Colonna : le Comité de soutien publie une mise au point sévère

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Je reproduis ci-après le dernier communiqué de soutien publié par les amis d’Yvan Colonn. Ce n’est pas une prise de position, seul mon devoir de chroniqueur me conduit dans cette voie.

1.04.09
Une cour d’Assises spécialement composée . . . pour condamner.

Quand plus aucun argument n’est recevable et que les moyens de défense  sont refusés à un accusé, il est nécessaire de rappeler les grands principes et les fondamentaux du droit…

Il est demandé aux juges d’une Cour d’Assises « de ne trahir ni les intérêts de l’accusés ni ceux de la société qui l’accuse, ni ceux de la victime … de n’écouter ni la méchanceté ou la haine, ni la crainte ou l’affection…de (se) rappeler que l’accusé est présumé innocent et que le doute doit lui profiter…de (se) décider ….suivant (leur) conscience et (leur)  intime conviction… »

De ces contraintes doit intervenir une condamnation en toute impartialité et seulement si la preuve absolue de la culpabilité a été rapportée, ou alors un acquittement ne serait ce qu’au bénéfice du doute.

Dans cette affaire, au cours du procès en appel comme tout au long du processus judiciaire depuis mai 1999, les intérêts de l’accusé ont été trahis.
La cour et les parties civiles auront eu beau masquer leur malaise et continuer un procès discrédité sans accusé ni avocats de la défense, les faits sont là : après sept semaines d’audience, d’une incroyable déloyauté, Yvan Colonna a été condamné à la prison à vie avec une peine de sûreté de 22 ans.

Cette condamnation intervient après la mise en lumière de procédés illégaux  et de pratiques inqualifiables en matière de justice.
Une peine de perpétuité requise, motivée et assénée devant un box vide sans l’accusé ni ses avocats, dans une sorte de huis clos judiciaire dans lequel parties civiles, accusation et magistrats spéciaux sont liés par un pacte :   « envers et contre tout, condamnons Yvan Colonna ! »

Cette Cour d’assises spéciale, comme auparavant les magistrats instructeurs, n’a eu de cesse de discréditer les témoins oculaires ou d’exercer des pressions sur eux, de mépriser le balisticien et railler le rapport du médecin légiste sans jamais confronter leurs conclusions, de dissimuler la téléphonie, les écoutes judiciaires et les filatures sur Yvan Colonna …elle a  même fait mentir les indices matériels et finalement refusé l’acte essentiel qu’est la reconstitution.

A l’évidence, tout peut se dire, tout peut se faire devant cette juridiction d’exception à condition de ne pas remettre en cause la culpabilité d’Yvan Colonna, son innocence devenant un sacrilège.

Ce procès devait être un long fleuve tranquille, coulant jusqu’à une condamnation à perpétuité annoncée…c’est devenu un retentissant fiasco judiciaire, une vengeance d’Etat à mettre au passif du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Désormais, le spectre de l’erreur judiciaire est là, il hantera tous ceux qui de près ou de loin auront été instigateurs ou complices  de ce sinistre spectacle.

Depuis, le Comité de Soutien a multiplié les contacts et les réunions d’information, il affiche sur son site (www.yvan-colonna.com) une fréquentation record, et totalise à ce jour, plus de 51 000 signatures en faveur de l’équité judiciaire. Ses efforts ont été récompensés par une multitude de messages de solidarité et de soutien, et une mobilisation populaire sans précédent (plus de 10 000 personnes ont défilé dans le calme et la dignité dans les rues d’Ajaccio le 29 mars dernier)

S’armant de courage après qu’Yvan Colonna leur ait tourné le dos, les parties civiles peuvent bien parler de lâcheté mais la vraie lâcheté n’est elle pas  de mener un combat gagné d’avance, avec la complicité active de l’appareil d’Etat, en arguant avec cynisme qu’il est à armes égales !

Le Comité de Soutien continue de travailler, dans la sérénité et la détermination.

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :