Controverse : le café « Justice » met en cause la politique pénale

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Version corrigée le 19 juin

Nouvelle réunion informelle hier du club « droits, justice et sécurités ». Assistance fournie pour entendre des magistrats et des juristes s’interroger avec inquiétude sur le bilan de l’activité du Ministère de la Justice alors que la Garde des Sceaux Rachida Dati est appelée à partir vers les cieux européens.

Le titre du texte en forme de proclamation qui a précédé dans « Libé » cette réunion est clair :

La production des statistiques de délinquance est particulièrement mise en cause : organisée dans des objectifs tout à fait politique définis au sommet de l’Etat, elle entraîne des effets pervers étonnants. Comme l’inflation des Gardes-à-vue inutiles, qui n’ont d’autre but que de gonfler les chiffres

Ces statistiques servent de socle à une « production législative »  toute à fait… anarchique, on empile les textes, comme on a pu le constater dans le domaine de  la Sécurité : depuis l’entrée de Nicolas Sarkozy au Ministère de l’Intérieur, trente grands projets de loi se sont succédés pour la modification du Code pénal

Pour autant, les membres du club jugent que  l’action menée par le Président de la République au niveau de la production de lois et de la réorganisation du système judiciaire peut être considérée par l’intéressé comme réussie : le juges sont moins indépendants, le parquet et l’action publiques pèsent plus lourd.

 » Une politique d’affichage et de fuite en avant, une politique qui limite les libertés individuelles et qui connaît l’échec en matière de sécurité », dénoncent les membres du club dans un texte publié par Libération.

Publicités

Étiquettes : , , ,

Une Réponse to “Controverse : le café « Justice » met en cause la politique pénale”

  1. Fabien Says:

    Affichage et fuite en avant ? Il y a au moins une chose : les peines plancher, avec cet exemple… exemplaire :
    http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2009/06/13/6-mois-de-prison-pour-un-vol-de-5-euros.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :