Fonds secrets en Suisse : Michelin pris la main dans le sac

Il faut souvent lire la presse d’ailleurs pour obtenir de bonnes vraies nouvelles françaises. Ainsi le quotidien Le Temps de Genève révèle aujourd’hui ( mardi 26 janvier) Michelin_le_plus_grand_contribuable_connu_pris_dans_les_mailles_du_fisc_fran%C3%A7ais que la famille Michelin a depuis longtemps planqué et Suisse et au Lichtenstein des fonds importants, en cours de rapatriement ! Venant de Suisse, l’information ne peut être soupçonnée d’être un outil de propagande.

Victime de l’informaticien [allemand] qui avait trahi la banque LGT, la famille du fabricant de pneus Michelin a fait régulariser 400 millions d’euros par la cellule de «dégrisement» de Bercy. La justice française enquête sur la nature «caritative» des fonds

Le plus gros poisson de l’opération de régularisation lancée par le fisc français est désormais connu. Il s’agit de la famille Michelin, fondatrice du leader mondial du pneu. La semaine dernière, elle avouait détenir une fondation au Liechtenstein, Copa, dont la fortune se monte à quelque 400 millions d’euros (environ 600 millions de francs suisses).

Olivier Metzner, avocat du groupe et de la famille Michelin, précise que l’argent a été «rapatrié récemment en France», à travers la cellule de «dégrisement» lancée par le ministre du Budget Eric Woerth. Fermée le 31 décembre, elle a vu passer 3500 contribuables et permis de régulariser 6 milliards d’euros d’actifs dissimulés à l’étranger.

La fortune liechtensteinoise des Michelin en représente le quinzième. «Nous avons fait une déclaration spontanée à l’administration fiscale», précise l’avocat.

Mais cette «spontanéité» est tout relative. La famille Michelin est l’un des 1400 clients de la banque liechtensteinoise LGT trahis par l’informaticien Heinrich Kieber, qui a livré leurs noms au fisc allemand. En 2008, ce dernier les a transmis en France, poussant les héritiers du fabricant de pneus à admettre l’existence de Copa.

//

Pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt? La famille ne donne pas d’explications sur ce point. Mais Olivier Metzner précise que la fondation avait un but «caritatif»: «C’est un capital dont les intérêts et les dividendes sont versés chaque année à des œuvres», notamment religieuses ou universitaires. L’origine des fonds demeure en revanche obscure.

«C’est tellement ancien qu’il est difficile de savoir d’où ça vient», estime l’avocat. La fondation aurait été créée en 1937, une époque où l’instabilité politique, les réformes sociales et la menace de guerre poussait de nombreux capitalistes français à expatrier leur argent en Suisse.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :