Corse : victime et déféré devant le juge

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

En Corse, la justice n’est jamais pareille qu’ailleurs. Ailleurs, on poursuit les auteurs, en Corse… les victimes, suspectes parce que victimes, peut-être ! Alain Orsoni ainsi que deux autres personnes ont été présentées, ce lundi, au juge Claude Choquet chargé de l’enquête sur l’assassinat de Thierry Castola,un pompier tué par balles le 3 janvier 2009.

Alain Orsoni avait été interpellé sur commission rogatoire de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille et placé en Garde à vue.

Les premières investigations ont mis en évidence un fort contentieux financier entre les familles Orsoni et Castola lié à une dette dans des sociétés de jeux en Amérique du Sud, selon une source proche de l’enquête.

Alain Orsoni a  reconnu, selon la même source, avoir bien été victime d’une tentative d’homicide en août alors qu’il avait dans un premier temps évoqué en Corse une manipulation « barbouzarde ».

Fondateur et ancien  et dirigeant du MPA, Mouvement pour l’autodétermination, Orsoni était rentré en Corse en 2008 après douze ans d’exil en Amérique du Sud et en Espagne où il travaillait selon ses dires comme consultant dans le secteur des jeux.

Orsoni est président du club de football (L2) d’Ajaccio.

« Il assistait à un match au stade au moment de l’homicide », a souligné samedi son avocat Me Antoine Sollacaro

Encore un cas flagrant de respect de la présomption d’innocence, assortie de toutes les fuites possibles pour bien diaboliser le personnage ?

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :