Guadeloupe : Mon Président aime les tapis rouges

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Curieuse initiative de Mon Président, cette semaine : mardi il rend une visite impromptue à l’Irak, à son Président. Pour renforcer les liens économiques, affirme-t-il. Pourquoi ne pas avoir été aussi en Guadeloupe, puisque mon Président aime tant voyager ? Pourquoi avoir envoyé à l’abattoir le malheureux Yves Jego, le Secrétaire d’Etat à l’Outre mer (ex colonies…), avec mandat de négocier, mais sans marge de négociation ?

Il va, il revient à Paris pour soumettre ses avancées au Premier Ministre, qui n’en a rien à cirer, voilà Jego reparti en Guadeloupe, flanqué de deux « Go between », il les laisse sur place et le voici de retour ce matin. Jego apparaît être un négociateur avec mandat de ne pas négocier.

Le collectif Liyannaj kont pwofitasyon (LKP, Ensemble contre la surexploitation), à l’origine de la grève générale qui paralyse la Guadeloupe depuis le 20 janvier a bien compris le message : il a suspendu les négociations avec les médiateurs du gouvernement français jeudi 12 février. Le collectif qui rassemble 49 organisations, exige que l’Etat s’engage dans le pré-accord conclu la semaine dernière avec le patronat et les collectivités locales. Refus net de François Fillon de consentir à la rallonge nécessaire.

« De passage » à la Martinique, Yves Jego a confié à l’envoyée spéciale du Monde (13 février)  :

Je n’ai jamais fait de promesses sur les salaires et je défie quiconque de trouver un écrit ou un enregistrement qui prouverait le contraire. Une loi de développement de l’outre-mer va arriver au Parlement, destinée à conforter l’économie. Voilà qui relève de l’Etat. Mes seules interventions ont porté sur l’évolution de ce texte […]

Le monde traverse une crise économique grave et les territoires éloignés de la métropole vivent cette crise de façon encore plus aiguë. Je n’en suis pas surpris. Nous avons d’emblée prévu que les mesures du gouvernement pour les Antilles s’appliqueraient à tous les territoires. C’est un plan global pour l’outre-mer que nous sommes en train de construire.

Incidemment, il faut vraiment aimer participer au pouvoir pour qu’un homme comme Yves Jego accepte d’être ainsi traité de larbin.

Il faut dire que le conflit de Guadeloupe, inspiré par un affrontement identique en Guyane, est en train de déborder. La Martinique est déjà en Grève, à l’autre bout du monde la Réunion a décidé de suivre l’exemple.

Je reviens à ma question : pourquoi Mon Président, qui aime tant traiter lui-même toutes les questions ne va pas à Pointe à Pitre pour discuter directement ? Il devrait se souvenir que la Guadeloupe a toujours été turbulente, que derrière la majorité socialiste, le mouvement indépendantiste est très présent.

Sa réaction est en fin de compte assez molle. il a annoncé vendredi 13 février, en conseil des ministres la création d’un Conseil interministériel de l’Outre-Mer, mis en place « sans délai ». Mais ce Conseil ne sera pas opérationnel avant plusieurs mois…
Le Président Nicolas Sarkozy a flanqué sa décision d’une belle déclaration en forme d’intention :

« Cette crise sociale aux Antilles doit nous interpeller collectivement (…). C’est pour cette raison que je souhaite que l’on mette en place, comme je m’y étais engagé pendant la campagne présidentielle, un conseil interministériel de l’Outre-Mer, sans délai »,  « Ce conseil se réunira, dans les prochains mois, pour faire des propositions sur la rénovation de la politique menée par l’Etat en Outre-Mer ». « Plus que jamais, l’Etat doit être juste, il n’est au service d’aucun groupe, d’aucune catégorie sociale (…).

La société antillaise a le sentiment aujourd’hui qu’elle n’est pas entendue. Nous devons continuer à nous battre, tous les jours, pour que la République fasse une plus grande place à tous ceux qui incarnent la diversité de la France ». […] La crise sociale en Guadeloupe et en Martinique traduit, au-delà de la question du pouvoir d’achat (…), un problème plus profond de société […] « Il ne peut y avoir de société à deux vitesses où une catégorie sociale progresse alors qu’une autre stagnerait et resterait dépendante des prestations sociales ».

Les Smicards guadeloupéens apprécieront certainement. Je me répète : pourquoi ne pas aller là-bas ? J’émets une hypothèse : Mon Président Nicolas Sarkozy préfère le tapis rouge de Bagdad aux quolibets, huées et autres jets de tomates de Pointe à Pitre ; les courbettes intéressées des officiels irakiens aux revendications des populations dans ces îles que l’on dit françaises.

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :