Justice, Colonna : de la séparation des pouvoirs

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

De toutes parts, on me pose la question : puisque tu suis de près ce procès Colonna, peux-tu dire qui a été le tireur ? Même le procureur Kross m’a interpellé à ce sujet. Eh bien, je vais vous répondre en toute franchise : « en l’état », selon la formule du Président Wacogne, je n’en ai aucune idée. Tout ce que je peux avancer, si j’en crois les témoins visuels, est que le tireur mesurait plus de 1 m 75, alors que Colonna est plutôt petit, pas plus de 1 m 70. C’est à la fois une réponse et pas une réponse, je sais, mais c’est comme ça.

En revanche, je suis tout à fait « surpris », sinon choqué, par le déroulement du procès, par le pendant manifeste du Président contre Colonna. Ce qui me choque encore plus, c’est la prise de position du Procureur général Laurent Le Mesle, qui dans une interview radio (RTL) s’est permis de porter secours à Didier Wacogne, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est durement secoué par la Défense.

L’argument de Le Mesle : il faut que « la justice passe dans la sérénité ».

Rappelons que Laurent Le Mesle a été destinatire en tant que Procureur général de Paris du courrier adressé à la Cour par le commissaire Didier Vinolas, un courrier que le Pdt Wacogne a « oublié » de transmettre à la Défense en temps utiles.

Je croyait avoir appris pendant mes études de droit qu’un principe intangible et inébranlable régissait le fonctionnement de la Justice. A savoir la stricte séparation des pouvoirs entre la Cour et le Parquet. En vertu de la « rupture », ce principe serait-il désormais obsolète ? Tout comme la présomption d’innocence ?

J’ai tort de me gendarmer encore. N’ais-je pas écrit dans le temps un livre intitulé « Dossier J… comme Justice, ou la Justice du plus fort » (Editions Alain Moreau) où avec le substitut Jean-Pierre Michel nous dénoncions le poids insupportable de l’institution politique sur la Justice ?

Apparemment, ce temps est passé. En dehors de mes lecteurs, mon blog et rue89, les représantants de l’establishment ne simule même pas l’intérêt pour les aspects « droits de l’homme » de ce procès. Il est vrai que le prévenu est un petit Corse. Tant pis il n’a qu’à ne pas être Corse.

Je vous précise que le temps venu je publierai les noms des éditeurs qui ont rejeté mon projet. Pourquoi se gêner ?

Quant à mon bouquin, il est épuisé depuis longtemps. J’ai donné mon dernier exemplaiore personnel à Me Soulez Larivière. Mais vous pouvez toujours tenter votre chance sur un site internet consacré aux livres épuisés ou d’occasion.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :