Casse industrielle : freescale et autres

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le personnel du site toulousain de Freescale proteste contre la vaste restructuration dans la production de puces pour la téléphonie mobile et, à moyen terme, pour le secteur automobile.

L’usine Freescale située à Toulouse (Haute-Garonne) tourne au ralenti. La majorité du personnel (”80%” selon un représentant de la CGT interrogé par l’AFP) a choisi de se mettre en grève reconductible en raison d’une vaste restructuration qui se déroule actuellement.

D’ici fin septembre, le fabricant américain de semi-conducteurs compte licencier 236 salariés de son pôle téléphonie mobile dans son établissement toulousain qui compte un effectif total de 1650 salariés.

L’avenir est plutôt sombre : en 2011, la firme américaine compte stopper la fabrication de puces pour l’automobile à Toulouse. Ce qui devrait entraîner la suppression de 800 emplois supplémentaires. A terme, il ne devrait rester que l’activité R&D (550 salariés).

D’un côté, la direction de Freescale (l’ex-branche de Motorola dans les semi-conducteurs) assure qu’elle fournit des efforts pour reclasser les collaborateurs touchés par le plan. De l’autre, les représentants des syndicats maintiennent la pression pour obtenir des primes de licenciement “décentes”.

Freescale n’est que l’un des exemples des innombrables liquidations de personnels commises au nom des « restructurations ».

Le Monde daté d’aujourd’hui publie dans son supplément économie une impressionnante cartographie des bouleversements subis par le monde industriel depuis janvier 2009. Ce que j’appelle la « casse industrielle ».

la-crise-redessine-la-carte-de-l-emploi_1245992_3234.html

Sauf erreurs et omissions : 138 822 suppressions d’emplois.

Les principaux sites touchés : Michelin, Alcatel Lucent, PSA, Crdit agricole, Capgemini, Renault, Sanofi, Conforama, Arcelor, Freescale, Caterpillar, La Redoute, Faurecia, Continental, Seafrance, GSK, Jeanneau-Benetau, La Poste, Goodyear, Atmel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :