Chasse à l’homme. Cible : Jean Sarkozy

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Mon ami et grand lecteur Rémi m’enjoint de m’intéresser à l’affaire Sarkozy. Vous avez bien entendu parler de ce petit jeune homme qui serait devenu un petit gibier dans une grande chasse à l’homme, non ? Rémi me communique ce texte

43 000 signatures pour que Jean Sarkozy renonce à la présidence de l’Epad. La pétition, lancée jeudi après-midi par Christophe Grébert, bloggeur et conseiller municipal (MoDem) de Puteaux, demande au fils du président de la République, âgé de 23 ans, de « renoncer à postuler à la présidence de l’Epad ».

Christophe Grébert précise  à l’AFP

« Cette nomination commence à faire le tour du monde. La presse britannique s’en donne à coeur joie et l’affaire permet même à la télévision chinoise de se moquer du népotisme français ». « Jean Sarkozy, qui n’a pas terminé ses études et n’a pas d’expérience professionnelle, n’a aucune légitimité à prendre la direction de La Défense […]

Le conseiller municipal de Puteaux appelle Jean Sarkozy, conseiller général des Hauts-de-Seine,

« à ne pas se laisser faire, par cette guerre entre les clans Balkany et Devedjian, qui le pousse vers une fonction qu’il n’est pas à même d’assumer ». Cela ne fera de bien à personne, ni à lui-même ni à la population ».

Christophe Grébert espérait à l’origine recueillir 10.000 à 15.000 signatures. La pétition a tellement de succès – chasse à l’homme oblige – que le site qui la relaie est asphyxié. Mardi en milieu de journée, 43 000 signatures avaient été enregistrées, plus au moins 12 000 en attente.

La pétition sera sera remise à Jean Sarkozy avant le 4 décembre, date du conseil d’administration de l’Epad qui élira son nouveau président. sur-rtl-francois-fillon-defend-jean-sarkozy-et-se-plante

Une double question m’intrigue : pourquoi Mon Président a-t-il pris une telle initiative dans un département où tout le monde n’est pas forcément de son avis ? Et pourquoi les Sarkozy père et fils se croient-ils toujours obligés de se présenter en victimes, dans des opérations qu’ils ont eux-mêmes initiées ?

Mon Président manifeste d’ailleurs à cdette occasion un beau  sens de l’à propos. En pleine polémique sur la candidature de son fils à la tête de l’Etablissement public de la Défense (Epad), le Grand Nicolas  s’est risqué, mardi 13 octobre, lors de la présentation de la réforme sur des lycées à un parallèle pour le moins inattendu en cette circonstance.

La création du lycée par Napoléon 1er « est un geste qui signifiait, très concrètement, la fin des privilèges de la naissance […] « Cela voulait dire : désormais ce qui compte en France pour réussir ce n’est plus d’être bien né, c’est d’avoir travaillé dur et d’avoir fait la preuve, par ses études de la valeur […] Principe de justice, mais aussi, en même temps, principe d’efficacité : car quel meilleur critère que celui du savoir et de la compétence
pour désigner ceux qui doivent exercer des responsabilités ? »

nicolas-sarkozy-contre-la-nomination-de-son-fils-a-lepad

Sans compter que l’interprétation est contestable. Prenant la succession des collèges de jésuites, les lycées ont été avant tout créés comme antichambres des écoles militaires.

Je ne comprends pas bien, ou trop bien, pourquoi les courtisans se croient obligés de relayer les propos erronés du maître, comme s’il s’agissait de vérités non susceptibles de contestation.

385210

Publicités

Étiquettes : , , ,

3 Réponses to “Chasse à l’homme. Cible : Jean Sarkozy”

  1. Tita Says:

    Notre-président-bien-aimé est un amuseur de mots. Il les distribue au grès du vent comme le paysan sème le blé ; et quand vient la récolte, il berce ses locuteurs d’idéaux imités.

    Alors, reprenons son discours.

    La création du lycée par Napoléon 1er “est un geste qui signifiait, très concrètement, la fin des privilèges de la naissance […]
    Quelle belle référence que ce Napoléon ! Ce dernier n’était en effet apprécié qu’en France, puisque ce dictateur mit à feu et à sang le reste de l’Europe. De plus, il était un homme qui se disait républicain mais il s’efforça dans les faits à recréer une monarchie et une nouvelle aristocratie. « La fin des privilèges de la naissance », était-ce de placer ses frères roi d’Espagne, Roi de Hollande et Roi de Westphalie ? Les actes en disent donc plus long que les mots !

    Allons même encore un plus plus loin : Une aristocratie ne peut se maintenir que si elle impose un système de penser qui lui donne sa légitimité. Étymologiquement, le mot aristocratie, c’est le « pouvoir aux meilleurs ». De fait, les aristocrates tendent à vouloir nous faire croire non plus à l’égalité (principe cher aux démocraties) mais à l’équité (principe qui veut que l’on reçoit selon nos mérites).
    Malheureusement, « un mérite » ne se mesure pas si facilement. Il requiert des critères (que les aristocrates choisissent bien évidemment). Un mérite est donc très subjectif. C’est ainsi que les aristocrates affirment ne pas devoir leur position sociale dû à leur sang ou à leu parenté, mais bien à leurs mérites. D’ailleurs, le prince Jean, ne se défendait-il pas en affirmant être élu et non nominé ?
    Cependant, ils n’ont « leurs mérites » que parce qu’ils ont souvent celui d’être connu pour le « fils de » ou d’avoir pu faire des études onéreuses grâce à l’aide de papa (ou de maman). C’est tautologique. C’est l’immobilité sociale que constate encore l’insee.
    Enfin, rappelons-nous qui allait au Lycée à l’époque de ce Napoléon ? Étaient-ce des fils d’ouvriers ? de paysans ? des filles ? Non. C’était donc un « geste » de Napoléon nullement égalitaire, mais bien méritocratique.

    …“Cela voulait dire : désormais ce qui compte en France pour réussir ce n’est plus d’être bien né, c’est d’avoir travaillé dur et d’avoir fait la preuve, par ses études de la valeur […] Pas tout à fait ! Pour cela, il aurait fallu que TOUS les enfants, filles et garçons, de paysans ou d’ouvriers aient la MEME chance d’aller au Lycée pour pouvoir montrer leur mérite. Ce postulat étant faux, cette phrase qui parait belle n’affirme que le principe de méritocratie, en oubliant à propos la sélection en amont (qui fausse le principe d’égalité).

    … « Principe de justice »…
    Ha ? ou ça ? Où était la même chance pour chacun et chacune ?

    … mais aussi, en même temps, principe d’efficacité : car quel meilleur critère que celui du savoir et de la compétence
    pour désigner ceux qui doivent exercer des responsabilités ? …

    Et voilà donc ici résumé le credo de la méritocratie : « Nous sommes au pouvoir parce qu’on en a les compétences. Et on a les compétences parce qu’on a pu faire nos études dans les conditions adéquates ».
    Bien entendu, le principe égalitaire n’est jamais explicitement répudié pour prendre comme épouse la fameuse équité et ses mérites. C’est toute l’ambivalence du discours : faire croire à l’égalité (où tout le monde peut réussir — ça calme le peuple) mais appliquer une sélection sur l’équité (où les ploutocrates et aristocrates s’empressent de faire du népotisme).

    D’un autre angle d’approche, est-ce bien étonnant ? Un supérieur se préfère souvent comme subordonnés des personnes qui lui ressemblent. Il aime à ce que les choses soient faites comme si c’est lui-même qui les faisait. Et qui est plus ressemblant que sa famille ?
    Ce mécanisme est assez humain… mais est-ce bien efficace et surtout bien légitime ?

  2. phmadelin Says:

    Je mets en ligne votre contribution. En la recadrant

  3. Tita Says:

    C’est un honneur. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :