonciations émanant des membres du commando dès leur arrestation en mai 1999. Lesquels se sont rétractés ensemble un an et demi plus tard. Le témoignage était le moyen de preuve fondamentale de l’inquisition pour étayer ses accusations. Les témoignages utilisés en 2007 seront de nouveau excipés en février prochain. avec en plus cet argument massue : Colonna n’a jamais vraiment protesté contre sa condamnation, alors qu’il avait multiplié auparavant les déclarations de non culpabilité. Donc il assumerait sa culpabilité !

Je ne rentrerai donc pas dans le détail pour arriver directement à une citation en forme de conclusion, énoncée par le Président Coujard, avant que la Cour d’Assise ne se retire pour délibérer :

La loi ne demande pas compte aux juges des moyens par lesquels ils se sont convaincus, elle ne leur prescrit pas de règles desquellesnils doivent faire particulièrement dépendre la plénitude et la suffisance d’une preuve ; elle leur prescrit de s’interroger sur eux-mêmes dans le silence et le recueillemen, et de chercher, dans la sincérité de leur conscience, quelle impression ont faite sur leurs raisons les preuves rapportées contre les accusés et les moyens de défense. La loi ne leur fait que cette seule question qui renferme toute la mesure de leurs devoris : « Avez-vous une intime conviction ? »

Sous son apparence élégante, ce texte fondamental implique qu’il est possible, et même probablement recommandé, de juger sans preuve. De toute façon, les juges n’auront pas à motiver leur décision. C’est-à-dire à la justifier.

On sait comment est élaborée une décision aux Assises, sous forme de réponses par Oui ou par non aux dizaines de questions posées par la Cour, et plus particulièrement par le Président. Que le jury soit formé de magistrats et non de simples citoyens ne change pas grand chose au fond du problème. A l’heure de la multiplication des moyens techniques de preuve… à l’heure où on peut déterminer à l’heure près la date d’un texte par examen de l’encre ; à quelques minutes près l’heure du décès par examen des viscères, du bol alimentaire ; en quasi certitude l’appartenance de traces physiques sur un objet par analyse de l’ADN, les juges sont autorisés à s’interroger dans le même climat de totale incertitude que les magistrats qui les ont précédé un siècle ou deux plus tôt. Nous sommes surtout à l’heure d’une remise en cause fondamentale de la véracité des témoignages : tous les travaux actuellement menés sur la Mémoire tendent à établir que celle-ci est essentiellement fugace et versatile, à l’opposé de tout fait établi dans des conditions scientifiques.  Les souvenirs sont éminements flous, incertains, non maîtrisables ; ils ne sont parfois que des rêves. Je peux me souvenir mieux d’un cauchemar de quelques secondes que d’événements circonscrits, dans l’histoire, mais non dans ma mémoire. Or demain comme hier les magistrats jurés doivent se reposer sur des témoignages exprimés sur des faits survenus cinq ou dix ans plus tôt. Vous vous souvenez, vous, de ce que vous avez vu ou entendu le 14 janvier 1999 ? Saviez-vous au moins où vous vous trouviez ? Etes-vous certain de votre souvenir, votre souvenir n’est-il pas inspiré par des récits ultérieurs ?

J’ignore si Colonna est coupable ou non. En l’état, je ne suis pas capable de le déterminer, pas plus que les policiers, les procureurs, les juges. Le principe de l’intime conviction ne tient pas debout, il nous renvoie au temps de l’Inquisition. Ni les policiers chargés de rédiger les procès verbaux d’audition, ni les magistrats instructeurs ne sont pas capables de reconstituer les conditions de l’enquête. Même avec des photos. La vérité du moment leur échappe. La question posée par le premier procès Colonna en Assise reste pendante, elle sera encore plus aigue lors du deuxième procès. Si le principe de l’intime conviction avait prévalu dans l’affaire du sang contaminé, la condamnation aurait été quasi certaine.

Dans l’Express de cette semaine l’avocat Gilles-Jean Portejoie repasse le plat, il remet en cause cette question de l’intime conviction. Il est temps de se pencher sur cette disposition moyen-âgeuse de notre droit pénal : on peut toujours juger sans preuve. Ahurissant, non ? Encore un beau chantier pour l’ancien avocat Nicolas Sarkozy, MPV (Mon Président volant). En attendant, le gouvernement se penche sur la nouvelle LOPSI, projet de loi d’orientation sur la sécurité intérieure.

Les recettes de Marina : le cake familial

04+01:00p31+01:0001blun, 19 Jan 2009 18:34:04 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

en français, encore… Car elle est désormais une célébrité internationale… sur internet, et en italien ! Donc voici une nouvelle recette, mes lecteurs sérieux apprécient. Moi aussi.

recette du cake aux fruits secs, pour 4 à 6 personnes (ou, me concernant, plusieurs jours, et ça ne rassit pas).

200 gr de farine, 140 gr de sucre semoule, 140 gr de beurre (je ne savais pas que j’avalais tout ça, pas bon pour mon poids !), 3 oeufs, 1 sachet de levure ; 1 zeste d’orange confit ; abricots secs coupés en morceaux ; dattes coupées en morceaux ; pruneaux coupés en morceaux ; raisins secs.

Préchauffez le four, thermostat 6 (180°)

Fouetter le sucre avec le beurre, ajouter la farine, la levure une pincée de sel et les oeufs battus. Quand la pâte est homogène (bien mélanger au fouet) ajouter tous les fruits coupés et le zeste confit, un peu fariné (c’est le petit secret) pour qu’ils ne tombent pas au fond. Mettre cette pâte dans un moule à cake tapissé de papier d’aluminium, à four chaud (huit) pendant 45 minutes.

Puis bon appétit gourmand !

Police : chambardements dans les syndicats

26+01:00p31+01:0001bdim, 18 Jan 2009 09:00:26 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Par mon blog j’ai rencontré plusieurs personnes qui me restent physiquement inconnues, mais qui me transmettent des informations sensibles et intéressantes.
C’est le cas de Laurent Opsoner, très attaché aux questions de sécurité. Je lui ai proposé de donner écho à ses points de vue. Voici le premier consacré à l’évolution du syndicalisme policier chez les gardiens de la paix.
Le paysage syndicale policier va être bouleversé : l’UNSA Police a, en effet, décidé de quitter l’UNSA puisque cette dernière a entrepris un rapprochement avec la CGC à laquelle est affilié l’ennemi héréditaire, Alliance Police nationale, affidé au pouvoir actuel. Une nouvelle entité va donc émerger sous peu, née du rapprochement entre l’UNSA Police et le SGP-FO. Cette nouvelle organisation syndicale bénéficiera théoriquement d’une écrasante majorité parmi les gradés et gardiens de la paix si l’on additionne les voix obtenues aux dernières élections professionnelles par l’UNSA Police et le SGP-FO. Face celle-ci, il y aura Alliance, en difficulté suite à l’annonce gouvernementale de la suppression de 4 800 postes de gradés et de gardiens de la paix d’ici à 2011 (Le Monde du 8 janvier dernier), et quelques syndicats ultra-minoritaires comme la CGT Police, la FPIP et Action Police CFTC (ces deux dernières étant traditionnellement classées par leurs pairsà l’extrême droite en raison de leurs prises de position). Ceci dit, j’ignore comment l’Elysée perçoit cette évolution.

Je reprends le volant… MBAOP n’en a en tout cas rien dit lors de ses voeux aux forces de sécurité,  à Orléans le 14 janvier. Il a étalé de nombreuses statistiques de délinquance (et surtout de lutte contre la délinquance) très favorables: selon le Ministère de l’Intérieur, la délinquance générale a baissé de 0,86% en 2008 par rapport à 2007. Mais les violences aux personnes sont en augmentation tout comme les vols à main armée ; les règlements de compte ont explosé. 3.558.329 crimes et délits ont été constatés par l’ensemble des services de police en 2008, contre 3.589.293 en 2007,

Estce une récompense ? MBAOP a annoncé l’ouverture d’un crédit de 100 millions d’euros pour la modernisation du parc automobile des forces de sécurité. Mais il n’a même pas évoqué dans ses voeux les restrictions d’effectifs dans la police et la gendarmerie. Et encore moins les problèmes posés par la redistribution des cartes dans le paysage syndical.

La recette de Marina est passée en italien !

37+01:00p31+01:0001bsam, 17 Jan 2009 19:30:37 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Voici la transcription en… italien de la « recette de Marina ». Comme vous allez pouvoir le constater, le système de traduction est étonnant : tout est en double, d’abord le français, puis l’italien ! J’imagine que c’est bon pour les étudiants en langue.

Cucina: la ricetta per Marina

By phmadelin Con phmadelin

Mia moglie vuole spiegare la sua vera ricetta, è Natale

Noto, mia moglie Marina è un intellettuale, ma anche le persone l’amore di tornare a casa per cena, perché si mangia davvero bene. Migliore rispetto al semplice famiglia di cottura. Inoltre, a differenza di molti altri, non giorni, per età o prima di « il suo forni. La sua idea è che si cucina senza fatica, è il sogno di tutti i professionisti della cucina (che io non sono). Un altro modo per esprimere il successo di un piatto, senza seguire la ricetta. Qui è la sua ricetta:
1 – Ne jamais rien peser, se fier à son regard. 1 – Non pesare nulla, basandosi su i suoi occhi.
2 – Diviser en deux toutes les proportions données dans les livres de recettes 2 – Dividere in due libri di cucina in tutte le proporzioni
3 – N’utiliser que les produits que vous connaissez, quitte à remplacer les inconnus par d’autres 3 – Utilizzare solo i prodotti che si sa, anche per sostituire l’ignoto da parte di altri
4 – Ne pas mettre trop de vigueur dans le maniement des instruments 4 – Non mettere troppa forza nella gestione di strumenti
5 – Se contenter des moyens les plus simples pour cuisiner. 5 – Non si tratta del modo più semplice per cucinare. Utiliser ceux que vous possédez et dont vous connaissez le maniement Usa quello che hai e di sapere come
6 – Vous devez toujours préparer vos pâtes ( pour gâteaux) vous-même. 6 – Si dovrebbe sempre preparare la pasta (per i dolci) te.
7 – Goûter beaucoup en cours de route, rectifier selon votre goût et non selon la recette. 7 – Gouter molto nel modo corretto in base al vostro gusto e non secondo la ricetta.
8 – Quelque soit le plat, cuisez-le à température moyenne haute. 8 – Qualunque sia il piatto, cuoco che più di medio alto.
9 – Vous n’y consacrerez pas votre journée, et le résultat sera bon à 90%. 9 – Non trascorrere la giornata, e il risultato è buono per il 90%.
10 – Quand vous avez raté deux fois un plat, laissez tomber, il n’est pas pour vous. 10 – Quando hai perso due volte un piatto, goccia, non è per voi.
11 – Et, surtout, éliminez les recettes dont le vocabulaire exige un dictionnaire pour comprendre. 11 – E, soprattutto, eliminare il reddito che richiede un vocabolario dizionario per capire.
Avec ça, vous pouvez réussir le canard à l’orange, la carbonade à la Flamande, la mousse au chocolat, un rakot kaposta tout à fait exotique, la goulash à la Hongroise, la tarte tatin (géniale), les pommes de terre en gratin, les tartelettes aux tomates, la tarte à l’orange, tous les gâteaux au chocolat à la manière austro-hongroise. Con questo, si può passare l’anatra à l’arancio, il carbonade fiammingo, mousse al cioccolato, un rákot kaposta abbastanza esotico al gulasch ungherese, torta tatin (brillante), la patata gratinate, le torte a base di pomodori, crostata con arancio, a tutti i dolci al cioccolato austro-ungherese modo. Creme e salse, naturalmente … e l’arte di recuperare i resti. A volte si perde una nuova ricetta che ha testato di me, se questa non è buona, io dico, lei si arrabbiò, ma non iniziare.

J’ajoute qu’elle a refusé tout net de cous communiquer sa recette de cake aux fruits secs. Pourtant délicieux.

Recherche-Université : la colère

31+01:00p31+01:0001bsam, 17 Jan 2009 09:30:31 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Sauvons la recherche, qui fonctionne comme un groupe de pression pour éiter trop de casse dans l’enseignement supérieur, face aux projets en cours de développement par Mme Valérie Pecresse, va s’investir dans deux manifestations successives : le 20 janvier, avec l’ensemble des organisations, une journée de l’enseignement supérieur et de la recherche. A Paris, la journée commencera notamment par une AG des personnels précaires de la recherche et de l’enseignement supérieur et des personnels techniques et administratifs, elle sera suivie l’après-midi par une manifestation, trajet prévu du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche vers Matignon. Sauvons la recherche appelle ses membres à rejoindre le 29 janvier la journée interprofessionnelle de grève et de manifestations des salariés des secteurs public et privé. Objectifs :  1/ moratoire des réformes en cours, voire pour certaines leur abandon pur et simple : réforme du statut des enseignants chercheurs, démantèlement du CNRS et des EPST, mastérisation, chaires CNRS/Universités. 2/La création de postes et pour le moins, le rétablissement de tous les postes supprimés aux concours 2009 (chercheurs, enseignants-chercheurs, ITA et BIATOSS).3/ La mise en place d’un débat et d’une véritable négociation avec les personnels, leurs organisations et sur les instances représentatives existantes.