Justice, Colonna : une justice à se lamenter

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Heureusement, aucun journaliste étranger n’est là pour voir ce spectacle lamentable : la dernière journée de « débats » au procès Colonna qui tire péniblement à sa fin à la Cour d’Assises. Et il ne restait que deux journalistes français. Merci, merci aux déserteurs du banc de presse.

Pourquoi ? Pour voir et entendre le Président Didier Wacogne lire les dépositions des hommes et des femmes qui ont refusé de témoigner. Pour respecter la procédure, pour remplacer leurs dépositions, le Président a lu des heures durant les procès-verbaux rédigés par les policiers pour rendre compte de leurs faits, de leurs gestes, de leurs opinions. Au besoin pour se défendre contre telle ou telle accusation.

Si le Président était un acteur prodigieux, la scène serait un peu ridicule, mais admissible.

La, avec la voix bafouillante et monotone du Président, de plusen plus  fatiguée au fil des heures qui passent, le ridicule a tourné à l’épouvantable caricature d’une justice sans accusé, sans défense. Même les parties civiles n’osaient plus se mêler de cette pitrerie, une pitrerie en forme de mascarade.

Si vous l’avez compris, je ne suis pas prompt à me mettre en colère.

Mais là, trop, c’est trop. La caricature de très mauvaise justice à laquelle j’ai pu assister cet après-midi est inadmissible. Je suis horrifié. Et je ne comprends pas que les derniers acteurs judiciaires encore présents dans le prétoire ne se soient pas levés en criant : « Non, trop c’est trop ».

Je précise que ce propos ne reflète en rien mon opinion quant à la culpabilité, quant à l’innocence d’Yvan Colonna. Je n’en sais toujours rien. Mais, en mon âme et conscience, puisqu’il s’agit bien de ça, je dis, j’écris que cette image de Notre Justice, puisque c’est aussi la mienne, est triste, épouvantable.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :