Finances publiques : « Il » nous ruine

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

« Il » nous ruine pour donner beaucoup de plaisir aux riches. Pour comprendre, analysez l’évolution et le profil et du déficit budgétaire – qui avec 141 milliards d’euros va atteindre près de 8,5 % du PIB – et de la dette publique, 84 % du PIB. La dette fin 1979 était de 239 milliards d’euros, fin 2008 elle s’établit à 1327 milliards d’euros, soit une hausse de 1088 milliards en 30 ans, pendant lesquels ont été payés 1306 milliards d’intérêts !

Selon Le Monde,

Cette année, les recettes de l’Etat se sont effondrées avec la récession et les dépenses ont explosé avec le plan de relance et ses suites. De ce fait, le gouvernement a dû réviser ses prévisions de déficit à plusieurs reprises. Entre l’annonce du plan de relance présidentiel, le 4 décembre 2008, et le printemps 2009, il a adopté pas moins de trois projets de loi de finances rectificatives (PLFR).l-explosion-de-la-dette-pese-sur-la-discussion-budgetaire_1255787_0.html

Refus entêté de combler par l’impôt ce trou abyssal dans les finances publiques. Pour un Président qui avait promis de mettre un terme au déficit budgétaire : peut mieux faire. On va même lui donner une note : zéro pointé. Avant qu’il n’arrive aux affaires, le situation était en cours d’assainissement. Depuis, il jette l’argent par les fenêtres à des fins purement électorales. Par exemple : la réduction de la TVA sur la restauration, appliquée par les restaurateurs, mais pas sur les prix, coût 3 milliards d’Euros. Et ce n’est pas fini. Les recettes fantasmées du rapatriement de l’argent exilé en Suisse, les « 3000 comptes » n’apporteront rien. Tout l’effort restera à la charge des classes moyennes pour l’impôt, des moins riches, mal couverts par les assurances complémentaires, pour la Sécurité sociale.

Il faut savoir que l’explosion de la dette pèsera avant tout sur les générations futures. Côté emploi : 33 749 suppressions nettes d’emploi, dont 7 932 dans l’administration.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :