Encore un machin : les Etats généraux de l’industrie

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Je n’avais pas pris garde à ce machin-là, une opération qui se déroule en catimini, loin des yeux du grand public : les Etats généraux de l’Industrie.

Depuis le 15 octobre, dans les syndicats professionnels – surtout patronaux – on ne pense plus à autre chose, on ne s’occupe plus d’autre chose. Toutes affaires cessantes : on cause dans la cadre des Etats généraux de l’industrie censés définir la politique industrielle.

De quoi s’agit-il ? Quel est le sens de ce bavardage ?

Un communiqué émis le 15 octobre par le ministère de l’Industrie est censé nous éclairer  :

Au moment où l’on entrevoit les premiers signes de reprise économique, le Président de la République a annoncé l’organisation d’Etats généraux de l’industrie afin de renforcer la politique industrielle de la France.
L’objectif est d’accompagner, au-delà de la crise actuelle, l’industrie française vers les marchés durablement porteurs de croissance et d’emploi, et de faire du rétablissement d’une base industrielle solide une composante consensuelle des principales parties prenantes de la nation.
Les Etats généraux de l’industrie seront l’occasion pour l’ensemble des acteurs concernés de se mobiliser et d’échanger sur les défis auxquels l’Industrie française doit faire face.

C’est l’équivalent chez Estrosi du débat sur l’Identité nationale chez Besson, ou encore des Etats- généraux de l’Outre-mer. Ainsi, chaque ministre  pilote sa nouvelle grande politique de com qui doit apparemment prendre la place du travail parlementaire. On n’a pas à se poser la question de savoir si cette pseudo concertation est utile.

Je vois surtout que les résultats n’apparaissent jamais. Ou bien les conclusions sont strictement conformes à la feuille de route préalable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :