Archive for décembre 2008

Président : rétro Sarko, 2008

21+01:00p31+01:0012bmer, 31 Déc 2008 10:55:21 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

J’ai le plaisir et l’honneur de vous présenter ma manière de voir la rétrospective Sarkosy pour 2008. J’ai éta aussi bref que possible…

2008 Sarkozy de janvier juin
Au temps du bling bling
Il est encore le Président de la France

Après une longue série de réformes présentées comme fondamentales, Mon bien Aimé Omni Président continue sur sa lancée. Ce devait être l’année de tous les succès. Ce sera l’année de toutes les grandes crises. Crise financière, conflit en Géorgie, présidence européenne en grande partie ratée, conflit franco-allemand. Les réformes « capitales pour notre pays » sont passée à la moulinette de la crise économique. Pas à la trappe. Endormies… Une petite satisfaction quand même, bien qu’il n’y soit pour rien : la libération d’Ingrid Betancourt.
Pour Mon Président, 2008 est une année capitale. Non sans agiter ses colifichets, son goût immodéré pour le bling bling, frénésie de voyages, frénésie de réformes, frénésie de com’ : il entend révolutionner la France. Laisser sa marque, son empreinte définitive. Libérer le pays. Il est libéral, faute d’une opposition claire, il accélère la manœuvre. Le président a dit de sa première année au pouvoir : «Il n’y a pas eu une telle action réformatrice depuis De Gaulle… finalement, gouverner est plus facile que je ne le pensais». Et les textes s’enchaînent à un rythme accéléré, sans souci des remous provoqués dans les couches sociales affectées. Réforme de la carte judiciaire (27 juin 2007), une nouvelle loi sur la récidive , puis un texte sur l’autonomie des Universités, suivi du fameux « paquet fiscal » qui permet de poursuivre la baisse des charges pour les entreprises, complété par le bouclier fiscal, avec enchaînement sur le service minimum en cas de grève dans les services publics, Régimes spéciaux de retraite (21 octobre 2007) (alignement de la Fonction publique sur le privé, assouplissement des dates de départ en retraite,…), grèves à l’appui. Sans compter la fusion entre la direction des impôts et la Comptabilité publique aux Finances, le volet social est complété par la loi qui introduit des franchises médicales (baisse des remboursements sur les médicaments) en vue de diminuer le déficit de la Sécurité Sociale. Le «Grenelle de l’Environnement» (25 octobre 2007) débouche sur une seule mesure concrète, la taxation des grosses voitures sous forme de  «bonus-malus». Retour enfin sur la préoccupation sécuritaire avec le texte sur «Immigration choisie» (20 novembre 2007) qui durcit les lois sur l’immigration.
Le Président et son gouvernement – qui existe alors encore – enchaînent sur de nouvelles réformes. Ils ont l’avenir et la prospérité devant eux, croient-ils. Ils n’ont rien vu venir, nos gouvernants, alors que la crise des subprimes va éclater dès février. On voit donc surgir une réforme du contrat de travail réclamée depuis longtemps par le patronat, suivies d’un assouplissement du système des RTT, en clair on liquide par  la bande les 35 heures.
Mon bien Aimé Omni Président ne voit pas d’opposition contre lui. Il aurait dû se méfier, et lire la presse étrangère qui a tendance à ridiculiser Nicolas. Il est vrai qu’il ne lit probablement pas les journaux, surtout pas anglo-saxons puisqu’il ne parle pas l’anglais. En vérité, manque de bienséance… voire de bienveillance ?, dans la presse étrangère l’année ne commence pas bien pour Mon bien Aimé Omni Président… La revue est inquiétante :  Süddeutsche Zeitung (Allemagne), 21 décembre : « Ehonté, irritant, narcissique (…) Ses prédécesseurs aussi aimaient le luxe. Chez Sarkozy, cependant, cela tourne vite au vulgaire. » Berliner Zeitung (Allemagne), 24 décembre : « Les Français ne peuvent que constater à quel point ce nouveau Napoléon est imprévisible ». Le Soir (Belgique), 26 décembre : « Sarko termine 2007 sûr de lui, arrogant, espérant mettre un voile sur ses premiers vrais déboires », le Hollandais NRC-Handelsblad du 27 décembre est persuadé qu’à l’Elysée on tourne un remake de Louis de Funès », alors que le britannique The Independent du 31 décembre suggère que « Sarkozy est le candidat unique d’un studio de «Loft Story» appelé Elysée, une star de soap opera ». Plus violent, l’Espresso (Italie) le 23 janvier assène: s’achemine vers un régime présidentiel.
En Argentine Terra Magazine est plus cru  « Sarkozy ou la politique de l’érection permanente ». The Times (Angleterre) – constate que Nicolas Sarkozy est devenu le lauréat incontesté du prix Silvio Berlusconi de l’homme politique européen le plus embarrassant du moment. « De ce côté-ci de la Manche, les maladresses du chef de l’Etat français, son côté nouveau riche et ses faux-pas nous paraissent tout bonnement comiques (…) L’économie française est dans une situation alarmante, et alors que le président part en vacances au soleil avec un cortège de 26 véhicules et une belle héritière italienne, les Français ne se sont jamais sentis aussi pauvres depuis le début des années 1990. »
Habillé pour l’hiver notre président de la France… Les journalistes étrangers disent n’importe quoi ou les Français sont-ils pusillanimes ? Nos confrères français auraient-ils oublié l’insolence de Beumarchais ?

Evidemment, Mon Président n’a rien lu. Nonobstant la volée de bois vert, il se déclare prêt à poursuivre les réformes sans débander. Dès sa première conférence de presse, le 7 janvier, il annonce la couleur. Suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques, relèvement et assouplissement de la participation, lancement de dix projets de rénovation universitaire, changement complet de gouvernance de l’hôpital, réorientation de la Caisse des Dépôts en « un instrument de la politique de défense » des entreprises, recours à la clause de sauvegarde sur les OGM… Et de reconnaître que contrairement à ses promesses de campagne, »s’agissant du pouvoir d’achat, qu’est-ce que vous attendez de moi? Que je vide des caisses qui sont déjà vides? Qu’il faut que je donne des ordres à des entreprises à qui je n’ai pas à donner d’ordres ? », et il qualifie , d' »absurde de réduire le débat politique » à cette question.
Tollé dans la presse française ? Eh bien non. Dans les rédactions, on a d’autres préoccupations, tout Paris bruisse d’une histoire incroyable : notre Président se remarierait avec la « Carla », la chanteuse Carla Bruni-Tedeschi. Une « croqueuse d’hommes ». Avant que la rumeur ne se confirme, le 5 février Président file en Lorraine, à Grandange, pour rassurer les métalos. En effet, la stratégie du groupe indien Mittal qui a conquis le contrôle d’Arcelor, commence à poser le problème des délocalisations et des investissements stratégiques.
On apprendra dans la foulée le mariage le 9 février à l’Elysée – la Mairie du 8° arrondissement, c’est trop plouc –  de Mon bien Aimé Omni Président Sarkozy avec la belle Carla Bruni. Une fois n’est pas coutume les noces ont été précédées par le voyage de … noces en Egypte, à bord du jet de Vincent Bolloré.
A l’Assemblée nationale se poursuit la frénésie de réformes. Le 13 février, création d’un Service public de l’emploi, qui recouvre en fait une fusion entre les ASSEDIC et l’ANPE, c’est-à-dire entre le payeur et l’utilisateur. Avec durcissement des obligations pour les chômeurs. Aussitôt après, le ministre de  l’Education Xavier Darcos entame sa campagne d’hiver dans l’Education nationale avec la présentation des nouveaux programmes, Priorité à l’enseignement des maths et du français (orthographe, grammaire). Et grognements chez les instit. Tout ça sans vrais débats, la majorité est trop massive, pas moyen de discuter. Mais des voix s’élèvent : sous Sarkozy se profilerait Bonaparte ? Berlusconi ? On se trompe : c’est Poutine et Ju jin Tao, le Chinois. Le ravalement de son premier ministre au rang de « collaborateur » et celui du Parlement au rôle de chambre d’enregistrement ont rendu tentante l’analogie. En outre, les déclarations du Président sur la laïcité positive, c’est-à-dire une remise en selle de la cléricalité hérissent le poil : en estimant devant le panzer pape Benoît XVI que, « dans la transmission des valeurs, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur »,  il provoque un tollé dans les rangs républicains. Sarkozy a été mal inspiré par sa conseillère Emmanuelle  Mignon. Il sera assez habile pour oublier bientôt cette malencontreuse référence.
Mon bien Aimé Omni Président ne sera pas Badinguet. Mais le costume de Président français lui semble bien étroit, tout comme Jacques Chirac avant lui, il rêve de vêtement plus amples. Il se voit en Président de l’Europe. Il le sera de facto en juillet, mais il prépare l’événement dès le mois de mars. A Aix la Chapelle, il prononce un hommage vibrant à Angela Merkel, il lui passe la main dans le dos, sans comprendre que la rude Chancelière allemande n’a que faire des mamours. Le 3 mars lors d’un sommet européen à Hanovre, Sarko réussit quand même à soutirer à Merkel un accord du bout des lèvres – on appelle ça un compromis – sur une Union méditerranéenne dont il pourrait aussi être Président. Pâle avatar d’une union institutionnelle abandonnée au profit d’une structure plus légère, plus souple et plus concrète. Une Union vidée de son contenu à peine créée, mais grosse de conflits à venir entre l’Allemagne et la France. Le projet ira toutefois jusqu’en Juin 2008, lors d’une  conférence des chefs d’Etats riverains de la Méditerranée à Marseille, amplifiée les 13 et 14 juillet à Paris lors d’un Sommet « Union pour la Méditerranée » à Paris, avec les Etats concernés. C’st la gloire de moi-même sur les Champs-Elysées entouré d’une brochette de chefs d’Etat, dont le très discutable syrien Bachar el Assad. On a même craint des manif d’anciens combattants lors du défilé militaire. Les policiers rassemblés en masse on veillé au grain.
Il est probable que Sarkozy a alors atteint son apogée. Car, sanction des échos défavorables qu’il n’a pas entendus, les municipales des 10 et 16 mars sont un échec. Sensible bien que non spectaculaire, le bloc de la gauche traditionnelle PS-PCF-Verts, est crédité de 49,5% des voix contre 47,5% à l’UMP. Dès février sa cote de popularité est tombée en chute libre : selon, le sondage TNS Sofres/ Le Figaro, réalisé le 20 et le 21 février, le Président ne recueille que 37%. Il ne s’en prépare pas moins à d’autres échéances encore plus spectaculaires. Il va s’attaquer cette fois à une forteresse à laquelle Chirac n’a pas osé s’en prendre : l’armée. Dans un discours prononcé le 21 mars, il laisse pointer son option peu favorable aux militaires, tout en prêchant auprès de ses ministres l’abnégation le sang-froid, et l’art de savoir mettre de côté ses ambitions personnelles, oubliant ses propres impatiences personnelles. Quand il n’était pas Président !
Le 26 mars, une visite d’Etat chez la reine d’Angleterre le gonfle d’aise, surtout quand Carla se penche vers la Souveraine, sans esquisser  la protocolaire révérence. Puisqu’elle est reine, elle aussi. Jolie photo souvenir qu’il faudra contempler plus tard, lorsque les temps seront durs. Dans la presse pipole le voyage au Royaume-Uni éclipse la victoire de la gauche aux municipales, le Président a l’art de ces ripostes décalée. On oublie Bonaparte pour évoquer le coup d’Etat médiatique, les épisodes du feuilleton présidentiel ne doivent rien au hasard… Mais les spin doctors s’aperçoivent bientôt que le mariage présidentiel, ce que les sondages ont révélé, a bien provoqué un certain malaise parmi les Français. Pourtant, cette baisse de popularité du président de la République ne doit pas occulter la réalité de sa stratégie politique: la conquête méthodique puis l’exercice personnel du pouvoir. Au sommet de l’Etat prévaut une confusion permanente entre vie publique et vie privée. Produite par le choc entre l’hyper-présidentialisation l’hyper-médiatisation l’opposition ne comprend que goutte à cette berlusconisation. Parce qu’elle espère en tirer plus tard profit.
Mon Bien aimé Président ne bronche pas. Le 5 avril il annonce l’envoi de nouvelles troupes en Afghanistan. Nicolas Sarkozy entend se conduire en chef de guerre. Contre l’opinion publique française très hostile à toute forme de conflit. Sans vrai débat à l’Assemblée nationale.
Même passage en force pour une loi autorisant la culture d’OGM, malgré une levée de boucliers des écolos qui tiennent pour irresponsable de poursuivre une politique agricole criminelle coûte que coûte, quel qu’en soit le prix. De même, la  chasse aux sans papiers se poursuit. Seule réaction du Président : tout le monde ne peut pas recevoir la nationalité française. Tout le monde ne la demande pas non plus. Même indifférence apparent, au moins politique, face à la main mise de plus en plus lourde des Chinois sur le Tibet. Ce qui occasionnera au Parlement européens des incidents violents quand Daniel Cohn-Bendit somme le Président de ne pas se rendre aux Jeux olympiques de Pekin.
En juin enfin, par la voix d’un groupe Surcouf explose le malaise de l’armée, lors de la présentation d’un Livre Blanc sur la Défense qui prévoit de lourdes, de déchirantes révisions pour l’armée, la dissolution de dizaines d’unités, le redéploiement d’autres, la fermeture de bases, la limitation de certains programmes d’armement. Mon bien Aimé Omni Président est de plus en plus nerveux. Il laisse éclater sa colère « off » lors de la préparation d’une interview à France 3, il se plaint du manque de politesse d’un technicien, en coulisses, qui ne l’a pas salué : »On n’est pas dans le service public, on est chez les manifestants ». Tourné clandestinement, l’incident fait les choux gras de rue89 – 525.546 visites – et de Daily motion. Le semestre s’achève sur cette note désagréable. Mai on peut quand même partir en vacances. On a raison : les mois qui suivent seront chaotiques.

A demain pour la suite.

La casse industrielle : le feuilleton

10+01:00p31+01:0012bsam, 27 Déc 2008 17:15:10 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Ce billet reprend en partie mon précédent texte sur la casse industrielle, pour le transformer en feuilleton. Quoi de neuf ce matin ?

l-5a482f7c37d74d15801e8860ca28c2151

Dollar, année zéro ? Je répercute un pseudo dollar adressé par un correspondant.

Version rénovée de mon billet sur la Casse industrielle. Je vous recommande de m’envoyer les informations de complément.

« Si l’on tarde trop, la filière automobile risqe de disparaître »

Tel est l’avertissement sans frais de Jean Lamy, Président du Comité de liaison des fournisseurs de l’automobile, dans une lettre adressée à Nicolas Sarkozy. Comme aux Etats-Unis, le secteur automobile est profondément ateint par la crise. La baisse du pétrole permettra-t-elle de redresser la situation, ou bien assiste-t-on à un phénomène de plus grande ampleur, une détérioration profonde qui ne serait pas seulement conjoncturelle ? Il est possible, au demeurant, que emportée par les espoirs, par les perspectives nées avec la bulle financière, l’industrie automobile ait été surdimensionnée. Mais on doit rappeler aussi qu’en Grande Bretagne les plus grands constructeurs ont tout simplement disparus !

On doit ajouter à la liste de la casse, en éliminant les doubles mentions :

Valeo, 1600 postes supprimés

Faurecia, 1215 postes supprimés en 2009-2010

Molex 300 emplois à supprimer

Tyco Electronics 600 emplois

Klarius 200 emplois menacés dans cette société en liquidation

Key plastics France 300 emplois dans cette société en cessaton de paiement

Trelleborg équipementier automobile (Carquefou) 461 emplois supprimés dont 150 intérimaires, dans un plan de suppression depuis avril. Du chômage partiel a été décrété.

A l’initiative d’un internaute :  ajouter Milan presse (Toulouse), avec un plan de licenciement d’environ 40 personnes.

On apprend ce matin par le Figaro que les “Trois Suisses” naguère le Numéro 1 de la vente par correspondance en France devrait supprimer 400 postes en février, dont 140 et 170 emplois au siège de Roubaix. Les autres réductions d’effectifs concerneraient les six centres d’appels téléphoniques de Villeneuve-d’Ascq, Rouen, Marseille, Nantes, Lyon et Nancy. Après la Redoute en voie de réorganisation, et la  CAMIF récemment liquidée, c’est le troisième spécialiste de la vente par correspondance qui subit de graves difficultés. Mais, en l’occurrence, la “crise” n’y et sans doute pour rien alors que les ventes par Internet explosent, + 40% pour les achats de fin d’année. Justement : les anciens ne semblent pas avoir pris assez tôt et bien le tournant de l’informatique, la “crise” amplifie seulement le problème. LA REDOUTE (Roubaix) : 672 licenciements dont 151 au siège
CAMIF (Niort) : 980 emplois

Toutefois les Trois Suisses démentent en partie cette information ; il ne s’agirait que d’une réorganisation des services en vue d’une meilleure adaptation aux nouvelles techniques. On veut bien.

Chanel fin des CDD et intérimaires. Environ 200 personnes seraient concernées. Le magasin historique de la rue Cambon est également touché avec le départ programmé de 16 employés.
Selon Manuel Blanco, secrétaire fédéral des industries chimiques CGT, « 200 suppressions de postes de CDD et intérimaires ont été annoncées au sein du groupe mi-décembre pendant un Comité central d’entreprise, ce qui représente environ 10% des effectifs de production ».

Et, malheureusement, la casse industrielle se poursuit de plus belle : un effet d’aubaine ? Une usine va même jusqu’à confier la garde de ses locaux à son personnel ouvrier, après rupture du contrat avec la société de gardiennage !

Selon  Le Canard Enchainé MBAOP (Sarkozy) s’attendrait à 2,5 millions de chômeurs fin 2009, avec effondrement de la filière automobile, de l’aéronautique, des effets sensibles dans le commerce et le tourisme. Le plan de relance piloté par Devedjan sera-t-il suffisant pour enrayer cette spirale vers la catastrophe ?

Enfin une bonne nouvelle : selon l’AFP, le tribunal de commerce de Grenoble a autorisé la reprise de la papeterie Matussière et Forest de Turckheim (Haut-Rhin) par un ancien cadre de l’entreprise, Pierre Gavelle, qui s’engage à embaucher 95 personnes en 2009. Le projet de reprise de Pierre Gavelle, qui était notamment soutenus par la CCI de Colmar, prévoit une modernisation du site de production et l’embauche de 95 personnes en 2009 et la création de 25 emplois supplémentaires en 2010-2011.

Mon papier sur l’économie criminelle n’est pas passé inaperçu, il a attiré des dizaines de réactions. Je vous en transmets l’essentiel, pour éviter qu’elles ne soient perdues.

de dulconte | Conteur perdu à Buenos Aires | 24/11/2008 | 12H16
quand je lis ce titre Et si les crises étaient causées par des gangsters ?
la première réaction est de penser que les tenants du capitalisme financier ont trouvé un bouc émissaire idéal. Ainsi ils n’ont pas besoin de se remettre en cause et, quand la situation le permettra, relanceront leur campagne de propagande (je ne crois pas que cela ait d’autre nom), sur les bienfaits de l’ultra-libéralisme, la main invisible des marchés et autre âneries du même genre. Oh bien sur ils auront trouvé d’autres jolis noms pour décorer le paquet, mais le fond sera le même. Le travail de sape des acquis des conflits ouvriers du 19ème et 20ème siècle reprendra au projet d’un petit nombre et nous retournerons tranquillement vers des oligarchies paternalistes. Une fois encore l’exemple argentin est intéressant. En effet la dernière dictature n’avait pas eu d’autre but que de détruire la classe moyenne du pays, seul pays latino-américain qui avait réussit à en développer une. C’est cette même classe moyenne qui payera au prix fort la crise de 2001 (100 milliards de dollars ont quitté le pays les jours précédant la crise, les comptes bancaires en dollars ont été passé en pesos, quand ils n’ont pas été supprimeés grâce aux faillites de nombreuses banques, par contre les prêts sont eux restés en dollars). Bref même si la méthode argentine est pour le moins brutale, elle n’est pas sans rappeler ce qui se passe actuellement. D’ailleurs les Argentins se marrent comme des tondus quand ils entendent les grands discours des chefs d’états des pays du premier monde (c’est comme cela qu’ils appellent les pays occidentaux) tenir exactement les mêmes discours que leurs propres politiques en 2001-2002.
La seconde impression c’est qu’en fait le système lui même est mafieux, ce qui le rendra particulièrement difficile à réformer.

Quand je pense que 100 milliards me semblaient astronomique il y a encore quelques mois et qu’aujourd’hui la « normalité » à un zéro de plus.


brigadoon | ouf!!! | 24/11/2008 | 16H40

Merci Philippe pour cet article.

Je peux me payer un petit coup de chapeau, non ?

Cela conforte grandement mon entendement du capitalisme : un système mafieux dont certains sont légitimés et d’autres tentent de l’être. Mais les principes qui sont au fondement sont les mêmes : vendre une voiture ou des reins; des armes ou de la drogue ou du travail au noir après tout il n’y a que la législation et le statut de ceux qui le font pour y voir des différences.
Et qu’on ne me dise pas que la drogue tue et pas les voitures, il suffit de voir les chiffres des accidents de la route, les armes tuent aussi, Monsanto aussi et le travail délocalisé ou stressant aussi, etc…
Combat entre capitalistes pour prendre des part de marchés légales ou illégales (voir la crise des ordures à Naples) sur le dos des couillons qui croient à ce système en y participant passivement ou activement.
On n’a pas fini de se faire plumer !!!!

La réaction la plus importante nous vient de Marie 75. Elle a pris la peine de collationner toutes les actions de licenciement récentes, auxquelles elle ajoute les mesures de chômage technique. Je ne conserve que les licenciements. C’est impressionnant, on a l’impression de voir toute l’industrie s’en aller dans le vide. En enfer. C’est surtout la grande casse de la sous-traitance, de ces PME et PMI qui sont censées faire la richesse d’un pays ! Une liste, ou un martyrologue ?

nouvelle liste publiée pour novembre-décembre

ARCELOR-MITTAL : 1400 salariés
RENAULT : 4 000  licenciements dont 1 000 salarisé à Sandouville.
HEWLETT-PACKARD(Brest, Nantes, Rennes, Tours, Toulouse, Lyon et Nanterre) : 580

salariés.
ADECCO (en France) : 600 salariés.
ALICE : (Paris) : 350 salariés.
LA REDOUTE : 672 salariés.
CAMIF (Niort) : 980 salariés.
FORD (Blanquefort) : 1600 salariés,
PSA : 3 500 suppressions d’emplois dont 850 salariés à Rennes
TYCO (Pontoise, Chapareillan, de Val-de-Reuil) : 620 salariés.
RANGER (Theillay) : 442 salariés.
CONTINENTAL AUTORADIOS (Rambouillet) : 400 salariés.
MOLEX (Villemur-sur-Tarn) : 300 salariés. JOHNSON CONTROLS (Grand Quevilly) : 280 salariés.
NXP (Caen) : 280 salariés.
KLARIUS (Dreux) : 238 salariés.
LEAR (Offranville) : 150 salariés.

TREVES CERA : (Reims et Paris) : 145 salariés.

TREVES PTPM : (Ay) : 40 salariés. TREVES MATT : (Montcornet) : 40 salariés. TREVES MPAP

(Ploërmel) : 38 à 53 salariés. TREVES SODIMATEX (Crépy) : 14 salariés. TREVES TREVEST (Brognard) : 12 et 15 salariés.

HARMAN BECKER (Château-de-Loir) : 134 salariés.

RIETER (Rémy) : 135 salariés.

KEY PLASTICS (Rochefort) : 139 salariés. KEY PLASTICS (Voujeaucourt) : 114 salariés.

MAHLE (Persan) : 132 salariés.

FAURECIA (Sandouville) : 130 salariés.

EMT (Caudebec) : 120 salariés.

FRUEHAUF (Auxerre) : 104 salariés.

SKF (Saint-Cyr) : 100 salariés.

JTEKT (Dijon) : 200 salariés.

MCA (Maubeuge) : 91 salariés.

EUROCEL (Dives-sur-Mer) : 80 salariés.

MAHLE (Colmar) : 69 salariés. AB (Limay) : 64 salariés.

INERGY (Aulnay) : Plusieurs dizaines de salariés. INERGY (Nucourt) : 65 salariés.

LAPRADE (Arudy) : 26 salariés.

FONDERIE GM (Ponts-de-Cé) : 20 salariés.

FONDERIE LORRAINE (Grosbliederstroff), 19 salariés.

PERFORMANCE FIBERS (Longlaville) : 7 salariés.

SEALYNX (Villiers-La-Montagne) : 7 salariés.

WAGON (St Pierre de Varengeville) : 235 salariés.

MOTEURS BAUDOUIN (Cassis) : 123 salariés.

NEXITY : 500 salariés.

CELEOS (Saint- Brieuc) : 247 salariés.

KAUFMAN & BROAD : 165 salariés.

PIERA (Gap) : 70 salariés.

EXTREME DECORS (Lamastre) : 35 salariés.

PARQUETS MARTY (Cuzorn) : 107 salariés.

FFMT (Le Fossat) : 12 salariés.

SOPROFENE (Champagney), 10 salariés.

SUM TECH (Charleville-Mézières) : 9 salariés.

THEALEC (Rosheim) : 7 salariés.

APMO (Ardenne) 17 salariés.

TIXIT (Haguenau) : En redressement.

CALYON (Crédit agricole), 250 salariés.

KRONENBOURG (Strasbourg) : 214 salariés.

AMORAMAILLE (Dijon) : 265 salariés.

DANDY (Pontivy) : 238 salariés.

BEGHIN SAY : (Nantes) : 172 salariés.

MAXEVILLE: 36 salariés.

VALSPAR (Nantes) : 30 salariés.

SALAISONS GUEGUEN : 19 salariés.

ABATTOIR DE

BELLEBRUNE : 18 salariés.

ALPLAST (Ste Marie aux Mines) : 108 salariés.

LEPETIT (Saint-Maclou) : fermeture de l’usine.

EBREX (Pagny) : 51 salariés.

TMT (Montauban) : 12 salariés.

HYMER (Cernay) : 12 salariés.

SANOFIAVENTIS : 927 salariés.

MBO France (Boulogne) : 1100 salariés.

ASTRA ZENECA, (Dunkerque) : 95 à 400 salariés.

BMS (Epernon) : 220 salariés.

BMS (Meymac) : 160 salariés.

RAFLATAC (Pompey) : une centaine de salariés.

MATHUSSIERE & FOREST (Saint-Girons) : 160 salariés.

MATHUSSIERE & FOREST (Turkheim) : 183 salariés.

PAPETERIE CASCADES (Blendecques) 100 salariés.

GASCOGNE SOPAL (Givet) : 50 salariés.

DMC (Saint-Amarin) : 88 salariés.

DIM (Autun) : 83 salariés.

CYMBELINE (Nemours) : 10 salariés.

ASTER (St Germain du Salembre) : 11 salariés.

WITTENDAL (Roncq) : 9 salariés.

DEOUVELAERE (Lépanges) : 58 salariés.

FILATURE COSSERAT (Amiens) : 20 salariés.

SOPHIE HALLETTE (Caudry) : 9 salariés.

LA CAUDRESIENNE (Caudry) : 5 salariés.

APEX (Darois) : 70 salariés.

LATECOERE (Toulouse) : 1 000 salariés.

SUN CHEMICAL (Brie-Comte-Robert) : 46 salariés.

HENKEL (Cosne-Cours) : 166 salariés.

HENKEL (Châlons-en-Champagne) : 62 salariés.

HENKEL (Villefrance/Saône) : 12 salariés.

SONY (Pontonx) : 317 salariés.

NIPSON (Belfort) : 90 salariés.

LIMOGES PHOTOGRAVURE (Limoges) : 56 salariés.

MOTOROLA (Rennes) : 150 salariés et menace sur 3000 emplois.

ZODIAC (Buhl) : 105 salariés.

CAUVAL (ameublement) : 3 200 salariés dans l’attente.

TEXAS INSTRUMENTS (Vill.-Loubet) : de 300 à 350 salariés.

IMPRESS (Laon) : 173 salariés.

DENTELLES NOYON (Calais) : 140 emplois salariés.

BIJOUX GL (Ardèche) : 135 emplois salariés.

NICOSOFRA (Evry) : 114 salariés.

NICOSOFRA (Burnhaupt) : 38 salariés.

GARDY (Barentin) : 109 salariés.

DESHOULIERES (Chauvigny) : 82 salariés. DESHOULIERES (Lamotte-Beuvron) : 72 emplois salariés.

AKZO (Montataire) : 65 salariés.

FORGES DE SYAM : 37 salariés.

TERGAL (Gauchy, Picardie) 35 salariés.

SCIERIE NICOLE (Saint-Saëns) : 21 salariés.

HMS (Noyelles-Godault) 18 salariés.

HELVETICAST (Angers) : 18 salariés.

SERERO (Plancher-Bas) : 52 salariés.

GICEP (Courlaoux) : 70 salariés.

NORZINCO (Anzin) : 34 salariés.

BASTOR (mécanique) : 9 salariés.

CARROY (Vierzon) : 6 salariés.

SBFM (Caudan) : menaces de plan social.

A cette liste il y a lieu d’ajouter la disparition d’environ une dizaine de milliers d’agences immobilières ( sur 60000) en moins d’un an. J’aurais pu prolonger encore la citation avec toutes les mises au chômage technique. Les médias vous en entretiennent chaque matin. Le tout est accablant. Pourquoi briser net un appareil industriel ? La “crise financière” n’a-t-elle pas bon dos ?

La casse industrielle : la liste

56+01:00p31+01:0012bven, 26 Déc 2008 10:05:56 +0100+01:00 9,2008

l-5a482f7c37d74d15801e8860ca28c2151

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Dollar, année zéro ? Je répercute un pseudo dollar adressé par un correspondant.

Version actualisée de mon billet sur la Casse industrielle. Je vous recommande de m’envoyer les informations de complément.

A l’initiative d’un internaute :  ajouter Milan presse (Toulouse), avec un plan de licenciement d’environ 40 personnes.

On apprend ce matin par le Figaro que les « Trois Suisses » naguère le Numéro 1 de la vente par correspondance en France devrait supprimer 400 postes en février, dont 140 et 170 emplois au siège de Roubaix. Les autres réductions d’effectifs concerneraient les six centres d’appels téléphoniques de Villeneuve-d’Ascq, Rouen, Marseille, Nantes, Lyon et Nancy. Après la CAMIF récemment liquidée, c’est le deuxième spécialiste de la vente par correspondance qui subit de graves difficultés. Mais, en l’occurrence, la « crise » n’y et sans doute pour rien alors que les ventes par Internet explosent, + 40% pour les achats de fin d’année. Justement : les anciens ne semblent pas avoir pris assez tôt et bien le tournant de l’informatique, la « crise » amplifie seulement le problème.

Et, malheureusement, la casse industrielle se poursuit de plus belle : un effet d’aubaine ? Une usine va même jusqu’à confier la garde de ses locaux à son personnel ouvrier, après rupture du contrat avec la société de gardiennage !

Selon  Le Canard Enchainé MBAOP (Sarkozy) s’attendrait à 2,5 millions de chômeurs fin 2009, avec effondrement de la filière automobile, de l’aéronautique, des effets sensibles dans le commerce et le tourisme. Le plan de relance piloté par Devedjan sera-t-il suffisant pour enrayer cette spirale vers la catastrophe ? 

Mon papier sur l’économie criminelle n’est pas passé inaperçu, il a attiré des dizaines de réactions. Je vous en transmets l’essentiel, pour éviter qu’elles ne soient perdues.

de dulconte | Conteur perdu à Buenos Aires | 24/11/2008 | 12H16
quand je lis ce titre Et si les crises étaient causées par des gangsters ?
la première réaction est de penser que les tenants du capitalisme financier ont trouvé un bouc émissaire idéal. Ainsi ils n’ont pas besoin de se remettre en cause et, quand la situation le permettra, relanceront leur campagne de propagande (je ne crois pas que cela ait d’autre nom), sur les bienfaits de l’ultra-libéralisme, la main invisible des marchés et autre âneries du même genre. Oh bien sur ils auront trouvé d’autres jolis noms pour décorer le paquet, mais le fond sera le même. Le travail de sape des acquis des conflits ouvriers du 19ème et 20ème siècle reprendra au projet d’un petit nombre et nous retournerons tranquillement vers des oligarchies paternalistes. Une fois encore l’exemple argentin est intéressant. En effet la dernière dictature n’avait pas eu d’autre but que de détruire la classe moyenne du pays, seul pays latino-américain qui avait réussit à en développer une. C’est cette même classe moyenne qui payera au prix fort la crise de 2001 (100 milliards de dollars ont quitté le pays les jours précédant la crise, les comptes bancaires en dollars ont été passé en pesos, quand ils n’ont pas été supprimeés grâce aux faillites de nombreuses banques, par contre les prêts sont eux restés en dollars). Bref même si la méthode argentine est pour le moins brutale, elle n’est pas sans rappeler ce qui se passe actuellement. D’ailleurs les Argentins se marrent comme des tondus quand ils entendent les grands discours des chefs d’états des pays du premier monde (c’est comme cela qu’ils appellent les pays occidentaux) tenir exactement les mêmes discours que leurs propres politiques en 2001-2002.
La seconde impression c’est qu’en fait le système lui même est mafieux, ce qui le rendra particulièrement difficile à réformer.
Quand je pense que 100 milliards me semblaient astronomique il y a encore quelques mois et qu’aujourd’hui la « normalité » à un zéro de plus.
Le_Baron_N | Spéculateur | 24/11/2008 | 14H12
c’est de se demander si des évènements ne sont pas criminellement organisés pour profiter d’un positionnement « short » préalablement effectué.. Envoyer un avion sur une tour est un acte terroriste ; si l’on prend le soin la veille du crash de vendre massivement à découvert des actions des compagnies aériennes, ..
Si vous pas comprendre, et bien retournez voir les deux derniers volets de la saga OO7. Un tant soit peu d’attention vous permettra de comprendre comment les méchants de ce film financent leur activité ; une extrapolation vous éclairera sur le financement de certaines cavales que l’on sait pourtant si coûteuses…
La finance est donc un outil, pas une fin en soi ; pour servir de sombres causes certains sont prêts à engendrer des évènements qui accèleront la tendance d’indices en leur faveur. Même si cela est hautement surveillé, la chûte d’une banque d’affaires US, a été causée par des ordres de vente, qui par effet domino ont entrainés ce que certains subiront pour les 9 prochains mois, et ce dont quelques uns tirent déjà profits..
L’ignorance toujours sourit aux timorés, laissant ainsi la science servir l’injustice..
Le_Baron_N | Spéculateur | 24/11/2008 | 16H04
L’Etat pour une fois gagne de l’argent et vous ne le voyez pas..

Je salue bien bas Santa-Claus – Saint-Nicolas – qui nous a fait acheter du Fortis à 0,8 alors que l’actif ne peut valoir moins de 5 (18 au 1er janvier). Cette entrée dans le capital des banques est une foutue bonne affaire pour chacun d’entre nous, et la plus value + intérêts va largement financer le prêt d’Etat, endiguer la crise, et contribuer à notre relance.

brigadoon | ouf!!! | 24/11/2008 | 16H40

Merci Philippe pour cet article.

Je peux me payer un petit coup de chapeau, non ?

Cela conforte grandement mon entendement du capitalisme : un système mafieux dont certains sont légitimés et d’autres tentent de l’être. Mais les principes qui sont au fondement sont les mêmes : vendre une voiture ou des reins; des armes ou de la drogue ou du travail au noir après tout il n’y a que la législation et le statut de ceux qui le font pour y voir des différences.
Et qu’on ne me dise pas que la drogue tue et pas les voitures, il suffit de voir les chiffres des accidents de la route, les armes tuent aussi, Monsanto aussi et le travail délocalisé ou stressant aussi, etc…
Combat entre capitalistes pour prendre des part de marchés légales ou illégales (voir la crise des ordures à Naples) sur le dos des couillons qui croient à ce système en y participant passivement ou activement.
On n’a pas fini de se faire plumer !!!!
CrocMignon
Le système financier peu ou pas réglementé (ce que l’article explique à propos des caisses d’épargne américaines) attire les « vilains » mafieux qui peuvent y faire ce qu’ils veulent. Cela rapporte beaucoup d’argent et les « gentils » financiers prennent le train en marche – quand il ne l’ont pas fait partir eux-mêmes, ce qui est le cas des subprimes.
Au total, si les mafieux accélèrent la catastrophe, c’est bien parce que le système lui-même le permet, à la fois au niveau de pratiques financières extrêmement opaques et de l’absence de réglementation donc de contrôles et de sanctions.

La réaction la plus importante nous vient de Marie 75. Elle a pris la peine de collationner toutes les actions de licenciement récentes, auxquelles elle ajoute les mesures de chômage technique. Je ne conserve que les licenciements. C’est impressionnant, on a l’impression de voir toute l’industrie s’en aller dans le vide. En enfer. C’est surtout la grande casse de la sous-traitance, de ces PME et PMI qui sont censées faire la richesse d’un pays ! Une liste, ou un martyrologue

Marie 75 11H02 25/11/2008
HEWLETT-PACKARD : 580 postes
ADECCO : groupe de travail temporaire va supprimer 600 emplois en France d’ici le mois de juin 2009 sur toute la France.
Free-ALICE (Paris) : 330 à 350 postes.
LA REDOUTE (Roubaix) : 672 licenciements dont 151 au siège
CAMIF (Niort) : 980 emplois
PSA (Rennes) : 850 emplois supprimés
TYCO (Pontoise) : 620 emplois
CONTINENTAL AUTORADIOS (Rambouillet) : 400 emplois délocalisés vers la Roumanie
MOLEX (Villemur-sur-Tarn) 300 postes.
JOHNSON CONTROLS (Gd Quevilly) : 280 salariés
NXP (Caen) : 280 postes en moins
KLARIUS (Dreux) : 238 postes en mois
LEAR (Offranville) garnitures de portières : 150 salariés sur le carreau
TREVES CERA (Reims et Paris) textile pour l’automobile: 145 postes supprimés
TREVES PTPM (Ay) : 40 postes supprimés
TREVES MATT (Montcornet) : 40 postes supprimés
TREVES MPAP (Ploërmel) : de 38 à 53 postes supprimés
TREVES SODIMATEX (Crépy) : 14 emplois supprimés
TREVES TREVEST (Brognard) : entre 12 et 15 postes supprimés
HARMAN BECKER (Château-de-Loir) : 134 licenciements
RIETER (Rémy) : 135 suppressions d’emploi
KPI (Rochefort) : 139 emplois supprimés
MAHLE (Persan) : 132 postes en moins dès la fin de l’année
FAURECIA (Sandouville): 130 postes supprimés
EMT (Caudebec) : 120 postes supprimés
KEY PLASTICS (Voujeaucourt) : 114 licenciements
FRUEHAUF (Auxerre) : 104 emplois supprimés.
JTEKT (Dijon) : 200 emplois
MCA (Maubeuge) : 91 postes en moins, 25 jours d’arrêt
EUROCEL (Dives-sur-Mer) : 80 postes
MAHLE Pistons de Colmar à Ingersheim: 69 postes supprimés
AB (Limay) : 64 emplois supprimés
INERGY L’usine Inergy d’Aulnay-sous-Bois ( réservoirs pour les voitures) va fermer. Plusieurs dizaines de salariés sont concernés
FONDERIE GM (Ponts-de-Cé) : 20 emplois
FONDERIE LORRAINE (Grosbliederstroff), 19 licenciements
PERFORMANCE FIBERS (Longlaville) : 7 salariés
L’usine fabrique des fils synthétiques, principalement pour l’automobile.
SEALYNX (Villiers-La-Montagne) : 7 licenciements, arrêts de production
Les 77 salariés de ce sous-traitant automobile ont appris début septembre le licenciement de sept d’entre eux. Des rumeurs de délocalisation en Roumanie et en Tunisie circulent dans le groupe.
NEXITY promoteur immobilier: 500 licenciements
CELEOS groupe immobilier (Saint-Brieuc) : 247 suppression d’emplois.
KAUFMAN & BROAD : 165 licenciements
PIERA promoteur immobilier (Gap) : 70 licenciements
EXTREME DECORS (Lamastre) : 35 emplois supprimés.
PARQUETS MARTY (Cuzorn) : 107 emplois supprimés.
FFMT « maisons transportables » (Le Fossat) : 12 licenciements
SOPROFENE portes de garage métalliques (Champagney), 10 licenciements
SUM TECH (mécano-soudure, activité liée au BTP) (Charleville-Mézières) : 9 licenciements.
THEALEC cartes et câblages électroniques Théalec (Rosheim) : 7 licenciements
APMO (faux-plafonds, éclairage de mobilier) 3 licenciements
CALYON (Crédit agricole), 250 emplois.
KRONENBOURG Brasseries (Strasbourg) : 214 suppressions d’emplois
AMORA MAILLE (Dijon) : 265 emplois supprimés
DANDY découpe de volailles (Pontivy) : 238 licenciements
BEGHIN SAY (Nantes) : l’usine ferme en 2009, 172 emplois supprimés
Une usine de viande (Maxéville) : 36 licenciements
VALSPAR encres alimentaires (Nantes) : 30 postes supprimés
SALAISONS GUEGUEN : 19 licenciements
ABATTOIR DE BELLEBRUNE, 18 salariés bientôt sans emploi
ALPLAST emballages plastiques (Ste Marie aux Mines) : 108 licenciements
LEPETIT (Saint-Maclou) : Le site de production historique du camembert Lepetit (groupe Lactalis) fermeture de l’usine historique
EBREX transports frigorifiques (Pagny) : 51 licenciements
TMT transporteur de matériaux pour le bâtiment (Montauban) : 12 licenciements
HYMER fabricant de caravanes et de campings-cars (Cernay) : 12 licenciements
SANOFI-AVENTIS, 800 postes.
Le secteur de la visite médicale – environ 22.000 emplois en France – a déjà été marqué par l’annonce début octobre du laboratoire Sanofi Aventis France de la suppression de 927 postes.
ASTRA ZENECA, Dunkerque, entre 95 et 400 suppressions d’emplois
BMS groupe pharmaceutique américain BristolMyers Squibb UPSA (Meymac) : 160 emplois supprimés
RAFLATAC (Pompey) : 100 suppressions d’emploi, . Les syndicats pensent qu’il s’agit surtout d’un transfert d’activité vers l’usine polonaise du groupe.
MATHUSSIERE & FOREST papetier Meylan (Turkheim) : 183 licenciés
PAPETERIE CASCADES (Blendecques) 100 emplois supprimés
GASCOGNE SOPAL papier gommé (Givet), 50 emplois supprimés
DMC (Saint-Amarin), 88 emplois supprimés
ASTER (chaussures) (St Germain du Salembre): 11 licenciements
WITTENDAL pièces de métier à tisser (Roncq) : 9 licenciements
SPERIAN (Plancher-Bas) : reclassements
DEOUVELAERE tisseur (Lépanges) : 58 salariés
FILATURE COSSERAT (Amiens), 20 salariés sur le carreau
SOPHIE HALLETTE dentelier (Caudry) : 9 licenciements envisagés.
LA CAUDRESIENNE teinturerie (Caudry) : 5 licenciements
APEX constructeur aéronautique (Darois) : 70 licenciements
LATECOERE (Toulouse) sous-traitant d’Airbus: 1000 emplois supprimés
SUN CHEMICAL (Brie-Comte-Robert) N°1 mondial d’encres et de pigments d’imprimerie 46 emplois vont disparaître
HENKEL lessivier (Cosne-Cours/Loire) : 166 emplois
HENKEL (Châlons-en-Champagne) : 62 postes supprimés
HENKEL (Villefrance/Saône) : 12 emplois supprimés
NIPSON imprimantes (Belfort) : 90 postes en moins
LIMOGES PHOTOGRAVURE : 56 salariés licenciés, 20 réembauchés
ZODIAC piscines enterrées 105 postes en France dont 43 à Buhl.
TEXAS INSTRUMENTS (Vill.-Loubet) : de 300 à 350 emplois supprimés
IMPRESS aérosols (Laon) : 173 licenciements
DENTELLES NOYON (Calais) 140 emplois supprimés
NICOSOFRA circuits imprimés (Evry) : 114 licenciements secs
NICOSOFRA (Burnhaupt) : 38 salariés
GARD, disjoncteurs et d’appareillages électriques Y (Barentin) : 109 emplois supprimés en juin 2009.
DESHOULIERES porcelainier (Chauvigny) : 82 emplois supprimés
DESHOULIERES (Lamotte-Beuvron), 72 emplois
FORGES DE SYAM profilés pour l’aérospatiale: 37 emplois supprimés en 2009
TERGAL fils synthétiques (Gauchy, Picardie) 35 des 168 salariés de cette usine de vont être licenciés.
SCIERIE NICOLE (Saint-Saëns) 21 emplois supprimés
HMS (Noyelles-Godault) 18 emplois supprimés
HELVETICAST fonderie d’aluminium (Angers) 18 licenciements.
GICEP (Courlaoux) : 70 licenciements
NORZINCO fabricant d’oxyde de zinc (Anzin) : 34 emplois en moins
BASTOR (mécanique) : 9 licenciements
CARROY (Vierzon) : 6 licenciements
TRELLEBORG équipementier automobile (Carquefou), plan de suppression de 400 emplois depuis avril. Du chômage partiel a été décrété.

A cette liste il y a lieu d’ajouter la disparition d’environ une dizaine de milliers d’agences immobilières ( sur 60000) en moins d’un an. J’aurais pu prolonger encore la citation avec toutes les mises au chômage technique. Les médias vous en entretiennent chaque matin. Le tout est accablant. Pourquoi briser net un appareil industriel ? La « crise financière » n’a-t-elle pas bon dos ?

Cuisine : la recette de Marina

25+01:00p31+01:0012bjeu, 25 Déc 2008 18:06:25 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Ma femme veut vous expliquer sa vraie recette, c’est son cadeau de Noël

De notoriété publique, ma femme Marina est une intellectuelle mais les gens adorent venir dîner à la maison, parce qu’on y mange vraiment bien. Mieux que de la simple cuisine de famille. En plus, contrairement à bien d’autres, elle ne passe ni des jours, ni des plombes devant « ses fourneaux » . Son idée est qu’il faut cuisiner bien sans se fatiguer, c’est le rêve de tous les pratiquants de la cuisine (ce que je ne suis pas). Autre manière de s’exprimer : comment réussir un plat sans suivre la recette. Voici sa … recette :
1 – Ne jamais rien peser, se fier à son regard.
2 – Diviser en deux toutes les proportions données dans les livres de recettes
3 – N’utiliser que les produits que vous connaissez, quitte à remplacer les inconnus par d’autres
4 – Ne pas mettre trop de vigueur dans le maniement des instruments
5 – Se contenter des moyens les plus simples pour cuisiner. Utiliser ceux que vous possédez et dont vous connaissez le maniement
6 – Vous devez toujours préparer vos pâtes ( pour gâteaux) vous-même.
7 – Goûter beaucoup en cours de route, rectifier selon votre goût et non selon la recette.
8 – Quelque soit le plat, cuisez-le à température moyenne haute.
9 – Vous n’y consacrerez pas votre journée, et le résultat sera bon à 90%.
10 – Quand vous avez raté deux fois un plat, laissez tomber, il n’est pas pour vous.
11 – Et, surtout, éliminez les recettes dont le vocabulaire exige un dictionnaire pour comprendre.
Avec ça, vous pouvez réussir le canard à l’orange, la carbonade à la Flamande, la mousse au chocolat, un rakot kaposta tout à fait exotique, la goulash à la Hongroise, la tarte tatin (géniale), les pommes de terre en gratin, les tartelettes aux tomates, la tarte à l’orange, tous les gâteaux au chocolat à la manière austro-hongroise. Les crèmes et les sauces, évidemment… Et l’art de récupérer les restes. Parfois elle rate une nouvelle recette qu’elle a testé sur moi, si ce n’est pas bon, je me dis, elle se fâche, mais elle ne recommence pas.

Politique : une démocratie musclée

01+01:00p31+01:0012bjeu, 25 Déc 2008 10:41:01 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Coup de gueule contre une démocratie musclée, poutinisée

On doit l’expression de démocratie poutinisée à Arnaud Montebourg alors que depuis quelques jours je cherchais un angle pour aborder la question de plus en plus brûlante des atteintes aux libertés publiques.
Et pas seulement : atteintes à la démocratie de façon plus générale.
Je dois avouer que je m’en inquiète plus que des fortunes perdues par quelques très richissimes comme la « malheureuse » et multimilliardaire  Liliane Bettencourt, propriétaire de l’Oréal. C’est plus problématique pour la fondation Elie Wiesel qui n’avait sûrement pas de projet spéculatif.
Revenons à l’évolution du régime politique en France. Il est clair que « Mon bien Aimé Omni Président » est fasciné par l’exemple de Vladimir Poutine, l’acrobate de la politique russe. Il se chasse par la porte, en renonçant au renouvellement de son mandat présidentiel, il revient par la fenêtre en s’installant dans l’ombre de Medvedev. Ah, quelle bonne idée ! Verra-t-on Sarkozy pousser en avant Xavier Bertrand pour la présidence de la République à condition qu’il promette de laisser agir Sarko dans l’ombre ? Ce serait le sens logique de cette démocratie musclée, poutinisée, qui s’installe insidieusement.
Qui trouvera à y redire ? Les chaînes de télé et de radio publiques ? Sûrement pas, puisque effrayés à l’idée de perdre son poste de Président Patrick de Carolis s’est suicidé d’avance, acceptant d’appliquer d’avance une loi qui n’était pas votée. Les chaînes de télé et de radio privées ? Sûrement pas, puisqu’elles doivent tout au Président. La presse ? Elle est ou exsangue, en proie aux pires difficultés financières, ou à la botte. Pour un oui ou pour un non, on traîne un directeur de publication menottes aux poings devant un juge d’instruction. Il est clair que ce juge n’agirait pas ainsi si elle, en l’occurrence, ne pensait pas aller dans le sens de l’actualité immédiate et des desideratas non exprimés du Président. Voici maintenant que d’autres acteurs judiciaires jettent en pâture les  pièces des dossiers d’instruction, ici de l’affaire de pseudo terrorisme de Tarnac, là de Julien Dray. L’opposition monte lentement et mollement au créneau pour protester. Les journalistes eux-mêmes ne sont guère enclins à mener bataille. Pour défendre le statut d’indépendance de l’Agence France Presse, ils sont trente dans la rue. Pour défendre Vittorio de Filippis, ils sont 200. Pourquoi le pouvoir se gênerait-il ? Pour ferrailler contre le nouveau projet de loi refondant l’ORTS (Office de Radio Télévision Sarkozy), ils sont une petite poignée de députés en séance, une trentaine. Quand François Fillon annonce que le prohjet passera en force, je n’ai entendu hurler ni Martine Aubry, ni Marie-Georges Buffet, encore moins Olivier Besancenot qui s’en fout, ces histoires de presse ploutocratique et bourgeoise ne le concernent sans doute pas. Quand Jean-François Copé s’en prend à la fureur d’amendements déposés par les Socialistes, ceux-ci ne claquent pas leurs pupitres, ils ne quittent pas la séance. Il a fallu plusieurs jours avant que Martine Aubry s’élève contre le procès intenté d’avance à Julien Dray. Il est vrai que Dray était le porte-parole de Ségolène Royal, son ancienne rivale au PS.
C’est en acceptant l’une après l’autres les humiliations infligées par Hitler que la République de Weimar s’est finalement dissoute dans la dictature du Führer. Je ne veux pas dire que Sarkozy puisse être traité de führer. Mais les exemples de Poutine et de Ju Jin Tao l’intéressent sûrement.
Désolé de vous avoir infligé un tel propos un matin de Noël.

Président – Son nouveau paradis

18+01:00p31+01:0012bmar, 23 Déc 2008 14:16:18 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

MBAOP au paradis

Il nous l’avait caché, mais rien n’échappe à la presse brésilienne qui dévoile le secret. Selon les informations publiées au plan local, MBAOP et son épouse Carla – icône de la France comme la Tour Eiffel et Monoprix pour nos confrères cariocas – ne vont pas rester au Brésil proprement dit pour leurs vacances, mais séjourner dans un paradis exclusif pour ultra milliardaires, dans l’archipel de Fernando de Noronha, en face de Récife.

Les descriptions de ces îles protégées, parc national écologique, sont enthousiastes. Une petite île centrale dominée par un mini « pain de sucre » entourée par une vingtaine d’îlots. D’immenses baies dont les touristes sont écartés. Latitude : 3° au sud de l’Equateur, 220 km au large de la côte. Pas de lignes aériennes régulières, un seul hôtel, de super luxe, naturellement. Notre Président ne peut échapper à son destin… Mais que se passerait-il si une crise survenait en France alors que manifestement notre Président est coupé de tout ? Il a laissé MAM aux commande, mais est-ce bien sérieux ? Donc nous sommes abandonnés jusqu’au dernier jour de l’année !

fernando4

Avec la complicité passive de Guy Birenbaum

Terrorisme : MAM s’amuse

50+01:00p31+01:0012blun, 22 Déc 2008 16:14:50 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Un exercice d’état major pour occuper la Une des médias

  • Si « notre pays n’est pas plus menacé » que d’autres, a souligné la ministre, « nous devons être capables de nous adapter à tous les risques d’attentats et à toutes (leurs) formes », a-t-elle expliqué aux journalistes conviés Place Beauvau pour l’occasion.

Dans une  « salle de crise » relevant plus du cinéma que de la réalité,  installée dans la salle des fêtes du ministère ont été rassemblés les représentants de la police, de la gendarmerie, du renseignement, de la Sécurité civile. La vraie « salle de crise » ne sera opérationnelle qu’à l’été 2009.

Commentaire de la ministre :

Dans un cas « comme celui-ci, il est vraisemblable que nous passerions à un +Vigipirate+ maximum » soit l’arrêt de la circulation aérienne, des transports en commun et la fermeture des établissements d’enseignement. Nous avons testé nos capacités de réaction, de communication, de coordination », a fait valoir Mme Alliot-Marie, précisant qu’en situation réelle, il faudrait « moins d’une heure » pour mobiliser ensemble les représentants des services concernés. Nous allons vérifier en particulier « quelle est la durée de réaction de chacun, combien il aura fallu de temps, par exemple, pour que les places d’hôpitaux soient dégagées, ou pour que les renforts arrivent à tel ou tel endroit. Nous en aurons un autre, avec tous les intervenants d’ici à une dizaine de jours pour voir où il y a des faiblesses ».

Ce jeu de guerre est excellent pour la Com’ ministérielle. Malheureusement, d’expérience, les actions terroristes sont par définition imprévisibles. Pour s’entraîner, pour prévenir leurs conséquences, on ne peut travailler qu’à partir d’événements passés, alors qu’on ne peut bien sûr jamais présager de l’avenir. Qui a prévu l’attentaticule du Printemps ? Qui a prévu les actions contre les chemins de fer ? Les services de renseignement savent toujours un peu que « quelquechose va arriver ». Mais où, quand, comment ? L’exercice conduit par MAM n’apporte pas de réponse. Mais il permet de montrer la Ministre en pleine action. Ce qui est le plus important.

Vous voyez, je ne suis jamais content. Mais pas dupe !

Ecoutes – rappel de l’organisation légale

25+01:00p31+01:0012blun, 22 Déc 2008 11:30:25 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Suite de mes informations sur les Ecoutes et les interceptions de sécurité :

Les internautes doivent admettre que les écoutes couvrent un champ très large

De nombreux internautes n’ont toujours pas admis que leurs très chères communications téléphoniques transmises peuvent être interceptées par tous moyens et en toutes circonstances. Ceci pour deux raisons majeures : la première a trait aux enquêtes judiciaires qui s’appuient désormais largement sur les écoutes et sur l’interception de toutes les formes de messageries téléphoniques et électroniques, téléphone fixe, fax, téléphone cellulaire, Textos, téléphones satellitaires, liaisons WiFi – celles-ci particulièrement « perméables »-, et tout l’ensemble des messageries électroniques transitant par le réseau internet.

Les interceptions sont réalisées qu’il y ait ou non cryptage. Il y a belle lurette que les codes de cryptage sont cassés sans difficulté par traitement informatique; en France les codes sont limités à 128 bits pour faciliter le décryptage. La première opération de décryptage majeur a été réalisée à partir de 1939 par les Polonais, les Français et les Britanniques grâce à la machine Enigma. J’ajoute ce commentaire très pertinent que m’a transmis un internautre

Précision pertinente d’un internaute

La loi autorise depuis des années les particuliers à utiliser des logiciels tels que PGP et GnuPG sans limitation de taille de clef : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffrement#En_France Or, bien utilisée, la cryptographie asymétrique utilisant des clefs de 1024 ou 2048 bits est réputée “incassable”, même s’il reste certes possible d’installer un espion logiciel pour capturer le mot de passe lorsqu’il est tapé sur le clavier (keylogger) ou pour retrouver les version “en clair” des messages chiffrés, ou encore de retrouver le mot de passe s’il a mal été choisi, entre autres…

D’une façon générale toute émission radio-électrique, quelque soit son support et son intensité, est susceptible d’être interceptée. Les « Services » disposent même d’outils permettant d’intercepter les émissions des écrans d’ordinateurs – à faible distance – et donc de capter l’image des écrans. Ces systèmes d’écoute permettent également le suivi sur le terrain des porteurs de cellulaire, grâce au rowing. Cet appareil d’interception comporte en complément la possibilité de prendre le contrôle à distance (remote control) des ordinateurs et des téléphones cellulaires. Ce n’est pas un tableau issu d’une quelconque « théorie du complot », mais la description d’une réalité très prosaïque.

La mise sous surveillance est notifiée aux opérateurs par application de commissions rogatoires ; les opérateurs sont tenus de fournirs aux autorités toutes les données, en particulier les fréquences, des « comptes » placés sous écoute ; ce qui signifie que les écoutes ne sont pas limitées aux réseaux filaires dont l’importance relative s’amoindrit chaque jour. Le deuxième motif de mise sous surveillance et interception est la sécurité nationale, on entre dans le domaine des écoutes administratives sans motif juridique. Une décision du Premier ministre est nécessaire pour mener cette deuxième catagorie d’écoutes.

Je peux préciser qu’une surveillance spéciale à caractère préventif vise les sites internet à caractère pédophile, et, par la même occasion sur les sites à caractère pornographique ! Ils sont placés sur le même plan que les sites islamistes, susceptibles de véhculer des messages de liaison pour les réseaux « terroristes », ainsi que sur certains sites de jeux en ligne.

Il est évident qu’un tel appareil de traque ne peut supporter la moindre faille, sinon il serait inutile. Les « Ecoutes » doivent permettre non seulement d’écouter et d’enregistrer les communications, mais encore d’inverser le flux, c’est-à-dire d’écouter les bruits enregistrés autour des appareils de transmission, téléphones fixes ou cellulaires, utilisés comme micros quelques soient les précautions prises par les utilisateurs pour échapper aux mailles du filet. Il serait naïf de croire le contraire.

Tous les pays importants dans le monde disposent désormais de services importants pour traiter les écoutes, en général liés aux services de renseignement. Aux Etats-Unis la NSA, en France un service – dirigé par un général – qui devient commun à toutes les directions du renseignement et de la police judiciaire. Dans mon livre « Dans le Secret des Services » (Denoël 2007), je décris les différents étages du système des Ecoutes :

– En France, par l’intermédiaire des fournisseurs d’accès

– Par interception directe des émissions radio électriques sur le territorie français

– En France et hors de France, utilisation à des fins d’interception du réseau de tracking des satellites, antennes notamment en France, à StPierre et Miquelon, aux Caraïbes, en Guyane, à Djibouti, en Nouvelle-Calédonie.

– utlisation du système satellitaire Helios, complété par les antennes dde la frégate A 759 Dupuy de Lôme. Opérant pour le compte de la DGSE, la A 759 est une sorte de « satellite en mer ». Entré en service en juin 2006 ce navire « espion » est spécialisé dans la détection et le recueil des informations électroniques.

Je rappelle les informations fournies à cet égard dès mai 2007 :

Police anti-terroriste : l’interception des données techniques de connexions

Les procédures judiciaires législatives, réglementaires et techniques sont au point, les structures  toutes en place. La loi du 23 janvier 2006 légalise cette nouvelle construction.

les éléments d’information sont assez largement diffusés, et cette diffusion entre clairement dans les programmes de prévention et de lutte contre le terrorisme. Voire de dissuasion : il est signifié aux « malfaisants » que désormais toutes leurs connexions téléphoniques ou informatiques peuvent être identifiées et localisées très vite.

Jusqu’à ce mois de mai 2007, sans compter les équipes de policiers chargées de le suivre, la surveillance rapprochée d’un « personnage à risque » nécessitait un dispositif lourd et coûteux, centré autour de la mise sous écoute de ses différents moyens de communication : téléphone fixe et portable, ligne informatique, etc. Des semaines étaient parfois nécessaires pour que tout soit mis en place après autorisation formelle donnée par la CNCIS – Commission de contrôle des interceptions de Sécurité –, au prix d’un investissement considérable, plusieurs dizaines de milliers d’euros pour un résultat aléatoire. Depuis le 2 mai 2007 tout a été remis à plat. En outre, les systèmes d’écoutes de la DGSE et de la DCRI sont désormais communs.

Désormais au sein du service chargé de détecter les risques, pour entrer dans le processus, un fonctionnaire habilité passe un simple message – crypté – à la nouvelle plate-forme technique d’interception des données de connexion aux systèmes de communication gérée par l’UCLAT (Unité de coordination de la Lutte antiterroriste) et installée dans les nouveaux locaux du Ministère de l’Intérieur à Levallois. Contenu du message : demande d’autorisation pour placer sous surveillance ,connaître les données techniques de connexion des les communications passées par les personnages ciblés : identification précise de leurs téléphones fixes ou mobiles, et le ou les adresses IP de leurs moyens informatiques ; demande de communication de tous les abonnements liés aux numéros repérés et des documents d’inscription ; relevé précis de toutes les connexions téléphoniques – entrées et sorties – ; destinataire ou émetteur des SMS, dates et heures ; adresses internet personnelles et sites internet consultés, soit par câble, soit par système WIFI ; géolocalisation des connexions par téléphone portable. Le champ d’investigation est large, mais, à ce stade, ne porte pas sur le contenu des communications.

La plate-forme est un simple relais technique, en quelque sorte un serveur. Par application de l’article 6, loi du 23 janvier 2006, le serveur bascule la demande sur le servicel à  la « pertsonnalité qualifiée » qui, à l’Inspection générale de la Police Nationale est légalement investie de l’évaluation. Cette fonction est assurée par l’Inspecteur général François Jaspart et quatre cinq adjoints disponibles jour et nuit.

Trois réponses sont possibles : c’est oui, c’est non, ou bien la demande nécessite des éclaircissements supplémentaires. Après validation par signature électronique infalsifiable, l’Inspection notifie sa décision à l’UCLAT. Celle-ci peut alors saisir tous les opérateurs téléphoniques et/ou informatiques qui sont tenus de communiquer toutes les informations en leur possession. Dernier stade, l’UCLAT retransmet les résultats de l’enquête au service demandeur d’origine, seul à pouvoir consulter les résultats.

Toutefois les informations ne peuvent concerner que les données techniques des connexions, il ne s’agit pas d’une écoute au sens strict. En quelques sorte, il s’agit d’un tri préalable. Si les suspicions à l’encontre de la cible subsistent, le service a la faculté de demander à la CNCIS une écoute à caractère administratif en bonne et due forme. L’interception portera cette fois-ci sur le contenu des conversations et des messages, on se retrouve dans le schéma antérieur au 2 mai, des interceptions de sécurité régies par la loi du 10 juillet 1991.

Mais nous restons là au niveau de la recherche du renseignement.

Un dernier stade est cependant possible, au niveau judiciaire, désormais : admettons qu’il soit établi par les écoutes et tout autre moyen que la personne ciblée soit suspectée de participer à une action à caractère terroriste on va passer au stade de l’enquête judiciaire, si une information a été ouverte.. Menées dans le cadre strict de la procédure pénale, l’enquête préliminaire ou l’instruction doivent déterminer la nature et l’ampleur des infractions commises. Le procureur chargé du dossier et/ou le juge d’instruction peuvent alors demander la mise en place d’écoutes à caractère judiciaire, dont ils assureront le contrôle ; le compte-rendu apparaîtra dans le dossier judiciaire comme des pièces à conviction, ce qui n’est pas le cas des interceptions et écoutes administratives, qui ne relèvent que du renseignement à caractère préventif.

La France en Afghanistan

07+01:00p31+01:0012bdim, 21 Déc 2008 11:53:07 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Jean-Dominique Merchet, dans son site « Secret Défense » associé au quotidien Libération, a jeté cette semaine un pavé dans la mare : la France envisagerait de renforcer ses effectifs en Afghanistan, pour les porter au niveau d’une brigade opérationnelle, très au-delà des 3.000 hommes actuellement présents sur le terrain. Très bien informé, très au fait des questions de stratégie, et peut-être un peu le passeur de paroles pour des militaires de tous rangs, Merchet écrit rarement pour ne rien dire. Je me demande si la publication de cette information n’est pas un « appel à réactions ». Ça peut se pratiquer…

Evidemment, compte-tenu de l’impopularité de cet engagement des troupes françaises, démenti généralisé et prompt, notamment d’Hervé Morin, le Ministre de la Défense :

Il n’envisage « aucun plan d’accroissement des effectifs en Afghanistan ». Ni le président Nicolas Sarkozy ni lui même n’ont « donné à l’état-major la consigne de travailler sur un plan de renforcement des effectifs en Afghanistan« . Un peu plus tôt le même ministre expliquait sur RTL que «pour l’instant, nous n’avons pas l’intention d’envoyer des hommes supplémentaires (…) Mais une partie de notre propre sécurité se joue en Afghanistan. On ne peut pas laisser ce pays revenir dans les mains des Talibans.»

Ce discours, je l’ai déjà entendu en avril au Tadjikistan quand avec les Auditeurs de l’INHES j’ai visité la base aérienne française de Douchanbé, assurant la logistique des troupes françaises en Afghanistan. Le principe cardinal de la politique française dans cette lointaine région de l’Asie est que notre sécurité en France dépend du succès des alliés en Afghanistan. Certes, mais on ne nous a toujours pas expliqué pourquoi et comment. Pour le moment, j’y ai surtout vu la volonté de MBAOP de s’aligner sur la politique définie par son copain Georges W. Pour le moment, Barack Obama semble suivre la même voie pour la guerre en Afghanistan. Et ensuite ? Question sécurité de la France, je vois surtout le flux continu de réfugiés afghans qui par la Turque, la Grèce et l’Italie se déverse sur l’Europe afin de fuir les combats. Un flux continu que l’on voit s’installer partout dans Paris, sous les porches d’immeubles dans les beaux quartiers. Je vois aussi que ce conflit en Afghanistan est le prétexte à une résurgence d’actions violentes à caractère éventuellement terroriste. Avant cette guerre, hormis le roman de Joseph Kessel, Les Cavaliers publié en 1967, l’opinion publique française ignorait tout de l’Afghanistan. Aujourd’hui, la présence de nos troupes sur place pour « renforcer » les Américains contribue à accroître à Paris la menace terroriste.


Secrets 2 – A propos du… « Cabinet noir », par Guy Birenbaum

26+01:00p31+01:0012bdim, 21 Déc 2008 09:00:26 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Précision en date du 21 décembre : voir le papier consacré hier 20 décembre aux ultimes confidences d’Yves Bertrand

Article d’origine 30 novembre

Je l’ai déjà écrit hier, j’aime bien le nouveau livre de Guy Birenbaum, Le cabinet noir. J’aime bien parce que, fidèle à sa réputation, Birenbaum met sur la table toute son information. Il raconte l’histoire d’un certain nombre de coups éditoriaux plus ou moins fumeux qu’il a su éviter. Plus par circonspection que par prudence. Il manifeste une certaine dose de candeur. Notamment quand il se demande comment un livre qu’il allait publier chez Denoël sur le juge Eric Halphen a été remis au Figaro par des mains secrètes avant publication. Guy doit savoir que les RG ont toujours été au courant des livres avant publication. Dans mes archives (inaccessibles, inutile de venir chercher ça chez moi) repose quelque part la « copie avant publication » d’un livre de Jacques Derogy que m’a remis un membre du… cabinet noir (!). Les RG ont toujours disposé d’informateurs patentés dans les imprimeries… et dans les journaux. Des informateurs le plus souvent insoupçonnables, du niveau des petites mains. Du Canard Enchaîné à tous les livres d’investigation, rien n’échappe à cette prépublication ! Et Yves Bertrand, cible de ce Cabinet noir n’était pas le dernier à en profiter.

Mais mon intérêt particulier pour ce livre est ailleurs. Peut-être sans le savoir, encore que… Birenbaum dévoile le nom du véritable animateur du pseudo cabinet noir, par la même occasion le persécuteur d’Yves Bertrand. C’est étalé en toutes lettes et en tout fac similé. L’homme n’est autre qu’Hubert Marty-Vrayance, commissaire de police. Il a oeuvré un temps dans le cabinet d’Yves Bertrand. Jusqu’à la découverte par le Directeur central des RG que son collaborateur se multipliait en scoops bidons, rumeurs infondées, provoquant d’immenses frayeurs. L’arrestation bidonnée d’Yvan Colonna, c’est lui. La thèse de l’assassinat de Pierre Beregovoy, c’est lui. Et surtout, l’invraisemblable théorie du complot développée par Thierry Meyssan qui dans L’effroyable imposture a prétendu expliquer les attentats du 11 septembre par une terrible machination montée par les Juifs et la CIA. Du coup, Yves Bertrand avait viré Marty-Vrayance de son cabinet. Le commissaire n’a jamais pardonné ce « forfait » à son ancien patron. Et depuis pour le persécuter répand dans la presse tous les bobards possibles. Les journalistes sont ravis de bénéficier de ces révélations fracassantes qu’ils prennent pour argent comptant, sans enquêter pour vérifier. Vous me direz que Marty-Vrayance n’est pas le seul à la manoeuvre, d’autres entendent avoir la peau d’un homme qui ne les aurait pas assez servis. Je le répète une nouvelle fois : je ne défends pas particulièrement Yves Bertrand qui pendant douze ans a oeuvré pour collecter du renseignement, pour le servir à ses patrons, dans un rapport quotidien au Ministre de l’Intérieur. Mais je me dois de dévoiler aussi le dessous des cartes. Et merci à Guy Birenbaum de publier les documents qui permettent de mieux comprendre.

13 h . Guy Birenbaum me précise :

L’affaire colonna telle que je l’ai vécue suffit à montrer le contraire de ce que vous avancez…
HMV [ Hubert Marty-Vrayance] est au coeur de l’enquête de Guillaume qui travaille pour Bertrand puisque c’est lui qu me conduit à Bertrand…
Et comme je le dévoile quelques jours après mon déjeuner avec YB, Guillaume et Robin, HMV est bien avec eux à Cosnes sur Loire pour tamponner Rougelet…

Mais je ne vois pas en quoi cette précision dément le rôle obscur et vengeur de Marty-Vrayance.

Secrets – Ultimes confidences d’Yves Bertrand

14+01:00p31+01:0012bsam, 20 Déc 2008 19:58:14 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

« On m’a “volé“ mes carnets »,

tempête Yves Bertrand l’ancien patron des DCRG.
Les carnets secrets d’Yves Bertrand n’ont pas fini d’encombrer les médias. Aujourd’hui, samedi, on apprend que deux mois après le dépôt de la plainte de Nicolas Sarkozy, le parquet de Paris a ordonné l’ouverture d’une enquête préliminaire sur les notes de l’ancien patron des RG qui fourmillent de rumeurs sur le monde politique, pour dénonciation calomnieuse, faux et usage de faux, recel et atteinte à l’intimité de la vie privée.
J’ai pu rencontrer, le personnage, pas clandestinement du tout au demeurant. Il m’a confié sa colère. Colère froide, mais violente.

« Le parquet a agi sur ordre », accuse Yves Bertrand.

Puis, sans chercher à se justifier, il explique qu’il a toujours restitué les informations importantes. Voici comment fonctionnait la chaîne d’information à l’intérieur du Ministère de l’Intérieur :

« Tous les soirs était établi le compte-rendu quotidien. En vue d’être distribuées aux services intéressés, les notes étaient reproduites à quinze exemplaires, le dossier ministre étit sous couverture verte. Il y a lieu d’ajouter des notes à diffusion plus restreinte.
« J’ai toujours rendu compte à mon autorité hiérarchique administrative, le Directeur de cabinet du Président et le Directeur général de la police nationale. Tous les ministres, à commencer par Dominique de Villepin, ont toujours été tenus strictement au courant.
« Je n’ai jamais rien donné à l’autorité judiciaire au titre de la dénonciation de faits délictueux, ce n’était pas à moi de le faire.

Puis il revient sur les carnets contestés.

« Je ne peux être poursuivi puisque ce n’est pas moi qui a publié les carnets. »
« Je suis un personnage archaïque, j’écris tout. J’ai cessé de tenir ces carnets en 2003 quand j’ai quitté mon poste de DCRG pour l’IGA (Inspection générale de l’Administration. Donc il est normal de ne pas trouver de carnet postérieur à 2003.
« Tout ce que je raconte est prescrit depuis longtemps puisque les brouillons et les carnets sont prescrits par trois ans.
« Les plaintes lancées contre moi ne sont pas fondées juridiquement. On a pris en photo l’ensemble des vingt-trois carnets. C’est ainsi que le contenu a pu être récupéré. Complicité de l’avocat, je ne vois pas autrement. Ça s’analyse en trois temps : bris de scellés, violation du secret de l’instruction, recel de violation du secret.
« C’est délirant, ce sont des plaintes médiatiques. Le Président Sarkozy est suivi par une cohorte de personnages qui lui ont emboîté le pas, toutes les plaintes sont rédigées dans les mêmes termes : dénonciation calomnieuse. Ce n’est pas à l’honneur du Président, ça ne va pas lui faire du bien. Il eut été intelligent de retirer sa plainte en considérant la personnalité de deux qui l’ont suivi.
« Je suis honoré d’être poursuivi par des gens comme ça »

En conclusion de son propos, il martèle :

« Je suis une cible parce que je suis le plus médiatisé. Mais pas question de me laisser abattre, j‘ai des munitions. J’ai en particulier connaissance de certaines informations concernant des emplois fictifs distribués par tel ou tel.
« Je ne suis pas amer, mais lucide. Mais pourquoi un tel acharnement contre moi ? ».

Serais-je moi aussi l’objet d’une manipulation ? Je connais le personnage depuis longtemps, il sait que je peux le « peser ».

Quant aux journalistes qui se répandent en propos plus ou moins bien informés sur YB, il observe en s’amusant que nombre d’entre eux ont fréquenté de façon assidue son bureau.

C’était whysky pour les hommes, champagne pour les femmes. Quand je leur proposais de les voir au petit déjeuner, [ donc sans whysky ni champagne,NDLA ] ils n’aimaient pas.

YB me cite un nombre de noms considérable, parmi les plus connus de la presse française. Je ne vous les citerai pas, évidemment. Certains de ces « noms » ont effacé ces rencontres de leur mémoire, ils s’empressent de multiplier les critiques à l’encontre de l’ancien Directeur central des Renseignements généraux. Ainsi va la vie.

Bagnole : un nouveau genre de malus

45+01:00p31+01:0012bven, 19 Déc 2008 15:30:45 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mes correspondants commencent à me considérer comme un relais pour informations mal diffusées, comme celle-ci…

Le gouvernement avec l’assentiment de nos chers députés vient de faire passer en douceur un texte sur lequel il n’y a eu aucune communication ….et les journalistes sont d’une discrétion absolue là dessus : à  partir du 1er janvier 2009 lorsque vous aurez un accident avec votre voiture, votre assureur devra missionner un expert pour chiffrer les réparations (jusque là rien d’anormal), sauf que l’expert devra, en plus, vérifier 21 points de contrôle du véhicule ….même si cela ne concerne pas le choc initial et même si votre contrôle technique récent était O.K.

Bref si l’un de ces 21 points n’est pas conforme ou en état de fonctionner, votre carte grise sera gelée en préfecture (conséquence: impossible de vendre votre voiture), et vous aurez alors trois jours pour accepter de réparer le ou les points non conforme(s), à défaut, votre voiture sera immobilisée au garage.
Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, si vous réparez et que les points non conformes n’étaient pas liés au sinistre, l’expert devra revenir pour valider les travaux, et ce, à votre charge bien sûr ! Sans oublier bien sûr les malus ….au cas ou vous seriez responsable de l’accident.
Commentaire : serait-ce un moyen de relancer les ventes de voitures récentes …..ou de voitures neuves qui encombrent les parking des constructeurs !!!! Et ce seront encore les assureurs qui passeront pour des voleurs, et bien non ! il faut savoir que ce sera la loi ….tout simplement. Une façon de donner également du travail aux garagistes qui devront embaucher pour faire face …..(CQFD)
Alors à compter du 1er Janvier 2009 redoublez d’attention sur la route car le moindre accrochage va être « hors de prix »…et on n’aura pas fini de voir les délits de fuite après un accrochage, même banal . « 

Mondialisation et capitalisme débridé

55+01:00p31+01:0012bven, 19 Déc 2008 13:08:55 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

L ‘économie artificielle, l’économie virtuelle :

US-ATTACKS-TRADE CENTER RUBBLE

Les ruines du World Trade Center, symbole de la ruine des finances mondiales

Des junk bonds à Madoff, en passant par Enron, et les subprimes, comment  comprendre les mécanismes de la mondialisation ?
Le problème dans l’information est sa dispersion, sa parcellisation. Quand survient un événement, moi le premier, on vous balance en vrac des informations sur tel ou tel scandale, sans les relier les uns aux autres. Hier on évoquait l’affaire des Saving & loans, américains, les junks bonds qui ont servi à financer ces opérations. Je rappelle les chiffres : la crise des « Savings and Loans » a ravagé le monde des Caisses d’épargne américaines au cours des années 1980. Près de 80% d’entre elles ont disparu dans la tourmente, 747 en tout, sur l’ensemble du territoire américain. Le coût de cette crise est estimé à environ $160.1 milliards de dollars, dont $124.6 milliards assumés directement par le Trésor américain, donc par les contribuables.
Je vous ai exposé la question dans un billet du 19 novembre dernier
Cette affaire est surtout à l’origine de la politique de crédit à tout va grâce à laquelle l’économie américaine a gonflé démesurément, bulle après bulle. Sans pilotage apparent. Puis, plus tard, est venue l’affaire ENRON, une société texane, intermédiaire sur le marché de l’énergie. Elle achetait et elle vendait des tonnages de pétrole et de gaz, sans matérialité. ENRON était plus virtuelle que réelle puisque dans le marché de l’énergie elle jouait un rôle d’intermédiaire qui, n’étant pas essentiel, ne pouvait pas assurer de revenus suffisants. Les comptes étaient contrôlés par la société d’audit Arthur Andersen. ENRON bénéficiait de la plus grande bienveillance des politiciens républicains, très hostiles aux vrais contrôles, comme je l’ai déjà relevé : plus de 100 membres du Congrès ont reçu des contributions d’ENRON à leur caisse électorale. Le vice-président, Dick Cheney, a recu plusieurs fois Kenneth Lay, président d’ENRON, dans le groupe de travail sur l’énergie dont il assumait la présidence. Pour George Bush, Kenneth Lay c’était Kenny Boy.
À son sommet, en janvier 2001, l’action d’ENRON valait 83$, un an plus tard, elle tombe à 0,67$. Pendant qu’à New York, les tours du World Trade Center s’effondraient, sous les coups d’activistes de l’extérieur, appelés terroristes, à Houston, au Texas, implosait ma société ENRON, 4.000 emplois perdus à la clé, une perte pour les actionnaires de 63 milliards de dollars. Une perte surtout pour les fonds de pension assurant leur retraite à des millions d’Américains.
On croyait avoir tout vu. Eh bien non : l’effondrement du système basé sur les subprimes et produits dérivés a provoqué des pertes encore plus énormes, à ce jour incalculables. Finalement l’escroquerie en forme de pyramide de Ponzi montée par Bernard Madoff et sa société « Bernard Madoff Investment Securities » est à la limite relativement moins importante. Mais la responsabilité de l’absence de contrôle est tout aussi évidente que pour ENRON.
Toutes ces affaires relèvent d’un seul et même principe : la maximisation des profits. On ne travaille plus sur la réalité de la production, mais sur le potentiel de profit fondé sur une exploitation anarchique du capital investi. Ou de l’absence de capital. Quand un fonds spéculatif rachète une entreprise, il ne sort pas un sou de sa caisse, même pas de la poche de ses dirigeants. L’acquisition est totalement financée par recours au marché des capitaux. Autrement dit par les banques qui préfèrent s’investir dans ce genre d’opérations qualifiées de hautement profitables que dans le financement de l’industrie, des entreprises qui produisent une matière réelle, des voitures aux trains en passant par l’acier et les produits chimiques.
Mais ces industries elles-mêmes fonctionnent sur le même principe de la valorisation maximum, sans lien réel avec les impératifs du marché. Et cette valorisation maximum passe par un abaissement continu des coûts de production qui sont systématiquement alignés sur les plus bas. C’est-à-dire sur les coûts apparents constatés dans les pays en voie de développement.
D’où les délocalisations. Les délocalisations ne reposent pas sur des impératifs industriels, mais exclusivement sur des impératifs de valorisation financière. On ne se préoccupe pas de la dégradation continue du tissus industriel dans les pays développés, on soustraite tout dans les pays en voie de développement. Sans se préoccuper non plus des conditions de travail. Ainsi voit-on des entreprises prospères, encaissant de larges profits, comme Arcelor-Mittal, Valeo ou Michelin, qui n’hésitent pas à licencier de façon « préventive », parce que les perspectives ne sont plus aussi bonnes. Le seul objectif es bien de « maximiser » le profit. Ainsi la mondialisation relève-t-elle du même mécanisme que les scandales financiers.
Incontournable pour le financement des investissements, le capitalisme n’est pas en soi critiquable, on n’a pas encore trouvé d’autre moyen pour assurer un développement continu. Mais sa pratique débridée et sans contrôle, souvent largement criminelle, est de plus en plus dangereuse. C’est presque un truisme de le constater.

Précisions à propos du fonds Madoff

Il n’y a pas de petits épargants victimes directes en France pour une raison simple : il fallait être un gros épargnant pour entrer dans le fonds Madoff, le ticket d’entrée était à 1 million de collars. Pas à la portée de tous.

En fait, à l’origine, il n’était sûrement pas un escroc. tous les éléments concernant sa société étaient clairs, et même transparents, tout était déclaré à la SEC, des bulletins fréquents nous tenaient au courant de l’évolution de la société. Contrairement à ce qui a été écrit, les taux d’intérêt promis étaient très variables, de 4 à 10%, loin des 11 % généralement annoncés. A un moment, il a dû ^tre dépassé, poussé à promettre des taux d’intérêt plus élevés.

Mon conseiller financier a vu passer entre ses mains de nombreux titres Madoff, il affirme s’en être toujours méfié. Ses explication me paraissent très claires. L’affaire est bien dans la logique de la course à la valorisation maximum, pas forcément raisonnable d’ailleurs sous la pression des retraités émargeant aux fonds de pension, soucieux de voir leur rente augmenter toujours plus.

100 BO (bandes originales) cultes

09+01:00p31+01:0012bven, 19 Déc 2008 11:00:09 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Olivier Cachin, Christophe Geudin

Editions Tournon, 100 bandes originales cultes, De 1927 à 2008.35€.

Les deux auteurs sont des journalistes spécialistes des musiques urbaines. Ils rappellent que la musique de film fête ses cent ans, on doit la première à Camille Saint-Saens, pour illustrer un film muet consacré au Duc de Guise. Depuis la musique de film est devenue un genre musical spécifique, bien à part, ponctué d’immenses succès. qui ne se souvient pas du Docteur Jivago, de Maurice Jarre, ou de Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone, le maître. On n’imagine plus un film sans cette partition musicale qui souligne l’action, qui amplifie les effets dramatiques. Les deux auteurs remettent en perspective les bandes originales d’un certain nombre de fils dits « cultes », ils nous les racontent par le menu. C’est superbement illusté par les affiches elles aussi d’époque.

Je précise qu’Olivier Cachin était un ami de lycée de mon fils Lucio Mad. Ils ne s’étaient jamais quittés.

Livre-photos : Charuel en Afghanistan

36+01:00p31+01:0012bmer, 17 Déc 2008 09:55:36 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Attaché à l’hebdo Valeurs actuelles, le photographe de guerre Marc Charuel,  ne dételle pas. Il vient de publier chez aux éditions Valmonde un album illustrant la vie des militaires français en Afghanistan. Les textes sont de Fréderic Pons. Sur place les deux journalistes ont suivi en opération les hommes du bataillon Kapissa (8ème RPIMa, 35ème RAP, 17ème RGP, Service de santé), le détachement air de Kaboul et le groupe médico-chirurgical. 110 pages, format carré 21×21, 39 euros.

Grand baroudeur devant l’éternel, Charuel a assis sa réputation initiale par un grand reportage chez les Karen, en Birmanie, un voyage au cours duquel il a été blessé. Il a publié notamment en 1993

Putain de guerre: Gaston Besson, volontaire français contre les Serbes,

et en 2003 L’affaire Boudarel. Ces deux livres sont introuvables neufs.


Police = privé ?

17+01:00p31+01:0012blun, 15 Déc 2008 15:35:17 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Police : MBAOP se prononce pour le privé, pour économiser !

Demain, la police de sécurité sera-t-elle contrôlée par le privé ? En tout cas une nouvelle étape majeure dans la privatisation d’un certain nombre de tâches dans le domaine de la sécurité vient d’être franchie. C’est du moins ce qui ressort de la prise de position de Michèle Alliot-Marie, la Ministre de l’Intérieur, ce lundi lors de l’ouverture du Sommet européen de la Sécurité privée à Paris quand elle a annoncé la création d’un « Conseil économique de sécurité ». Il sera  » chargé de lui faire des propositions en vue d’une approche globale de la sécurité mêlant les secteurs public et privé.
Depuis plusieurs années on assiste en France à un transfert toujours plus large de missions de sécurité au privé, aussi bien au plan de la sécurité publique quotidienne que de tâches plus spécifiques, comme les enquêtes et l’Intelligence  économique. Des vigiles et des gardes remplacent de plus en plus souvent les « policiers officiels » dans d’importantes missions de sécurité publique. Pour ne prendre qu’un exemple, spectaculaire et peu connu : la sécurité des ambassades de France dites de 3° niveau, les moins importantes, est désormais assurée non par des gendarmes ou des CRS, mais par des sociétés privées locales, c’est-à-dire choisies dans le pays où siège l’ambassade. Selon un spécialiste…

Dix vigiles de recrutement local coûtent moins cher pour un an qu’un mois de gendarme en mission avec sa famille.

Nous ne donnerons pas d’exemple pour des raison de… sécurité. De façon plus spectaculaire, on constate que les sociétés de sécurité privée envahissent tous les domaines : le contrôle des passagers et des bagages dans les aéroports, entre autres Orly et Roissy 2 ; la sécurité dans les grandes surfaces, dans les grands ensembles de logements. Ils sont aujourd’hui 90.000.
Le privé en Europe pèseraient aujourd’hui 1,7 million d’employés, 50.000 entreprises, 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires. La France est d’ailleurs relativement en retard.
L’organisateur privé de ce colloque, la CoESS, Confédération européenne des services de sécurité trente organisations nationales) , a préparé le travail en collaborant avec l’INHES – Institut Nationale des Hautes études de la Sécurité – pour l’élaboration d’un Livre Blanc intitulé « Demain, quelle sécurité pour l’Europe ? ».

« Alors que les forces de sécurité étatiques vont gagner en productivité mais être stables en nombre, souligne Pierre Monzani, le directeur de l’INHES, les emplois dans la sécurité privée vont se développer fortement.   »

On évoque un effectif de 200.000 employés dans les SSP – sociétés de sécurité privées – dans la perspective des dix ans à venir, soit autant que la gendarmerie et la police nationale réunies !
Il y a encore peu, Michèle Alliot-Marie dénonçait l’invasion du marché de la sécurité par les « officines privées », il semble qu’elle se soit soudain convertie. Sans doute à l’initiative de MBAOP ( Mon Bien aimé omni Président) Nicolas Sarkozy : l’œil fixé sur la  RGPP (révision général des politiques publiques), et les économies budgétaires drastiques nécessaires pour boucher les trous de la crise économique et financière, il n’est plus du tout décidé à accorder de nouveaux moyens aux polices « officielles »,  en dépit de ses engagements de campagne électorale. Au contraire, puisque d’importantes réductions d’effectifs sont programmées tant dans la police nationale que dans la gendarmerie. Dans la préface au Livre Blanc publié lors de ce colloque, le Président  s’engage personnellement, il constate que «la demande et l’offre de sécurité se font plus pressantes et exigeantes, en raison de l’espace laissé par la réduction nécessaire des dépenses des États ». L’acteur public n’a donc plus les moyens d’assumer seul sa mission, assène-t-il.

Europe et Sarko : la dernière séance

41+01:00p31+01:0012bdim, 14 Déc 2008 14:00:41 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Un bilan pour le moins mitigé

Mardi prochain à Bruxelles, dernière séance du Conseil de l’Union européenne sous la présidence de MBAOP, Mon bien aimé Omni Président (Sarkozy).
Pas besoin d’être flagorneur ou suiviste, je n’attends rien de MBAOP et des siens. Ni des autres d’ailleurs. donc je peux regarder ce semestre européen d’un oeil critique.
Sarko avais misé gros sur cette présidence. Loin de la lettre des institutions européennes, il se voyait en vrai Président « à la française », décidant de tout, régentant tout. Mais Bruxelles n’est pas Paris. Au siège de l’Union ne règne pas l’esprit de cour.
Et le bilan réel est assez modeste.
Il a incontestablement joué un rôle très positif pour le plan de relance européen, mais sans cesse freiné par la BCE, son Président Jean-Claude Trichet qui a plus que traîné les pieds pour abaisser les taux directeurs du crédit. Et surtout, conflit larvé, mais de plus en plus ouvert avec Angela Merkel, la Chancelière allemande, qui s’est révélée toujours plus libérale au sens idéologique du terme, sous l’influence des caciques de l’économie allemande.
En vérité les rapports avec Merkel sont devenus si exécrables que MBAOP s’est vu contraint de trouver d’urgence une sorte de médiateur pour mettre de l’huile dans les rouages. Il a profité du départ de Jean-Pierre Jouyet, le ministricule des affaires européennes pour inventer un nouveau ministère de la germanophonie, pas mal comme idée, chargé de promouvoir de meilleures relations franco-allemandes. Qualifié d’excellent germanophone, Bruno Le Maire, le nouveau ministre, devra gérer une double schizophrénie : villepiniste convaincu, ancien Directeur de cabinet de Dominique de V., beau poète ex-Premier ministre, il devra s’entendre avec Sarko ; il devra suppléer Kouchner pour les affaires allemandes. Du sport en perspective.
Parmi les bons points, la réussite relative de l’arbitrage entre les Russie et la Géorgie, facilité par l’effondrement des prix du pétrole et des matières premières qui a contraint la Russie à rabaisser un peu son caquet. Autre bon point, la création de l’Union pour la Méditerranée : elle existe, il y a un secrétariat, mais c’est tout. Les pays riverains arabes laissent croire qu’ils sont pour. A condition qu’Israël ne soit aps vraiment là.
Autre succès revendiqué, l’adoption par l’Union européenne du paquet « énergie-climat », Accord européen sur le climat, après d’intenses tractations, en fait des concessions majeures à l’Allemagne, l’Italie, la Hongrie ou encore la Pologne, des systèmes d’exemption graduels qui vident en grande partie de son contenu l’accord. Selon cet accord l’Union européenne en 2020 aura réduit de 20% ses émissions de gaz à effet de serre; utilisera 20% d’énergie renouvelable et aura diminué sa consommation de 20%. MBAOP proclame qu’il s’agit d’une décision historique, sans équivalent dans le monde. Des accords ont également été obtenus sur la politique d’immigration et sur la PAC, politique agricole commune, dont la réforme met en fureur le monde paysan car elle prévoit une baisse des subventions à la production.
Les points négatifs sont malheureusement plutôt nombreux. D’abord cette minuscule affaire de la TVA à 5,5 % pour les restaurateurs, déjà promise par Chirac et dont Merkel ne veut pas entendre parler. MBAOP n’a pas obtenu plus que son prédécesseur à l’Elysée. Le « Non » irlandais au traité européen a secoué les institutions. Le gouvernement de Dublin a promis de relancer un nouveau référendum, dans … un an.
Les thuriféraires célèbrent le nouveau style insufflé à Bruxelles. Le nouveau style bling-bling, l’agitation permanente, la réunionite aiguë sans effets vraiment perceptibles. MBAOP a surtout ramené l’Union européenne à son état ancien, l’Europe des Etats. Il rêvait d’en rester Président, il ne le sera plus. La main bien visible de Merkel est passée par là. La Chancelière accepte des bises et des caresses du Président. Sans plus. Sans avoir obtenu de diriger la politique économique européenne, MBAOP sera remplacé à partir du 1er janvier par un eurosceptique… convaincu : Vaclav Klaus, le Président tchèque. Après lui, difficile de savoir ce qui subsistera de l’œuvre de notre Bien aimé Président !
Ensuite, après s’être dépouillé de sa jaquette de Président, direction le Brésil, pour une visite officielle au cours de laquelle devraient être signés d’importants accords de défense, et – peut-être – la vente de Rafale. MBAOP ne rentrera pas tout de suit à Paris, vive les vacances, il restera au Brésil pour Noël, chez le papa de Carla, Maurizio Remmert, qui vit au Brésil depuis trois décennies, avec grand-papa et petite demi-sœur. Moi qui croyait que le Président se devait de rester en France ou à proximité immédiate quand pèsent certaines menaces… Je ne dois pas avoir compris.

terrorisme – la menace

24+01:00p31+01:0012bsam, 13 Déc 2008 08:46:24 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Une menace très réelle

On va encore m’insulter, me taxer d’adepte du complot généralisé, on va m’accuser de terroriser les bons Français tranquilles. Pourtant, il faut bien le dire : le juge Jean-Louis Bruguière n’est pas le seul à agiter le spectre de la menace terroriste. Dans les « milieux spécialisés » on s’inquiète vraiment.

On ne l’a pas crié sur les toits à Paris : dans la foulée d’une vaste opération anti-terroriste menée en Belgique jeudi, plusieurs personnes considérées comme proches d’Al Qaeda ont été interpellées en France par les policiers chargés de l’anti-terrorisme.
La police belge avait arrêté quatorze individus lors de perquisitions à Bruxelles et à Liège, alors que l’un d’entre eux semblait être sur le point de commettre un attentat suicide. « Cinq hommes et une femme ont été inculpés d’appartenance à un groupe terroriste et placés en détention préventive », a déclaré vendredi Lieve Pellens, la porte-parole du parquet fédéral.
Cette opération doit-elle conduire la France à craindre des attentats perpétrés par des groupes islamistes ?
« Tout à fait, me confirme-t-on de source très informée et sûre. Plusieurs pays d’Europe sont concernés. Les Britanniques commencent à mesurer la menace, mais ils sont avant tout concernés par les Pakistanais et les Cachmiris. En France, la principale inquiétude vient d’Al Qaeda au Maghreb, l’ancien GSPC. Ils ne sont pas très nombreux, mais très mobiles, leur territoire d’action est immense. Base arrière au Sud-Sahara et dans les Etats riverains comme le Niger ou le Mali. Ils peuvent se déplacer sur plusieurs centaines de kilomètres en une journée ».
Pour être très exact, les services français sont moins préoccupés par une menace contre le territoire national – sans l’exclure – que contre les expatriés et les intérêts français à l’étranger, ainsi que les ambassades. En Algérie, mais pas seulement.
Le Monde » rappelait il y a quelques jours (édition du 10 décembre) que dans un discours de vingt-neuf minutes posté le 22 septembre sur un site Internet islamiste, largement passé inaperçu, Abdelmalek Droukdal, « émir » suprême de l’organisation d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) avait lancé cette menace :
« Ceux qui pensent que la France assurera sa sécurité sur ses terres (…) se trompent. » Elle n’aura pas la capacité « de le faire, puisqu’elle sera, le jour venu, préoccupée par sa propre sécurité ».
Rebaptisé Al Qaeda au Maghreb, le GSPC a émergé en 1998-1999. Avec un objectif clair dès l’origine : le GSPC entendait mener « le djihad contre le régime algérien qui a renié l’islam, et contre ses maîtres chrétiens et juifs ». »
Les groupes islamistes pratiquent en outre aujourd’hui sur une large échelle les enlèvements pour obtenir des rançons afin de remplir les caisses. Début novembre 2008,  après des mois de négociations, deux touristes autrichiens enlevés dans le Sud tunisien en février 2008 ont été libérés contre une rançon de 1 à 2 millions d’euros. Les services algériens sont fort mécontents que cette information ait été dévoilée.
On assiste à un véritable élargissement des pratiques initiées naguère par les FARC en Colombie, et par les pirates au large de la Somalie.  Michèle Alliot-Marie, la ministre de l’Intérieur, s’est voulue rassurante. Ma source est beaucoup plus formelle : le niveau de la menace est élevé. Les exercices anti-terroristes ordonnés par MAM ne doivent pas faire illusion.

Débat – Economie – Crise : Guy Sorman

43+01:00p31+01:0012bsam, 13 Déc 2008 08:00:43 +0100+01:00 9,2008

 

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Guy Sorman : un moderato cantabile libéral

L’Association des Auditeurs de l’INHES (Institut national des Hautes études sur la Sécurité) a reçu le 25 novembre Guy Sorman autour du thème Mondialisation et Sécurité. Le publiciste est auteur de nombreux livres, dont L’Economie ne ment pas chez Fayard. Sorman est réputé être conseiller de nombreux grands de ce monde. Il apparaît surtout comme le grand chantre de l’économie libérale.
Or, surprise Sorman a fortement modéré son propos, comme si l’actuelle crise dont le libéralisme extrême serait un des principaux responsables l’avait incité à rester sur une ligne prudente. Donc dans le débat actuel opposant la régulation à la réglementation l’orateur se montre loin de l’hyper libéralisme sur lequel repose sa réputation, mais il reste  opposé aux interventions de l’Etat qui bloquent la croissance en maintenant en survie des acteurs en panne d’innovation. Mais, explique-t-il, le développement social n’a pas suivi le développement démocratique.

C’est une crise dans le capitalisme. Ce n’est pas une crise du capitalisme. La croissance continue de l’économie depuis 1991 ne peut éviter des crises régulières. L’innovation est le moteur de cette croissance, mais on ne peut prévoir le succès de toutes les innovations. Quand on se trompe sur certaines d’entre elles, c’est la crise. Soit parce que personne n’en veut, soit parce que tout le monde en veut. Tel est le cas ce cette extravagante innovation qu’ont représenté les produits dérivés à très haute profitabilité apparente, destinés à satisfaire les besoins des fonds de pension, donc à accroître au mieux les retraites par capitalisation. Pur produit spéculatif, mélange de produits financiers solides, et d’autres qui ne reposaient sur rien, il était logique que l’édifice s’effondre.

C’était un événement considérable, observe-t-il, car c’était la première fois où le Japon acceptait l’entrée dans ses eaux d’un engin à propulsion nucléaire. C’est même un retournement. Une carte du domaine d’intervention de la 7°flotte, la flotte américaine du Pacifique, allant de Madagascar à la côte ouest des USA, permet de comprendre. Le gendarme des mers américains est indispensable pour assurer la liberté de circulation dans cette zone. Le Japon a besoin de ce gendarme pour assurer ses importations de pétrole et ses exportations de marchandises. Sans gendarme, aucune mondialisation n’est possible. Et ce gendarme ne peut être que mondial.

Sorman estime impossible de recourir à des considérations morales pour endiguer la spéculation, car elles sont selon lui intraduisibles dans la pratique. Il faut gérer les phénomènes sociaux, mais pas les jeter à terre. Son credo fondamental : l’économie ne peut pas marcher mieux que la nature humaine, or l’économie de marché est le reflet de la nature humaine.
Pour être bien compris, Guy Sorman rapporte une expérience récente : il a assisté au Japon à l’arrivée du porte-avions US Georges Washington.

C’est bien là où Sorman surprend : on s’attendait à tout sauf à l’entendre évoquer la nécessité d’un vrai gendarme pour rendre le monde plus poli, plus policé ! Les sociétés ne fonctionneraient bien que sous la couverture d’un système de sécurité global, lequel est vraiment invisible quand il fonctionne bien. La mesure de sa réussite est de ne jamais recourir aux moyens d’intervention pour ramener l’ordre.

Par exemple désormais la population paysanne peut accéder aux grands progrès qui impliquent l’allongement de la durée de vie, la baisse de la mortalité, le choix du mode de vie. L’innovation est le socle de cette croissance, structuré autour d’un schéma simple : l’innovateur, l’entrepreneur, le marché, l’Etat qui régit ce monde-là. Sans craindre de se contredire, au moins en apparence, il décit les deux formes d’Etat : l’Etat rationnel qui ne devriat rien faire, à opposer à l’Etat irrationnel qui prétend s’occuper de tout. Il retrouve alors les termes de son credo libéral :

Les remèdes dispensés par l’Etat ne servent à rien, mais au contraire ils amplifient le mal, l’aide publique n’est pas efficiente, il n’apporte pas de progrès réel, la dépense publique peut donner l’impression, l’illusion de servir, mais on risque toujours d’aller trop loin, avec le risque de bloquer la machine, donc l’expansion, en maintenant en survie des acteurs non innovants.

Lors des crises passées ont été commises de nombreuses erreurs au nom du bien commun, telles que la fermeture des frontières, la cartélisation des domaines industriels. Selon lui, seul le libre échange peut s’imposer. Sorman se déclare partisan de la suppression de toutes les entraves.  La régulation autoritaire n’est pas la solution, pour les entreprises en difficulté, il est préférable de recourir à la recapitalisation, et la mise à l’abri des entreprise, pour qu’elels soient moins dépendantes des aléas du marché, il faut les insérer dans des systèmes fiscaux adaptés. Il est indispensable de se diriger vers un rythme de croissance élevé, tout en veillant à ne pas détrire l’environnement.
Guy Sorman revient à plusieurs reprises sur les conditions de l’innovation.

C’est évidemment contraire à tout ce qui est enseigné dans le monde scolaire ; et d’une façon générale à notre propre système universitaire, dominé, dit-il, par le terrorisme intellectuel. Et c’est pourquoi, soutient-il, les chercheurs oeuvrant dans le  domaine des sciences de la vie ont tous migré vers les Etats-Unis.

L’économie, assène-t-il, ne peut pas marcher mieux que la nature humaine, et l’économie de marché est le reflet de cette nature humaine.

Par le biais des dépôts de brevets aux Etats-Unis on peut être certain que les Américains détiendront toujours une position de leadership. Et cette situation est directement liée au système des universités américaines qui d’une part sont dominées par la compétition, et, d’autre part, sont soutenues par une relation étroite entre les universités et le le monde des entreprises. Il faut gérer les phénomènes sociaux, mais pas tout mettre par terre.

Il énumère les conditions d’un bon développement : sécurité mondiale, sécurité des contrats, sécurité juridique ; visibilité de la route à parcourir pour l’entrepreneur, visibilité et prévisibilité, danz ce domaine, l’Etat et bien le gardien suprême. La démocratie est une condition fondamentale, les despotismes ont toujours fragilisé les économies.

La croissance, dit-il, change radicalement la vie.

Je précise que je partage pas les points de vue de Guy Sorman, ses développements doivent être considérés comme une contribution au débat actuel.

La casse industrielle – Suite

01+01:00p31+01:0012bven, 12 Déc 2008 09:25:01 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Donc voici de retour les mauvais chiffres du chômage. Cet été, en août, le gouvernement a cru pouvoir expliquer un subit accroissement du chômage par le « cycle d’été ». On s’aperçoit aujourd’hui qu’il n’en était rien. Le mauvais chiffre d’août était seulement annonciateur de la crise économique accompagnant la crise financière. Ce soir (jeudi) il faudra avaler 45000 chômeurs de plus, 100 000 en trois mois.

Et Christine Lagarde de proclamer sur LCI en rajustant son élégante écharpe blanche :

« Heureusement, on part de loin, on est aujourd’hui à 7,2%, et on a un taux de chômage qui est le plus bas depuis une vingtaine d’années… On s’y attend parce que l’économie a ralenti pendant cette période-là, donc il est inévitable que le chômage augmente ».

Pas « grave » puisque c’était prévu ! Les patrons se précipitent pour virer les « inutiles », ceux qui leur bouffent leurs bénéfices. En oubliant toutes les « aides » (tous les cadeaux) reçus de ce gouvernement pour les inciter à recruter du monde. Les patrons ne cessent jamais de réclamer des aides, pour en oublier aussitôt le bénéfice, ou, pire, pour alimenter leurs comptes en banque secrets. Ils n’ont pas vraiment accepté d’embaucher, ils ont rejeté les 35 heures censées être utiles pour pour « partager l’emploi ». Aujourd’hui, à pein un petit coup de vent vient-il balayer l’économie qu’aussitôt des dizaines de milliers d’hommes et de femmes se retrouvent sans job. Et bien sûr, ce sont toujours les plus petits, les plus fragiles qui trinquent : les intérimaires, les CDD, les emplois à mi temps.

Du temps de la gauche, j’ai eu la naïveté de croire que le patronat refusait de jouer le jeu de l’économie dynamique pour gêner un gouvernement qu’il considérait comme illégitime. Comme toute la droite, d’ailleurs. On voit aujourd’hui que l’analyse était erronée. La vérité est plus simple : le patronat refuse de jouer le jeu de l’économie dynamique, quelque soit le gouvernement. Notre Omni Président a cru astucieux de tenter d’amadouer la patronat et les riches avec une pluie de cadeaux. Ce n’était pas astucieux, mais tout simplement mal vu.

Donc, il faut s’inquiéter pour nos enfants. A quand un patronat qui pensera à l’intérêt général, générateur de profits plus encore que le management à la petite semaine ?

Nouvelle casse : chez Alcatel-Lucent, qui n’en fini pas de dégraisser. Le martyrologue vous lasse ? Pas ceux qui sont virés !