Posts Tagged ‘instruction’

Corse : victime et déféré devant le juge

50+01:00p30+01:0006blun, 08 Juin 2009 15:43:50 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

En Corse, la justice n’est jamais pareille qu’ailleurs. Ailleurs, on poursuit les auteurs, en Corse… les victimes, suspectes parce que victimes, peut-être ! Alain Orsoni ainsi que deux autres personnes ont été présentées, ce lundi, au juge Claude Choquet chargé de l’enquête sur l’assassinat de Thierry Castola,un pompier tué par balles le 3 janvier 2009.

Alain Orsoni avait été interpellé sur commission rogatoire de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille et placé en Garde à vue.

Les premières investigations ont mis en évidence un fort contentieux financier entre les familles Orsoni et Castola lié à une dette dans des sociétés de jeux en Amérique du Sud, selon une source proche de l’enquête.

Alain Orsoni a  reconnu, selon la même source, avoir bien été victime d’une tentative d’homicide en août alors qu’il avait dans un premier temps évoqué en Corse une manipulation « barbouzarde ».

Fondateur et ancien  et dirigeant du MPA, Mouvement pour l’autodétermination, Orsoni était rentré en Corse en 2008 après douze ans d’exil en Amérique du Sud et en Espagne où il travaillait selon ses dires comme consultant dans le secteur des jeux.

Orsoni est président du club de football (L2) d’Ajaccio.

« Il assistait à un match au stade au moment de l’homicide », a souligné samedi son avocat Me Antoine Sollacaro

Encore un cas flagrant de respect de la présomption d’innocence, assortie de toutes les fuites possibles pour bien diaboliser le personnage ?

Publicités

La Star de l’Instruction en campagne électorale

19+01:00p30+01:0004bmar, 07 Avr 2009 09:43:19 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Europe Ecologie a mis sur pied hier soir ( lundi) à la Maison de l’Amérique latine un meeting de campagne pour présenter Eva Joly, l’ex-juge d’instruction star qui se présente en deuxième position sur la liste des Européennes, derrière Daniel Cohn-Bendit.

Erreur
Cette vidéo n’existe pas

Thème choisi : la dégradation de la Justice en France. Mme Eva Joly était entourée de deux avocats, Maîtres Pascal Durand, et surtout William Bourdon, et de Laurent Giovannoni, secrétaire général de la CIMADE.

Giovannoni a dénoncé la dégradation constante de la situation où doivent se débattre les immigrés clandestins et les demandeurs d’asile, face à une politique désormais normalisée au niveau de l’Europe.

Erreur
Cette vidéo n’existe pas

Mme Eva Joly et Me William Bourdon,  ont pour leur part, dressé un tableau alarmant de la main mise du pouvoir sur la justice, notamment à travers le projet de suppression du juge d’instruction.

bourdonMais pour Bourdon la défense des Droits de l’homme semble trouver ses limites avec le dossier corse. En réponse à une question posée par un membre du public, l’avocat s’est livré à une véritable agression contre Yvan Colonna et ses avocats, qui ne penseraient qu’à monter un dossier médiatique, affirmant que chaque jour des prévenus sont condamnés dans les mêmes conditions que Colonna. C’est-à-dire sans preuve. Cet avocat qui se prétend défenseur des droits de l’Homme semble ne songer qu’à enfoncer la tête de Colonna sous l’eau pour qu’il se noie mieux.

En vérité, il est rapidement apparu qu’un dialogue de sourds s’était établi entre les militants écolos peuplant la salle et les experts du droit présents sur l’estrade. Sans compter le fait que les bredouillements de Mme Joly n’ont guère permis de comprendre pourquoi elle se présente aux élections européennes. La star est moins à l’aise sur un tréteau que dans le secret de son cabinet d’instruction.

Erreur
Cette vidéo n’existe pas

Nota male : Alors que Brice Hortefeux avait réussi 25 000 reconduites à la frontière, Eric Besson se voit fixer par Mon Président Sarkozy un objectif de 27.000 « éloignements ».
Le chef de l’Etat l’incite à « améliorer la procédure de reconduite à la frontière » et à « simplifier son contentieux ». Il devra « optimiser l’usage de la biométrie et réduire la fraude aux visas de court séjour ».

Justice : feu le juge d’instruction

45+01:00p31+01:0001bmar, 06 Jan 2009 18:20:45 +0100+01:00 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Quelques éléments supplémentaires sur le dossier des juges d’instruction

Juges d’instruction : un acte de décès ?

Le juge d’instruction doit-il disparaître ? A l’audience de rentrée de la Cour de cassation, Nicolas Sarkozy soulève cette question, récurrente depuis deux décennies. Elle est au cœur du chantier le plus important des six programmés pour  l’année 2009 : la réforme de la procédure pénale. Le problème de l’instruction est crucial, comme l’ont montré des affaires récentes, Outreau, ou bien le mandat d’amener sans nuance délivré par la juge d’instruction Muriel Josié contre Vittorio de Fillipis, l’ancien directeur de Libération. Elles ont de nouveau soulevé d’innombrables interrogations sur l’omnipotence prêtée au juge d’instruction dans la procédure pénale française. Le rôle de ce magistrat s’est d’ailleurs amenuisé au cours des années, à peine 2% des dossiers judiciaires sont renvoyés à l’instruction, au profit du système de l’enquête préliminaire menée par les seuls magistrats du parquet.
Préparée de longue date, cette réforme prévoit que l’enquête judiciaire sera retirée au juge d’instruction unique, un personnage hybride avec un pied dans le Parquet, c’est-à-dire dans l’accusation, et l’autre pied dans le tribunal. L’enquête serait confiée au Parquet, comme aux Etats-Unis et en Italie, un juge de l’instruction étant chargé du contrôle de légalité.
Réaction sans surprise d’un haut magistrat, qui par fonction ne peut s’exprimer de façon ouverte. Aujourd’hui avocat général, il a occupé toutes les fonctions dans divers tribunaux, juge à différents niveaux, procureur dans un parquet des mineurs en banlieue, Président de chambre correctionnelle à Paris. Et juge d’instruction, période au cours de laquelle il a présidé l’AFMI – Association française des Magistrats instructeurs – . Autant dire que son point de vue est parfaitement éclairé :

Cette réforme est conforme à l’évolution déjà amorcée dans les précédentes réformes de la procédure pénale. L’une des grandes étapes a été la loi Guigou, votée le 15 juin 2000. Elle prévoyait que le juge d’instruction serait secondé par un juge des libertés et de la détention. A la lecture des décisions prises on doit constater qu’en fait ce juge des liberté est devenu le juge de l’instruction.
Ce nouveau projet n’est donc ni de droite ni de gauche. Le problème fondamental est le devenir de l’indépendance des magistrats et des enquêteurs dans cette nouvelle configuration. Il ne faudrait pas que cette réforme soir une nouvelle fois mi figue mi raisin. Dans le genre « vous voulez du thé, ou du café ? » Réponse : un peu des deux, et c’est imbuvable.

Une fraction importante de la magistrature est hostile à cette évolution qui retirerait une part notable de leurs pouvoirs aux juges. Mais il faut bien le dire, et je partage totalement ce point de vue, l’instruction est devenue une institution archaïque. Non seulement les droits des personnes suspectées sont mal protégés, non seulement les incarcérations provisoires – préventives ? – sont multipliées sans jamais être remises en cause,  mais encore les enquêtes judiciaires sont exagérement ralenties et alourdies. En outre, d’expérience, on constate que dans les grandes affaires d’assises, mais aussi correctionnelles, l’instruction est complétment recommencée à l’audience, comme si le juge d’instruction n’avait pas déjà oeuvré.

Les débats au Parlement et dans la société risquent d’être pour le moins agités, et même chahutés. On va voir monter au créneau des défenseurs inattendus de l’instruction, sans compter les juges en charge soucieux de défendre leur forteresse. On peut être au moins certain qu’il va y avoir encore de grands accès de colère dans le landernau judiciaire. Déjà, du côté des Socialistes on s’inquiète d’une possible main mise du pouvoir sur le parquet pour orienter les enquêtes judiciaires. Et, éventuellement, pour écarter les poursuites par trop embarrassantes pour les hommes au pouvoir.