Justice, Colonna : la piste du grand banditisme ?

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Version actualisé le  23 novembre 2009.

Pour apprécier le billet qui suit, remontant au 19 février 2009, j’apporte une précision d’importance, recueillie fin  octobre en Corse, dans l’entourage immédiat d‘Yvan Colonna, bien après le procès en assises, au terme duquel il a été recondamné à perpétuité. Ces proches d’Yvan sont extrêmement sceptiques quant à l’hypothèse développée par le Commissaire Frizon d’une piste qui imputerait le meurtre au grand banditisme et non à une affaire politique.

Commentant une éventuelle commandite du meurtre du Préfet Erignac imputée à Jean-Jé Colonna, comme il est écrit dans mon billet d’origine, on me répond :

 » Ce n’était pas le genre de Colonna de participer à de tels montages. Il était bien trop calculateur pour se lancer dans une telle exécution. »

Deuxième élément qui n’a jamais été évoqué pendant le procès : entre la famille Colonna et la famille Alessandri depuis longtemps pesait une vive querelle de village. Cet aspect pourrait-il expliquer pourquoi les proches d’Alessandri ont dénoncé Yvan Colonna comme ayant participé au meurtre ? Ceci éclairerait des comportements étranges, que la justice n’a pas tenté de démêler.

Deuxième point: le recours en cassation devrait être plaidé durant la première quinzaine de février 2010.

Troisième point : les procédures de garde à vue sont aujourd’hui très vivement mises en cause. Malgré l’obstruction de certains milieux policiers toujours attachés à « religion de l’aveu », je rappelle que le Premier ministre François Fillon s’interroge à son tour non pas sur le principe de la garde à vue, mais sur ses modalités. Or, dans l’affaire Colonna, tous les « aveux » ont été obtenus d’abord en garde à vue.

Billet du 19 février

C’est la dernière des dernières dans l’affaire Colonna dont le procès en Assises se poursuit non sans heurts à Paris
Et pas la moins sensationnelle ! Et si le Colonna cité dans l’affaire n’était pas Yvan, le berger corse de Carghese, mais Jean-Jé, un « parrain du milieu corse » mort dans un accident de voiture le 10 novembre 2006 ? Originaire de Pila-Canale, non loin d’Ajaccio, il s’était forgé autour de Jean-Jérôme une légende formidable. On finissait par le voir partout où il ne fallait pas être quand on est honnête. Notamment dans les affaires de jeu. Dans le Cercle Concorde à Paris, mais aussi et surtout comme Président du casino d’Ajaccio
Je n’invente rien, c’est le commissaire Philippe Frizon qui l’a suggéré devant la Cour pendant sa déposition mardi devant les Assises. Frizon a dirigé en second l’enquête sur la mort du Préfet Erignac. Il racontait les circonstances du témoignage reçu du commissaire Didier Vinolas, ancien Secrétaire général de la préfecture d’Ajaccio. Mais dans une autre vie commissaire de police à la DCRG. Au Service des Courses et Jeux.
Pourquoi lui avait-on demander de témoigner dans le cadre de l’enquête Erignac ? Parce que le préfet s’apprêtait à prendre une décision importante quant à l’agrandissement du parc des machines à sous du Casino municipal d’Ajaccio, Vinolas étant chargé de préparer cette décision. C’est ainsi qu’a surgi le nom de Jean-Jé Colonna comme pouvant être impliqué dans l’assassinat. Il était donc alors le Président du casino municipal.

«  Mais, précise Frizon, nous nous étions des spécialistes du terrorisme pas du grand banditisme. Le commissaire Roger Marion – Eagle four – qui dirigeait l’enquête m’a lancé : Et je l’accroche comment, Jean-Jé ? ». Et il ne s’est pas intéressé à cette piste.

C’est-à-dire « je l’implique comment pour l’insérer dans la procédure ? »
Marion connaissait parfaitement le personnage, il avait même obtenu que son nom soit retiré du fichier du grand banditisme.
Le fait est que Jean-Jé Colonna a disparu de l’enquête, pour être remplacé par… Yvan Colonna. Un Colonna chasse l’autre.
Le plus étonnant est que la Cour n’a pas bondi sur cette nouvelle piste inexplorée.

« Normal, remarque un connaisseur du dossier, il y a eu tant de pistes ! Faute de pouvoir choisir, les policiers ont tout simplement abandonné de nombreuses enquêtes. »

Une nouvelle enquête n’aboutirait  pas forcément, mais il est sans doute utile de la lancer.
Piste agricole ? Abandonnée. Piste de la filière porcine ? Abandonnée. Piste de l’endettement agricole ? Abandonnée. Piste des Jeux ? Abandonnée.
Roger Marion et son équipe ont préféré échafauder une formidable usine à gaz avec un « groupe des anonymes », avec un sous-groupe du Nord auteur des attentats sur le Continent, et un sous-groupe du Sud, responsable de l’attaque de la gendarmerie à Pietrosella et du meurtre du préfet.
Ainsi va cette affaire judiciaire ahurissante : trois enquêtes de police, trois instructions plus une quatrième en cours à l’audience. Quatre procès. Et toujours pas de preuve contre Yvan Colonna !

J’ajoute à mon papier un commentaire qui me vient évidemment de Corse, d’une Christina Bianca Troncia :

Je suis tombée sur une liste d’assassinats commis en Corse depuis 1983 et une vue d’ensemble de cette liste m’a mis la puce à l’oreille !!! Qui en veut à la famille Colonna ?!!! [ NDLA : pas celle d’Yvan, celle de Jean-Jé] Lorsqu’on constate sur cette liste qu’après Jean-Jé, il y a eu Michel, puis en 2008, son cousin Jean Claude, puis un ami proche de Jean Jé, Ange Marie Michelosi et pour finir, bizarre cette manière de tirer dans la nuque !!! Dans la liste, on ne cite que deux ou trois assassinats commis de cette manière, dont un à Cargese, celui de Jean Dominique Cerati en 1995 !!! Cette piste, à mon avis, n’est pas à écarter et même à exploiter fortement ! Je reste convaincue de l’innocence d’Yvan Colonna ! Pourquoi se serait-il retiré de ce groupe nationaliste durant tant d’années pour ensuite y revenir, juste pour commettre un meurtre ! Ca ne tient pas debout ! De plus, il a été pompier, sportif et pour finir berger…des métiers que l’on choisit lorsque l’on est “pur” et soucieux d’aider les autres, soucieux de vérité et de respect de l’autre !!!  Pace e salute ! Auguri !

Publicités

Étiquettes : ,

3 Réponses to “Justice, Colonna : la piste du grand banditisme ?”

  1. MARIN Says:

    Catastrophe judiciaire au pays des « Droits de l’Homme et du Citoyen ». Notre système judiciaire me fait honte; ce qui me fait honte, aussi, c’est que ce procès ne suscite pas plus de réactions: ou sont les intellectuels, la ligue des droits de l’homme, les syndicats ….et les Corses !!!
    Peut-on se contenter de s’indigner sans réagir ?? je pense que notre président de la république est allé beaucoup trop loin..et ce n’est pas acceptable dans un pays démocratique.

  2. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    Là ! Vous me rejoignez dans cette impression grandissante !!! Allez lire mon article sur mon blog ! Je suis tombée sur une liste d’assassinats commis en Corse depuis 1983 et une vue d’ensemble de cette liste m’a mis la puce à l’oreille !!! Qui en veut à la famille Colonna ?!!! Lorsqu’on constate sur cette liste qu’après Jean-Jé, il y a eu Michel, puis en 2008, son cousin Jean Claude, puis un ami proche de Jean Jé, Ange Marie Michelosi et pour finir, bizarre cette manière de tirer dans la nuque !!! Dans la liste, on ne cite que deux ou trois assassinats commis de cette manière, dont un à Cargese, celui de Jean Dominique Cerati en 1995 !!! Cette piste, à mon avis, n’est pas à écarter et même à exploiter fortement ! Je reste convaincue de l’innocence d’Yvan Colonna ! Pourquoi se serait-il retiré de ce groupe nationaliste durant tant d’années pour ensuite y revenir, juste pour commettre un meurtre ! Ca ne tient pas debout ! De plus, il a été pompier, sportif et pour finir berger…des métiers que l’on choisit lorsque l’on est « pur » et soucieux d’aider les autres, soucieux de vérité et de respect de l’autre !!! Je mets au chaud votre URL dans mes favoris pour suivre vos réflexions ! Pace e salute ! Auguri !

  3. christinabiancatroncia Says:

    Mon Dieu ! Que ça fait du bien de s’apercevoir que quelqu’un ne vous prend pas pour une folle racontant n’importe quoi et qui de plus, vous rejoint dans ses réflexions et ses questionnements !!! Et ce quelqu’un n’est pas n’importe qui en plus ! Merci Philippe d’exister, tout simplement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :