Chirac : les accusations de la juge Simeoni

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Les éléments retenus par la juge Xavière Simeoni contre Jacques Chirac sont considérés comme accablants

« Le maire de Paris a eu une action déterminante, tout d’abord au niveau de la conception et de la mise en place d’agents dits chargés de mission à la Mairie de Paris, ensuite au sujet de leur recrutement.« 

Ce recrutement relevait, selon la juge, d’uns système organisé

« En recrutant des personnes appartenant à la même sphère politique que la sienne, en les dirigeant sur des postes extérieurs à la Mairie de Paris, Jacques Chirac est parvenu ainsi à se ménager… des relais dans la vie politique, sociale, associative, syndicale, sportive, visant à asseoir son influence politique et à servir à plus ou moins long terme ses propres intérêts et ambitions… tout en portant atteinte aux intérêts financiers de la Ville. Jacques Chirac est en même temps le concepteur, l’auteur et le bénéficiaire du dispositif.« 

Publicités

Une Réponse to “Chirac : les accusations de la juge Simeoni”

  1. Fabien Says:

    Etonnant silence médiatique sur une association dont le but était l’élection e Jacques Chirac en 1995. Alors qu’il en est fait état dans un PV de juin 2008. Cette association faisait travailler des personnes rémunérées comme salariées de la Ville de Paris. Sur ses cinq responsables, l’un s’appelait Nicolas Sarkozy. Une dépêche Reuters passée aux oubliettes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :