Stadt : der Gross Paris und der kleine President

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Quand il est arrivé à la tête de l’Etat, en 2007, unser kleine Herr President Sarkozy a trouvé à Paris une situation insupportable : une Mairie tenue par un cacique du Parti socialiste, qui plus est bien élu. Impossible de supporter ça plus longtemps.

Unser kleine President a donc confié le soin à un de ses affidés, Christian Blanc, d’imaginer un truc pour rétablir l’ordre naturel des choses, en l’occurrence la main mise de la droite sur Paris. L’analyse des scores électoraux ayant rapidement démontré qu’il ne suffisait pas comme Jean Tiberi de manipuler un peu les votes en faveur de l’ami Jacques Chirac, le préfet devenu Secrétaire d’Etat Christian Blanc a concocté une machinerie digne des Schadoks pour renverser la gauche.

Il faut et il suffit d’expliquer que la capitale n’est qu’un petit bout de la région capitale qui dominer la France pour dévaloriser la ville capitale telle qu’elle existe.

Balancer ça tout de go serait un peu gros, d’autant que les Parisiens ne sont pas des citoyens spécialement tranquilles, ça ne s’avalerait pas.

Avec astuce, après un interminable silence, Notre Très grand Président a lancé l’idée : il faut que Paris éclate pour pouvoir gérer ses problèmes. En s’étalant sur la banlieue, la capitale prendrait une force incomparable. Napoléon le Petit avait déjà imaginé ce stratagème pour paraître plus grand, avec une plus grande capitale qui avait avalé toutes les communes périphériques.

Il s’agissait déjà de mettre en oeuvre un superbissime projet d’urbanisme, imaginé par le baron Haussmann, notamment pour permettre aux troupes de cavalerie de mater les ouvriers en colère contre les capitalistes et la révolution industrielle.

Nous y revoilà. Grâce à notre très Grand Président, Paris va retrouver son aura internationale en avalant toutes ses banlieues. Tel est le projet fondamental du Président pour exister à jamais dans l’histoire.

Grâce à lui, Paris passera de 2,5 millions d’habitants à 12 millions, rivalisant avec les grandes métropoles mondiales. Et en cassant les structures adminstratives pour mener son projet à bien, il brisera l’emprise de la gauche sur la ville.

Le reste est du pépiement publicitaire et médiatique. Les bavardages triomphants des architectes-urbanistes en délire, Central Park à La Courneuve, le métro automatique au-dessus du périphérique, l’interconnxion totale de la Ville et de sa banlieue et tous ces autres mirifiques projets. Ils n’ont aucun autre intérêt que de virer Bertrand Delanoë de l’Hôtel de Ville. Et d’installer la droite bien sarkozyste à la tête de la Région Ile de France, aujourd’hui présidée par Jean-Paul Huchon. Encore un socialiste.

Reste une question : comment appeler la nouvelle agglomération puisque Paris ne sera plus Paris. Gross Paris, le nom imaginé pendant la seconde guerre mondiale par les occupants allemands ?

Le Président est malin. Il a vu d’avance les difficultés de l’entreprise sur le plan politique, même les siens brandissent déjà le boulicer de la contestation. Donc les départements et les communes devraient subsister dans leurs frontières actuelles. Les grands travaux seraient chapeautés par un Etablissement public ad hoc, et financés par l’emprunt. Une légère « augmentation de cotisation à la clé ».

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :