Justice, Colonna : mascarade et tempête

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Erreur
Cette vidéo n’existe pas
Cette image de la conférence de presse des avocats de Colonna rend bien compte du climat d’ouragan qui pèse désormais sur le procès du « berger » corse. Me Sollacaro lance : nous ne pouvons pas participer à une telle mascarade. Images : Ph.Madelin

Avant le procès Colonna, les « observateurs avertis » (en réalité une source de grande qualité) s’attendaient à la multiplication des incidents provoqués par les avocats de la Défense. Je pense qu’on ne prévoyait pas une telle tempête.

La déposition du commissaire Didier Vinolas vendredi est à l’origine de cet ouragan. Présisons qu’il était cité par la famille Eriganc – qui n’en demandait sûrement pas autant – ,  et non par la Défense. Ce témoignage a permis aux avocats de découvrir qu’un certain nombre d’éléments du dossier Colonna avaient été cachés avant l’audience.

En particulier une lettre du témoin à Didier Wacogne, qui préside la Cour d’Assises, pour lui annoncer la teneur de sa déposition. Le magistrat assure qu’il ne l’a pas lue, et, ce matin, le porte-parole du parquet général estime que c’est normal, une lettre n’entrerait pas dans le système de l’oralité de débats.

Plus grave, estiment les avocats, des informations transmises par Vinolas à toutes les autorités dès 2002 et renouvelées à de nombreuses reprises, n’ont pas été exploitées au stade de l’enquête.

« Entrave à la manifestation de la vérité », tonne Me Sollacaro. »Il n’est pas question d’aller plus loin sans obtenir des réponses précises du Pdt de la Cour d’Assises ». « Pourquoi nous avoir caché des éléments fondamentaux du procès ? »

A partir de là, tout s’enchaîne sur le thème du procès truqué. On présente Yvan Colonna comme la victime d’une affaire d’Etat.

On s’écrasait samedi dans le petit bureau parisien de Me Garbarini, l’un des avocats de Colonna. Le grand jeu n’est plus du côté de la famille Erignac, du parquet et des parties civiles, mais du côté d’Yvan Colonna et de la Défense. Les journalistes ne s’y sont pas trompés : ça sent la tragédie. Le plus grave dossier de justice depuis des lustres, dénonce Me Gilles Simeoni. Les avocats sont déchaînés.

La Défense dénonce une fois de plus les lacunes de l’enquête : apparition d’un rapport antidaté déjà signalé lors du procès initial. Disparition d’écoutes judiciaires à décharge pour l’accusé. On n’enquête pas sur la Peugeot blanche aux fausses plaques d’immatriculation présente sur les lieux. On n’enquête pas sur les deux « inconnus » signalés à de multiples reprises par le Commissaire Vinolas.

Cette affaire ne pouvait laisser indifférents les « médias » en retard d’un train. Ainsi va la presse. Pas d’indifférence, mais de la surenchère : Madiapart, sous la signature de Fabrice Lhomme, croit donc pouvoir avancer que dès 2002 l’information dévoilée par le commissaire Vinolas était parvenue jusqu’à Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur.

Elle lui aurait été transmise par  Yves Bot, alors procureur de Nanterre. Le procureur refuse de s’exprimer, mais il déclare souhaiter être entendu par la Cour d’Assises.

Dans la foulée, les avocats assènent : il serait nécessaire de reprendre à zéro toute l’enquête sur l’assassinat d’Erignac. Mais à qui la confier ? Peut-on avoir confiance dans des policiers et des magistrats accusés de truquer leurs investigations ?

On évoque même une requête en suspicion légitime. Quand la décision sera-t-elle prise ? Réponse un peu sybiline de Christine Colonna, la soeur ainée d’Yvan : On avance en marchant. Me Garbarini précise : tout dépendra des réponses du Pdt Wacogne à nos questions, savoir comment il justifiera tous ces errements.

p1030300

Christine Colonna (photo Ph.Madelin)

« Nous allons porter plainte contre X pour entrave à la vérité. Si les réponses ne sont pas satisfaisantes, nous ne participerons plus aux audiences. »

Les propos des avocats ont le mérite d’être clairs.

Le 15 février sur RTL Me Benoit Chabert, avocat de partie civile pour l’Etat, estime que les révélations de l’ex-collaborateur du préfet Claude Erignac, Didier Vinolas, « ne changeaient pas sa lecture du dossier » et n’avaient « aucune conséquence sur la culpabilité d’Yvan Colonna ».

Chabert est-il avocat ou juge ? Ne serait-il pas utile qu’il recommence ses études de droit pour apprendre que l’avocat ne peut pas se substituer au juge ?

 

Publicités

Étiquettes : , , ,

Une Réponse to “Justice, Colonna : mascarade et tempête”

  1. MARIE Says:

    Ce procès me fait penser à « l’ETRANGER » d’Albert Camus: » en france, on
    peut condamner à mort un homme parce qu’il n’a pas pleuré à l’enterrement de sa mère ». Yvan Colonna a refusé d’entrer dans le moule,
    et dès le départ n’a pas eu confiance en la justice des « gens bien intentionnés ». Pour la partie civile, ce nouveau témoignage ne peut pas aller à l’encontre de la preuve de la culpabilité de Mr Colonna et pour cause:
    il n’y a aucune preuve objective de sa culpabilité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :