CNRS – Affaire Geisser : dans le flou

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Dans l’affaire des poursuites engagées contre Vincent Geisser Mme Esther Benbassa synthétise la situation. Une situation pour le moins chaotique. Avec en prime une polémique avec Mme Elizabeth Roudinesco qui prend position contre Geisser, apparemment sans être vraiment au courant des faits.

Le 29 juin CAP Commission administrative paritaire (CAP) du CNRS désignée pour « juger » Vincent Geisser,  s’est réunie… pendant 14 heures (dont deux heures de délibération). Kafkaïen, n’est-ce pas? Plus encore, semble-t-il, qu’on pouvait l’imaginer. En effet, les résultats de cette réunion restent flous. Les voix s’étant partagées entre 5 élus (contre toute sanction) et 5 nommés (pour un avertissement), aucune proposition de sanction ne devrait pouvoir être transmise par la CAP au Directeur général du CNRS. En dernière instance, en tout état de cause, c’est ce dernier qui tranchera, et il n’est pas exclu que son verdict soit plus lourd.

Curieusement, alors que la convocation adressée à V. Geisser évoquait le non-respect de l’obligation de réserve, il n’en a pas été question pendant la CAP. En revanche, on a appris pendant la réunion que le Fonctionnaire de défense du CNRS avait bel et bien constitué des dossiers sur certains chercheurs « pour les protéger ». Selon les témoignages de personnes présentes à la réunion de la CAP, le Fonctionnaire de défense du CNRS aurait indiqué que c’est par la DST de Toulouse qu’il avait eu vent du mail égaré de V. Geisser, pour lequel il avait déposé plainte au pénal. De telles méthodes n’augurent rien de bon.

Ces dossiers, qui nous dit qu’on n’en constituera pas demain sur chacun de nous? Qui nous garantit que nous ne passerons pas en conseil de discipline pour un mail égaré, qui ne conviendrait pas à un des fonctionnaires de notre administration?
(…)

Si l’affaire Illand/Geisser n’est pas encore finie, notre action collective a été utile. Signataires, bénévoles oeuvrant avec les moyens du bord, collègues et amis dévoués et actifs, associations professionnelles, tous nous avons rappelé avec force que la liberté intellectuelle des chercheurs et enseignants-chercheurs est un droit inaliénable. En France, un chercheur est aussi parfois un intellectuel public. Les deux rôles ne sont pas contradictoires
(…)

AFFAIRE GEISSER : Réponse d’Esther Benbassa à Elisabeth Roudinesco, par Esther Benbassa (Libération, 29 juin)

Dans une tribune parue le 25 juin dans Libération, sous le titre « Geisser : une pétition à l’aveuglette », Elisabeth Roudinesco explique longuement pourquoi elle ne s’est pas associée à l’appel lancé, à mon initiative, par « un comité de chercheurs parmi les plus brillants de ce pays ».

Les discussions que nous avons eues entre collègues ces derniers jours ont fait émerger le projet de créer une cellule de veille, association qui serait le prolongement de notre Collectif. Nous resterions ainsi collectivement et individuellement vigilants de sorte à prévenir tout nouvel abus. Nous continuerions de débattre publiquement de notre rôle dans la société, nous opposant à ce qu’on tente de nous faire taire par des moyens en contradiction flagrante avec les principes de notre profession et refusant d’être jugés par d’autres que par nos pairs (à l’exclusion de fonctionnaires ou de publicistes influencés par l’air du temps).
(…)

Nombre de membres du comité de lancement, de signataires et moi-même ne partageons pas, loin de là, toutes les prises de position de notre collègue. Nous considérons seulement qu’exiger de lui le respect d’un devoir de réserve, qu’accepter qu’un fonctionnaire de la défense, logé au Centre national de la recherche scientifique, juge sa recherche sur l’islam sans en avoir la moindre compétence constitue un précédent gravissime et une menace pour la démocratie elle-même. D’autres que V. Geisser ont été la cible du même harcèlement, jusqu’à un chercheur en sciences dures dont le blog, hébergé par un serveur CNRS, a été censuré parce qu’il évoquait cette affaire.
(…)

Vincent Geisser n’est pas un islamiste. Mme Roudinesco, dont le domaine de compétence est assez éloigné du sien, ne l’a jamais lu sérieusement. La rumeur faisant office de jugement scientifique, voilà où nous en sommes en effet. Le laboratoire de V. Geisser, la commission 33 du CNRS, instance d’évaluation légitime, ont dûment protesté contre cette dérive. Mme Roudinesco qui, si elle se prévaut d’un titre universitaire, n’appartient pas, à ma connaissance, au corps des chercheurs ni à celui des enseignants-chercheurs de la fonction publique, ne pourrait d’ailleurs pas siéger dans de telles instances. Intellectuelle jamais évaluée par sa tutelle, elle jouit d’une indépendance sans risque, à la différence de V. Geisser. Comme Mme Fourest dans Le Monde, Mme Roudinesco dans Libération juge et condamne dans l’ignorance. Elle pense et agit en fait exactement comme l’ingénieur général Joseph Illand, le fonctionnaire de défense du CNRS. En accusant V. Geisser d’être un relais de l’islamisme radical (du terrorisme en fait), elle lui fait courir un danger majeur : la perte éventuelle de son emploi ou sa rétrogradation. Les savants « communistes » de l’Amérique maccarthyste ont déjà vécu cela.

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :