Sardaigne : un jour de colère

Notre amie Christina Bianca Troncia, ardente avocate des Sardes, nous rappelle dans une proclamation enflammée que demain…

… Vendredi 5 février 2010, la Sardaigne sera totalement paralysée : commerces fermés, écoles et lycées fermés dont les directeurs et professeurs seront également dans la rue, tous syndicats confondus, membres du diocèse dans la rue avec le peuple sarde suite à l’appel du Pape, services des trains et bus (sauf ceux réservés aux manifestants qui descendront sur Cagliari pour participer à la manifestation !), activités des aéoroports perturbées (des manifestants occuperont certainement les pistes pour empêcher les avions d’atterrir !), personnels hôteliers et restaurations, etc.

Le peuple sarde dans une unité solide et totale sera dans les rues et notamment à Cagliari (et dans d’autres grandes villes, où des cortèges seront organisés pour ceux qui ne pourront se déplacer jusque dans le Sud de l’île !) où les organisateurs attendent plus de 30 milles personnes, travailleurs accompagnés de leur famille mais aussi tous les représentants des partis politiques tous bords confondus, les représentants de l’institut d’éducation, les représentants du diocèse, les hauts représentants des associations des régions et des communes (ANCI et UPS) !

Le cortège partira à 10 heures du centre de Cagliari, la capitale de l’île, avec le slogan «  »Lavoro, sviluppo, autogoverno, dalla crisi alle opportunità » (Travail, développement, auto-gouvernance, de la crise à l’opportunité),
La plupart des journaux régionaux sardes dont leurs journalistes seront parmi les manifestants, annoncent également un piquet de grève en soutien total au peuple sarde !

La grève générale de 2002 n’ayant pas abouti à des résultats concrêts suite aux propositions déposées, il est à craindre que demain, la colère sourde du peuple sarde n’éclate au cours de cette journée !!!

Publicités

8 Réponses to “Sardaigne : un jour de colère”

  1. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    Heureusement qu’il y a des personnes comme moi, sarde d’origine de par mon père, pour informer de ce qui se trame sur cette île et de ce que subit le peuple sarde car, après investigation, j’ai pu constater que ni les médias français ni les médias européens et encore moins les médias italiens, ni même les diverses associations de la diaspora sarde ne daignent en parler !!! Juste un petit passage en éclair sur EuroNews d’hier matin sur FR3, du certainement au mail que j’ai envoyé à la Direction, qui a daigné dire que des manifestations provenant des travailleurs « italiens » d’Alcoa s’étaient réunis en masse sur la place à Rome !!! Je crois rêver !!! Une île qui est bien appréciée par les touristes pour son magnifique littoral mais qui s’en contrefoûtent du peuple sarde qui l’a créé, et qui les entretiennent ces plages, à force de sacrifices de la part de simples gens qui tentent vainement de conserver leur culture et leur petit patrimoine que leur volent sournoisement les « requins » multinationalistes et autres !!! Disgrazziati !!!

  2. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    – Le Groupe ferrovière FS vient d’annoncer officiellement (http://stradeferrate.blogosfere.it/2010/02/sardegna-sciopero-regionale-del-personale-del-gruppo-fs.html)son adhésion totale à la journée de grêve de demain, 5 février 2010, et les trains seront donc stoppés de 6-9 à 18-21 (autrement dit cela signifie pas de trains de toute la journée dans toute l’île puisque l’on sait qu’un train part le matin depuis Porto-Torres faisant le service de toutes les petites gares de l’île jusqu’à Cagliari pour ne retourner que le soir…conclusion…pas de train du tout !!!)

  3. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    En Italie, à Rome plus précisément, Nous sommes au bord de l’incident diplomatique, titre Corriere del Veneto : ROMA — Un muro contro muro che sfiora il conflitto diplomatico. (Rome – un mur contre un mur qui effleure le conflit diplomatique !) http://corrieredelveneto.corriere.it/veneto/notizie/economia/2010/4-febbraio-2010/alcoa-altro-no-marghera-ministri-veneti-pagherete-1602403674595.shtml

    Je lis : « E’ incandescente la temperatura attorno alla vicenda Alcoa, con dichiarazioni di guerra da parte dei ministri veneti contro la multinazionale Usa. Nella tarda notte di ieri i vertici del gigante dell’alluminio, una delle ultime multinazionali rimaste a Marghera, hanno respinto al telefono da Pittsburgh il piano del governo, che pure aveva avuto il sostegno del presidente della commissione europea José Manuel Barroso. Il governo ha perciò intimato all’azienda di non spegnere gli impianti e di presentarsi lunedì ad un nuovo tavolo a Roma. »

    Je traduis : « La température est incandescente autour d’Alcoa, avec des déclarations de guerre de la part des ministres vénitiens contre la multinationale Usa. Tard dans la nuit d’hier, le verdict du géant de l’alluminium, une des dernières multinationales restées à Marghera, ont répété son refus, au téléphone depuis Pittsburgh, du plan du gouvernement, qui, pourtant avait eu le soutien du président de la commission européenne José Manuel Barroso. Le gouvernement a pourtant intimé à l’entreprise de ne pas éteindre les sites et de se présenter lundi à une nouvelle table ronde à Rome. »

    Je lis la suite : « Furia ministeriale L’ennesimo «niet» del colosso dell’alluminio ha fatto sbottare il ministro del Lavoro Maurizio Sacconi. Che è passato alle minacce. «Se fate così, ve la faremo pagare », avrebbe detto secondo i presenti a Palazzo Chigi. Sacconi avrebbe quindi avvertito l’azienda: «Non fate atti unilaterali, perchè – avrebbe detto – se fate come c… vi pare, anche noi facciamo come c… ci pare».

    Je traduis : « La furie ministérielle : L’ènième « niet » du colosse de l’alluminium a fait suffoquer le ministre du travail Maurizio Sacconi. Qui est passé aux menaces : »Si vous procédez ainsi, nous vous le ferons payer », aurait-il dit selon les personnes présentes à Palazzo Chigi. Sacconi aurait de plus averti l’entreprise : »Ne commettez pas des actes irreversibles, parce que, aurait-il dit, si vous faites c… (parolaccià) comme il vous plait, nous aussi nous vous ferons c…(parolaccià) comme il nous plaira ! »

    Oups !!!

  4. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    – Le directeur de l’Office Pastorale de la Confédération Episcopale Sarde, Don Pietro Borozzù, déclare officiellement que l’église sarde sera, en soutien au peuple sarde, dans les rues avec ses paroissiens et sera en sa compagnie durant toutes les phases de la lutte qui s’annonce dure, longue et difficile (http://www.asca.it/regioni-ALCOA__CHIESA_SARDA_IN_PIAZZA_CON_LAVORATORI_PER_SCIOPERO_5_FEBBRAIO-467138-sardegna-15.html)

  5. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    – En Sardaigne, au total 9 multinationales sont sur le point de fermer leurs sites : L’Eni, l’Ineos, l’Euroallumina, la Portovesme srl, l’Alcoa, la Rockwool, la Uniliver, la Equipolimers, la LegleR, mettant ainsi plus de la moitié de la population dans une situation dramatique !!! (http://www.libero-news.it/regioneespanso.jsp?id=343030)

  6. phmadelin Says:

    Ne me submergez pas trop, chère amie !

  7. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    -Le témoignage de deux salariés d’Alcoa, recueilli par l’AFP : » »Aucun d’entre nous n’a de billet pour le voyage retour », a affirmé à l’AFP Luigi Nieddu, 55 ans, employé depuis 35 ans par l’usine d’Alcoa située en Sardaigne, devant le Parlement situé juste à côté du siège du gouvernement.
    « Nous ne demandons pas une assistance (sociale, ndlr), nous voulons juste travailler. Le gouvernement devrait obliger Alcoa à rester sur les terres qu’il a polluées pendant des années », a dit pour sa part Giovanni Serafini, 58 ans, lui aussi travaillant depuis 35 ans dans l’usine sarde. »

  8. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    – Je viens d’apprendre que la Commission Européenne vient de condamner l’Italie pour des aides illicites octroyées à des groupes hôteliers en Sardaigne !!! http://www.econostrum.info/L-Italie-devant-la-Cour-de-Justice-de-l-UE-pour-non-recuperation-d-aides-illegales-a-l-hotellerie_a2248.html

    Après les multinationalistes dans la métallurgie qui veulent coûte que coûte, quitter le beau navire qui devient hideux à leurs yeux à partir du moment où la place à bord risque de ne plus être gratuite, sera-ce le tour des multinationalistes hôtelliers à qui le gouvernement italien devra demander le remboursement des aides obtenues ?!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :