Outre-mer : Mayotte gronde

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

( Avec le reportage de Nicolas Goinard publié par Bakchich)
http://www.bakchich.info/Mayotte-la-poudriere-des,07805.html
Après les fonctionnaires, ce sont les salariés de Total qui descendent dans les rues de Mayotte. La situation est complexe dans ce qui deviendra en 2011 le 101e département français. Mais, en France, tout le monde s’en fout. La Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion… Tous les confettis de l’Empire qui s’enflamment. Mais Mayotte… Où est-ce d’ailleurs ? Quelque part au Nord de Madagascar, dans le canal de Mozanbique.
Depuis lundi toutes les stations essence Total – en monopole à Mayotte – sont bouclées par une chaîne. Les salariés de l’entreprise, à l’appel d’une intersyndicale, se sont mis en grève illimitée pour obtenir notamment des augmentations de salaires. L’activité est totalement ralentie.

Mercredi, une petite délégation d’employés a manifesté devant la préfecture. Ils demandent un 13e mois, une prime d’intéressement… autant de facteurs qui pourront augmenter leur pouvoir d’achat. Car à Mayotte, le Smic est à 927 euros brut (1 324 euros en métropole) alors que les prix sont « plus élevés que dans n’importe qu’elle autre DOM » explique Hamidou Madi M’Colo, secrétaire de l’Unité territoriale Force ouvrière à Mayotte.
Avant les salariés de Total, les instituteurs ont déclenché la grève les 14 et 15 mai pour demander l’indexation des salaires des enseignants embauchés localement (un bac + 2 suffit) sur ceux des professeurs des écoles du premier degré. Les surveillants de la prison de Majicavo ont participé au mouvement national en bloquant le  centre pénitentiaire pendant quatre jours. Les salariés du Comité départemental du tourisme ont entamé une grève contre les éventuels licenciements à venir compte tenu d’une situation financière déplorable. Les employés locaux du conseil général se sont mis en  grève pour demander l’indexation de leurs salaires sur ceux des métropolitains (NDLR : dans les administrations, les métropolitains ont un salaire majoré de 40 % alors que les employés embauchés localement touchent le salaire local) et la barge qui relie petite terre à grande terre a été bloquée.

Beaucoup de mouvements pour une île de 370 km².

La grogne n’est pas seulement sociale.
lundi 25 mai par Un vigile. Une chaîne tendue en milieu de l’entrée. Depuis lundi, offrent le même paysage. Du coup, l’île au lagon s’en trouve considérablement ralentie. Les embouteillages, pourtant fréquents à Mamoudzou, la principale ville de Mayotte, ont disparu, et peu de bateaux laissent leurs sillons sur le lagon.

Enseignants, matons, salariés de Total… la révolte gronde. Me mot évoque d’autres tensions entre communautés. A Mayotte, un réel clivage existe entre les M’zungus (blancs européens) et les Mahorais. Exemple dans les administrations où les blancs et les Mahorais ne se mélangent pas pour déjeuner. Des quartiers pour blancs fleurissent un peu partout donnant parfois sur des bidonvilles de tôles. Les blancs souvent employés des administrations sont synonymes de fort pouvoir d’achat. Ou alors ce sont des touristes souvent cibles des voleurs sur les plages reculées de l’île.

Il y a enfin le clivage entre les Mahorais et les Comoriens, parmi lesquels de nombreux clandestins arrivés comme « boat peoples ». En se souvenant que Mayotte est toujours revendiquée par Ahmed Abdallah Sambi, président de l’Union des Comores. Evidemment Yves Jego, qui passe pour être Secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, n’ira jamais jusque là. Et encore moins mon Président. Nicolas Sarkozy a d’autres chats à fouetter : aujourd’hui il  inaugure une base militaire française à Abu Dhabi. Et tente de vendre des avions Rafale, de Dassault.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :