Renseignement : le nouveau patron des RGPP

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

J’arrive comme Grouchy à Waterloo : en retard. Cette nomination m’avait échappé : René Bailly comme patron des RGPP (Renseignements généraux de la Préfecture de Police)

Inspecteur général de la police nationale, René Bailly a été installé le mardi 2 juin. Il remplace Bruno Laffargue nommé inspecteur général de l’administration (le cimetière des éléphants). René Bailly a partagé toute sa carrière entre les renseignements généraux de la préfecture de police, à la section antiterrorisme interne, et la direction centrale des renseignements généraux (DCRG) où il a été directeur régional à Marseille, puis directeur central adjoint de la DCRG, où il avait été appelé par Joël Bouchité, et enfin à la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), créée en 2008.

Ainsi Bernard Squarcini a-t-il placé un homme à lui à la tête des RGPP qui sont en principe indépendants de sa DCRI. Selon Le Point, à la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG), on surnommait Bailly « le fox-terrier » pour son flair imparable en matière de terrorisme et sa volonté de ne « jamais lâcher sa proie ». C’est ainsi qu’on écrit l’histoire !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :