Sécurité, Stup : polémique (encore !)

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Le gendarme d’Auch pas d’accord sur une présentation des faits

Le 17 novembre dernier, des gendarmes entrent en force à l’Ecole des Métiers de Auch-Pavie (Ariège), à la recherche de produits stupéfiants. Patrick Poumirau, un professeur, lui-même petit-fils de gendarme,  proteste contre les conditions de cette intervention. Notamment à France-Inter et dans un article publié le 20 novembre par La Dépêche du Midi. Le Major Jeannyck Tribout , commandant la brigade territoriale autonome d’Auch, a dirigé l’opération. Dans une lettre rendue publique, qui m’a été transmise mais qui est également publiée par Libération, le sous-officier s’inscrit en faux contre les propos du professeur.
Voici son texte:

–Le lundi 17 novembre 2008 de 10 h 30 à 12 h 00 sur la demande du directeur de l’école des métiers de AUCH/PAVIE ( lettre à l’appui) et sur réquisition de madame le Procureur de la République à AUCH, une recherche de produits stupéfiants est organisée dans cet établissement. 18 classes sont prévues (274 étudiants âgés entre 17 et 30 ans ) sont concernés. 14 gendarmes + 2 maîtres de chiens sont en charge de ce contrôle. Je suis à la tête de ce groupe et responsable de ce contrôle ( c’est pour celà que je connais bien ce dossier ).

Lorsque nous entrons dans la classe de ce professeur, nous sommes 4 gendarmes et un chien de recherche STUP. Nous avons été précédé du directeur de l’établissement qui rentre le premier et explique le but de la visite. Lorsque nous rentrons, nous disons bonjour ( nous attendons toujours la réponse du professeur ) . Nous indiquons aux étudiants comment nous allons opérer et leurdemandons de ne faire aucun geste brusque, ne pas regarder le chien dans les yeux et de le laisser travailler. A ce moment là ce professeur ouvre la fenêtre et déclare  » en 50 ans de carrière je n’ai jamais vu çà, nous sommes dans un Etat policier « …..Ce professeur à la cinquantaine !! Nous refermons effectivement la fenêtre. Pendant toute la durée du contrôle, le professeur tourne le dos à la classe, regarde par la fenêtre, il ne verra rien de cette intervention proprement dite et il n’adressera à aucun moment la parole à qui
que ce soit…………même pas pour soit disant défendre ses élèves. Le chien n’a agressé personne et n’a démoli aucun ordinateur ou vêtement. Il y a eu des fouilles/palpations de personnes qui ont été « marqués » par le chien avec leur accord. Aucune personne ne s’est retrouvée en caleçon. Lorsque les gendarmes ont quitté la classe l’un d’eux a effectivement dit  » au revoir messieurs dames  » car dans les classes précédentes il y avait des femmes, dans celle-ci il n’y en avait pas, mais il n’a jamais été dit « salut les filles ». Ce que le professeur oublie de dire, c’est que lorsque nous avons quitté sa classe il a dit aux élèves  » ouvrez vite les fenêtres çà pue « ……çà c’est pédagogique !!!!!

—Il faut savoir que lors de ce contrôle 6 étudiants ont été trouvés porteur de STUP dont un avec 34 grammes et une petite balance électronique sur lui pour la revente. Si ce professeur accepte çà………..l’avenir de nos enfants est bien sombre.

—Il faut savoir également que 1 mois 1/2 auparavant deux gendarmes ( formateur relais anti drogue ) sont intervenus dans cet établissement pour faire de la prévention, c’est à dire informer du danger de la drogue sur la santé, sur les conséquences pénales, et ont averti les étudiants qu’il y aurait des contrôles.

Le major termine son courrier avec diverses appréciations sur le professeur, des propos que la législation sur la diffamation ne me permettent pas de reprendre.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :