Economie : Picasso est une industrie

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Non, comme je suis un inculte, je n’ai pas été voir l’exposition Picasso et les grzands maîtres. Evidemment, je connais le bonhomme depuis longtemps, dans ma chambre d’étudiant était affichées une reproduction de l’Arlquin, de la période bleue. Je n’aurais été qu’une goutte d’eau dans un fleuve puissante de visiteurs, plus de 750 000. C’est presque incroyable. Pour les derniers jours d’ouverture non stop, 24 heure sur 24, l’immense queue des retardataires.

Je vois surtout que Picasso est devenu une industrie, lourde, aomme le sport. 750 000 visiteurs, c’est déjà par le prix d’entrée une formidable opération financière : 7,5 millions d’Euros, sans compter ceux qui entrent sans payer, pour une raison ou une autre. Ce n’est pas tout. Comptons que les deux tiers des visiteurs sont venus de province ou de l’étanger exprès pour cette visite. Disons 500 000 : train, avion, hôtel, restaurant. En étant modeste : 300 euros par tête de pipe. On arrive au chiffre faramineux de 150 millions d’euros générés par cette exposition. La « crise » ne semble pas avoir dissuadé les fanatiques de l’Art moderne. Picasso aurait aimé, lui qui a été sur la fin de sa vie le plus grand des commerçants pour sa propre production. Comme pour le sport, c’est de la véritable industire lourde. Et Paris recommence à s’imposer par la grand qualité de ses expositions. Une qualité rentable.

arton2621

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :