Cinéma : Gran Torino, par Clint Eastwood, avec Clint Eastwood, pour Clint Eastwood.

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Gran Torino , un drame de Clint Eastwood. Avec Clint Eastwood, Bee Vang, Ahney Her, Christopher Carley. Durée : 1 h 55.

news

Gran Torino, c’est une bagnole pseudo sportive, sortie des usines Ford de Detroit en 1972. Ouvrier d’usine Walt Kowalski a de ses propres mains monté la colonne de direction de cette voiture qu’il bichonne avec amour, quelques trente-six ans plus tard. Walt est le dernier Blanc dans une banlieue pauvre, en deshérence, submergée par les blacks et les Hmongs du Vietnam. Et leurs gangs. Walt vient de perdre son épouse. Et il est le survivant d’un autre temps. Survivant de la gloire automobile. Survivant de la Guerre de Corée. On le sent proche de la fin, il n’en reste pas moins un terrible vieux bougon qui vitupère contre tout le monde. En particulier contre ses voisins chinetoques qui lui rappellent à chaque instant les Chinois et les Coréens qu’il a combattus.

Avec une grande habileté et une belle économie de moyens, le réalisateur Clint Eastwood donne à comprendre la modification lente mais profonde de son personnage interprété par Clint Eastwood. Peut-être pour magnifier le cinéaste et acteur Clint Eastwood. De proche en proche, bien que toujours bougonnant, il apprend dans son vieil âge la tolérance, la sagesse. Et la vertu du sacrifice de soi-même pour racheter une faute majeure qu’il porte en lui-même depuis la Guerre de Corée. Il a 80 ans, ou plus, il n’a rien oublié.

Je jouerai du cliché en écrivant que c’est de la belle ouvrage. Et Clint Eastwood, presque caricature de lui-même, nous sert avec art un très beau personnage. Un personnage de « Vieux », dont il ne cache aucune des atteintes de l’âge. Une interprétation talentueuse de lui-même. Et il affirme qu’on ne le reverra plus à l’écran.

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :