Posts Tagged ‘Renseignement’

Mon clavier, 22 septembre

33UTCp30UTC09bTue, 22 Sep 2009 08:30:33 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

§ Aujourd’hui, dans un billet à part : la semaine diplomatique infernale de Barack Obama, et de Mon Nicolas Sarkozy, autoproclamé Président du Monde à Pittsburg.

obama-et-sarkozy-sur-le-pont

§ Quand Dominique de Villepin réécrit l’histoire : dans sa déclaration liminaire à son procès hier, il a rappelé triomphalement que le 21 septembre était l’anniversaire de la République (la III°). Sauf qu’il a mauvaise mémoire et qu’il connaît mal les rues de Paris : la rue du 4 septembre, qui part de l’Opéra, commémore bien la fondation de la III° République : le 4 septembre 1870. Il est vrai que Villepin ne doit guère parcourir les rues de Paris, et encore moins de ce quartier.

Mais, gentil, un de mes correspondants suggère que Villepin a évoqué la fondation de la 1ère République. En effet, un 21 septembre… 1793.

§ Hier, j’ai été entrainé dans deux interventions audiovisuelles : le matin avec Jean Leymarie, sur France Info, pour raconter comment les Affaires ont été utilisées en politique par le passé ; et le soir sur BFM-TV, dans une émission expérimentale, autour du thème Clearstream. Le principe de l’émission impose que les participants interviennent à distance, par l’intermédiaire de la vidéo diffusée par le biais de Skype. Je ne suis pas enthousiasmé : c’est très désagréable de causer sans voir l’animateur et les autres partenaires.

Et ce matin, rebelote avec BFM-Radio.

§ Georges Moreas, dans son blog, s’inquiète de la main mise par la CIA des informations émanant de Swift. Il oublie de préciser que cette surveillance sourcilleuse est une conséquence des grandes lois sur la Sécurité adoptées par les EU après le 11 septembre 2001.

l%E2%80%99ombre-de-la-cia-planerait-elle-sur-clearstream

§ Lettre d’un citoyen irrespectueux, quoiqu’il en dise

lettre-d%E2%80%99un-citoyen-respectueux-a-m-hortefeux

§ Casse industrielle : 10 000 emplois supprimés chez Opel ?

casse-industrielle-opel-apres-la-vente-a-magna

§ L’Etat va lancer un appel d’offres pour 50 000 véhicules électriques

0,26-0,36-1243455,0.html

§ A lire, pour votre amusement, et votre édification

?p=267

§ Mise en ligne sur Daily Motion des vidéos des vacances de Nicolas S. et Carla à Cap Nègre. On connaissait déjà les images fixes, on voit désormais l’animation. Mais qui a laissé filmer ça, alors que la bulle de sécurité autour de la propriété dépasse très largement la portée des téléobjectifs ? Le Service de com’ de l’Elysée ?

§  Une vidéo à hurler de rire : Carla chantant, revue et corrigée par les irrespectueux du Groland.

watch?v=R1IBkhSAoW8

C’est presque aussi drôle que d’entendre Nicolas évoquer les "greffes de la foi" pendant son discours à Villejuif.

§ Gardes à vue : l’inflation. Vous vous souvenez peut-être qu’à l’Alpe d’Huez un gendarme avait menacé mon épouse d’une garde à vue, parce qu’il n’avait été ni attentif ni respectueux ? Malheureusement, ça continue, les gardes à vue volent aussi vite que les projectiles de flash ball, comme en témoigne cet incident survenu à Plan de Cuques, raconté par La Provence.

1643955_apres-le-sarkozy-je-te-vois-voila-le-vous-n-avez-que-ca-a-faire.html#xtor=EPR-275-[NL_732]-20090922-[faits-divers]

§ Et vous pouvez toujours lire…

  • Dans le Secret des Services, aux Editions Denoël
  • le manuscrit de la “Sérénade italienne“, thriller, en chargement libre fiction-la-serenade-italienne
  • et le manuscrit de “Nuits bleues, la saga d’un fugitif“, également en chargement libre fiction-nuits-bleues

Barbouzeries : la fin cocasse d’une sombre histoire

42UTCp31UTC05bSat, 09 May 2009 11:42:42 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Otages en Irak : non-lieu pour Didier Julia, officiellement innocenté par la justice, a révélé, vendredi 8 mai, le site web du magazine Le Point.
Ce non lieu marque le point final pour une affaire pour le moins cocasse bizarre que j’ai évoquée dans mon livre « Dans le Secret des Services » ( Editions Denoël, mars 2007) comme un exemple caricatural des rivalités entre services de renseignement officiels – la DGSE en l’occurrence – , et des privés.
Le député UMP Didier Julia avait revendiqué un rôle dans la libération des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, enlevés en Irak en 2004, avec l’appui du Président ivoirien Laurent Gbagbo.
Considérée comme intempestive et totalement marginale, l’intervention de Julia avait rendu fou de rage Dominique de Villepin, alors Ministre des Affaires étrangères. Et très probablement Bernard Bajolet, en charge des négociations pour obtenir la libération des otages. Des négociations « officielles » sans suite, alors que Julia revendiquait la gloire d’avoir obtenu la libération des journalistes Chesnot et Malbrunot.
Julia et deux de ses assistants, Philippe Brett et Philippe Evanno, ont été alors poursuivis pour "intelligence avec une puissance étrangère", et pour avoir perturbé les tractations officielles en recourant au soutien du régime ivoirien.
Le député a pu en particulier démontrer qu’il avait agi en liaison constante avec le Quai d’Orsay. Donc que fonctionnait bien une diplomatie parallèle niée par les autorités. Et l’inefficacité des agents de la DGSE pilotés sur place par Bajolet et à Paris par le patron de la DGSE..
Il y a lieu de rappeler que Bernard Bajolet est aujourd’hui le grand patron de tous les services de renseignement français !

Renseignement : tous pour Sarkozy

01UTCp31UTC05bSat, 09 May 2009 09:35:01 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Avec le départ d’Alain Juillet de son poste de responsable de l’Intelligence économique, tous les rouages du renseignement sont entre les mains de Claude Guéant, et de Nicolas Sarkozy.

Revue de détail : Le 27 juin 2007, le préfet Bernard Squarcini est nommé patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST). Il organise la fusion de celle-ci avec la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG) pour créer la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Le 5 décembre 2007, Guy Gouin, ancien patron des douanes à Orly est nommé patron de la Direction nationale de recherche et d’enquête douanières (DNRED), du ministère de l’économie.

Le 18 juin 2008, le général de division Didier Bolelli est nommé directeur de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD).

Le 1° septembre 2008, le général Benoit Puga devient patron de la Direction du renseignement militaire (DRM).

Le 11 septembre 2008, L’inspecteur des finances Jean-Baptiste Carpentier devient patron de Tracfin, le service de renseignement financier de Bercy.

Le 6 octobre 2008, le préfet Erard Corbin de Mangoux prend la tête de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE)

Le 23 juillet 2008, l’Ambassadeur Bernard Bajolet est nommé coordinateur du renseignement auprès du président de la République.

Le seul survivant de l’ancien régime est Françis Delon, Conseiller d’Etat et ancien chargé de la conservation des œuvres cinématographiques, nommé le 29 juillet 2004,  à la tête du Secrétariat général de la défense nationale (SGDN).

Ney, le journaliste toujours en prison à Abidjan. Un sac de noeuds

27UTCp31UTC05bSat, 02 May 2009 10:08:27 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Toujours en taule en Côte d’ivoire depuis le 27 décembre 2007. Dix-sept mois, ce n’est pas rien… Le journaliste-photographe indépendant français Jean-Paul Ney a été interpellé le 27 décembre 2007 à Abidjan, à proximité du siège de la Radio télévision ivoirienne (RTI), "dans le cadre d’une instruction sur un +complot+ présumé visant à saboter le processus de paix". Les autorités ivoiriennes l’accusent d’être impliqué dans une entreprise de déstabilisation de la Côte d’Ivoire orchestrée par l’ex-sergent chef Ibrahima Coulibaly alias IB. Il est depuis incarcéré à la Maca, considérée comme l’une des prisons les plus dangereuses d’Afrique.

Les policiers ont découvert dans son sac des vidéos relatant les préparatifs d’un coup d’Etat contre Laurent Gabgbo, le Pdt de la République ivoirien. Des vidéos mises en ligne sur YouTube (1), faisant la part belle à un certain Jean-François Cazé présenté comme " barbouze français " (sic) et Ibrahim Coulibaly, appelé communément IB, l’un des acteurs du coup d’État de décembre 1999 qui a amené le général Robert Guéï au pouvoir.

De sa prison, Jean-Paul Ney, lâché par ses comparses, tente de mouiller Alain Juillet l’ancien Haut responsable en charge de l’intelligence économique au sein du Secrétariat général de la Défense Nationale. Ainsi, sur LCI, il n’hésite pas à déclarer :

" Le Français qui m’a accompagné ici, le mercenaire Jean-François Cazé était en rapport constant avec Alain Juillet et il y a un réseau qui a monté quelque chose ".

L’agence Capa y croit dur comme fer et va dans le même sens à travers un documentaire dans lequel Cazé mouille une poignées de pontes du renseignement français.

L’association Les Arvernes a décidé de porter plainte pour escroquerie auprès du procureur de la République. Les responsables de cette association estiment en effet que Jean-Paul Ney a été trompé dans cette affaire par un Jean-François Cazé se prévalant faussement d’agir avec l’aval d’Alain Juillet et donc des services du Premier ministre et aurait ainsi été conduit à fournir un service qu’il n’aurait certainement pas rendu autrement.

Pourquoi ce montage ? Pour les Arvernes, cette affaire est de nature à tendre sans raison les relations entre la France et le président Gbagbo.

L’affaire " Noël à Abidjan " n’aurais été en somme qu’une médiocre opération de déstabilisation du président ivoirien ". Jean-Paul Ney, le " dindon de la farce ", croupit  toujours en prison.

Né le 4 mai 1976 à Prades, dans les Pyrénées orientales (France), Jean-Paul Ney est un personnage controversé, bien connu en France par les services de police. Reporter-photographe free-lance, travaillant occasionnellement avec l’agence Gamma, il passe pour entretenir des relations suivies avec certains personnages qualifiés de proches des Services de renseignement français.

Auteur de plusieurs ouvrages sur les “grandes oreilles” de son pays et la lutte contre le terrorisme, ce journaliste-photographe a fondé avec un ancien directeur de la DST française, Yves Bonnet, le centre international de recherche et d’études sur le terrorisme et l’aide aux victimes du terrorisme (CIRET-AVT).

J’ai moi-même croisé Ney lors d’un colloque sur le terrorisme organisé à Amiens, peu de temps avant son arrestation. Pour être simple, je conviens ne pas partager ses vues sur la pratique du journalisme d’investigation.

09-ney-mam

Pour son dernier ouvrage paru, consacré au Service de protection des Hautes personnalités, Ney a obtenu une préface de Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur.

Plus curieux, on le voit sur une photo poser de façon très amicale en compagnie de Michèle Alliot-Marie.

Lorsque l’on sait le rôle que MAM a joué en Côte d’Ivoire durant de nombreuses années, on a du mal à croire que Jean-Paul Ney est un fou sans aucun "réseau" qui met dans l’embarras les services secrets de son pays. Quel entregent pour un fou ! Il intervient – les preuves sont là – comme expert sur plusieurs plateaux de télévision…

Il se présente comme journaliste, mais il n’est pas titulaire de la carte de presse officielle française.

Les services français en Afrique n’ont certes pas une très bonne réputation, mais pas au point de s’adjoindre un personnage dont le CV ne résiste pas à une recherche simple, avec des antécédents judiciaires. On le traite souvent de déséquilibré. Pourquoi gêne-t-il au point que le Quai  d’Orsay se mure dans le silence ?

Jean-Paul Ney n’a-t-il pas été surtout victime de sa naïveté, mélangée à une pointe de mythomanie ?

Renseignement : départ d’Alain Juillet

27UTCp30UTC04bTue, 28 Apr 2009 09:39:27 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Alain Juillet, l’incontournable Délégué à l’Intelligence économique au Secrétariat général du Gouvernement est donné comme partant. Un départ naturel, affirme-t-il. Dommage : je dois beaucoup à ce personnage singulier, ancien du service Action du SDECE (l’ancêtre de la DGSE) passé au privé où il a exercé de nombreuses responsabilités tout en restant un HC (Honorable correspondant) des Services.

Il avait été rappelé du privé pour devenir le directeur du Renseignement à la DGSE avant de se lancer dans l’aventure de l’Intelligence Economique. C’est-à-dire du renseignement à vocation économique et industriel. Qu’il a presque porté seul pendant des années, face à l’incompréhension du privé et à une certaine indifférence de l’Administration.

Les fonctionnaires de Bercy voyaient en lui une sorte de concurrent incontrôlable.

Il parait qu’il va rentrer dans la "vie civile". On peut espérer qu’on n’oubliera pas de recourir à ses compétences et à sa finesse d’analyse. Je crains que ce soit moins que certain.

Coordinateur Bajolet

50UTCp31UTC08bWed, 20 Aug 2008 11:29:50 +0000UTC 9,2008

Il y a plusieurs mois j’ai réussi à piraté l’adresse steffi_stahl@hotmail.com qui se trouvait être dans le listing de Constantin Film comme vous le savez. Je n’avais aucune raison particulière de choisir cette victime, sinon que c’était un paris prometteur. J’ai ensuite utilisé cette adresse en écrivant entre les lignes qu’Emma Watson avait signé pour l’adaptation de Cinquante Nuances de Grey, en prenant soin de bien dissimuler l’information dans un email de courtoisie. Je n’avais aucun moyen de savoir si Constantin Film allait être victime d’une future attaque informatique. Lorsque Anonymous Germany les a piraté, ceux-ci ont d’abord publié le listing de Constantin Film. Il était essentiel d’en faire partit, puisque cela permettait qu’Anonymous prenne au sérieux l’information que j’avais glissé dans la quantité de courriers récupérés durant l’attaque informatique et qu’ils ont « découvert » la semaine suivante.

Renseignement : Bernard Bajolet, l’expert, Claude Guéant le vrai patron

C’est la dernière touche à la réorganisation des missions de renseignement en France : la responsabilité principale passe du Premier ministre au Président de la République. La lettre de mission qui confirme l’ambassadeur Bernard Bajolet dans sa fonction de coordinateur fondamental entre les services secrets couronne le travail de refonte radicale entrepris par le Préfet Claude Guéant dès son arrivée à l’Elysée comme Secrétaire général de la Présidence.
Il n’a sûrement jamais oublié l’avertissement lancé naguère par un des interlocuteurs : si vous laissez prospérer les rivalités entre services secrets, ils n’auront bientôt plus aucun poids, ni en France ni à l’extérieur. Donc Guéant veut en finir avec les rivalités entre agents secrets français
Avant hier, le coordinateur était un simple conseiller du Ministre de la Défense – en la personne du général Rondot déjà retraité -, puis du Premier ministre, notamment au travers du Secrétariat général de la Défense nationale. La modestie de ces postes en disait long sur l’estime du pouvoir à l’égard du Renseignement stratégique.
Hier, première révolution, la fusion de la DST et des RG, au sein de la DCRI (Direction Centrale du  renseignement intérieur), avec à la clé une nouvelle définition du Secret Défense.
Aujourd’hui, dans la foulée du Livre Blanc sur la Défense, le Président de la République prend donc tout en main, il bouscule sans ménagement les structures. Un conseil national du renseignement placé auprès du Président, complété par un conseil national de défense et de la sécurité, avec l’appui d’un Secrétariat général de la Défense nationale relooké, permettra au Président de prendre toutes ses décisions en connaissance de cause.
Assisté d’une équipe très réduite, le Coordinateur devra veiller à la bonne harmonie entre les quelques 13 000 fonctionnaires émargeant dans tous les deux dizaines de services de renseignement, civils, militaires et même financiers, ce qui est tout à fait nouveau. Verra-t-on à terme se réduire le nombre de services secrets qui dépassaient la vingtaine ?
La personnalité du Coordinateur nous indique dans quel sens son travail sera orienté : Enarque, arabisant, titulaire de nombreux postes dans le monde islamique (Damas, Bagdad, Amman, Algérie jusqu’à cet été ) Bajolet est aussi et avant tout un ambassadeur. Le Quai d’Orsay garde donc la haute main sur les services, au détriment du Premier ministre, de l’Intérieur et de la Défense. Bajolet est réputé pour son franc parler, pour son ardeur dans les missions difficiles : durant la crise des otages d’Irak, quand les journalistes Chesnot et Malbrunot ont été enlevés non loin de Bagdad, Bajolet n’a pas lésiné sur son temps pour renouer les fils avec les ravisseurs.
Son activisme peut même laisser présager des frictions avec ses partenaires : il sera tenu de près par Jean-David Levitte, le « sherpa » du Président chargé des affaires étrangère. Mais surtout par le Préfet Claude Guéant lequel apparaît désormais comme le vrai patron du renseignement français. Quand il dirigeait le cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, il s’était passionné pour la questions. Aujourd’hui à l’Elysée il dispose des outils indispensables pour que le Renseignement sous toutes ses formes devienne une composante majeure des moyens d’action désormais concentrés entre les mains du Président.

@ Le Monde- 04082008

En stage "d’immersion", en ce moment, dans les services, le "coordonnateur du renseignement"  français, Bernard Bajolet, 59 ans, premier titulaire de ce poste nouvellement créé, a reçu sa lettre de mission. Datée du 23 juillet et signée par le président de la République, Nicolas Sarkozy, elle précise les missions de celui devenu, depuis sa prise de fonction le 21 juillet, le Monsieur renseignement de l’Elysée. Dans ce document que Le Monde a pu consulter, le président écrit : "Point d’entrée auprès de moi des services de renseignement des ministres chargés de la sécurité intérieure, de la défense, de l’économie et du budget, vous coordonnerez et orienterez leur action (…) Vous leur transmettrez mes directives".

Les termes employés ne doivent rien au hasard. Ils reprennent, mot à mot, ceux utilisés dans le Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale, approuvé par M. Sarkozy et présenté le 17 juin, qui décrivait ainsi la fonction du coordinateur : "Il sera le point d’entrée des services de renseignement auprès du président de la République". "Un effort massif doit être fait en faveur de la fonction connaissance anticipation dont le renseignement est un des piliers", note le chef de l’Etat. Là encore, c’est une référence directe au Livre Blanc qui consacre tout un chapitre au renseignement sous le titre "Connaître et anticiper". Un domaine, était-il souligné, érigé "pour la première fois en fonction stratégique à part entière".

"EQUIPE LÉGÈRE"

Exit Matignon. Le premier ministre dont dépendait traditionnellement le renseignement, disparaît. Dans la lettre de mission de M. Bajolet, il n’est fait mention du chef du gouvernement pour une "étroite" coopération qu’au septième paragraphe. Désormais, le président, chef des armées, concentre aussi tout le renseignement. En contre-partie de cette centralisation sans précédent, une délégation parlementaire au renseignement a été créée.
M. Bajolet, diplomate, ancien ambassadeur de France en Irak notamment, puis en Algérie, sera directement placé sous l’autorité du secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant. Il travaillera "en étroite liaison" avec le chef d’état major particulier du président, l’amiral Edouard Guillaud, le conseiller diplomatique et sherpa, Jean-David Levitte, et le conseiller intérieur, Erard Corbin de Mangoux.

Sous la présidence de M. Sarkozy, le coordonnateur pilotera le futur conseil national du renseignement (CNR), destiné à remplacer l’actuel comité interministériel du renseignement (CIR). Il décidera de la poursuite, ou de la suppression, des groupes de travail thématiques ou géographiques du CIR avec l’objectif d’en faire des cercles plus ciblés. Les groupes "prolifération nucléaire" ou "Moyen-Orient" devraient être maintenus.

M. Bajolet sera associé à la "préparation et au suivi budgétaire" des services des différents ministères concernés, dont ceux de Bercy comme la DNRED (service de renseignement des douanes) et Tracfin, la cellule anti-blanchiment. Il sera "consulté" sur la nomination des responsables des services. Et son avis sera "requis" sur les fonds spéciaux dont il pourra susciter la mise en œuvre. Bref, il sera le représentant du président dans le cénacle fermé du renseignement et du secret défense.

Près de lui, M. Bajolet sera entouré d’une "équipe légère", pas plus de cinq cadres, une douzaine de personnes en tout au maximum. Ses deux principaux collaborateurs sont déjà choisis : il s’agit de Christophe Gomard, jusqu’ici chargé du "cabinet réservé" de la défense (relations avec les services); de Pierre Lieutaud, contrôleur général de la police nationale, ex-sous directeur à la recherche à la direction des renseignements généraux, conseiller auprès du directeur de la gendarmerie nationale; et de l’ex-préfet de l’Aube, Nacer Meddah. Ce dernier aura la responsabilité, outre les domaines juridiques et ressources humaines, des questions budgétaires. S’il a participé à la sélection des candidats, M. Bajolet n’a pas choisi ses collaborateurs. C’est l’Elysée qui s’en est chargé.

Selon sa lettre de mission, qui préfigure un décret ultérieur, l’installation du nouveau coordonnateur du renseignement devra être achevée "dès septembre". Pour l’heure, M. Bajolet, après six jours complets passés à la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), "visite" la DGSE. Des services qui ne lui sont pas tout à fait inconnus puisque en tant qu’ambassadeur en Irak, il a eu à travailler étroitement avec eux pour la libération des otages français. Isabelle Mandraud

Un système pyramidal et très centralisé

LEMONDE.FR | 04.08.08 | 11h26 Loin du modèle du conseil de sécurité américain, la France va se doter d’un système pyramidal mais très centralisé à l’Elysée. C’est "une mise en cohérence des machins", explique un expert, "la recherche de complémentarités mieux définies", justifie le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, présenté le 17 juin. Un conseil national de la défense et de la sécurité présidé par le président de la République se réunira en fonction des circonstances, épaulé par un secrétariat général – l’actuel secrétariat général de la défense nationale (SGDN) restructuré. Un conseil consultatif, composé de dix à vingt experts et personnalités verra le jour. Enfin, un Conseil national du renseignement (CNR) remplacera l’actuel comité interministériel du renseignement (CIR), qui dépendait jusqu’ici du SGDN sous l’autorité du premier ministre.

Désormais, le renseignement relèvera exclusivement du président de la République. Il présidera le CNR qui, en formation plénière, réunira le premier ministre, les ministres de l’intérieur, de la défense, des affaires étrangères, de l’économie et du budget, d’autres ministres éventuellement sollicités, le coordonnateur du renseignement, le SGDN remanié et les directeurs de service. En formation restreinte, seul le président décidera de sa convocation, et des participants… Ce conseil, présenté comme une "gouvernance renforcée" du renseignement, définira les grandes orientations stratégiques et prioritaires des services, adoptera les objectifs, et rendra les arbitrages techniques et juridiques.

Le Livre blanc, approuvé par l’Elysée, insiste tout particulièrement sur les "adaptations juridiques" à prévoir, notamment pour la "protection" du secret défense étendu aux informations et réseaux classifiés, ainsi qu’aux lieux dits "sensibles". "Des règles spécifiques pour les perquisitions judiciaires effectuées dans des lieux classifiés ou abritant des secrets de la défense nationale feront également l’objet de dispositions législatives", insiste le Livre blanc. La perquisition, le 30 mars 2006, dans le bureau d’Alain Juillet, membre du SGDN, a laissé des traces.

La loi donnant naissance, formellement, à tout ce nouveau système pyramidal, et au CNR, devrait être examinée au Parlement à la fin de l’année. Le périmètre des services reste, pour le moment, en l’état. A moyen terme, leur organisation devrait être revue, notamment celle concernant les directions militaires.
Isabelle Mandraud


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.