Corse : la manifestation de Bastia

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

En soirée de samedi, une centaine de militants nationalistes corses, pour la plupart cagoulés et porteurs d’armes préparées à l’avance et d’explosifs ont affronté les CRS. Cette manifestation a rassemblé 1.500 personnes selon la police, 15.000 selon les organisateurs.

Peu après 22h00, on dénombrait une trentaine de CRS commotionnée, dix blessés dans un état grave. Gilles Leclair, coordinateur des services de sécurité en Corse, n’a pas hésité à parler de « guérilla urbaine » et une « campagne de désinformation des nationalistes » sur les conditions de la blessure du collégien.

Cette manifestation contre « les violences policières », qui a rassemblé 1.500 personnes selon la police, 15.000 selon les organisateurs, était organisée samedi à l’appel de la plupart des organisations nationalistes corses après la manifestation de soutien à Yvan Colonna lundi au cours de laquelle un collégien de 15 ans avait été blessé.

« On a monté la tête à certains jeunes alors qu’on n’a aucune certitude sur circonstances dans lesquelles le collégien a été blessé ».

La thèse de la police soutient que le collégien est tombé en avant dans une bousculade, son visage « s’écrasant contre une grenade lacrymogène active ».

Outre les blessés, plusieurs bâtiments publics et des établissements bancaires ont été dégradés.

Dans la journée de dimanche, Michèle Alliot-Marie, la Ministre de l’Intérieur, s’est précipitée à Bastia au chevet des CRS blessés, elle a dénoncé « les violences inadmissibles commises par une poignée d’individus qui ont pour but de s’en prendre à tous les symboles de l’Etat », mais aussi « la lâcheté de ceux qui mettent les jeunes en avant lors des manifestations ». Le mot de lacheté est décidemment récurrent pour désigner les Corses.

Publicités

Étiquettes : , ,

Une Réponse to “Corse : la manifestation de Bastia”

  1. magali Says:

    Ce matin Bastia était dans un salle état, les manifestants semblaient s’être bien organisés…C’est un spectacle désolant et ces débordements étaient malheureusement prévisibles. Je précise que c’est à l’appel de la nouvelle coalition nationaliste « Corsica liberà » que cette manifestataion a eu lieu avec pour mot d’ordre « stop à la répression »( basta ripressione) et NON à la demande du « comité de soutien » d’yvan Colonna qui appelle au calme, à la serenité et à la dignité depuis le départ. Celle-ci ait intervenu alors que règne déjà un climat délétère dans l’île et n’ a fait qu’attiser les tensions surtout chez les jeunes, manipulés, et particulièrement vilolents.Le moment n’était vraiment pas opportun et dessert encore une fois la volonté de la majorité des corses qui souhaite que s’intaure enfin un climat de paix et qu’une autre image de l’île soit véhiculée par les médias qui ont vite fait l’amalgame entre ces dérives regrettables et l’affaire Colonna, entre la question posée d’une véritable justice et celle de la violence Etat-nationalistes …S’il n’est pas contestée que la répression organisée dont nous sommes victimes est, depuis trop longtemps devenue insupportable, elle ne doit pas pour autant être un prétexte à de tels agissements , dommageables, inefficaces et contraires au message que veut faire passer la majorité des corses: on ne condamne pas la violence par la violence surtout quand ce sont des jeunes qui deviennent les instruments d’une politique en mal de reconnaissance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :