Justice, Clearstream et du malusage des lettres anonymes

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Billet rectifié le 8 octobre à 16 h 40

Pour ceux qui s’intéressent encore au procès Clearstream, déserté même par les journalistes, un point reste certainement obscur : pourquoi les premières informations ont-elles été transmises par Gergorin au Juge Van Ruymbeke par lettres anonymes ?

Pourquoi ne pas les avoir remises directement, après accord entre l’avocat Thibault de Montbrial, Jean-Louis Gergorin et le juge ?

La raison en est simple : si les trois hommes avaient suivi ce mode opératoire, le Juge Van Ruymbeke aurait été procéduralement contraint d’introduire ces courriers comme pièces de justice dans son instruction sur l’affaire dite des « Frégates de Taïwan ». Or, comme l’a abondamment rappelé le juge dans sa déposition cette semaine, comme sa saisine ne portait pas sur un autre objet…

  • Les documents remis par Gergorin auraient été immédiatement été communicables aux parties en cause dans ce dossier, parmi lesquels l’avocat de Thalès, qui n’était autre que Maître Thierry Herzog.
  • Cette apparition aurait directement conduit à l’annulation de la procédure puisqu’elle n’était pas conforme au réquisitoire introductif.

Donc il fallait trouver un moyen pour que les documents parviennent au juge de façon « non officielle », d’où le choix du « courrier anonyme ».

J’ai toujours été au courant de cette acrobatie, qui m’a été rapportée dans le cas précis par une source plus que proche du dossier. Voici ce que j’ai écrit à ce propos dans mon livre « Dans le Secret des Services », publié en mars 2007 :

Deux rendez-vous [ entre Gergorin et Roymbeke] sont organisés dans des conditions rocambolesques. Selon leurs témoignages convergents, les deux hommes conviennent d’utiliser une voie « oblique ». Gergorin propose d’utiliser un circuit parallèle : quelques jours plus tard, le 3 mai 2004, l’avocat [ Thibault de Montbrial] apporte au magistrat une « lettre anonyme », une « synthèse » contenant le listing Clearstream. Rectifié.

Quelques jours plus tard, un deuxième envoi posté à Lyon fort de 895 noms inclut les patronymes d’un certain  nombre d’hommes politiques, parmi lesquels on retrouve pêle-mêle Alain Madelin, leader de la droite ultra-libérale, Dominique Strauss-Kahn et Jean-Pierre Chevènement, tous deux anciens ministres socialistes.  Surtout émerge Nicolas Sarkozy, à l’époque  ministre des Finances.

On ignore dans le public, et même chez de nombreux spécialistes, que la voie « anonyme » est très largement utilisée en particulier par les policiers, mais aussi par d’autres partenaires pour actionner la Justice en contournant les procédures légales. Quand il reçoit un « courrier anonyme » un juge d’instruction est « obligé de le transmettre au Parquet, qui sera lui-même contraint d’ouvrir une information « sur la base d’une information anonyme ».

Il apparaît donc tout à fait non pertinent de désigner Gergorin comme un « corbeau ». Ruymbeke a toujours su que le haut dirigeant d’EADS était l’auteur des « courriers anonymes ».

Reste à savoir pourquoi cette dimension n’est pas « traitée » dans le dossier Clearstream préparé par le Procureur Marin pour déferrement au tribunal correctionnel. Je crois pouvoir donner la réponse. Elle est double

  • Les magistrats n’aiment guère révéler leurs secrets d’arrière cuisine, hors procédure.
  • Considérer Gergorin comme un simple corbeau est une manière de l’enfoncer, d’engager plus fortement sa responsabilité. Donc d’obtenir d’avance sa condamnation.

Surtout, lisez le CR de la journée de mercredi par Pascal Junghans. Encore une merveille, où m’on voit les protagonistes se débattre dans leurs propres filets. Les seuls qui s’en tire à peu près bien sont Denis Robert et … Dominique de Villepin. Rondot ne ment pas : il vit dans son fantasme de certitude.

proces-clearstream-minute-par-minute-suivez-les-confrontations-de-ce-mercredi.html

Lire aussi le blog de Michel Delean, dans le JDD, fort appréciable

68-la-charge-de-villepin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :