Politique : les récompenses et les punitions

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Donc voici le nouveau gouvernement. Huit entrants, huit sortants. Huit punitions, huit récompenses. Un dosage digne du radical-socialisme d’antan. On est quand même assez loin de l’Union nationale que Mon Président souhaiterait incarner.

Le remaniement du gouvernement devait être minime, il s’est transformé en une recomposition profonde au niveau les personnes, mais pas dans les équilibres politiques.

Une grande « gagneuse » : Michèle Alliot-Marie, propulsée Place Vendôme. Elle a su renforcer sa présence en devenant Garde des Sceaux, ministre d’Etat. Mais elle hérite aussi des prisons à un moment où la France est très critiquée pour sa gestion calamiteuse du monde carcéral.

On peut au moins espérer qu’elle se montrera plus maligne avec les magistrats que Rachida Dati enfin renvoyée vers d’autres cieux, avec laquelle elle ne rivalisera sûrement pas sur le registre de la mode bling-bling : depuis qu’elle a été Ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie a avalé un sabre et ne quitte plus son battle dress

Brice Hortefeux obtient enfin l’Intérieur, son rêve. C’est le grand confident du Président, l’ami de toujours, plutôt dans le genre musclé.  Il quitte les affaires sociales qu’il avait à peine effleurées.

Trois autres grands gagnants, parce qu’ils ne bougent pas : Christine Lagarde (Économie), pourtant donnée partante, Jean-Louis Borloo (Développement durable) et Hervé Morin à la Défense.

Une seule vraie surprise, en forme de coup médiatique, le choix pour la Culture de Frédéric Mitterrand, neveu de l’ancien président de la République, et directeur de la Villa Médicis à Rome.

« C’est une capture patronymique! Pour l’opinion, j’admets que ça pourra troubler », confie François Hollande.

Il faut paraît-il voir la main de Carla Bruni dans cette désignation. Au moins la culture sera-t-elle animée par un vrai connaisseur.

Xavier Darcos quitte l’Education, dont il était très las et où il n’a pas été merveilleux, pour les Affaires sociales, un portefeuille tout aussi inconfortable en cette période de crise.

Le dossier de l’Éducation revient à Luc Chatel. Qui conserve le porte-parolat.

Autre promotion spectaculaire, celle du villepiniste Bruno Le Maire, qui, du secrétariat d’État aux Affaires européennes, passe au ministère désormais baptisé «de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche».

En acceptant un nouveau ministère de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire, le sénateur lyonnais et centriste Michel Mercier a finalement consenti à rompre avec son ex-ami François Bayrou, Christian Estrosi revient au gouvernement avec le titre de ministre de l’Industrie auprès de Christine Lagarde. Mais loin du domaine de la sécurité dont il rêvait
Rama Yade passe des Droits de l’homme, poste supprimé, aux Sports.

Du côté des récompenses à double détente le sénateur Henri de Raincourt (Relations avec le Parlement) qui s’est montré peu favorable à la réforme régionale ; lui confier un portefeuille est une manière de le neutraliser ; la Guadeloupéenne et conseillère à l’Élysée Marie-Luce Penchard prend le Secrétariat d’Etat à l’Outre-mer qu’elle va inaugurer mercredi et jeudi en Martinique et en Guadeloupe. Mme Penchard était conseillère technique du Président depuis mai 2008, elle y a donc vécu toutes les conséquences des troubles outre mer survenus depuis mars 2009. Elle est aussi et surtout la fille de l’indéboulonable Lucette Michaux-Chevry.

L’eurodéputée d’origine maghrébine Nora Berra est chargée des Vieux, poliment baptisés Aînés, tandis que Pierre Lellouche récupère les Affaires européennes

Les punis : Christine Albanel, critiquée pour sa gestion de la loi Hadopi ; Christine Boutin, parce que, dit-on, elle ennuie le Président, Bernard Laporte, probablement parce que son nom est trop souvent apparu dans des affaires contestables. Roger Karoutchi, André Santini et surtout Yves Jégo, pour sa gestion calamiteuse du dossier de l’Outre-mer.

Donc : voilà tout ce que vous devez savoir, et qu’on ne vous dira pas forcément, sur cette distribution des prix et cette volée de bois vert !

Publicités

Étiquettes : , , ,

2 Réponses to “Politique : les récompenses et les punitions”

  1. Fabien Says:

    On va voir ce que va donner la «gagneuse» (je ferais gaffe à l’outrage, tout de même…).
    Il y a le dossier de Tarnac, dont elle a dit plusieurs fois qu’il n’était plus policier, mais judiciaire. Aïe !
    Il y a les juges d’instruction, dont le Conseil de l’Europe ne voit pas la suppression d’un bon œil :
    http://menilmontant.numeriblog.fr/mon_weblog/2009/06/le-conseil-de-leurope-souhaite-le-maintien-du-juge-dinstruction.html
    re-aïe !
    N’y avait-il pas d’autres chiraquiens ? Plus avenants ? Je ne sais pas… Par exemple un ancien journaliste d’Europe 1, qui aurait à peine tâté de l’Intérieur…

    Hortefeux, pour ne pas accepter son élection, avait entre autres dit qu’il ne pouvait pas laisser le chantier du Travail. Et il le plante au bout de cinq mois. A-t-on déjà eu si bref ministre à ce poste ?

    Nora Berra, avec Brice Hortefeux, ça fait deux élus qui ne respectent pas leurs engagements vis-à-vis des électeurs (point n°7, qui prévoit que l’on siège au Parlement avec assiduité et que l’on soit présent dans sa circonscription).
    Aïe !

    Santini, dans l’attente de son jugement, a encore trois ans d’Assemblée nationale à tirer. Au détriment de… Frédéric Lefebvre. LA GRANDE JOIE DE CE REMANIEMENT…
    Franchement, je préfère me marrer avec la mauvaise foi de Santini et sa bonhomie que d’avoir à supporter le porte-flingue sorti tout droit de Pulp fiction. Il trouvera peut-être le temps de passer chez le coiffeur.

    Penchard… Ah… l’équivalent créole du « wait & see » ne s’appliquera pas pour elle : l’UMP Guadeloupe ne l’a même pas soutenue. En France, le CollectifDom l’a interpellée, en vain, pendant la crise. Désolé Philippe, mais toute fille de Licèt qu’elle est, ça ne change rien. Elle doit sa nomination à sa mère, certes, mais elle ne l’écoute pas.

  2. phmadelin Says:

    Je savais bien que tu réagirais sur le cas de Marie-Luce !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :