Colonna, bis : mise en cause de ses avocats par le parquet général

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

C’est aussi simple que ça. Quand on n’apprécie pas la pertinence des stratégies de défense mises en œuvre par des avocats dans des procès ultra sensibles, on tente de les dégager en touche.

C’est ainsi que l’on doit interpréter les poursuites disciplinaires engagées notamment par le parquet général de Paris contre les quatre avocats d’Yvan Colonna.

Leur faute ? Avoir refusé de siéger à l’audience après une série d’incidents.

En mars dernier, après de multiples rebondissements autour du refus de la cour d’organiser une reconstitution de l’assassinat du préfet Erignac à Ajaccio, les avocats d’Yvan Colonna avaient décidé de quitter le procès. Suspensions d’audience, vives tensions et interventions à l’audience du bâtonnier… Les défenseurs d’Yvan Colonna avaient également refusé d’être commis d’office par le président de la cour d’assises. Avertis des risques disciplinaires encourus, Me Pascal Garbarini, Patrick Maisonneuve, Antoine Sollacaro et Gilles Siméoni avaient maintenu leur position et souligné que, selon eux, le procès ne garantissait plus les droits de la défense. Et le bâtonnier de Paris et d’Ajaccio avait refusé d’engager lui-même eux-mêmes les poursuites contre ses confrères.

L’initiative du procureur général de Paris, Laurent Le Mesle, et de celui de Bastia, Paul Michel, permet au ministère public de passer outre la réticence des bâtonniers et conduit directement à la saisine des commissions disciplinaires qui ont huit mois pour statuer. Le conseil de discipline de l’ordre des avocats de Paris se prononcera pour les avocats du continent, Me Maisonneuve et Garbarini, tandis que la commission disciplinaire régionale rattachée à la cour d’appel de Bastia, statuera sur les cas des avocats insulaires, Mes Sollacaro et Simeoni.

L’ancien bâtonnier d’Ajaccio, Antoine Sollacaro est pour sa part poursuivi pour «manquement à l’obligation de délicatesse et de modération». «Vous nous cachez des choses, vous êtes en cause», avait lancé Me Sollacaro à un policier cité comme témoin avant de poursuivre, sous les applaudissements d’une partie du public : «On se croirait devant la junte birmane». Cette dernière phrase fonde la demande de poursuites.

Me Charrière-Bournazel, le bâtonnier de Paris qui avait déjà refusé d’actionner la commission de discipline pendant le procès, s’est engagé à défendre lui-même ses confrères devant la… commission de discipline.

Pourquoi dans ces conditions ne pas diligenter des poursuites contre des avocats de partie civile, en particulier Philippe Lemaire et Benoît Chabert, qui ne se sont pas privés d’invectiver leurs adversaires en les traitant de lâches ? Ou contre le procureur Kross chargé de requérir contre Colonna qui se permet dans son livre Mes Convictions intimes de décrire Me Gilles Simeoni comme un commissaire politique ; et d’écrire à propos de Me Sollacaro :

 » Cet homme n’a rien à faire de notre déontologie puisqu’il n’en a pas, pas plus qu’il n’a de respect pour les victimes présentes ».

Il l’a écrit et publié sous sa signature. Ces propos relèvent de toute évidence de la délicatesse et de la modération.

Pour faire bonne mesure, les avocats du braqueur Antonio Ferrara sont également accusés, pour les mêmes raisons.

Selon Mathieu Delahousse, pour  le Figaro, Pascal Garbarini, cité au titre de sa participation aux deux procès, estime que les actions diligentées par le ministère public relèvent de la «stratégie» :

«Il s’agit de faire jurisprudence pour éviter que d’autres avocats, dans d’autres procès, ne s’engouffrent dans cette brèche. En réalité, un avocat pénaliste ne quitte jamais un procès de gaîté de coeur.

On va encore m’accuser d’être de parti pris. Je cite mes sources.

Voir à propos du procès Colonna la série d’articles que j’ai consacrés dans rue89 à ces audiences, en particulier :

yvan-colonna-claque-la-porte-du-tribunal

et, dans le Figaro :

01016-20090730ARTFIG00387-le-ministere-de-la-justice-fait-poursuivre-10-avocats-penalistes-.php

Publicités

Étiquettes : , , , ,

10 Réponses to “Colonna, bis : mise en cause de ses avocats par le parquet général”

  1. larminier jean-pierre Says:

    le procureur laurent le mesle n’en ait pas à une « provocation près » il retarde tant qu’il peut et juqu’à prescription si possible la réouverture du dossier de « l’assassinat  » de robert boulin….

  2. phmadelin Says:

    Et il couvre les agissements de son collaborateur Kross

  3. magali Says:

    Encore une illustration de la non-indépendance des procureurs généraux vis-à-vis de l’Etat.
    Le comportement des magistrats du parquet suivant à la lettre les instructions du parquet…

    En matière disciplinaire, les ordres statuent en première instance, la justice professionnelle reprenant la main en appel. Mais les avocats se disent prêts à aller jusqu’à la Cour européenne.

    Les contradictions et les incohérences de cette Justice sont poussées à leur paroxysme ! maintenant on poursuit les avocats de la Défense ! avec un train de retard, notamment à l’égard de Me Sollacaro qui, malgré ses propos « injurieux ».. , n’avait pas empêché l’audience de se poursuivre normalement ! (cela n’aurait pas du justifier une suspension d’audience pour « injure à magistrat » !? )

  4. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    Ce qu’il me plairait c’est qu’enfin l’on cesse de toujours parler en parallèle des 2 affaires : celle d’Yvan Colonna, berger corse innocent car tout le prouve et celle de cet assassin monstrueux nommé Fofanna qui a avoué ses crimes et qui a mérité qu’on l’enferme ! Il n’y a rien de comparable entre ces deux hommes et entre leur procès et rien ne m’irrite plus que de lire des articles qui, systématiquement parlent des 2 affaires à la fois ! Séparons définitivement les torchons des serviettes !!!

  5. phmadelin Says:

    Je suis totalement d’accord avec vous. Mais je crains que, de façon assez perverse, le parquet et les journalistes associent les deux affaires dans un geste volontaire. Mêmes peine, donc similitude de responsabilité pénale. Conclusion : Colonna et un horrible criminel. Sic demonstrat. Bon retour de vacances, déjà combative. C’est bien.

  6. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    Cher Philippe ! Je reste sur l’avant dernière phrase de votre commentaire ! Combattive, je l’ai été même durant mes « pseudo-vacances » au cours desquelles j’ai eu à combattre les incendies qui ravageaient mon village en Sardaigne ! Sans compter les multiples cancers des poumons, intestins, prostates dont sont victimes (bizarrement !) moultes habitants de cette île dont des membres de mon entourage que j’ai découvert en nombres inconsidérables dans tous les villages que j’ai eu à traverser sans compter les problèmes de thyroïdie !!! Que cherche-t’on à faire sur nos îles ? A éliminer insidieusement notre population en l’appauvrissant et en les intoxiquant jusqu’à ce que mort s’en suive ?!!! A qui profitera le crime ?!!!

  7. phmadelin Says:

    Je ne croyais pas si bien dire avec le mot « combatif ». Où habitez-vous ? En Corse ou sur le Continent ? J’ai le projet de venir en Corse fin octobre.
    Pour la question soulevée à propos des cancers, je ne pexu me prononcer. C’est un peu beaucoup l’effet du vieillissement de la population. En revanche, les maladies thyroïdiennes sont le signe d’une trop grand endogamie. Elle sévissait en Corse jusqu’au départ massif des hommes pour la première guerre mondiale, et leur remplacement par des hommes venus d’ailleurs. Dont des Sardes, d’ailleurs ! Mais cette explication ne suffit pas à rendre compte de la situation, même si le syndrome ilien est bien connu. Paradoxalement, ce fait contribuerait à militer pour une immigration importante en Corse (et en Sardaigne) que crignent les Corses et les Sardes.

  8. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    Il y a des questions et des réponses qui ne peuvent se transmettre que via mail, cher Philippe ! Pour ce qui concerne le désastre sanitaire : De la manière dont nous nous sommes battus pour que la base américaine des sous-marins nucléaires se tirent de notre golfe entre Bonifacio e Santa Teresa, c’est bien parce que des éminents professeurs et scientifiques ont constaté qu’il y avait recrudescence de cancers sur l’île et également recrudescence de soucis thyroïdiens !!! Rien à voir avec le vieillissement lorsque l’on constate qu’il y a des jeunes de 30 ans qui se retrouvent, alors qu’ils n’ont jamais touché à une cigarette, avec une tumeur dans chaque poumon !!! Rien à voir non plus avec l’histoire d’il y a quelques décennies !!! Je vous trouve vraiment bien bien naïf !

  9. phmadelin Says:

    Je ne suis pas naïf, mais assez averti des choses médicales et des risques sanitaires. Et vous ne pouviez pas savoir que mon fils ainé est mort d’un cancer du poumon en 2005. Mais rien à voir avec un cancer du fumeur. Les choses sont déjà bien compliquées pour qu’on n’y ajoute une pincée de complotite.
    Si vous voulez savoir qui était mon fils, vous recherchez son nom dans Google : Lucio Mad. Il a publié plusieurs livres ( dont deux chez Gallimard) et réalisé de nombreuses belles mises en scène. Et il est la coscénariste de « Black » un film assez bizarre, un thriller africain qui se déroule à Dakar, et qui est en même temps une réflexion sur la vie des exilés africains en Europe. Le DVD n’est pas encore disponible. Si ça vous intéresse je vous donnerai les coordonnées en temps utile.

  10. CHRISTINA BIANCA TRONCIA Says:

    Ayant subi tant de souffrance, vous comprendrez aisément mon ressentiment lorsque je m’aperçois que cette maladie ronge les miens ! Les africains ont été boutés hors de la Sardaigne par notre reine Eléonora d’Arboréa ! Les sardes étaient là sur l’île bien avant eux et bien avant les espagnols et les romains ! Rien à ajouter ! Ou plutôt si…ceci : je dois préciser que je ne suis ni raciste, ni nationaliste à l’extrême, je m’insurge seulement contre les arrivistes conquérants qui veulent parvenir au paradis en massacrant leurs résidants ! Si vous voulez poursuivre le discorso, écrivez-moi via mail, je vous répondrai bien volontiers ! Pace e salute ! Auguri !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :