Corse, Colonna : le RAID pris la main dans le sac ?

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Corse matin a publié cette analyse du livre consacré par Amaury de Hautecloque au RAID

http://www.corsematin.com/ra/corse/196941/bastia-un-livre-sur-le-raid-dont-la-defense-se-servira

Cet article est considéré par la Défense d’Yvan Colonna comme important pour plusieurs raisons :

1)    Les magistrats et les policiers anti-terroristes qui se sont succédés à la barre ont déclaré, sous la foi du serment, que le RAID n’était pas intervenu avant mai 1999 sur Yvan. Cette déclaration de l’ancien patron du RAID contredit leurs dépositions, et il est difficile d’imaginer que tous ignoraient cette intervention de l’unité d’élite. On peut donc légitiment penser qu’ils ont – une fois encore – menti.

2)   (Le commissaire  ZERBI) reconnaît dans le passage cité que des rapports ont été établis et transmis à l’autorité compétente. Il faut clarifier le cadre juridique dans lequel le RAID est intervenu. Si c’est en appui ou en collaboration avec un service (par exemple la DNAT) saisi d’une commission rogatoire, cette intervention doit nécessairement faire l’objet de procès-verbaux, qui doivent être impérativement versés en procédure. Or, il n’y en a aucun. Ceci est à rapprocher des écoutes téléphoniques qui, elles n’ont plus, n’ont pas été versées en procédure. Pourtant ces pièces (filatures RAID et écoutes) sont des éléments à décharge utiles à la manifestation de la vérité, puisque le fait que ni les unes ni les autres (malgré l’intensité et la durée des surveillances) n’aient mis en exergue des éléments suspects corrobore la thèse de l’innocence. Il faut rappeler que nous avons déposé une plainte contre THIEL, LE VERT et tous autres pour dissimulation ou destruction de preuves, et que le Parquet de Paris doit, dans un délai de 6 mois, indiquer les suites qu’il entend réserver à cette plainte. L’élément nouveau des filatures du RAID est susceptible d’abonder cette plainte.

3)    Enfin, et peut être le plus important, le fait que le RAID ait filé 24 h sur 24, et pendant plusieurs semaines, les frères COLONNA, avant mai 1999 (date de l’interpellation des membres du commando), est en contradiction totale avec la thèse officielle selon laquelle c’est au cours des GAV (gardes à vue) commencées le 21 mai 1999 que le nom d’Yvan COLONNA est apparu pour les policiers, comme une sorte de « divine surprise ». Cette thèse est soutenue avec force par les magistrats et les policiers de la DNAT, qui y voient la démonstration du caractère spontané, donc exact, de la mise en cause de COLONNA : « nous n’avions aucun a priori contre Yvan COLONNA, nous ne sommes d’ailleurs pas allé l’interpeller le 21 mai au matin, ce sont ses amis qui l’ont dénoncé spontanément, alors que nous n’avions aucune raison de le soupçonner, etc… ». Thèse reprise et développée par les policiers à la barre en appel : Yvan COLONNA, à l’époque, était un parfait inconnu, un militant lambda, etc…Or, on apprend aujourd’hui que, bien avant mai 1999, les deux frères COLONNA ont fait l’objet d’une surveillance totale, qui n’a rien à voir avec de simples investigations ou surveillance de routine. Ceci confirme les déclaration d’un haut responsable des RG, au procès d’appel, qui a indiqué que dès janvier 1999, certains services avaient la conviction que COLONNA était l’assassin. Tout cela démontre que le nom de COLONNA comme l’ « assassin » était dans les tuyaux bien avant mai 1999 (par quelle manipulation ? impossible à savoir pour l’instant) et que son nom a été introduit en garde à vue par les policiers, comme cela a d’ailleurs été démontré au procès.

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

10 Réponses to “Corse, Colonna : le RAID pris la main dans le sac ?”

  1. magali Says:

    Cette affaire n’a pas fini de surprendre .. Reste à savoir si ces « éléments nouveaux », d’une importance capitale pour prouver que Colonna n’est pas sorti du chapeau, pourront servir efficacement à la défense devant la cour de cassation ou la cour européenne ou si, encore une fois, ils seront écartés volontairement. Rappelons nous l’épisode des « écoutes téléphoniques », l’épisode « Vignolas » …. On dira certainement que l’auteur du livre a des comptes à rendre ou qu’il est dépressif et qu’il ne faut pas prendre au sérieux ses déclarations…
    Rappelons que le 30 juin la L.E.D.H rendra son rapport; c’est important qu’il soit largement relayé surtout au niveau national ! Pour le reste il n’y a plus qu’à espérer un revierement des mentalités de ceux qui sont chargés de rendre la Justice . Pour ma part, j’ai une confiance très limitée concernant les juges de la Cour de Cassation….et en l’indépendance de la Justice…

  2. phmadelin Says:

    N’oubliez pas de m’envoyer le rapport de la LDH si vous l’avez avant moi, pour publication. Amitiés

  3. marie-ange Marie Says:

    Un des principes généraux essentiels que doivent respecter les auteurs de la procédure pénale est la loyauté de la preuve. Le doyen Carbonnier disait « si les coups bas sont interdits, les simples ruses de guerre ne le sont pas » . L’attitude des policiers anti terroristes et des magistrats lors du procès d’Yvan Colonna, me semblent plus relever du coup bas que de la simple ruse…
     » Tout est précis, concordant, convergent tout se recoupe et cela constitue l’épine dorsale de la culpabilité d’Yvan Colonna » .En effet Mr Kross, vous avez essayé de nous faire croire, à défaut d’avoir pu la démontrer, ne vous en déplaise, à la culpabilité d’Yvan Colonna, mais votre belle théorie se fissure…
    Une intervenante du blog, Cécile, a fait référence à des commentaires plus que pertinents sur le site de libé et je me permets de reciter le lien très interessant qu’elle a trouvé:
    http://libeplus.liberation.fr/membre/roland42/commentaires
    Ce que je trouve également sidérant , c’est le silence de la presse, qui sera devenue dans cette histoire  » la grande muette »…
    On attend avec impatience le rapport de la LDH!
    Cordialement,

  4. Fabien Says:

    Je m’attendais à ce que ce point du livre soit utilisé…
    Maintenant, je ne sais pas si, au niveau de la Cassation, il peut l’être.

    Il le pourra si le jugement est cassé, évidemment (nouvel élément contredisant l’affaire jugée), comme il pourra l’être au plan européen, pour démontrer qu’il y avait une sorte d’acharnement.

    On ne peut pas partir du postulat que Amaury de Hauteclocque est dépressif ou a des comptes à rendre. Il est jeune est n’est pas un « vieux » du RAID. En plus, l’ouvrage est écrit à quatre mains. Il s’agit, dans le cas d’espèce, d’un recueil de témoignages (ceux des anciens patrons), pour publier une histoire cohérente, celle d’une « maison ».

  5. Fabien Says:

    Le titre ne pouvait pas s’écrire « …la main dans le SAC » ?

  6. magali Says:

    Armaury Hautecloque a publié un ouvrage révélant qu COLONNA aurait pu être interpellé beaucoup plus tôt mais que le Raid a écarté ces éléments (à décharges). Ces révélations tardives traduisent plus un esprit de vengeance, généré par cette « guerre des polices », qu’une volonté de rendre service à COLONNA en prouvant son innocence.
    Encore une atteinte grave portée au principe du contradictoire ( les juges de la Cour de Cassation apprécieront, et, comme je l’ai dit dans un autre commentaire, j’ai une confiance limitée dans leur impartialité )-Ils seront chargés de veiller au respect des règles des droit par la juridiction spécialement composée… et puis après, si c’est cassé ? une autre cour sera de nouveau spécialement composée…
    C’est pour cette raison que le rapport de la L.E.D.H peut avoir du poids dans la balance !!

  7. marie-ange Marie Says:

    L e non respect du contradictoire peut aboutir à la cassation d’un jugement de cour d’assises.
    Mais il existe un autre motif de cassation dument enregistré dans les pv du
    procès: lors de l’audition du témoin, Mr Mannarini, qui a réalisé une expertise balistique, à la demande de la défense, expertise favorable à l’accusé, puisqu’elle établissait que le tireur était logiquement plus grand
    que la victime; et, comme le dit Magali, il fallait décredibiliser tous les témoignages favorables à Yvan Colonna; c’est ce qu’a fait l’accusation mais avec un peu trop d’empressement en ne laissant pas au témoin la possibilité d’aller au bout de sa déposition spontanée; n’ayant aucun élément à opposer aux conclusions de l’expert, la partie civile a axé son interrogatoire sur la personnalité du témoin et mis en doute ses capacités à effectuer cette expertise, mais cela avant qu’il n’ait fini sa déposition; dans son empressement à décrédibiliser le témoin, l’accusation a commis un vice de procédure:bien sûr, ce vice de procédure n’a pas échappé à la vigilance de la défense qui a déclaré que « la cour avait violé l’art331 du CPP en laissant l’avocat général et les parties civiles questionner le témoin avant que ce dernier ne dépose spontanément »…

  8. magali Says:

    Sur le site « Sardaigne, mon île merveilleuse :

    YVAN COLONNA : LA FIDH remet en cause l’équité du procès Colonna et ce, officiellement !!!
    La Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) remet en cause l’équité du déroulement du procès contre Yvan Colonna et demande officiellement des comptes au gouvernement français !!!

    Je vous invite à lire l’article suivant publié par le nouvel observateur : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe

    dont un extrait qu’il me semble essentiel de vous faire partager :

    « La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) a estimé mardi 30 juin que « la question du caractère équitable » du procès en appel d’Yvan Colonna « est clairement posée », après la condamnation fin mars du nationaliste corse à la réclusion criminelle à perpétuité.
    « Au-delà des vicissitudes de l’audience, quand bien même le procès d’appel se serait déroulé dans d’excellentes conditions, ce sont bien les lois de fond et de forme en matière de terrorisme qui sont en cause », assure dans un rapport la FIDH.
    La fédération avait envoyé des observateurs à ce procès devant la cour d’assises spéciale de Paris, à l’issue duquel un jury de magistrats professionnels avait une nouvelle fois reconnu Yvan Colonna coupable de l’assassinat, le 6 février 1998 à Ajaccio, du préfet de Corse Claude Erignac, le condamnant à la peine maximum : la perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans. »

    La FIDH – rappelons-le – avait mandaté trois observateurs – une avocate au barreau de Tunis, un magistrat honoraire Français et un avocat du barreau de Bruxelles. Ils ont assisté à l’intégralité des audiences. Pour appuyer ses conclusions d’impartialité, la FIDH cite dans son rapport l’affaire Vinolas, le refus de reconstitution et surtout pointe du doigt la justice antiterrorriste.

  9. magali Says:

    Vous pourrez trouver l’intégralité du rapport dans le site du « comité de soutien Y Colonna ».

    Ce procès soulève une fois de plus la question du maintien de cette justice d´exception.

    Vous pouvez lire le rapport intégral de la FIDH en cliquant sur le lien ci-dessous

    http://www.ldh-corsica.org/jahia/Jahia/

    Merci de diffuser !

    Inévitablement, la défense posera LA question de droit qui sera soumise à la Cour de Cassation : celle de la violation de l’ « art 6 « sur les principes d’un « Procès Equitable »; de même qu’elle sera posée devant la CEDH.

  10. phmadelin Says:

    Tout est intégré. Merci Magali ( et Marie-Ange Marie)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :